Page 5 sur 5

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : mercredi 15 janvier 2020 à 10:52
par Dehlynah
hazufel a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 15:50
Dehlynah a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 15:13
ça me fait du bien de lire tous ces conseils fondamentaux et vitaux
j'ai un appart sympa, mais petit,mon grand se plaint de son manque d'intimité, il partage sa chambre avec sa soeur, qui est très envahissante, peut être que l'éduc spé me donnera des conseils d'aménagements, là- dessus je bloque, je suis partie dans l'urgence, et pour l'instant l'essentiel c'est que c'est CALME, l'environnement est agréable, vert et lumineux, une chance tout de même, voire un trésor pour moi...Surtout après où j'ai vécu, la cité bruyante, nuit et jour...
Les besoins fondamentaux sont les seuls sur lesquels on peut se focaliser un minimum pour garder un cap je trouve. On le voit bien quand on manque de sommeil ou que l'environnement est trop anxiogène. :crazy:
Que ton environnement te convienne est un grand PLUS et c'est très important.
Il me suffit parfois de regarder les oiseaux du jardin pendant 15 minutes pour me refocaliser sur moi, quand je suis totalement perdue.
Dehlynah a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 15:13
Tu sais pour le découragement, où je me dis que je n'y arriverai pas c'est :
quand mon corps flanche et que je ne tiens tout simplement plus debout, que j'ai mal partout, les paracétamol m'aident souvent à gérer un minimum
quand mes enfants m'insultent, me tapent, me jettent des trucs dessus , cassent volontairement - se tapent, s'insultent, se jettent des trucs dessus, se cassent leurs affaires volontairement
Je comprends, j'ai des symptômes physiques qui peuvent être catastrophiques également.
Il faut que tu aies un bon accompagnement psy / médical, surtout que tu as des diagnostics de trouble anxieux + dépression.
Tu as peut-être encore besoin de temps supplémentaire pour être prête à retravailler.
Dehlynah a écrit :
mardi 14 janvier 2020 à 15:13
Donc non pas tout le temps, je suis plutôt optimiste et de nature joyeuse,
J'ai été beaucoup dans le déni de mes difficultés en fait et ça c'est accumulé je crois...C'est souvent les autres qui me mettaient face à elles " mais comment tu vas faire??" ( enceinte avec mon grand, petit à l'époque qui piquait des crises atroces) et moi je voyais pas de quoi ils parlaient...Et d'ailleurs j'évite ce genre de personnes hein...Parce qu'en même temps ce n'est pas très encourageant, et certainement qu'au fond de moi je me liquéfiais
Je pense que tu as raison d'éviter ce genre de personnes :wink: et d'ailleurs ils ne connaissent pas ton gamin, ils ne font que juger un comportement à un instant t. Appuie toi sur ce que tu sais faire, et essaie de former une équipe avec tes mômes.
Courage.
Merci, oui c'est ça, je leur dis d'ailleurs 😉: on est une équipe!! Et pour que ça tourne faut s'entraider et se soutenir

Oui aussi, j'ai du mal à être patiente, j'aimerais que tout roule, maison, enfant, boulot mais ça marche pas comme ça, d'autant que j'aurais dû avoir un suivi sérieux il y a plus 15 ans suite a une grosse dépression
J'ai toujours été dans l'urgence aussi, avec en fond la pression familiale (attention pas de "trou dans le CV), j'enchaînais les burnout, les maladies, je m'écroulais (me faisant traiter de feignasse au passage)je me relevais, je repartais à fond etc. mais là j'ai atteint mes limites.
En effet avoir, voir de bon pros, c'est la clef, ça commence aussi à prendre forme...Reste pour les enfants, suis toujours en tâtonnements...
Ça va se mettre peu a peu en place, pas à pas, pierre par pierre, avec des moments de flottements, de régressions même, c'est pas l'autoroute la vie ...

