TSA et permis de conduire...

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
mathieu frank
Adepte
Messages : 270
Enregistré le : samedi 29 septembre 2018 à 12:06
Localisation : landes

Re: TSA et permis de conduire...

#331 Message par mathieu frank » dimanche 2 août 2020 à 13:13

j ai passé mon permis via la conduite accompagnée
la mécanique et par extension la voiture étant mon intérêt principal ca m a aidé ou motivé je devrais dire
mais ca a ete très fatigant et stressant
j aime conduire mais hors agglomération car trop de monde et d incivilité meme si la conduite me fatigue quand meme
il y a 10 ans j ai passé le permis moto ca a été très dur et la moto c est sympa mais encore plus fatigant
je ne roule presque plus
j aimerais passer le poids lourd mais pas la force :innocent:
tsa confirmé psychiatre libéral et comorbidités

Cardamome
Forcené
Messages : 1004
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: TSA et permis de conduire...

#332 Message par Cardamome » dimanche 2 août 2020 à 14:42

Vos divers témoignages m'aident beaucoup en tant que maman d'un ado avec TSA.
Je réfléchis avec mon fils,qui va faire 15 ans bientôt; il est partant pour apprendre à conduire.
J'ai pensé à la conduite accompagnée mais je ne veux pas être sa "tutrice" car je déteste conduire (je suis assez stressée malgré plus de 20 ans de permis, on me dit que je conduis bien pourtant !), et je pense que nos liens familiaux (je l'élève seule) pourraient être un frein (sans jeu de mot !) à un apprentissage dans de bonnes conditions... Je ne sais pas comment expliquer.
Je n'ai personne autour de moi comme tuteur. Je sais qu'il existe une association avec des tuteurs bénévoles.
Ils gèrent des jeunes orientés par la CAF ou l'assistante sociale... En particulier des jeunes de familles monoparentales. Je ne sais pas si nous serions dans le "bon profil".
J'ai déjà discuté avec des jeunes du groupe d'habileté sociale qui ont passé le permis en ayant informé l'auto école du TSA, mais pas au moment de l'examen au niveau de l'administration.
Et donc je n'ai pas contacté l'association de tuteurs bénévoles.car j'hésite à évoquer le TSA. Ça me semble mieux de le faire mais ça risque de les "effrayer" et d'écarter notre candidature.
Tant que mon fils est décidé, j'imagine que c'est le moment... Conduire 3 ans avant de passer le permis ça ne peut qu'être bénéfique je suppose aussi.
Je n'ai aucune idée des difficultés qu'il pourra rencontrer au volant. J'imagine que de nous y prendre "tôt" ne serait pas absurde surtout qu'il est motivé.
Ce serait aussi un nouveau pas vers l'autonomie me semble t'il. Au moins essayer.
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Ogam
Habitué
Messages : 84
Enregistré le : lundi 11 mars 2019 à 11:15

Re: TSA et permis de conduire...

#333 Message par Ogam » dimanche 2 août 2020 à 15:15

Moi, de mon côté, j'ai eu mon permis en 2006 (soit à 20 ans).
A l'époque, c'était très difficile de comprendre la conduite (ça n'avait pas de sens pour moi). Par exemple, on me laisse la pédale d'embrayage et au moment de passer la vitesse, on me dit "débraye" donc je relâche la pédale d'embrayage (car pour moi, le préfixe "dé" signifiait enlever) et la monitrice me disait "débraye, bon sang, débraye" pour en arriver à "et m..de, on a calé". Après m'avoir expliqué la différence, ça allait beaucoup mieux. Je trouve que là-dessus, la langue française n'est pas logique.

J'ai dû faire une soixantaine d'heures car j'avais commencé en 2005 (année de mon bac) et j'ai dû finir en 2006 (année où j'ai passé le concours de médecine de 1ère année) et j'oscillais entre deux monitrices (la gérante de l'auto-école et l'employée qui était aussi la maîtresse du mari de la gérante). D'ailleurs, je sentais qu'il y avait de la friture sur les ondes entre ces deux-là. Moi, de mon côté, j'aimais beaucoup la gérante qui s'appelait Josianne. D'ailleurs, quand j'arrivais à la gare de Brest pour prendre le train, je m'achetais toujours un paquet de Werthers (car j'aimais beaucoup cela) et j'en profitais pour lui en offrir avant de commencer la conduite (elle disait qu'elle n'aimait pas cela car en surpoids mais il ne fallait pas attendre 30 s pour qu'elle prenne sa part) et me disait d'ailleurs que j'étais le seul élève à faire cela.

