Questions pratiques

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Répondre
Message
Auteur
Alicia65
Nouveau
Messages : 4
Enregistré le : samedi 23 octobre 2021 à 20:57

Questions pratiques

#1 Message par Alicia65 » lundi 25 octobre 2021 à 10:14

Modération (Tugdual) : Création du sujet par division depuis ici.


Merci pour votre réponse freeshost (et pour m'avoir fait découvrir le témoignage en premier lieu !!).

Je suis totalement d'accord avec vous, je suis Asperger moi-même et l'un de mes deux fils est autiste, je suis très familière aux difficultés auxquelles nous faisons face tous les jours. C'est pourquoi ce témoignage me désespère, je sais à quel point il pointe du doigt des choses authentiques de nos vies.... pourtant alors que je suis aux premières loges comparés à d'autres lecteurs neurotypiques, je n'ai pas plus de réponses ou de solutions. Ca me fait peur. Est-ce une fatalité que des autistes ne puissent plus "résister" à ce monde et se suicide ? Peut-on vraiment se contenter de rêver :( (ne vous inquiétez pas, moi aussi je rêve comme vous 24h sur 24 d'un monde plus tolérant...)

Ce témoignage m'a vraiment déclenché plein de questions pratiques et pas du tout théoriques, certaines pour moi (par rapport à ma propre histoire autour du consentement et abus sexuels) mais surtout pour mon fils.

1°) Comment faire pour qu'il ne se "brûle" pas avec les années face à l'ignorance, le rejet, les discriminations des autres dont il fait déjà face aujourd'hui et qui le mine déjà alors qu'il n'est qu'un adolescent ? C'est effrayant qu'il se heurte déjà à tout ça alors qu'il est si jeune, ça me fait peur pour l'avenir et je sens qu'il perd confiance (il ne croit rien à ce que je lui dis quand je le réconforte et que je lui donne tout mon optimisme !)

2°) Dois-je le pousser à s'adapter ou dois-je le pousser à être lui-même au risque de plus de discrimination ? Jusqu'à présent je préfère la seconde... Et vu à quel point le témoignage parle des conséquences désastreuses du validisme (et vu mes propres expériences!), je pense que c'est le meilleur scénario non ? Mais est-ce vraiment le bon choix pour mon enfant, cela me fait peur, j'ai l'impression qu'il n'y a que de mauvaises options. Ce passage dans le témoignage "J'exprime souvent la sensation que les gens vivent dans un monde organique tandis que je vis dans un monde minéral" et ce qu'il dit sur l'impact destructeur du validisme sur sa vie m'ont chamboulé. Je veux éviter ça à mon garçon :cry: !!
Spoiler : 
J'exprime souvent la sensation que les gens vivent dans un monde organique tandis que je vis dans un monde minéral. Je suis statique. Stationnaire. Immuable. Dans l'espace, dans le temps, dans les pensées. Les expériences et les événements dans la vie des gens s'estompent dans leur esprit avec le temps, selon ce qu'ils m'en décrivent. Dans ma tête, la vie se superpose sans jamais s'estomper. Les gens sont figés. Leurs mots sont figés. Les expériences, les événements. Tout se superpose dans un amalgame confus et ordonné à la fois. Je trouve ça joliment dit. Votre monde organique opposé à mon monde minéral, ces univers qui cohabitent mais qui sont inconciliables. Je suis le caillou qui voulait devenir homme. C'est drôle et tragique, cela ferait un joli conte. C'est un peu une version de Pinocchio dans le monde réel, je suis l'autiste qui rêvait de devenir un véritable être humain. Mais je n'y crois plus maintenant, cela n'arrivera jamais. Il n'y a pas de petite fée qui règle tous les problèmes liés à l'autisme et à la discrimination des autres avec un coup de baguette magique. Et en plus, honnêtement, je crois qu'il n'y a rien d'enviable à devenir "un véritable être humain". J'ai poursuivi un rêve malsain. Malsain pour moi, et malsain pour la société, je n'ai fait que croire ce qu'on me disait et perpétuer cette idée que je pouvais changer. Bien sûr que j'ai changé et que je me suis amélioré sur plein d'aspects, comme n'importe quel jeune homme qui grandit à travers la vie, mais mon autisme n'est pas soignable. Je ne recommande à aucun autiste de poursuivre ce rêve de devenir normal. J'ai dépensé toute mon énergie là-dedans, et j'ai certes eu beaucoup plus d'opportunités, mais vu le résultat aujourd'hui, je peux affirmer que c'est une impasse qui vous coûtera tout. Il n'y a aucun gain à part des souffrances chroniques, et inéluctablement des accidents de la vie. J'aimerais dire aux personnes autistes qui me lisent de faire le rêve inverse, de vous battre pour être vous-même, mais c'est un vœu pieu, je me garderai bien de vous faire toute recommandation vu le résultat de mes choix, et que je suis réaliste que suivre une recommandation pareille vous mènera aussi à beaucoup de souffrance et de discrimination. J'ai l'impression que nous serons toujours perdants quoi qu'il en soit. Je ne sais pas ce qu'il faut faire pour que nous puissions vivre simplement parmi les autres, je n'en ai aucune idée. Je n'en serais pas là sinon. En tout cas, je sais que ce que j'ai poursuivi était nocif et malsain, pour sûr. Je sais que j'aime profondément ce que je suis, et que j'aurais aimé pouvoir être moi-même dans cette vie, si cela avait été possible. Et si votre réaction en lisant cette phrase est "Beh sois toi-même" ou quelque chose de la sorte, même si je vous remercie d'avoir lu ce témoignage jusque là, c'est que vous n'avez pas compris ce que j'ai exprimé dans son contenu, ou que je n'ai pas été capable de le communiquer correctement, et que j’ai échoué à vous transmettre mon expérience dans cette vie, dans cette société.
3°) Comment puis-je protéger mon enfant d'abus de consentement dans sa (future) sphère professionnelle, amicale et amoureuse ? C'est l'enfant le plus naïf du monde, je m'inquiète tout le temps pour lui car il ne voit pas le mal chez les gens et quand il s'y heurte, il sombre dans des jours de souffrance...... J'essaie toutes les consolations mais rien ne marche quand ça arrive. Je ne l'imagine pas à 20 ou 25 ans, il n'est pas armé pour ça. Sa psy dit que "c'est normal" mais ça veut dire quoi ? Que c'est la "norme" à attendre pour toute sa vie, qu'il doit s'habituer ? :(