Merci Flower, je vais regarder, d'autant que mon grand va rentrer au collège, il aura de plus en plus besoin de son espace, et je le comprends!!
Je pourrais faire une demande de HLM mais j'ai déménagé il y a 8 mois, je ne me sens pas prête...
Je te comprends, je me suis lancée dans l'aventure des enfants, je ne suis pas si frustrée pour le travail (enfin un peu quand même mais je ne peux pas tout faire), car je trouve qu'ils m'ouvrent une part de grande créativité et de poésie et c'est ce que je recherche au fond, mais après oui faut manger quoi, un truc qui me prendrait pas trop d'énergie ni trop de temps😁 faut que j'apprenne à être moins à fond, car je veux tout faire bien et à fond.. et ça me bouffe ...

Etre parent quand on est autiste

Posté : mercredi 26 février 2020 à 13:01
par Solune Vorkosigan
Modération (Hazufel) : Fusion de messages

Bonjour,

Je suis autiste diagnostiquée, et je suis également maman d'un petit d'un an et demi. Quand je fais des recherches sur le sujet de la parentalité et de l'autisme, je tombe sur beaucoup de choses pour les parents d'enfants autistes... Mais en ce qui me concerne, j'aurais eu besoin de soutien dès le départ en tant que parent autiste.

La parentalité ça provoque de l'isolement, des difficultés et en tant qu'autiste c'est super difficile de demander de l'aide...

Il faut faire face aux diverses interactions forcées auxquelles on ne peut pas échapper (conseils des inconnus, rdv médicaux, etc...)

Et ce qui est quasiment indicible, comme le fait que les surcharges sensorielles peuvent rendre la concentration quasi-impossible (parfois "j'oublie" momentanément mon fils quand je suis en shutdown - le cerveau est en bug complet, c'est horrible car à ce moment-là je me sens complètement incapable de m'occuper de lui, alors que je sais que je suis une bonne mère le reste du temps...)

Bref, je trouve que ça manque d'espace pour parler de tout ça, échanger, s'entraider. J'ai commencé à écrire un blog sur le sujet :
http://mamasperger.over-blog.com/

Mais je lance également ce sujet ici pour savoir si ces questionnements parlent à d'autres personnes.

J'ai également pour projet de lancer un groupe d'entraide vers Lorient si suffisamment de personnes sont intéressées.

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : dimanche 22 mars 2020 à 11:37
par Kail
Je vois assez bien ce que tu veux dire et je suis d'accord, j'ai souvent cherché des conseils de parentalité sans en trouver...

Typiquement quand je suis dans un moment shutdown je supporte pas qu'on me touche physiquement. Mon compagnon le sait et le respecte mais ma petite fille de 3 ans ne peut évidemment pas en saisir l'empleur. C'est dur et je prends sur moi (c'est physiquement douloureux) parce que je refuse qu'elle subisse mon état encore plus. Elle est adorable et me dis en général qu'elle m'aime en plus.

Je ne sais pas gérer correctement cet état, ni en moi, ni face à mon rôle de mère :roll:.

J' avoue que je fantasmerai de trouver un mode d'emploi de shutdown/ meltdown de quand on est parents :lol: !

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : vendredi 22 mai 2020 à 19:28
par RedMacbeth
Bonjour,

Je suis en pleine grossesse, et elle a commencé pour moi de manière très compliquée, y compris avec un séjour à l'hôpital pour vomissements gravidiques ou j'ai senti mon esprit se fragiliser très fortement.

Ce bébé, mon conjoint et moi le voulons et il était prévu. Simplement, personne ne m'avait prévenu des difficultés que j'aurais à endurer... Sans doute parce que la grossesse et l'autisme sont un sujet qui est peu documenté.

Je crois que le confinement n'aide pas. Jour après jour, je n'arrive pas à savoir ce qui est lié aux hormones, au stress, ou au confinement que, soyons honnêtes, je supporte très mal (puisque ma routine s'est interrompue, que toutes mes planifications ont été annulées et que je ne peux plus voir ma famille, ce qui a toujours été très important pour moi).

