Que faire contre la trituration de la peau ?

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
cléa
Forcené
Messages : 510
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Que faire contre la trituration de la peau ?

#1 Message par cléa » jeudi 5 septembre 2019 à 16:31

Bonjour à tous.

Depuis un an il arrive que ma fille pince sa bouche quand elle est distraite et qu'a force de temps ça lui fasse une coupure.

De plus, il semble qu'elle apprécie le goût lorsque elle se coupe.

Elle gratte aussi la paume de ses mains avec ses dents si elle est nerveuse et parfois ses bras. Sa peau est épaissie. Lorsque je lui demande pourquoi elle dit ne pas savoir.
Et qu'elle préfère ne pas en parler.
Le psychologue l'ai aidé mais ça n'y a pas remédié.

Lorsque je lui montre des vidéos sur le besoin de parler et le droit de parler ça l'apaise mais juste momentanément.

Je voudrais aussi savoir s'il y a des objets susceptibles de l'aider. ( proprioceptif )
Aujourd'hui je lui donne des cordes par ce qu'elle aime les faire tourner mais je me dis aussi que si c'est trop ça risque d'être un "remède" qui cache le symptôme (ce qu'elle cherche à évacuer)

En y pensant je me rappelle qu'enfant je me mordais parfois et que c'était impulsif.

Je me demande s'il est possible qu'elle tourne ses soucis en elle de peur de blesser les autres.

Ceci dit c'est par moments, elle n'est dans cet état que par moments.

Ce qui est sûr c'est qu'elle à l'impression qu'on ne peut pas tout dire et que c'est sans doute lié a cela, même si ca n'explique pas tout.
En route pour savoir quel est le type exact d'autisme de ma fille.
Je trouve ici un échange instructif et cordial

Kimagine
Régulier
Messages : 58
Enregistré le : jeudi 4 juillet 2019 à 9:44

Re: Que faire contre la trituration de la peau ?

#2 Message par Kimagine » mercredi 11 septembre 2019 à 8:40

Bonjour,

Il me semble que cette activité que vous décrivez rentre dans les activités d'autostimulations (ou stimming) courantes avec le TSA.
Ce sont des actes répétitifs (comme se balancer, répéter un mouvement avec les doigts ou... se pincer, se gratter...) qui permettent de se recentrer et maintenir sa "bulle" de concentration, de protection contre le trop de stimuli extérieurs.
Personnellement, je m'arrache la peau des lèvres parfois jusqu'au sang depuis tout petit. Ma mère a bien essayé de m'en dissuader, mais ça n'a jamais fonctionné malgré ses multiples stratégies. Aujourd'hui à 26 ans je continue à le faire lorsque je suis stressé parfois, mais aussi et surtout lorsque je tâche de me concentrer. Je ne m'en rends souvent pas compte avant qu'on me le dise ou avant de m'être fait mal car c'est un geste machinal. Et je suis incapable de m'en empêcher, même si je sais que ça fait bizarre et que parfois je me fais mal.
En fait, il me semble avoir lu quelque part dans un article sur les TSA (mais où???) qu'un enfant autiste qui ne stimme pas (n'a pas de comportement d'autostimulation) n'est pas heureux, effacer ces comportements serait plutôt signe qu'il se renferme. En revanche, ce geste répétitif peut être remplacé par un autre: par exemple faire tourner un handspinner dans sa main ou jouer avec un petit objet.
Kim-Agine

(Plusieurs médecins et psychologues m'ont affirmé que j'ai TSA et TDAH. Un bilan neuropsy m'a orienté vers:
- Bilan neuropsy TSA -> restitution fin septembre
- Bilan TDAH -> hyperactivité nette et fluctuations attention mais pas TDA)

Avatar du membre
PaterFamilias
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : dimanche 21 octobre 2018 à 6:23
Localisation : Toulouse

Re: Que faire contre la trituration de la peau ?

#3 Message par PaterFamilias » mercredi 11 septembre 2019 à 11:56

Bonjour,

Mon cadet (sur lequel aucun test n'a encore été effectué, mais qu'une psy a évalué comme 'au minimum très probablement HPI') se rongeait les ongles (le bout et le milieu) et la peau des doigts, jusqu'au sang.
Ce qui a bien marché, c'est un collier de stress en silicone (marque chewigem, par exemple), qu'il mettait dans la bouche plutôt que de s'y mettre les doigts. Ca a été un peu long pour qu'il arrête les doigts pour se mettre au collier, mais ensuite, l'arrêt du collier a été assez rapide.
Premières démarches en cours
HPI d'après ma psy, père de deux HPI (un en cours de diag Aspie)

Répondre