Suspicion autisme pour mon fils

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Répondre
Message
Auteur
mayasoleil7
Habitué
Messages : 67
Enregistré le : dimanche 30 septembre 2018 à 10:35

Suspicion autisme pour mon fils

#1 Message par mayasoleil7 » dimanche 30 septembre 2018 à 12:07

Symptômes
Necrepondait pas à son prénom. Echolalie . Retard de langage. Ne pointait pas du doigt. Hypersensibilite aux vêtements. Se mettait tout nu devant les invités. Maintenant il.ne supporte plus ses chaussettes. Intolérance à la frustration et à du mal à passer d'une activité à une autre. Changement d'humeur. Automutilation. Crises de colère explosives. Se jetait la tete par terre quand on lui changeait la couche à ses deux ans puis au moment de la séparation à la rentrée scolaire en maternelle au grand désarroi de sa maîtresse. Activités restreintes ( comptages intempestifs de cailloux, petits pois, chaussures) faisait des bruits , riait fort lors de regroupement scolaire. Était isolé des autres et ne s'integrait pas car préférait compter les cailloux dans la cour plutôt que d'aller vers les autres. Lorsqu'un enfant jouait à des jeux type tobbogans, il n'y allait que S'il n'y avait plus personne. Problème de motricité fine et lors de regroupement sportif, n'a su faire ses lacets qu'à 11 ans et même encore c'est difficiles. Régression à l'annonce du retour à l'école après des vacances avec enuresie et encopresie, urinant sur les murs et dans ses jouets, jouant avec son caca et en faisant de la peinture sur les murs avec. Problème d'endormissement interminables, plusieurs heures de câlins allongé à côté de lui jusqu'à se qu'il s'endormir. Routine à ne pas casser sinon c'est la crise. Agressif envers sa famille et avait un comportement tyrannique à ses 4 ans et encore maintenant voulant décider de tout. Difficile à faite manger et sensibilité à la chaleur des aliments. Besoin de rituel et quand il a un intérêt pour quelque chose en parle sans savoir si cela ennui quelqu'un. I.teret spécifique pour la géographie, l'astronomie, l'architecture et plans de ville, alphabet qu'il tournait en boucle sans fin au coucher, marqué de voitures et enoncait chaque marqué à chaque voiture qui passait. Alignement des objets. I telligence dans la moyenne supérieure comparé aux autres enfants. Mémoire phénoménale. Idées récurrentes de suicide et tentatives de suicide. Changement d'humeur. Mauvaise estimé de soi et de ses capacités. Crises de colère phénoménales avec agressivité et autoaggressif avec automutilation, bris d'objets, claquement de portes. Et j'oublie certainement des choses.
maman bipolaire et pré diagnostiquée autiste, enfants, 1 avec un tsa et cyclothymique, Un autre enfant dysgraphique et un troisième tdah

pierre précieuse
Occasionnel
Messages : 20
Enregistré le : samedi 13 octobre 2018 à 2:15

suspicion autisme pour mon fils

#2 Message par pierre précieuse » samedi 13 octobre 2018 à 22:47

Je suis nouvelle sur ce forum, je n'en connais pas tous les us, j'espère ne pas commetre d'erreur en postant ici puisque ne suis pas parent.

Je me reconnais en bonne partie dans ton témoignage. Quand j'étais enfant les autres me terrifiaient (ce n'est pratiquement pas exagéré) de par leur comportement ce qui fait que je n'avais aucune envie de m'en rapprocher. Mes comportements répétitifs & vus de l'extérieur inutiles me servaient à canaliser la forte voire extrême anxiété d'être dans la cour notamment ou autres lieux. Un simple moyen de masquer cette forte peur en pensant @ autre chose. C'est toujours vrai aujourd'hui mais beaucoup moins.

Il m'arrive aussi que ma quantité de pensées soit trop envahissante & me provoque des stéréotypies @ cause du malaise de ne pouvoir toutes les traiter. Je pense que c'est commun @ tous les autistes que les stéréotypies & autres comportements répétitifs servent à masquer une souffrance. Par exemple quand ma mère m'emmenait voir le médecin mon angoisse était moyenne & je repérais des formes géométriques au sol, mur ou plafond & les comptais sinon dans ma tête ça aurait tourné en rond & augmenté mon angoisse. Ça m'arrive toujours de temps @ autres. Mon enfance est une histoire de mal-être & d'angoisse perpétuels même en l'absence des autres enfants mais ces derniers l'amplifiaient beaucoup de par leur comportement incompréhensiblement bruyant, brusque, chahuteur & imprévisible ce qui est difficile à vivre pour une personne hypersensible & ne comprenant pas d'elle-même les mœurs sociales.

