Page 5 sur 7

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et auti

Posté : mercredi 23 septembre 2015 à 20:13
par LOUNA
..........

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et auti

Posté : vendredi 8 avril 2016 à 11:50
par MilleMoi
........

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et auti

Posté : vendredi 8 avril 2016 à 23:19
par Daredevil
Lilette a écrit :Bref, on est HS Frees' ;)

Pour en revenir au sujet, personne n'a rien à répondre à mon message ?
Je suis la seule à vivre ça de cette manière ? :(

J'me sens seule pour le coup :|
Je pense que c'est 1/2 des causes de la fin de ma première histoire d'amour, l''autre moitié , pqychorigide, syndrome peter pan ("pas assez adulte") replié,pas assez motivé pour voyager, trop campagnard dans ma facon de vivre. Ca prend le même chemin pour l'histoire actuelle pour le sexe : pas assez démonstratif (c'est moi l'homme donc c'est moi qui donne le "la" :( ) pas assez souvent de sexe , souvent raté trop tendu, trop mécanique (pas de laisser aller), trop intellectuel, pas assez de partage non verbale ... Le caresses me chatouillent, ou me font mal si trop répétées (faut y aller franchement)

En gros je ne suis pas"un bon coup" ;)

Ps heureusement que ce n'est pas le ciment de notre couple... "Tu as une belle âme" m'a-t-elle dit un jour :o

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et auti

Posté : dimanche 19 mars 2017 à 23:20
par Carapa
Je réagis (très) tardivement sur ce sujet, car plusieurs points de l'exposé (ou du moins de son compte-rendu, car je n'ai pas assisté à la conférence) me chiffonnent sérieusement:

1) "La sexualité provoque des sentiments et des émotions : prise de conscience de son émotion et de son désire pour le/la partenaire ce qui implique une prise de conscience de l’existence de l'autre, de ses besoin et de ses sentiments, ce qui implique de l’altruisme puis de l'amour."

Euh, je ne pense pas que ça fonctionne comme ça en général. Soit les gens sont déjà amoureux quand ils couchent ensemble, soit ils ne le sont pas; dans ce dernier cas ils peuvent éventuellement le devenir ensuite, mais c'est très loin d'être la règle.

2) "L'acte sexuel est une récompense, c'est l'accord de la dignité donnée par le/la partenaire pour la reproduction (qui est l'un des objectif majeur de l'homme)"

Tout de même, à notre époque, une grande partie des relations n'ont pas la reproduction pour but, et cela le conférencier ne peut quand même pas l'ignorer...

3) Je trouve assez désolant que la principale solution envisagée pour les autistes soit l'assistance sexuelle, ce qui revient à peu près à nier leurs besoins affectifs. Pour parler franchement, il me semble que la plupart d'entre eux (en tout cas de ceux qui ont des attentes dans ce domaine) cherchent plutôt une compagne ou un compagnon de vie qu'une paire de fesses. Est-ce une attente exorbitante???

4) L'hypothèse d'un dysfonctionnement des neurones miroirs chez les autistes est très controversée, voir par exemple ici:
https://www.newscientist.com/article/dn ... in-autism/

Les points 1) et 3) me paraissent révélateurs d'une lourde tendance de notre société à considérer le domaine affectif comme un simple sous-produit de la sexualité, tendance dont les initiateurs ne sont autres que M. Freud et ses disciples - ce qui fait une raison, parmi beaucoup d'autres, de s'en méfier.

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et auti

Posté : mardi 15 août 2017 à 19:18
par Tugdual
Modération (Tugdual) : Des messages sans rapport avec la formation ont été déplacés ici.

Re: Formation sur la séxualité des aspis et autistes

Posté : lundi 6 mai 2019 à 7:49
par Mfifi
calande a écrit :
mardi 8 septembre 2015 à 11:25
Intéressant (mis à part les fautes d'orthographe qui piquent les yeux :) )
J'ai moi-même eu des avances d'hommes plusieurs fois. Pour moi qui suis hétérosexuel, c'est assez désagréable d'être face à ce genre de situation.
Je trouve qu'on prend pourtant, encore une fois les aspies pour des attardés mentaux quand je lis qu'il faut lui dire de se laver les mains après usage, pas de masturbation dans les lieux publics, etc...On a beau avoir un handicap avec les codes sociaux, on n'est pas rendu à ce point-là, quand même...
Bon c'est bien longtemps après mais sujet m' intéresse. Pour rebondir sur ce que tu dis sur le faite de prendre les aspies (bon moi j'avais compris autiste pas aspie) pour des attardés mentaux (c'est pas cool la débilité est une vrai maladie et le manque d'éducation notamment sexuel entraîne des catastrophes). Mais bon si j'ai compris la formation s'adresse au parents et souvent les parents ne savent pas comment parler de sexualité avec leur enfant. Mon fils se touchait tout le temps à 3ans devant tout le monde et se trimballait à poil dans la maison. Un jour j'ai dû lui expliquer que c'était son corps qu'il lui appartenait que personne n'avais le droit de le toucher sans son autorisation (pas même la maîtresse pour lui laver les cheveux à la piscine), qu'il avait le droit de toucher son corps mis que comme c'est intime il doit pas le faire devant les autres ou dans des lieux publics. Et qu'on se lave les mains. Il m'a demandé s'il avait le droit alors de se toucher les jambes les pieds etc dans l'intimité. J'ai dis c'est ton corps il t'appartient. Et à l'époque on ne suspectait rien à part une grande intelligence.
Je pense que beaucoup de parents ne sont pas à l'aise avec ça et je pense qu'il met l'accent sur ça car bien souvent on ignore que les personnes différentes ont une sexualité. Il y a quinze ans dans certains institut le soir l'educ de garde distribuait la pilule (ou alors il y a aussi la piqûre de contraceptif) aux filles trisomiques et s'enfermait dans sa chambre pour ne pas savoir ce qui se passait. Tout le monde cautionnait et les parents fermaient les yeux. Alors qu'eduquer c'est la base (mst, consentement, ect...). Désolée ce sujet me tiens à coeur

