imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

Tout ce qui concerne les prestations (AAH, AEEH, AJPP, PCH …), les relations avec les MDPH (démarches administratives), l'assurance maladie etc …
Message
Auteur
Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4507
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#16 Message par Flower » lundi 12 août 2019 à 11:07

Je n'ai notifié ma RQTH que deux ans après l'avoir obtenue, et j'avais eu un aménagement (ordi pour prise de notes) avant. Bon, lors de la visite médicale d'embauche, je ne pouvais pas parler de TSA parce que j'ignorais que j'étais concernée... Mais je l'ai trouvée très légère de toute façon comparé à ce que j'ai vu ailleurs. Je pense que si on se présente avec une RQTH, le plus important face au médecin du travail reste de mentionner les difficultés concrètes et les aménagements nécessaires. (Évidemment, plus ils sont légers, plus les RH vont être contents.)

Concernant la remise en cause et l'analyse de ses difficultés: j'aurais tendance à penser que c'est positif d'en parler et de dire qu'on cherche à s'améliorer sur ces points, mais qu'il vaut mieux éviter de faire le lien avec un TSA surtout non diagnostiqué, ou avec une maladie psychiatrique comme la bipolarité. Tout simplement parce qu'on ne sait pas quelle compréhension aura la personne en face, et que tout ça continue à avoir une image assez négative. Donc même si on tombe sur une personne ouverte sur le plan humain, mentionner un tel diagnostic ou même un soupçon peut avoir des conséquences négatives. Dire qu'on a du mal à gérer la classe mais que du coup on cherche des conseils pour s'améliorer et apprendre, ce n'est pas pareil que de dire qu'on a du mal à gérer la classe parce qu'on est autiste/bipolaire/etc. (même si on dit qu'on cherche des conseils).
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
FidjiTiwi
Fidèle
Messages : 195
Enregistré le : dimanche 24 janvier 2016 à 15:33

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#17 Message par FidjiTiwi » lundi 12 août 2019 à 12:10

Tout pareil que Flower. J'ai parlé de ma suspicion de TSA à ma cheffe, parce que de toutes façons elle l'avait deviné (j'avais parlé des suspicions pour mes enfants et de mes difficultés, elle a fait le lien elle même). Mais à l'inspecteur je n'ai parlé que des aspects en lien avec mon travail.
Maman de R (18 ans, HPI, TDA ?), N (16 ans, Asperger) et A (6 ans, TSA).

THPI. RDV au CRA le 01/08/2019 : phobie sociale et trouble de la personnalité obsessionnelle.

Dehlynah
Adepte
Messages : 200
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#18 Message par Dehlynah » mardi 13 août 2019 à 10:52

Flower a écrit :
lundi 12 août 2019 à 11:07

Concernant la remise en cause et l'analyse de ses difficultés: j'aurais tendance à penser que c'est positif d'en parler et de dire qu'on cherche à s'améliorer sur ces points, mais qu'il vaut mieux éviter de faire le lien avec un TSA surtout non diagnostiqué, ou avec une maladie psychiatrique comme la bipolarité. Tout simplement parce qu'on ne sait pas quelle compréhension aura la personne en face, et que tout ça continue à avoir une image assez négative. Donc même si on tombe sur une personne ouverte sur le plan humain, mentionner un tel diagnostic ou même un soupçon peut avoir des conséquences négatives. Dire qu'on a du mal à gérer la classe mais que du coup on cherche des conseils pour s'améliorer et apprendre, ce n'est pas pareil que de dire qu'on a du mal à gérer la classe parce qu'on est autiste/bipolaire/etc. (même si on dit qu'on cherche des conseils).
Tu as raison, bon, dans tous les cas hors de question de parler d'une suspicion ou d'un diag en cours (d'après le psychiatre TSA pour lui c'est une" très forte probabilité") à part si comme FidjiTiwi ça vient à être évoqué de façon contextuelle, c'est ce qui s'est passé avec un collègue, du coup c'est lui qui m'a conseillé d'en parler à l'inspecteur mais je crois qu'il ne mesure pas l'ignorance et les préjugés liés aux TSA, mon psychologue m'a dissuadée d'en parler aussi...par contre l'AS m'a conseillé d'etre transparente et parler de la demande de rqth (même si l'inspecteur n'est même pas censé savoir cela, d'après mon responsable syndical), une aspie que je connais dans l'EN me dit qu'elle n'a rien à perdre, elle a été transparente... pfff c'est cela qui est difficile et compliqué, il y a des règles officielles et puis après c'est " selon", du coup avec des sons de cloche différents-je m'y perds pas mal...Je ferai au feeling peut -être...
Dans tous les cas, je ne ferai pas le raccourci" je n'arrive pas à gérer la classe parce que je suis bipolaire ou autiste "( d'ailleurs ma gestion n'était pas catastrophique, le bras de fer de début d'année est juste épuisant, et quand même des collègues chevronnés te disent qu'ils galèrent avec " cette" classe, bon ça fait relativiser...Enfin ça devrait...Il y a aussi chez moi le fait que quand ça ne marche pas " parfaitement" j'ai du mal à relativiser justement, je bloque...C'est aussi la manière d'affronter les difficultés au quotidien- d'ailleurs les formateurs m'ont fait remarquer que j'étais perfectionniste et que je me mettais une pression de dingue, ce qui contribue au burn out, bref des classiques...) C'est plus complexe que cela donc...Mais c'est encore un autre sujet...
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4507
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#19 Message par Flower » mardi 13 août 2019 à 11:39

