Quel est l'intéret, qu'attendez-vous, du diagnostic ?

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Fleurdeprintemps
Fidèle
Messages : 147
Enregistré le : vendredi 29 août 2014 à 9:49

Re: Quel est l'intéret, qu'attendez-vous, du diagnostic ?

#46 Message par Fleurdeprintemps » jeudi 31 janvier 2019 à 19:50

hazufel a écrit :
jeudi 31 janvier 2019 à 8:28
Un médecin (du travail y compris) sera toujours plus enclin à prendre en compte un diagnostic posé par un confrère. Il y a peu (voire pas) de médecins qui prennent des dispositions suite à des bilans de psychologues. Pour un aménagement professionnel et encore plus une demande de RQTH, des bilans de psychologues ne suffiront pas.
Les professionnels de santé que tu croiseras et à qui il faudra annoncer ton autisme potentiel, ne le prendront en compte que s’il est validé par un médecin.
On ne contredit pas l’avis d’un médecin (à l’école, dans le travail, et en famille pas tellement non plus), en revanche les bilans de psychologues ne sont pas souvent pris au sérieux ni ne permettent de reconnaissance réelle.
C’est ce que j’ai remarqué avec trois démarches chez moi et tout ce que j’ai lu ailleurs.
Bon courage.
Merci pour ta réponse. Exposé ainsi, ça semble logique.

Par contre lorsque tu dis : "On ne contredit pas l’avis d’un médecin", ce n'est pas toujours vrai.

J'ai une maladie orpheline, qui est en général diagnostiquée par des rhumatologues (ou des généticiens). Dans mon cas, il s'agit d'un rhumatologue spécialiste de cette maladie, qui ne se consacre qu'à cette maladie. Une rhumatologue que je connais, c'est moquée du diagnostic de son confrère, a dit que c'est n'importe quoi et que cette maladie n'existe pas (ou dans de très rares cas) et que je n'ai certainement pas cette maladie (je précise qu'elle ne m'a pas examinée). Parfois, lorsqu'une maladie, ou une spécificité n'est pas bien connue, des diagnostics posés par des spécialistes ne sont pas toujours pris au sérieux et même nié. Ce sont des témoignages que je lis aussi concernant cette maladie. Certaines formes de TSA ne sont pas bien connus des médecins et il peut peut-être se produire le même genre de remarque/réflexion/déni.

Malgré tout, il vaut sans doute mieux avoir un diagnostic par un médecin.
Diagnostiquée HPI en 2014
Diagnostiquée SED en 02/2018
Pré-diagnostic le 21/12 : TSA (asperger)
Diagnostic TSA (asperger) le °7/02/2019 par psychiatre

Aeryn
Passionné
Messages : 430
Enregistré le : mardi 10 janvier 2017 à 18:49

Re: Quel est l'intéret, qu'attendez-vous, du diagnostic ?

#47 Message par Aeryn » vendredi 1 février 2019 à 7:37

Le cas du SED hypermobile est très particulier.
Les généticiens "croient" en une forme de cette maladie (qui a été décrite il y a longtemps), mais les médecins du GERSED utilisent la même appellation pour une pathologique qui, si elle existe (je n'ai pas d'avis sur la question), est diagnostiquée sur des critères diagnostiques différents. Cela explique que le diagnostic soit parfois remis en cause, même par des médecins.
TSA d'intensité légère à modérée

Avatar du membre
chill out
Habitué
Messages : 79
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23
Localisation : Vienne 38
Contact :

Re: Quel est l'intéret, qu'attendez-vous, du diagnostic ?

#48 Message par chill out » vendredi 1 février 2019 à 21:07

L'intérêt du diag me concernant était de ne plus avoir à me demander si j'étais normal, bizarre, fou, asocial ou seulement différent au sein d'un univers composé de milliard d'humains dont j'ai toujours du mal à comprendre les motivations...

L'utilité à été de pouvoir expliquer à mon entourage professionnel que j'étais seulement différent et que mon asociabilité était du à un stress intense lors des attroupements de convivialité et que ma froideur était également une forme d'incompréhension de cette humeur joyeuse permanente qui s'échangeait autour de moi sur des sujets d'une futilité égale à un ballon d'hélium qui s'élève dans le ciel...

ET cela m'a surtout permis d'arrêter de faire des efforts pour tenter de m'intégrer ou que ce soit avec qui que ce soit...
Au final, j'ai réappris à vivre au sein de mon univers comme un enfant sauvage d'Asperger que je n'ai jamais cessé d'être...
Je suis un enfant sauvage d'Asperger...
Diagnostiqué à 47 ans.

PrTournesol
Occasionnel
Messages : 11
Enregistré le : samedi 2 février 2019 à 14:02

Re: Quel est l'intéret, qu'attendez-vous, du diagnostic ?

#49 Message par PrTournesol » dimanche 3 février 2019 à 17:28

Bonjour,

J'envisage le diagnostic comme quelque chose de positif mais d'après les commentaires précédents, il semble évident que nous le vivions tous de façon très différente et que nos objectifs soient très variés aussi.

En ce qui me concerne, j'ai entrepris les démarches afin de me déculpabiliser. Toute ma vie j'aurai subi les remarques désobligeantes des personnes qui m'entourent : pourquoi tu ne dis pas bonjour ? pourquoi tu ne me demandes pas comment je vais ? pourquoi tu ne fais pas des efforts ? sois plus spontanée ! sors ton nez de tes bouquins ! pourquoi t'as rien dit de la soirée ? tu fais la gueule ? arrête de faire ta pédante ! (parce que j'ai repris la personne sur l'accord du participe passé), etc etc.

Un diagnostic me permettra sûrement de me sentir moins coupable et de pouvoir enfin m'accepter telle que je suis. Je me sens déjà beaucoup mieux après mon premier entretien de vendredi soir. Cela ne facilitera pas le quotidien, mais cela devrait m'aider à avoir une meilleure opinion de moi-même : NON, je ne suis pas une sauvage et une rustre (entre autres), j'ai juste un besoin vital de solitude le week-end après une semaine en contact constant avec les gens, et je ne rejette pas les codes sociaux, c'est seulement que je ne les comprends pas ou qu'ils me paraissent futiles et superficiels.
En cours de diagnostic. Premier rendez-vous avec un psychiatre le 1/2/19. Bilan complet prévu dans un centre expert asperger.

Répondre