Autisme et violence

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Message
Auteur
Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 2095
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: autisme et violence

#31 Message par hazufel » lundi 26 novembre 2018 à 7:05

pierre précieuse a écrit :
dimanche 25 novembre 2018 à 20:33
L'autisme a un caractère épileptique plus ou moins exprimé selon les sujets. Ce n'est pas l'épilepsie telle que tu l'endends·
Ça ne veut rien dire « caractère épileptique ».
À moins que tu aies des références scientifiques qui montrent l’inverse, l’un et l’autre sont des choses complètement différentes.
Je n’en ai jamais lu jusqu’ici.
pierre précieuse a écrit :
dimanche 25 novembre 2018 à 20:33
Tu n'ignores pas le nombre de neurones qui constitue un cerveau ?
Si tu lis les sources transmises, tu verras les causes possibles de destruction neuronale. Même si le nombre de neurones frôle les 100 milliards, ils ne meurent pas avant la mort. Sauf cas spécifiques (les maladies neuro dégénératives surtout) dont l’épilepsie ne fait pas partie...
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

pierre précieuse
Régulier
Messages : 32
Enregistré le : samedi 13 octobre 2018 à 2:15

autisme et violence

#32 Message par pierre précieuse » lundi 26 novembre 2018 à 20:52

``Ça ne veut rien dire « caractère épileptique ».´´
Donc je m'exprime sur la base d'expressions dépourvues de sens ?
``Je n’en ai jamais lu jusqu’ici.´´
Moi si·

``ils ne meurent pas avant la mort´´
Chez les neurotypiques si malheureusement, ça fait partie de la matûrité & du vieillissement·
``sauf cas spécifiques´´
Comme inhaler certains gaz & le contact de bien d'autres substances, mais j'imagine que tu vas nier cela aussi...
point en place : intonation descendante ; point médian : intonation plate ; point en chef : intonation montante
diagnostiquée

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 2095
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Autisme et violence

#33 Message par hazufel » lundi 26 novembre 2018 à 22:21

Je ne nie rien du tout, j’attends tes sources scientifiques parce que pour l’instant ce que tu avances n’a pas de sens et tu confonds des notions.
Tu peux penser ce que tu veux, je m’en contre fiche mais n’assène pas cela comme une vérité, à moins de pouvoir avancer des sources.
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

mayasoleil7
Habitué
Messages : 67
Enregistré le : dimanche 30 septembre 2018 à 10:35

Re: Autisme et violence

#34 Message par mayasoleil7 » lundi 26 novembre 2018 à 22:28

A la base je parlais de mon fils qui était violent. Auriez vous d'autres avis. Je ne veux pas que mon post se transforme en règlement de compte
maman bipolaire et pré diagnostiquée autiste, enfants, 1 avec un tsa et cyclothymique, Un autre enfant dysgraphique et un troisième tdah

pierre précieuse
Régulier
Messages : 32
Enregistré le : samedi 13 octobre 2018 à 2:15

autisme et violence

#35 Message par pierre précieuse » mardi 27 novembre 2018 à 0:58

``ce que tu avances n’a pas de sens et tu confonds des notions´´
Merci de ne pas me dévaloriser quand on ne me comprend pas (de plus cette expression n'est pas de moi mais d'une écrivaine connue).
point en place : intonation descendante ; point médian : intonation plate ; point en chef : intonation montante
diagnostiquée

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2091
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: autisme et violence

#36 Message par olivierfh » mardi 27 novembre 2018 à 7:54

pierre précieuse a écrit :
dimanche 25 novembre 2018 à 2:46
hazufel a écrit :
samedi 24 novembre 2018 à 6:58
pierre précieuse a écrit :
samedi 24 novembre 2018 à 3:42
C'est le caractère épileptique de l'autisme qui provoque cela.
De grandes quantités de neurones sont détruites au cours de ces crises.
De quelle source tiens-tu cela ? :shock:
Un article sur la question.
hazufel a écrit :
samedi 24 novembre 2018 à 6:58
Les neurones ne se détruisent pas comme ça, il ne faut pas avancer ce genre de théories...
Si & il ne s'agit pas d'une théorie.
pierre précieuse a écrit :
mardi 27 novembre 2018 à 0:58
cette expression n'est pas de moi mais d'une écrivaine connue
Sur ce sujet du lien entre violence et phénomènes présents dans l'épilepsie, il y a vraiment besoin que tu donnes les liens vers les articles.
(Quand par le passé j'ai ainsi demandé des références précises, la personne ne l'a pas fait, peut-être vexée qu'on ne lui fasse pas confiance, pourtant pour connaître les faits et comprendre, la bonne méthode n'est pas de se baser sur le sérieux apparent d'une personne mais sur des publications de bon niveau de réputation - c'est ce qu'on apprend sur Wikipédia par exemple.)
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 1409
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Autisme et violence