Comme beaucoup, ce qui me gêne, ce sont les gens qui conduisent comme des idiots pour rester poli. Cela se voit sur les 4 voies et surtout sur les rond-points. Queux de poissons, absence de clignotants, se rabattre brutalement sur la file de droite ... . Tout cela m'exaspère au plus haut point, d'où quelques phrases du style : "Ah tiens, celui-là a eu son permis dans une pochette surprise", "quel con celui-là, le clignotant sur le rond-point est en option" ou enfin, "femme au volant ...". Pour cette dernière, je ne pense pas être macho, mais en regardant certaines conductrices conduire, je repense à la chanson "Miss Maggie" de Renaud et j'ai des fois une impression étrange où les conductrices cherchent à gagner le concours de celui (ou celle) qui conduira le plus dangereusement.

Enfin, le jour de l'épreuve du permis, je conduisais une heure pour chercher une candidate qui devait passer l'épreuve comme moi. Sur le chemin pour aller vers le lieu de rendez-vous de l'épreuve, dans un virage, je me retrouve nez-à-nez avec un poids lourd de 13T. Me disant que je ne fais pas le poids avec le mastodonte, je freine brusquement et serre le plus à droite possible au point d'être quasiment dans le fossé (il valait mieux, d'ailleurs, être dans le fossé plutôt que d'être encastré dans l'avant du camion). Au final, j'ai eu le permis alors que la candidate non (elle a grillé une priorité à droite). D'ailleurs, pour l'anecdote, j'ai réussi à énerver l'inspecteur car il voulait que je sorte par deux fois à une sortie (à l'aller et au retour sur une quatre-voies) et je ne pouvais (devais) pas sortir de la quatre-voies car je doublais un camion (il me l'annonçait toujours trop tard). J'ai eu donc mon permis en faisant un petit créneau.

Je suis beaucoup plus serein maintenant en conduite mais ce qui me stresse vraiment, c'est le comportement soudain, parfois brutal et incompréhensible et qui sont une source de stress (notamment sur les ronds-points). Enfin, je serais incapable de conduire en région parisienne (je serai épuisé pour la journée en n'y conduisant qu'une demi-heure) car j'ai un côté psycho-rigide sur le code de la route. Enfin, je suis décontenancé par l'absence de panneaux 40 et 60 km/h car par exemple, certaines routes en ville présente une vue dégagé en ligne droite permettant de rouler à plus de 50 km/h mais à une vitesse inférieure à 70 km/h (comme on peut en trouver en Allemagne si je me rappelle bien).

Dernière petite chose, un stress sur la route concerne les carrefours avec des feux rouges (quand passer ou quand s'arrêter quand le feu risque de passer au rouge). Pourquoi ne pas mettre des feux avec minuteur (pour les feux rouge et vert) comme on peut en trouver sur les chantiers. Cela pourrait permettre d'avoir moins d'accidents.
Rendez-vous effectué avec un psychiatre (chef de service psychiatrie) du centre hospitalier de centre-Bretagne avec confirmation du pré-diagnostic TSA + HPI. Bilans médical et neuro-psychologique dans le même service en septembre 2020.

Avatar du membre
Mistigri
Nouveau
Messages : 7
Enregistré le : lundi 29 juin 2020 à 23:13
Localisation : France
Contact :

Re: TSA et permis de conduire...

#334 Message par Mistigri » dimanche 2 août 2020 à 16:16

Pour ma part, je n'ai pas de diagnostic de TSA mais ce sujet m'intéresse beaucoup car la conduite est une grande source d'anxiété pour moi, et je me vois dans beaucoup de points que vous avez déjà abordé.

