Mon fils est il juste en mal d'attention ???

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Répondre
Message
Auteur
Halex
Nouveau
Messages : 5
Enregistré le : vendredi 21 juillet 2017 à 11:16

Mon fils est il juste en mal d'attention ???

#1 Message par Halex » samedi 3 décembre 2022 à 17:21

Bonjour,

J'ai été diagnostiquée porteuse d'un TSA par le CRA il y a quelques années. Mon fils ainé, 12 ans, à également reçu un diagnostic de TSA en 2018. Mais c'est mon deuxième garçon qui m'inquiète et j'aurais souhaité savoir si son cas interpelle l'un de vous. Ou parle à quelqu'un.

Il a 9 ans. Il est intelligent, sensible. Il est capable de comprendre le fonctionnement de n'importe quel mécanisme juste en le regardant fonctionner.

Mais il est aussi extrêmement irascible, paranoïaque, intolérant à la moindre frustration, provocateur. Il utilise des gros mots extrêmement vulgaires. Il est aussi violent avec ses gestes quand il est contrarié. Il met le bazar dans toute la maison en une demie journée à peine tellement il sort de choses des placards dans jamais les ranger. Il découpe ses playmobil en morceaux. Creuse des trous... construit des engins avec le moindre carton qui traîne. Il ne supporte pas l'ennuie 2 minutes. Il devient souvent très difficile si c'est le cas.

Il est persuadé que tout se joue contre lui. Cet été il était persuadé que les moissonneuses batteuse attendaient de le voir, lui, sur la route pour passer devant nous et, je cite, l’emmerder... et ce n'est qu'un exemple. Il interprète nos paroles, même les plus douces, contre lui. Il imagine que son frère et sa sœur complètent contre lui... il est sur que nous disons que nous ne l'aimons plus quand il fait une bêtise alors que nous n'avons jamais prononcé ces mots.

Il absorbe aussi les histoires des autres. Se les appropriant. S'appropriant les réactions émotionnelles qui y sont reliées. Même concernant des histoires qu'il entend à la télé, à l'école, dans un livre...
Il s'endort difficilement. Il ne supporte pas les tissus synthétique. Les voix fortes et graves lui font peur. Il ne supporte pas les brosses à dent électriques. Il déteste l'aspect de certains aliments dans sa bouche. Ses craintes sont multiples et envahissantes. Il est toujours malheureux. Il semble renfrogné tout le temps. Il parle très vite, tout le temps. Mais il s'énerve souvent car ses idées se mélangent dans sa tête et il se perd dans ses propres phrases. Nous devons absolument éviter le moindre bruit quand il veut parler sous peine de colère démesurée parce qu'il perd le fil de ses idées. Il voit des tâches de couleurs lorsque ses émotions sont fortes. Et réfléchis tellement à ce qu'il doit dire quand un médecin lui pose une question qu'ils ont cru qu'il avait des "absences" et lui ont fait passer un électroencéphalogramme...

Il a reçu un diagnostic de troubles neurodéveloppementaux complexes comprenant un TDAH avec hyperactivité, un trouble des coordinations, un trouble sévère du langage écrit, une dyspraxie... ça fait beaucoup pour un seul enfant ! Mais les bilans ont parlé.

Pourtant... dès lors qu'il est hors de notre présence, nous, ses parents, il prend sur lui. Il est rongé de tics. Bouffé par l'anxiété. Mais il prend sur lui et reste agréable et très très respectueux des moindres règles, très (trop!) serviable. Un enfant "parfait". Si un médecin lui demande comment se passe l'école, il dit que tout va bien alors que ses difficultés sont multiples, que sa gestion des amitiés est compliquée. Et qu'il est très angoissé le matin. Qu'il se plaint de tout cela auprès de nous.

Il déteste parler de ses faiblesses. De ce qui ne va pas. De ce qu'il vit mal. Il supporte très mal d'être séparés de nous. Et nous vivons des scènes dramatiques dés qu'il y est confronté.

Mais à l'observation des médecins, il est toujours dans l'échange et dans la discussion. Sans colère. Sans cri. Sans larme. Très, très anxieux. Mais sympathique et agréable. Ce qu'il est très peu souvent avec nous. Même si ça arrive parfois.

