Page 2 sur 2

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : jeudi 21 décembre 2017 à 14:17
par Jean
WinstonWolfe a écrit :
Faraday a écrit :Juste pour info, concernant la RQTH il faut quand même que le médecin du travail remplisse une partie d'un document envoyé à la CDAPH (il me l'a montré).
Pareil ici, la MDPH m'a demandé de faire remplir un formulaire par le médecin du travail avant de statuer. Je pense qu'il y a des variations dues aux diverses situations, et au manque d'uniformisation des procédures MDPH (le D étant pour "départementale").
C''st une pratique fréquente de MDPH de demander l'avis du médecin du travail.

Cependant, ce n'est pas un document à caractère obligatoire.

Aussi, si l'avis du médecin du travail n'a pas été fourni, la MDPH doit quand même statuer. Le seul critère légal pour avoir la RQTH, c'est d'avoir un handicap.

Cependant, une disposition légale (pour foutre les handicapés au travail d'après NS) impose aux MDPH, lors de la première demande adressée par un adulte à la MDPH, de statuer sur l'employabilité de la personne. La MDPH "décidera" donc d'une "orientation en milieu ordinaire" à partir de cette analyse de l’équipe pluridisciplinaire spécialisée sur les questions d'emploi.

20% des décisions des MDPH concernent la RQTH.

Des simplifications radicales dans la procédure sont possibles en attribuant automatiquement, sans demande, la RQTH à toute personne de plus de 16 ans bénéficiant d'un droit à la MDPH.

Et compte tenu du droit constitutionnel au travail, il n'y a pas besoin d'être "orienté" vers le milieu ordinaire. Seule l'orientation vers un EST devrait être soumise à décision de la MDPH.

Je ne peux que conseiller de demander la RQTH. Ensuite, on s'en sert quand on le juge utile.

Par ailleurs, il y a abus de droit lorsqu'un employeur subordonne l’aménagement du poste de travail à une RQTH, pour qu'il améliore son quota ! En effet, l'employeur doit aménager le poste de travail de ses salariés, qu'ils soient handicapés ou non, et doit prévenir une aggravation de leur état de santé.

Ceci dit, quand l'aménagement du poste de travail doit être substantiel, qu'il peut permettre à l'employeur d'obtenir une subvention de l'AGEFIPH, il ne faut pas faire la fine bouche et donner sa RQTH.

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : jeudi 21 décembre 2017 à 14:19
par Jean
cbb44 a écrit :il est top ton médecin du travail ! :x
Cela ne vous étonnera pas de savoir que dans le rapport du groupe de travail adultes pour le 4ème plan autisme, il est prévu de sensibiliser les médecins du travail à l’autisme ?

S'ils l'étaient déjà, il n'y aurait rien à faire dans le 4ème plan.

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : jeudi 21 décembre 2017 à 14:41
par Benoit
J'espère qu'ils sont informés de cette décision et d'accord.

Ici leurs responsables "syndicaux" sont informés mais pas d'accord avec la démarche.

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : jeudi 21 décembre 2017 à 15:01
par Flower
Pour le coup, je ne crois pas que l'histoire de la RQTH pour avoir des aménagements soit lié à la question des quotas, on les remplit assez bien... Il y a même des recrutements spécifiques. Mais quand on demande un aménagement à la médecine du travail chez nous, il est de droit et ne peut plus être refusé. Je crois que ça implique aussi le temps partiel donc il y a peut-être eu des abus là-dessus. :innocent:

Pour rebondir sur la question de Faraday, puisque cbb44 citait cet extrait, je me demande quel est le rapport entre une demande de RQTH et la relation qu'auraient avec toi tes relations de travail... Quand on installe un logiciel de lecture pour un non-voyant, c'est pour lui qu'on le fait et pas pour ses collègues. :roll:

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : jeudi 21 décembre 2017 à 15:11
par Benoit
Ca implique nécessairement aussi les collègues, que ce soit pour le déroulement des réunions ou la façon d'écrire des mails concis. (Les mal et non voyants sont rarement fans des pavés pour ne rien dire lus par l'automate).

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : jeudi 21 décembre 2017 à 18:03
par LOUNA
Il y a 15 jours j'ai eu une expérience bien différente avec le médecin du travail dans le cadre de la visite périodique.Lui et l'infirmière ont été compréhensifs malgré leur connaissance très imparfaite de l'autisme. J'ai présenté mon compte-rendu de diagnostic et le récépissé de ma demande de RQTH. Résultat : je suis apte à mon poste sous réserve expresse d'aménagement du temps de travail à 80% d'un temps plein. Mon employeur ne m'a fait aucune difficulté et je passe à 80% au 1er janvier.

Pas question de dire à mon employeur la nature de mes problèmes de santé, de faire l'éducation de mes supérieurs sur l'autisme et j'en passe.

Ton médecin du travail n'a pas fait correctement le job. Même en imaginant que tu arrives à expliquer certaines de tes difficultés à la structure qui t'emploie et que tu obtiennes certains engagements pour aménager ton poste, cela n'aura aucun fondement, ça pourra être remis en cause à tout moment.

