le harcèlement à l'école.

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Message
Auteur
Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 24854
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: le harcèlement à l'école.

#76 Message par freeshost » samedi 1 décembre 2018 à 20:06

Parfois, je divague de manière vague quand j'essuie dix vagues. :lol:

Les personnes enseignantes ne devraient pas se moquer des élèves. Ce faisant, ils font le jeu des personnes harceleuses, confortent celles-ci.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Geogaddi
Occasionnel
Messages : 27
Enregistré le : lundi 5 novembre 2018 à 2:42

Re: le harcèlement à l'école.

#77 Message par Geogaddi » samedi 1 décembre 2018 à 20:35

Harcelée également de la 6ème à la 1ère, sans savoir pourquoi. Les autres ont juste senti que j'étais différente, et plus j'essayais de rentrer dans le moule en essayant de suivre les modes ou parler comme eux, pire c'était, ils devaient sentir que c'était pas "inné" chez moi. Mes parents sont intervenus car je somatisais énormément et commençais à avoir une phobie scolaire, malheureusement les choses ont empiré. Il y a eu dépôt de plainte, renvoi temporaire des élèves, excuses exigées devant toute la classe, rien n'y a fait, les insultes et agressions étaient juste plus discrètes et hors des murs de l'école après ça. Les profs pour leur part ont assisté à tout, ont vu des brimades quotidiennes sous leurs propres yeux, pendant des années, et à part une prof (elle aussi harcelée plus jeune) PERSONNE n'a réagit. Personne. C'est limite si on me reprochait pas de pas faire d'efforts pour m'intégrer. Au lycée les profs ont participé au harcèlement et incité les autres élèves à le faire (oui oui !), et comme c'était un établissement prestigieux très réputé, mes parents ont peu réagi (et de toute façon, j'étais devenue trop honteuse de tout ça, ils ont jamais su 90% de ce que j'ai subi).

Tout ça pour dire que je n'ai aucune solution et ça m'énerve, car je ne sais jamais comment me positionner. J'aurais tendance à dire que s'il s'agit d'un harcèlement ciblé par une ou deux personnes seulement, quelque chose est faisable (je connais des gens pour qui ensuite ça a stoppé net). En revanche, si le harcèlement est global par toute la classe voire tout l'établissement (mon cas), ça risque d'être très compliqué, car d'autres prendraient le relais pour venger leur pote.

A l'époque j'aurais aimé que les adultes m'aident et me soutiennent même sans punir les autres, juste qu'on me rappelle très souvent mon droit d'exister et de vivre comme je suis, juste me rappeler que je ne vaux pas moins bien qu'eux, car c'est une période ou l'identité se construit. En se construisant sur une image négative et "anormale" de soi-même, ça donne des adultes phobiques sociaux, dépressifs et suicidaires, c'est pas anodin. Donc si rien ne peut être fait au moins rappeler, quotidiennement, que la personne est bien comme elle est et qu'en aucun cas elle doit se soumettre aux attentes des autres. Valoriser au maximum ses points forts. A l'époque, j'aurais aimé être déscolarisée pour être au CNED, ça m'aurait permis de m'épanouir bien mieux, mais c'est encore une autre histoire. Communiquer avec lui/elle sur ce qu'il faudrait pour que ça aille mieux, si tant est qu'il/elle soit capable de le verbaliser.

Il y a en tous cas un immense travail d'éducation à faire au sein des écoles. Venant d'une famille de profs, je sais à quel point le métier est difficile donc je ne leur jetterai pas la pierre, mais je pense qu'une sensibilisation aussi au sein des classes serait nécessaire.
Femme, 24 ans, IDF. Fortes suspicions SA de l'entourage et amis psys.
11/12/18: RDV pris avec une psychologue spé SA.

Avatar du membre
Controleur
Adepte
Messages : 292
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: le harcèlement à l'école.

#78 Message par Controleur » dimanche 2 décembre 2018 à 8:31

freeshost a écrit :
samedi 1 décembre 2018 à 20:06
Parfois, je divague de manière vague quand j'essuie dix vagues. :lol:

Les personnes enseignantes ne devraient pas se moquer des élèves. Ce faisant, ils font le jeu des personnes harceleuses, confortent celles-ci.
Ils font le jeu des personnes harcellées mais se décrédibilisent aussi auprès de la victime.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1132
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 16:10
Localisation : Nantes (44)

Re: le harcèlement à l'école.

