TSA et permis de conduire...

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
hedredo
Régulier
Messages : 37
Enregistré le : jeudi 10 juin 2021 à 11:25

Re: TSA et permis de conduire...

#361 Message par hedredo » lundi 26 juillet 2021 à 19:24

Je pense aussi que l'anxiété et le stress font ressortir davantage les troubles. Dites vous que vous avez bien réussi à vous adapter tout au long de votre vie et avez pris à dompter en partie ces troubles. Pour le permis c'est pareil, il faut réduire l'anxiété et le stress (beaucoup plus présent chez les femmes j'ai l'impression :lol: ) et cela aussi réduira vos troubles. Cela donc demande donc de l'entraînement, beaucoup pour se sentir à l'aise et vous y arriverez.

Et puis honnêtement pour ceux qui passent le permis en direct -sans conduite accompagnée-, même avec le permis en poche, çà prends encore un temps d'adaptation pour être à l'aise et même plusieurs années pour être parfaitement à l'aise. Donc ne vous mettez pas trop de pression, çà va venir.

Il y a tellement de choses séparées à maîtriser au début (levier de vitesse, compteurs tableau de bord, tous les rétros, les angles morts, les consignes du moniteur, la météo, la pression des autres conducteurs qui voient une auto-école, les aveuglements, etc..). Tout çà vient avec l'entrainement et transformerez certains efforts qui paraissent presque insurmontable aujourd'hui en simple habitude après.
Non diagnostiqué

Avatar du membre
Fluxus
Forcené
Messages : 655
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: TSA et permis de conduire...

#362 Message par Fluxus » mardi 27 juillet 2021 à 15:18

Me concernant, non. Je ne pense pas avoir été capable de spécialement m'adapter tout au long de ma vie, ni avoir appris à dompter mes troubles. Certes, j'ai pu compenser mais je suis encore très loin des attendus minimum pour ce qui concerne les gens de mon âge sur énormément de plans. Je pense notamment à mes dyspraxies. Et quand tu vois que le point de saturation, le moment où tu ne peux plus compenser est encore très loin du minimum "requis" pour s'en sortir à peu près bien, ça devient beaucoup plus compliqué.

Chacun appréhende ses troubles comme il peut. Me concernant, ça reste compliqué au quotidien. Pourtant, je ne suis pas du genre à croire qu'on ne peut plus apprendre un jour ou l'autre, loin de moi cette idée, ma vie n'est qu'apprentissages. Je suis également pro-persévérance, théorie du "Ne jamais baisser les bras", donc pour dire... Je pense simplement que parfois, même quand tu persévères et que ça ne s'automatise pas, voir que ça régresse, c'est très compliqué et ça va justement beaucoup plus loin que juste "un besoin de beaucoup s'entraîner pour être à l'aise".

Et quand il y a des composantes purement physiques (je pense notamment à tout ce qui est lié à la "structure" en elle-même du corps) qui rendent la chose encore plus compliquée, c'est vraiment pas simple.

Je ne dis pas que c'est insurmontable, je dis simplement que ce n'est pas seulement une question de déstresser au-delà de la motivation, la volonté, la persévérance et l'entraînement (profil plus que sportif pour ma part, je connais bien ces notions là).
Spoiler : 
Et oui, on peut être très sporti.f.ve en étant dyspraxique .
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. (2021)

Dyspraxique : Trouble développemental de la coordination + trouble neurovisuel (2020)

HPI (2018)

~ Les contemplations de Fluxus ~

margotton91
Fidèle
Messages : 198
Enregistré le : mercredi 17 juillet 2019 à 16:14
Localisation : Essonne (91)

Re: TSA et permis de conduire...

#363 Message par margotton91 » mardi 27 juillet 2021 à 16:35

J'ignore quel est votre âge... Néanmoins, attention. Hormis le fait que vous n'êtes pas certain d'être concerné par le TSA (vu que pas diagnostiqué), vu ce que vous écrivez, vous semblez être encore très jeune, quoi qu'il en soit, beaucoup plus que moi... Et vous faites totalement l'impasse sur un élément très important à prendre en considération pour les personnes de notre considération : la fatigabilité...