J'ai tellement de questions, je suis effrayée tout le temps, et comme beaucoup de personnes autistes, puisque je suis obsédée par ma grossesse, il m'est quasiment impossible de me concentrer sur autre chose.
Est-ce que mon enfant va hériter de mon autisme (vu que la soeur de mon conjoint est aussi autiste, sans doute) ? Comment est-ce que je vais gérer les crises, quand il sera là, mes crises qui peuvent être assez violentes ? Est-ce que tout va bien se passer ?
Le moindre détail m'inquiètes, la moindre fluctuation, sans qu'aucun psy ne paraisse apte à m'aider.

Je n'arrive plus à me concentrer sur quoi que ce soit, et je ne supporte pas de ne rien faire. Même vingt minutes d'une activité semblent parfois trop longues. Je m'ennuie. J'ai des nausées, même passé le troisième mois. Je suis angoissée. Je suis perdue.
Et si quelqu'un me propose encore une fois d'essayer de méditer, je risque d'exploser. Ca ne fonctionne pas chez moi, mon cerveau ne peut pas se concentrer sur rien, ni sur une seule chose, ça ne fonctionne pas. Pour beaucoup, ça semble être la solution miracle, mais non, pas pour moi.

J'ai peur que mes crises d'angoisse soient nocives pour le bébé, que les médicaments que je prends le soient (les infirmières m'ont culpabilisée à propos des anxiolytiques, au grand dam des gynéco et psychiatre). Peur. Ennui.

Quelqu'un aurait-il des ressources, des idées ? Est-ce normal que ma concentration se soit enfuie ? Même mes intérêts restreints disparaissent (trop sombres, j'ai besoin de choses légères et heureuses).

Tout paraît long, et tout se mélange.

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : vendredi 22 mai 2020 à 20:02
par Arcane
Je n'ai pas de solution...
J'ai accouché il y a deux mois et j'ai traversé aussi des moments difficiles au début de ma grossesse (angoisses dues au changement...)

Je te souhaite bon courage
Essaie d'intéragir avec ton bébé. De vivre pleinement ces moments qui ne reviendront jamais
De le sentir bouger.

Pour le reste... Ca appartient à la Vie (autisme, maladie et autres peurs de maman concernant la santé de son enfant).

Les hormones doivent jouer aussi...

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : vendredi 22 mai 2020 à 23:48
par Dehlynah
RedMacbeth a écrit :
vendredi 22 mai 2020 à 19:28
Bonjour,

Je suis en pleine grossesse, et elle a commencé pour moi de manière très compliquée, y compris avec un séjour à l'hôpital pour vomissements gravidiques ou j'ai senti mon esprit se fragiliser très fortement.

Ce bébé, mon conjoint et moi le voulons et il était prévu. Simplement, personne ne m'avait prévenu des difficultés que j'aurais à endurer... Sans doute parce que la grossesse et l'autisme sont un sujet qui est peu documenté.

Je crois que le confinement n'aide pas. Jour après jour, je n'arrive pas à savoir ce qui est lié aux hormones, au stress, ou au confinement que, soyons honnêtes, je supporte très mal (puisque ma routine s'est interrompue, que toutes mes planifications ont été annulées et que je ne peux plus voir ma famille, ce qui a toujours été très important pour moi).

J'ai tellement de questions, je suis effrayée tout le temps, et comme beaucoup de personnes autistes, puisque je suis obsédée par ma grossesse, il m'est quasiment impossible de me concentrer sur autre chose.
Est-ce que mon enfant va hériter de mon autisme (vu que la soeur de mon conjoint est aussi autiste, sans doute) ? Comment est-ce que je vais gérer les crises, quand il sera là, mes crises qui peuvent être assez violentes ? Est-ce que tout va bien se passer ?
Le moindre détail m'inquiètes, la moindre fluctuation, sans qu'aucun psy ne paraisse apte à m'aider.

Je n'arrive plus à me concentrer sur quoi que ce soit, et je ne supporte pas de ne rien faire. Même vingt minutes d'une activité semblent parfois trop longues. Je m'ennuie. J'ai des nausées, même passé le troisième mois. Je suis angoissée. Je suis perdue.
Et si quelqu'un me propose encore une fois d'essayer de méditer, je risque d'exploser. Ca ne fonctionne pas chez moi, mon cerveau ne peut pas se concentrer sur rien, ni sur une seule chose, ça ne fonctionne pas. Pour beaucoup, ça semble être la solution miracle, mais non, pas pour moi.