Ma déficience de planification qui m'apporte de grandes difficultés dans l'exécution de tâches diverses peut m'amener un tel stress parfois quand la tâche est particulièrement compliquée que je suis proche de l'envie de m'enfuir ou de me frapper moi-même. C'est une parade contre la frustration de ne pouvoir [selon la situation] | agir – comprendre – résoudre | & contre la quasi-panique intérieure face @ cette impuissance. Je ne me suis presque jamais frappée ni enfuie mais comprends donc les autistes y ayant recours, pour ma part je reste longuement en situation d'inaction, ressentant un grand désarroi voire je pleure (ça c'est notamment quand je dois refaire mon lit car ça me dépasse véritablement, mais j'ai espoir de progresser en mettant en place une stratégie d'| automatisaiton – simplification | de la tâche, car mon aptitude à planifier elle risque beaucoup moins d'évoluer).

Peut-être qu'une formule qui pourrait aider ton enfant serait la combinaison de le rassurer un maximum, lui expliquer au maximum l'ensemble de l'environnement, des nécessités etc & de le confronter régulièrement @ petites doses aux situations plus difficiles (avec rassurage, explications & encouragements juste avant). Si mes parents avaient procédé ainsi je pense que ça m'aurait aidée même si ça n'aurait peut-être pas suffi.

Mais les déséquilibres chimiques jouent forcément un rôle (sérotonine etc) & un excès de sécrétion de cortisol me paraît plausible, peut-être une approche médicale pourrait être un plus @ condition de trouver un professionnel suffisamment compétent pour cela. J'ignore si cela existe. Le pédopsychiatre qui m'a diagnostiquée sur le tard ne maîtrisait pas la question de l'ocytocine par exemple.
Je suppose ne pas créer de controverse ni enfreindre une règle en évoquant cela (s'il vous plaît pourriez-vous être cléments si je me trompe) mais le protocole de chélation de Cutler est réputé pour donner de bons résultats chez les enfants en ce qui concerne l'autisme. Beaucoup de parents constatent des progrès rapides (atténuation des symptômes).

J'espère que mon intervention aura pu t'aider quelque peu. N'hésite pas à nous en dire plus sur ton éventuel parcours·


Modération (Tugdual) : Restauration de la couleur de texte par défaut.
point en place : intonation descendante ; point médian : intonation plate ; point en chef : intonation montante
diagnostiquée

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 1943
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: suspicion autisme pour mon fils

#3 Message par olivierfh » dimanche 14 octobre 2018 à 9:11

pierre précieuse a écrit :
samedi 13 octobre 2018 à 22:47
Je suppose ne pas créer de controverse ni enfreindre une règle en évoquant cela (s'il vous plaît pourriez-vous être cléments si je me trompe) mais le protocole de chélation de Cutler est réputé pour donner de bons résultats chez les enfants en ce qui concerne l'autisme. Beaucoup de parents constatent des progrès rapides (atténuation des symptômes).
Voir ici Jean - aussi ici le Pharmachien, et Wikipédia.

(Par ailleurs d'après la charte "Les messages doivent être lisibles" - pour moi c'est pénible ces couleurs, et c'est difficile à citer.)
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

pierre précieuse
Occasionnel
Messages : 20
Enregistré le : samedi 13 octobre 2018 à 2:15

suspicion autisme pour mon fils

#4 Message par pierre précieuse » dimanche 14 octobre 2018 à 21:57

Wikipédia est mal informée de la question.
La bande dessinée est partiellement inexacte & irrespectueuse, de plus elle ne décrit pas ce que précônise Cutler qui était biochimiste dôté d'un doctorat & spécialiste de l'intoxication aux métaux lourds. Les cas de guérison ne sont pas anecdotiques dans son protocole.

