Accueil forumAccueil site

Nous sommes le Lundi 5 Décembre 2016 à 19:31

Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 40 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante
Auteur Message
MessagePosté: Lundi 3 Janvier 2011 à 21:52 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
Comme il ressort de ces échanges, la pensée de Donald aime aller à des numéros - même lorsque, comme en l'espèce, l'arithmétique semble défectueuse -, à des dates et des calculs et des constantes qui ordonnent le monde de façon concrète et ne nécessitent pas d'interprétation. Il a même l'habitude d'attribuer des numéros aux personnes qu'il rencontre, une sorte de système d'indexation interne. Une vieille connaissance nommée Buddy Lovett, qui réside dans une ville proche, à Morton, Mississippi, nous a dit que Donald lui avait assigné le numéro 333 dans le courant de la fin des années 1950. Bien qu'il n'ait pas vu Donald pendant plusieurs années, il nous a conseillé, avec une pointe de malice, «La prochaine fois que vous le voyez, allez-y : demandez-lui quel est mon numéro."

En effet, le lendemain, Donald a fixé le nombre de Lovett presque avant d'entendre la fin de la question. Nous avons fait fonctionner cette épreuve à plusieurs reprises, en présentant les noms des personnes de tout Forest qui nous avaient dit être "numérotées" au fil des ans. Donald s’est rappelé de tout le monde, sans se bloquer ou hoqueter, mais il ne peut pas expliquer le système sous-jacent. Les chiffres viennent de lui, dit-il, et puis ils restent pour toujours.

De même, ceux qui reçoivent un numéro de Donald semblent s'en souvenir pour le reste de leur vie. Une distinction indélébile, une reconnaissance qu’ils n'ont jamais pu partager – cela peut se sentir proche d’un honneur.

Cela n’est presque certainement pas ce que Donald projette. L'honneur est un de ces concepts - une abstraction arbitrant entre l'idéal et le réel – peu susceptible de venir facilement à quelqu'un comme Donald, qui est beaucoup plus à l'aise dans un monde ordonné par des faits établis, par ce qui littéralement est. C'est pourquoi il est généralement admis que les personnes autistes ont de la difficulté à mentir, ou à apprécier une plaisanterie. Bien que Donald a évidemment du plaisir à réfléchir à des listes de personnes, de lieux et de choses, il ne se livre pas facilement avec implication, humeur ou émotion.

    Sujet: La mort de sa mère, Mary Triplett, qui a pris soin de Donald pendant 52 ans
    "Donald, quand votre mère est morte ?"
    "C’était en 1985..” Mai 1985. "
    "Vous souvenez-vous où vous étiez?"
    «J'étais à la banque.” Son médecin avait dit que c'était juste une question de temps ... et j'ai eu le mot disant qu'elle était décédée d'insuffisance cardiaque congestive. "
    "Vous souvenez-vous de ce que vous avez ressenti?"
    "C’était plutôt attendu..” Je n'étais pas vraiment abattu ou en train de pleurer ou quelque chose comme ça. "
    «N’étiez-vous pas abattu parce que ...?"
    "Je ne réagis pas..” Chaque personne réagit différemment à des situations comme ça. "

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Lundi 3 Janvier 2011 à 22:14 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
Interrogé pour savoir si sa mère lui manquait, il répondit - questionnaire de nouveau - : «Oui, elle me manque." Il a dit qu'il regrette aussi son père, dont il décrit la mort dans un accident de voiture en 1980 d’une manière factuelle similaire. Il rappelle que l’accident de son père a été un choc et, à nouveau, qu'il n’a pas pleuré.

PETER GERHARDT RACONTE l'histoire de son ami, Tony, qui avait 55 ans quand il a eu un cours accéléré sur les étreintes de condoléances. Tony, diagnostiqué comme autiste à l'âge adulte, a vécu toute sa vie sous le même toit que sa mère. Puis elle est morte.

Les funérailles marquaient la première fois dans sa vie que Tony était placé dans la catégorie des «endeuillés», et, comme il s’était mêlé à d’autres participants à des funérailles, il avait appris que les gens dans sa position devaient être prêts à accepter d’intenses et persistants câlins. Il s’y est pris finement, en observant comment son frère répondait aux mêmes types d'approches, et en comprenant que les gens qui le faisaient tentaient de l'aider à ne pas se sentir triste. Puis il rentra chez lui, a étreint sa voisine, et a failli être arrêté.