Pour ma part j'ai obtenu mon permis du premier coup il y a 4 ans, je me souviens toutefois que la monitrice (très à l'écoute et pédagogue) m'avait dit qu'elle n'aimait pas ma façon de conduire qu'elle trouvait trop "rigide" ou "robotique", elle trouvait que j'avais tendance à ne pas avoir assez confiance en moi dans le sens où j'étais trop prudente et hésitante et que ce n'était pas assez fluide (pas au point d'être un danger, cela dit). Toutefois elle m'a bien épaulée et j'ai réussi à gérer mon stress lors du permis. Je pense la bienveillance de la monitrice a beaucoup joué.
Ogam a écrit :
dimanche 2 août 2020 à 15:15
Par exemple, on me laisse la pédale d'embrayage et au moment de passer la vitesse, on me dit "débraye" donc je relâche la pédale d'embrayage (car pour moi, le préfixe "dé" signifiait enlever) et la monitrice me disait "débraye, bon sang, débraye" pour en arriver à "et m..de, on a calé". Après m'avoir expliqué la différence, ça allait beaucoup mieux. Je trouve que là-dessus, la langue française n'est pas logique.
Ogam j'ai eu la même réflexion quant au terme de "débrayer" avant de moi-même conduire. Mais la monitrice avait pris des devants avec un moyen assez efficace pour mémoriser : elle m'a dit que pour "débrayer", il fallait penser à "défoncer", comme si l'on voulait "défoncer" la pédale, et "embrayer" plutôt justement pour le fait "d'enlever" le pied. Sans ça, je pense que j'aurais eu la même expérience que toi.

Question réflexes, si je devais avoir un point fort en conduite je pense qu'il s'agirait ce celui-ci, et les personnes qui sont montées avec moi en voiture me l'ont déjà dit. Par exemple en ville, pour éviter d'écraser un chien qui avait surgi de nulle part jusque sur la route, j'étais arrivée à décélérer en douceur mais suffisamment vite pour éviter la catastrophe (j'habitais en campagne, et ça m'était aussi arrivé dans un virage avec une vache sur la route et son propriétaire qui lui courait après :shock: ).

Sinon, il est vrai que je m'entête à respecter le code à la lettre et à faire preuve de grande prudence. Là où j'habite actuellement, il y a beaucoup de panneaux stop mal placés où la visibilité est très limitée, de même pour les priorités à droite où je m'arrête fréquemment pour bien vérifier (il n'y a pas de miroirs). Ça énerve facilement les voitures derrière moi, je me suis déjà faite doublée par 3-4 voitures (d'affilée, alors qu'il y avait une priorité à droite juste devant !) pour ça, et je n'ai pas compris en quoi ça les agace de respecter le code et de faire en sorte de ne pas créer d'accidents. Souvent, l'argument que j'entends est « mais il n'y a jamais personne qui vient de là ». De manière générale, j'ai du mal à comprendre que les gens soient aussi pressés en voiture. Je me dis que s'il y a bien une situation où il faut éviter l'impulsivité et l'empressement, c'est la conduite. Et le fait que les gens soient pressés, ça m'ajoute du stress.

Je fais en sorte d'essayer d'anticiper au maximum, et je suis intransigeante sur les distances de sécurité, je stresse si je vois que les autres ne la respectent pas. Pour moi ça me rassure beaucoup car je sais que s'il se passait quelque chose, j'aurais le temps de réagir, et je fais toujours en sorte de m'adapter à la vitesse de la voiture juste devant moi (par exemple quand elle freine, je fais en sorte de ne pas me retrouver trop près d'elle).
Spoiler : 
Et j'applique ce raisonnement à la conduite de mon compagnon quand je suis passagère. Il conduit très bien (et à ce jour, aucun accident et il a fait bien plus de kilomètres que moi) et d'ordinaire je ne me sens pas du tout en danger avec lui, mais je sens le stress monter au fur et à mesure qu'il s'approche de la voiture qui est en face, encore davantage s'il s'agit d'un camion. Ça l'a déjà agacé que je lui demande plusieurs fois de respecter la distance de sécurité (je l'ai fait d'un ton calme) et il a cru, au départ, que je lui disais qu'il conduisait mal alors qu'il s'agit juste d'un comportement précis et que je ne remets pas en cause sa conduite. Heureusement je le lui avais expliqué et il m'avait comprise, et depuis j'ai l'impression qu'il a pris en compte ma remarque.
Aussi concernant l'anticipation, si je me rends quelque part (ça concerne la voiture mais également d'autres modes de transport, même à pied), je regarde toujours le trajet au préalable même si c'est à 3km. J'angoisse de me rendre dans un endroit que je ne connais pas, surtout si c'est un endroit où il y a beaucoup de circulation et tout comme Aeryn je suis capable de ne pas y aller si je sais que le stationnement sera difficile. Ça joue par exemple lorsque je me rends à des entretiens d'embauche, où la en plus du stress de la route j'ai le stress de l'entretien lui-même (le trajet est un critère plutôt important pour moi dans ma recherche).