#79 Message par lulamae » dimanche 2 décembre 2018 à 11:41

Geogaddi a écrit :
samedi 1 décembre 2018 à 20:35
Les profs pour leur part ont assisté à tout, ont vu des brimades quotidiennes sous leurs propres yeux, pendant des années, et à part une prof (elle aussi harcelée plus jeune) PERSONNE n'a réagit. Personne. C'est limite si on me reprochait pas de pas faire d'efforts pour m'intégrer. Au lycée les profs ont participé au harcèlement et incité les autres élèves à le faire (oui oui !), et comme c'était un établissement prestigieux très réputé, mes parents ont peu réagi (et de toute façon, j'étais devenue trop honteuse de tout ça, ils ont jamais su 90% de ce que j'ai subi).
Tu vois, quand je lis ça, ça me donne envie de vomir. C'est effarant, surtout la 2ème partie ! Je comprends a posteriori quelle était mon attitude de prof : pour avoir été moi-même harcelée au collège et lycée, j'avais à coeur de protéger les élèves qui subissaient des brimades, et d'user de mon influence (quand j'en avais suffisamment) sur les autres pour valoriser l'élève écarté, utiliser l'humour (gentil) pour lui faire une place dans la classe, mettre en avant ses qualités, etc... Ca demandait une approche d'engagement personnel hors posture habituelle du prof, mais ça marchait. Je ne dis pas que c'était la solution, c'était ce que j'avais trouvé. Ca ne marchait peut-être pas avec tous les élèves non plus.
Mais je crois que j'ai aussi souffert au collège comme prof d'un climat de violence et de bêtise grandissant entre élèves, et du laisser-faire écoeurant des adultes : j'ai parlé des Directions, mais les CPE m'ont aussi paru inapte toutes ces dernières années. La dernière fois où j'ai vu un CPE efficace (pas besoin d'être une terreur pour ça), ça remonte à 10 ans. Sans doute qu'avec les ESPE la formation en a pris un coup.
site ESPE Nantes a écrit : Le master Encadrement Éducatif est construit pour former les étudiants au métier de l'encadrement éducatif dans les établissements du second degré. Il se décline en plusieurs axes complémentaires, afin de garantir les compétences indispensables à un futur conseiller principal d'éducation (cpe). Il prépare les étudiants au concours externe et permet une prise de fonction réussie dans le système éducatif en cas de recrutement par ce concours. Il se donne aussi pour objectif plus large de former des cpe à même de s’adapter à la diversité des publics et des systèmes éducatifs, s’inscrivant dans une dynamique d’évolution de leurs pratiques professionnelles tout au long de leur carrière. Il vise la formation de professionnels autonomes et organisés, capables d’initiatives, de prises de décision, et sachant travailler en équipe. De manière transversale aux UE d’enseignement, les formes et les objets de travail viseront donc à développer ces compétences fondamentales. Le master est construit autour de plusieurs stages permettant de découvrir le milieu professionnel et d’acquérir progressivement la professionnalisation attendue.
https://espe.univ-nantes.fr/notre-offre ... esentation

Comme je m'y attendais, l'énoncé du programme est vague et fumeux... J'ai téléchargé le livret détaillé de 28 pages par curiosité personnelle.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1132
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 16:10
Localisation : Nantes (44)

Re: le harcèlement à l'école.

#80 Message par lulamae » dimanche 2 décembre 2018 à 11:58

freeshost a écrit :
samedi 1 décembre 2018 à 20:06
Parfois, je divague de manière vague quand j'essuie dix vagues. :lol:
Spoiler : 
On peut parler de la 9ème vague :
wikipedia a écrit :D'après les sources folkloriques galloises de Dumézil, les vagues de l'océan se brisent par séries de neuf ; la neuvième et dernière vague est appelée « le bélier ». L'ancien gallois, le français moderne et le basque moderne appellent par ailleurs les vagues couronnées d'écume « moutons ».
https://fr.wikipedia.https://fr.wikiped ... i/Heimdall

C'est un fait que dans le pays basque cette référence perdure ; je l'ai souvent entendu là-bas.
https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Neuvi%C3%A8me_Vague
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

martine_75
Habitué
Messages : 79
Enregistré le : vendredi 19 octobre 2018 à 19:33

Re: le harcèlement à l'école.