Je suis désolée si je pose trop de questions, je suis un peu paniquée... Ce témoignage m'a beaucoup touché et je veux éviter que mon fils souffre autant (ou d'autres enfants autistes).... Je suis certaine que les gens ne liront pas ce témoignage alors que cela les rendrait sans doute moins dur envers les personnes neuroatypiques et différentes, j'aimerais pouvoir faire quelque chose à mon échelle mais quoi faire sans avoir l'air d'une folle qui fait de l'excès de zèle pédagogique contre le suicide et pour le développement des curiosités et l'ouverture d'esprit pour les différences. J'ai l'impression que des drames se répètent dans une boucle infinie et que tout le monde s'en fiche ou pire, que peut-être que tout le monde sait qu'on ne peut rien faire du tout ? Je n'aime pas du tout le chapitre "Ce n'est de la faute de personne" dans le témoignage, quelle tristesse de se suicider en pensant ça... Il n'avait rien à se reprocher ce petit homme. Je n'aurais jamais dit une chose pareille moi, à contrario l'inverse avec un gros "C'est de votre faute à tous". Je me sens responsable, c'est peut-être parce que je suis une maman.. J'aimerais qu'on trouve ensemble des solutions que ces malheurs ne se reproduisent pas...... des petites lumières qui disparaissent dans l'indifférence :cry:
Diagnostiquée Asperger en 2001, maman de deux enfants dont le premier de 14 ans avec un diagnostic TSA. Pas de TSA diagnostiqué ou soupçonné pour mon deuxième.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 30191
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Questions pratiques

#2 Message par freeshost » lundi 25 octobre 2021 à 14:23

Difficile à dire. Chaque personne autiste est différente, vit dans ses propres conditions, et - je rajoute car j'avais oublié ! - a son propre vécu.

Et il y a une part qu'on peut changer, soi-même. Et l'autre part qu'on peut peu changer, souvent difficilement, les autres.

Oui, le harcèlement est un problème (mélangé au capacitisme [lire cette discussion, ou encore sur la psychophobie, qui nous envahit] et à la peur de la différence, au faux besoin d'un bouc émissaire, entre autres). Tu peux lire ici, , là-bas ou encore en ce lieu. Malheureusement, encore trop de personnes croient que c'est un passage obligé, alors qu'il doit être éliminé la poule dans l’œuf (éliminé, pas caché).