En effet, "l'entrainement" et les "efforts" quotidiens fournis automatiquement pour tenter de s'adapter au monde nous épuisent... Plus les années passent, plus le phénomène s'intensifie.

Il y en a même sur ce forum qui, déjà très jeunes, sont très fatigables... Ce n'est pas un reproche, mais un constat. Et à force de tirer sur la corde, le burn-out autistique pointe son nez. Il est très difficile et très long de s'en remettre, sans compte l'impact que cela a sur l'estime de soi et la confiance en soi, pas bien développées chez nous...

Donc la notion d'"entrainement" est inadaptée car notre mode de fonctionnement au niveau cérébral est différent.

Pour ma part, j'ai eu mon permis de conduire à l'âge de 21 ans. Ce fut pour la conduite, long, difficile et laborieux. C'était très longtemps avant que j'ai connaissance de ma condition de TSA. J'ai eu ma propre voiture quelques années plus tard. Au bout de plus de 20 ans de conduite, je pensais y arriver, comme vous l'écrivez. Hélas, alors que j'étais confrontée à une situation professionnelle très éprouvante, je ne savais toujours pas que j'étais TSA, stressante et très anxiogène, en quelques mois, j'ai gravement "plié" ma voiture 3 fois... Ce n'était que des dégâts matériels, dûs à une mauvaise évaluation de l'espace (point faible chez moi, accentué lorsque je suis extrêmement fatiguée). La fois où les dommages matériels ont été les plus conséquents, cela m'a coûté plus de 2 000 € pour remettre ma voiture en état...

Tout cela pour vous dire que rien n'est jamais acquis. Cela peut s'améliorer, une personne comme nous peut arriver à conduire mais il suffit de peu de choses pour que la situation dégénère.

Par contre, je suis partie seule en voiture pour mes vacances. J'ai conduit environ 180 km à l'aller et au retour, en prenant en partie l'autoroute. Je n'ai pas de GPS. J'ai appris à lire une carte routière. Pour revenir, j'ai fait l'essentiel du trajet avec la pluie, parfois très forte. Par contre, j'étais contente d'arriver, sans encombre, à l'aller comme au retour, car un peu fatiguée tout de même.
J'ai eu mon permis en octobre 1988 et ma première voiture au printemps 1991. Je conduis sur une boîte automatique depuis 2012.

hedredo a écrit :
lundi 26 juillet 2021 à 19:24
Tout çà vient avec l'entrainement et transformerez certains efforts qui paraissent presque insurmontable aujourd'hui en simple habitude après.
Pré-diagnostic TSA asperger, de niveau faible à modéré, par psychologue clinicien en 03/2019
Confirmation par psychiatre en 04/2019, à 51 ans
Juin 2020 : tests du bilan diagnostic réalisés dans le privé - QI hétérogène

hedredo
Régulier
Messages : 37
Enregistré le : jeudi 10 juin 2021 à 11:25

Re: TSA et permis de conduire...

#364 Message par hedredo » mardi 27 juillet 2021 à 22:48

Honnêtement, j'étais juste intervenu pour essayer d'encourager Fluxus. Je ne sais pas à quel point la dyspraxie peut l'affecter, il est vrai car j'ai compris que c'était un problème pour elle mais pas à quel intensité et c'est effectivement très difficile pour moi de me l'imaginer de par ce forum . Je reconnais avoir été maladroit dans mes propos.
Enfin bon, de toute façon vu le contenu de la réponse qui a suivi par la suite, je n'interviendrai plus sur ce post. Bon courage à toi pour ton permis en tout cas Fluxus.
Non diagnostiqué

Avatar du membre
Fluxus
Forcené
Messages : 655
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: TSA et permis de conduire...

#365 Message par Fluxus » mardi 27 juillet 2021 à 23:10

Aucun souci, ça peut arriver d'avoir des propos un peu maladroits parfois et je te remercie pour tes encouragements.

Après, c'est vraiment comme pour tout le reste au niveau des TSA, une personne = un autisme, on est tous différents et c'est un truc qui revient souvent, surtout avec les neurotypiques, dans le quotidien, que chacun ait du mal à se faire une idée de la différence que c'est et c'est parfois assez compliqué de devoir décrire l'intensité avec laquelle on ressent, on perçoit quelque chose ou l'intensité avec laquelle on est affecté par telle ou telle chose...