J'ai peur que mes crises d'angoisse soient nocives pour le bébé, que les médicaments que je prends le soient (les infirmières m'ont culpabilisée à propos des anxiolytiques, au grand dam des gynéco et psychiatre). Peur. Ennui.

Quelqu'un aurait-il des ressources, des idées ? Est-ce normal que ma concentration se soit enfuie ? Même mes intérêts restreints disparaissent (trop sombres, j'ai besoin de choses légères et heureuses).

Tout paraît long, et tout se mélange.
je fais vite, pour des ressources (qu'on m'a données lors de ma première grossesse et qui m'ont beaucoup aidée) : le forum de L' arbre à bébés
Les livres de Catherine Dumonteil Kremer, Attendre un enfant autrement par exemple
Les ateliers parents- enfants où tu peux apprendre à porter en écharpe, masser ton bébé (c'est aussi très relaxant pour le parent ! Et ça m'a aidé pr la construction du lien qui a été très difficile)
Pratiquer le yoga, un moyen de te connecter à ton corps, à toi
Pour moi être enceinte, attendre le bébé a été une occupation à part entière et quasi à plein temps...
Bon courage...

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : samedi 23 mai 2020 à 1:15
par Herlock Martin
Bonsoir,
je m'incruste et je parle dans une discussion dont les derniers posts semblent être exclusivement féminins...

Ça m’interpelle car je croyais qu'on était sorti de cette époque où on laissait les femmes se débrouiller seules avec leur grossesse. Je n'ai assisté à aucune de celles mentionnées dans ces derniers messages mais je n'ai rien lu sur les pères, les conjoints, les compagnons...

Chez moi il est vrai que la situation est un peu différente, c'est la papa qui est TSA, pas la maman... donc ce n'est pas moi qui ai eu à gérer les angoisses, les questionnements, etc...dont il peut être question ici (les papas ont les leurs cependant),et tous ces aléas avaient donc une "forme neurotypique"...cependant une chose est sûre : ce n'est évident pour personne, la femme et l'homme qui vous diront que devenir parent c'est tout tranquille, même après plusieurs naissances seront des menteurs, aucune grossesse n'est identique, les situations qui les accompagnent non plus, donc le positionnement de chaque parent n'est pas le même non plus, on prend de l'âge, on se rend pas forcément plus disponible, on peut jamais prévoir comment on va réagir car chaque situation est de fait toujours nouvelle, pas de routine avec un bébé et encore moins avec ceux qui suivent...je suis pas rassurant en disant ça, non, juste réaliste... je n'ai pas de conseil en mode d'emploi ou en recette, il y a des ressources, il faut trouver ce qui conviendra et pas forcément à telle ou telle maman, mais à telle ou telle grossesse ( parfois même) pour la même maman.
Certaine fois on continuera sa vie sur les piliers habituels, parfois il faudra tout reconsidérer, parfois il faudra se couper de tout, parfois il faudra se stimuler plus qu'à l'accoutumé... Yoga ou marcher des heures, silence de la nature ou musique 24H/24, relaxation (les méditations guidées peuvent aider quand on n'arrive pas à méditer seul.e avec ses pensées) ou pas, bref...

Deux choses encore :

Oui, personne ne parle de la réalité de l'arrivée d'un enfant, la conception peut être, mais il y a tant de non dits sur la grossesse, tant de non dits sur l'arrivée de l'enfant, sur son éducation intime, sur les fratries et la vie de famille, sur ce que ça fait au couple, etc...la vérité dite crument??? on y croirait pas pour qui la recevrait et on oserait pas la formuler pour qui devrait la dire. Donc en riant et sans détail on entend "ah ben si on me l'avait dit..." et ça c'est pour tout le monde. Lieu commun, il faut s'accorder de la confiance, rien n'est parfait, on a le droit de se tromper et on finit par y arriver :bravo:

Enfin, j'aimerai croire que dans notre époque moderne on oublie pas et on voit vivre les choses du point de vue du couple. Parce qu'un enfant (en général) on le décide à deux, on le fait à deux, la mère le porte en elle et son compagnon est là à portée de main, de voix, de vue, on est deux en salle de travail, deux à la maternité, et toujours deux au retour à domicile et pour le reste de cette nouvelle vie. Aucune maman ne devrait avoir le sentiment d'avoir été seule pour l'une des étapes de l'aventure.

