Besoin d'être hyperactif

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
axurit66
Passionné
Messages : 435
Enregistré le : mardi 17 février 2015 à 0:47

Besoin d'être hyperactif

#1 Message par axurit66 » lundi 22 janvier 2018 à 19:55

Sous peine d'être épuisé, mollasson et malheureux.

Bonjour :D

Là sérieusement je ne sais pas si cela a quelque chose à voir avec les TSA. Donc je m'excuse par avance... :oops:

Voici ce qu'il se passe :

Lorsque je suis en période "Down" le SEUL moyen que j'ai trouvé pour échapper aux symptômes, c'est l’hyperactivité physique, au point de m'épuiser littéralement. Mais si je m'arrête, même pour faire une simple pause, le mode "down" revient à vitesse grand V.

En gros cela donne ça :
Hyperactivité physique = dynamique, plein d'énergie, force physique digne d'un Hercule, pas mélancolique (mais pas joyeux non plus hein...).
Dans la minute qui suite la pause = pensées mélancoliques instantanées, perte d'énergie au point d'être mollasson, sensation d'être fiévreux ou malade.

Ce que j'aurais voulu savoir, c'est si des personnes ici, connaissent ou ont connu des périodes comme cela ?

En ce moment, je traverse une période difficile (pour raisons professionnelles). Et ces phases là se multiplient. J'ai peur qu'à terme, je besoin vital de m'épuiser physiquement me fasse du mal (par exemple me blesser). Parce que j'ai tendance à forcer jusqu'aux limites de mes capacités.

FinementCiselé
Forcené
Messages : 1218
Enregistré le : mercredi 28 août 2013 à 13:26

Re: Besoin d'être hyperactif

#2 Message par FinementCiselé » lundi 22 janvier 2018 à 20:02

Consulte un psychiatre et décrit lui se que tu viens d'exprimer.
Aspie "cru 2014".

Avatar du membre
axurit66
Passionné
Messages : 435
Enregistré le : mardi 17 février 2015 à 0:47

Re: Besoin d'être hyperactif

#3 Message par axurit66 » lundi 22 janvier 2018 à 20:25

Des psychiatres j'en ait trop vu ces derniers temps.
Ce que je décris là, c'est quelque chose qui m'arrive depuis que je suis enfant.
C'est juste qu'en ce moment, je traverse une phase difficile, et où ce comportement devient limite nécessaire au quotidien. ça commence à me saouler et donc je viens en parler ici :bravo:

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3823
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 19:16

Re: Besoin d'être hyperactif

#4 Message par misty » lundi 22 janvier 2018 à 21:55

Ce que j'aurais voulu savoir, c'est si des personnes ici, connaissent ou ont connu des périodes comme cela ?
Je pense oui, mais sous une forme différente. Tu t'agites parce que tu ne peux pas t'arrêter dans ce que tu fais ou parce que tu ressens le besoin de t'agiter (peu importe le motif)?
Tu fais du sport régulièrement ou pas du tout?
*Diag TSA-Daimonas-Ravenclaw-Syndrigast-Aléthiométriste-SlayVega*

“I’m not in this world to live up to your expectations and you’re not in this world to live up to mine.” -Bruce Lee-

2N3055
Passionné
Messages : 413
Enregistré le : jeudi 3 août 2017 à 7:10

Re: Besoin d'être hyperactif

#5 Message par 2N3055 » lundi 22 janvier 2018 à 22:29


J'ai peur qu'à terme, je besoin vital de m'épuiser physiquement me fasse du mal (par exemple me blesser). Parce que j'ai tendance à forcer jusqu'aux limites de mes capacités.
Prends soin de toi, n'oublie pas que le corps a besoin d'être préparé avant des efforts importants (étirements, échauffement)
sinon, tu risques de te retrouver avec un muscle ou un ligament qui tiendra pas le coup.

Tout en n'oubliant pas, bien sûr, l'alimentation en énergie correspondant à l'effort physique à fournir,
et l'environnement (si possible pas pollué par les gaz d'échappement et compagnie.)