Et l'horreur quand y a des difficultés en plus avec les comorbidités et les troubles associés.

Je me rappelle avoir subi beaucoup de critiques et de remarques lorsque j'étais en plein dans mes heures de conduite parce que tout le monde pensait que je galérais de manière "basique" en mode "C'est normal, tout le monde galère un peu au début" alors qu'ils n'avaient 0 conscience de mes troubles, des impacts que ça avait sur une tâche, tout cela, juste parce que je cite "Ah parce qu'à te voir comme ça, t'as pas l'air d'avoir de handicap !"... En gros, si ça se voit pas sur ta tête à première vue, c'est que c'est inexistant pour les autres.

J'imagine bien que tes propos étaient assez éloignés de ça, ne t'inquiète pas. Je donne juste des exemples de l'impact, parfois que ça peut avoir.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. (2021)

Dyspraxique : Trouble développemental de la coordination + trouble neurovisuel (2020)

HPI (2018)

~ Les contemplations de Fluxus ~

Dehlynah
Forcené
Messages : 725
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: TSA et permis de conduire...

#366 Message par Dehlynah » mercredi 28 juillet 2021 à 14:38

Je suis tout à fait d'accord, Hedredo ne le prend pas mal, mais c'est compliqué de lire ça
Dites vous que vous avez bien réussi à vous adapter tout au long de votre vie et avez pris à dompter en partie ces troubles. Pour le permis c'est pareil, il faut réduire l'anxiété et le stress (beaucoup plus présent chez les femmes j'ai l'impression :lol: ) et cela aussi réduira vos troubles. Cela donc demande donc de l'entraînement, beaucoup pour se sentir à l'aise et vous y arriverez.
ça partait d'une bonne intention - encourager - mais le problème c'est qu'il y a un gros décalage entre ce que vous dites et la réalité (et ça peut être pas mal sur ce forum consacrée aux TSA de mettre les choses au clair) - soit des efforts énormes , soit justement une non- réussite à s'adapter tout au long de notre vie
et que le sentiment d'échec, de difficulté on se le prend comme un mur

j'ai expliqué déjà toute l'énergie que j'ai (re)mise dans mon permis (à 20 ans d'intervalle!) - avec la vraie volonté de l'obtenir et d'être mobile, indépendante - pour au final ne pas pouvoir conduire
le stress et l'anxiété sont deux choses différentes...
même avec le permis en poche, çà prends encore un temps d'adaptation pour être à l'aise et même plusieurs années pour être parfaitement à l'aise. Donc ne vous mettez pas trop de pression, çà va venir.

Il y a tellement de choses séparées à maîtriser au début (levier de vitesse, compteurs tableau de bord, tous les rétros, les angles morts, les consignes du moniteur, la météo, la pression des autres conducteurs qui voient une auto-école, les aveuglements, etc..). Tout çà vient avec l'entrainement et transformerez certains efforts qui paraissent presque insurmontable aujourd'hui en simple habitude après.
ça c'est un point de vue de NT, désolée...Mais il me semble nécessaire de le notifier pour pas qu'il y ait de malentendus.
ça nie complètement la notion "d'envahissement sensoriel" et certains degrés de dysfonctionnement exécutif etc.
La fatigabilité comme le note Margotton est un point essentiel - je vois la différence entre un NT qui se dit " fatigué" (mais que ça n'empêche pas de vivre et faire des choses) alors que moi je peux juste rester chez moi allongée et que j'ai mal partout - conduire une voiture dans un tel état n'est même pas pensable.
Au moins j'en suis consciente, vu le nombre de gens qui s'endorment au volant
et quant aux femmes qui seraient plus stressées au volant, bof...
Je ne dis pas que c'est impossible pour un.e autiste de ne pas conduire, il y en a qui y arrivent certainement très bien, je pense qu'avec une formation adaptée, dans un environnement bienveillant pédagogique, avec une automatique, dans un environnement assez calme (je m'étais dit que je réessaierai de passer mon permis dans une ville plus petite par ex.) avec une vraie prise de conscience de ses difficultés, et une boite à outils de solutions, une état physique et psychique assez stable, c'est sûrement possible.
Mon énumération des conditions optimales de conduite était un peu ironique (c'est un peu comme attendre que les planètes soient alignées).
TSA (diagnostic en 2019 par psychiatre spécialisé) - troubles anxio-dépressifs

Ivanovna
Fidèle
Messages : 103
Enregistré le : vendredi 16 février 2018 à 12:48

Re: TSA et permis de conduire...