Le titre est Grossesse /Maternité /Parentalité....pour moi il n'y a pas que le troisième terme qui implique les papas :)

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : samedi 23 mai 2020 à 12:25
par Controleur
Herlock Martin a écrit :
samedi 23 mai 2020 à 1:15
Bonsoir,
je m'incruste et je parle dans une discussion dont les derniers posts semblent être exclusivement féminins...

Ça m’interpelle car je croyais qu'on était sorti de cette époque où on laissait les femmes se débrouiller seules avec leur grossesse. Je n'ai assisté à aucune de celles mentionnées dans ces derniers messages mais je n'ai rien lu sur les pères, les conjoints, les compagnons...

Chez moi il est vrai que la situation est un peu différente, c'est la papa qui est TSA, pas la maman... donc ce n'est pas moi qui ai eu à gérer les angoisses, les questionnements, etc...dont il peut être question ici (les papas ont les leurs cependant),et tous ces aléas avaient donc une "forme neurotypique"...cependant une chose est sûre : ce n'est évident pour personne, la femme et l'homme qui vous diront que devenir parent c'est tout tranquille, même après plusieurs naissances seront des menteurs, aucune grossesse n'est identique, les situations qui les accompagnent non plus, donc le positionnement de chaque parent n'est pas le même non plus, on prend de l'âge, on se rend pas forcément plus disponible, on peut jamais prévoir comment on va réagir car chaque situation est de fait toujours nouvelle, pas de routine avec un bébé et encore moins avec ceux qui suivent...je suis pas rassurant en disant ça, non, juste réaliste... je n'ai pas de conseil en mode d'emploi ou en recette, il y a des ressources, il faut trouver ce qui conviendra et pas forcément à telle ou telle maman, mais à telle ou telle grossesse ( parfois même) pour la même maman.
Certaine fois on continuera sa vie sur les piliers habituels, parfois il faudra tout reconsidérer, parfois il faudra se couper de tout, parfois il faudra se stimuler plus qu'à l'accoutumé... Yoga ou marcher des heures, silence de la nature ou musique 24H/24, relaxation (les méditations guidées peuvent aider quand on n'arrive pas à méditer seul.e avec ses pensées) ou pas, bref...

Deux choses encore :

Oui, personne ne parle de la réalité de l'arrivée d'un enfant, la conception peut être, mais il y a tant de non dits sur la grossesse, tant de non dits sur l'arrivée de l'enfant, sur son éducation intime, sur les fratries et la vie de famille, sur ce que ça fait au couple, etc...la vérité dite crument??? on y croirait pas pour qui la recevrait et on oserait pas la formuler pour qui devrait la dire. Donc en riant et sans détail on entend "ah ben si on me l'avait dit..." et ça c'est pour tout le monde. Lieu commun, il faut s'accorder de la confiance, rien n'est parfait, on a le droit de se tromper et on finit par y arriver :bravo:

Enfin, j'aimerai croire que dans notre époque moderne on oublie pas et on voit vivre les choses du point de vue du couple. Parce qu'un enfant (en général) on le décide à deux, on le fait à deux, la mère le porte en elle et son compagnon est là à portée de main, de voix, de vue, on est deux en salle de travail, deux à la maternité, et toujours deux au retour à domicile et pour le reste de cette nouvelle vie. Aucune maman ne devrait avoir le sentiment d'avoir été seule pour l'une des étapes de l'aventure.

