Adaptation à l'école, besoin de conseils

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Répondre
Message
Auteur
Aria123
Régulier
Messages : 42
Enregistré le : samedi 18 novembre 2017 à 19:23

Adaptation à l'école, besoin de conseils

#1 Message par Aria123 » mardi 10 septembre 2019 à 13:57

Bonjour à tous,

Voilà mon fils a fait sa rentrée en grande section avec avs et c'est assez mitigé.
La maîtresse m'a alerté sur le fait que mon fils en activité de motricité ne voulait pas s'asseoir avec les autres et faire ce qui est demandé (ils se mettent en rond et se passent un ballon, ce genre de choses)
Du coup il s'agite, se débat, s'énerve en rigolant apparemment et ce systématiquement.

Pour les autres activités plus "scolaires" elle m'a dit que généralement ça allait si on ne le contrarie pas trop

Sachant qu'à la maison ou chez des amis où il y a un ou deux autres enfants il aime jouer avec eux et va de lui même les chercher pour jouer pourquoi est ce si difficile à l'école ?

Que me conseilleriez vous pour aménager ces cours de motricité pour lui ?

Merci
Maman d'un petit garçon de 5 ans au parcours compliqué et présentant des traits autistiques
Suspicion de Tdah

Avatar du membre
mrl
Fidèle
Messages : 187
Enregistré le : mardi 2 avril 2019 à 16:41
Localisation : Lyon

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#2 Message par mrl » mardi 10 septembre 2019 à 19:29

Aria123 a écrit :
mardi 10 septembre 2019 à 13:57
Que me conseilleriez vous pour aménager ces cours de motricité pour lui ?

Merci
Est-ce que ce sont des activités où les autres peuvent le toucher par inadvertance ? Peut-être faut-il qu'il y ait des filles qui l'entourent, elle sont souvent plus délicates dans leurs gestes ? Ou quelqu'un dont il est proche ?
D'ailleurs, est-il assis sur le sol ou sur un banc ? Ça peut changer la donne aussi.
Malgré de nombreux traits autistiques, pré-diagnostic qui ne peut affirmer un TSA en l'absence de témoignages sur la petite enfance.
En attente de rendez-vous chez le psychiatre.

Aria123
Régulier
Messages : 42
Enregistré le : samedi 18 novembre 2017 à 19:23

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#3 Message par Aria123 » mardi 10 septembre 2019 à 20:18

Ils sont assis sur le sol et oui il peut être touché par les autres.
Dans sa classe cette année il y a une fille qui était proche de lui l'année dernière (depuis le début de l'année je ne sais pas si elle va toujours autant vers lui)
Sinon il n'a pas vraiment d'amitié (l'année dernière il y avait un petit garçon qui considérait mon fils comme son copain mais il n'est plus dans sa classe cette année ☹️).
Il est souvent avec son avs et va jouer à côté des autres sans soucis quand il arrive le matin
Maman d'un petit garçon de 5 ans au parcours compliqué et présentant des traits autistiques
Suspicion de Tdah

Kimagine
Régulier
Messages : 58
Enregistré le : jeudi 4 juillet 2019 à 9:44

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#4 Message par Kimagine » mardi 10 septembre 2019 à 21:41

Aria123 a écrit :
mardi 10 septembre 2019 à 20:18
Ils sont assis sur le sol et oui il peut être touché par les autres.
Dans sa classe cette année il y a une fille qui était proche de lui l'année dernière (depuis le début de l'année je ne sais pas si elle va toujours autant vers lui)
(...)
Il est souvent avec son avs et va jouer à côté des autres sans soucis quand il arrive le matin
Est-ce que vous connaissez la théorie des cuillères? Sinon, je vous recommande cette vidéo assez courte et plutôt sympa qui explique bien le fonctionnement des personnes TSA dans les réactions face au bruit, à la sociabilisation: https://www.youtube.com/watch?v=joucXLKXbO8
Pour ma part (mais je n'ai pour le moment pas de diag officiel, même si plusieurs professionnels de santé m'ont dit qu'il n'y avait pas tellement de doute), je vois ça comme des jauges interdépendantes. Il y a la jauge des stimuli, la jauge de sociabilité, la jauge de fatigue physique... Si l'une est trop basse, elle fait baisser aussi les autres. Le but pour bien gérer une journée c'est de garder le plus possible l'équilibre entre les différentes jauges.