#367 Message par Ivanovna » mercredi 28 juillet 2021 à 15:57

+1 :
ça nie complètement la notion "d'envahissement sensoriel" et certains degrés de dysfonctionnement exécutif etc.
La fatigabilité comme le note Margotton est un point essentiel - je vois la différence entre un NT qui se dit " fatigué" (mais que ça n'empêche pas de vivre et faire des choses) alors que moi je peux juste rester chez moi allongée et que j'ai mal partout - conduire une voiture dans un tel état n'est même pas pensable.
J'ai eu le permis sur un malentendu en 1998. Jusqu'à ce jour, je n'ai heureusement pas eu d'accident mais là aussi, ce n'est pas par mon mérite, des fois le hasard fait bien les choses quand même. J'ai un peu bugné, rien de méchant.
Mais c'est surtout que quand je suis fatiguée je ne m'approche surtout pas de la voiture, le temps qu'il faut pour récupérer, tant pis hein.
Quand je suis en forme, comme pour le reste, je peux faire illusion, même faire des créneaux, à gauche, à droite, des manoeuvres tout ça. Mais ça ne se maintient pas dans la durée. La fatigabilité me revient toujours dans les gencives.
Non, le temps ne fait rien à l'affaire, là non plus.
Diagnostiquée TSA sur le tard
RQTH

Longue vie et prospérité !

Bulle
Fidèle
Messages : 113
Enregistré le : dimanche 20 octobre 2013 à 14:59

Re: TSA et permis de conduire...

#368 Message par Bulle » jeudi 29 juillet 2021 à 19:14

Bonjour,
J'ai quelques questions pratiques :). Mon fils de bientôt 16 ans vient d'obtenir son code de la route et devrait commencer les cours de conduite fin août dans le cadre de la conduite accompagnée. Il se sent prêt pour conduire, a souhaité faire la conduite accompagnée. De mon côté, je suis nettement moins emballée :( , mais je l'ai toujours soutenu dans son désir d'autonomie.

Je pense qu’apprendre à conduire lui prendra du temps et demandera beaucoup de patience de la part de tout le monde ( à l'auto école et nous ses parents qui prendront certainement beaucoup de cheveux blancs quand il sera au volant de la voiture familiale :shock: ).

Ma question est la suivante : doit-il légalement dire son diagnostique à l'auto école et le jour de l'examen du permis de conduire ? Y a-t-il des contraintes pour l'obtention du permis ( ou de la conduite accompagnée) suite à un diagnostique de TSA ? Car pour l'instant, on n'a rien dit à l'auto école :roll: ...

Mon fils ne veut pas que son diagnostique soit divulgué et il me l'a dit à plusieurs reprises...Son père le soutient dans son choix, dit qu'il faut lui faire confiance...( Il nous a fait virer tous les dispositifs d'accompagnement l'année dernière : plus d'avs, plus de suivi particulier et son année de seconde s'est bien passée finalement...pour vous dire à quel point il veut "faire" et "être" comme tout le monde depuis pas mal de temps maintenant...)

Moi, je suis angoissée : à l'auto école, il risque d'avoir besoin de beaucoup d'heures et je ne veux pas qu'il démotive mon fils non plus à coup de remarques pas sympas...Je me vois mal aller à l'auto école et dire au bout de quelques séances compliquées " ah oui au fait, il a un syndrome d'Asperger :oops: " pour rattraper l'affaire, surtout si légalement il fallait le dire...Ce serait tellement plus simple de le dire tout de suite...

Je voulais aller les voir en cachette de mon fils pour tout expliquer ( :oops: ) mais son père pense que si ça l'empêche par la suite d'avoir son permis comme tout le monde ou qu'il doive de nouveau passer par un médecin, mon fils m'en voudra beaucoup...D'où ma question.

