Etudes secondaires après lycée

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Message
Auteur
Cardamome
Forcené
Messages : 1462
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: Etudes secondaires après lycée

#16 Message par Cardamome » mardi 19 octobre 2021 à 17:52

Kasia a écrit :
mardi 19 octobre 2021 à 17:03
Pour mon fils tout devient de plus en plus difficile. Il ne peut même plus aller au restaurant, ni dans les magasins.
Ça s'est dégradé petit à petit? Depuis le confinement, l'épidémie de covid?
Est ce qu'il se rend compte qu'il régresse ?
Qu'en disent les professionnels qui le suivent?
Pour le lycée il veut être comme les autres, il souhaite avoir des amis, des copains, une petite copine mais il ne sait pas comme faire.
A partir d'un certain âge en effet, celle peut plus ou moins leur peser alors qu'avant ça ne pesait pas trop.
A t-il des suivis?
En groupe d habileté sociale, il pourrait apprendre mais c'est de longue haleine, ce qu'il "faut faire" ou ce qu'il "ne faut pas faire" selon les codes sociaux des ados.
Mais cela peut aussi se développer en activité comme un sport, un club de jeu en ludothèque ou du théâtre par exemple... En s'appuyant sur ses intérêts.
En petit groupe avec des ados sympas et ouverts à la différence s'il en trouve autour de lui...
J'ai l'impression que plus il essaye moins il y arrive plus le moral s'en ressent.

Il est pourtant sous médicaments (je ne sais pas si on peut citer les noms des médicaments sur se site) suivi en hôpital de jour mais...
C'est surtout qu'il y perd de l'énergie: il s'y épuise s'il n'est pas épaulé; tous ces codes sociaux très particuliers à l'adolescence, lui sont étrangers ou partiellement connus. Il doit les "déceler" puis les décrypter et enfin se les approprier ce qui est loin d'être naturel.

Les médicaments c'est pour angoisse et/ou dépression?

Attention au suivi en hôpital de jour... Ont ils une tendance comportementaliste ou psychanalyste ?
Sont ils bien au fait des TSA?
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Kasia
Nouveau
Messages : 4
Enregistré le : dimanche 17 octobre 2021 à 9:03

Re: Etudes secondaires après lycée

#17 Message par Kasia » mardi 19 octobre 2021 à 18:04

Cardamome a écrit :
mardi 19 octobre 2021 à 17:52
Kasia a écrit :
mardi 19 octobre 2021 à 17:03
Pour mon fils tout devient de plus en plus difficile. Il ne peut même plus aller au restaurant, ni dans les magasins.
Ça s'est dégradé petit à petit? Depuis le confinement, l'épidémie de covid?
Est ce qu'il se rend compte qu'il régresse ?
Qu'en disent les professionnels qui le suivent?
Ca s'est dégradé depuis le confinement. Il n'a plus quitté sa chambre. Enfermé toute la journée en pyjama.
Les professionnels ont d'abord pensés à un trouble alimentaire.
Oui il se rend compte qu'il régresse, ça le terrorise

Cardamome a écrit :
mardi 19 octobre 2021 à 17:52
Kasia a écrit :
mardi 19 octobre 2021 à 17:03
Pour le lycée il veut être comme les autres, il souhaite avoir des amis, des copains, une petite copine mais il ne sait pas comme faire.
A partir d'un certain âge en effet, celle peut plus ou moins leur peser alors qu'avant ça ne pesait pas trop.
A t-il des suivis?
En groupe d habileté sociale, il pourrait apprendre mais c'est de longue haleine, ce qu'il "faut faire" ou ce qu'il "ne faut pas faire" selon les codes sociaux des ados.
Mais cela peut aussi se développer en activité comme un sport, un club de jeu en ludothèque ou du théâtre par exemple... En s'appuyant sur ses intérêts.
En petit groupe avec des ados sympas et ouverts à la différence s'il en trouve autour de lui...
Kasia a écrit :J'ai l'impression que plus il essaye moins il y arrive plus le moral s'en ressent.

Il est pourtant sous médicaments (je ne sais pas si on peut citer les noms des médicaments sur se site) suivi en hôpital de jour mais...
Cardamome a écrit :
mardi 19 octobre 2021 à 17:52
C'est surtout qu'il y perd de l'énergie: il s'y épuise s'il n'est pas épaulé; tous ces codes sociaux très particuliers à l'adolescence, lui sont étrangers ou partiellement connus. Il doit les "déceler" puis les décrypter et enfin se les approprier ce qui est loin d'être naturel.