C'était le jour suivant les funérailles, et la femme âgée qui vivait à côté - pas une amie proche de la famille, mais quelqu'un voulant observer la coutume d’apporter des repas quand il y a eu un décès - est venue à sa porte avec de la nourriture qu'elle avait préparée. Tony l'a remerciée, et elle a offert ses condoléances.

Selon Peter Gerhardt, ce qui s'est passé ensuite est un exemple classique de ce genre de malentendu qui embrouille les gens avec autisme. “Tony a pensé, Eh bien, elle a présenté ses condoléances. Je suis censé l’embrasser. Alors il est allé l'embrasser. " Gerhardt note que la femme a sans doute envoyé des forts signaux sociaux qu'elle ne voulait pas être embrassée. Mais Tony ne les a pas captés : «Il la serra, sans doute un peu maladroitement - un peu trop long, un peu trop fort, un peu trop bas -, car elle rentra chez elle et elle a appelé la police [rapportant] une agression sexuelle par l'homme d’à côté. "

Pour Gerhardt, cela sert de parabole sur les interactions entre les personnes autistes et celles qui ne le sont pas: aucune des parties n'a rien fait de mal, mais aucune n’en savait assez pour bien faire les choses. Tony, un homme assez brillant pour avoir obtenu un diplôme d'études universitaires, manquait tout simplement de l'expérience instinctive -l'expérience enseignable, soutient Gerhardt - pour révéler si oui ou non une personne veut un câlin. Il était suffisamment conscient de soi pour comprendre qu'il lui manquait des indices vitaux, mais il n'avait aucune idée de ce qu'ils étaient. Il a expliqué plus tard à Gerhardt: "Les règles ne cessent de changer autour de moi. Chaque fois que je pense que j'ai appris une nouvelle règle, vous la changez autour de moi. "

La réponse à ce problème, fait valoir Gerhardt, est le meilleur type d'éducation pour les nombreux « Tony » là-bas. À l'heure actuelle, soutient-il, la scolarisation des enfants avec autisme de haut niveau met trop l'accent sur le rendement scolaire traditionnel –comme essayer d'apprendre le français ou les capitales d'état -, au détriment de ce que quelqu'un comme Tony a vraiment besoin, un ensemble de compétences sociales qui l'empêcherait de faire des erreurs comme étreindre sa voisine de façon incorrecte. Ces compétences - comme savoir comment faire glisser votre carte Visa - ne sont généralement pas enseignées aux enfants avec autisme. Et une fois qu'ils sont devenus des adultes, l'enseignement, dans de trop nombreux cas, s'arrête complètement. En général, l'éducation financée par l'État se termine le jour où une personne autiste aura 21 ans. Au-delà, il n'y a pas d’autorité légale, et il y a très peu de financement. «C'est comme donner à quelqu'un un fauteuil roulant pour une location d'un mois», dit Gerhardt, "et à la fin du mois, il doit le rendre, et marcher."

Mais il y avait un autre aspect de l'équation dans l'incident de l’étreinte : absence de formation de la voisine sur le caractère de l'autisme. Aurait-elle été plus consciente de l'état de Tony, et de ce qu'il pourrait occasionnellement entraîner, elle n’aurait pas pu se sentir si menacée. À tout le moins, si elle avait compris la situation, elle aurait pu tout simplement dire à Tony qu'elle aimerait qu'il la laisse aller, plutôt que d'espérer qu'il ait déchiffré les indices sociaux qui étaient invisibles pour lui.

En fin de compte, toute la situation a été rapidement désamorcée : le frère de Tony est arrivé et a offert, à la fois à la voisine et à la police, une explication du handicap de Tony, et elle a refusé de porter plainte. Mais, comme le note Gerhardt, un peu plus d'informations des deux côtés aurait pu éviter ce malentendu, en premier lieu.