Entre septembre et novembre il a été hospitalisé 2 mois dans une unité psychiatrique pour enfants et adolescents. Car depuis cet été il devenait plus que difficile. Dans la provocation permanente, la colère et le refus. Alors le CMP qui le suit a décidé de tenter l'hospitalisation pour observation. Mais durant 2 mois, il n'a rien montré aux professionnels de santé. Obnubilé par une seule chose : rentrer chez lui. Surtout ne pas faire de colère. Même pendant les permissions. Rien qui puisse prolonger l'hospitalisation. Se tenir à carreaux était devenu plus important que tout.

Les médecins n'ont vu aucun trouble mental. Aucune maladie. Tant mieux ! Ils ont confirmé le trouble complexe du neurodéveloppement et ses spécificités. Mais quand le CRA les a appelés, ils ont dit qu'il n y avait pas lieu de penser à un TSA (Bien qu'ils ne soient pas spécialistes du TSA). Qu il n'y avait pas de observation de trouble du comportement... pourtant quand je le regarde attraper le chien par le cou ou par les côtes et serrer très fort et ce, dès qu'il s'ennuie... j'ai quelques doutes quant à la normalité du geste. Mais nous ne serons donc pas reçu par le CRA... du moins pas dans l'immédiat alors que la demande avait été effectuée par le centre de référence des troubles des apprentissages depuis Mars....

Bref ! Désolée pour ce descriptif interminable. Mais nous le voyons subir tous les aspects de sa vie... nous le voyons en colère en quasi permanence. Nous cherchons de l'aide. Mais nous sommes dans une impasse. Rien ne semble l'apaiser. Rien ne semble l'aider. Et son comportement à la maison empire chaque jour qui passe...

Le profil de mon garçon vous parle t-il ? Pensez-vous que le TSA soit une possibilité ou sommes nous dans l'erreur son père et moi en le suggérant aux professionnels de santé et en réclamant un bilan diagnostic...

J'en viens à douter moi même tellement les portes se ferment...

Merci pour vos retours.

Halex
Maman TSA de 3 enfants dont un TSA type "asperger" diagnostiqué par le CRA pour le grand et trouble complexe du neurodéveloppement pour le 2ème.

Avatar du membre
Jiheu
Passionné
Messages : 352
Enregistré le : samedi 25 août 2018 à 9:02

Re: Mon fils est il juste en mal d'attention ???

#2 Message par Jiheu » samedi 3 décembre 2022 à 18:34

Bonjour,
Voici un épisode de la série "L'instit" ou il est mis en scène un enfant autiste.

Madame Mougin, la directrice d’une école récupère la classe d’une institutrice hospitalisée. Lors d’une dictée, Adrien fait une scène et se fait renvoyer. Victor Novak reprend peu après la classe, et, s’étonnant de l’absence d’Adrien, interroge Madame Mougin. Il décide de se rendre chez les Danville pour en savoir plus. Mis en confiance par son initiative, ses parents confient que leur fils est atteint du syndrome d’Asperger et qu’il a besoin d’un enseignement adapté. Touché par leur désarroi, Novak leur propose de le reprendre dans sa classe. Commence pour lui la dure tâche de convaincre la directrice et ses élèves de « s’adapter » à Adrien pour l’aider à s’intégrer aux autres.

Fils de 14 ans dont le diagnostic est confirmé.

Avatar du membre
Fluxus
Intarissable
Messages : 5573
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02
Localisation : Planète Shadok

Re: Mon fils est il juste en mal d'attention ???

#3 Message par Fluxus » dimanche 4 décembre 2022 à 10:00

Bonjour,

Je ne suis pas parent mais une personne diagnostiquée TSA au début de l'âge adulte.

Je me permets de répondre parce que j'ai lu tout le topic et que le sujet m'interpelle également.

Il y a certains aspects qui me font beaucoup penser à mes comportements quand j'étais enfant mais pas de manière aussi intense, notamment par rapport aux "fausses croyances" et à l'impulsivité. Et ça ne m'a jamais valu d'hospitalisation ou autre mais des menaces régulières de me faire hospitaliser...

Personnellement, on m'a considéré comme "enfant tyran/enfant au comportement tyrannique" pendant plusieurs années et ça m'a fait énormément de mal car il y avait toujours une raison très valable et légitime dans ma tête mais dont le cheminement était trop abstrait pour moi pour pouvoir le décrire ou le verbaliser, qui m'a régulièrement amené à des comportements jugés comme "gravissimes" de la part de la famille.