Pfff, c'est compliqué un ado : je préférais quand je prenais toutes les décisions toute seule :innocent:
Maman de 3 enfants, l'aîné a un syndrome d'asperger.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 29951
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: TSA et permis de conduire...

#369 Message par freeshost » jeudi 29 juillet 2021 à 19:37

Bulle a écrit :
jeudi 29 juillet 2021 à 19:14
Pfff, c'est compliqué un ado : je préférais quand je prenais toutes les décisions toute seule :innocent:
Rectification :

C'est déjà difficile de prendre des décisions toute seule. C'est encore plus difficile de prendre des décisions à deux ou plus. :mrgreen:

Par quoi n'es-tu pas emballée ? Par le fait qu'il comment à pratiquer ? Ou par le fait qu'il commence à pratiquer sans parler de son autisme à l'auto-école ?

Il me semble qu'il n'y a aucune obligation de parler de son autisme à l'auto-école. À vous de voir si c'est nécessaire, si ça peut être utile ou non.

Il y a plusieurs personnes autistes qui ont passé leur permis sans parler de leur autisme à l'auto-école car, au moment de faire la conduite avec l'auto-école, elles ne savaient pas encore qu'elles étaient autistes. :lol: Pour ma part, j'avais bien insisté pour faire sur une voiture manuelle alors que nous avions remarqué que j'avais des difficulté parfois avec la coordination des mouvements. J'étais têtu et déterminé comme ton fils. :lol: :lol: :lol:

Pas toujours facile financièrement, mais, comme j'aime à dire, ça prendra le temps qu'il faut. :)

Je pense qu'il vaut mieux ne pas faire des trucs en douce. Ton fils n'apprécierait sûrement pas. :o

Vous pouvez éventuellement vous mettre d'accord les trois pour dire à l'auto-école que ça pourrait prendre plus de temps d'entraînement que la moyenne mais qu'il est déterminé. [Et puis s'il fait plus d'heures de conduite, ça nourrira leurs comptes. :lol: ]

D'ailleurs, ça s'existes-tu, des personnes qui aiment qu'on prenne des décisions les concernant dans leur dos, des personnes qui aiment être espionnées ? :mrgreen:

Et puis il y a le simulateur, au début, non ? Puis ensuite, dans la voiture d'auto-école, le maître peut contrôler la voiture si nécessaire (pour éviter les accidents).

La patience est mère de toutes les vertus. Et pourtant, beaucoup de personnes semblent en manquer. :o
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Avatar du membre
Fluxus
Forcené
Messages : 655
Enregistré le : vendredi 22 janvier 2021 à 14:02

Re: TSA et permis de conduire...

#370 Message par Fluxus » jeudi 29 juillet 2021 à 21:46

Je pense que ça peut être bien de lui laisser commencer la conduite accompagnée, il a l'air motivé et c'est déjà super ! Il a l'air de le sentir bien, je pense qu'il faut lui faire confiance et le laisser tenter. :mryellow:

Concernant les difficultés, ça dépend de chacun mais si ça lui paraît surmontable et qu'il montre son désir de devenir un peu plus autonome et de se détacher des aides et aménagements, autant l'encourager et le laisser aller dans sa démarche et voir ce qu'il en est.

Juste qu'il ne se décourage pas si ça ne fonctionne pas tout de suite ou du premier coup. En tout cas, la conduite accompagnée, c'est déjà mieux que de prendre uniquement que des heures directement en auto-école (je trouve), ça permet de pratiquer beaucoup plus régulièrement et d'être encouragé.

Donc moi je pense qu'il faut tenter. :mrgreen:

Spoiler : 
Me concernant, quand j'ai commencé la conduite, j'y allais en traînant des pieds parce que la seule motivation que j'avais à avoir mon permis, c'est l'enjeu vital pour les déplacements et l'autonomie car je vis dans le rural. Je savais qu'avec mes difficultés de coordination et de repères dans l'espace, ça allait être déjà très long, qu'il me faudrait plus de temps que les autres. Ma hantise c'était de devoir passer sur automatique, je voulais absolument réussir à l'avoir sur une manuelle. Enfin j'ai mis 1 temps avant de devoir m'y faire mais maintenant, je privilégie l'urgence à gagner en autonomie avec les déplacements. Le reste, ça viendra après.
TSA sans déficience intellectuelle et sans altération du langage avec trouble anxio-dépressif associé - C.R.A. (2021)

Dyspraxique : Trouble développemental de la coordination + trouble neurovisuel (2020)

HPI (2018)

~ Les contemplations de Fluxus ~

Bulle
Fidèle
Messages : 113
Enregistré le : dimanche 20 octobre 2013 à 14:59

Re: TSA et permis de conduire...

