maman submergée

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Répondre
Message
Auteur
Dehlynah
Fidèle
Messages : 102
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

maman submergée

#1 Message par Dehlynah » dimanche 30 juin 2019 à 12:42

Bonjour,
ce sujet a sans doute déjà été abordé

comment s'occuper (correctement) de ses enfants, quand on est épuisé(e), seul(e), en pleine transition ( séparation, déménagement récent, en arrêt maladie, avec une idée de reconversion) qui entraîne chez moi de grandes angoisses?
J'ai deux enfants ( 5 ans d'écart donc des besoins et un rythme assez différent, le plus grand a 10 ans - peut être HPI, aspie, je ne sais pas encore - en pleine crise, tous ces changements le perturbe, j'ai contacté le CMP, il se montre assez agressif envers moi, pour moi c'est le plus dur, je craque parfois)
je les aime plus que tout
mais là je n'y arrive pas
ils se disputent beaucoup, je ne supporte pas le moindre bruit, je suis à cran
je m'énerve trop ( sauf si j'ai pris un anxiolytique)
alors que j'aspire à une parentalité respectueuse
j'attends juste avec impatience le week- end où leur père va les récupérer, où je vais pouvoir être ENFIN SEULE
je culpabilise énormément

pas jojo tout ça - je me rends compte aussi que si j'en parle, d'un point de vue NT, ça paraît simple" fais ci, fais ça" ( je pense à mon AS aussi) mais la mesure de la fatigue vécue, de la surcharge ne peut pas être comprise ni entendue

je me rends compte aussi que même si j'arrive tout de même à gérer un minimum le quotidien, ça me demande tellement d'efforts ( faire à manger - j'ai une liste de recettes toutes faite qu'ils aiment , c'est déjà ça - lancer les machines), que je suis vidée affectivement, je m'écroule souvent avant eux le soir...Et le week- end où je ne les ai pas, où j'ai prévu de rattraper mon retard sur plein de choses, et bien idem, je comate, n'arrive à presque rien enclencher, et je culpabilise à nouveau. J'essaie tout de même de faire ce que j'aime : musique, dessin, ce qui me fait du bien.
( là je me suis fait une liste, faut que je m'attaque à des priorités urgentes, je sens que je vais y arriver...je me suis un peu dopée - j'ai réussi à faire un peu de yoga aussi)

Est -ce que d'autres sont passés par là, comment avez- vous fait pour en sortir? Qu'est ce qui vous a aidé ( je vois mon psy demain, j'ai annulé plusieurs fois tellement j'étais fatiguée, j'enchaîne aussi les problèmes de santé, ça n'aide pas - mais là je vais y aller en courant je crois :))
En cours de diagnostic avec psychiatre spécialisé TSA (prédiagnostic en 2018 avec neuro psy)- haute probabilité de TSA+HPI, à confirmer ( + diag bipolarité par psychiatre non spécialisé TSA)

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 2665
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: maman submergée

#2 Message par lulamae » dimanche 30 juin 2019 à 14:30

J'entends bien la difficulté, vu que j'en suis passée et en passe par là encore, mais je ne vis pas les choses tout à fait pareil.
J'ai la garde principale de mes filles (16 et 14 ans), nous vivons à 500 km de leur père, elles le voient la moitié des vacances scolaires.
Où il y a une partie de la réponse : j'ai fait ce choix à la fois parce que j'avais un nouveau compagnon (depuis 3 ans, et quand nous avons vécu ensemble à plein temps en famille recomposée ça a explosé et tenu 7 mois), et parce que ma famille serait ainsi plus près (une bonne partie de ma famille maternelle près de Poitiers, et deux amies originaires de là aussi, qui reviennent de temps en temps) et j'avais un peu plus d'entourage.
Alors, ça ne faisait pas des gens qui pouvaient "garder" mes filles, mais on voyait un peu d'autres personnes (mes filles hyper timides sont à l'aise dans la famille), et je pouvais avoir des conversations d'adulte.

A lire ton expérience, je dirais que l'urgence en période de fatigue c'est le repos et d'économiser tes forces, ne pas tirer sur la corde, en voulant faire trop et être hyperactive quand tu te sens un peu plus en forme, pour rattraper le temps perdu, et avoir l'impression d'"avoir une vie". Une partie de cette vie sont tes intérêts, ta créativité, et de l'activité physique si ça te fait du bien.

Je ne sais pas trop pour les disputes (assez rares entre mes filles), juste que quand ça arrivait je criais plus fort pour les faire taire (pas très constructif, mais ça marchait - je crie très rarement, donc ça devait être convaincant). D'abord les séparer, et en rediscuter quand tout le monde est calmé. Parfois, mais c'est difficile de le faire seule, passer un peu de temps avec une toute seule. Je peux le faire maintenant parce qu'elles sont raisonnables et restent tranquilles à la maison quand je suis de sortie avec une des deux (si l'autre n'en a pas envie).
L'aînée a un petit cercle d'ami(e)s, et sort de temps en temps de son côté.

Quand elles étaient plus petites, je sortais beaucoup à l'extérieur, et on faisait des pique-niques, ça leur faisait du bien.
J'essayais aussi de me faire plaisir, donc on faisait des trucs atypiques, des expos qui pouvaient leur plaire aussi, des ateliers créatifs à la médiathèque ou dans un musée, la bibliothèque de la plage à Anglet (le top ! être près de la mer, à l'ombre dans un transat avec un livre :love: )…
Comme ça on était loin de la foule et on faisait un truc intéressant - très bien, les bibliothèques en été, il n'y a pas un chat (malheureusement) et il fait frais.

