Page 2 sur 4

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : samedi 6 septembre 2014 à 0:55
par Idée
Je ne sais pas c'est comment en France, simplement faire part d'une expérience. Lorsque j'ai renouvelé mon prêt hypothécaire, le banquier m'a passé le questionnaire (pour l'assurance en fait) et je devais simplement dire oui ou non si j'étais concernée par quelque chose dans la liste qu'il disait (pas à chaque item spécifique, seulement dire oui si j'étais concernée par un élément dans toute la liste et elle était longue). En fait, il a nommé presque toutes les sphères possibles de santé. Donc, oui en un sens il était au courant que j'ai dit oui, mais je ne devais pas lui préciser quoi à lui (seulement à l'assureur, s'ils me téléphonaient), bref dans la liste qu'il a nommée ce pouvait être n'importe quoi (diabète, arthrose, problèmes de ceci ou de cela...). Ça n'a pas du tout influencé le prêt. Mais bon, je ne sais pas en France et je ne sais pas pour d'autres types de prêts...

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : samedi 6 septembre 2014 à 8:55
par Astragale
En France cela peut être différent selon les banques et les assureurs. Le dernier questionnaire que j'ai du remplir était une liste de cases à cocher, dans laquelle j'aurais donc du cocher "Maladie psychiatrique dans les 5 dernières années".

Mais ce qui m'inquiète, ce n'est pas une rallonge d'assurance, c'est le fait que mon banquier le sache. Parce que si il sait que je suis Asperger son attitude avec moi et sa confiance quant à mes capacités à gérer mon entreprise seront très fortement dégradées.

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : samedi 6 septembre 2014 à 9:35
par calande
J'ai essayé de faire un DAEU il y a deux ans. On m'a proposé ces types d'aménagements, mais pour moi qui suis asperger, ils ne répondent pas à mes besoins :?
J'ai écourté ma première année en mai, épuisé et perdu.

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : samedi 2 mai 2015 à 1:36
par galaxxie
Je rebondis sur la dernière phrase d'Astragale et profite de demander une précision:

n'est-ce pas la pose du diagnostic en premier lieu qui est "discriminante" (au sens littéral du terme) dans l'étude d'un dossier de prêt?

Je viens de passer en revue les questionnaires sur le net des sociétés d'assurances invalidité prêt et c'est bien le mot "diagnostic" qui ressort pour cocher les cases oui/non. J'en déduis qu'une personne ayant reçu le diagnostic mais sans RQTH est autant lésée que la personne bénéficiant de RQTH, est-ce correct?

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : samedi 2 mai 2015 à 13:58
par Astragale
galaxxie a écrit :Je rebondis sur la dernière phrase d'Astragale et profite de demander une précision:

n'est-ce pas la pose du diagnostic en premier lieu qui est "discriminante" (au sens littéral du terme) dans l'étude d'un dossier de prêt?

Je viens de passer en revue les questionnaires sur le net des sociétés d'assurances invalidité prêt et c'est bien le mot "diagnostic" qui ressort pour cocher les cases oui/non. J'en déduis qu'une personne ayant reçu le diagnostic mais sans RQTH est autant lésée que la personne bénéficiant de RQTH, est-ce correct?
:bravo:
J'aimerais beaucoup des avis également...

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : samedi 2 mai 2015 à 14:00
par zad
c'est clairement le diagnostic qui compte (et pas la rqth ou les demandes administratives qui découlent du diag)

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : samedi 2 mai 2015 à 14:39
par Cathy
Je ne suis pas concernée par l'autisme mais je peux vous parler des prêts et assurances me concernant.
Je ne suis pas RQTH mais, quand j'ai rempli le questionnaire pour mon prêt maison (1997), j'ai mentionné mes nombreuses ablations de tumeurs. Résultat l'assurance du prêt n'est que sur une tête, celle de mon mari :innocent:

Idem pour l'assurance vie, par chance j'avais souscrit à une assurance vie quelques années avant mes soucis de santé. Il y a quelques temps j'ai essayé de changer d'assurance, impossible.

Ils m'ont tous expliqué qu'après une mastectomie (2005), ils n'étaient pas en mesure de m'assurer.

J'ai donc l'impression que c'est plus le diag qui pose problème que la RQTH.

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : samedi 2 mai 2015 à 14:52
par galaxxie
wow... merci.

Bon, ce n'est peut-être pas plus mal pour moi qu'il y ait plusieurs mois d'attente avant les tests. Il va falloir que je réfléchisse sérieusement à la poursuite des démarches diagnostiques. Ratio bénéfices-risques.

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : mercredi 6 mai 2015 à 15:39
par Jean
Cathy a écrit :Je ne suis pas concernée par l'autisme mais je peux vous parler des prêts et assurances me concernant.
Je ne suis pas RQTH mais, quand j'ai rempli le questionnaire pour mon prêt maison (1997), j'ai mentionné mes nombreuses ablations de tumeurs. Résultat l'assurance du prêt n'est que sur une tête, celle de mon mari :innocent:
En ce qui concerne les cancers, il y a une évolution en cours. Voir article sur la convention AERAS. Une disposition - introduite par amendement - du projet de loi Santé rend obligatoire cette convention.
Les députés ont voté vendredi 10 avril l'instauration d'un « droit à l'oubli » pour les anciens malades du cancer, l'insérant dans la loi la convention signée fin mars par le gouvernement avec les assureurs de santé.

D'après cette convention, les anciens malades, passé un certain délai après leur guérison, auront la possibilité de contracter un crédit bancaire, ou plus exactement une « assurance emprunteur » permettant ce prêt, et donc l'accès à la propriété. Jusqu'à maintenant, considérés comme des emprunteurs « à risque », ces personnes en étaient soit exclues, soit contraintes de payer des surprimes d'un montant parfois exorbitant. Cette mesure est l'une des mesures emblématiques du troisième plan cancer qu'il avait lancé en 2014.