Les médicaments c'est pour angoisse et/ou dépression?
Les deux + un pour l'humeur
Cardamome a écrit :
mardi 19 octobre 2021 à 17:52
Attention au suivi en hôpital de jour... Ont ils une tendance comportementaliste ou psychanalyste ?
Sont ils bien au fait des TSA?
Oui ils sont même dans la liste du site mais c'est long car pas assez de professionnels. il n'a toujours pas commencer l'atelier avec le neuropsy

Modération (Curiouser) : Correction des balises de citation
Maman d'un ado T.S.A

Avatar du membre
Jolteon
Adepte
Messages : 217
Enregistré le : mardi 19 septembre 2017 à 20:13

Re: Etudes secondaires après lycée

#18 Message par Jolteon » mardi 19 octobre 2021 à 20:24

Kasia a écrit :
mardi 19 octobre 2021 à 17:03
BonjourJolteon,

Vous avez donc pu faire des études supérieures ?
Quitter vos parents, votre environnement cocon ?
Oui j'ai pu faire des études supérieures (et je suis encore étudiante actuellement). Je n'étais pas encore diagnostiquée au lycée donc pour ma famille, mes enseignants etc.. la question ne se posait pas, il fallait que je fasse des études supérieures. (Sachant que j'étais bien remontée et qu'en terminale je faisais partie des meilleures élèves de ma classe (dans un lycée à la campagne avec un niveau assez bas donc rien d'extraordinaire mais bon)). Moi je ne voulais pas faire d'études.

À la maison les relations avec ma famille étaient très compliquées depuis de nombreuses années (beaucoup de malentendus dus au faite que je n'étais pas diagnostiquée...) donc le fait de quitter le domicile familial ne me dérangeait pas mais je ne me rendais pas du tout compte de tout ce que ça impliquait (j'ai été longtemps dans le déni de mes difficultés en ce qui concerne la vie quotidienne etc...).

Lorsque j'ai eu mon premier logement ça m'a fait un choc: bruits de circulations en permanence jour et nuit, lampadaires allumés toute la nuit en face du logement et qui illuminaient mon logement même avec les volets fermés, l'impression de vivre avec les voisins au niveau sonore... et puis se retrouver seule dans une pièce minuscule.
Les premières années en terme de vie quotidienne c'était la catastrophe, je ne faisais que le minimum pour survivre on va dire (ne pas se laisser mourir de faim) et ma mère de temps en temps faisait la route (plusieurs heures aller-retour) pour m'amener des courses et du linge propre, faire la vaisselle et le ménage.
Spoiler : 
La première année seule j'ai failli mettre le feu à mon appartement à plusieurs reprises en oubliant d'éteindre les plaques de cuisson donc ça fait partie des choses que je conseillerai de travailler en priorité. Ça parait évident mais il suffit d'un moment d'inattention...
Diagnostiquée TSA.

Bulle
Fidèle
Messages : 119
Enregistré le : dimanche 20 octobre 2013 à 14:59

Re: Etudes secondaires après lycée

#19 Message par Bulle » mercredi 20 octobre 2021 à 12:14

Bonjour,
J'étais plutôt confiante pour les études supérieures pour mon fils ( 16 ans, en première). Mais à lire les messages, je crois que je ne réalisais pas toutes les difficultés... :crazy:
Je m'imagine préparer tous les weekends des tupperwares qu'il mettrait dans sa valise le dimanche soir pour au moins les premiers soirs de la semaine. Et comme il adore les sandwichs, tacos et autres...il irait acheter le reste ( trouver une bonne boulangerie pas loin du logement :D...et tant pis pour que le côté diététique de l'affaire...). C'est vrai qu'il est incapable de cuisiner ( sans danger...) , qu'il perd beaucoup encore ses affaires ( clés, carte de transport...), et que je range encore régulièrement sa chambre ( en râlant beaucoup, je vous rassure).
Je pense faire comme ta maman Jolteon :wink: , venir faire des courses, du rangement ect régulièrement dans son logement et planquer une clé de secours quelque part...( peut-être chez des voisins charmants :) )
On a encore un peu de temps mais il n'est clairement pas prêt à vivre seul. Il y a des choses dans son éducation que je n'ai pas faite : comme lui apprendre à cuisiner par exemple. Ce n'était pas , jusque là, une priorité pour nous.

