ritaline adulte

Tout ce qui concerne les prestations (AAH, AEEH, AJPP, PCH …), les relations avec les MDPH (démarches administratives), l'assurance maladie etc …
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Athéna
Forcené
Messages : 1380
Enregistré le : samedi 29 novembre 2014 à 20:17
Localisation : Toulouse

ritaline adulte

#1 Message par Athéna » samedi 24 mars 2018 à 15:21

Bonjour,

je me pose la question de savoir pourquoi la ritaline est si controversée. J'ai déjà lus pas mal de témoignages positifs et du coup je trouve que ça peut être une bonne aide.
Aspie diagnostiquée au CRA de Toulouse

Aeryn
Forcené
Messages : 560
Enregistré le : mardi 10 janvier 2017 à 18:49

Re: ritaline adulte

#2 Message par Aeryn » samedi 24 mars 2018 à 17:09

Quelques éléments de réponse en vrac :
- le méthylphénidate a des propriétés proches des amphétamines et a une image de "drogue" pour certains (d'ailleurs il est utilisé par des étudiants pour booster leurs capacités de travail, notamment au moment des examens)
- il y a pas mal d'effets secondaires, en tout cas chez les enfants (troubles du sommeil, diminutions de l'appétit avec parfois retentissement sur les courbes de croissance pondérale ...)
- certains parents ne veulent pas que le fonctionnement de leur enfant soit "modulé" par un médicament
- certains parents ont peut du risque de dépendance (qui n'existe pas en cas d'utilisation aux doses thérapeutiques en passant ...)

Je parle des enfants car c'est dans ce cadre que je connais l'utilisation du méthylphenidate. Je ne sais pas comment il est utilisé chez l'adulte, comment les médecins d'adultes le prescrivent, s'il a les mêmes effets secondaires chez l'adulte que chez l'enfant. Ceci dit chez l'adulte j'imagine que le risque de mésusage et donc de dépendance est accru par rapport à l'enfant.
TSA d'intensité légère à modérée

Avatar du membre
Athéna
Forcené
Messages : 1380
Enregistré le : samedi 29 novembre 2014 à 20:17
Localisation : Toulouse

Re: ritaline adulte

#3 Message par Athéna » samedi 24 mars 2018 à 19:19

merci Aeryn,
j'imagine que si on ne veut pas devenir dépendant on n'a pas envie de dépasser les doses thérapeutiques ! en tout cas je trouve curieux que l'amm soit réservé aux enfants. Comme si les problèmes disparaissaient à l'âge adulte...
Aspie diagnostiquée au CRA de Toulouse

Avatar du membre
Manichéenne
Modératrice
Messages : 4950
Enregistré le : jeudi 24 octobre 2013 à 9:54

Re: ritaline adulte

#4 Message par Manichéenne » samedi 24 mars 2018 à 20:54

Je crois que c'est un problème français. Probablement amplifié par la défiance envers ce qui vient des américains, et lobby psychanalytique...
Curieusement, en Belgique la prescription n'est pas aussi réglementée, et il semble d'ailleurs être trop donné (2% des enfants, il me semble). En même temps, ça montre que ce n'est pas si grave que ça...

Je me demande si pour l'adulte, ce n'est pas un peu le même problème qu'avec l'autisme : comme c'est présent dans l'enfance, et plus remarquable à ce moment, on oublie que ça ne disparait pas ensuite.
Diagnostiquée Autiste Asperger et TDA.
Mère de 3 enfants : fils Aîné TDAH et TSA, cadet TSA de type Asperger.

Aeryn
Forcené
Messages : 560
Enregistré le : mardi 10 janvier 2017 à 18:49

Re: ritaline adulte

#5 Message par Aeryn » samedi 24 mars 2018 à 22:31

Athéna a écrit : j'imagine que si on ne veut pas devenir dépendant on n'a pas envie de dépasser les doses thérapeutiques ! en tout cas je trouve curieux que l'amm soit réservé aux enfants. Comme si les problèmes disparaissaient à l'âge adulte...
Pour tout te dire je ne savais pas que l'AMM était réservée aux enfants. Mais honnêtement, on prescrit beaucoup hors AMM (en tout cas en pédiatrie) donc je ne suis pas sûre que ce soit ça qui retient les médecins d'adultes de le prescrire.
Je pense plus que c'est la peur d'un usage détourné, d'un mésusage voire d'un trafic ... Et si effectivement ils n'ont pas l'AMM, ça leur retombera dessus s'il y a un souci et ils n'auront aucune excuse s'ils ont prescrit hors AMM. Ils engagent leur responsabilité en dedouanant les autorités sanitaires ...

On peut ne pas vouloir devenir dépendant, mais le devenir malgré tout. En se rendant compte que le médicament aide, qu'en augmentant la dose on augmente l'efficacité (quand on prescrit, on commence à une dose la plus faible et on augmente progressivement jusqu'à la dose "cible" donc le patient s'aperçoit de l'augmentation du bénéfice lors de l'augmentation de la dose). Et donc on peut être tenté de continuer à augmenter la dose en se disant qu'on gagnera encore en efficacité, même si le médecin a dit qu'on s'arrêtait à cette dose.
TSA d'intensité légère à modérée

Avatar du membre
rainbow
Passionné
Messages : 487
Enregistré le : mardi 25 août 2015 à 7:31

Re: ritaline adulte

#6 Message par rainbow » jeudi 9 juillet 2020 à 8:04

Déterrage de topic ! (celui-ci me semble le plus adapté)

Petite question aux personnes qui prennent de la Ritaline : combien de temps avez-vous l'impression que son effet dure ?

J'en repris il y a peu (un comprimé 10 mg à libération immédiate - prescrit par le psychiatre), et j'ai eu l'impression de ressentir son effet encore au bout de 24h (mon anxiété était toujours aux abonnés absents... ce qui m'arrive très rarement !)

Je sais qu'une toute petite dose me suffit (1/4 de comprimé... pas très pratique à couper...) : j'en ai pris hier matin, et ce matin je me pose la question d'en reprendre car j'ai l'impression que ça me fait encore effet...
Lors de mon rendez-vous avec le psychiatre lundi, on parlait du fait, que c'est assez inhabituel d'avoir un effet avec de si petites doses, mais peut-être pas tant que ça chez les aspies après lecture d'un témoignage sur un autre site :
J'ai été preneur de tester le traitement et le spécialiste a eu l'excellente idée de commencer par la dose la plus faible disponible, 5 mg matin et midi alors que je fais 1m90 et 100 kilos. Avec une réserve de 5mg de plus en cas de longue journée.
L'effet a été stupéfiant c'est le mot, puisque d'un jour à l'autre j'ai découvert ce qu'était une vie "normale" et confortable pour moi et aussi pour les autres.

Les personnes avec Asperger ont semble-t-il un métabolisme un peu particulier et une hyper-sensibilité aux substances ce qui venait expliquer l'effet d'un si faible dosage chez moi.
https://www.leretourdeszappeurs.com/rit ... ment-55755

Et vous, vous prenez quelle dose ?
Enfin diagnostiquée Syndrome d'Asperger à 36 ans ! et TDA(H) à 38 ans !

http://hors-competition.over-blog.com

Répondre