Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 24870
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#16 Message par freeshost » samedi 30 décembre 2017 à 10:38

Disons que... admettre certains faits peut entrer en dissonance cognitive avec un ensemble de cognitions (dont des croyances, parfois ne correspondant pas à la réalité mais tellement plus simples à appréhender*) déjà établies dans leurs représentations.

Et, souvent, une nouvelle cognition face à une armée de cognitions déjà établies ne fait pas le poids ; elle va être minimisée ou rejetée.

* Exemples de croyances ne correspondant pas à la réalité :

- une personne autiste ne regarde pas dans les yeux, [Tu regardes dans les yeux, donc tu ne peux pas être autiste.]
- une personne autiste n'a pas de théorie de l'esprit, [Tu a la théorie de l'esprit, donc tu ne peux pas être autiste.]
- une personne autiste n'est pas capable de communiquer, [Tu communiques, donc tu ne peux pas être autiste.]
- une femme blonde est stupide, [Tu es intelligente et blonde, donc tu es une fausse blonde.]
- ...
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 1925
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 16:06

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#17 Message par hazufel » samedi 30 décembre 2017 à 11:21

Ce que tu cites est clair et connu mais en l’occurence il s’agit de l’inverse dans la demande de FidjiKiwi.
Partir d’un groupe « les Aspergers » et dire « n’ont pas de problèmes sociaux » (qui est un critère diagnostique) est à l’inverse de ce que tu cites. Ou c’est un biais inversé, en les imaginant sans difficultés.
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Avatar du membre
Controleur
Adepte
Messages : 292
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#18 Message par Controleur » samedi 30 décembre 2017 à 19:30

hazufel a écrit :Quelles croyances par exemple ?
Pour moi, ça rejoint « ils ne veulent pas l'admettre » mais je n’ai peut-être pas compris ta formulation.
et bien par exemple la croyance "tout le monde est différent". Avec tous les absolus de pensées inimaginables quand ce type de personne nie l'existence de l'autisme. Ca devient pire quand c'est enrobé de bons sentiments " je veux t'aider", "c'est pour ton bien".

On en revient au fameux mécanisme du dénit de la réalité. :arrow: :idea:
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 1925
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 16:06

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#19 Message par hazufel » dimanche 31 décembre 2017 à 9:50

Du genre « c’est pour ton bien » et je sais mieux que toi ce dont tu as besoin, j’imagine.
Nier la vérité c’est aussi très mal nous connaître pensant que puisque « je ne vois rien, il n’y a rien ».
Ou imaginer que la compensation lors des moments sociaux est naturelle, facile et sans efforts...
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Avatar du membre
philigram
Forcené
Messages : 1863
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2016 à 9:14
Localisation : Gironde

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#20 Message par philigram » dimanche 31 décembre 2017 à 10:12

Je pense qu'il y a aussi une impossibilité à imaginer qu'il puisse y avoir de vrai difficultés sociales quand tout semble si naturel et instinctif pour la plupart.
Quand je dis que je ne ressens pas le plaisir, quasiment personne ne peut y croire, pas même les psys. Soit, je refoule, soit, je ne veux pas le vivre ... Alors quelque part, je pense qu'on peut tous faire un déni de la souffrance de l'autre tellement ça semble inconcevable.
Sur de simple choses, comme l'alcool. Je dois lutter à chaque repas en société pour expliquer que je déteste le gout du vin, le gout même de l'alcool dans une région en plus viticole. "On" ne peut imaginer cela quand on vit pour et par l'alcool ! Et tous les clichés ressortent : bois ça va te faire du bien, bois et tu vas te décontracter, bois pour être un homme ... Et tout le monde trouve normal de picoler.

Autre exemple : l'emprise sectaire. C'est sans cesse les même mots qui reviennent : "moi ce n'est pas possible que je ma fasse avoir", "il faut être faible", "faut être idiot" .... et pourtant tout ça est faux, et bien faux.

Alors concernant les difficultés sociales, il en est de même. Peu peuvent imaginer que rester seul soit possible, que ne pas aimer le sexe soit possible, que vivre sans aller au travail soit possible, que ne pas se faire d'amis soit possible. Et pour eux alors ils ne leur viennent à l'esprit que : "sors un peu", "fais un effort", "prends toi en main". Car à part le faire exprès, être dépressif ou débile, ce n'est pas possible autrement.