Je n'avais pas l'impression que mes couleurs soient illisibles mais j'ai pris en compte la demande qui m'a été faite de ne plus les utiliser.
point en place : intonation descendante ; point médian : intonation plate ; point en chef : intonation montante
diagnostiquée

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 20818
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: suspicion autisme pour mon fils

#5 Message par Tugdual » dimanche 14 octobre 2018 à 23:00

pierre précieuse a écrit :
dimanche 14 octobre 2018 à 21:57
Wikipédia est mal informée de la question.
La bande dessinée est partiellement inexacte & irrespectueuse, de plus elle ne décrit pas ce que précônise Cutler qui était biochimiste dôté d'un doctorat & spécialiste de l'intoxication aux métaux lourds. Les cas de guérison ne sont pas anecdotiques dans son protocole.
Une étude en particulier ne prouve pas grand chose tant qu'elle n'a pas été suffisamment critiquée par les experts du domaine, et ses résultats reproduits.

En matière de chélation, en particulier sur l'autisme, les liens d'Olivier reflètent bien l'état des connaissances, à savoir pas d'effet positif reconnu, et parfois des effets négatifs graves.

Ajoutons quelques liens :
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

pierre précieuse
Occasionnel
Messages : 20
Enregistré le : samedi 13 octobre 2018 à 2:15

suspicion autisme pour mon fils

#6 Message par pierre précieuse » lundi 15 octobre 2018 à 1:48

Le protocole de Cutler n'est pas assez connu pour avoir été mis @ l'épreuve. La clinique constitue une preuve de ses résultats.
Encore une fois les liens donnés critiquent des pratiques que critique aussi Cutler (il dit de ne surtout pas faire de chélation par intraveineuse ni de prendre d'EDTA par exemple, ou de ne pas faire de tests de provocation) en plus d'émaner de sites dont la spécialité est plus de déconstruire que de construire.

Il est évident que la chélation n'est pas un traitement anodin & doit être bien menée pour éviter les problèmes & les publications de Cutler sont là dans ce but·
point en place : intonation descendante ; point médian : intonation plate ; point en chef : intonation montante
diagnostiquée

Avatar du membre
lepton
Forcené
Messages : 1900
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: Suspicion autisme pour mon fils

#7 Message par lepton » lundi 15 octobre 2018 à 9:15

Sauf qu'on parle de santé, d'actions à visée thérapeutiques, entrainant potentiellement des risques.

Une expérience jamais reproduite par des équipes indépendantes, jamais critiquée, dont le rapport bénéfice/risque n'a jamais été évalué dans le cadre d'études cliniques à grande échelle ne peut avoir aucune application thérapeutique.

Les parents d'enfants autistes se sentent sont souvent tellement isolés, impuissants et désemparés, que certains sont prêts à tout et n'importe quoi pour "guérir" leur enfant.
Beaucoup sont des proies idéales pour les charlatans qui proposent des remèdes miracles (chélation, magnésium, romidepsine, chlorites, MMS, etc. ).

Il faudrait arrêter de propager ce genre de rumeurs...
Diagnostiqué TSA/Asperger.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 20818
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Suspicion autisme pour mon fils

#8 Message par Tugdual » lundi 15 octobre 2018 à 10:29

pierre précieuse a écrit :
lundi 15 octobre 2018 à 1:48
Le protocole de Cutler n'est pas assez connu pour avoir été mis @ l'épreuve.
Ce n'est pas notre problème. Si ce qu'il avance n'est pas mis à l'épreuve ni reproduit par d'autre, ça reste au mieux une piste à creuser, au pire une piste à oublier. Dans tous les cas, on ne tire pas d'application thérapeutique de pistes non sérieusement traitées et reconnues par la communauté scientifique.

pierre précieuse a écrit :
lundi 15 octobre 2018 à 1:48
La clinique constitue une preuve de ses résultats.
La clinique ne constitue en aucun cas une preuve en elle-même, en particulier lorsqu'elle s'appuie sur des principes et pratiques non reconnues par la communauté scientifique.

Un exemple concernant l'autisme : des praticiens ont pratiqué le packing pendant des années, sûrs d'eux, de leur pratique, de leurs résultats, alors qu'ils ne l'avaient pas évalué, et que l'évaluation récente montre son inefficacité.

