Ime et attente en 6ème.

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
cléa
Forcené
Messages : 510
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Ime et attente en 6ème.

#1 Message par cléa » jeudi 29 août 2019 à 0:05

Bonjour. J'imagine qu'un tel sujet à déjà été abordé mais je ne l'ai pas trouvé.
J'ouvre donc une nouvelle page.

Ma fille diagnostiquée autiste (sans autre qualificatif ) a l'âge de huit ans va passer en 6ème générale accompagnée d'une Avsh.

Elle a passé deux années scolaires dans une nouvelle école primaire ou elle était bien mieux que dans son école précédente. Avec cependant le gros retard entre ses années sans accompagnement hormis un Cmp dépourvu de moyens .
Elle bénéficie depuis un an et demi du complément 2aeeh et donc de rendez-vous réguliers chez des spécialistes qu'elle apprécie.

Son bilan psychométrique mentionnant la nécessité d'une classe Ulis, après concertation, sa nouvelle école nous a conseillé de faire une demande d'Ulis+Sessad.

La réponse de la Mdph fut Orientation en Ime (comme après l'équipe éducative de l'école précédente)
et donc rejet de la demande de Sessad. (vu qu'une orientation en Ime et Sessad sont incompatibles)

C'est une année qui a beaucoup plu à ma fille et elle y a fait des progrès avec une institutrice aimée et sa première Avs, mais avec un important retard cumulé.

Au début, la direction informée de sa situation par son directeur précédent avait décidé de suspendre ses activités périscolaires par crainte pour sa sécurité et bien-être mental en considérant gravement que je j'avais omis de leur signaler la précarité de sa condition. Mais finalement, elle à pu participer à toutes les activités sans obstacles et aller en classe avec le sourire, même y aller les après-midi des deux derniers mois.

Ses enseignants m'ont expliqué que son retard éducatif irait croissant ( vu les connaissances requises ensuite ) mais ils étaient cependant bienveillants.

-un psychologue nous avait déjà informés du dangers des collègiens y compris en campagne pour une personne / fille fragilisée.

+ Un comportement qui doit être guidé afin de mieux s'intégrer, gagner en sérénité, environnement sécurisant etc
( explications concernant des enfants en Ime qui présentent une déficience intellectuelle sans troubles du comportement etc.. )

A ce moment, j'ai admis que ma fille n'est pas évaluable, présente un niveau ce1/ce2 dyscalculie et stéréotypies non échangées contre de plus discrètes.

Son année de Cm2 a été la même. Mais avec enfin un suivi régulier permis par l'Aeeh2 ( vu que parents sans emploi ) et ses amis bienveillants et même autistes dans cette école.

Vu que nous avions eu deux refus mdph pour l'Ulis, Linda y était en attente d'une place en Ime qui était saturé.

C'est une année appréciée et malgré son retard, l'essentiel est qu'elle en a été ravie et acceptée. J'ai tout de même demandé si elle y perturbait le cours par ses tics comme noté par son ancienne école. La réponse fut que ses quelques bruits n'avaient pas nui aux cours ni aux autres.
Elle n'a pas pu bénéficier d'un redoublement l'école étant considérée comme une "salle d'attente" au regard de son "inevaluation"

Je trouve un peu paradoxal que Linda passe en 6eme générale plutôt qu'en Ulis faute de place en Ime. Mais la maison des adolescents m'a expliqué que si elle avait été orientée en Ulis elle y serait davantage perdue faute d'Avs.

+ propos de lpsychologue concernant l'insécurité au collège. (conseil d'éviter les interactions avec des jeunes d'âge "bête")

Elle passera donc en 6eme classique, probablement aménagée avec Avsh.

Avez-vous été en telle situation?

Il était difficile de formuler une nouvelle demande malgré que certains spécialistes s'étonnent de cette orientation mdph, notamment en raison de notre suivi lorsque nous avions refusé l'hôpital pour notre fille alors qu'elle ne bénéficiait pas encore de diagnostic. Mais elle semble apprécier l'idée d'attendre sa place en Ime qu'elle considère comme une aire de jeux. (notamment car étudier la lasse) Elle ne veut plus que parler animation/théâtre/cosplay/ordinateur.
Et il semble que le côté classe maternelle du lieu l'enchante. (je lui re poserai la question pour entendre ses termes)
Puis cela nous a été présenté comme respectueux de son "trouble".