Faut-il les blâmer ? Je suis certains que l'on a tous ce genre de réaction face à l'inconnu, l'inconcevable, l'inimaginable. Reste à éduquer, marteler, trouver les bons mots, chercher chez l'autre ce qui nous semble inconcevable et lui jeter cela à la figure pour qu'il comprenne.
Diagnostiqué asperger avec anxiété sociale marquée par le CRA.

neigeetlumières
Passionné
Messages : 493
Enregistré le : samedi 21 octobre 2017 à 0:40

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#21 Message par neigeetlumières » dimanche 31 décembre 2017 à 10:58

philigram a écrit :Je pense qu'il y a aussi une impossibilité à imaginer qu'il puisse y avoir de vrai difficultés sociales quand tout semble si naturel et instinctif pour la plupart.

Sur de simple choses, comme l'alcool. Je dois lutter à chaque repas en société pour expliquer que je déteste le gout du vin, le gout même de l'alcool dans une région en plus viticole. "On" ne peut imaginer cela quand on vit pour et par l'alcool ! Et tous les clichés ressortent : bois ça va te faire du bien, bois et tu vas te décontracter, bois pour être un homme ... Et tout le monde trouve normal de picoler.

Autre exemple : l'emprise sectaire. C'est sans cesse les même mots qui reviennent : "moi ce n'est pas possible que je ma fasse avoir", "il faut être faible", "faut être idiot" .... et pourtant tout ça est faux, et bien faux.

Alors concernant les difficultés sociales, il en est de même. Peu peuvent imaginer que rester seul soit possible, que ne pas aimer le sexe soit possible, que vivre sans aller au travail soit possible, que ne pas se faire d'amis soit possible. Et pour eux alors ils ne leur viennent à l'esprit que : "sors un peu", "fais un effort", "prends toi en main". Car à part le faire exprès, être dépressif ou débile, ce n'est pas possible autrement.

Je confirme.
Mariée, diagnostiquée SA en septembre 2017 et maman d'un petit garçon avec TSA non encore spécifié

Avatar du membre
Controleur
Adepte
Messages : 292
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#22 Message par Controleur » dimanche 31 décembre 2017 à 17:54

hazufel a écrit :Du genre « c’est pour ton bien » et je sais mieux que toi ce dont tu as besoin, j’imagine.
Nier la vérité c’est aussi très mal nous connaître pensant que puisque « je ne vois rien, il n’y a rien ».
Ou imaginer que la compensation lors des moments sociaux est naturelle, facile et sans efforts...
:arrow: Oui et pourtant aujourd'hui, beaucoup de films ont largement démoli le cliché de autisme =rayn man mais c'est bien tenace.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 1925
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 16:06

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#23 Message par hazufel » dimanche 31 décembre 2017 à 18:33

Il y a aussi un nouveau cliché apparu grâce ou à cause de ces films / séries : l’Asperger est un génie bizarre. Avec des bizarreries rigolotes mais en aucun cas handicapantes. Ça c’est aussi difficile à démolir...
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

pommedaspi
Occasionnel
Messages : 14
Enregistré le : jeudi 9 juin 2016 à 16:48
Localisation : bzh

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#24 Message par pommedaspi » samedi 3 février 2018 à 9:42

J'ai très peu évoqué cette possibilité, mais j'en ai déjà marre des "ouais, enfin moi aussi j'ai souvent l'impression de jouer un rôle" "tu sais, tout le monde est mal à l'aise dans un endroit nouveau" "ben oui, les codes sociaux, ça s'apprend, c'est pas inné"... :evil:[/quote]

je compatie :kiss: !
je leur répond :
"ah bon ....t'est diagnostiqué aussi toi ?!"
pommedaspi a 2 petites pommes et c'est pour ça qu'elle est ici. :love:
maman en quête du Graal et grande baroudeuse sur Google map.

Avatar du membre
Nanouille
Adepte
Messages : 270
Enregistré le : lundi 16 janvier 2017 à 15:53

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#25 Message par Nanouille » samedi 3 février 2018 à 11:59

Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi les gens se sentent obligés de ramener nos difficultés à leur petite personne en disant "moi aussi je supporte mal le bruit", "moi aussi... blah blah". Est-ce que c'est pour minimiser ce que l'ont ressent? Pour se mettre en valeur? Pour montrer qu'ils compatissent?
WinstonWolfe a écrit :il y a des aspies qui compensent bien, et dont les difficultés n'apparaissent pas au premier abord. Pour les gens qui aiment ne connaître que superficiellement les gens, ça peut faire illusion.
Je pense être de ceux-là. On sait que les filles arrivent davantage à faire semblant avec la fameuse stratégie du caméléon, mais c'est d'autant plus difficile de faire entendre nos différences alors même qu'on fait de gros efforts pour paraitre "normales".
Diagnostiquée TSA le 5 mai 2017

Avatar du membre
FidjiTiwi
Fidèle
Messages : 140
Enregistré le : dimanche 24 janvier 2016 à 16:33

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#26 Message par FidjiTiwi » samedi 3 février 2018 à 13:38

J'ai aussi eu droit à "l'autisme c'est classe et à la mode"...
Maman de R (17 ans), N (15 ans, HPI, extra terrestre) et A (5 ans, qui nous pose question).