#371 Message par Bulle » vendredi 30 juillet 2021 à 1:04

Merci pour vos réponses.

Il a déjà le code de la route, donc de toute façon la conduite suivra, la démarche est bien engagée.

J'ai peur de tout : la conduite en elle même quand il ne sera plus à l'auto-école ( mais bon, on fera les choses progressivement et j'imagine que beaucoup de parents passent par là...) et effectivement j'aurais préféré que l'auto-école soit au courant de son diagnostique.
Mais j'ai bien conscience qu'il n'est plus "petit" et que je dois tenir compte de son avis : donc ne rien dire.

Je ne suis pas d'accord avec son choix, ce n'est pas la première fois que cela arrive : il est parti en Allemagne dans une famille en classe de troisième et j'ai suivi son choix : je n'avais rien dit à la famille d'accueil...et il est rentré ravi. Je dois apprendre à lui faire confiance mais ce n'est pas facile ( petit, à vélo, sur les pistes cyclables, je ne devais pas le lâcher des yeux et je criais " à droite !!!!" à longueur de temps car il préférait admirer le paysage et zigzagait sur la route ;). Mine de rien, je n'ai pas oublié..; Alors au volant d'une voiture...Mais effectivement, il est têtu et sait ce qu'il veut :wink:

Il n' y a donc aucune obligation légale de signaler son TSA pour le permis ? J'avais un doute.

Oui, personne n'aime que l'on divulgue " des secrets " dans son dos, mais il est mineur et encore sous ma responsabilité : il reste un ado plus intéressé par ses jeux vidéos et ses grasses matinées. Il est aussi très influencé par les "potes" et veut faire comme eux : je ne sais pas si c'est un réel intérêt pour la conduite qui le motive ou "faire comme tout le monde".

Mais bon, je vais laisser les premières séances de conduite passer et je verrai bien... J'improviserai si ça se passe mal...
Maman de 3 enfants, l'aîné a un syndrome d'asperger.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 29951
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: TSA et permis de conduire...

#372 Message par freeshost » vendredi 30 juillet 2021 à 14:02

Ah ! Oui ! Tu pourras lui rappeler que, pour conduire une voiture comme pour bien d'autres activités, il est important d'être concentré sur la tâche, de ne pas se laisser distraire (ça peut s'apprendre, ça peut être plus difficile pour une personne avec troubles de l'attention).
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

Diagnostiqué autiste en l'été 2014 :)

Avatar du membre
Auberose
Nouveau
Messages : 4
Enregistré le : mardi 18 février 2020 à 11:06

Re: TSA et permis de conduire...

#373 Message par Auberose » samedi 25 septembre 2021 à 9:11

Hello, je débarque sur la discussion car j'ai lu quelques messages et ça m'a bien rassurée, je vois que je ne suis pas la seule à avoir du mal avec la conduite. J'ai loupé mon permis pour la deuxième fois après de nombreuses heures de conduite à l'auto école et en conduite accompagnée. Maintenant que j'arrive seulement à mieux me répérer dans mon environnement et à hiérarchiser toutes les informations présentes sur la route, j'ai toujours un problème avec l'évaluation des distances.

margotton91 tu parles d'un problème de repérage dans l'espace, comment ça se manifeste ? Est ce que d'autres personnes ont rencontré ou rencontrent encore ce problème et si oui quelles sont vos astuces ?

J'ai du mal par exemple à me rendre compte si la voiture est au centre de la route ou pas, j'ai tendance à rouler trop à gauche. Pareil pour les stationnements, je ne me rends pas compte si je suis trop près d'un trottoir ou d'une voiture, même en regardant dans les rétro...
:kiss:

Non diagnostiquée, bilan neuropsy bientôt

Mylie
Passionné
Messages : 491
Enregistré le : lundi 20 avril 2020 à 13:12

Re: TSA et permis de conduire...