Et j'ai compris plus tard, que même si ça ne fait pas l'objet d'un diagnostic, les gens utilisent beaucoup trop ce terme "d'enfant tyran"... Et parfois à tort ! On m'a emmené voir des dizaines et des dizaines de spécialistes toute mon enfance et à chaque fois, si je ne verbalisais pas plus que ça, tout le monde disait qu'il n y avait rien à signaler et que j'avais l'air d'aller très bien, que tout était "normal".

On a beaucoup pris mes comportements et ma manière d'être pour des choses volontaires... Alors que je n'ai jamais eu de mauvaise intention derrière.

Puis au bout d'une certaine période, j'ai commencé à vraiment réaliser et prendre conscience de toutes mes difficultés quotidiennes et de mes différences et là, j'ai pu commencer une grande introspection, de très longues réflexions sur tout pleins de choses... Et heureusement pour moi, j'ai pu retrouver des suggestions de la part de l'école datant de la maternelle jusqu'au début de la primaire qui mentionnait (l'école), déjà une nécessité de bilans, qu'il y avait des choses à creuser et tout ce qui était noté sur ma personne, ça collait à 300% à l'autisme. Mais à l'époque, y a 15-18-20 ans, on en était pas encore là du tout... Et comme j'avais de très bonnes notes et que j'excellais malgré tout, ça n'a jamais trop trop alerté. :innocent:

Dans ton cas, je pense que la difficulté, c'est que ton fils ne verbalise pas ce qui semble être problématique. Maintenant la question, c'est, est-ce qu'il a conscience des difficultés ou des choses que vous remarquez sur son comportement et sa façon d'être ?

S'il n'en a lui-même pas conscience, ça peut être compliqué de le verbaliser. A-t-il vécu des choses qui pourraient le pousser à ne pas avoir confiance aux autres (qui l'empêcheraient de verbaliser ses ressentis en fait) ?

J'imagine bien que la situation est très complexe, malheureusement, je n'ai pas de solution miracle à apporter, juste du soutien et de la compréhension...

Par contre, le fait qu'il y ait déjà une suggestion de troubles du neurodéveloppement complexes, je pense que ça doit quand même interpeller, que ça mérite quand même de creuser plus loin, essayer de mettre le doigt sur quelque chose, je pense que ça mérite une prise en charge avec des aides qui permettraient d'apaiser le quotidien. Ce n'est que mon avis. Apaiser d'abord son quotidien mais aussi celui de toute la famille. Réussir à trouver des choses qui lui font du bien...

C'est assez difficile dit comme ça, je le conçois mais si un diagnostic est évoqué, je pense qu'il faut chercher des prises en charge qui pourraient commencer à aider.

Courage !

Spoiler : Voir aussi : 
J'avais vu un épisode de l'émission "ça commence aujourd'hui" qui abordait le sujet des "enfants tyrans" et par exemple, une des mamans a découvert très tard qu'en fait, son enfant ne se sentait pas dans "le bon corps" et que ça expliquait en partie son mal-être et certains comportements etc. Il y a aussi ces émissions là.




EDIT : Je rajoute aussi que le TSA n'est pas un trouble du comportement ! C'est une information importante à prendre en compte.

Halex a écrit :
samedi 3 décembre 2022 à 17:21

Le profil de mon garçon vous parle t-il ? Pensez-vous que le TSA soit une possibilité ou sommes nous dans l'erreur son père et moi en le suggérant aux professionnels de santé et en réclamant un bilan diagnostic...

J'en viens à douter moi même tellement les portes se ferment...

En conclusion, oui, c'est un profil qui me parle parce que même si je ne peux pas me prononcer sur quelque chose d'exact, c'est un profil qui ne m'est pas inconnu, dont j'ai déjà entendu parler et j'y vois quelques points communs avec certaines choses que j'ai pu vivre à l'époque. Je pense qu'à partir du moment où la piste d'un trouble quelconque a été évoquée, il faut continuer à creuser.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage + trouble anxiodépressif associé - CRA régional (2021)

Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir.
Plus ça rate, plus on a de chances que ça marche. ~ Les Shadoks

Répondre