Le titre est Grossesse /Maternité /Parentalité....pour moi il n'y a pas que le troisième terme qui implique les papas :)
Justement pour ma part, en tant qu'adulte autiste, je ne souhaite pas donner la vie à un seul enfant. Parce que je me sends pas prêt pour ça, pas prêt mentalement, cognitivement, pas prêt de voir un couple à venir chamboulé et vu le monde qu'il vient vaux mieux s'abstenir de faire des enfants. Quel enfant voudra vivre dans un monde encore pire que celui qu'aura connu ses géniteurs? Quel enfant voudra payer les pots cassés des anciennes générations pas assez prévoyantes et inconscientes?

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : samedi 23 mai 2020 à 20:40
par RedMacbeth
Merci beaucoup pour les liens et les conseils, Dehlynah, je vais aller regarder ça.
Effectivement, j'ai l'impression que ma grossesse est une occupation à plein temps... Pourtant, il faut que je parvienne à faire d'autres choses, l'ennui étant mon pire ennemi. Peut-être que si je reprenais le travail, ça irait mieux, mais je tiens à peine debout (et avec le virus qui se balade, mieux vaut que je reste à la maison pour l'instant).
Herlock Martin a écrit :
samedi 23 mai 2020 à 1:15
Bonsoir,
je m'incruste et je parle dans une discussion dont les derniers posts semblent être exclusivement féminins...
Mais c'est toujours bien d'avoir le point de vue masculin ! Je sais que mon conjoint est un peu démuni face à tous mes maux et mes questionnements, qu'il ne sait pas comment m'aider. Il est très impliqué, et j'ai de la chance de ne pas avoir à traverser une seule étape seule, de ne pas être dans les cas que tu cites, mais je le sens démuni et angoissé. Effectivement, que répondre à mes questions qui tournent en boucle, à mes nausées incessantes ?
Il est également très frustré, car l'hôpital ne l'a pas laissé assister à l'échographie du premier trimestre, et qu'il a l'impression de passer à côté de choses importantes. Ce mélange autisme/grossesse/confinement est vraiment un mauvais timing. Le seul point positif, c'est qu'il est resté deux mois à mes côtés quand j'étais couchée, puisqu'en travail à distance.
Herlock Martin a écrit :
samedi 23 mai 2020 à 1:15
Oui, personne ne parle de la réalité de l'arrivée d'un enfant, la conception peut être, mais il y a tant de non dits sur la grossesse, tant de non dits sur l'arrivée de l'enfant, sur son éducation intime, sur les fratries et la vie de famille, sur ce que ça fait au couple, etc...la vérité dite crument??? on y croirait pas pour qui la recevrait et on oserait pas la formuler pour qui devrait la dire.
Au vu de certains bouquins/sites qui te disent à quel point la grossesse est merveilleuse, l'arrivée d'un enfant tout autant, et qui te font culpabiliser dès que tu ne te sens pas aussi bien qu'il le faudrait, j'aimerais bien qu'on parle plus de la grossesse. Je sais que Baptiste Beaulieu sur Twitter en parle, essaie d'alerter sur le sujet, ça fait du bien.
Je savais que ce serait difficile, mais pas qu'il était possible d'être aussi malade. Et on ne parle que des nausées, mais l'essoufflement et les jambes lourdes devraient vraiment être plus souvent mentionnés, parce que c'est très inquiétant quand on se rend compte qu'on ne peut plus marcher vingt minutes sans devoir s'asseoir !