DONALD VIT SEUL MAINTENANT, dans la maison où ses parents l'ont élevé. Enchâssée dans le chèvrefeuille et ombragée par plusieurs vieux chênes, à quelques minutes à pied du quartier fané des affaires de Forest, la maison a besoin d'un peu de peinture et de réparations. Plusieurs de ses pièces - dont la salle à manger et le salon, où ses parents accueillaient les visiteurs - sont sombres et poussiéreuses avec désuétude. Donald entre rarement dans cette partie de la maison. La cuisine, la salle de bains, et la chambre sont une habitation suffisante pour lui.

Sauf une fois par mois, qui est : quand il sort par la porte de devant et quitte la ville.

Peut-être l'aspect le plus remarquable de la vie de Donald, c'est qu'il s’est développé pour être un passionné de voyages. Il a été en Allemagne, Tunisie, Hongrie, Dubaï, Espagne, Portugal, France, Bulgarie, et Colombie - quelque 36 pays étrangers et 28 États américains en tout, dont trois fois en Egypte, Istanbul cinq fois, et à Hawaii 17. Il a marqué un safari en Afrique, plusieurs croisières, et d'innombrables tournois de la PGA.

Ce n'est pas exactement de la bougeotte. La plupart du temps, il définit six jours comme le temps maximum au loin, et n'entretient pas de contact après avec des gens qu'il rencontre sur sa route. Il se fait une mission d’obtenir ses propres instantanés des lieux qu'il a déjà vu en photo, et les assemble dans des albums quand il rentre à la maison. Puis il se met à travailler la planification de son incursion suivante, en appelant lui-même les compagnies aériennes pour les voyages intérieurs, et en s'appuyant sur une agence de voyage à Jackson quand il va à l'étranger. Il est, selon toute vraisemblance, l'homme qui a le plus voyagé à Forest, Mississippi.

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 4 Janvier 2011 à 21:30 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
C'est le même homme dont le passe-temps favori, comme garçon, étaient des bobines de fils, tournoyant lui-même, et roulant des mots dépourvus de sens dans sa bouche. À l'époque, il semblait destiné à un âge adulte étroit, stérile - peut-être vécu derrière les vitres d'une institution d'Etat. Au lieu de cela, il a appris le golf, à conduire, et à faire le tour du globe - compétences qu’il a d'abord développées à l'âge respectif de 23, 27 et 36 ans. À l'âge adulte, Donald a continué à se diversifier.

L'autisme est une condition hautement individualisée. Le montant de place que le cerveau rend disponible pour la croissance et l'adaptation diffère, souvent spectaculairement, d'une personne à l'autre. On ne peut pas présumer que la duplication des circonstances de Donald pour les autres autistes auraient pour effet de dupliquer ses résultats.

Pourtant, il est clair que Donald a atteint son potentiel grâce, en grande partie, au monde qu’il a occupé - le monde de Forest, dans le Mississippi - et la façon dont il a décidé de répondre à l'enfant bizarre dans son sein. Peter Gerhardt parle de l'importance d'une communauté d’«acceptation» de ceux qui sont autistes. A Forest, semble-t-il, Donald a été comblé avec l'acceptation, à commencer par la mère qui a défié les experts en le ramenant chez lui, et en continuant avec les camarades de classe de son enfance et le golf de ses partenaires aujourd'hui. Les voisins de Donald non seulement ignorent ses bizarreries, mais admirent ouvertement ses points forts- tout en prenant une position de protection avec tout étranger dont les intentions envers Donald peuvent ne pas être suffisamment précisées. À trois reprises, tout en parlant avec les citadins qui connaissent Donald, nous avons été informés, dans un langage étonnamment similaire à chaque fois: "Si ce que vous faites fait mal à Don, je sais où vous trouver." Nous l’avons indiqué : à Forest, Donald est «l'un d'entre nous."

Pendant un certain temps, les soins de Donald ont été littéralement déplacés dans la communauté. Kanner estimait que lui trouver une situation de vie dans un environnement plus rural serait propice à son développement. Ainsi, en 1942, l'année de ses 9 ans, Donald est allé vivre avec les Lewis, un couple d'agriculteurs qui vivaient à environ 10 miles de la ville. Ses parents l'ont vu souvent dans cette période de quatre ans, et Kanner lui-même s’est une fois rendu au Mississippi pour observer l'agencement.. Plus tard, il s'est dit "étonné de la sagesse du couple qui a pris soin de lui." Les Lewis, qui n'avaient pas d'enfant, ont mis Donald au travail et fait de lui quelqu’un d’utile. "Ils ont réussi à lui donner des objectifs [appropriés]," a écrit Kanner dans un article ultérieur.