Ma grosse angoisse, c'est que mon fils est aussi influençable par les copains : certes, il en a et c'est une bonne nouvelle. Mais il sera incapable de dire non. Dire non aux sorties, à l'alcool et que sais-je encore ( je n'ose pas y penser...). Il ne dira pas non et sera même partant tous les soirs...Il le fera pour se sentir intégrer, sa grande cause depuis toujours. Je ne crains pas l'isolement pour lui mais les mauvaises rencontres...

Il n'a plus d'aesh depuis son entrée en seconde, mais il a par contre appris à se gérer seul dans le cadre scolaire. Les notes ont baissé à l'entrée en seconde : nous le savions et l'avons accepté. Les études supérieures seront moins brillantes qu'attendues ( il aurait fallu qu'il garde son aesh sinon), mais c'est un compromis : il a acquis une plus grande autonomie scolaire, il se sent davantage "comme les autres" et il va donc bien. Il est assez à l'aise pour les démarches, les courses, demander de l'aide ect...

J'ai "la chance" d'habiter une grande ville : des bts et classe prépa ( prévu pour les STI2D, sa filière actuelle) sont accessibles depuis notre logement facilement dans un lycée voisin, donc je sais qu'on a "une issue de secours" au cas où.... Il n'aura pas le niveau pour la classe prépa, mais il a celui , pour l'instant, pour avoir un BUT. Et là..., il faudra quitter la ville avec toutes les incertitudes que cela comporte...

Dans tous les cas, il y aura encore une fois des choix à faire, des compromis entre études supérieures/autonomie/bien-être et sécurité.
Maman de 3 enfants, l'aîné a un syndrome d'asperger.

Cardamome
Forcené
Messages : 1462
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: Etudes secondaires après lycée

#20 Message par Cardamome » mercredi 20 octobre 2021 à 14:53

Merci Jolteon et Bulle, j'ai fait lire vos témoignages respectifs à mon fils.
C'est évidemment très intéressant pour moi également!
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

LOOKOOLOOK
Nouveau
Messages : 1
Enregistré le : mercredi 20 octobre 2021 à 21:36

Re: Etudes secondaires après lycée

#21 Message par LOOKOOLOOK » mercredi 20 octobre 2021 à 22:08

Bonjour,
C'est la première fois que je m'inscris sur un forum. J'ai lu avec attention tous vos messages. J'ai un "grand garçon" de 17 ans en terminale "classique". Il a été diagnostiqué au mois de juillet autiste. Il a toujours été différent et j'avoue en avoir toujours été consciente mais pour moi être différent n'était pas un problème en soi et cela ne le dérangeait pas non plus. Et puis voilà, notre univers devient plus sombre avec le lycée, la Covid, les différences qui deviennent plus visibles en grandissant car on ressemble de moins en moins à ses pairs .Alors voilà, on a entamé les démarches de diagnostic tard (trop tard?). Il n'a jamais bénéficié d'aucun aménagement scolaire avant cette année. Il a toujours été un élève sérieux et soucieux de bien faire et on a inventé nos propres astuces pour un bon apprentissage. Seulement voilà, nos astuces ont leurs limites et ça ne fonctionne plus très bien. Les résultats ne sont plus toujours bons malgré l'investissement et le manque de confiance commence à pointer le bout de sonnez. Nous avons une réunion pour le GEVASCO dans trois semaines. Jusqu'à présent, l'infirmière, la psychologue du CIO, le professeur principal se sont montrés formidables mais rien n'a encore véritablement changé. Nous sommes très inquiets pour la suite de ses études. Il est aujourd'hui incapable de vivre seul, Il a des troubles alimentaires et oublie de se nourrir ou de boire si il est livré à lui même, les transports sont aussi un problème. On souhaiterait des études à proximité. Cette année, c'est le bac et je suis très inquiète (la bac français ne s'est pas bien déroulé pas plus que le brevet des collège alors qu'il était excellent élève à l'époque). Je souhaiterais presque qu'il redouble pour qu'on est "le temps de se poser", de trouver nos marques avec ce diagnostic qui même si il était attendu reste un bouleversement. Mais lui, comment vivrait-il cet échec? Tant d'efforts pour ce résultat... Les journées sont tellement épuisantes pour lui. Quelqu'un a-t' il connu une situation similaire? Je suis perdue et tout conseil sera le bienvenu.
Lookoolook mère d'un enfant de 17 ans diagnostiqué TSA

