Harcèlement scolaire (relations difficiles)...

Discussions portant plutôt sur le point de vue des parents d'enfants autistes ou Asperger, par exemple : j'ai un problème avec mon enfant, que puis-je faire ?
Répondre
Message
Auteur
Ogam
Habitué
Messages : 70
Enregistré le : lundi 11 mars 2019 à 11:15

Re: Harcèlement scolaire (relations difficiles)...

#136 Message par Ogam » mardi 5 mai 2020 à 11:48

Bonjour Symphonie et merci pour ton témoignage.
Le sujet du Harcèlement avec un grand H (scolaire, physique, psychologique, sexuel et professionnel) est un sujet qui me touche beaucoup car j'en ai été victime, en tant qu'élève en primaire (en maternelle par la directrice d'école et en élémentaire par les élèves) puis au collège par les enseignants de mathématiques. Et enfin, dans le supérieur où là, la souffrance a atteint son paroxysme car lors d'un stage dans une grande agence de santé publique, ma directrice de mémoire voulait me faire utiliser des modèles mathématiques inadaptés et surtout, m'a fait refaire tous les résultats du stage, à un mois de rendre les mémoires, tout cela parce qu'il y avait eu désaccord entre la directrice et le directeur adjoint du mémoire. Là, la souffrance était telle qu'il y a eu des TS (envie de sauter du 4 ème étage du bâtiment ou auto-mutilation mais pas de véritable passage à l'acte).

Enfin, j'ai connu le harcèlement au niveau professionnel, lorsque j'ai été professeur stagiaire dans une école de maternelle dans une école dite politique de la ville (équivalent REP + sans les moyens qui vont avec). Je me faisais harceler par certains de mes élèves dont une qui me prenait pour le "copain" de sa maman (car amie d'enfance à mon frère) et se permettait de me mettre la main aux fesses au point où par réflexe, j'ai failli lever la main sur cette élève.
Après avoir demander à la mère de gronder sévèrement sa fille, en avoir parlé avec la directrice d'école et les collègues, ces personnes se sont rendus qu'il y avait effectivement un problème lorsque moi, j'étais rentré chez moi car la visite d'une de mes tutrices ESPE s'étaient absolument mal passée (ma classe était absolument insupportable lors de chaque visite) et que l'élève en question s'était baladée dans son plus simple appareil dans la cours de l'école avant les APC.
Enfin, durant cette même année, j'ai connu le harcèlement de mes tutrices de terrain (ESPE) et de ma supérieure hiérarchique (avec cette inspectrice de circonscription, j'avais l'impression d'avoir à faire avec un vautour et d'être en garde à vue chaque fois que je la voyais) qui me détruisaient le moral car on me donnait l'impression que j'étais l'incompétence incarnée (entre autre). C'est d'ailleurs une de ces tutrices ESPE qui me disait que j'avais une voix monocorde et un visage absolument inexpressif et que je ne théatralisais pas assez dans ma classe. Heureusement, lors de mes 2 jours et demi de stage, j'avais une maître G du RASED (à composante rééducative) qui me disait qu'elle avait rarement vu une classe aussi dure et surtout mon conseiller pédagogique qui a reconnu "qu'on aurait jamais du envoyer un stagiaire dans l'école car c'était l'envoyer au casse-pipe".

Aujourd'hui, je vais beaucoup mieux et je vais faire du témoignage à partir de l'année prochaine pour parler du harcèlement scolaire dans les écoles, collèges et lycées et de l'autisme (car pour les psychologues spécialisées que j'ai pu rencontrer, je suis le parfait exemple de l'adulte né dans les années 80 et qui est passé entre les mailles du filet du diagnostique sur l'autisme par faute de connaissances scientifiques à l'époque) car je pense qu'il est nécessaire de faire de la prévention dans les différents établissements du primaire et du secondaire (dans le département où j'habite) pour faire prendre conscience aux élèves de ce qu'est l'autisme, ce qu'est le harcèlement (et ses différentes formes) et surtout en quoi l'autisme est un facteur à risque aggravant face au harcèlement. En effet, en lisant le forum et lorsque j'ai été dans des groupes de parole dans mon département, je me suis rendu compte que toutes les personnes autistes (ou en cours de diagnostique) avaient pu rencontrer ce "Problème" (avec un grand P).