#81 Message par martine_75 » dimanche 2 décembre 2018 à 12:44

lulamae a écrit :
dimanche 2 décembre 2018 à 11:41
Je comprends a posteriori quelle était mon attitude de prof : pour avoir été moi-même harcelée au collège et lycée, j'avais à coeur de protéger les élèves qui subissaient des brimades, et d'user de mon influence (quand j'en avais suffisamment) sur les autres pour valoriser l'élève écarté, utiliser l'humour (gentil) pour lui faire une place dans la classe, mettre en avant ses qualités, etc... Ca demandait une approche d'engagement personnel hors posture habituelle du prof, mais ça marchait. Je ne dis pas que c'était la solution, c'était ce que j'avais trouvé. Ca ne marchait peut-être pas avec tous les élèves non plus.
Merci pour eux Lulamae.

De part mon expérience d'élève (collège catho), cette attitude de professeur est très rare. Entre ceux qui sont complices, ceux qui ne voient rien, ceux qui font mine de ne pas voir... idem pour les surveillants.

Il y a également de très grosses maladresses (plus ou moins volontaires) :
J'ai souvenir d'être rentrée à la maison un soir de 6ème dans un état d'angoisse tellement fort que ma mère avait fini par me faire avouer quelques brimades (on était loin de l'exhaustivité !) subies. Elle a appelé le CPE pour lui exposer la situation.

Le lendemain, devant toute la classe, le CPE a fait un discours : "La Maman de XXX a appelé. Il parait que vous lui faite des blagues pas très drôles"(oui oui, il a dit "Des blagues". Il s'agissait de violences physiques et verbales). "Alors peut-être qu'elle ne comprend pas votre humour" ( :sick: ), "donc sa maman demande que vous la laissiez tranquille" (autrement dit : pas moi !). Le tout avec un petit sourire aux lèvres.

Je vous laisse imaginer la suite. Cela s'est poursuivi tout le collège. Avec la complicité des professeurs qui renchérissaient les brimades. La plupart des temps de pause et des intercours était passé enfermée dans les WC. Sauf quand les surveillants passaient et me disait, alors que d'autres élèves étaient présents et allaient donc se moquer en retour: "On ne reste pas dans les toilettes XXXX !" (sans même s'interroger sur "pourquoi" je restais là, seule. Je n'avais pas le profil à y fumer des joints...

Alors selon moi il y a certes des modules de formation à fournir aux professeurs et encadrants sur "comment faire". Car je conçois que cela puisse être difficile notamment vis à vis de la hiérarchie. Néanmoins, il y a aussi du bon sens. Et ça, si ça fait défaut, les parents et le jeune pour faire tout ce qu'ils peuvent, rien ne changera (voir pire...).

Témoignage peu optimiste mais vécu. J'espère que cette attitude est une exception, ou que les choses ont évolué.
Diagnostic en cours

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1132
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 16:10
Localisation : Nantes (44)

Re: le harcèlement à l'école.

#82 Message par lulamae » dimanche 2 décembre 2018 à 13:54

martine_75 a écrit :
dimanche 2 décembre 2018 à 12:44

Alors selon moi il y a certes des modules de formation à fournir aux professeurs et encadrants sur "comment faire". Car je conçois que cela puisse être difficile notamment vis à vis de la hiérarchie. Néanmoins, il y a aussi du bon sens. Et ça, si ça fait défaut, les parents et le jeune pour faire tout ce qu'ils peuvent, rien ne changera (voir pire...).