Avatar du membre
Lilas
Modératrice
Messages : 4335
Enregistré le : dimanche 14 juillet 2013 à 12:17
Contact :

Re: Etudes secondaires après lycée

#22 Message par Lilas » mercredi 20 octobre 2021 à 22:14

Bonjour et bienvenue LOOKOOLOOK,

Peux-tu mettre à jour ta signature (dans ton profil) avec ton statut quant au diagnostic (voir notre charte, chapitre 1.2) ?
Spoiler : Pour modifier la signature : 
  • cliquer (en haut à droite) sur ton pseudo ;
  • dans le menu qui apparaît, cliquer sur "Panneau de l'utilisateur" ;
  • cliquer sur l'onglet "Profil" ;
  • cliquer (à gauche) sur "Modifier la signature" ;
  • préciser ton statut dans la zone d'édition
    (exemples : suspicion de TSA, TSA diagnostiqué, parent...) ;
  • cliquer (en bas) sur "Envoyer".
Une petite présentation dans la section dédiée serait aussi bienvenue.
Lilas - TSA (AHN)

Mon roman : Ma dame aux oiseaux

Avatar du membre
Fluxus
Forcené
Messages : 959
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Etudes secondaires après lycée

#23 Message par Fluxus » jeudi 21 octobre 2021 à 8:48

Après réflexion, je pense qu'on peut affirmer que les personnes TSA ont souvent dans leur projet d'études ou projet professionnel, un objectif de vie tandis que les personnes non TSA et qui en plus, se permettent de critiquer, ne font des études, seulement pour trouver un métier qui leur permet de subvenir à leurs besoins.

A une période, j'avais l'impression que c'était l'inverse, tellement c'est le parcours du combattant pour une personne TSA de réussir à rentrer dans les apprentissages et l'autonomie au niveau des études supérieures...

Je viens ici en étant démotivée totale par mes études. Pourtant, j'ai toujours de très gros objectifs professionnels qui sont très différents du reste de ma promo puisque mon objectif pro concerne de très près mon TSA (tout en restant corrélé à mes études actuelles) et que quasi personne n'est au courant de mon autisme.

J'en ai marre de devoir me comparer aux autres, le cheminement par lequel certains passent en voulant viser l'excellence et la performance à tout prix, je l'ai déjà eu et passé depuis un moment, j'ai beau savoir que tout est different entre eux et moi, j'arrive pas à penser à mes objectifs et moi.

C'est hard. :crazy:
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. (2021)

Dyspraxique : Trouble développemental de la coordination + trouble neurovisuel (2020)

HPI (2018)

~ Les contemplations de Fluxus ~

Avatar du membre
Fluxus
Forcené
Messages : 959
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Etudes secondaires après lycée

#24 Message par Fluxus » jeudi 21 octobre 2021 à 10:04

Tiens, d'ailleurs question bête mais : Pour ceux qui ont des enfants TSA, trouvez-vous que les conseillers d'orientation sont suffisamment renseignés sur les TSA pour pouvoir orienter sur les études sup ?

J'ai souvent lu ici que généralement, ils étaient très à fond dans les clichés sur l'autisme.

Je me tâte à aller prendre RDV avec la conseillère d'orientation de ma fac mais honnêtement, mon projet est déjà fixé et paraît bancal si j'en parle donc pas forcément envie d'aller me faire démotiver encore un coup, là je cherche juste des alternatives pour atteindre mon objectif sans pour autant continuer de souffrir à mort dans mes études.

Je dois dire que je commence à saturer de nouveau...

Ou alors, tenter d'aller choper des astuces auprès du C.R.A. même si j'ai pas trop d'attentes sur ça au vu de la diversité des fonctionnements.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. (2021)

Dyspraxique : Trouble développemental de la coordination + trouble neurovisuel (2020)

HPI (2018)

~ Les contemplations de Fluxus ~

Cardamome
Forcené
Messages : 1462
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: Etudes secondaires après lycée

#25 Message par Cardamome » jeudi 21 octobre 2021 à 15:54

Fluxus a écrit :
jeudi 21 octobre 2021 à 10:04
Tiens, d'ailleurs question bête mais : Pour ceux qui ont des enfants TSA, trouvez-vous que les conseillers d'orientation sont suffisamment renseignés sur les TSA pour pouvoir orienter sur les études sup ?