Dans un sujet du forum (viewtopic.php?f=4&t=13375&start=30) j'avais écrit en octobre dernier : "Pourquoi les gens ont-ils autant ce besoin de déverser leurs fiels sur les gens différents (ou semblant différents) pour les rabaisser, les frapper, les humilier ... . Je suis en train de me demander si nous avons une étiquette sur le front qui indique que nous sommes des cibles idéales pour se faire harceler. Qu'est-ce qu'on a fait au ciel pour mériter un tel traitement de faveur." et j'avais rajouté "Je pense que les harceleurs ont cette sensibilité à détecter (tel un radar) leur futur victime par rapport à leur état de faiblesse supposée ou potentielle. On pourrait d'ailleurs se demander s'il faut prendre cela comme un don ou une malédiction ?".

Toujours est-il que le harcèlement induit d'énormes séquelles psychologiques et les nouvelles technologies sont un terreau propice au harcèlement des personnes atypiques. Mais, d'après moi, l'Education Nationale est à l'image de la société et tant qu'il n'y aura pas une prise de conscience de la société française (cela va du du président de la république jusqu'aux parents des jeunes harceleurs), il n'y aura pas d'avancées dans le domaine du harcèlement.

Et aussi, je crois, nommer les différences sans ostracisme. Il n'y a pas de gros mots. Les particularités peuvent avoir un nom, ce n'est pas blessant. à 3 ans, ils s'en fichent. Ça évitera qu'à 13, ils aient peur, méprisent, jugent, critiquent, briment, et finissent invariablement par violenter.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi car en maternelle (où j'ai pu travailler), j'ai rencontré des enfants de 4 ans qui harcelaient d'autres enfants du même âge au point de les passer à tabac (pire que des adultes). Il faut être vigilant dès le plus jeune âge et je pense que l'Ecole a un rôle à jouer en inculquant des valeurs telles que la tolérance ou le respect des différences. En revanche, ces messages ne peuvent passer que si ces mêmes valeurs sont inculquées aux enfants par leurs parents (sinon, cela risque d'être peine perdue).
Manon a changé de collège, ses harceleurs continuent leur vie sans avoir été inquiétés, je ne suis pas sure qu'ils aient eu conscience de la moindre responsabilité car c'est compliqué à cet âge d'endosser une responsabilité de groupe (individuellement, leur participation est insignifiante).

Mais de son côté, Manon a totalement rompu avec les personnes en question, ce qui nous semble un point hautement positif, et démontre qu'elle reprend le dessus. Elle identifie aussi mieux les comportements limite. Nous avons beaucoup travaillé sur le sujet.
Tu vois, je ne suis pas tout à fait d'accord car si à cet âge, la responsabilité pénale n'est pas engagée, le harcèlement est suffisamment grave pour qu'il y est une sanction par la justice. Ne pourrait-on pas imaginer des travaux d'intérêt général dans des centres d'aides pour les jeunes adolescents qui seraient tentés de se suicider. Car pour moi, rien ne vaut le terrain pour que ces jeunes harceleurs se rendent compte des conséquences parfois
dramatiques de leurs actes. Ces adolescents harceleurs pourraient très bien "travailler" dans la Maison des Jeunes et Adolescents de Saint-Brieuc (https://cotesdarmor.fr/le-departement/c ... dolescents) pour que cette expérience puisse leur mettre "un peu de plomb dans la cervelle" et permettre ainsi quand ils seront parents d'inculquer à ses enfants d'accepter l'autre dans sa différence.

Pour Manon, il serait peut être intéressant de trouver dans son département, des groupes de parole pour adolescents autistes (ou en cours de diagnostique) pour pouvoir permettre de parler, se soulager et ainsi, se soigner et se rendre compte que d'autres adolescents ont pu avoir ce parcours.

Enfin, pour les parents dont les enfants sont au bord du gouffre à cause du harcèlement, il existe le site Infosuicide.org qui répertorie par région, toutes les structures qui peuvent aider, soulager et prévenir le passage à l'acte de l'enfant en souffrance. Voici le lien: [b][i]https://www.infosuicide.org/liens ... x/[/i][/b]

En espérant que mon message n'est pas un énorme roman. En tout cas Symphonie, portez-vous bien toi et Manon
En cours de diagnostique au CRA depuis l'envoi du dossier en décembre 2018 et suspicion d'autisme asperger grâce à des psychologues spécialisés.