Ils ont utilisé sa préoccupation pour les mesures en lui faisant creuser un puits et faire un rapport sur sa profondeur ... Quand il a tenu à compter les rangées de maïs à plusieurs reprises, ils l’ont fait compter les rangées tout en les labourant. Lors de ma visite, il a labouré six sillons ; ce fut remarquable à quel point il a manié le cheval et la charrue et a fait tourné le cheval autour.

La dernière observation de Kanner sur cette visite en dit long sur la façon dont Donald a été perçu: «Il a fréquenté une école de campagne où ses particularités ont été acceptées et où il a fait de bons progrès scolaires."
Image
A suivre

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dimanche 9 Janvier 2011 à 23:07 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
suite :
De même, pendant les études secondaires, alors que Donald vivait à nouveau à la maison avec ses parents, il apparaît ses manières étaient en général prises dans la foulée [ ? taken in stride]. Janelle Brown, qui était à quelques classes après Donald (et la bénéficiaire du Nombre 1487 de Donald), se souvient que, bien qu'il ait été quelquefois taquiné, il était généralement considéré comme un étudiant qui était intelligent de façon enviable, même "brillant" - de nouveau un héritage de ses célèbres compétences de multiplication et de comptage de briques. Elle se souvient de lui s’installant avec un ordinateur portable et remplissant page après page de nombres, et son impression, ainsi que celle des autres, qu'ils voyaient la preuve d'un esprit supérieur au travail.

Il est clair dans tout cela que, avec le passage du temps, l'attention de Donald s’est progressivement tournée vers l'extérieur. Il a progressivement commencé à accepter la façon dont son monde était modelé, en même temps que son monde s'adaptait à lui.

En 1957, il était membre d’une fraternité - Lambda Chi Alpha – au Collège Millsaps à Jackson, Mississippi, spécialisé en français et jouant dans une chorale d’hommes chantant a cappella. (Le directeur de la chorale, nous a dit un membre, n’a jamais utilisé un diapason, parce qu'il prenait toute note dont il avait besoin directement de Donald.)

Le révérend Brister Ware, de la First Presbyterian Church de Jackson, était membre de la fraternité et colocataire de Donald. «Il était un ami très cher," dit Ware, rappelant qu'il a essayé de diverses manières de donner socialement un coup de main à Donald, mais "qu'il était difficile de l'intégrer." Alors qu’il se préparait à être moniteur de sécurité aquatique, il s'est mis à enseigner à nager à Donald, "mais la coordination n'était pas si bonne pour lui» . Sans se laisser démonter, Ware a fixé un autre objectif: «Je pensais que j'allais essayer d'ouvrir sa personnalité», en amenant Donald à ce qui était alors une affectation verbale appréciée en faisant des parties, une façon de prononcer le mot yes comme «yeeeeeeees."' Les encouragements de Ware - «mettre un peu d'émotion et de sentiment et de savoir-faire chez lui - se sont avérés vains.

Ware a clairement encouragé son camarade de classe, comme l'ont fait, dit-il, les autres membres de la Fraternité. "Je savais qu'il était un peu étrange», admet-il. “. "Mais il est sincère ... Je me sens tellement chanceux de l'avoir eu comme un ami" - un ami, soit dit en passant, qui a donné un certain nombre à Ware: 569.