J'ai souvent lu ici que généralement, ils étaient très à fond dans les clichés sur l'autisme.
Tu peux tomber sur la rareté qui s'y connaîtra autrement que par des clichés mais??

J'ai voulu tester l'an dernier j'ai même eu la directrice du CIO (dont on me vantait la qualité, etc etc) au téléphone pour fixer un rendez vous.
J'avais pris soin d'expliquer par mail avant qu'on s'appelle.
Vu l'échange, j'ai raccroché j'ai cogité et j'ai annulé.

Caricatural: il a quel profil?
Vu ses spés elle le catalogue scientifique... Je lui réponds c'est plus subtil, il adore l histoire par exemple...
Après je lui redis il a un TSA paf elle enchaîne sur Asperger dont je n'ai jamais fait mention, puis sur "ils sont brillants",
Heuuu... Mon fils n'est pas brillant.
Il va faire ingénieur ils sont très doués.
Je lui dis que c'est surtout concilier son autonomie avec ses capacités...
Donc il n'a qu'à faire kiné (la première année vient de s'installer dans notre petite ville!)...
Ça ne l'intéresse pas du tout et il faudra partir +pression fac médecine etc :naugty:
École ingénieur informatique : c'est pas sa grande passion l'informatique...
Bref.
Ça ne m'a rien appris de plus que ce que je peux trouver toute seule sur Internet avec en prime de beaux clichés, donc inutile, perte de temps J'ai laissé tomber. Il fallait la convaincre que ce ne sont pas ses capacités qui vont être limitantes mais le TSA dans son quotidien...
Aucune info sur des cursus spécifiques (j'ai un exemple dans la famille, d'un étudiant en situation de handicap, il y a 25 ans, vivant dans une grande ville universitaire... Il avait suivi un cursus avec des sportifs de haut niveau, 3 ans au lieu de 2...)
Etc etc.
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

lea
Habitué
Messages : 92
Enregistré le : vendredi 7 octobre 2011 à 22:29

Re: Etudes secondaires après lycée

#26 Message par lea » vendredi 22 octobre 2021 à 18:23

Bonsoir à tous,

Je viens de lire vos témoignages, en tant que parent d'adolescent autiste se projeter après le bac cela est difficile pour moi d'où ma demande de vécu de la part d'autres adolescents ou étudiants.

Je m'excuse de n'avoir pas donné de nouvelles tout de suite mais ce début de trimestre a été très compliqué pour mon fils qui perdait confiance en lui malgré ses bonnes notes, (il déprime assez souvent mais il a tellement de ressources et arrive à rebondir malgré tout mais à quel prix au niveau santé qui a eu un impact important pour lui) et une équipe pédagogique extraordinaire depuis son entrée en seconde et surtout l'année de première où en janvier son avs qu'il connaissait en primaire et qu'il a retrouvé en seconde il était heureux . Mais janvier de cette année elle a démissionnée , on l'a appris 3 semaines avant et on ne savait même pas si à 4 mois du bac on aurait quelqu'un mais en bataillant une autre aesh est arrivée, l'ancienne en plus se retrouvait en tant qu'éducatrice au sessad autisme où il était. Mon fils a "sombré" mais il avançait il a perdu totalement confiance en lui et ses repères, sa bulle autistique était fissurée comme il disait, c'était le "néant" en lui.
Il a déprimé, il a dû se réadapter avec sa nouvelle aesh et il se concentrait sur le bac de français à l'époque mais en tant que mère j'ai vécu des moments difficiles car voir son enfant souffrir est la pire des choses au monde. Il a réussi son bac de français malgré cela.
Mais les retombées autistiques je les ai maintenant depuis août où il a eu 15 jours à vide. Il réagit quelques mois après par rapport comme toujours, son fonctionnement est ainsi. Certes il a été diagnostiqué très tôt à 6 ans car j'avais vu qu'il était différent, et j'avais pris les devants pour demander diagnostic qui a demandé 2 ans d'attente: bilan "autiste". De toute façon, je me suis promis de l'aider au mieux, il a sa place dans la société

Mais il fonctionne bien au lycée, collège... il s'ouvre aux autres et je remercie les ados et profs qui s'intéressent à lui et qui ne l'ont pas rejeté heureusement.
Le covid n'a rien arrangé, il a fait une dépression, phobie des maladies , il ne voulait plus sortir même dans le jardin en 2019 : la galère!!!!