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 435
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Harcèlement scolaire (relations difficiles)...

#137 Message par Controleur » vendredi 8 mai 2020 à 12:23

Ogam a écrit :
mardi 5 mai 2020 à 11:48
Bonjour Symphonie et merci pour ton témoignage.
Le sujet du Harcèlement avec un grand H (scolaire, physique, psychologique, sexuel et professionnel) est un sujet qui me touche beaucoup car j'en ai été victime, en tant qu'élève en primaire (en maternelle par la directrice d'école et en élémentaire par les élèves) puis au collège par les enseignants de mathématiques. Et enfin, dans le supérieur où là, la souffrance a atteint son paroxysme car lors d'un stage dans une grande agence de santé publique, ma directrice de mémoire voulait me faire utiliser des modèles mathématiques inadaptés et surtout, m'a fait refaire tous les résultats du stage, à un mois de rendre les mémoires, tout cela parce qu'il y avait eu désaccord entre la directrice et le directeur adjoint du mémoire. Là, la souffrance était telle qu'il y a eu des TS (envie de sauter du 4 ème étage du bâtiment ou auto-mutilation mais pas de véritable passage à l'acte).

Enfin, j'ai connu le harcèlement au niveau professionnel, lorsque j'ai été professeur stagiaire dans une école de maternelle dans une école dite politique de la ville (équivalent REP + sans les moyens qui vont avec). Je me faisais harceler par certains de mes élèves dont une qui me prenait pour le "copain" de sa maman (car amie d'enfance à mon frère) et se permettait de me mettre la main aux fesses au point où par réflexe, j'ai failli lever la main sur cette élève.
Après avoir demander à la mère de gronder sévèrement sa fille, en avoir parlé avec la directrice d'école et les collègues, ces personnes se sont rendus qu'il y avait effectivement un problème lorsque moi, j'étais rentré chez moi car la visite d'une de mes tutrices ESPE s'étaient absolument mal passée (ma classe était absolument insupportable lors de chaque visite) et que l'élève en question s'était baladée dans son plus simple appareil dans la cours de l'école avant les APC.
Enfin, durant cette même année, j'ai connu le harcèlement de mes tutrices de terrain (ESPE) et de ma supérieure hiérarchique (avec cette inspectrice de circonscription, j'avais l'impression d'avoir à faire avec un vautour et d'être en garde à vue chaque fois que je la voyais) qui me détruisaient le moral car on me donnait l'impression que j'étais l'incompétence incarnée (entre autre). C'est d'ailleurs une de ces tutrices ESPE qui me disait que j'avais une voix monocorde et un visage absolument inexpressif et que je ne théatralisais pas assez dans ma classe. Heureusement, lors de mes 2 jours et demi de stage, j'avais une maître G du RASED (à composante rééducative) qui me disait qu'elle avait rarement vu une classe aussi dure et surtout mon conseiller pédagogique qui a reconnu "qu'on aurait jamais du envoyer un stagiaire dans l'école car c'était l'envoyer au casse-pipe".

Aujourd'hui, je vais beaucoup mieux et je vais faire du témoignage à partir de l'année prochaine pour parler du harcèlement scolaire dans les écoles, collèges et lycées et de l'autisme (car pour les psychologues spécialisées que j'ai pu rencontrer, je suis le parfait exemple de l'adulte né dans les années 80 et qui est passé entre les mailles du filet du diagnostique sur l'autisme par faute de connaissances scientifiques à l'époque) car je pense qu'il est nécessaire de faire de la prévention dans les différents établissements du primaire et du secondaire (dans le département où j'habite) pour faire prendre conscience aux élèves de ce qu'est l'autisme, ce qu'est le harcèlement (et ses différentes formes) et surtout en quoi l'autisme est un facteur à risque aggravant face au harcèlement. En effet, en lisant le forum et lorsque j'ai été dans des groupes de parole dans mon département, je me suis rendu compte que toutes les personnes autistes (ou en cours de diagnostique) avaient pu rencontrer ce "Problème" (avec un grand P).