Tout au long de la jeunesse de Donald, le fait que les Tripletts avaient de l'argent a servi, sans aucun doute - l'argent pour attirer l'attention de Leo Kanner à Baltimore, les fonds pour payer chambre et pension à la ferme des Lewis. En tant que banquiers de la ville, ils avaient aussi un statut, qui a pu décourager ce genre de cruauté qui peut atteindre des gens comme Donald. Un résident perspicace de Forest l’a présenté de cette façon: «Dans une petite ville du sud, si vous êtes bizarre et pauvre, vous êtes fou ; si vous êtes bizarre et riche, vous êtes tout à fait un peu excentrique." Lorsque Donald a grandi, la banque de sa famille l’a employé comme caissier, et un fonds de fiducie irrévocable établi par sa famille paie ses factures à ce jour. Le fonds, selon son jeune frère, Oliver, a été conçu avec des contrôles qui assurent, comme il le dit, «quelque fille ne serait pas en mesure de parler à Don pour qu’il l’épouse, puis de prendre la fuite." En fait, Donald n'a jamais exprimé le moindre intérêt pour les petites amies, pas plus qu'il n'en a eu.

Mais il a son frère - ils dînent ensemble tous les dimanches, avec la femme d’Oliver - et il a une communauté qui l'a toujours accepté, bien longtemps avant que les gens de la ville aient entendu le mot autisme. Tranquillité, familiarité, stabilité et sécurité - si nous parlions de guérison, elles créeraient un environnement idéal. Forest les fournit tous à Donald, qui n'avait pas besoin de guérir. Il suffisait seulement qu’il mûrisse, ce qu'il a fait, de façon spectaculaire. Dans une de ses lettres à Leo Kanner plus tard, Mary Triplett a rapporté: «Il a pris sa place dans la société très bien, tellement mieux que nous l’avions espéré." Il y avait encore des difficultés, bien sûr - a-t-elle avoué au psychiatre, à ce moment un ami, «je voudrais bien savoir ce que ses sentiments sont vraiment" - mais ses craintes d'avoir porté un «enfant aliéné sans espoir» étaient depuis longtemps dépassées. Quand elle est morte, Donald avait atteint l’âge adulte, en apprenant davantage sur le monde et sa place dans ce monde qu'elle ne l'aurait jamais imaginé dans les premières années.

Mais il n'a jamais pu compter les briques. Cela, s'avère-t-il, est un mythe.

A suivre...

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Lundi 10 Janvier 2011 à 21:15 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
suite et fin :

Mais il n'a jamais pu compter les briques. Cela, s'avère-t-il, est un mythe.

Donald a expliqué comment cela s’était passé seulement après que nous ayons parlé pendant un certain temps. Cela avait commencé par une rencontre fortuite il y a plus de 60 ans au dehors du cabinet de son père, où certains camarades de lycée, au courant de sa réputation de génie des mathématiques, l’ont défié à compter les briques du palais de justice du comté de l’autre côté de la rue. Peut-être qu'ils s’en prenaient un peu à lui, peut-être qu'ils cherchaient juste un divertissement. Peu importe, Donald dit qu’il regarda rapidement le bâtiment et qu’il a lancé un grand nombre au hasard. Apparemment, les autres enfants l'ont accepté sur place, parce que l'histoire sera dite et redite au cours des années, en passant éventuellement du palais de justice à une construction scolaire - une légende locale captivante mais jamais, apparemment, vérifiée.

Une présomption commune est que les personnes autistes ne sont pas bonnes à dire des mensonges ou à raconter des histoires, qu'ils sont un esprit trop littéral pour inventer des faits qui ne concordent pas avec la réalité établie. D'une part, l'histoire de Donald et des briques démontre une nouvelle fois les risques inhérents à cette étiquette. Mais sur un autre plan, il révèle quelque chose d'inattendu de Donald en particulier. Au moment de cet épisode, il était adolescent, à peine soustrait depuis une décennie de la quasi-totale déconnexion sociale qui avait déterminé sa plus tendre enfance. À l'adolescence, cependant, il semble qu'il avait déjà commencé de travailler à se connecter avec les gens, et avait compris que ses compétences en mathématiques étaient quelque chose que les autres admiraient.

Nous le savons, parce que nous lui avons finalement demandé directement pourquoi il avait sorti ce numéro de l'air il y a tant d’années. Il ferma les yeux pour répondre, puis nous a surpris une dernière fois. Parlant aussi brusquement que jamais, et avec l'absence habituelle de détail, il a dit simplement, et peut-être de toute évidence : «Je voulais juste que les garçons pensent du bien de moi."

John Donvan (Numéro 550 pour Donald) est correspondant d’ABC Nightline. Caren Zucker (Numéro 549 pour Donald) est productrice de télévision et mère d'un adolescent autiste. Ils ont recueilli des histoires oubliées de l'autisme pour un livre.