Re: Grossesse / Maternité / Parentalité

Posté : samedi 23 mai 2020 à 21:31
par Herlock Martin
@Controleur
je comprends le point de vue des personnes qui ne voient pas le nécessaire ou le bien fondé de la parentalité. Je ne place pas ça au rang de devoir ou de complétude de mon être. Non, ça a été décidé à deux, parce qu'à un moment on senti que ça pouvait être un projet de vie. J'ai eu mon premier avant mon diag de TSA, mon second pendant que je galérais à aller au bout de la démarche et mon troisième après mon diag, après un peu de temps de vie à 4, je veux dire que rien n'a été précipité. Après faire des enfants aujourd'hui ou pas c'est un débat, y'a des arguments pour les deux positions et il faut s'arrêter sur ce qui fait sens à chacun. Les enfants de l'an mille avaient pas grande espérance de vie, les périodes de peste et autre choléra, les périodes de grandes invasions...je crois que la vie sur une boule lancée dans l'espace à des milliers de kilomètres heures n'a jamais été quelque chose d'autre qu'une entreprise dangereuse. Et pour le futur, il y aura peut être des choses inattendues qui se feront pour le meilleur, pas forcément que pour le pire, et ça viendra des jeunes qu'on aura fait quand même, parce que les anciens n'auront pas ce qu'il faut pour bouger les choses...et si il y a une extinction de masse ou totale, dans le premier cas, il y aura de la place pour un nouveau monde et avec une population bien réduite il y a moyen qu'ils s'en sortent (je ne m'inclus pas dans les nouveaux habitants...), dans le second, s'il n'y a plus personne, ben il n'y aura pas de pleurs, pas de souffrance, et peut être que des êtres dont on a pas idées étudieront nos vestiges (ruines, fossiles, dépouilles, etc...) comme nous avec les dinosaures...de toute façon voici ce qui attend notre planète, notre système solaire, notre univers, avec ou sans nous (et plutôt sans d'ailleurs) ATTENTION : ça fout le tournis... :crazy:
Spoiler : 
@RedMacbeth
Heureux de savoir que tu es bien accompagnée, et si je peux me permettre tant mieux si ton compagnon ne sait pas tout et s'il ne se pose pas en sauveur qui a toutes les solutions, c'est pas le bon modèle de compagnon, même si ça semble séduisant. Par contre, s'il est présent et accompagnant c'est top. Chaque couple avance en terre inconnue et est toujours pionnier de son aventure familiale. je pense que c'est ça qui participe du réel non-dit autour de ces sujets, comment conseiller vraiment, comment indiquer une voie quand on ne sait pas comment on tracera la sienne demain...et l'humain ne partage pas trop la souffrance et la difficulté (protection innée ou culturelle ? parallèle aux négations de réalité faites par les médias et les dirigeants sur l'état de la planète, des ressources, des richesses par exemple ???...), c'est dans des discussion intimes en petit comité qu'on parle de ce qu'il ne va pas et qu'on peut s'entendre dire "le/la pauvre"...sur ces questions en lien avec le titre de la discussion, il ne faut pas effrayer, dégoûter, faire peur, détourner de la cause??? je ne connais pas les motivations du tabou... Par contre, oui, c'est insupportable cette littérature de la réussite de la parentalité, cette injonction au bonheur, ce devoir d'atteinte des sommets, cette quête du Graal à portée de tous... ben non, c'est comme les gourous, c'est comme les coachs personnels, c'est comme les capitalistes (au sens réussite personnelle du terme)...non ça ne marchera pas pour tout le monde de la même manière, comme tout le monde ne peut pas réussir en diffusant son image de gagnant par la seule force de la volonté, comme tout le monde ne peut pas réussir sur les places financières, tout le monde ne peut pas être entrepreneur et encore moins millionnaire, le "ça a marché pour moi, donc ça marchera pour vous...(achetez mon livre, ma méthode,...)", tout ça c'est de l'abus. Il y a bien des ressources, il y a bien des personnes bienveillante qui partagent leur bonne expérience, mais elles communiquent plus sur "ça a bien fonctionné pour moi, peut être que ça pourrait vous convenir...", c'est parfois subtil, mais ça change tout. A ce sujet, chez moi on a parlé et exprimé nos angoisses (je suis hyper-anxieux en plus des TSA), tous les deux et déjà sans chercher à solutionner tout ce qu'on a pu partager, ça fait baisser la pression de voir que parfois c'est commun, que parfois on est beaucoup plus à l'aise sur un motif d'angoisse de notre conjoint, je veux dire que lorsqu'on a plus hésité à formuler les choses ça nous a aidé, ça n'a pas été encore plus anxiogène de partager "ça a bien fonctionné pour nous, peut-être que ça pourrait vous convenir"... :D