Il ressort depuis peu, il allait au lycée cela lui a demandé beaucoup d'efforts pour lui. Il ne veut pas manger pour instant autre que la maison. Petit à petit, il est ressorti de cette coquille pour aller de l'avant. La première fois dans une librairie car il adore lire et cela l'a maintenu à flot lors du covid avec la musique. Je l'ai amené dans les grandes surfaces(alors qu'il adorait cela avant) pas longtemps depuis peu, on va aller au cinéma ce week-end ...partir en vacances depuis 2019 il ne voulait plus sortir. Même les gens n'ont pas le droit de rentrer encore dans notre maison.
Il a fallu de la patience et beaucoup, mais beaucoup de gens voulaient le forcer j'ai dû ;batailler par rapport à cela, on l'a jugé et moi aussi comme d'habitude.

Tout cela pour vous dire qu'il commence à revivre, certes c'est un adolescent qui est très angoissé et je l'admire car il va de l'avant malgré toutes ses angoisses. Je l'avais réinscrit au cheval pour qu'il stresse moins et cela lui a fait du bien, et on a mis d'autres anti-stress en place comme des tours de voiture...

Moi j'ai dû mal à me projeter pour l'année prochaine car je sais qu'il va partir mais on va devoir trouver une solution, j'ai pris contact avec aspiefriendly de ma région et je rencontre quelqu'un en octobre semaine prochaine c'est une référente de notre département, on va trouver et même si il devait prendre une année sabbatique il le fera pour se poser. Je voudrai voir si il ne peut pas suivre cours maison (on habite en Ariège) et peut-être en immersion après dans le 31 mais il ne peut pas habiter seul encore car il n'est pas autonome pour certaines choses et beaucoup de gens me disent que oui (par ex il peut ne pas boire de la journée si parfois on ne lui rappelle pas etc...).

Mais je crois en lui donc je vais trouver des solutions mais réalisables car j'ai mis malheureusement moi aussi ma santé en jeu au fil des années et j'en paie le prix actuellement avec de nouvelles pathologies qui se sont rajoutées. Et j'ai aussi un deuxième ado dys qui gagne en autonomie mais il faut être là. Et j'ai été licenciée il y a un an ( burn-out total (jugement des autres etc...) qui m'a permis aussi de comprendre mon fils et que je dois reprendre du temps pour moi aussi et je commence à peine à le faire au bout de x années et surtout de recentrer l'essentiel ) et je suis en reconversion. Et les autres soucis familiales:
mais on va y arriver !! Ces expériences même difficiles m'ont permis d'avancer et des fois ce sont mes enfants qui me montrent l'exemple!!

Bon courage à tous,

Lea, maman de deux ados un autiste et l'autre dys extraordinaires.

Avatar du membre
Fluxus
Forcené
Messages : 959
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: Etudes secondaires après lycée

#27 Message par Fluxus » vendredi 22 octobre 2021 à 19:10

lea a écrit :
vendredi 22 octobre 2021 à 18:23
Le covid n'a rien arrangé, il a fait une dépression, phobie des maladies , il ne voulait plus sortir même dans le jardin en 2019 : la galère!!!!

Il ressort depuis peu, il allait au lycée cela lui a demandé beaucoup d'efforts pour lui. Il ne veut pas manger pour instant autre que la maison. Petit à petit, il est ressorti de cette coquille pour aller de l'avant. La première fois dans une librairie car il adore lire et cela l'a maintenu à flot lors du covid avec la musique. Je l'ai amené dans les grandes surfaces(alors qu'il adorait cela avant) pas longtemps depuis peu, on va aller au cinéma ce week-end ...partir en vacances depuis 2019 il ne voulait plus sortir. Même les gens n'ont pas le droit de rentrer encore dans notre maison.
Il a fallu de la patience et beaucoup, mais beaucoup de gens voulaient le forcer j'ai dû ;batailler par rapport à cela, on l'a jugé et moi aussi comme d'habitude.
Je me reconnais énormément dans ce passage : Là où pour pas mal de jeunes la crise sanitaire a impacté le mental en partie par rapport au manque de lien social et d'interactions, pour d'autres, ça a déclenché pas mal d'angoisses directement liées à la maladie et à la santé physique. Ça a été mon cas (avec un joli traumatisme de s'être vu y passer en étant malade à la même période, dont on ne saura jamais la vérité).