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 11 Janvier 2011 à 7:21 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mardi 16 Novembre 2010 à 18:58
Messages: 2315
Localisation: Bretagne
Jean a écrit:
suite et fin :



e : «Je voulais juste que les garçons pensent du bien de moi."

[/i]

C'est Jo, tout craché, il aurait pu prononcer cette phrase, il le pourrait encore, même s'il a fait de gros progrès à ce niveau. Il veut vivre dans le monde, comme une personne étrangère arrivant dans un pays inconnu voudrait comprendre ce que les gens disent, sans connaître la langue du pays. Au bout d'un moment on comprend quelques mots, puis de plus en plus, mais ce ne sera jamais notre langue maternelle.

_________________
"Ne le secouez pas, cet homme est plein de larmes." Charles Dickens.


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dimanche 16 Janvier 2011 à 19:42 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
Vidéo de présentation de l'article :
Patient One: the First Autism Diagnosis Now in his 70s, Donald Triplett was the first person diagnosed with autism

Vidéo : Image
5mn12
http://abcnews.go.com/GMA/video/autisms ... t-11642645
4mn29 - 15/09/2010

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mercredi 19 Janvier 2011 à 11:28 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 14 Novembre 2005 à 11:03
Messages: 582
Localisation: quimper
Merci Jean d'avoir prit le temps de traduire tout cela , j'ai commencé à le lire .
Je profite de cette occasion pour te remercier de tous les articles que tu diffuses sur ce forum .
merci :bravo: :kiss:

_________________
Image
Nous ne sommes jamais aussi mal protégés contre la souffrance,
Que lorsque nous aimons


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Vendredi 28 Janvier 2011 à 22:52 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
Reportage sur ABC
Image

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Samedi 19 Février 2011 à 14:23 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
La traduction sous forme d'un fichier PDF (13 pages)
Fichier(s) joint(s):
le premier autiste (de Känner).pdf [192.65 Kio]
Téléchargé 240 fois

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dimanche 20 Février 2011 à 10:36 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mercredi 27 Janvier 2010 à 13:44
Messages: 1750
Localisation: montceau les mines
Jean a écrit:
Dans l’article de Wikipedia signalé par manu, j’ai trouvé la référence d’un article récent sur Donald T (note 14). C’est cet article que j’ai commencé à traduire.

Hé, je l'ai pas que signaler, je l'ai rédigé surtout! (wikipédia est un espace collaboratif, mais de fait il n'y a pas eut vraiment d'interventions autres que les miennes)
Ceci dit j'ai aussi utilisé des bases présente avant, et l'info et l'article traduit ici étaient déjà pointée dans la section histoire de l'article autisme.

_________________
"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Dimanche 20 Février 2011 à 21:04 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
Je m'en doutais, mais je me suis pas permis de t'en attribuer la paternité, tant que tu ne le disais pas explicitement. :)

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Lundi 21 Février 2011 à 21:38 
Hors ligne
Forcené
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Mercredi 27 Janvier 2010 à 13:44
Messages: 1750
Localisation: montceau les mines
'm'en doutait un peut, délicate attention qui m'a permis de le faire ostensiblement. :P

_________________
"L'homme qui sait ne parle pas, L'homme qui parle ne sait pas." (Lao Tseu) ... J'arrête pas d'le dire!


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mardi 22 Février 2011 à 19:01 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
J'en profite pour redire que l'article est de bonne qualité.

Si certains "spécialistes" (= professionnels) passent par là et y trouvent à redire, qu'ils interviennent sur Wikipedia.

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: Mercredi 2 Mars 2011 à 23:49 
Hors ligne
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: Lundi 24 Octobre 2005 à 21:39
Messages: 17781
Localisation: Finistère
Si vous avez été intéressé par cette traduction (d'amateur), je vous signale la dernière traduction de la même ampleur sur le forum d'Asperansa. Celle sur le vaccin ROR, par Brian Deer, dans le British Medical Journal.

_________________
parent d'une fille SA de 33 ans


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 40 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 0 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Développé par phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par phpBB-fr.com