Ce que vous écrivez, ça me fait penser qu'on peut tout à fait commencer la journée avec des jauges plutôt pleines - et du coup être apte à sociabiliser sans trop de problème, trouver même ça agréable. Le problème, c'est qu'avec le TSA ces jauges baissent beaucoup plus vite que pour une personne neurotypique, et du coup supporter les interactions, la présence des autres, etc devient de plus en plus pénible au fil de la journée. De plus, certaines activités peuvent faire baisser plus ou plus vite certaines jauges - et peut-être que c'est le cas de ces activités de motricité pour votre fils: entre devoir prêter attention aux consignes et par conséquent trier de tous les autres bruits présents dans la pièce qu'une personne neurotypique ne remarque même pas mais qui nous nous fatiguent énormément et s'apparentent fortement dans notre perception à une cacophonie, tous les autres stimuli, le fait d'être en interaction, de devoir peut-être aussi regarder des gens dans les yeux, croiser un regard, gérer le fait qu'il puisse y avoir des contacts physiques avec d'autres et le stress que ça peut occasionner... ça fait peut être beaucoup surtout pour un petit :innocent:
Si je prends mon exemple personnel (et ça fait partie des raisons pour lesquelles on m'a orienté-e vers ce diagnostic), si je commence ma journée avec les jauges pleines, il peut m'arriver d'être à l'aise pour sociabiliser, voire dans les grands jours adresser la parole à des inconnu-e-s avec le sourire ou regarder une personne dans les yeux sans que ça m'agresse trop. Mais en général, même dans ces journées là ma jauge de sociabilité fatigue très vite, en particulier lorsque je suis dans un groupe de plus de deux ou trois personnes. Si ça se trouve, c'est simplement le fait d'être en cercle avec les autres et tout ce que ça occasionne comme problèmes invisibles pour votre fils qui génère ces difficultés?
Kim-Agine

(Plusieurs médecins et psychologues m'ont affirmé que j'ai TSA et TDAH. Un bilan neuropsy m'a orienté vers:
- Bilan neuropsy TSA -> restitution fin septembre
- Bilan TDAH -> hyperactivité nette et fluctuations attention mais pas TDA)

Aria123
Régulier
Messages : 42
Enregistré le : samedi 18 novembre 2017 à 19:23

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#5 Message par Aria123 » mercredi 11 septembre 2019 à 9:06

Merci pour ta réponse et la vidéo
Oui je reconnais mon fils dans la théorie des cuillères ! Surtout qu'il a des problèmes de sommeil (il se réveille très tôt) et qu'une simple activité peut le mette à plat.
plus petit il fallait absolument le mettre à la sieste et il était demandeur. Maintenant il ne veut plus la faire mais il lui faut un temps calme pour "se recharger"
Hier quand je suis allé le rechercher après cette séance de motricité, je l'ai trouvé complètement vidé !

Et je pense qu'en effet parfois à 9h du matin il doit lui rester peu de cuillères pour finir la journée et peut être qu'il sait que cette séance de motricité ça va lui demander trop et qu'il refuse direct

On envisage de lui donner de la mélatonine. La pédiatre nous en avait parlé mais on était contre. Mais en ce moment le pauvre subit trop son manque de sommeil...

Je vois que tu as un profil tdah aussi, comment s'est passé la maternelle pour toi ?
Maman d'un petit garçon de 5 ans au parcours compliqué et présentant des traits autistiques
Suspicion de Tdah

Kimagine
Régulier
Messages : 58
Enregistré le : jeudi 4 juillet 2019 à 9:44

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#6 Message par Kimagine » mercredi 11 septembre 2019 à 9:59

C'est tout à fait possible qu'effectivement au moment où cette séance arrive il sache que ça va être trop fatiguant pour lui. Peut-être demander s'il est possible de lui faire faire ces exercices à un autre moment ou plus isolé du groupe?
Néanmoins il est possible que l'instit' refuse: je suis prof (stagiaire en collège, donc seulement 9h par semaine + formation théorique à la fac) et malheureusement il nous est difficile de faire du cas par cas quand on a 25, 30 ou 35 enfants dans une classe car on ne peut pas accorder autant d'importance à chaque enfant même si on le voudrait et on fait souvent plutôt de la gestion de groupe...