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : samedi 11 mai 2019 à 3:39
par AlexKain
Effectivement, ce sujet est intéressant, et il y a beaucoup à en dire.

Moi je pourrais raconter des choses mais je n'ai pas encore le courage ni la confiance. Tout ce qu'il faut savoir, c'est que la frustration affective et sexuelle est bel et bien présente.

Quoiqu'il en soit, j'ai aimé lire ce topic et j'espère qu'il sera relancé.

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : samedi 11 mai 2019 à 11:45
par Siobhan
Un domaine qui fait partie intégrante de la séxualité d'une personne, et sur lequel il peut être je pense extrèmement délétère d'avoir des idées fausses : la masturbation chacun dans son coin dans une dyade amoureuse.

Je pense que dans un couple où l'un des partenaire, voire les deux, n'a pas une pratique de la masturbation libérée et "intelligente", les frustrations liés aux tension sexuelles non gérées de manière autonome peuvent rapidement devenir source de gros gros conflits.

Exemple contraire à l'accumulation de frustration : la disparition inexpliquée d'une tension sexuelle chez le partenaire d'en face (par masturbation "fidèle", mais réalisée seul/e), peut créer de l'incompréhension chez le/la partenaire d'en face, si il/elle n'a pas idée que la masturbation peut induire chez le partenaire ce type de disparition de tension sexuelle.


edit : précisions

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : mercredi 15 mai 2019 à 18:55
par Siobhan
Pas de réaction sur le sujet de l'auto-masturbation au sein d'un couple (sans ironie) ?

Ça me semble un sujet important pourtant...

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : mercredi 15 mai 2019 à 18:59
par Mfifi
Siobhan a écrit :
mercredi 15 mai 2019 à 18:55
Pas de réaction sur le sujet de l'auto-masturbation au sein d'un couple (sans ironie) ?

Ça me semble un sujet important pourtant...
Qu'est ce que tu entends par là ?

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : mercredi 15 mai 2019 à 19:02
par WinstonWolfe
Mfifi a écrit :
mercredi 15 mai 2019 à 18:59
Qu'est ce que tu entends par là ?
Euh... rien, ça rend sourd...
Spoiler : 
Je sais, je sors :mryellow:

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : mercredi 15 mai 2019 à 19:13
par Mfifi
WinstonWolfe a écrit :
mercredi 15 mai 2019 à 19:02
Mfifi a écrit :
mercredi 15 mai 2019 à 18:59
Qu'est ce que tu entends par là ?
Euh... rien, ça rend sourd...
Spoiler : 
Je sais, je sors :mryellow:
Quoi ??? Tu peux répéter ?

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : mercredi 15 mai 2019 à 19:34
par AlexKain
Y'en a, on voit à quoi ils occupent leur temps libre. :mrgreen:

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : mercredi 15 mai 2019 à 19:37
par Mfifi
Pourquoi pas toi ?

Peut on parler d'intérêt spécifique dans ce cas là ? :lol:

Re: [2015/09/03] Formation - la sexualité des aspies et autistes

Posté : mercredi 15 mai 2019 à 21:34
par Siobhan
Dans ce post, le thème de cette semaine, c'est la MA-STUR-BA-TION. :mryellow:




edit : Pardon, je ne réponds pas à la seule question sérieuse : "auto-masturbation", c'est pour faire le distingo avec "hétéro-masturbation".

L'auto-masturbation c'est la masturbation au sens classique du terme, tout seul.

L'hétéro-masturbation, c'est quand un partenaire sexuel (ou plusieurs hein, vous faîtes ce que vous voulez :mryellow: ) en masturbe un autre (même remarque :mrgreen: ).


Je voulais parler du fait que dans un couple il peut (c'est mieux je pense en fait) y avoir de l'auto-masturbation chez l'un ou les deux partenaires.
Et si le fait que ça arrive n'est pas évoqué à un moment ou un autre, je pense que ça peut facilement faire croire à au moins l'un des deux partenaire qu'il y a une absence de désir/libido envers l'autre, ou alors une toute petite libido / un tout petit désir.
Avec aussi des baisses de tension sexuelle qui semblent tomber de nulle part, ce qui peut éventuellement amener un des deux membres du couple à croire à une infidélité de part de l'autre, qui en fait s'est juste branlé/e en pensant à sa copine / son copain.