Dans un sujet du forum (viewtopic.php?f=4&t=13375&start=30) j'avais écrit en octobre dernier : "Pourquoi les gens ont-ils autant ce besoin de déverser leurs fiels sur les gens différents (ou semblant différents) pour les rabaisser, les frapper, les humilier ... . Je suis en train de me demander si nous avons une étiquette sur le front qui indique que nous sommes des cibles idéales pour se faire harceler. Qu'est-ce qu'on a fait au ciel pour mériter un tel traitement de faveur." et j'avais rajouté "Je pense que les harceleurs ont cette sensibilité à détecter (tel un radar) leur futur victime par rapport à leur état de faiblesse supposée ou potentielle. On pourrait d'ailleurs se demander s'il faut prendre cela comme un don ou une malédiction ?".

Toujours est-il que le harcèlement induit d'énormes séquelles psychologiques et les nouvelles technologies sont un terreau propice au harcèlement des personnes atypiques. Mais, d'après moi, l'Education Nationale est à l'image de la société et tant qu'il n'y aura pas une prise de conscience de la société française (cela va du du président de la république jusqu'aux parents des jeunes harceleurs), il n'y aura pas d'avancées dans le domaine du harcèlement.

Et aussi, je crois, nommer les différences sans ostracisme. Il n'y a pas de gros mots. Les particularités peuvent avoir un nom, ce n'est pas blessant. à 3 ans, ils s'en fichent. Ça évitera qu'à 13, ils aient peur, méprisent, jugent, critiquent, briment, et finissent invariablement par violenter.
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi car en maternelle (où j'ai pu travailler), j'ai rencontré des enfants de 4 ans qui harcelaient d'autres enfants du même âge au point de les passer à tabac (pire que des adultes). Il faut être vigilant dès le plus jeune âge et je pense que l'Ecole a un rôle à jouer en inculquant des valeurs telles que la tolérance ou le respect des différences. En revanche, ces messages ne peuvent passer que si ces mêmes valeurs sont inculquées aux enfants par leurs parents (sinon, cela risque d'être peine perdue).
Manon a changé de collège, ses harceleurs continuent leur vie sans avoir été inquiétés, je ne suis pas sure qu'ils aient eu conscience de la moindre responsabilité car c'est compliqué à cet âge d'endosser une responsabilité de groupe (individuellement, leur participation est insignifiante).

Mais de son côté, Manon a totalement rompu avec les personnes en question, ce qui nous semble un point hautement positif, et démontre qu'elle reprend le dessus. Elle identifie aussi mieux les comportements limite. Nous avons beaucoup travaillé sur le sujet.
Tu vois, je ne suis pas tout à fait d'accord car si à cet âge, la responsabilité pénale n'est pas engagée, le harcèlement est suffisamment grave pour qu'il y est une sanction par la justice. Ne pourrait-on pas imaginer des travaux d'intérêt général dans des centres d'aides pour les jeunes adolescents qui seraient tentés de se suicider. Car pour moi, rien ne vaut le terrain pour que ces jeunes harceleurs se rendent compte des conséquences parfois
dramatiques de leurs actes. Ces adolescents harceleurs pourraient très bien "travailler" dans la Maison des Jeunes et Adolescents de Saint-Brieuc (https://cotesdarmor.fr/le-departement/c ... dolescents) pour que cette expérience puisse leur mettre "un peu de plomb dans la cervelle" et permettre ainsi quand ils seront parents d'inculquer à ses enfants d'accepter l'autre dans sa différence.

Pour Manon, il serait peut être intéressant de trouver dans son département, des groupes de parole pour adolescents autistes (ou en cours de diagnostique) pour pouvoir permettre de parler, se soulager et ainsi, se soigner et se rendre compte que d'autres adolescents ont pu avoir ce parcours.

Enfin, pour les parents dont les enfants sont au bord du gouffre à cause du harcèlement, il existe le site Infosuicide.org qui répertorie par région, toutes les structures qui peuvent aider, soulager et prévenir le passage à l'acte de l'enfant en souffrance. Voici le lien: [b][i]https://www.infosuicide.org/liens ... x/[/i][/b]

En espérant que mon message n'est pas un énorme roman. En tout cas Symphonie, portez-vous bien toi et Manon
Je pense que ce n'est pas qu'une affaire de radar à personne faibles mais qu'on apprends très tôt l'obéisance servile et le fait que toute originalité si elle ne se traduit pas par des résultats concrets, n'a pas le droit de citer. Nous vivons une époque ou les narcisses en puissance sont en quelque sorte les rois , les premiers de cordée tout en ayant l'autorisation tacite d'écraser tout ce qui ne vaut pas comme eux.