=======
Pour moi, dans ces cas là,
mon vieux "corbeau" et mes handicaps moteurs ne me permettant plus ces folies,
je m'occupe à fond l'esprit par d'autres idées, n'importe lesquelles,
pourvu que je sorte de cette obsession qui me tire le moral vers le bas.
En général, je change de coin, pour aller quelque part où je ne vais pas d'habitude,
histoire d'essayer de trouver quelque chose de complètement différent à faire.
Ça se termine parfois par une série de petits bug sociaux plus classiques :lol:
Pré-diagnostic 01/12/2017 par psychologue => Asperger selon DSM-IV <=> TSA niveau 1 selon DSM-V
21/05/2018 Le Dr P.D. pense qu'il ne s'agit pas d'autisme mais d'un SED mais je ne pense pas que l'un puisse exclure l'autre.

Avatar du membre
axurit66
Passionné
Messages : 435
Enregistré le : mardi 17 février 2015 à 0:47

Re: Besoin d'être hyperactif

#6 Message par axurit66 » mardi 23 janvier 2018 à 9:09

Merci pour vos réponses.

Pour répondre aux questions :
Je ne suis hyperactif que dans le cadre d'un intérêt restrictif. D'ailleurs j'aurais peut-être du dire que je dois m'adonner à mon intérêt restrictif jusqu'à épuisement physique. Plutôt que dire que je dois être constamment en activité.

En effet, depuis plusieurs années, mes intérêts restrictifs réclament une activité physique qui peut s'avérer éprouvante.

Parce que bon si l'on me propose de faire un footing ou d'aller à la piscine faire quelques longueurs, je serais aux abonnés absents (vous avez compris que je ne suis pas un sportif et que je n'aime pas le sport). :lol:

Donc pour résumer, si l'activité ne m'intéresse pas ou peu, je vais être juste un gros morceau de gras inactif.
Si ça m'intéresse, je vais me transformer en une pile électrique....

Avatar du membre
philigram
Forcené
Messages : 1863
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2016 à 9:14
Localisation : Gironde

Re: Besoin d'être hyperactif

#7 Message par philigram » mardi 23 janvier 2018 à 9:25

Sur mon fil j'exprimais hier un peu ce que tu ressens.
Je peux être hyperactif : me débarraser rapidement des contraintes pour me consacrer totalement à ce qui m'intéresse. Dans ce cas je vais bien et ma femme se plaint car mon cervezu fonctionne à fond et je demande trop des autres.
Mais dès que je perds la motivation ou qu'un projet s'arrête, je m'effondre dans la déprime et là tout devient contrainte et je n'arrive à rien faire. Je finis par avoir de l'ennui qui s'installe alors que j'ai des milliers de choses à faire sur la planche.
Spoiler :  : 
Je me suis souvent demandé si ce n'était une forme de bi-polarité. La différence serait dans le fait que le changement d'état n'est pas du au hasard mais à un évènement et même prévisible.
Ensuite je me demande si ce n'est pas une mauvaise gestion des hormones.
Tout comme une femme qui vient d'accouchée, je tombe dans un baby-blues quand j'ai accouché de mon projet (au sens large). Baisse d'adrénaline.
Si je rajoute à cela que l'état amoureux me rend "NT". Je ne suis plus du tout le même.
Et c'est aussi lié aux hormones.
Diagnostiqué asperger avec anxiété sociale marquée par le CRA.

Avatar du membre
axurit66
Passionné
Messages : 435
Enregistré le : mardi 17 février 2015 à 0:47

Re: Besoin d'être hyperactif

#8 Message par axurit66 » mardi 23 janvier 2018 à 10:01

Je me reconnais un peu dans ce que tu dis ici, philigram.

L'aspect "arrêt d'activité" puis "effondrement dans le désespoir" me parle beaucoup.

Pourquoi as-tu mis le paragraphe qui parle de bipolarité protégé par un "spoiler" ? :mryellow: C'est très juste également.
Je me pose la même question presque tout le temps !

Mais un truc me dérange. Pour quelqu'un effectivement atteint d'une forme de bipolarité, s'il est en "down" il reste en down n'est ce pas ? Quelle que soit l'activité ?
Or ici, le "down" est immédiatement annihilé par le fait de s'adonner à un intérêt bien spécifique. L'arrêt de l'activité fait replonger instantanément en "down".