Le droit à l'oubli s'applique d'abord aux personnes ayant souffert d'un cancer avant l'âge de 15 ans. D'une manière générale, l'ensemble des anciens malades, quel que soit le cancer dont ils souffraient, « n'auront pas à le déclarer » quinze ans après l'arrêt du traitement. Un délai qui pourra être inférieur pour certains cancers.

D'autres pathologies concernéees

Une « grille de référence » sera ainsi « régulièrement actualisée » pour tenir compte « des progrès thérapeutiques » afin d'établir la liste de ces cancers qui pourront, selon la convention « systématiquement bénéficier d'un tarif d'assurance emprunteur standard [sans surprime] ».

Les députés ont également voté un amendement de députés socialistes étendant les dispositifs prévus, « aux pathologies autres que cancéreuses, notamment les pathologies chroniques », et ce, selon l'amendement, « dès lors que les progrès thérapeutiques et les données de la science attestent de la capacité des traitements concernés de circonscrire significativement et durablement leurs effets ».
http://www.lemonde.fr/sante/article/201 ... 51302.html
Sur ces sujets d'assurance, voir la convention AERAS : http://www.aeras-infos.fr/site/aeras/Ac ... mprunteurs

Re: Enseignement supérieur : exemples d'aménagements

Posté : mercredi 6 mai 2015 à 15:41
par Jean
Astragale a écrit :Ah tu crois ? :shock:
Dan ce cas ils ne se gênent pas , ce sont eux qui font passer le questionnaire !
Cela-dit, si je ne m'abuse, il est possible de choisir son assureur ?
http://www.aeras-infos.fr/site/aeras/Ac ... rsonnelles
http://www.aeras-infos.fr/site/aeras/Ac ... -assurance

Re: Questionnaire de santé et assurance

Posté : mercredi 6 mai 2015 à 19:51
par Cathy
Merci Jean,
D'après cette convention, les anciens malades, passé un certain délai après leur guérison, auront la possibilité de contracter un crédit bancaire, ou plus exactement une « assurance emprunteur » permettant ce prêt, et donc l'accès à la propriété.
Reste à trouver la durée exacte de ce délai :roll: Nous aimerions pouvoir à nouveau emprunter afin d'aménager une dépendance pour Ben. Bien sûr nous espérons qu'il puisse un jour être totalement indépendant, mais au cas ou, son frère et sa sœur son d'accord pour que ce projet voit le jour :D

Emprunt immobilier et assurance

Posté : dimanche 16 octobre 2016 à 10:10
par Sokka
Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (début).


Bonjour

J'étais déjà venue sur ce forum mais j'ai depuis perdu mon pseudonyme .. j'ai donc recréé un compte.

Je viens d'être diagnostiquée au CRA, et j'ai une question : je m'apprête à faire un emprunt immobilier, dois-je mentionner mon SA ? (j'ai reçu un premier questionnaire de l'assureur demandant si j'avais eu des arrêt maladie long, j'ai répondu oui (pour un problème dépressif) et ils ont donc envoyé un questionnaire plus détaillé, où il y aune case "autres affections non reprises")

Aussi, est-ce que quelqu'un ici a déjà contracté un prêt après son diag ? Et si oui, comment cela s'est passé ?

Re: Emprunt immobilier et assurance

Posté : dimanche 16 octobre 2016 à 11:11
par Djinpa
Attention,gros sous, sujet hypersensible!!!!!
ce qui est certain:
-tout ce que tu réponds ou ne répond pas t'engage: usuellement, l'assureur en réceptionnant ta demande va utiliser les infos pour calculer ton risque, et ajuster la prime d assurance en conséquence.
Si tu déclares un événement de santé personnel associé dans leur algorythme avec un risque aggravé (comme des arrêts maladie, ou un diagnostic habituellement associé à des arrêts maladies), alors ta prime va être augmentée en conséquence.
Si tu ne déclares pas, alors tu payes un prix "normal", mais si , dans quelques années, tu as de nouveau un problème de santé et que tu veux faire jouer cette assurance, alors ils utiliseront tous les éléments en leur possession pour trouver ce qui leur permettrait de refuser de payer: et la non-déclaration d'un élément de santé dont tu avais connaissance est une faute grave de ta part, qui les exonère de remboursement....donc tu auras payé pour rien.
avoir un problème de santé et vouloir faire un emprunt, le mot technique est: risque aggravé
il y a affiché dans les bureaux de poste des infos "convention AREAS", je viens de trouver ceci en googlant (mais je n'ai pas évalué ce que ca vaut, même si à première vue, c'est exactement ce dont tu aurais besoin: un courtier dont la spécialité est "risques aggravés" ) http://www.handi-assur.com
Est-ce que quelqu'un sur le forum sait si une assoc dans le champs de l'autisme a déjà négocié des contrats collectifs adaptés à ce risque, comme il y en a pour le risque "cancer", ou "paraplégie"?

Re: Emprunt immobilier et assurance

Posté : dimanche 16 octobre 2016 à 13:32
par Astragale
Oui Sokka, en France, l'autisme est rangé parmi les maladies psychiatriques et doit être légalement déclaré à l'assurance.
Toutefois, certain(e)s, dont je fais partie, considère que c'est un acte militant que de refuser de le faire.
Il faut être conscient(e) de ce à quoi on s'expose en cas de souci, si l'assureur vient à le savoir et t'accuse de fausse déclaration par exemple.

Re: Emprunt immobilier et assurance

Posté : dimanche 16 octobre 2016 à 14:56
par Pupuce
..............