Le mépris les brimades et la peur peuvent commencer bien plus tôt que tu l'imagine. Il suffit que l'adulte de l'école maternelle ou le parent ne montre pas le bon exemple, tu peux être certain que ça y'est les petits innocents deviennent des despotes en herbe. Et la seule chose qu'ils comprennent c'est quand leur proie supposé finis par leu rendre gorge et leur faire très mal.

Je ne pense pas que nous ayons une étiquette, ca serait plutôt selon ce que nous faisons ou nous ne faisons pas les premiers jours qui est déterminant. Pour mon cas personnel, mon premier jour de sixième, j'ai haussé le ton tout de suite envers un petit hispanique . Il ne m'aimait pas mais à compris de suite que si il voulait m'attaquer j'allais encore plus lui faire mal. Alors bon y'avait aussi des têtes de pioche sans cervelle , je devais faire des empoignades mettre des coups, j'ai failli même aller devant un juge pour enfants parce qu'on me trouvait trop violent. Peu avant de changer d'établissement, j'ai réglé le compte de mes bourreaux et fait justice moi même.

J'ai croisé un jour le bureau d'un substitut du procureur en classe de quatrième après l'agrravation de mes conditions scolaires faisant suite à un vraie acharnement de cinqs personnes de ma classe de l'époque et de la complicité plus ou moins active des autres élèves. Ca ne s'est arrété que quand j'ai eut le courage de leur mettre une droite, la cpe n'a pas été dissuasive, même chose pour leur dispositif pourtant innovateur. Plus d'une fois j'ai voulu écrire et me plaindre à l'inspection d'académie, y compris au ministre de l'éducation lui même et on me disait à l'élève que j'étais que c'était une perte de temps. Que Le ministre avait d'autres choses à faire et que l'inspecteur d'académie n'avait aucun pouvoir pour forcer un établissement scolaire à rendre justice en ma faveur.

Je ne sais pas par quel bout mener une action de prévention mais je crois davantage aux vertus de mettre le nez dans le caca aux collégiens et lycéens en leur parlant par exemple de ce qui s'est passé à grace en avril 2017 au lycée de tocqueville. Non pas que je fasse une quelconque apologie de Killian et de ses complices mais que de dire à des jeunes adultes en devenir malgré la crise d'adolescence, que leurs actes un jour peuvent se retourner contre eux et leur coûter la vie, c'est plus dissuasif que les leçons de moral. Les travaux d'intérêt généraux dans un centre pour adolescents ayant fait des ts? J'aurais été plus loin ou il y'aurait un encadrement d'éducateurs, de policiers voir d'ex militaires avec des règles à respecter, et des travaux qui les fassent interroger sur ce qu'ils ont fait. Ca couterait plus cher que le milieu carceral mais plus de vertues pédagogiques.


Plus d'une fois devant cette barbarie juvénile, la tentation était grande de rendre ma propre justice et quand elle a été rendu, je n'en ai pas forcément été sortit plus apaisé. J'aurais voulu une action plus ferme et plus repressive des adultes détenteurs de l'autorité, qu'on me fasse voir plus tôt un officier de la brigade des mineurs qui aurait tué tout de suite dans l'oeuf mon calvaire. Parce que harcelement +ts et re aggravation sur deux trimestres et plus, ça témoigne que l'établissement scolaire dans lequel se produise les faits ne sait pas assurer la sûreté de ses élèves ( droit fondamental de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen). Mais les adultes en question ne furent pas à la hauteur, et parfois se sont comportés comme des collabos serviles d'une dictature . Oui je le dit, j'ai comparé mon quotidien d'harcelé à ce que vivaient certains français et françaises sous Vichy.

Peux être que Manon veux oublier pour l'instant et c'est compréhensible qu'elle ne veuille plus avoir de contact avec ses bourreaux, n'empêche elle doit se demander parfois si les adultes n'assurent pas sa sûreté, alors qui le fera? Je lui souhaite beaucoup beaucoup de bonnes choses ,après certaines question essentielles ne peuvent pas être etouffés même si elles sont dérangeantes et déstabilisatrices.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Répondre