La conséquence du manque d'évaluation sérieuse est la mise en danger des patients, transformés en cobayes.

pierre précieuse a écrit :
lundi 15 octobre 2018 à 1:48
Il est évident que la chélation n'est pas un traitement anodin & doit être bien menée pour éviter les problèmes & les publications de Cutler sont là dans ce but·
La seule chose évidente est qu'une pratique thérapeutique doit avant tout faire la preuve de son efficacité, ce qui n'est ici pas le cas.
Un chose toute aussi certaine est que la chélation dans son principe n'a pas fait ses preuves et au contraire peut se montrer dangereuse. Je rappelle qu'à propos de la chélation, il y a eu des décès.

pierre précieuse a écrit :
lundi 15 octobre 2018 à 1:48
Encore une fois les liens donnés critiquent des pratiques que critique aussi Cutler (il dit de ne surtout pas faire de chélation par intraveineuse ni de prendre d'EDTA par exemple, ou de ne pas faire de tests de provocation) en plus d'émaner de sites dont la spécialité est plus de déconstruire que de construire.
Les liens donnés rappellent les connaissances solides et critiquent ce qui a besoin d'être critiqué, c'est à dire des personnes et/ou des pratiques qui prétendent (en l'occurrence) soigner alors qu'elles n'ont pas fait la preuve de leur efficacité.

Nous ne démordrons pas ici de ce principe, à la base des avancées de la Science en général et de la Médecine en particulier, et nous ne laisserons pas passer sans réagir de conseils qui y dérogent.
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

pierre précieuse
Occasionnel
Messages : 20
Enregistré le : samedi 13 octobre 2018 à 2:15

suspicion autisme pour mon fils

#9 Message par pierre précieuse » lundi 15 octobre 2018 à 21:56

Le problème est qu'on ne s'entend pas sur la définition de preuve. J'entends que nombre de parents sur ce protocole constatent des améliorations rapides dans les symptômes de leur enfant.
Les décès se sont produits lors de chélations violentes mal maîtrisées & non-recommandables & non dans le cadre du protocole de Cutler.
Je n'ai pas conseillé de suivre ce protocole car cette décision dépend d'un contexte propre @ chaque famille ou personne (Anglais, disponibilité, finances...), j'ai seulement apporté un renseignement.

``les liens donnés rappellent les connaissances solides et critiquent ce qui a besoin d'être critiqué´´
Ceci est une déviation de propos. Exemple tout simple : quand un de ces articles critique la chlorelle, la coriandre & l'ail des ours Cutler le fait aussi donc l'article ne peut pas critiquer Cutler, il doit bien choisir son camp˙
Critiquer des chélations violentes & inadaptées, & c'est ce qui ressort majoritairement des articles n'a rien à voir avec critiquer le protocole de Cutler. Il s'agit de deux voies très différentes·

``nous ne laisserons pas passer sans réagir´´
Je | m'attends & ne vois rien d'anormal | @ ce que vous exprimiez vos avis·
Modifié en dernier par pierre précieuse le lundi 15 octobre 2018 à 22:12, modifié 1 fois.
point en place : intonation descendante ; point médian : intonation plate ; point en chef : intonation montante
diagnostiquée

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 20818
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Suspicion autisme pour mon fils

#10 Message par Tugdual » lundi 15 octobre 2018 à 22:10

pierre précieuse a écrit :
lundi 15 octobre 2018 à 21:56
Le problème est qu'on ne s'entend pas sur la définition de preuve. J'entends que nombre de parents sur ce protocole constatent des améliorations rapides dans les symptômes de leur enfant.
En Science et en Médecine, il n'y a pas trente six définitions de preuves.
Il y a des niveaux de preuve, et les témoignages sont au plus bas.

pierre précieuse a écrit :
lundi 15 octobre 2018 à 21:56
``les liens donnés rappellent les connaissances solides et critiquent ce qui a besoin d'être critiqué´´
Ceci est une déviation de propos. Exemple tout simple : quand un de ces articles critique la chlorelle, la coriandre & l'ail des ours Cutler le fait aussi donc l'article ne peut pas critiquer Cutler, il doit bien choisir son camp˙
Critiquer des chélations violentes & inadaptées, & c'est ce qui ressort majoritairement des articles n'a rien à voir avec critiquer le protocole de Cutler. Il s'agit de deux voies très différentes·
Ce n'est absolument pas une déviation de propos mais un rappel de ce qui est. Et c'est bien la chélation dans son principe (et pas dans une implémentation ou une autre), qui n'est pas reconnue actuellement.

pierre précieuse a écrit :
lundi 15 octobre 2018 à 21:56
"nous ne laisserons pas passer sans réagir"
Je | m'attends & ne vois rien d'anormal | @ ce que vous exprimiez vos avis·
Plus qu'un simple avis, il s'agit de l'application de la charte du forum (chapitre 2.4).
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Répondre