#374 Message par Mylie » samedi 25 septembre 2021 à 10:14

J'ai mon permis depuis plusieurs années maintenant, et j'ai eu beaucoup de mal à l'avoir (à la moindre petite erreur, même légère, je me mettais direct en anxiété ++ au point de ne plus pouvoir conduire..).

J'ai toujours eu du mal à bien positionner ma voiture au centre de la route, je suis souvent trop à gauche ou trop à droite. Les techniques que l'on m'a donné: vérifier dans mes rétro latéraux où mes roues se situent vis à vis de la ligne, essayer que la ligne blanche se situe dans le coin inférieur gauche du pare brise quand je regarde devant, fixer le regard sur le véhicule situé devant moi, logiquement le volant suivra.

Ca.. c'est la théorie, parce qu'en pratique, plus je me concentre sur ce problème, plus il va être présent, et si je me concentre trop longtemps sur ce qui se passe dans mes rétro, je risque de ne pas voir correctement ce qui se passe devant. Ce qui fonctionne le mieux pour moi c'est d'avoir un véhicule devant moi (pas trop large histoire de voir au delà) et de me caler dessus. Par contre, je déteste les routes de campagnes, sans marquage au sol, car je suis incapable de me situer correctement (croiser un véhicule devenant alors une grosse source de stress), comme je suis en ville, ça ne m'arrive heureusement quasiment jamais.
09/21: diagnostiquée TSA - anciennement Asperger, par le CRA de Nancy
(J'ai une maladie pulmonaire depuis toujours)

margotton91
Fidèle
Messages : 198
Enregistré le : mercredi 17 juillet 2019 à 16:14
Localisation : Essonne (91)

Re: TSA et permis de conduire...

#375 Message par margotton91 » samedi 25 septembre 2021 à 16:28

Bonjour Auberose,

Lorsque je parle d'un problème de repérage dans l'espace, il s'agit, ni plus ni moins, que ce à quoi vous être confrontée et que vous relatez si précisément...

Comme j'ai dû l'écrire dans mon précédent post sur le sujet, qui date de plusieurs mois et que je n'ai pas relu, avec le temps cela s'est un peu amélioré mais la conduite est loin d'être une passion, un loisir pour moi. Cela me permet simplement d'être autonome et de ce fait de me rendre seule d'un point A à un point B, sans dépendre ni compter sur qui que ce soit...
Je n'ai aucun astuce, aucune stratégie à suggérer...

Actuellement, mon autonomie est assez limitée et je le vis assez mal : j'ai subi récemment une intervention chirurgicale et, dans l'immédiat, il m'est vivement déconseillé de conduire.
Auberose a écrit :
samedi 25 septembre 2021 à 9:11
Hello, je débarque sur la discussion car j'ai lu quelques messages et ça m'a bien rassurée, je vois que je ne suis pas la seule à avoir du mal avec la conduite. J'ai loupé mon permis pour la deuxième fois après de nombreuses heures de conduite à l'auto école et en conduite accompagnée. Maintenant que j'arrive seulement à mieux me répérer dans mon environnement et à hiérarchiser toutes les informations présentes sur la route, j'ai toujours un problème avec l'évaluation des distances.

margotton91 tu parles d'un problème de repérage dans l'espace, comment ça se manifeste ? Est ce que d'autres personnes ont rencontré ou rencontrent encore ce problème et si oui quelles sont vos astuces ?

J'ai du mal par exemple à me rendre compte si la voiture est au centre de la route ou pas, j'ai tendance à rouler trop à gauche. Pareil pour les stationnements, je ne me rends pas compte si je suis trop près d'un trottoir ou d'une voiture, même en regardant dans les rétro...
Pré-diagnostic TSA asperger, de niveau faible à modéré, par psychologue clinicien en 03/2019
Confirmation par psychiatre en 04/2019, à 51 ans
Juin 2020 : tests du bilan diagnostic réalisés dans le privé - QI hétérogène

Répondre