Témoignage peu optimiste mais vécu. J'espère que cette attitude est une exception, ou que les choses ont évolué.
Je trouve l'attitude du CPE de l'époque, comme tu la décris, limite perverse (le petit sourire et le message implicite pour décrédibiliser sa propre intervention). :sick:

Pour rester factuelle, il existe un autre problème qui n'est pas du fait de la "bonne volonté" des uns ou des autres, mais qui résulte d'un manque flagrant de communication entre les différentes instances d'un collège.
J'ai expérimenté cela côté parent, lorsque ma fille cadette a passé pendant plus de six mois toutes ses récrés seule, et mangeait seule à la cantine tous les midis. Il est évident que c'est la première chose à surveiller : un enfant seul et fragile est une cible désignée pour le harcèlement et les moqueries sur les temps de pause.
J'ai ramé pour réunir tout le monde, parce que la CPE ne jouait pas son rôle de courroie de transmission entre l'infirmière (qui faisait bien son travail) et la vie scolaire ; le Principal ne s'impliquait pas non plus, alors qu'il aurait dû être présent à la signature du contrat (PAI et PAP).
D'ailleurs, cela n'a bougé que lorsque j'ai menacé de faire intervenir un médiateur académique :
http://www.education.gouv.fr/cid3998/fa ... ateur.html

Peut-être une astuce à connaître ? :wink:

J'avais déjà contacté le médiateur, et suite à cette annonce au téléphone, j'ai obtenu une réunion dans le bureau du Principal avec toutes les parties concernées. Ma fille a pu ensuite se rapprocher de deux autres élèves isolées, et sa situation s'est améliorée.
Autant dire que je ne me suis pas fait apprécier, mais ça m'a permis de décrocher, et de ne plus avoir besoin d'intervenir par la suite. De toute façon, quand je vois ce type d'attitude veule (peur de la menace), c'est fini pour l'estime que je pourrais porter à une personne dans sa fonction.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

mikkel
Forcené
Messages : 503
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 à 9:43

Re: le harcèlement à l'école.

#83 Message par mikkel » dimanche 2 décembre 2018 à 14:04

Je trouve l'attitude du CPE de l'époque, comme tu la décris, limite perverse (le petit sourire et le message implicite pour décrédibiliser sa propre intervention).
Mais pour quelle raison il a fait ça le cpe ? Je ne comprends pas son objectif ? Je suppose qu'il n'a pas apprécié l'appel téléphonique mais la raison m'échappe.

Tu as raison lulamae, il faut unir les élèves isolés, ça fonctionne. 2 têtes de turc ensemble se font beaucoup moins embêtées, c'est une constatation. Peut-être la peur d'un témoin, les harceleurs agissent généralement en loucedé.
Papa d'un garçon autiste

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1132
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 16:10
Localisation : Nantes (44)

Re: le harcèlement à l'école.

#84 Message par lulamae » dimanche 2 décembre 2018 à 14:13

Petite parenthèse : nous on est au parfum avec nos enfants et leur profil particulier, mais d'autres élèves se font harceler pour des caractéristiques physiques. J'ai parlé des roux (ce truc, ça fait carrément obscurantisme), mais je pourrais mentionner aussi la meilleure amie de ma fille, qui est née avec une déformation de la bouche - elle a été tellement harcelée au collège qu'elle porte en permanence une écharpe devant sa bouche, même quand elle mange.
J'ai posé la question à l'infirmière, mais tout le monde semble penser que c'est un caprice de la gamine, qu'on ne peut rien y faire... :crazy:

Je vous laisse apprécier (avec ironie) cet article, pourtant publié sur un site pédagogique :
https://www.pedagogie.ac-aix-marseille. ... eponse.pdf
a écrit : Il nous semble essentiel- et c’est la raison pour laquelle nous vous écrivons- de faire
circuler un message totalement différent auprès du public : il n’y a pas de profil-type
pour l’enfant qui est harcelé, sinon qu’il n’a pas acquis les compétences relationnelles
qui lui permettent de se défendre immédiatement et efficacement quand on l’attaque,
ce qui a pour effet d’ancrer en lui une posture de victime très facilement repérable
par les agresseur
s
. Cela veut également dire que, quelques soient les particularités
d’un enfant, il peut apprendre à réagir différemment lorsqu’il est maltraité. C’est une
question d’apprentissage dans la régulation des interactions, et c’est le travail que nous
faisons au CRISS avec les enfants harcelés.
...
C’est pourquoi nous considérons au CRISS que les
solutions aux diverses maltraitances relationnelles entre jeunes passent avant tout par
l’acquisition de compétences interactionnelles, que l’on doit donner à ceux qui, pour
une raison ou une autre, ne les ont pas acquises. Ces compétences sont à la portée
de tous
, aucune particularité physique ou autre ne constitue une fatalité ; il s’agit non
pas d’intervenir à la place des enfants, mais de les aider à intervenir seuls dans leurs
propres relations.
Edit : ajout de citations.
Modifié en dernier par lulamae le dimanche 2 décembre 2018 à 14:24, modifié 1 fois.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
Controleur
Adepte
Messages : 292
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: le harcèlement à l'école.