Avatar du membre
philigram
Forcené
Messages : 1863
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2016 à 9:14
Localisation : Gironde

Re: Besoin d'être hyperactif

#9 Message par philigram » mardi 23 janvier 2018 à 10:27

axurit66 a écrit :Je me reconnais un peu dans ce que tu dis ici, philigram.

L'aspect "arrêt d'activité" puis "effondrement dans le désespoir" me parle beaucoup.

Pourquoi as-tu mis le paragraphe qui parle de bipolarité protégé par un "spoiler" ? :mryellow: C'est très juste également.
Je me pose la même question presque tout le temps !

Mais un truc me dérange. Pour quelqu'un effectivement atteint d'une forme de bipolarité, s'il est en "down" il reste en down n'est ce pas ? Quelle que soit l'activité ?
Or ici, le "down" est immédiatement annihilé par le fait de s'adonner à un intérêt bien spécifique. L'arrêt de l'activité fait replonger instantanément en "down".
Je disais que ça pouvait ressembler. J'ai mis en spoiler car c'est juste un avis personnel lié à ma propre expérience. Et certains n'aiment pas qu'on parle de soi mais plutôt de ce qui se trouve dans la littérature.
Dans la bipolarité, il y a aussi un spectre. Certains ne font que des down, d'autres font des up excessifs.
Le psy parlait de difficultés à gérer son humeur. On donne des timo-régulateurs aux personnes bi-polaires.

Chez moi, je peux savoir par avance que je vais avoir un coup de blues. Si je fais une sortie, que je vois du monde et donc je suis dans un état de stresse, alors le lendemain je vais déprimer.
Quand je vois un projet intéressant se terminer, quand j'arrive au bout de ce que je suis capable de faire, quand j'ai atteint mon objectif, je sais que je vais alors avoir un trou d'air, en attendant de me faire violence et repartir sur autre chose.

Alors j'essaye d'anticiper et d'avoir plusieurs projets qui se chevauchent ou de planifier des événements. Je n'ai pas trouvé de solutions autres.
Mais il y a toujours un moment où je vais être déprimé et avoir un sentiment de vide, d'ennui et d'inutilité. Alors si cela dur, je rumine, je dors mal, je m'auto-centre.
Et cela est à la mesure du stress ou de l'investissement mis dans ce qui se termine.
Je reste persuadé que c'est une mauvaise gestion des hormones. Elles sont aussi excessives que moi : c'est du 0 ou du 1, à fond ou déprimé.

Au niveau psy on se demande si ce n'est pas une fuite en avant. La peur du vide, La peur du temps qui passe, de la mort ...
Diagnostiqué asperger avec anxiété sociale marquée par le CRA.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 3823
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 19:16

Re: Besoin d'être hyperactif

#10 Message par misty » mardi 23 janvier 2018 à 17:27

axurit66 a écrit :Je ne suis hyperactif que dans le cadre d'un intérêt restrictif. D'ailleurs j'aurais peut-être du dire que je dois m'adonner à mon intérêt restrictif jusqu'à épuisement physique. Plutôt que dire que je dois être constamment en activité.
Ok... Je voulais être sûre qu'on parlait de la même chose et apparemment oui.

Je vais essayer de t'aider au mieux mais ça ne remplacera jamais un avis médical donc je suis de l'avis de FinementCiselé et te conseille vraiment d'en parler à un psychiatre (même si je sais combien c'est difficile et usant). Tu as quelqu'un de confiance?

La seule chose que je ressens différemment rapport à ce que tu évoques, c'est que je n'ai pas de sensation de désespoir mais d'épuisement total (même si les symptômes physiques de l'épuisement ont tendance à me désespérer :? )
Pour le reste, je crois que je connais par coeur et j'ai vraiment l'impression que mon corps court derrière mon cerveau sans jamais arriver à le rattraper...

C'est pour moi aussi entièrement lié aux centres d'intérêt, et j'ai dû mettre en place pas mal de choses car ce n'était plus tenable. J'ai par exemple pris l'habitude de visionner des séries car j'en étais rendue à un point où je n'arrivais même plus à m'asseoir 15 minutes le temps de manger un sandwich et boire un café en milieu de journée (alors que mes journées débutent à 6h30 pour terminer vers 22h voire plus).
Avoir un planning strict avec justement un moment dans la journée où je m'assieds et regarde par exemple un film ou une série me permet de faire redescendre un peu l'agitation et de prendre un minimum de repos, et le fait de voir écrit sur mon planning le programme de l'après-midi me rassure car je vois le moment où je vais me remettre à ce que je faisais. Pour que ça marche il faut des plages de temps assez longues pour chaque activité, à cause du souci avec les transitions.

