imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

Tout ce qui concerne les prestations (AAH, AEEH, AJPP, PCH …), les relations avec les MDPH (démarches administratives), l'assurance maladie etc …
Message
Auteur
Dehlynah
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#1 Message par Dehlynah » jeudi 8 août 2019 à 14:34

Bonjour,
j'imagine que c'est ici qu'il faut que je pose mes questions, je vais les mettre en gras, j'ai peur qu'elle se perdent dans mes explications, désolée si c'est confus, j'ai besoin d'aide car je suis perdue avec tout ça...
Besoin de l'expérience de personnes qui sont dans l'éduc nat aussi...

Je vais essayer de résumer :
Suite à un burn- out lié à ma situation pro et personnelle je suis suivie par un psychiatre depuis janvier 2019.
Il m’a été conseillé par un psychologue que je vois depuis novembre 2018, à la base je le ( le psycho)consultais plus pour sortir de l’emprise dans laquelle j’étais, puis me sentant en confiance, le voyant ouvert et très pertinent, rapidement je lui ai amené le bilan du prédiag - il se trouve qu’il connaît bien les TSA, au bout de quelques séances il me dit qu’il voit la nécessité que je demande une RQTH ,pour me protéger, avoir un poste au moins près de chez moi avec quelques aménagements ( horaires au moins), même si on conclue que le métier de prof pour moi ça va être compliqué (j’ai des idées de reconversion dans l'EN, passer un autre concours, prof doc par ex, plus adapté sans doute, mais déjà je dois régler mes problèmes un par un – j’ai des enfants aussi, et avec le grand c’est très difficile- j'accumule aussi des infections en tout genre - bref le bateau prend l'eau...).
Ce psy me dit que le psychiatre pourra valider mon diag ( suite à mon prédiag j’avais contacté LE spécialiste de ma région, mais ultra débordé, il s’en excuse poliment et gentiment, me dit de le recontacter en septembre, mais à nouveau trop débordé)
Premier RV avec le psychiatre ( non spécialisé), je lui brosse ma situation, lui parle de mon prédiag, il me dit qu’il refuse de poser un diagnostique, quand j’emploie les termes de TSA il dit « quoi ? » de toute évidence ne connaît pas les TSA.
Bref. Pas de validation. Je suis dépitée mais bon à l’époque je suis en mode survie, je passe outre et continue le suivi avec lui.

Entre temps une AS me suit, elle me parle aussi de RQTH – mais je n’ai pas vraiment digéré le prédiag, et tant que je n’ai pas de validation officielle, je ne me sens pas légitime à en demander une.
Les entretiens avec le psychiatre sont de vrais dialogues de sourd parfois ( j’ai déjà connu ça avec des psys etc.) – il ne me parle que de dépression, oui certes je traverse une phase super dure, un état dépressif certainement. Mais il n'y a pas QUE ça.

Au printemps, suite à un énième dialogue de sourd, désespérée, je recontacte le spécialiste – il me donne deux RV pour juin. Il confirme le prédiag, rajoute le HPI, il me demande si je veux un papier officiel, je ne sais pas pourquoi je dis ( si en fait je sais: je sature...) « Non ça va » ( inconsciemment aussi je sens qu’il faut encore creuser), il me dit de le rappeler pour prendre RV à la rentrée, pour faire la demande de RQTH.
Une semaine après, il m’écrit un mail en disant qu’il veut affiner 2- 3 trucs pour poser le diagnostique final ( je cumule pas mal de problématiques, c’est compliqué, mais je suis un peu déstabilisée tout de même, tout en préférant avoir un diagnostique rigoureux et poussé, deux RV ça me paraissait peu aussi).
Juste après, j'apprends que fin août ( dans deux semaines ) j’ai RV avec le médecin du comité médical pour ma demande de CLM ( les 2 demandes en fait).
Le psychiatre que je vois dans ma ville a préparé un courrier pour ce médecin et m’a balancé au passage un diag de bipolarité ( il m’a présenté le truc naturellement et moi je hochais la tête bêtement, non je n’ai pas de phases maniaques, de ce que j’en ai lu, ça ne me correspond pas du tout, mais bon je sais qu'on est pas très objectif sur soi -même, j'ai un doute tout de même, j'avais un doute, après je sais que justement les femmes avec TSA sont souvent à tort diag bipolaires).