D'un côté je me dis qu'aujourd'hui elle a une certaine personnalité et saura nous dire si elle s'y sent à l'aise ou pas. D'un autre je crains toujours certains comportements même si j'admets la particularité des siens et qu'on m'explique qu'il n'y a pas plus d'embrouilles que dans toute classe. Sans compter sa fatigabilité. Sans compter qu'elle apprécie la liberté et qu'il lui arrive de se reposer quelques jours, ce qui semble difficilement conciliable avec un tel parcours de soins.

J'ai tenté de savoir pourquoi elle n'avait pas été orientée en section autisme et une secrétaire m'a expliqué que c'était résérvé aux jeunes sévèrement autistes, les modérés étant orientés en Ime.

Nous avons visité un Ime.
Les activités y étaient exposées et nombreuses. Sorties/sports divers
J'ai trouvé qu'il s'agissait d'une opportunité rare dans un parcours de soins mais j'étais
aussi, un peu interloquée lorsque notre "hôte" nous dit nous veillons à ce que chacun soit respectueux et respecté, ne tolérant aucun "Bipp..et Bipp" Je vous passe les propos très "rap".
Je me suis alors demandée a quels genre de milieu elle avait affaire.
Et son insistance de l'importance du car "scolaire" dans le parcours de l'enfant.
Le temps scolaire avait d'ailleurs été omis, mais ce n'est probablement pas le plus important dans un lieu dédié au soin.

L'orientation vers des métiers d'esthétique et cuisine peut-être difficile pour ceux qui n'apprécient pas le contact.

J'ai donc tenté d'obtenir rendez-vous dans l'autre Ime proposé (au coeur d'un village vert) mais ils n'avaient aucune possibilité de poser rendez-vous en 3 mois et me demandent de leur retourner leur fiche d'inscription sans que nous ayons visité.

Ils m'ont aussi indiqué que nous pouvions visiter d'autres établissements alentours.
(alors qu'une fois contactés ils nous ont dit que l'inscription n'était possible que dans les centres désignés dans la notification)
Je comprends bien qu'on ne puisse s'inscrire ailleurs.

J'ai eu plusieurs fois droit à -Nous verrons en fonction de nos disponibilités, si toutefois possible, nous vous avons envoyé un document Etc.

J'imagine que ça peut prendre du temps par ce qu'il y a peu de jours ou les jeunes sont absents et l'accueil disponible mais je me demande à qui m'adresser si cela persiste?

Aussi, lors de la dernière équipe éducative tous nous ont dit qu'il serait impossible d'envisager des redoublements au collège (genre faites votre possible pour trouver un établissements adéquat) mais j'ai du mal a envisager un parcours hors école. Surtout à cause de la période ou nous avions été suivis pour défaut de soins et que les symptômes Ted de Linda nous étaient attribués.

De plus, je ne me sens pas en mesure d'assurer une éducation de type scolaire, elle préférant les exercices des spécialistes. Ma fille à aussi besoin d'une certaine dose de vie sociale par goût comme par nécessité. (ne pas perdre ses acquis sociaux)

J'ai quelque difficultés à condenser ma pensée et j'imagine que nous sommes nombreux dans ce cas vu le manque de moyens.

L'essentiel est qu'aujourd'hui tout semble se développer et aller en avant.
En route pour savoir quel est le type exact d'autisme de ma fille.
Je trouve ici un échange instructif et cordial

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 19850
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Ime et attente en 6ème.

#2 Message par Jean » jeudi 29 août 2019 à 0:17

J'ai lu votre post, et il pose beaucoup de problèmes.

Je reviendrai dessus dès que je peux.
père d'une fille autiste "Asperger" de 36 ans

Avatar du membre
cléa
Forcené
Messages : 510
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Re: Ime et attente en 6ème.

#3 Message par cléa » jeudi 29 août 2019 à 11:05

Jean a écrit :
jeudi 29 août 2019 à 0:17
J'ai lu votre post, et il pose beaucoup de problèmes.

Je reviendrai dessus dès que je peux.
Merci Jean
En route pour savoir quel est le type exact d'autisme de ma fille.
Je trouve ici un échange instructif et cordial

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3288
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Ime et attente en 6ème.