J'ai aussi beaucoup discuté de la notion de repos dans le cadre de ma thérapie, ce qui m'a permis d'apprendre que souvent je pensais me reposer alors que non. Encore aujourd'hui j'avoue que j'ai du mal avec cette notion, je ne comprends pas non plus comment font les gens pour arriver à se reposer (c'est un peu comme l'ennui qui est un territoire extraterrestre pour moi).

Tu dors bien ou pas?

Dans les solutions concrètes il y a aussi la méditation, le yoga et la cohérence cardiaque qui m'aident beaucoup (quand j'arrive à tenir mes routines). Le sport est un facteur très stabilisant pour moi également, c'est pour ça que je t'en parlais. Il n'y a vraiment aucun sport qui t'attirerait (même marche dans la nature ou balades en vélo)?

Concernant la bipolarité, ma psychiatre m'a dit que chez certains autistes les manifestations ressemblent beaucoup à une bipolarité atypique (sans dépressions). Visiblement c'est mon cas, et on a bien creusé parce qu'à un moment je craignais d'être aussi bipolaire. Quand tu étudies bien les 2 troubles (et avec l'aide d'un pro, c'est pour ça que je me permets d'insister), tu te rends compte que les similitudes sont réelles mais à la fois ont des causes différentes. Sans partir dans les détails et faire un roman la première qui me vient à l'esprit est que dans la bipolarité le boost vient plutôt de l'intérieur et est assez indépendant des facteurs extérieurs alors que c'est l'inverse dans l'autisme. Pour prendre un exemple grossier un bipolaire sera surexcité par à peu près tout et n'importe quoi (et s'agitera souvent dans tous les sens) alors qu'un autiste ne se "mettra en marche" que suite à un déclencheur précis et fera de l'hyper-focalisation. Bien sûr les bipolaires peuvent être "déclenchés" aussi par un évènement mais ça reste très différent et ce sera alors plutôt du domaine de l'émotionnel.

Encore une fois ce n'est que ce que j'en ai compris, je ne suis pas spécialiste et je te conseille vraiment de consulter car on peut aussi être concerné par les 2 problématiques.

Je ne sais pas si tu connais Michael Burry, c'est un des personnages du film (et livre) "The big short". Il existe vraiment et a réalisé (avec d'autres) ce fameux casse du siècle grâce à des compétences hallucinantes en opérations financières acquises en autodidacte durant ses "loisirs". Mis à part que je suis très loin d'être un génie et que je ne connais hélas rien à la bourse (et m'en contrefous en prime :mryellow: ), je me sens très proche de son fonctionnement. Il est plus ou moins diag TSA et a reçu auparavant un diag de bipolarité (infirmé car il correspond justement beaucoup plus aux critères autistiques).
Son parcours m'a bien aidée et je me suis sentie beaucoup moins seule après avoir vu le film et lu le bouquin. Le film est un peu caricatural (évidemment) mais j'y ai entendu des propos d'une pertinence exempte de beaucoup de choses "sérieuses" au sujet de hyper-focalisation et des problèmes de socialisation.

M'inspirer d'aménagements recommandés pour les personnes bipolaires (sur les conseils de ma psychiatre) est inspirant aussi pour acquérir et garder un minimum de stabilité.
Je ne sais pas pour toi mais pour moi c'est capital car j'ai ma fille à gérer et pour des choses comme conduire ou même préparer les repas sans mettre le feu à la maison j'ai besoin de gardes-fous afin de ne pas atteindre le point de non retour de l'épuisement.