Gérer le gabarit du véhicule est compliqué. Même sur un parking vide, je dois parfois m'y reprendre plusieurs fois pour ne pas être garée avec mes pneus sur (ou dépassant) la ligne de séparation des places. Les axes et les trajectoires c'est difficile à appréhender pour moi. Je jauge plutôt bien les vitesses de 50km/h et autour de 80 km/h sur ma voiture, j'ai retenu la sensation, en revanche j'ai du mal avec les autres voitures autour de moi, ce qui m'angoisse facilement par exemple pour m'insérer sur la voie rapide ou l'autoroute. Surtout lorsque je trouve que la voie d'insertion est trop juste, ou pire : que l'insertion débouche sur une sortie sans aucune séparation, ce que je trouve assez dangereux.

Les imprévus, les déviations, les travaux ajoutent à mon anxiété également.
Spoiler : 
Je rentrais d'un stage, il faisait nuit, et j'ai découvert des travaux sur la voie rapide, on ne pouvait circuler que sur la voie de gauche. Il n'y avait personne à cette heure-là et il y avait un virage, j'ai vu un panneau "déviation" qui indiquait la sortie, sans aucune précision d'itinéraire auparavant. J'ai cru ne pas pouvoir continuer plus loin, alors j'ai pris ladite sortie et je me suis retrouvée sur une route en pleine campagne. Quelque peu paniquée d'être sur une route que je ne connaissais absolument pas, malgré le GPS, j'ai voulu faire mon demi-tour dans un champs alors que j'ai bien failli y rester coincée parce que je n'avais pas pris conscience que c'était un peu boueux. J'ai pu, heureusement, faire demi-tour et constater qu'en réalité, il était bien possible de continuer le chemin après ce panneau déviation... Je me suis sentie assez stupide, et ce genre de chose m'arrive facilement (à mal comprendre des indications que j'estime peu précises).
Je me sens mal, à vrai dire, d'avoir de telles difficultés avec l'inconnu concernant la conduite, parce que je me repose souvent sur mon compagnon pour les trajets éloignés, même si je suis davantage sereine lorsqu'il y a peu de monde et qu'il s'agit de petites villes peu étendues, que je n'ai pas de rendez-vous, et surtout lorsque je connais bien le trajet. Quand j'habitais chez ma mère et que j'allais au travail, j'adorais conduire parce que je pratiquais cette route depuis 4-5 ans (même trajet que pour mes études), et qu'il s'agissait de la campagne donc très peu de circulation et très agréable à parcourir pour ses paysages, surtout l'été. J'étais épuisée après mes deux heures de trajets quotidiennes, mais les conditions étaient réunies pour que malgré tout je me sente bien en conduisant.
Démarches concernant l'hypothèse d'un TSA en cours (libéral).
14 et 17 Septembre 2020 : Évaluation.
J'attends le résultat des évaluations avant toute conclusion me concernant.

Avatar du membre
pikaia
Habitué
Messages : 86
Enregistré le : dimanche 13 janvier 2019 à 23:52

Re: TSA et permis de conduire...

#335 Message par pikaia » dimanche 2 août 2020 à 17:13

Comme beaucoup, quand je m'entraînais pour avoir mon permis mes principales difficultés étaient :
- la gestion multi-tâches, être attentive sur tout et longtemps,
- l'adaptation au contexte,
- l'évaluation des distances & du gabarit de la voiture,
- ma lenteur,
- mon manque de réactivité,
- le stress, et ma forte émotivité.
Et l'une de mes pires frayeurs au départ était de croiser quelqu'un (que ce soit en face ou derrière : je pensais systématiquement qu'on allait me rentrer dedans à la Mad Max :crazy: ), si bien que j'ai mis du temps avant de cesser le rasage de trottoirs...
Après, il y avait le cauchemar de la conduite en ville. J'étais submergée par la quantité d'informations à gérer et me faisais systématiquement klaxonner voire engueuler par les autres. En plus de ça la moindre manœuvre (démarrer en côte, se garer...) me prenait un temps monstre, donc dès qu'un autre véhicule déboulait derrière... panique à bord !!!