Parler d'une demande de RQTH en cours, ça me paraît un cas différent - si tu as prévu de notifier cette RQTH à ton employeur et que tu es inspectée juste avant, j'imagine que ça se justifie.
C'est bien d'être consciente de tes difficultés (j'y inclus le perfectionnisme même si ce n'est pas uniquement un défaut), mais je pense que c'est bien aussi de pouvoir relativiser. Y compris devant les inspecteurs.
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
mrl
Adepte
Messages : 283
Enregistré le : mardi 2 avril 2019 à 16:41
Localisation : Lyon

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#20 Message par mrl » mardi 13 août 2019 à 14:13

La RQTH te sera utile pour les mutations. Cela pourrait t'éviter de changer d'académie si tu es dans le public. Et d'obtenir aussi des points pour le mouvement intra-académique. Donc selon moi il faut absolument la demander.

Faut-il parler de cette démarche à ton inspecteur ? Pour moi, ça dépend vraiment de l'inspecteur. Certains sont évidemment plus humains que d'autres.
Ça ne pose pas de problème pour la titularisation, étant donné que tous les employeurs doivent avoir un quota de travailleurs avec handicap.

La spécialisation FLE est intéressante, mais elle est souvent implantée dans des collèges très difficiles. Avant de demander un poste, il faut bien savoir combien d'heures de FLE tu aurais et combien d'heures de français.
Je suis en lycée, et il y a un poste FLE à temps complet dans mon établissement. La collègue a beaucoup d'interactions avec les autres profs, car elle doit assurer un suivi de l'intégration de chaque élève qui bascule de FLE vers les cours traditionnels. En quelque sorte, elle coordonne. (sans compter qu'elle a une force émotionnelle à toute épreuve puisqu'elle a des détails très durs sur les situations familiales et sociales des élèves primo-arrivants)
Et elle corrige le bac, écrit ou oral, voire les deux, ce qui question fatigue n'est pas rien.
De l'extérieur, professeur documentaliste me semble moins énergivore. Et les horaires plus aménageables. Mais il ne faut gérer tout l'aspect "achat de documents" et quelquefois travailler avec un intendant insupportable.
(moi, tout compte fait, je préfère les élèves insupportables aux adultes insupportables :mrgreen: )
En FLE, la formation pour adultes me semble le top. Ils sont à mon avis plus réservés sur leur situation, plus autonomes dans leur travail. En fait, ils savent que l'école est une chance.

Concernant les aménagements à demander (je suis personnellement en train de monter un dossier de RQTH pour des troubles de l'équilibre, où je joindrai le prédiagnostic de TSA), il faut surtout demander à ne pas travailler trop d'heures de suite (ni trop d'heures dans la même journée) ainsi qu'une salle fixe avec un vidéoprojecteur.
07/19 : TSA pré-diagnostiqué à l'oral
08/19 : traits autistiques sans pré-diagnostic possible en l'absence de témoignages sur la petite enfance.
11/19 : diagnostic de TSA par psychiatre en libéral

Dehlynah
Adepte
Messages : 200
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#21 Message par Dehlynah » mardi 13 août 2019 à 23:00

mrl a écrit :
mardi 13 août 2019 à 14:13
La RQTH te sera utile pour les mutations. Cela pourrait t'éviter de changer d'académie si tu es dans le public. Et d'obtenir aussi des points pour le mouvement intra-académique. Donc selon moi il faut absolument la demander.