QUESTION 1 :
Est-ce que je parle au médecin du comité médical de mes démarches auprès du dr spécialiste en TSA et de mon diag en cours?
d'ailleurs : je n’ai absolument pas osé parlé de mes démarches auprès du dr G (spécialiste TSA) à mon psychiatre sur place ?

QUESTION 2 :

Avec un diag de bipolarité, est -ce que je ne risque pas d’être déclarée inapte pour l’EN ? ( mais avec des TSA aussi ?)[/b]

En sachant que je me suis décidée à demander une RQTH ( j’ai enfin ouvert et lu le dossier cette semaine) et que ça prend du temps ( min. 4 moins au moins si j'ai bien compris).

QUESTION 3 :
Est- ce que je lance déjà ma demande de RQTH avec le diag de bipolarité, quitte à le rectifier par la suite avec le diag du psychiatre spécialisé TSA ?

Si ça se trouve je suis AUSSI bipolaire, que sais-je ( mon psychologue me dit que pas du tout, je sais il est « que » psycho, mais punaise son écoute et ses connaissances, son ouverture d’esprit est toute autre que mon psychiatre, je ne parle pas du Dr. G qui est hyper rigoureux et très bienveillant) .
Il me disait que le médecin du comité allait sûrement me catégoriser bipolaire, étant donné que la majorité ne connaît pas les TSA, cela dit après mon passage en HP il y a 17 ans - je n’ai pas eu de diag, justement ils étaient perplexes, le psychiatre en chef a été honnête de reconnaître qu’il ne comprenait pas)…L'As m'a dit de bien expliquer ma situation perso - familiale (qui a surtout enclenché l'état dépressif), de dire que j'avais besoin de temps pour remonter la pente, m'organiser etc.

Pour la RQTH :
vu mon rythme et ma capacité à gérer l’administratif, je sens bien que si j'attends les rv avec le dr G. en septembre , ça va repousser à La Toussaint le moment où vais lancer la RQTH ( cf. rentrée scolaire et tout ce que ça implique – je parle que de la rentrée de mes enfants,
ah oui j’ai fait une demande d’aménagement de poste et d’allègement qui a bien sûr été refusée, sans RQTH pas de légitimité…)
Voilà mes questions et questionnements,
merci si vous avez lu tout cet embrouillamini et que vous prenez la peine de me donner des pistes, des éclaircissements.
Modifié en dernier par Dehlynah le samedi 10 août 2019 à 18:15, modifié 2 fois.
TSA ( prédiagnostic - printemps 2018, confirmation par psychiatre spécialisé - été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Kalevipoeg
Habitué
Messages : 65
Enregistré le : mardi 1 août 2017 à 7:29
Localisation : Nordiste émigrée

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#2 Message par Kalevipoeg » jeudi 8 août 2019 à 18:22

Bonjour,
Je te donne mon avis, mais peut-être que je me trompe.

Pour ta 1ère question, oui, tu peux évoquer ta démarche en cours de diagnostic autisme, ça ne changera rien à mon avis quant à ta demande. Tu demandes quoi au comité médical ? Un prolongement de ton CLM ? Tu as un diag de bipolarité rédigé par un psychiatre ? Mais ça ne t'empêche pas de faire part de tes doutes quant à ce diagnostic (sans exprimer que c'est n'importe quoi mais juste en émettant quelques réserves et en faisant part des questionnements de certains professionnels quant à un éventuel TSA).

Question 2 : Ce n'est pas un diag de bipolarité ou de TSA qui va en lui-même entraîner une inaptitude. L'inaptitude s'obtient soit à ta demande, soit à la demande du rectorat suite à une longue période de congé maladie, il me semble. La question pour les enseignants stagiaires se pose. Je ne sais pas s'il y a des différences quant à l'inaptitude tant que l'on n'est pas titulaire. Mais as-tu validé ton année de stage ? Que fais-tu en septembre ? Qu'est-ce que le rectorat t'a dit ?
Si le métier de prof est trop compliqué et en effet, il peut l'être pour une personne autiste ou bipolaire, il y a dans chaque académie une cellule de reconversion professionnelle. Mais encore une fois, je ne sais pas si un enseignant stagiaire peut en bénéficier. Et cela ne se fait pas du jour au lendemain... Les démarches sont longues et la reconversion n'est pas simple non plus, mais s'il y a dans ton académie au sein de la cellule reconversion des gens aidants et un médecin de prévention bienveillant et ouvert, ils peuvent beaucoup t'aider et on peut y arriver...