Une amie qui a eu un diagnostic de TSA me dit que la mélatonine l'aide à gérer son angoisse et à avoir un sommeil un peu meilleur, même si ce n'est pas magique non plus.
Personnellement, j'ai appris la méditation et l'hypnose avec un médecin et ça me permet de faire des nuits correctes alors que ce n'était pas le cas quand j'étais enfant et ado, jusqu'à mes 23 ans environ. Apprendre l'autohypnose a été mon meilleur outil pour ça - mais il faut bien faire attention à faire ça avec un professionnel de santé car il y a beaucoup de charlatans et de gens insuffisamment compétents.

Concernant ma petite enfance:
J'ai été renvoyé de la crèche au bout de deux jours car je hurlais dès que quelqu'un m'approchait. Ensuite, ma mère a fini par trouver une nourrice avec qui ça se passait bien, qui avait une petite-fille de mon âge. Je suppose que le fait d'être au calme chez une dame âgée était plus supportable pour moi.
Ensuite, ma maternelle s'est très bien passée au début: j'étais ravi d'aller à l'école parce que je voulais apprendre à lire, j'avais un grand besoin de bouger (j'insistais déjà pour aller au stade avec mon père qui entraînait dans un petit club d'athlétisme le dimanche matin et faire "comme les grands") mais j'ai le souvenir que pendant les activités de motricité je pouvais avoir du mal à me situer et surtout j'évitais les confrontations avec les autres enfants. Mon meilleur ami en grande section était d'ailleurs autiste, j'étais son seul ami. Après, à partir de la moyenne section (4 ans) les autres ont commencé à me rejeter parce qu'ils me trouvaient bizarre, je ne me souviens pas pourquoi puisque pour moi c'était incompréhensible à l'époque. J'ai commencé à apprendre à lire tout seul pendant la maternelle et en grande section je pouvais lire des livres courts.
A partir de la primaire, j'ai été vraiment rejeté et humilié régulièrement donc je jouais tout seul dans la cours en faisant le tour d'une barrière bleue en boucle et en réfléchissant ou en me réfugiant dans mon imagination. Sauf quand je jouais au foot ou à la course: j'avais énormément besoin de bouger, donc j'étais bon en sport et les autres finissaient du coup par m'accepter dans leur équipe mais toujours en protestant. Très vite, je me suis mis à décrire un mal de tête qui pouvait me faire pleurer ou hurler de douleur, j'appuyais les mains sur ma tête et fermais les yeux le plus fort possible. A l'époque, ça paraissait inexpliquable et le neurologue a conclu qu'il ne s'agissait pas de migraines. Mais tous les jours, j'avais "mal à la tête" et étais isolé-e dans une pièce dans le noir ou me réfugiais à l'infirmerie. Avec le recul, je me rends compte que c'était toujours dans les situations où il y avait du bruit, des interactions, et où il m'était impossible d'y échapper ou de m'en protéger - les situations dans lesquelles aujourd'hui je mets un casque et/ou me roule en boule pour me couper des stimuli extérieurs le temps de récupérer, sinon si je force trop je fais un malaise d'épuisement (je deviens pâle et fais une crise d'asthénie ou un malaise vagal).
Grosso-modo, j'ai été très seul pendant ma scolarité, mes enseignants ont souvent conseillé à mes parents que je voie un psy mais mon père a toujours refusé: pour lui mon atypie n'était pas une maladie ou un problème mais une qualité. Il ne mesurait pas du tout à quel point je pouvais en souffrir.