Encore une fois tout ça c'est du bricolage et vraiment je te conseille de ne pas attendre pour consulter.
Courage.
*Diag TSA-Daimonas-Ravenclaw-Syndrigast-Aléthiométriste-SlayVega*

“I’m not in this world to live up to your expectations and you’re not in this world to live up to mine.” -Bruce Lee-

Avatar du membre
axurit66
Passionné
Messages : 435
Enregistré le : mardi 17 février 2015 à 0:47

Re: Besoin d'être hyperactif

#11 Message par axurit66 » mardi 23 janvier 2018 à 21:34

Je réponds d'abord à philigram
Je disais que ça pouvait ressembler. J'ai mis en spoiler car c'est juste un avis personnel lié à ma propre expérience. Et certains n'aiment pas qu'on parle de soi mais plutôt de ce qui se trouve dans la littérature.
Dans la bipolarité, il y a aussi un spectre. Certains ne font que des down, d'autres font des up excessifs.
Le psy parlait de difficultés à gérer son humeur. On donne des timo-régulateurs aux personnes bi-polaires.
C'est sur que ça peut rappeler le syndrome bipolaire.
Chez moi, je peux savoir par avance que je vais avoir un coup de blues. Si je fais une sortie, que je vois du monde et donc je suis dans un état de stresse, alors le lendemain je vais déprimer.
Exactement pareil pour moi. Parfois, il m'arrive même de laisser le volant à un collègue... on ne sait jamais.
Ma dernière crise d'importance s'est déroulée pendant un trajet en camion de plus de 2h.

Il est donc possible, avec l'expérience de savoir si telle ou telle activité va poser problème. Et de ce fait, l'éviter ou la réduire pour que la crise ne survienne pas. Mais là j’imagine que je ne t'apprends rien :oops:
Alors j'essaye d'anticiper et d'avoir plusieurs projets qui se chevauchent ou de planifier des événements. Je n'ai pas trouvé de solutions autres.
Mais il y a toujours un moment où je vais être déprimé et avoir un sentiment de vide, d'ennui et d'inutilité. Alors si cela dur, je rumine, je dors mal, je m'auto-centre.
Et cela est à la mesure du stress ou de l'investissement mis dans ce qui se termine.
Je reste persuadé que c'est une mauvaise gestion des hormones. Elles sont aussi excessives que moi : c'est du 0 ou du 1, à fond ou déprimé.


Idem aussi, ça résume beaucoup l'hyperactivité que j'ai essayé plus ou moins maladroitement de décrire dans mon premier post.

Avatar du membre
axurit66
Passionné
Messages : 435
Enregistré le : mardi 17 février 2015 à 0:47

Re: Besoin d'être hyperactif

#12 Message par axurit66 » mardi 23 janvier 2018 à 22:22

Au tour de Misty :mrgreen:
Je vais essayer de t'aider au mieux mais ça ne remplacera jamais un avis médical donc je suis de l'avis de FinementCiselé et te conseille vraiment d'en parler à un psychiatre (même si je sais combien c'est difficile et usant). Tu as quelqu'un de confiance?
C'est chaud. Ces derniers temps j'ai passé beaucoup de temps avec les psy, ça va trop vite pour moi. Je passe d'un psychiatre spécialisé à un autre, donc non, je n'ai pas vraiment quelqu'un de confiance :|
C'est pour moi aussi entièrement lié aux centres d'intérêt, et j'ai dû mettre en place pas mal de choses car ce n'était plus tenable. J'ai par exemple pris l'habitude de visionner des séries car j'en étais rendue à un point où je n'arrivais même plus à m'asseoir 15 minutes le temps de manger un sandwich et boire un café en milieu de journée (alors que mes journées débutent à 6h30 pour terminer vers 22h voire plus).
Avoir un planning strict avec justement un moment dans la journée où je m'assieds et regarde par exemple un film ou une série me permet de faire redescendre un peu l'agitation et de prendre un minimum de repos, et le fait de voir écrit sur mon planning le programme de l'après-midi me rassure car je vois le moment où je vais me remettre à ce que je faisais. Pour que ça marche il faut des plages de temps assez longues pour chaque activité, à cause du souci avec les transitions.
ça risque d'être compliqué pour moi ce truc... Lorsque j'ai un intérêt, j'ai un besoin VITAL d'y aller a fond et d'y consacrer TOUT mon temps et ça peut durer comme ça pendant plusieurs années. Les autres tâches passent pour ingrates. Parfois je m'y mets mais c'est bâclé, et fait en vitesse...
J'ai aussi beaucoup discuté de la notion de repos dans le cadre de ma thérapie, ce qui m'a permis d'apprendre que souvent je pensais me reposer alors que non. Encore aujourd'hui j'avoue que j'ai du mal avec cette notion, je ne comprends pas non plus comment font les gens pour arriver à se reposer (c'est un peu comme l'ennui qui est un territoire extraterrestre pour moi).
Peux-tu donner des exemples ? A partir de quand peut-on dire être en repos ?
Cette notion me semble aussi très vague. Chacun ne pourrait-il pas avoir sa propre notion de ce qu'est le repos ?