#37 Message par lulamae » mardi 27 novembre 2018 à 8:28

mayasoleil7 a écrit :
lundi 26 novembre 2018 à 22:28
A la base je parlais de mon fils qui était violent. Auriez vous d'autres avis. Je ne veux pas que mon post se transforme en règlement de compte
Pour ce qui pourrait concerner l'autisme, il y a bien des discussions déjà sur cette partie du forum que tu peux consulter avec profit, en cherchant ce qui peut concerner ton fils en particulier, et en testant toi-même avec lui ce qui peut marcher :
viewtopic.php?f=2&t=7532&p=260219&hilit ... wn#p260219

viewtopic.php?f=2&t=9353&p=326818&hilit ... wn#p326818

Ce sont deux exemples... Tu es sa mère, c'est toi qui le connais le mieux, tu sauras en lisant des situations similaires ce qui peut le concerner. Il se peut qu'il ait à faire face à une hyper-stimulation sensorielle, ou à un débordement émotionnel.
Est-ce que sa chambre est un lieu calme, où il peut s'isoler ? Est-ce qu'il parle de ses difficultés (sa vie scolaire, par exemple) ?

Sinon, tu mentionnes sur la signature que le diagnostic va être posé officiellement : à ce moment-là, des pistes vous seront également données pour l'aider. Tu pourras demander des réponses concrètes aussi à ce stade.
Et sinon, faire du mieux que tu peux pour pacifier sa situation de vie en famille, chercher à le préserver de la violence et des mauvais jugements autour de lui, et t'en préserver aussi.
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; recherches génétiques à l'hôpital Necker (éventuel syndrome Ehlers-Danlos ?).

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
lepton
Forcené
Messages : 1999
Enregistré le : samedi 17 décembre 2016 à 19:19

Re: Autisme et violence

#38 Message par lepton » mardi 27 novembre 2018 à 11:06

Ce qu’il faut comprendre, c’est que chez les autistes, les comportements violents sont l’expression d’un mal-être. Pas la peine d’aller chercher la cause du côté d’une maladie, d’un trouble du comportement, ou d’une crise d’adolescence.
Je suis adulte, et il m’arrive encore de me faire du mal ou de casser des objets quand je suis dans une période d’angoisse, ou quand je sature.

Ton fils est confronté à un environnement familial difficile, à des comportements violents, à plein de stimuli.
C’est un peu normal qu’il parte en vrille.

A-t-il une chambre à lui, dans laquelle il peut s’isoler et s’adonner à ses passions ? Quand ton mari rentre alcoolisé, peux-tu veiller à ce qu’il porte son casque anti-bruit, ou à ce qu’il soit occupé, au cas où une dispute éclaterait ?
À la maison, est-ce que la télé est allumée en permanence ? C’est bête, mais le bruit peut faire monter son niveau d’anxiété sans même qu’il s’en rende compte.
Tu es sa mère, et c’est important qu’il ait un lien affectif fort avec toi. En te lisant, j’ai l’impression et c’est toi qui es son point de stabilité. Même s’il n’exprime pas grand-chose, c’est bon qu’il se sente rassuré près de toi.
Tu l'aimes, n'hésite surtout pas à le lui dire et à exprimer ce que tu ressens pour lui.

Ton fils a surtout besoin de calme et de sérénité.
Mais je me doute bien que ce n’est pas facile...

Est-ce qu’il a un moyen de se défouler ? Un punchingball, un coussin à taper ?
Il paraît que la pratique régulière d’un sport qui épuise (courir, par exemple) est bénéfique et limite les sautes d’humeur.

Ce sont des pistes, je ne sais pas si c’est très utile, mais c’est toi qui le connais le mieux.

Courage, en tout cas...
Diagnostiqué TSA/Asperger.

mayasoleil7
Habitué
Messages : 67
Enregistré le : dimanche 30 septembre 2018 à 10:35