Si ça peut vous rassurer, depuis j'ai appris à sociabiliser mieux. D'abord en apprenant les codes "normaux" et en me forçant à les appliquer, puis maintenant en apprenant aussi à respecter et faire respecter le plus possible mes limites. Je vis en couple, j'ai voyagé (un semestre à Londres et deux semestres à Cork en Irlande), j'ai des ami-e-s proches et moins proches que je ne vois pas toujours très régulièrement car je fais en fonction des réserves d'énergie qui me restent et qui ne m'en veulent pas si j'annule une sortie ou si au milieu d'un moment convivial j'ai besoin d'aller m'isoler, qui rient de mon décalage par rapport à leur humour et m'expliquent si je ne comprends pas une blague.
Evidemment il y a toujours des moments où je peux avoir des difficultés avec le bruit, les relations professionnelles, comment me comporter ou ce que je suis sensé dire dans certaines situations. Mais la plupart des gens me prennent plutôt simplement pour une personne un peu originale et ne mesurent pas toujours mon handicap, et en général je suis plutôt apprécié que ce soit au travail ou par les amis de mon amoureux. :bravo:
Kim-Agine

(Plusieurs médecins et psychologues m'ont affirmé que j'ai TSA et TDAH. Un bilan neuropsy m'a orienté vers:
- Bilan neuropsy TSA -> restitution fin septembre
- Bilan TDAH -> hyperactivité nette et fluctuations attention mais pas TDA)

Aria123
Régulier
Messages : 42
Enregistré le : samedi 18 novembre 2017 à 19:23

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#7 Message par Aria123 » mercredi 11 septembre 2019 à 17:14

Merci pour ton récit 😊
mon fils aussi apprends à lire tout seul. Il ne sait pas lire couramment mais a mémorisé pleins de mots et connaît les syllabes simples et les sons simples. Par contre son comportement et son manque d'attention nuisent à ses apprentissages à l'école !
Il ne montre pas de quoi il est capable et a un retard de langage important. Donc quand on le voit, on est loin de penser qu'il a toutes ces capacités !

Je vais voir avec la maîtresse s'il serait possible de lui faire faire des exercices à côté des autres, visiblement le côté "ronde" d'élèves l'angoisse.
Il a son avs avec lui donc peut être que ce sera faisable.

C'est assez rassurant de savoir que l'on peut avoir des amis à l'âge adulte même si on a été "rejeté" par les autres enfants.
J'avoue que ça me fend le cœur pour mon fils, après 6 ans les enfants seront plus dans le rejet et la moquerie...
Maman d'un petit garçon de 5 ans au parcours compliqué et présentant des traits autistiques
Suspicion de Tdah

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26600
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#8 Message par freeshost » jeudi 12 septembre 2019 à 0:32

Ouais, pas facile avec toute cette cacophonie, toute cette agitation...

Ouais, moi non plus, ce n'était pas ma priorité de montrer ce dont j'étais capable, préférant la tranquillité, donc la discrétion. :mrgreen:

J'ai appris à lire "tout seul" (mais je ne prononçais pas ce que je lisais, tout en silence :lol: ). Au vu de mes bons résultats en français/lecture en début primaire, ma mère croyait que c'était la prof' qui avait fait un miracle, la prof' croyait que c'était ma mère qui... :lol:

Encore maintenant, ma priorité est plus d'apprendre plutôt que de crier sur les toits "chus l'meilleur, voyez ce dont chus capable !".

De plus, il y a un intérêt stratégique à ne pas dévoiler toutes ses cartes tout de suite. :twisted: :mrgreen:

"Ils sont fous, ces neurotypiques." Cacophonie, agitation, harcèlement, rejet... Pourquoi n'encourage-t-on pas dès le début humanisme et humilité, sérénité et lâcher-prise ?
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Kimagine
Régulier
Messages : 58
Enregistré le : jeudi 4 juillet 2019 à 9:44

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#9 Message par Kimagine » jeudi 12 septembre 2019 à 8:44

Absolument d'accord avec too freeshost.

Je sais que beaucoup de gens ici (dont moi) ont besoin de "stimmer" pour pouvoir réellement se concentrer sur une tâche à certains moments. Pour moi, c'est particulièrement cas si je suis dans un moment où j'ai "la bougeotte" comme dit mon concubin.
On peut acheter des stimtoys sur Internet. Le handspinner est l'exemple le plus connu mais il en existe beaucoup d'autres! Personnellement, j'aime beaucoup ma boîte à clics qui ressemble à un gros dé avec des boutons différents à manipuler ou caresser sur chaque face - mais ces boutons peuvent faire du bruit, j'ai trouvé une façon de les manipuler en silence sinon ce bruit me stresserait encore davantage.
Sans acheter de jouets, il peut aussi s'agit de trouver un mouvement répétitif qui nous rassure et nous aide à nous concentrer comme faire un rythme ou un geste répétitif avec ses doigts. Je suis champion pour taper des rythmes avec mes mains quand je suis anxieux ou ai du mal à me concentrer. Ça m'aide à canaliser l'embouteillage de pensées et de traitement des stimuli dans ma tête ou mon besoin de bouger.
Peut-être que votre fils pourrait essayer quelque chose comme ça avec l'autorisation de son institutrice?