THPI, phobique sociale. Asperger évoqué par ma psy TCC.
Contact pris avec le CRA. Le dossier sera examiné en mars.

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 1887
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 22:00
Localisation : Toulouse

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#27 Message par olivierfh » samedi 3 février 2018 à 14:31

Nanouille a écrit :"moi aussi je supporte mal le bruit", "moi aussi... blah blah". Est-ce que c'est pour minimiser ce que l'ont ressent?
Oui c'est ça je crois, sous-entendu "tu vas guérir si tu fais quelques efforts". :?
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 enfants avec légers traits Asperger, le cadet surtout, aucun diagnostic lancé.

pimpoline
Passionné
Messages : 325
Enregistré le : lundi 1 mai 2017 à 20:51

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#28 Message par pimpoline » samedi 3 février 2018 à 17:33

philigram a écrit : Faut-il les blâmer ? Je suis certains que l'on a tous ce genre de réaction face à l'inconnu, l'inconcevable, l'inimaginable. Reste à éduquer, marteler, trouver les bons mots, chercher chez l'autre ce qui nous semble inconcevable et lui jeter cela à la figure pour qu'il comprenne.
Hé bien je confirme aussi... au final dès qu'on dépasse un peu, ça embête les gens.
Et je suis d'accord avec ta conclusion, qui a le mérite de dépasser le stade du clivage et propose une ouverture intelligente. Bon, de là à jeter à la figure, je ne sais pas, mais certainement qu'il y a un travail de communication bilatérale à faire.
L'ignorance est la source de beaucoup de maux!

C'est certain que les gens ne se rendent pas compte. Ca ne veut pas dire qu'ils ne veulent pas, mais parfois c'est juste inconcevable, ou très difficile de réaliser que des broutilles pour eux peuvent nous gâcher la vie.
Je ne sais pas si c'est prouvé de chez prouvé que c'est plus dur pour les filles, tout est relatif et si on se met à comparer les souffrances on n'a pas fini, mais toujours est-il que comme beaucoup d'autres ici, je fais moi aussi pas mal illusion. Justement tant que les relations sont superficielles oui, ça va, je gère.

Les généralités faut toujours s'en méfier de toute façon. Ca ferme la porte à la connaissance de l'autre tout simplement.
En attente du RDV au CRA pour fin 2019...

Avatar du membre
Salicorne
Passionné
Messages : 415
Enregistré le : dimanche 15 novembre 2015 à 23:28

Re: Les aspies n'ont pas de problèmes sociaux

#29 Message par Salicorne » samedi 3 février 2018 à 21:40

Nanouille a écrit :Je n'arrive toujours pas à comprendre pourquoi les gens se sentent obligés de ramener nos difficultés à leur petite personne en disant "moi aussi je supporte mal le bruit", "moi aussi... blah blah". Est-ce que c'est pour minimiser ce que l'ont ressent? Pour se mettre en valeur? Pour montrer qu'ils compatissent?
Pourquoi présupposer que ces personnes sont forcément égocentriques ou hypocrites ? Peut-être ne comprennent-elles effectivement pas ce qu'est un TSA et cherchent-elles à mieux le comprendre ?
Personnellement, la première fois que j'ai rencontré une personne autiste je me suis pareillement dit "moi aussi !".

Si quelqu'un vous dit "moi aussi", essayez de lui expliquer en quoi ce que vous vivez impacte votre vie quotidienne. Effectivement, comme la majorité des gens n'aiment pas le bruit, il faudrait éviter de leur dire des généralités telles que "je supporte mal le bruit", mais plutôt : "Il m'est impossible de suivre une conversation ou de me concentrer dans un milieu bruyant." ou "Les environnements bruyants m’angoissent et me font perdre mes moyens."

C'est un peu pareil pour les difficultés sociales : tous les non-autistes ne sont pas nécessairement des professionnels de la communication, ils peuvent aussi avoir des difficultés considérables. Peut-être que A connaît une personne non-autiste B qui a de grandes difficultés en société et une personne "Asperger" C, qui, en comparaison, peut lui paraître plus habile que B. De telles situations me semblent très plausibles.
Bilan clinique évoquant un possible Syndrome d'Asperger

Répondre