Pour moi repos = M'épuiser dans mon intérêt restrictif :mrgreen:
Tu dors bien ou pas?
Je fait deux ou trois nuits quasi-blanches. Puis, les nuits suivantes je vais dormir 12h d'affilée. Puis ça va être "normal" pendant une semaine, puis à nouveau nuits blanches, puis hypersomnie, etc..... Bref c'est très instable ! :?
Dans les solutions concrètes il y a aussi la méditation, le yoga et la cohérence cardiaque qui m'aident beaucoup (quand j'arrive à tenir mes routines). Le sport est un facteur très stabilisant pour moi également, c'est pour ça que je t'en parlais. Il n'y a vraiment aucun sport qui t'attirerait (même marche dans la nature ou balades en vélo)?
ça j'y ait pensé ! Deux de mes collègues de boulot font du yoga et m'ont invité prochainement à faire une séance avec elles !
Non, aucun sport ne m'attire. Je m'ennuie à faire du sport car ça fait trop souvent appel à la compétition, chose qui n'a pas été programmée dans ma tête, et qui donc me rebute.
De plus, je trouve qu'il n'y a aucun but à faire du sport. On fait du sport pour le plaisir, OK, mais ce plaisir je ne le ressens pas ! = ennui !
En revanche, je peux creuser une tranchée de 200 m de long à la pelle pour enterrer mon futur réseau d'irrigation, ou scier du bois pendant 3 ou 4h d'affilée sous la pluie. ça pas de pb ! Là, c'est utile, donc je ne m'ennuie pas :D Vois tu la différence ? En soi c'est un peu du sport de faire cela !
Concernant la bipolarité, ma psychiatre m'a dit que chez certains autistes les manifestations ressemblent beaucoup à une bipolarité atypique (sans dépressions). Visiblement c'est mon cas, et on a bien creusé parce qu'à un moment je craignais d'être aussi bipolaire. Quand tu étudies bien les 2 troubles (et avec l'aide d'un pro, c'est pour ça que je me permets d'insister), tu te rends compte que les similitudes sont réelles mais à la fois ont des causes différentes. Sans partir dans les détails et faire un roman la première qui me vient à l'esprit est que dans la bipolarité le boost vient plutôt de l'intérieur et est assez indépendant des facteurs extérieurs alors que c'est l'inverse dans l'autisme. Pour prendre un exemple grossier un bipolaire sera surexcité par à peu près tout et n'importe quoi (et s'agitera souvent dans tous les sens) alors qu'un autiste ne se "mettra en marche" que suite à un déclencheur précis et fera de l'hyper-focalisation. Bien sûr les bipolaires peuvent être "déclenchés" aussi par un évènement mais ça reste très différent et ce sera alors plutôt du domaine de l'émotionnel.
J'arrive plus ou moins à saisir ce que tu veux dire. Donc, un bipolaire qui serait excité par tout et n’importe quoi, n'aurait pas un seul et même intérêt au sein duquel il pourra "s'activer".
Encore une fois ce n'est que ce que j'en ai compris, je ne suis pas spécialiste et je te conseille vraiment de consulter car on peut aussi être concerné par les 2 problématiques.
ça fait plusieurs fois qu'on me fait la remarque sur ce forum. Notamment du rapprochement avec la bipolarité. A force, ça risque de me donner envie de consulter :lol:
Je ne sais pas si tu connais Michael Burry, c'est un des personnages du film (et livre) "The big short". Il existe vraiment et a réalisé (avec d'autres) ce fameux casse du siècle grâce à des compétences hallucinantes en opérations financières acquises en autodidacte durant ses "loisirs". Mis à part que je suis très loin d'être un génie et que je ne connais hélas rien à la bourse (et m'en contrefous en prime :mryellow: ), je me sens très proche de son fonctionnement. Il est plus ou moins diag TSA et a reçu auparavant un diag de bipolarité (infirmé car il correspond justement beaucoup plus aux critères autistiques).
Son parcours m'a bien aidée et je me suis sentie beaucoup moins seule après avoir vu le film et lu le bouquin. Le film est un peu caricatural (évidemment) mais j'y ai entendu des propos d'une pertinence exempte de beaucoup de choses "sérieuses" au sujet de hyper-focalisation et des problèmes de socialisation.
Merci je vais regarder cela :bravo:
M'inspirer d'aménagements recommandés pour les personnes bipolaires (sur les conseils de ma psychiatre) est inspirant aussi pour acquérir et garder un minimum de stabilité.
Je ne sais pas pour toi mais pour moi c'est capital car j'ai ma fille à gérer et pour des choses comme conduire ou même préparer les repas sans mettre le feu à la maison j'ai besoin de gardes-fous afin de ne pas atteindre le point de non retour de l'épuisement.
ça m'intéresse ce truc. J'ai aussi une fille... elle est encore petite, mais elle prend de plus en plus de place. Et pour la gérer ça commence à se complexifier !
ça me fait rire ce que tu dis, parce que c'est particulièrement mon cas, de laisser un truc bruler sur le gaz pendant des heures, ou oublier un fer à souder allumé et posé sur une table en bois...