Je l'ai finalement eu du premier coup mais de justesse (j'étais pile au seuil des points nécessaires), et cela m'a nécessité au total ~6000km de conduite accompagnée + au moins 60h avec l'auto-école.

Aujourd'hui encore, je ne conduis qu'en pleine campagne avec mes parents et ne prends jamais l'autoroute (une horreur cette chose !). J'ai beau avoir le permis, prendre le volant m'est compliqué, j'ai très peu confiance en mon autonomie là-dessus et toujours cette peur de faire une énième gaffe.
Malheureusement n'ai pas vraiment de conseil à apporter (n'étant toujours pas très au point...). Au début je m'étais faite un «protocole» où je regardais alternativement dans le même ordre route>vitesse>rétroviseur jusqu'à adopter l'automatisme de gérer ces 3 trucs à la fois. Et avec le temps je me suis quand même bien améliorée mais il m'aura fallu beaucoup de patience et de pratique...

Ce qui m'aurait aidée en revanche, c'est d'apporter des précisions dans les instructions vagues qu'on me donnait (typiquement dire «ralentis ! Mais RALENTIS !!!» tout court sans me dire à quelle vitesse précise je devais me situer ne m'apportait rien du tout :innocent: passer de 50 à 40km c'était déjà ralentir, factuellement... :mrgreen: :innocent: )
Éviter de me gueuler dessus quand je ne comprenais pas, aussi... la dernière monitrice que j'ai eue était très patiente et pédagogue, par contre la première s'énervait très facilement et me stressait bien plus qu'elle ne me faisait progresser.
TSA (diagnostiquée au CRA de ma région)

Avatar du membre
Nanar02
Forcené
Messages : 1396
Enregistré le : samedi 1 octobre 2016 à 17:37

Re: TSA et permis de conduire...

#336 Message par Nanar02 » dimanche 2 août 2020 à 17:32

Le sujet m'interpelle car fiston va avoir 15 ans
Pensez vous qu'il faille penser au permis de conduire ?
Cela n'est pas trop compliqué en plus de la seconde ?
Diagnostiqué Asperger 01/04/2019

Arcane
Adepte
Messages : 216
Enregistré le : jeudi 13 juin 2019 à 19:33

Re: TSA et permis de conduire...

#337 Message par Arcane » dimanche 2 août 2020 à 17:39

Ogam a écrit :
dimanche 2 août 2020 à 15:15
Moi, de mon côté, j'ai eu mon permis en 2006 (soit à 20 ans).
A l'époque, c'était très difficile de comprendre la conduite (ça n'avait pas de sens pour moi). Par exemple, on me laisse la pédale d'embrayage et au moment de passer la vitesse, on me dit "débraye" donc je relâche la pédale d'embrayage (car pour moi, le préfixe "dé" signifiait enlever) et la monitrice me disait "débraye, bon sang, débraye" pour en arriver à "et m..de, on a calé". Après m'avoir expliqué la différence, ça allait beaucoup mieux. Je trouve que là-dessus, la langue française n'est pas logique.

J'ai dû faire une soixantaine d'heures car j'avais commencé en 2005 (année de mon bac) et j'ai dû finir en 2006 (année où j'ai passé le concours de médecine de 1ère année) et j'oscillais entre deux monitrices (la gérante de l'auto-école et l'employée qui était aussi la maîtresse du mari de la gérante). D'ailleurs, je sentais qu'il y avait de la friture sur les ondes entre ces deux-là. Moi, de mon côté, j'aimais beaucoup la gérante qui s'appelait Josianne. D'ailleurs, quand j'arrivais à la gare de Brest pour prendre le train, je m'achetais toujours un paquet de Werthers (car j'aimais beaucoup cela) et j'en profitais pour lui en offrir avant de commencer la conduite (elle disait qu'elle n'aimait pas cela car en surpoids mais il ne fallait pas attendre 30 s pour qu'elle prenne sa part) et me disait d'ailleurs que j'étais le seul élève à faire cela.