Question 3 : Pour ta RQTH, si tu es pressée de l'avoir, je dirais que peu importe le diagnostic. En effet, avec un diag de bipolarité, tu auras une RQTH. C'est ça qui compte. Je dirais qu'à la limite, quand tu auras (si cela arrive) un diag de TSA, tu pourras refaire un dossier MDPH avec le bon diagnostic et des demandes que tu penses adaptées pour toi. Mais la RQTH, c'est juste une reconnaissance de ton handicap et si tu en as besoin rapidement, fais ton dossier MDPH car les délais sont souvent longs.
Perso, quand j'ai été diagnostiquée Asperger, j'ai refait le dossier pour l'actualiser, les démarches admin ne me dérangent pas, donc ça allait.

Voilà, j'espère que ça t'aide un peu,
En tout cas, ton angoisse et tes multiples interrogations me rappellent étrangement... moi... :)
Kalev
Modifié en dernier par Kalevipoeg le samedi 10 août 2019 à 11:30, modifié 1 fois.
Born again in Summer 2017, when God told me I was an aspie.

TSA - type Asperger

Dehlynah
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#3 Message par Dehlynah » jeudi 8 août 2019 à 22:48

Merci beaucoup Kalev pour ton retour - "les diags farfelus" je rigole...
Tu travailles à l'EN?
Et non justement,je n'ai pas pu finir mon année, mon "plan" c'était d'aller jusqu'à la titularisation, "serrer les fesses" et me séparer ( je savais que ça me demanderait une énergie folle, je ne voulais pas enclencher de cataclysme, qui a finalement eu lieu), comme m'a dit l'AS et même le proviseur adjoint du lycée où j'étais ( ultra bienveillant), la vie n"est pas cloisonnée...
Je suis en prolongation en fait, en novembre j'avais eu une bonne évaluation,et j'étais déjà au bord du craquage ( en réalité j'étais déjà en burn out avant de commencer mon stage ! Ma situation conjugale et familiale étant assez lourde), j'avais dit à mon tuteur et au responsable de la formation que je voulais démissionner...Ils m'ont beaucoup encouragée (ils ont vu - reconnu - mon enthousiasme, mon investissement), c'est une année très dure pour tout le monde ( même pour les petits jeunes de 23 ans sans enfants, sans problème particulier, même si tout le monde a ses problèmes, mais objectivement je cumulais, je me demande même comment j'ai pu tenir 4 mois) J'ai la chance d'avoir un inspecteur académique très bienveillant, avec lequel j'ai eu des discussions au tel, mais sa patience va avoir des limites...
Il m'a demandé en juillet où j'en étais, il connait un peu ma situation, mon tuteur m'avait conseillé de lui parler carrément de mes démarches de diag ( lui est au courant de tout, au bout d'un moment comme je craquais en direct, j'ai lâché le morceau à mon tuteur, il a compris beaucoup de choses - finalement j'ai eu pas mal de chance au niveau humain), je n'ai pas du tout osé, en septembre quand je serai vraiment fixée, je crois que je lui parlerai ouvertement...Pour qu'il comprenne que ce temps ( pour me stabiliser un minimum à plusieurs niveaux) dont j'ai besoin, ce n'est pas du luxe...
D'après un peu tout le monde, l'idéal serait que j'accède à la titularisation ( mais sans aménagement, pour l'instant je ne m'en sens pas capable...La rencontre avec le médecin du travail a été horrible par contre, mais il a démissionné, a priori il y a eu de gros problèmes...) et ensuite bifurquer, en tant que stagiaire, je suis limitée dans mes mouvements en effet...

J'ai RV pour ma demande de CLM 1 et 2 ! d'après l'AS ça fera une pierre deux coups, qui irait jusqu'à janvier 2020, ensuite c'est CLD...(le responsable syndical me dit qu'il y a en effet risque de déclaration d'inaptitude, l'AS me dit no problème...)

Je ne pense pas trop me fourvoyer ( je tomberais vraiment de haut), si j'évoque le diag en cours, d'après le spécialiste, c'est "très probable" ( avec HPI ), bon suite au deuxième RV, il m'avait dit qu'on pouvait conclure à la présence des TSA et était prêt à me faire un doc, et c'est comme s'il s'était en partie rétracté ( mais je le sens prudent, à la limite je préfère, plutôt qu'un diag rapide dont je douterais toute ma vie), du coup j'ai presque l'impression d'avoir mal entendu...MAis je pense que n'étant pas sûre à 100% je n'oserai en parler...