#85 Message par Controleur » dimanche 2 décembre 2018 à 14:23

mikkel a écrit :
dimanche 2 décembre 2018 à 14:04
Je trouve l'attitude du CPE de l'époque, comme tu la décris, limite perverse (le petit sourire et le message implicite pour décrédibiliser sa propre intervention).
Mais pour quelle raison il a fait ça le cpe ? Je ne comprends pas son objectif ? Je suppose qu'il n'a pas apprécié l'appel téléphonique mais la raison m'échappe.

Tu as raison lulamae, il faut unir les élèves isolés, ça fonctionne. 2 têtes de turc ensemble se font beaucoup moins embêtées, c'est une constatation. Peut-être la peur d'un témoin, les harceleurs agissent généralement en loucedé.
Et bien parce que le CPE n'avait pas envie de gérer une situation de crise et que ça le mette en porte à faux vis à vis de sa hiérarchie.

Son objectif: que personne ne se rende compte du problème.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

mikkel
Forcené
Messages : 503
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 à 9:43

Re: le harcèlement à l'école.

#86 Message par mikkel » dimanche 2 décembre 2018 à 14:35

mouais :
il s’agit non pas d’intervenir à la place des enfants, mais de les aider à intervenir seuls dans leurs
propres relations.
J'ai vraiment essayé de demander à mon fils d'intervenir seul mais alors là, ça avait empiré sa situation et pas qu'un peu, tous les jours ça prenait de l'ampleur. Faudrait être con pour persister à lui demander de se défendre ! Je persiste à croire que c'est aux adultes d'apporter LA solution. S'il faut des sanctions pour que ça s'arrête... bah tant pis.
Le harcèlement est destructeur, il faut y amener beaucoup d'énergie et de force, il ne faut pas prendre ça à la légère. :evil: On est souvent loin des petites blagues potaches et quand bien même, la perception d'un événement est totalement différente selon si on le subit ou si on nous le rapporte. Je crois que le principal problème, c'est la manque d'empathie, on ne se met pas à la place du harcelé. On ignore totalement que ça peut faire autant de mal qu'un viol. Désolé de faire cette comparaison malsaine.
Papa d'un garçon autiste

martine_75
Habitué
Messages : 79
Enregistré le : vendredi 19 octobre 2018 à 19:33

Re: le harcèlement à l'école.

#87 Message par martine_75 » dimanche 2 décembre 2018 à 14:44

Controleur a écrit :
dimanche 2 décembre 2018 à 14:23

Et bien parce que le CPE n'avait pas envie de gérer une situation de crise et que ça le mette en porte à faux vis à vis de sa hiérarchie.

Son objectif: que personne ne se rende compte du problème.
Pas seulement. Le Directeur de l'établissement connaissait la situation. Je n'ai pas tout dit dans mon précédant message. J'étais "connue" ou "fichée" pour ne jamais participer aux événements (sorties, repas, soirées...) organisés par l'établissement. De plus, j'étais quasi-mutique en classe. De sorte que les professeurs qui m'interpellaient pensaient que je me moquais de ce qu'il me disait, ou que j'étais hautaine.
Ils ne m'aimaient pas. (c'est enfantin dit ainsi). Le courant ne passait pas. Par contre, il passait très bien avec les harceleurs.

Mon message ne visait pas à décrire la vie privée mais à féliciter Lulamae d'avoir "vu" et "agit". En dénonçant, les professeur ne craignent pas seulement leur hiérarchie, mais aussi les autres élèves. C'est peu dit. Un Professeur qui dénonce ces situations s'expose à des propagations de rumeurs de la part des élèves harceleurs. Et ce sont souvent ceux qui ont le plus d'influence dans la "côte de popularité" des prof ou surveillants.
Tout cela auto-entretien (voir favorise) la situation harcèlement.
Diagnostic en cours

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1132
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 16:10
Localisation : Nantes (44)

Re: le harcèlement à l'école.