Tu peux toujours contester l'avis d'aptitude du médecin du travail mais c'est compliqué (il faut saisir le Conseil de Prud'hommes).

Je te conseille un arrêt maladie pour cause de surmenage, fatigue extrême.Un arrêt d'au moins 30 jours consécutifs et un nouvel examen médical est obligatoirement déclenché auprès du médecin du travail : visite médicale de reprise. A cette occasion le médecin est tenu d'envisager les possibilités d'aménagement et d'adaptation de poste.

Bon courage

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : vendredi 22 décembre 2017 à 13:39
par Jean
C'est bien au médecin du travail de proposer les aménagements de poste, nom d'une pipe !

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : vendredi 22 décembre 2017 à 18:09
par Faraday
Merci à tous pour vos réponses. Je vais répondre à mon tour "un peu en vrac" (un peu comme dans ma tête en ce moment :) ) pour essayer d'apporter quelques précisions :
- le travail est une valeur et une dimension très importante dans ma vie et j'aime vraiment mon job, j'y passe beaucoup de temps. Je ne crois pas que je pourrais le faire à temps partiel et avec quelques aménagements minimes qui auraient peu d’impact sur mes collègues je pense que ca irait déjà mieux. Je ne veux pas abuser du système ni quoi que ce soit. J'ai de la chance, j'ai un travail à temps plein que j'aime, je ne me plains pas mais je suis fatiguée et j'ai besoin d'un petit coup de pouce.
- je suis quelques fois soumise à un travail de représentation des établissements où je travaille. Avec les fêtes de fin d'année, c'est l'horreur pour moi, je courre les dîners et repas de Noël où il y a énormément de bruits et des sons mêlés (comme des voix et de la musique forte) et je ne supporte pas cela du tout. Ca absorbe toutes mes forces. Je ne peux pas non plus parler s'il y a de la musique forte en même temps. Je suis donc très en difficulté lors de ces repas. Et ca n'est pas facile de trouver des sujets de conversation, je suis donc davantage silencieuse que je ne le devrais parce ce que je ne trouve pas de quels sujets je peux parler aux gens lors de ces fêtes. Si je pouvais soit réduire le nombre d'évènement de ce type ou en réduire la durée (parce que ca dure 3-4 heures à chaque fois), ca irait déjà mieux. Si je pouvais aussi éviter d'avoir à animer plus de deux réunions par jour ca serait vraiment bien. Ce sont sur ces deux points que je souhaiterais avoir un aménagement. Parce que ces derniers temps quand je rentre chez moi je craque complètement, c'est trop de sollicitation.

J'ai réfléchis et je ne me vois pas demander à ma responsable des aménagements sans avoir un appuie médical derrière, elle va se demander ce qui m'arrive tout à coup. Elle va peut-être penser que j'essaie de me défiler face à mes responsabilités si je lui dis que je ne souhaite plus faire une partie de mon travail. C'est quand même délicat d'y aller sans avis médical et en donnant une justification vague du type "j'ai des soucis de santé...". Elle va me dire d'aller voir le médecin du travail et c'est le serpent qui se mord la queue puisque lui m'a renvoyé vers elle pour un aménagement. Tout le monde va se renvoyer la balle et personne ne va prendre de décision.
Aujourd'hui je sais que je ne peux pas continuer comme ca, alors j'envisage une rupture conventionnelle. Cela m'attriste parce que j'aime mon travail, mais je suis trop épuisée. Si j'avais une RQTH je pourrais bénéficier d'une aide pour me reconvertir ou trouver un emploi adapté, mais le médecin n'a consenti ni à formaliser des aménagements, ni à accompagner ma demande de RQTH. Je vais voir si je peux l'obtenir sans son aval et sans ce fameux formulaire.

Globalement je ne sais pas si c'est une situation normale ou pas, ou si c'est moi qui est un mauvais ressenti, mais j'ai l'impression de ne pas avoir eu beaucoup d'aide de la part de ce médecin. D'autant que je lui ai fournis le rapport complet que le CRA m'a remis et qui pointe déjà la grande fatigue qu'ont sur moi les échanges sociaux. J'espère effectivement que le 4 ème plan autisme pourra améliorer la situation.
Je vous remercie tous pour les éclaircissements, avis, témoignages que vous avez fournis.

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : samedi 23 décembre 2017 à 16:16
par Jean
Le défenseur des droits revient sur l'obligation d'aménagement raisonnable au travail.

L’obligation d’aménagement raisonnable comme garantie de l’égalité de traitement dans l’emploi
171205_ddd_guide_amenagement_num_accessible.pdf
(662.47 Kio) Téléchargé 61 fois

Re: Echange suréaliste avec mon médecin du travail

Posté : vendredi 5 janvier 2018 à 14:41
par scorame
moi aussi je dirais que c'est peine perdu , pourquoi ?? ......... pour eux ce n'est que des mots, puis dire autiste c'est risqué avec les préjuger qu'est le leurs, donc objecter par des chiffres médicaux avec une tension à 9.5 par exemple est plus parlant pour eux , sans en dire la raison profonde, s'en tenir donc aux symptômes :P .