Quant au retard langagier: je n'ai jamais eu ce problème, mais je sais que c'est courant dans le TSA. Ça peut aussi être une difficulté à s'exprimer à l'oral ou en public ou avec une personne dont on n'est pas proche.
Jusqu'à la fin de mon adolescence, si je devais parler en classe, même pour dire trois mots, je me répétais ces mots en boucle dans la tête tout en sentant l'angoisse monter. J'avais l'impression que j'allais exploser. Quand venait mon tour, je ne parvenais pas à parler suffisamment fort et j'avais l'impression que tout s'embouteillait dans ma tête, et je ne comprenais pas pourquoi ça n'arrivait qu'à moi... Ça peut encore m'arriver dans certaines situations, par exemple lorsqu'on parle d'un sujet qui me tient à coeur. Pour me camoufler, je fais juste semblant D' être quelqu'un de bourru qui parle avec des mots simples. Ainsi personne ne s'étonne lorsque je perds mes moyens je peux juste faire mine de n'avoir pas grand chose à dire... Et ensuite si quelque chose est vraiment important pour moi et que je ne parviens pas à le communiquer oralement, je peux aussi écrire ou dessiner pour communiquer avec un proche par exemple afin de lui expliquer ce que je pense ou ressens réellement.
Peut-être qu'il se passe quelque chose de similaire dans la tête de votre fils et que lui proposer des outils de communication alternatifs lorsqu'il ne trouve pas les mots pourrait l'aider?

Je rappelle quand même que je ne suis pas professionnel de santé, je donne des pistes à partir de ce que je sais et de mon expérience mais je n'ai pas la science infuse ;)
Kim-Agine

(Plusieurs médecins et psychologues m'ont affirmé que j'ai TSA et TDAH. Un bilan neuropsy m'a orienté vers:
- Bilan neuropsy TSA -> restitution fin septembre
- Bilan TDAH -> hyperactivité nette et fluctuations attention mais pas TDA)

Aria123
Régulier
Messages : 42
Enregistré le : samedi 18 novembre 2017 à 19:23

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#10 Message par Aria123 » jeudi 12 septembre 2019 à 21:22

Merci, ça m'aide à percevoir ce que mon fils peut percevoir :-)
J'imagine que cela doit être fatigant de s'adapter aux autres et de se concentrer sur quelque chose qui devrait être naturel.
Mais sûrement qu'avec le temps, ça devient plus naturel aussi
Maman d'un petit garçon de 5 ans au parcours compliqué et présentant des traits autistiques
Suspicion de Tdah

Aria123
Régulier
Messages : 42
Enregistré le : samedi 18 novembre 2017 à 19:23

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#11 Message par Aria123 » jeudi 12 septembre 2019 à 21:24

Pour les outils qui lui permettraient d'exprimer ses blocages pour l'instant ça risque d'être compliqué car le graphisme c'est pas son truc mais l'idée est bonne
Je vais y réfléchir

Pour les stimtoys je ne connais pas mais je vais regarder sur le net, merci
Maman d'un petit garçon de 5 ans au parcours compliqué et présentant des traits autistiques
Suspicion de Tdah

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26600
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Adaptation à l'école, besoin de conseils

#12 Message par freeshost » samedi 14 septembre 2019 à 14:07

Aria123 a écrit :
jeudi 12 septembre 2019 à 21:22
Merci, ça m'aide à percevoir ce que mon fils peut percevoir :-)
J'imagine que cela doit être fatigant de s'adapter aux autres et de se concentrer sur quelque chose qui devrait être naturel.
Mais sûrement qu'avec le temps, ça devient plus naturel aussi
Même si on s'y habitue et acquiert un brin d'expérience, ça ne fatigue pas beaucoup moins.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Répondre