Faut-il parler de cette démarche à ton inspecteur ? Pour moi, ça dépend vraiment de l'inspecteur. Certains sont évidemment plus humains que d'autres.
Ça ne pose pas de problème pour la titularisation, étant donné que tous les employeurs doivent avoir un quota de travailleurs avec handicap.

La spécialisation FLE est intéressante, mais elle est souvent implantée dans des collèges très difficiles. Avant de demander un poste, il faut bien savoir combien d'heures de FLE tu aurais et combien d'heures de français.
Je suis en lycée, et il y a un poste FLE à temps complet dans mon établissement. La collègue a beaucoup d'interactions avec les autres profs, car elle doit assurer un suivi de l'intégration de chaque élève qui bascule de FLE vers les cours traditionnels. En quelque sorte, elle coordonne. (sans compter qu'elle a une force émotionnelle à toute épreuve puisqu'elle a des détails très durs sur les situations familiales et sociales des élèves primo-arrivants)
Et elle corrige le bac, écrit ou oral, voire les deux, ce qui question fatigue n'est pas rien.
De l'extérieur, professeur documentaliste me semble moins énergivore. Et les horaires plus aménageables. Mais il ne faut gérer tout l'aspect "achat de documents" et quelquefois travailler avec un intendant insupportable.
(moi, tout compte fait, je préfère les élèves insupportables aux adultes insupportables :mrgreen: )
En FLE, la formation pour adultes me semble le top. Ils sont à mon avis plus réservés sur leur situation, plus autonomes dans leur travail. En fait, ils savent que l'école est une chance.