#88 Message par lulamae » dimanche 2 décembre 2018 à 14:46

mikkel a écrit :
dimanche 2 décembre 2018 à 14:35
mouais :
Le harcèlement est destructeur, il faut y amener beaucoup d'énergie et de force, il ne faut pas prendre ça à la légère. :evil: On est souvent loin des petites blagues potaches et quand bien même, la perception d'un événement est totalement différente selon si on le subit ou si on nous le rapporte. Je crois que le principal problème, c'est la manque d'empathie, on ne se met pas à la place du harcelé. On ignore totalement que ça peut faire autant de mal qu'un viol. Désolé de faire cette comparaison malsaine.
Pas tant que ça : c'est la même racine dans les deux mots "viol" et "violence" (= abus de la force).

Je recite @Geogaddi un peu plus haut, je trouve que ça résume bien le caractère destructeur de ces violences, subies souvent pendant des années :
Geogaddi a écrit : A l'époque j'aurais aimé que les adultes m'aident et me soutiennent même sans punir les autres, juste qu'on me rappelle très souvent mon droit d'exister et de vivre comme je suis, juste me rappeler que je ne vaux pas moins bien qu'eux, car c'est une période ou l'identité se construit. En se construisant sur une image négative et "anormale" de soi-même, ça donne des adultes phobiques sociaux, dépressifs et suicidaires, c'est pas anodin.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1132
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 16:10
Localisation : Nantes (44)

Re: le harcèlement à l'école.

#89 Message par lulamae » dimanche 2 décembre 2018 à 14:54

martine_75 a écrit :
dimanche 2 décembre 2018 à 14:44
Un Professeur qui dénonce ces situations s'expose à des propagations de rumeurs de la part des élèves harceleurs. Et ce sont souvent ceux qui ont le plus d'influence dans la "côte de popularité" des prof ou surveillants.
Tout cela auto-entretien (voir favorise) la situation harcèlement.
Très juste. Il y a réellement une forme de complaisance des adultes envers les effets de groupe. Je persiste toutefois à penser que la ligne actuelle de l'Education Nationale dévie trop vers une évaluation de la popularité au sein du collège, la "capacité à participer à la vie de l'établissement". Nombre d'enseignants sont beaucoup trop soucieux d'être bien vus des élèves, et les caressent dans le sens du poil pour gagner la paix sociale, et en retour être bien vus (et donc bien notés) de la hiérarchie.

PS : j'ai mis au-dessus deux extraits d'un article issus d'un site pédagogique, lequel montre clairement que l'on considère que c'est l'élève en difficulté relationnelle qui est fautif => c'est à lui de changer en acquérant de meilleures compétences sociales.
On ne parle pas en revanche de fournir ces compétences dans le cadre de l'institution scolaire ! :roll:
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; diagnostic du syndrome Ehlers-Danlos prévu (1er RV en décembre).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

martine_75
Habitué
Messages : 79
Enregistré le : vendredi 19 octobre 2018 à 19:33

Re: le harcèlement à l'école.

#90 Message par martine_75 » dimanche 2 décembre 2018 à 15:19

lulamae a écrit :
dimanche 2 décembre 2018 à 14:54
PS : j'ai mis au-dessus deux extraits d'un article issus d'un site pédagogique, lequel montre clairement que l'on considère que c'est l'élève en difficulté relationnelle qui est fautif => c'est à lui de changer en acquérant de meilleures compétences sociales.
Ce document qui semble émaner de l'académie d'Aix Marseille est très inquiétant. Il semble être une réponse à Marcel Ruffo, donc pas un document distribué, mais cela en dit long sur la mentalité des rectorats.
lulamae a écrit :
dimanche 2 décembre 2018 à 14:54
On ne parle pas en revanche de fournir ces compétences dans le cadre de l'institution scolaire ! :roll:
Ou, mieux, de comprendre que certaines personnes auront toujours du mal à les acquérir, mais que ça ne fait pas d'elles des êtres légitimes à être tabassés.

Les compétences sont surtout à acquérir par les harceleurs. Par l'éducation dans un premier temps (parentale ou institutionnelle à défaut) ou la punition s'il le faut.
Diagnostic en cours

Répondre