Re: Autisme et violence

#39 Message par mayasoleil7 » mardi 27 novembre 2018 à 13:39

oui en général, la télé est en permanence allumé, mais la plupart du temps mon fils s'isole dans sa chambre pour écouter de la musique sur son téléphone et son ordinateur...lorsqu'il part en vrille, c'est en général parce qu'on lui confisque tout cela parce qu'il ne fait pas ses devoirs, ne veut pas se laver, ne veut as descendre manger ni se coucher...depuis septembre il est en opposition systématique avec nous...
ses crises nt commencé l'année dernière où régulièrement il a émis des idées suicidaires qu'il a mis en pratique en septembre et octobre de cette année d'où notre rendez vous pour un diagnostique à robert Debré...
son père rentre tard quand il est alcoolisé et les enfants dorment tous déjà... je ne sais pas si je suis un pilier mais je dis régulièrement que je l'aime, et à mes deux autres enfants aussi...
il y a juste l'autre soir où mon mari après avoir bu (ce qui devient plus rare) est rentré énervé car il ne trouvait pas la télécommande, et comme lui aussi est addict des écrans et qu'il préfère regarder la télévision plutôt que de se coucher tout en râlant que c'est lui qui dort le moins (un peu normal, même en rentrant vers 23h 23h30 du pub, il va s'affaler devant la télé ,jusqu'a s'endormir devant malgré l'heure tardive malgré le fait qu'il mette son réveil à 5h du matin. et ce soir là, comme il ne retrouvait pas la télécommande, il s'est énervé en donnant des coups de pied dans les objets, j'ai retrouvé le lendemain matin la chaise de ordinateur par terre retourné... et ce soir là, comme il pestait pour retrouver la télécommande, après s'être énervé sur les objets, il est monté allumer la lumière de la chambre de mon fils et la mienne pour savoir où était la télécommande, sans savoir si on dormait ou pas...faut croire qu'il était asse chargé en alcool ce jour là, car en général après avoir bu, il nous fout la paix...

et en plus mon fils n'a pas de bol car il a déclaré à notre psy qu'il se faisait harcelé à l'école (vol d'objets dans son sac, il se fait embêter, il se fait même frapper) on dit qu'il y aura des sanctions , j'ai fait un mot allant dans le même sens hier soir, car hier , il s'est encore fait frappé...

mais mon fis bine qu'il dise qu'il n'est pas en dépression vit dans une violence quotidienne, et je confirme qu'il y a vraiment de quoi peter les plombs... il a une psychologue avec qui parler et cela lui fait du bine...ces derniers jours les crises se sont plutôt espacés, mais néanmoins je sais qu'il souffre...
maman bipolaire et pré diagnostiquée autiste, enfants, 1 avec un tsa et cyclothymique, Un autre enfant dysgraphique et un troisième tdah

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 2095
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Autisme et violence

#40 Message par hazufel » mardi 27 novembre 2018 à 13:51

Tu n’as pas d’autres solutions que de soustraire ton fils à tant de violences quotidiennes.
Il ne doit pas vivre au collège harcelé, il faut intervenir, faire réagir les profs. Qu’a-t-il comme recommandation de suivi / PPS en classe ?
Peut-il s’isoler ? Comme tu ne travailles pas, peut-il rentrer le midi ?
Pour ce qui est de la maison, supprimer la télé continuellement, ne donner les écrans que comme moyen de détente pour lui, le bruit et le mouvement d’une télé continuellement allumée est insupportable quand on est en saturation / fatigué.

La violence que vit ton fils au quotidien n’est pas normale et ne peut pas le soustraire à sa propre violence. Avec ta psy qui a l’air à l’écoute, trouve de l’aide sociale, un logement calme. Tu ne dois pas dépendre de quelqu’un de potentiellement violent. C’est un trop grand risque pour ton fils et pour toi.
Ton fils doit retrouver de l’estime, de l’enthousiasme, de l’émerveillement, de la sérénité, pour trouver la force de canaliser la violence qui pourrait l’assaillir.
Là il n’a rien de tout ça dans son quotidien.
Spoiler : 
Je ne dis pas que c’est facile. J’ai connu des périodes très difficiles, avec quelqu’un de violent et alcoolique. Il fallait fuir, et j’avais déjà un fils qui ne devait pas subir ça. Il faut agir, ne pas subir.
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

mayasoleil7
Habitué
Messages : 67
Enregistré le : dimanche 30 septembre 2018 à 10:35

Re: Autisme et violence

#41 Message par mayasoleil7 » mardi 27 novembre 2018 à 16:16

il est à 45 minutes de la maison, le temps que j'aille le chercher et de le ramener, il est impossible pour lui de manger... et de toute manière , il mange bien plus à l'école avec un plat imposé qu'à la maison où il n'est jamais content de ce qu'il a... et les violences au collège ne sont pas forcement faits au repas, mais aussi pendant toutes les heures de recréation. j'ai fait un mot au collège pour que soient posés de sanctions et voir qu'ils peuvent faire quelque chose, genre exclure les persécuteurs...
mon fils met des mots sur la violence subie à l'école... mon mari a eu des accès de violences mais très rarement, car il est du genre à encaisser, à faire profil bas, à fuir les conflits, donc en général, c'est la plupart du temps aux objets qu'il s'en prend... ou très rarement des fessées. je l'ai vu mettre des fessées à mon fils aine que deux fois de toute la vie...et cela parce que mon fils l'avait insulté ou manqué de respect...
maman bipolaire et pré diagnostiquée autiste, enfants, 1 avec un tsa et cyclothymique, Un autre enfant dysgraphique et un troisième tdah

Répondre