Concernant les aménagements à demander (je suis personnellement en train de monter un dossier de RQTH pour des troubles de l'équilibre, où je joindrai le prédiagnostic de TSA), il faut surtout demander à ne pas travailler trop d'heures de suite (ni trop d'heures dans la même journée) ainsi qu'une salle fixe avec un vidéoprojecteur.
Merci pour tes réflexions avisées, oui c'est vrai, le fle demande une grosse logistique et les profils souvent difficiles - il y a longtemps déjà, j'ai fait un remplacement de 9h sur plusieurs mois, j'étais donc jeune, sans enfants et déjà ça me pompait beaucoup d'énergie, même si j'aimais beaucoup ça j'avais été soulagée d'arrêter, surtout parce que j'allais loin, j'avais 1h30 de trajet aller! ( Pour 3 h le matin...) Je partais de chez moi avant 7h pour prendre un car et y être avant 9h...Pour ça que j'ai enfin passé le permis, mais au fond les trajets sont quand même problématiques...
La formation pour adultes m'a demandé aussi beaucoup d'énergie, j'ai travaillé dans plein d'endroits différents- ( c'est très précaire...), En fle c'est super ( il y a aussi le flot d'arrivées à gérer, les niveaux très hétérogènes, selon où on bosse y a pas toujours des groupes de niveaux, selon l'endroit, le dispositif, le public est plus ou moins captif et non certains adultes ne sont pas moins réservés, il peut y avoir un niveau de violence élevé, selon les vécus- lourds parfois- les personnalités et même entre eux ça peut être tendu- ex. De turcs et des kurdes, des russes et des tchétchènes etc. Mais entre une association et un centre de langue privé c'est le jour et la nuit et puis tout de même il y a plus de tenue oui, la problématique du respect à la personne qui enseigne existe à peine, c'est déjà énorme) l'alpha ( pour le coup très peu d'autonomie, voire pas du tout de certains apprenant qui ne savent pas tenir un crayon, utiliser un cahier etc.)ça m'épuise mais j'ai connu de grandes joies et des moments super gratifiants avec ces personnes -mais je n'ai pas su me forger une carrière là dedans, pour des raisons persos et puis la fatigue chronique, l'épuisement, à un moment j'ai carrément demandé moins d'heures alors que tout le monde en cherchait...Mais c'est un autre sujet...
Du coup je me suis dit que j'aimerais continuer à faire du fle dans un cadre "stable", soit l'EN ( en fait je repoussais depuis des années le passage du concours, ah bon?...)
Une salle fixe : oui, c'était une vraie angoisse de changer de salle, de ne pas savoir ce que j'allais trouver ( si l'ordi et le retro allait marcher ou pas, etc.) Me faufiler dans les couloirs aussi entre la foule d'élèves...Rien que ça c'est coûteux et c'est dommage parce que du coup ça empiète sur mes capacités, mes compétences...Les détails ajoutés les uns aux autres ( invisibles, assimilés pour la plupart des gens)créent des obstacles énormes et si en plus d'aventure il y a un gros aléas à gérer, tout s'écroule...
Mon inspecteur sait que j'ai une demande de rqth en cours ( par contre sans lui dire à quoi c'est lié) d'ailleurs si j'avais été mutée je l'aurais été à l'autre bout de mon département (et je viens de déménager !)
je dois sérieusement revoir mon projet professionnel en fonction de mon état que j'ai sous- estimé et dont je ne me suis pas occupée (pensant que ça allait passer," juste de la fatigue"...)depuis des années, surnageant vaille que vaille...
Prof Doc a priori est moins énergivore, c'est mon tuteur qui m'a présenté les avantages du métier a contrario du métier de prof lambda : pas de copies, pas de cours à préparer ( enfin de temps à autre et me connaissant je me lancerai dans des tas de projets passionnants-
mais va falloir que j'apprenne à me calmer.... )-pas de parents à gérer, pas d'examens à corriger, faire passer- ça c'est en creux mais positivement plein de choses m'intéressent vraiment dans ce boulot, d'autres me font un peu peur effectivement...
Spoiler : 
c'est drôle, la citation de Rilke pour ta signature, est tirée d'un passage que j'ai relu et souligné très récemment dans Les lettres à un jeune poète- je me le suis offert il y a peu en version bilingue - je me fais un plaisir de citer tout le passage (j'ai pensé que ça allait tellement bien aux personnes avec TSA! )Et puis zut ,j'avais mis un spoiler, mais mettre Rilke en spoiler serait sacrilège : "Ce qui est nécessaire, c'est seulement ceci :
"La solitude, la grande solitude intérieure. Pénétrer en soi-même et ne voir personne pendant des heures, voilà ce à quoi il faut être capable de parvenir. Etre seul comme lorsqu'on était seul enfant, lorsque les adultes allaient et venaient, pris dans des affaires qui semblaient importantes et considérables, puisque les grandes personnes avaient l'air très occupées et parce qu'on ne comprenait rien à leurs faits et gestes" ( trad. De Marc B de Launay) j'arrive pas à despoiler, tant pis...
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
mrl
Adepte
Messages : 283
Enregistré le : mardi 2 avril 2019 à 16:41
Localisation : Lyon

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#22 Message par mrl » mercredi 14 août 2019 à 16:20

Merci pour ces précisions concernant les cours FLE pour les adultes. J'en avais une vision faussée, trop idéalisée.
Oui, prof doc, il y a vraiment beaucoup d'avantages (et en plus le cdi ne change pas de place d'une heure à l'autre :lol: ).

J'ai beaucoup aimé lire Rilke, en schématisant un peu je dirai que j'apprécie sa manière de valoriser la solitude. Son bouquin m'a suivie (et soutenue) quelques années. Hélas, je n'ai jamais étudié l'allemand.Tu as de la chance de pouvoir le lire dans la langue.
Je me souviens que j'avais lu Les Cahiers de Malte Laurids Brigge et que j'avais beaucoup aimé aussi. De mémoire (mais je n'ai pas une excellente mémoire), il y a de très belles pages sur les visages.
Il faudrait que je le trouve en ebook pour le relire.
07/19 : TSA pré-diagnostiqué à l'oral
08/19 : traits autistiques sans pré-diagnostic possible en l'absence de témoignages sur la petite enfance.
11/19 : diagnostic de TSA par psychiatre en libéral

Dehlynah
Adepte
Messages : 200
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#23 Message par Dehlynah » dimanche 18 août 2019 à 21:59

mrl a écrit :
mercredi 14 août 2019 à 16:20
Merci pour ces précisions concernant les cours FLE pour les adultes. J'en avais une vision faussée, trop idéalisée.
Oui, prof doc, il y a vraiment beaucoup d'avantages (et en plus le cdi ne change pas de place d'une heure à l'autre :lol: ).