D'un côté, on doit sensibiliser les diverses personnes de l'entourage (enfants et enseignants dans la même école, famille, collègues, patron, professionnels, etc.). D'un autre côté, ça ne marche pas toujours - il y a des personnes qui ne veulent rien entendre - et on envisage alors de changer de lieu (d'école, par exemple). Donc ne pas le forcer à rencontrer des personnes qui le harcèlent, l'intimident, respecter sa surfatigabilité (nous ne sommes pas des machines productivistes).

Un autre problème des temps modernes est le manque de patience (vouloir que tout soit parfait dès le début, tout de suite : "si le début du film/livre ou sa couverture ou son résumé ne me plaît pas, je ne regarde pas (la suite)" ; "tu dois être parfait tout de suite, et tous les jours" ; etc.), l'intolérance à la frustration. Les nombreuses stimulations (sur l'internet, dans la rue, etc.) ne facilitent pas le contrôle de la dopamine, du système de récompense. Or, la réalité n'a pas vocation à être parfaite ou parfaitement telle que quiconque le voudrait. Lire aussi Didier Pleux, dont deux de ses livres : De l'enfant roi à l'enfant tyran ; De l'adulte roi à l'adulte tyran. Il pourrait rajouter De l'humain roi à l'humain tyran. :mrgreen:

Pour moins se faire abuser de diverses manières... le sensibiliser (et, en même temps, toi-même [réviser, approfondir]) aux divers dangers que tu veux lui éviter, l'aider à apprendre progressivement à se défendre. Lire le fichier pdf attaché à ce message ou ce livre. Lui donner des explications adaptées. Il n'est pas armé mais fera petit à petit ses armes.

En discuter avec d'autres personnes, s'abreuver et s'inspirer de leurs divers témoignages, de leurs diverses expériences.
Fichiers joints
Petit_Cours_D_Autodefense_Intellectuelle_Normand_Baillargeon_2002_00036.pdf
(976.38 Kio) Téléchargé 19 fois
Modifié en dernier par freeshost le samedi 30 octobre 2021 à 0:10, modifié 1 fois.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Alicia65
Nouveau
Messages : 4
Enregistré le : samedi 23 octobre 2021 à 20:57

Re: Questions pratiques

#3 Message par Alicia65 » vendredi 29 octobre 2021 à 23:11

Merci d'avoir pris le temps de rédiger cette réponse très complète freeshost !!!!
Cela me donne beaucoup de matières pour mon adolescent (et pour moi !). Je me sens moins seule. Je confesse être très envahie par ce sujet préoccupant, le témoignage que tu as posté m'a bouleversé et je suis restée focaliser dessus mais cela va un peu mieux maintenant, mon petit est encore jeune, c'est à moi de l'aider et lui donner tout le support possible pour qu'il ne se retrouve jamais (je l'espère) dans le désespoir.
Totalement d'accord avec toi sur le manque de patience, c'est une souffrance...... 😔
Je vais m'atteler à toutes ces lectures, cela devrait me rendre plus confiante. Il ne faut pas que je perde espoir ou sois pessimiste alors que c'est à moi de montrer l'exemple pour mon ado. Je vais lui sélectionner aussi un peu de lecture parmi ce que je lirais peut-être qu'il y a des choses adaptées à son âge (parce que je ne vais surtout pas lui faire lire ce témoignage-ci, il est trop jeune pour si confronter).
Est-ce que vous pensez que c'est une bonne idée de lui faire rencontrer d'autres adolescents autistes ou ça fait trop "entre-soi" ? il n'en a jamais fait la demande mais je me suis sentie seule en grandissant et je crois qu'il ne partage pas trop ce qu'il ressent à ses copains..... ils n'ont pas l'air de savoir qu'il va mal mais après je suis juste la maman donc je n'en sais rien à vrai dire ils en parlent peut etre beaucoup sur leurs apps ? Je me fais peut être trop de soucis 😥 ?
Diagnostiquée Asperger en 2001, maman de deux enfants dont le premier de 14 ans avec un diagnostic TSA. Pas de TSA diagnostiqué ou soupçonné pour mon deuxième.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 30191
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Questions pratiques

#4 Message par freeshost » samedi 30 octobre 2021 à 0:19

Oui, beaucoup de matière à dévorer. Jouez à fond le rôle de Gargantua ! :lol:

Dans votre repas gargantuesque et pantagruélique (à volonté), il y a de nombreux témoignages de personnes autistes. :P

En tous les cas, il reste indispensable d'entretenir le dialogue avec ton fils. Le dialogue avec des personnes professionnelles, des personnes ouvertes et des personnes autistes (comme sur ce forum :mrgreen: ) peut aussi être utile.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Répondre