Bon alors je vais enclencher la demande de RQTH, je suis très très lente pour les docs administratifs, c'est un vrai problème,
ça me porte préjudice, il y a des trucs que je ne fais pas, que je ne demande pas, je bloque vraiment...( c'est mon mari qui s'occupait de tout )
je crois que j'aurais besoin d'aide, même si je m'en sors pas mal, ça me demande vraiment une énergie...
merci encore de m'avoir lue et pour tes pistes
TSA ( prédiagnostic - printemps 2018, confirmation par psychiatre spécialisé - été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Kalevipoeg
Habitué
Messages : 65
Enregistré le : mardi 1 août 2017 à 7:29
Localisation : Nordiste émigrée

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#4 Message par Kalevipoeg » vendredi 9 août 2019 à 8:10

Ok, pendant ton congé maladie, tu prendras aussi le temps de réfléchir au métier de prof : est-ce que tu te sens capable de faire ce métier avec tes fragilités constitutionnelles ? Que tu sois bipolaire ou autiste, penses-tu que la gestion de classes, d'élèves plus ou moins difficiles, plus ou moins provocateurs, soit possible ? Ou bien est-ce que toutes ces interactions, variations émotionnelles risquent de perturber un équilibre psychologique que tu dis être précaire depuis longtemps déjà ?

En effet, peut-être que passer le concours de documentaliste serait une bonne idée. Cela me semble moins ''usant'' nerveusement parlant, même si aujourd'hui, les documentalistes font cours également.

En tant qu'enseignante, de quels aménagements penses-tu avoir besoin ? Il est possible d'avoir des aménagements horaires par exemple. Penses-tu que cela puisse être suffisant pour te permettre de rester sur cet emploi à long terme ?
Oui, chez les médecins de l'EN, certains sont en souffrance car la charge de travail est très importante et les choses ne sont pas simples pour eux non plus. Mais certains sont vraiment chouettes et aident à avancer.

Ce que je peux te conseiller est d'essayer de prendre du recul par rapport à cet emploi. Est-ce que tu penses que cet emploi te permettra d'être plus sereine au quotidien ?
Renoncer n'est pas simple, le concours est difficile et a demandé un investissement important etc. Il n'est pas facile d'admettre, après tant d'efforts, que le métier pour lequel on a fait tant de sacrifices n'est finalement pas adapté à nos fragilités.
Mais la vie est ainsi. On reçoit un diagnostic d'autisme ou de bipolarité tardivement et cela remet en question nos choix antérieurs.
On peut être dans le déni plusieurs années et s'acharner longtemps...
Mais accepter de renoncer à ce boulot permet de partir sur autre chose, d'avoir d'autres projets, d'avancer plus sereinement.

Après, on est tous différents, il y a des personnes autistes qui parviennent très bien à enseigner, qui sont plus stables sur le plan émotionnel, sensoriel etc. Peut-être que tu en seras tout à fait capable, je ne te connais pas du tout.

Pour le diagnostic, oui, tu as raison, le médecin veut être sûr qu'il s'agit d'autisme et qu'il ne se trompe pas. Je trouve ça assez rassurant. Paradoxalement, un médecin qui me fait part de ses doutes m'inspirera davantage confiance...
Il faut que tu aies le bon diag, c'est hyper important aussi. Il a raison de prendre son temps ce médecin.
Je te souhaite bon courage dans tes démarches
Modifié en dernier par Kalevipoeg le samedi 10 août 2019 à 11:28, modifié 1 fois.
Born again in Summer 2017, when God told me I was an aspie.