oui j'ai remarqué que le FLE est souvent idéalisé...:)
autre avantage et pas des moindres que m'a présenté mon collègue ( et auquel je n'avais pas du tout pensé) : être absent en tant que prof doc c'est ( un peu) moins gênant - car mes absences - dues à ma santé vacillante ( j'espère que ça va s'arranger, mais je sais que je vais rester fragile de ce côté ) m'ont vraiment plombée - rupture de rythme, de la progression dans mes séquences, retard dans mon travil, correction, prép...perte de légitimité auprès des élèves- un matin je suis quand même venue malade, après une nuit blanche, je pensais assurer un cours, au final je suis repartie ( vu que j'avais pas dormi j'étais très en avance) -ça a été une angoisse permanente ça...+ les enfants malades...Culpabilité et angoisse...
Je te réponds en MP sur Rilke...
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Dehlynah
Adepte
Messages : 200
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#24 Message par Dehlynah » dimanche 18 août 2019 à 22:07

mrl a écrit :
mercredi 14 août 2019 à 16:20
Merci pour ces précisions concernant les cours FLE pour les adultes. J'en avais une vision faussée, trop idéalisée.
Oui, prof doc, il y a vraiment beaucoup d'avantages (et en plus le cdi ne change pas de place d'une heure à l'autre :lol: ).
oui j'ai remarqué que le FLE est souvent idéalisé...:)
sinon il y a aussi les GRETA, et souvent ce sont les profs certifiés qui y ont accès - mais j'avais des collègues dans une asso qui enseignaient aussi en GRETA- mais voilà faut cumuler des heures à droite et à gauche- à un moment je donnais des cours du soir par exemple, pour les adultes qui travaillent...Avec des enfants, ça devient compliqué
de même pour la FAC, le système a peut être changé, mais par exemple, il fallait être employé un certain nombre d'heures ailleurs -on ne prête qu'aux riches ...

Autre avantage et pas des moindres que m'a présenté mon collègue ( et auquel je n'avais pas du tout pensé) : être absent en tant que prof doc c'est ( un peu) moins gênant - car mes absences - dues à ma santé vacillante ( j'espère que ça va s'arranger, mais je sais que je vais rester fragile de ce côté ) m'ont vraiment plombée - rupture de rythme, de la progression dans mes séquences, retard dans mon travail, correction, prép...Perte de légitimité auprès des élèves- un matin je suis quand même venue malade, après une nuit blanche, je pensais assurer au moins un cours, au final je suis repartie ( j'ai du mal à évaluer mon état de fatigue et de douleur, je me dis que " ça va passer" " ça va aller" alors qu'en fait pas du tout...) -ça a été une angoisse permanente ça...+ les enfants malades...Culpabilité et angoisse...
Sinon ouaip avoir son lieu à soi, son QG c'est pas mal...
Je te réponds en MP sur Rilke...
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
mrl
Adepte
Messages : 283
Enregistré le : mardi 2 avril 2019 à 16:41
Localisation : Lyon

Re: imbroglio médical : entretien avec médecin pour octroi de CLM /diagnostics/ RQTH

#25 Message par mrl » lundi 19 août 2019 à 9:05

Dehlynah a écrit :
dimanche 18 août 2019 à 22:07

Autre avantage et pas des moindres que m'a présenté mon collègue (et auquel je n'avais pas du tout pensé) : être absent en tant que prof doc c'est ( un peu) moins gênant - car mes absences - dues à ma santé vacillante ( j'espère que ça va s'arranger, mais je sais que je vais rester fragile de ce côté ) m'ont vraiment plombée - rupture de rythme, de la progression dans mes séquences, retard dans mon travail, correction, prép..
J'avoue que dans mes progressions (surtout niveau 1ère), je prévois deux semaines d'arrêt maladie par an.

Peut-être que pour contenter les parents (ce sont surtout eux qui se plaignent des absences), tu peux donner du travail à la maison supplémentaire.
07/19 : TSA pré-diagnostiqué à l'oral
08/19 : traits autistiques sans pré-diagnostic possible en l'absence de témoignages sur la petite enfance.
11/19 : diagnostic de TSA par psychiatre en libéral

Répondre