#4 Message par hazufel » lundi 2 septembre 2019 à 8:59

cléa a écrit :
jeudi 29 août 2019 à 0:05
Ma fille diagnostiquée autiste (sans autre qualificatif ) a l'âge de huit ans va passer en 6ème générale accompagnée d'une Avsh.
C’est contradictoire avec ce qui est dit ensuite :
La réponse de la Mdph fut Orientation en Ime (comme après l'équipe éducative de l'école précédente)
et donc rejet de la demande de Sessad. (vu qu'une orientation en Ime et Sessad sont incompatibles)
Est-ce que votre fille entre en 6e classique aujourd’hui ? Vous avez eu la confirmation de son accompagnement par une aesh ?
Elle a passé deux années scolaires dans une nouvelle école primaire ou elle était bien mieux que dans son école précédente. Avec cependant le gros retard entre ses années sans accompagnement hormis un Cmp dépourvu de moyens .
Elle bénéficie depuis un an et demi du complément 2aeeh et donc de rendez-vous réguliers chez des spécialistes qu'elle apprécie.
Si vous l’avez sentie mieux c’est positif et ça va l’aider à avancer et avoir confiance en elle.
Quels spécialistes voit-elle ? Elle a une rééducation / remediation dans quels domaines ? Est-ce que ça peut perdurer ?
Son bilan psychométrique mentionnant la nécessité d'une classe Ulis, après concertation, sa nouvelle école nous a conseillé de faire une demande d'Ulis+Sessad.
Ce n’est pas l’école qui doit décider du parcours de votre fille. Si vous l’avez sentie mieux à l’école et qu’ils semblent l’avoir aidée pendant son parcours, ça doit pouvoir continuer. Le milieu ordinaire est à privilégier, toujours.
Le bilan psychométrique classique n’est pas adapté aux enfants avec des troubles dys ou / et des TSA sous certaines formes. Ce n’est pas parce qu’elle est éventuellement en dessous de la norme qu’elle doit être considérée comme déficiente.
(Cf ouvrages de Michèle Mazeau, conduite du bilan neuro psychologique chez l’enfant- et neuropsychologie et troubles des apprentissages chez l’enfant)
Des études le montrent de plus en plus.
Il faut s’attacher à ses points forts pour qu’elle gagne en confiance et puisse apprendre avec les aménagements dont elle a besoin.
C'est une année qui a beaucoup plu à ma fille et elle y a fait des progrès avec une institutrice aimée et sa première Avs, mais avec un important retard cumulé.
il faut s’appuyer sur les progrès et les encourager pour que ça continue dans ce sens.
Ses enseignants m'ont expliqué que son retard éducatif irait croissant ( vu les connaissances requises ensuite ) mais ils étaient cependant bienveillants.
Chacun a son propre rythme d’apprentissage, selon ses handicaps potentiels. Ça ne veut pas dire qu’il est moins bon que les autres. Il faut encourager votre fille sur ce qu’elle sait bien faire et ne pas laisser les enseignants l’enfermer dans ce schéma (ça ira forcément en s’aggravant), parce que c’est la meilleure façon d’y arriver...
-un psychologue nous avait déjà informés du dangers des collègiens y compris en campagne pour une personne / fille fragilisée.
Ça c’est certain. Est-ce que vous avez déjà pu prévoir une réunion ESS avec le collège pour leur faire part des particularités de votre fille et prévoir les aménagements ? Que vous puissiez aussi informer les enseignants et l’équipe éducative pour qu’ils soient vigilants aux comportements qui pourraient lui être nuisibles ?
Il va falloir les suivre de près, le collège est une jungle.
+ Un comportement qui doit être guidé afin de mieux s'intégrer, gagner en sérénité, environnement sécurisant etc
( explications concernant des enfants en Ime qui présentent une déficience intellectuelle sans troubles du comportement etc.. )
Les enfants handicapés doivent être scolarisés en milieu ordinaire depuis 2005.
L’IME n’est pas du tout adapté à un enfant autiste. Les principes éducatifs y sont conçus pour les personnes avec déficience intellectuelle, ce qui est finalement pas souvent le cas chez les autistes même les non verbaux. Le fonctionnement autistique a besoin d’un accompagnement particulier (ancrage des routines, aide à l’organisation, à la planification, explication des codes sociaux, aide aux habiletés sociales, etc), et force est de constater que les IME ont trop souvent des schémas standardisés qui ne correspondent pas du tout à ce fonctionnement et privilégient la médication. Ce n’est pas adapté aux autistes, dans la très grande majorité des cas.
Il faut privilégier les apprentissages, au rythme de l’enfant, avec les aménagements nécessaires, mais l’IME tire vers le bas, vers la régression de l’autonomie, de l’intégration Sociale.
Sans compter sa fatigabilité. Sans compter qu'elle apprécie la liberté et qu'il lui arrive de se reposer quelques jours, ce qui semble difficilement conciliable avec un tel parcours de soins.
Scolarité ordinaire ne veut pas dire établissement scolaire à 100%.
Elle peut avoir un emploi du temps aménagé avec une partie en scolarisation par le cned (ou équivalent) pour certaines matières. Vous pouvez l’accompagner pour ces matières et ça allège son temps de présence au collège. Il est possible de demander à l’académie le cned réglementé pour une partie des matières.
Mais entre la demande à l’académie et la réception des documents après l’inscription au cned il faut compter 1 mois au moins.
Nous avons visité un Ime.
Les activités y étaient exposées et nombreuses. Sorties/sports divers
J'ai trouvé qu'il s'agissait d'une opportunité rare dans un parcours de soins mais j'étais
aussi, un peu interloquée lorsque notre "hôte" nous dit nous veillons à ce que chacun soit respectueux et respecté, ne tolérant aucun "Bipp..et Bipp" Je vous passe les propos très "rap".
Je me suis alors demandée a quels genre de milieu elle avait affaire.
Et son insistance de l'importance du car "scolaire" dans le parcours de l'enfant.
Le temps scolaire avait d'ailleurs été omis, mais ce n'est probablement pas le plus important dans un lieu dédié au soin.
Personnellement je fuierais ce genre de discours.
Ce sont les apprentissages qui sont à privilégier. Avec un rythme particulier et des aménagements adaptés mais c’est ce qui permet d’intégrer le plus facilement la société.
Les accompagnements avec des professionnels de l’autisme le sont tout autant pour aider l’enfant selon ses difficultés et l’aider à gagner en confiance et en autonomie.
Aussi, lors de la dernière équipe éducative tous nous ont dit qu'il serait impossible d'envisager des redoublements au collège (genre faites votre possible pour trouver un établissements adéquat) mais j'ai du mal a envisager un parcours hors école.
encore une fois, ce n’est pas eux d’orienter le parcours de votre fille. Il faut privilégier l'instruction en milieu scolaire ordinaire et la loi de 2005 l’indique.
Il faut mettre en place tout ce que vous pouvez dans ce sens, avec les spécialistes de l’autisme, vos convictions, et les particularités de votre fille.
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