TSA - type Asperger

Dehlynah
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#5 Message par Dehlynah » vendredi 9 août 2019 à 12:21

Toutes les questions que tu poses font écho, oui je crois que je suis en train de faire le deuil de ce métier (c'est surtout le passage du concours qui m'a demandé un gros investissement, pas la préparation, je l'ai préparé seule quand j'étais en congé parental et y suis allée "pour voir" ne me sentant pas légitime - comme d'hab-jusque là pour le passer- donc pas de sacrifice énorme de ce côté- là, moins frustrant au moins mais c'est vrai que dernièrement en tombant sur mes cours, mes prép. J'ai eu un petit serrement de coeur- Et oui faut apprendre à lâcher...)
Je me posais aussi la question du structurel ou du conjoncturel, mais je dois voir la réalité en face, j'ai très peu de résistance nerveuse , une fatigue chronique, suis fréquemment malade, être absent en tant que prof c'est déjà un gros handicap, c'est frustrant, culpabilisant ( pour moi en tout cas) et 2 enfants très prenants et peu de relais...
De toute évidence ( même si je l'aveugle encore par moments)je ne peux pas/ plus faire ce métier (mon psychologue qui connaît bien l'enseignement et ce que ça implique comme énergie- comme "variations émotionnelles " , les interactions multiples aussi lié à ce métier)m'invite à revoir mes plans, prof Doc semble un bon compromis - pour l'instant, mais repasser un concours alors que je sors à peine la tête de l'eau, me semble compliqué, on verra, mais il faut que je gagne ma vie avec un métier qui ne me perdra pas en effet...

Beaucoup d'incertitudes, mais beaucoup de choses s'éclaircissent, en septembre je serai fixée, j'ai la chance de voir le Dr G. En lequel je peux avoir confiance, je lui ai dit que de toute manière j'ai besoin de solutions, d'aides, et ce n'est qu'avec un diagnostic précis, fondé que je pourrai les avoir
Je reconstruis tout, comme si j'étais sur un champs de ruines
Oui a priori il manque des médecins du travail dans l'En... C'est assez ingrat comme boulot je crois, mais j'espère pouvoir tomber sur quelqu'un de bien, on verra...
TSA ( prédiagnostic - printemps 2018, confirmation par psychiatre spécialisé - été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4442
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#6 Message par Flower » vendredi 9 août 2019 à 21:46

Pour la demande de RQTH, il faut savoir que la nature du handicap n'est pas mentionnée sur le certificat, donc à la limite peu importe le diagnostic retenu par la MDPH. Ce sera à toi d'expliquer à la médecine du travail et aux RH de quels aménagements tu as besoin, mais ils n'ont pas le droit (!) de te demander la nature du handicap.
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

gatony
Habitué
Messages : 70
Enregistré le : mercredi 10 juillet 2019 à 17:14

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#7 Message par gatony » samedi 10 août 2019 à 0:34

Flower a écrit :
vendredi 9 août 2019 à 21:46
Pour la demande de RQTH, il faut savoir que la nature du handicap n'est pas mentionnée sur le certificat, donc à la limite peu importe le diagnostic retenu par la MDPH. Ce sera à toi d'expliquer à la médecine du travail et aux RH de quels aménagements tu as besoin, mais ils n'ont pas le droit (!) de te demander la nature du handicap.
est-ce sûr concernant la médecine préventive, notamment dans le cas de la visite médicale à l'embauche ?

quid du fonctionnaire qui ne signalerait pas une pathologie ou un handicap lors de cette visite ? est-ce une faute ? est-il condamné à ne pas pouvoir bénéficier d'aménagements par la suite ? ou bien la transmission de la RQTH et la visite auprès du médecin préventeur sont deux choses différentes ?
diagnostiqué autiste

Avatar du membre
Kalevipoeg
Habitué
Messages : 65
Enregistré le : mardi 1 août 2017 à 7:29
Localisation : Nordiste émigrée

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#8 Message par Kalevipoeg » samedi 10 août 2019 à 7:58

Gatony,
A mon avis, rien n'oblige à signaler la nature du handicap au médecin lors de la visite médicale à l'embauche. Chacun fait ce qu'il veut, d'ailleurs, le diagnostic d'autisme peut intervenir des années après l'embauche, donc...

Ensuite, tu n'es pas non plus obligé de signaler à ton employeur une RQTH, encore une fois, chacun est libre. Mais si tu as besoin d'aménagements, il vaut mieux en effet signaler au médecin de prévention cette RQTH. Quant au secret médical... comment dire... il est parfois très relatif...

Par contre, il me semble préférable de ne rien cacher au médecin du travail, au contraire, il est là pour t'aider, pour t'accompagner et lui est tenu au secret médical et doit le respecter.
Born again in Summer 2017, when God told me I was an aspie.