Serait-il possible d'en parler un peu plus en détail ? (de ces aménagements pour bipolaires). Par MP si tu préfères :bravo:

Merci pour ta réponse en tout cas !

Avatar du membre
philigram
Forcené
Messages : 1863
Enregistré le : mercredi 14 septembre 2016 à 9:14
Localisation : Gironde

Re: Besoin d'être hyperactif

#13 Message par philigram » mardi 23 janvier 2018 à 23:08

Axurit66, j'ai la même conception du sport que toi. Je préfère creuser une tranchée, et j'en ai fait quelques unes chez moi à la pelle, que courrir pour revenir au même point.
Je dirais même que le concept me dépasse un peu surtout la remise en forme en salle ...

Et depuis que je me suis fait une rupture de tendon au tennis, et vu en kiné que la majorité des blessés sont des sportifs, j'ai arrêté le sport mais pas l'effort physique.
Sans sport on peut tout à fait garder sa ligne et se muscler.
Mais ça n'a rien à voir avec l'hyperactivité, désolé.
Diagnostiqué asperger avec anxiété sociale marquée par le CRA.

julien-asse-42
Régulier
Messages : 43
Enregistré le : lundi 18 septembre 2017 à 17:35

Re: Besoin d'être hyperactif

#14 Message par julien-asse-42 » mardi 23 janvier 2018 à 23:28

Parfois certains problemes ne sont pas peut-etre pas forcément imputables a l'autisme.

Bcp de NT souffrent des symptomes décrit, peut-etre est ce du a des carences alimentaires ? D'autres causes sont envisageables.
24 ans, non diagnostiqué. En attente du premier rdv avec le centre REHACOOR 42, lieu d'évaluation et d'accompagnement autisme haut niveau le 31 Janvier.

Avatar du membre
axurit66
Passionné
Messages : 435
Enregistré le : mardi 17 février 2015 à 0:47

Re: Besoin d'être hyperactif

#15 Message par axurit66 » mercredi 24 janvier 2018 à 8:56

philigram a écrit :Axurit66, j'ai la même conception du sport que toi. Je préfère creuser une tranchée, et j'en ai fait quelques unes chez moi à la pelle, que courrir pour revenir au même point.
Je dirais même que le concept me dépasse un peu surtout la remise en forme en salle ...

Et depuis que je me suis fait une rupture de tendon au tennis, et vu en kiné que la majorité des blessés sont des sportifs, j'ai arrêté le sport mais pas l'effort physique.
Sans sport on peut tout à fait garder sa ligne et se muscler.
Mais ça n'a rien à voir avec l'hyperactivité, désolé.
Peut-être est-ce donc une manière de compenser la non-envie de faire du sport alors ? :lol:
Toi au moins, tu peux te vanter d'avoir essayé d'en faire ! (du sport) :bravo:

Répondre