Si vous êtes en plein déménagement ce n'est pas facile en plus, les repères sont bouleversés. Il faut garder en tête de parer au plus pressé, et ne pas vouloir tout faire, juste le minimum vital.
Bon courage, et profite de cette période de forme sans t'épuiser. Je me dis que si tu es créative, il y a une forme de créativité dont on parle peu, qui est peu valorisée, c'est celle que des parents mettent dans le quotidien pour que ça tienne, et qu'en plus de ça on arrive à passer de bons moments. C'est cette cerise sur le gâteau l'art de la vie quotidienne finalement. Parfois très modestement, la manière dont on arrive à tirer un peu de beauté et de douceur d'un quotidien décourageant, pour qu'ensemble cette journée-là n'ait pas été vécue pour rien. Chacun y met ses moyens, avec ses limites, et ce ne sont pourtant pas ceux qui ont le plus de moyens qui à l'arrivée trouvent le plus de beauté et en répercutent un peu autour d'eux, pour leurs proches. :D
Diagnostic d'autisme le 31/07/2019
Prochain RV pour le SED avec fille aînée 13 janvier 2020 ; HPI en 2016.


"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Mfifi
Fidèle
Messages : 144
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2018 à 22:21

Re: maman submergée

#3 Message par Mfifi » lundi 1 juillet 2019 à 0:15

Moi je ne suis pas séparée, mais on est pas passé loin en décembre. J ai démissionné de mon boulot car j étais proche du burn out. En semaine je suis comme mère célibataire avec trois enfants (suspicion pour les trois de TSA) enceinte du 4ème et moi même autiste). Mes grands 10 et 8ans sont hors de la maison de 7h30 à 16h30, la petite de 2ans de 8h30 à 14h45 4j par semaine. Je ne fais pas grand chose de mes journées mais j ai l excuse de la grossesse donc je me fais 2h de sieste avant de récupérer N3 à la crèche. J arrive à tenir grâce à ça et là fin d après-midi les grands aiment jouer avec la petite donc même s ils sont un peu bruyant ça va sauf quand n1 fait une crise et frappe son frère ou sa sœur que n2 se met à hurler comme si on l assassine dès qu il est contrarier et que N3 appuie sue le même livre musical 60fois dans l heure là ça peut devenir dur et j ai bcp de mal à gérer. Le week-end trop de présence teop de cris je finis généralement par m isoler dans ma chambre et je mets des boules quies. Mon témoignage n aide pas mais juste pour vous remonter le moral pour dire que même avec de l aide on peut galère et que vous êtes pleine de ressources. Courage
Diagnostiquée HQI en 2005 et Asperger le 28.05.2019

Dehlynah
Fidèle
Messages : 102
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: maman submergée

#4 Message par Dehlynah » mardi 2 juillet 2019 à 11:48

Mfifi, et encore tu n'as pas l'air d'avoir beaucoup d'aide...Bon courage
on fait de notre mieux, peut -être grappiller des moments ici et là de bonheur et de joie, c'est l'essentiel...
En cours de diagnostic avec psychiatre spécialisé TSA (prédiagnostic en 2018 avec neuro psy)- haute probabilité de TSA+HPI, à confirmer ( + diag bipolarité par psychiatre non spécialisé TSA)

Marisol
Régulier
Messages : 43
Enregistré le : mercredi 5 juin 2019 à 8:39
Localisation : loire-atlantique

Re: maman submergée

#5 Message par Marisol » mardi 2 juillet 2019 à 20:24

Bonjour !

Dehlynah, juste pour vous dire que moi aussi j'ai de LONGS passages comme les vôtres, de façon cyclique.
Et bien, tans pis : je fais les choses a mon rythme (le ménage surtout, le rangement).
Je gère le plus urgent : sanitaires et cuisine.
De toutes façons, personne d'autre ne va les faire, pas vrai ?

Pour les lessives, j'ai un "super tri" : sous-vêtements/chaussettes ensembles, les hauts ensembles, les pantalons ensembles...
Pourquoi ? parce que c'est plus simple à étendre (je trouve), moins fatiguant.

Pour les courses, j'essaye de les faire SEULES : plus rapide, je sais ou ça se trouve, personne pour quémander des bonbecs que je vais finir par manger aussi :crazy: . J'y vais aux heures "creuses" : pas le mercredi, ni le samedi mais plutôt vers midi en semaine.

J'ai le congélo plein avec des réserves pour ne pas manquer et éviter la situation "urgence courses obligatoires".
J'ai aussi du pain dans le congélo, des boules tranchées : ça permets de ne décongeler que ce dont on a besoin.

Quand je suis fatiguée, je m'accorde une sieste (quand c'est possible) parfois très courte : 5-10 minutes en attendant devant le collège dans la voiture ça me requinque et aucun problème pour dormir la nuit !

Dans mon cas, je fais tous les trajets : ergo, ortho, psy, collège, … ça en fait des salles d'attente = siestes :wink:

Je suis seule avec mon Loulou, pas d'aide de la famille et c'est pas plus mal (dans mon cas).
Bon, c'est pas comme ça dans toutes les familles, heureusement.
Si vous pouvez vous faire aider, c'est chouette.

Sinon : fichez vous la paix, faites comme vous pouvez. Le ménage, les repas, et tout et tout TOUTE SEULE ?

Alors vraiment, fichez vous la paix.

Je pense qu'il vaut mieux être dispo pour les Loulous, sinon on est fatiguée et très vite ch---te.

Alors ? Fée du logis :sick: ou super Maman-Chérie ?
maman d'un ado TED

Répondre