TSA - type Asperger

Dehlynah
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#9 Message par Dehlynah » samedi 10 août 2019 à 13:00

Flower a écrit :
vendredi 9 août 2019 à 21:46
Pour la demande de RQTH, il faut savoir que la nature du handicap n'est pas mentionnée sur le certificat, donc à la limite peu importe le diagnostic retenu par la MDPH. Ce sera à toi d'expliquer à la médecine du travail et aux RH de quels aménagements tu as besoin, mais ils n'ont pas le droit (!) de te demander la nature du handicap.
Ok merci pour cette info précieuse ( ou plutôt ce rappel j'ai tendance à l'oublier!! Peut être parce que j'ai un souci de transparence, mais qui ne joue pas forcément en ma faveur), en parler au médecin du travail et forcément au médecin du comité vu qu'ils ont accès au dossier médical ( contrairement effectivement à mon employeur, le rectorat n'a pas les détails).
Du coup mon psychologue a tout faux quand il me dit que si je fais état d'un diag TSA je risque de me faire virer??
De même que parler de mon diag éventuel à l'inspecteur n'est pas une très bonne idée (ou bien ça dépend, il peut me soutenir dans mes demandes d'aménagement.)
Pour te répondre Kalevipoeg sur les aménagements éventuels, ce serait déjà au niveau du lieu d'affectation, afin de ne pas avoir des trajets me bouffant toute mon énergie ; après le dilemme reste : ne vaut -il pas mieux être dans un établissement calme ( comme c'est le cas pour moi à la rentrée, l'année dernière je me suis retrouvé avec des classes, une en particulier que personne ne veut et qu'on a " gentiment" refilées au stagiaire,qui plus est une classe à examen, avec donc un stress supplémentaire) et un peu éloigné, qu'un établissement agité et proche ?
De toute façon en terme d'organisation je n'ai pas trop le choix, je sais qu'il y en a qui le font mais me lever à 5h30 - déposer ma fille à 7h chez une nounou et enchaîner avec mes cours pour 8h, je sais que je ne tiendrai pas 3 semaines...Sans parler de la formation dans deux endroits différents, je n'ai pas de voiture et de toute manière j'ai mon permis depuis peu ( obtenu de haute lutte en vue justement de me déplacer plus facilement en cas d'affectation éloignée, j'avais tout prévu) et conduire, me garer, en état normal ça me stresse, mais fatiguée je suis une cata ambulante...
Les horaires aussi donc.
Et même pour la formation, mon responsable syndical me dit que je pourrais négocier un allègement ...
En fait, Kavilpoeg, mon objectif était d'enseigner en classe de FLE ( les effectifs y sont plus réduits, la difficulté principale étant que les élèves primo arrivent au fur et à mesure) j'ai une spécialité dans ce domaine et pas mal d'expérience, bref je me projetais bien là dedans à long terme...
TSA ( prédiagnostic - printemps 2018, confirmation par psychiatre spécialisé - été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
FidjiTiwi
Fidèle
Messages : 189
Enregistré le : dimanche 24 janvier 2016 à 15:33

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#10 Message par FidjiTiwi » samedi 10 août 2019 à 14:21

Quand j'ai eu mon inspection en janvier, j'ai choisi de parler des retentissements sur mon boulot plutôt que du diag. Donc plutôt "j'ai des problèmes à gérer à les interactions sociales qui font que la gestion du groupe classe et l'intégration dans l'établissement sont compliquées" et "je suis fatigable", ce qui est de toute façon vrai même si le diag n'est pas posé.
Maman de R (18 ans, HPI, TDA ?), N (16 ans, Asperger) et A (6 ans, en cours de diag).

THPI. RDV au CRA le 01/08/2019 : phobie sociale et trouble de la personnalité obsessionnelle.