Avatar du membre
cléa
Forcené
Messages : 510
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Re: Ime et attente en 6ème.

#5 Message par cléa » mercredi 4 septembre 2019 à 11:13

Merci @hazufel.

Ma fille est rentrée en 6eme avant hier. Il y avait certaines inquiétudes émises l'an dernier comme le changement de classes et de professeurs mais à première vue cela ne la perturbe pas. Elle était même ravie et pressée d'y aller donc je me suis dit que malgré la notification Ime l'essentiel est qu'elle apprécie sa vie écolière, même s'il est un peu tôt pour savoir si elle s'y sent à sa place.

Elle a une avsh dès la rentrée et ça la sécurise. L'an dernier elle avait attendu un mois et demi.
Elle savait déjà l'essentiel des particularités de ma fille et la façon de l'aider adéquate, je trouve vraiment commode pour tous que les informations la concernant aient été transmises. mais elle ne peux pas se substitut aux professeurs dans l'élaboration des cours qui risque d'être laborieuse. J'envisage aussi qu'elle soit aidée dans ses révisions par un étudiant ou un service de cours adaptés.

Lorsque nous avons fait le point sur son parcours j'étais étonnée qu'on me dise faire tout le nécessaire pour optimiser ses apprentissages. C'est un bon point vu qu'avant ça nous était présenté davantage comme une immersion dans un environnement social à préserver faute de mieux. Cependant, son professeur me dit qu'ils ne disposent pas du savoir faire specifique nécessaire aux enfants aux besoins particuliers. Et qu'il faudra donc trouver un établissements plus adapté a ses besoins.