Comme beaucoup, ce qui me gêne, ce sont les gens qui conduisent comme des idiots pour rester poli. Cela se voit sur les 4 voies et surtout sur les rond-points. Queux de poissons, absence de clignotants, se rabattre brutalement sur la file de droite ... . Tout cela m'exaspère au plus haut point, d'où quelques phrases du style : "Ah tiens, celui-là a eu son permis dans une pochette surprise", "quel con celui-là, le clignotant sur le rond-point est en option" ou enfin, "femme au volant ...". Pour cette dernière, je ne pense pas être macho, mais en regardant certaines conductrices conduire, je repense à la chanson "Miss Maggie" de Renaud et j'ai des fois une impression étrange où les conductrices cherchent à gagner le concours de celui (ou celle) qui conduira le plus dangereusement.

Enfin, le jour de l'épreuve du permis, je conduisais une heure pour chercher une candidate qui devait passer l'épreuve comme moi. Sur le chemin pour aller vers le lieu de rendez-vous de l'épreuve, dans un virage, je me retrouve nez-à-nez avec un poids lourd de 13T. Me disant que je ne fais pas le poids avec le mastodonte, je freine brusquement et serre le plus à droite possible au point d'être quasiment dans le fossé (il valait mieux, d'ailleurs, être dans le fossé plutôt que d'être encastré dans l'avant du camion). Au final, j'ai eu le permis alors que la candidate non (elle a grillé une priorité à droite). D'ailleurs, pour l'anecdote, j'ai réussi à énerver l'inspecteur car il voulait que je sorte par deux fois à une sortie (à l'aller et au retour sur une quatre-voies) et je ne pouvais (devais) pas sortir de la quatre-voies car je doublais un camion (il me l'annonçait toujours trop tard). J'ai eu donc mon permis en faisant un petit créneau.

Je suis beaucoup plus serein maintenant en conduite mais ce qui me stresse vraiment, c'est le comportement soudain, parfois brutal et incompréhensible et qui sont une source de stress (notamment sur les ronds-points). Enfin, je serais incapable de conduire en région parisienne (je serai épuisé pour la journée en n'y conduisant qu'une demi-heure) car j'ai un côté psycho-rigide sur le code de la route. Enfin, je suis décontenancé par l'absence de panneaux 40 et 60 km/h car par exemple, certaines routes en ville présente une vue dégagé en ligne droite permettant de rouler à plus de 50 km/h mais à une vitesse inférieure à 70 km/h (comme on peut en trouver en Allemagne si je me rappelle bien).

Dernière petite chose, un stress sur la route concerne les carrefours avec des feux rouges (quand passer ou quand s'arrêter quand le feu risque de passer au rouge). Pourquoi ne pas mettre des feux avec minuteur (pour les feux rouge et vert) comme on peut en trouver sur les chantiers. Cela pourrait permettre d'avoir moins d'accidents.

Ah oui les minuteurs aux feux ce seraient top.
Par contre pour les panneaux, tu imagines si ça changeait tout le temps ? Ce serait compliqué de s'y retrouver entre le 40 ou le 60...
Donc en agglo 50...
Sauf sur certaines portions.

Pour l'histoire du débrayage, ce n'est pas une question de français mais de mécanique
Quand tu appuies sur la pédale, tu fais en sortes que les pignons de la boite de vitesse soient séparés (enfin je ne saurais pas le réexpliquer là mais grosso modo c'est un truc du genre) ... D'où le suffixe "dé" quand tu appuies sur la pédale d'embrayage. C'est donc très logique
TSA
HPI

Cardamome
Forcené
Messages : 1004
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: TSA et permis de conduire...

#338 Message par Cardamome » dimanche 2 août 2020 à 18:35

Nanar02 a écrit :
dimanche 2 août 2020 à 17:32
Le sujet m'interpelle car fiston va avoir 15 ans
Pensez vous qu'il faille penser au permis de conduire ?
Cela n'est pas trop compliqué en plus de la seconde ?
Difficile de répondre sans connaître ton fils. Est il déjà "juste" en classe au collège? Pour la question mener de front la seconde et la conduite ... D'un autre côté, c'est peut être pire d'attendre d'être en terminale, surtout que les auto écoles ne s'en font pas pour les leçons, les élèves sont presque obligés de manquer des cours du lycée s'ils veulent des leçons de conduite rapprochées !
Ton fils est il partant pour apprendre à conduire ? C'est très important aussi.