Dehlynah
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#11 Message par Dehlynah » samedi 10 août 2019 à 18:19

FidjiTiwi a écrit :
samedi 10 août 2019 à 14:21
Quand j'ai eu mon inspection en janvier, j'ai choisi de parler des retentissements sur mon boulot plutôt que du diag. Donc plutôt "j'ai des problèmes à gérer à les interactions sociales qui font que la gestion du groupe classe et l'intégration dans l'établissement sont compliquées" et "je suis fatigable", ce qui est de toute façon vrai même si le diag n'est pas posé.
ok mais qu'est- ce que ça change pour toi de dire ça à l'inspecteur? Qu'est ce qu'il peut faire pour toi?
Tu as une RQTH? ou en cours de demande?
Je sais que ce n'est pas le Graal , mais sinon j'ai l'impression que ce genre de problématiques restent complètement inaudibles et non prises en compte ( surtout que des profs fatigués y en a un sacré paquet...)
TSA ( prédiagnostic - printemps 2018, confirmation par psychiatre spécialisé - été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
FidjiTiwi
Fidèle
Messages : 189
Enregistré le : dimanche 24 janvier 2016 à 15:33

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#12 Message par FidjiTiwi » samedi 10 août 2019 à 20:12

J'ai une demande de RQTH en cours. Côté inspecteur, ça change son regard et ça explique le gros fossé qu'il y a entre mon approche pédagogique reconnue et ma gestion de classe foireuse. Ca montre aussi qu'on a analysé nos difficultés et qu'on cherche à y remédier, ce qui est très très largement apprécié en inspection (j'ai déjà aussi inspecté des stagiaires). Et il va peut-être pouvoir appuyer mes demandes de reconversion plus tard.
Maman de R (18 ans, HPI, TDA ?), N (16 ans, Asperger) et A (6 ans, en cours de diag).

THPI. RDV au CRA le 01/08/2019 : phobie sociale et trouble de la personnalité obsessionnelle.

Dehlynah
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#13 Message par Dehlynah » dimanche 11 août 2019 à 0:00

FidjiTiwi a écrit :
samedi 10 août 2019 à 20:12
J'ai une demande de RQTH en cours. Côté inspecteur, ça change son regard et ça explique le gros fossé qu'il y a entre mon approche pédagogique reconnue et ma gestion de classe foireuse. Ca montre aussi qu'on a analysé nos difficultés et qu'on cherche à y remédier, ce qui est très très largement apprécié en inspection (j'ai déjà aussi inspecté des stagiaires). Et il va peut-être pouvoir appuyer mes demandes de reconversion plus tard.
C'est intéressant !
C'est "drôle" parce qu'ils ( le responsable de la formation et l'inspecteur) insistaient justement sur l'aspect positif de ma propre remise en question (enfin bon faudrait que je doute un peu moins de moi justement), je (me) posais des questions pour m'améliorer, trouver des solutions en effet ( en gestion de classe justement, très dur je trouve, en demi -groupe à 18 je respirais vraiment...A 36...Mon cerveau part en cacahuète -cela dit je me rends compte que j'ai travaillé avec des adultes -souvent ils étaient nombreux, en alphabétisation, c'est très intense en plus, très peu d'autonomie - même problématique avec les élèves: l'autonomie - ou plutôt le manque d'autonomie à gérer...- et je me sentais aussi complètement épuisée après 2h...)
Donc ton inspecteur a l'air aussi compréhensif et humain, c'est super ( a priori d'après les collègues, ce n'est pas toujours le cas).
TSA ( prédiagnostic - printemps 2018, confirmation par psychiatre spécialisé - été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
FidjiTiwi
Fidèle
Messages : 189
Enregistré le : dimanche 24 janvier 2016 à 15:33

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#14 Message par FidjiTiwi » dimanche 11 août 2019 à 0:48

Dehlynah a écrit :
dimanche 11 août 2019 à 0:00
Donc ton inspecteur a l'air aussi compréhensif et humain, c'est super ( a priori d'après les collègues, ce n'est pas toujours le cas).
Ouiiii ! Ma super cheffe d'établissement a demandé expressément que ça soit lui qui vienne.
Maman de R (18 ans, HPI, TDA ?), N (16 ans, Asperger) et A (6 ans, en cours de diag).

THPI. RDV au CRA le 01/08/2019 : phobie sociale et trouble de la personnalité obsessionnelle.

Dehlynah
Fidèle
Messages : 146
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#15 Message par Dehlynah » dimanche 11 août 2019 à 12:49

Ah carrément!! On le veut LUI! Quand on a des perles sous la main...
Du coup toi tu te sentirais de lui parler d'un diag TSA? ( Un collègue qui connaît bien cet inspecteur me dit qu'il serait en mesure de l'entendre et que au contraire ça lui donnerait des clefs pour mieux comprendre ma situation compliquée et donc trouver des solutions adaptées...)
TSA ( prédiagnostic - printemps 2018, confirmation par psychiatre spécialisé - été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Répondre