Je ne savais pas qu'il y a des test psychométriques standard et pas adaptés pour les autistes. Ma fille était diagnostiquée dans son premier bilan et l'a fait dans un service de neurologie. Je vais essayer de me renseigner à ce sujet pour voir si ces test sont adaptés. Par contre, ce qui est sûr c'est qu'elle manquait probablement de concentration lors des test vu la nouveauté du lieu et les deux spécialistes. (3 rendez-vous.)

Un autre a été réalisé par son ergo thérapeute et me semble plus complexe.

L'équipe de sa 2eme école primaire avait conseillé sessad et ulis par ce que cela aurait permis qu'elle soit moins dispersée entre ses rendez-vous à l'extérieur et temps scolaire et nous l'avons donc accepté mais l'avis de la mdph est toujours l'Ime
Il m'a été expliqué que c'est probablement son niveau qui l'oriente ici. (retard dû au diagnostic et prise en charge tardive)

Pour le moment j'attends d'en savoir plus par ma fille, avs et ses professeurs. L'essentiel est qu'elle va au collège avec joie. Un point sera fait prochainement.
Si nécessaire nous essaieront de trouver une alternative au collège et autre que l'Ime.

Hier j'ai parlé avec son père qui craint que l'Ime soit comme un débarras bien qu'il reconnaisse qu'il y ait aussi des personnes motivées, compétentes et que ce soit nécessaire pour certains jeunes. Il pense qu'il y a besoin de davantage de spécialisations et secteurs en Ime afin que les besoins de tous soient respectés, qu'on ne mette pas des jeunes sensibles face a des particularités d'autres qui ne leur correspondent pas.

Je pensais un peu pareil.

J'ai pu en parler en équipe et il semble qu'ils pensent que ce soit bon de mêler divers handicaps. La sociabilité des jeunes syndrome de down aidera les Ted par exemple.
(déjà entendu en primaire)

Je me demande si il est possible qu'un ancien dossier scolaire influe sur la décision de la mdph ? L'équipe m'a assurée que non car seulement l'etat et les acquis actuels de l'enfant sont considérés par cette commission

Malgré tout, je n'en suis pas certaine. Qu'en penser ?

Sa 1ère école primaire la considérant dans une coque, en souffrance, pas à sa place, sans "decryptage" des émotions ni implicite et compréhension de texte (a cause de mémoire et d'une imperméabilité a l'abstrait et aux émotions de base, robotique etc) pas de travail de groupe. + bruyante et impressionnante pour les autres élèves.

Elle à beaucoup changé, bien mieux depuis et nous avons constaté que c'était variable selon les classes puisque elle allait bien en CP.
(en maternelle, non diagnostiquée, on me prédisait une impossibilité d'accéder à la lecture)

Aujourd'hui nous sommes dans l'attente de voir comment va se dérouler ce premier mois.
Assez confiants et les spécialistes sont compétents et top pour le contact.
orthoptitie, psychomotricité, ergothérapie. Linda attend un nouvel orthophoniste.
Psychologue selon besoin. Mais il m'a été demandé un soutien régulier dont les autistes ont besoin pour les soutenir.
Elle aime travailler avec eux, y est plus appliquée, et le calme des salles joue aussi un rôle dans sa concentration.

Elle a pu tester des objets proprioceptifs et ce n'est que récemment que je m'y suis intéressée vu qu'elle ne m'a rien dit concernant ses vetements (sauf étiquette) mais je me dis aujourd'hui que c'est peut être un besoin que nous avons ignorés.

Cette année scolaire ça semble plutôt être moi qui ne suis pas à l'aise, notamment par ce que le ton de ma voix et mon expression faciale et propos ne sont pas toujours adaptés au moment et à la situation. :)
Je vais essayer d'être compréhensible par l'équipe.

A un moment s'il faut qu'on déménage afin de trouver plus adapté j'y suis prête et vais voir ce qu'en pense Linda.

Merci de ta réponse.
En route pour savoir quel est le type exact d'autisme de ma fille.
Je trouve ici un échange instructif et cordial

Répondre