J'ai eu exactement le même comportement et à l'heure actuelle, je n'ai pas encore réussi à remettre les pieds dans une grande surface, uniquement dans un magasin de fringues depuis quelques semaines. Impossible aussi de pouvoir tolérer que d'autres personnes extérieures ne rentrent dans la maison pendant une longue période, maintenant j'arrive mais bon, ça reste toujours très anxiogène. Idem pour les repas, je ne mange plus en extérieur, une vraie galère au niveau de l'organisation en étant en chambre étudiante sans cuisine mais heureusement, j'ai pu trouver des solutions. Depuis peu, j'arrive de nouveau à commander de quoi manger aussi, ça aide.

J'ai même dû passer par la case où j'ai voulu que ma mère arrête d'aller travailler au 1er confinement car étant professionnelle de santé, elle était forcément amenée à être en contact avec des gens potentiellement malades (de ça ou autre chose) et là, c'était l'horreur.

Bref, tout ça pour dire qu'avec du recul, je peux comprendre la difficulté de la situation sur ce plan là.

En tout cas, courage ! :kiss:
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. (2021)

Dyspraxique : Trouble développemental de la coordination + trouble neurovisuel (2020)

HPI (2018)

~ Les contemplations de Fluxus ~

lea
Habitué
Messages : 92
Enregistré le : vendredi 7 octobre 2011 à 22:29

Re: Etudes secondaires après lycée

#28 Message par lea » vendredi 22 octobre 2021 à 20:56

Rebonsoir,

Je travaillais aussi dans le médical comme ta mère avant d'être licenciée, et j'admire ceux qui y sont même si moi j'ai donné 26 ans dans mon métier et je n'y retravaillerai pas. Mon fils a mis du temps à ressortir mais il a besoin d'être en contact avec les autres aussi car faire cours en distanciel cela a été compliqué aussi, il a des rêves comme toi Fluxus, j'espère qu'il y arrivera, vous avez beaucoup de points communs. Le pire était quand on devait aller à l'hôpital pour ses autres pathologies au début!! Je devais prendre rdv aux aurores.
Mon fils a déjà fait un burn out au collège par le passé (il ne lisait plus et pleurait tout le temps il s'était réfugié dans sa bulle puis il a refait surface mais il travaillait et avait de bonnes notes(surcharge scolaire et émotionnelle car collège les 2eres années difficiles même après) , donc c'est vrai que en tant que mère je suis aux aguets avec lui, heureusement il a une excellente psychiatre à l'écoute qui le suit par visio toutes les semaines car il ne voulait plus aller à Toulouse cause covid. 'est pour cela que je dis qu'il a des ressources dans mon message précédent et je ne sais pas où il les trouve sincèrement!!

J'ai lu dans certains messages que certains avaient l'impression de régresser , je ne pense pas car j'ai connu cela aussi ave lui il stagne, ils ne perdent rien. Ils ont besoin de se ressourcer et se restructurer parfois pour mieux avancer mais c'est parfois long et j'en sais quelque chose.

Je ne sais pas dans quel département tu es? Mais si en Occitanie cela bouge pour l'autisme même dans le secondaire au niveau des facs il me semble je me suis mise en contact avec aspiefriendly, j'ai rendez-vous la semaine prochaine avec une conseillère psyent pour orientation c'est une référente aspiefriendly, on verra ? Mon fils y croit au métier qu'il veut faire, c'est déjà ça mais le parcours sera un difficile. La nouvelle référente éducatrice sessad autisme s'occupe avec lui aussi pour son orientation. Je sais que je peux compter sur elle, elle fait petit à petit : semaine prochaine ils vont au CIO aussi de leur côté ils ont préparé ensemble les questions qu'ils ont posées.
J'ai même pu amener mon fils à un salon de l'étudiant, et il m'a surprise car on est allé aux stands qui lui plaisaient et il a posé des questions en plus de moi. Il y avait du monde il a tenu 2 heures mais c'était sa seconde sortie avec foule et il a une certaine phobie par rapport à cela. Il était heureux et cela faisait plaisir. Il est même allé faire sa JDC, il voulait la faire et j'ai eu la chance son ergo a pu y aller avec lui.

Lea maman de deux ados extraordinaires autiste et dys

Répondre