Ici, je me dis que peut être peut on tenter si ça fonctionne... C'est toujours 3 ans d expérience de conduite avant le permis.
(Sauf que je ne me sens pas du tout capable d'être sa tutrice donc ça risque d'être vite réglé cette histoire !).
C'est aussi un moyen en ayant du temps devant soi, de tenter, quitte à repousser à plus tard. Plutôt qu'au "dernier moment", pressé par un besoin, une nécessité impérieuse d'avoir le permis. Je le vois comme ça.
J'imagine aussi que s'il attend trop, il ne se décidera pas à prendre des leçons...
Mais peut être que ça ne le fera pas du tout car fiston va peut être être en difficulté une fois au volant
Spoiler : 
(à m observer ça lui paraît simple !! Je ne veux pas lui transmettre ma peur, mon stress mais perso gérer les vitesses, les rétros et surtout les autres sur la route+ les panneaux pas toujours placés de façon visible etc etc je trouve ça 20 ans plus tard encore pesant. Quand je lis vos témoignages, j'ai l'impression d'être moins seule.
Mon fils est vite perdu dans son quotidien quand il faut faire plusieurs choses à la fois, il ne sait pas prioriser ses actions, je crois que ça va poser souci pour apprendre à conduire mais peut être me surprendra t'il positivement ?
Il ne faut même pas lui parler quand il met des chaussures par exemple, ça le perturbe pendant qu'il fait son geste :lol: je suppose qu'il va tomber de haut une fois au volant mais peut être me trompe je ??? )
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Mylie
Adepte
Messages : 285
Enregistré le : lundi 20 avril 2020 à 13:12

Re: TSA et permis de conduire...

#339 Message par Mylie » dimanche 2 août 2020 à 20:46

Peut être attendre déjà la fin du premier trimestre pour voir comment les choses se passent et s'il se sent capable de gérer la scolarité et la conduite (s'il est toujours demandeur à ce moment là) ?
En questionnement - début de parcours au CRA
(J'ai une maladie pulmonaire depuis toujours)

EnHans
Forcené
Messages : 1820
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 à 9:43

Re: TSA et permis de conduire...

#340 Message par EnHans » dimanche 2 août 2020 à 21:37

La conduite accompagnée est une formule qui comporte de nombreux avantages et qui prépare au mieux les candidats dès l'âge de 15 ans. Les résultats sont probants : le pourcentage de réussite est de 75 % au premier passage contre 59 % pour la filière traditionnelle.
Nous on le fera avec nos enfants, je suis certain que ça m'aurait beaucoup aidé de le faire mais je n'ai pas eu cette chance : Mes parents étaient bien trop pris par le travail malheureusement... C'est comme ça...
début d'une démarche diag pour moi
un enfant diag en 2012

Arcane
Adepte
Messages : 216
Enregistré le : jeudi 13 juin 2019 à 19:33

Re: TSA et permis de conduire...

#341 Message par Arcane » lundi 3 août 2020 à 14:53

Oui, la conduite accompagnée c'est vraiment top !!
Et aussi, quand les enfants partent seuls sur la route, ils ont davantage d'expérience

Mais je comprends que ça ne soit pas simple pour les accompagnemateurs... Car en +, souvent, ils doivent remettre en question leur propre façon de conduire haha
TSA
HPI

Dehlynah
Passionné
Messages : 446
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: TSA et permis de conduire...

#342 Message par Dehlynah » mardi 4 août 2020 à 12:28

Ben je dirais, que tout dépend s'il est super motivé ou pas, s'il a un diag c'est bien car ses difficultés pourront peut être être plus claires, clarifiées et du coup ce sera possible de trouver des solutions ou des alternatives - mes parents m'avaient proposé la conduite accompagnée, mais ça ne m'intéressait pas du tout!! J'étais dans mes bouquins et le cinéma à l'époque, y a que ça qui m'intéressait. j'ai regretté par la suite vu mes difficultés, mais bon au final je pense que ça ce serait très mal passé avec ma mère ou mon père, peu patients et vite dans le jugement sur ma personne (j'imagine la pluie d'insultes à laquelle j'aurais eu droit, me dégoûtant sans doute à vie de la conduite).
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Répondre