Autisme et emploi

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4651
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#91 Message par Flower » mardi 11 février 2020 à 10:05

C'est un peu la même chose pour moi actuellement, j'ai changé de poste et je m'ennuie pas mal. Mais il y a eu une période de calme plat qui s'explique par un certain contexte, donc j'espère que ça va s'améliorer, et j'en ai profité pour prendre des vacances. :D Puis avant j'avais un emploi où je ne m'ennuiais pas, certes, mais je m'y suis épuisée, donc j'ai cherché exprès un poste où je pourrai me reposer un peu. Cela ne me gène pas tellement du coup. A l'avenir, il faudrait quand même que je trouve des pistes pour éviter à la fois l'ennui et l'épuisement, pas facile...
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Nawak
Occasionnel
Messages : 24
Enregistré le : samedi 8 février 2020 à 11:58
Localisation : Gironde

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#92 Message par Nawak » vendredi 14 février 2020 à 8:02

Bonjour,

Je comprends parfaitement ce que tu vis car c'est assez proche de mon parcours .. J'ai toujours ressenti cet ennui au travail de façon plus ou moins forte . Le dernier en date a été le plus difficile pour cela. J'ai donc décidé de récupérer des cours de fac pour reprendre des études ( licence psycho), j'ai entrepris d'écrire un livre , regardé et lu des tonnes de choses sur ma passion du moment etc.. Finalement , je ne travaillais réellement qu'une heure ou deux par jour pour ma société , le reste étant occupé à autre chose . C'est triste d'en arriver là mais lorsque j'ai évoqué l'absence de travail et quelques idées pour développer mon activité on m'a gentiment indiqué de fermer ma bouche en m'expliquant que je ne devais certainement pas tout faire puisque les autres , eux , travaillaient d'arrache pied ( ce fut le début de la fin puisque du coup , mon manager a commencé à me suivre de près et à vérifier mon travail sans cesse en mettant en cause en permanence mon activité , c'était ridicule car il a pu vérifier systématiquement que tout était réalisé , je crois d'ailleurs que c'est ce qui a déclenché , chez lui , son agressivité permanente , ça et la jalousie de mes collègues qui voyaient, à mon avis , que je ne faisais pas grand chose avec des résultats pourtant très conséquents et meilleurs que les leurs ...) ... Je pense qu'il est très important d'apprendre à gérer ses collègues et direction pour tenir dans les entreprises , ce que je n'ai hélas pas su faire . Ma vie professionnelle, du coup est assez chaotique ...
Prediagnostic positif d'une psychologue spécialisée TSA: 2019
Diagnostic Autisme Asperger confirmé par Psychiatre spécialisé : juillet 2020
Dossier déposé au CRA ( en 2019) pour une évaluation prévue à partir de l'été 2021.
HPI confirmé .

Annao
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 16 décembre 2019 à 10:54

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#93 Message par Annao » vendredi 14 février 2020 à 12:01

Nawak a écrit :
vendredi 14 février 2020 à 8:02
Bonjour,

Je comprends parfaitement ce que tu vis car c'est assez proche de mon parcours .. J'ai toujours ressenti cet ennui au travail de façon plus ou moins forte . Le dernier en date a été le plus difficile pour cela. J'ai donc décidé de récupérer des cours de fac pour reprendre des études ( licence psycho), j'ai entrepris d'écrire un livre , regardé et lu des tonnes de choses sur ma passion du moment etc.. Finalement , je ne travaillais réellement qu'une heure ou deux par jour pour ma société , le reste étant occupé à autre chose . C'est triste d'en arriver là mais lorsque j'ai évoqué l'absence de travail et quelques idées pour développer mon activité on m'a gentiment indiqué de fermer ma bouche en m'expliquant que je ne devais certainement pas tout faire puisque les autres , eux , travaillaient d'arrache pied ( ce fut le début de la fin puisque du coup , mon manager a commencé à me suivre de près et à vérifier mon travail sans cesse en mettant en cause en permanence mon activité , c'était ridicule car il a pu vérifier systématiquement que tout était réalisé , je crois d'ailleurs que c'est ce qui a déclenché , chez lui , son agressivité permanente , ça et la jalousie de mes collègues qui voyaient, à mon avis , que je ne faisais pas grand chose avec des résultats pourtant très conséquents et meilleurs que les leurs ...) ... Je pense qu'il est très important d'apprendre à gérer ses collègues et direction pour tenir dans les entreprises , ce que je n'ai hélas pas su faire . Ma vie professionnelle, du coup est assez chaotique ...
Bonjour,

Mon dieu... je suis très peinée pour vous. Néanmoins, vous avez à peu près le même parcours que moi, cela me réconforte. Ne vous sentez pas seul, moi aussi j’ai vécu la même chose...

Ma responsable était jalouse aussi car je faisais tout très vite et bien, elle contrôlait mais elle ne trouvait rien. Cela aussi a développé une agressivité. De même concernant ma direction. Sauf qu’au final, j’ai fini par les mener à la baguette, je les ai menacés de tout mettre sur les réseaux sociaux (C’est un grand groupe), de porter plainte d’un niveau pénal et travail, de les mettre aux prudhommes. J’étais mega déterminée. Tellement en colère et à la fois abattue. Je n’ai rien lâché. J’ai eu de la chance d’avoir un médecin du travail exemplaire (d’ailleurs depuis mon histoire il est parti... a mon avis on l’a remercié...) et d’être accompagnée de mon médecin traitant.

Le monde de l’entreprise est difficile pour nous. En ce moment, j’ai appris à être distante au sein de mon nouveau travail. Je suis là sans être là. Je lèche un peu les bottes, je dis bonjour à tout le monde (même si je déteste ça et que j’y vois aucun intérêt), d’en faire le moins possible, de pas demander de travail en supplément alors que sur 7h de travail, je travaille uniquement une seule...) c’est très dur à gérer, cela me demande beaucoup d’énergie.

Cependant, comme je l’ai indiqué, j’envisage de quitter la France et de découvrir de nouveaux horizons. Je prospecte le terrain, cela me fera le plus grand bien je pense.

Courage à nous :D
Pré-diagnostic effectué par mon psychiatre, 11/ 2019.
Diagnostic proposé par le CDEAA du Centre Hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris le 18 novembre 2019.
Diagnostiquée Aspie et HPI :bravo:

Annao
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 16 décembre 2019 à 10:54

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#94 Message par Annao » vendredi 14 février 2020 à 12:02

Flower a écrit :
mardi 11 février 2020 à 10:05
C'est un peu la même chose pour moi actuellement, j'ai changé de poste et je m'ennuie pas mal. Mais il y a eu une période de calme plat qui s'explique par un certain contexte, donc j'espère que ça va s'améliorer, et j'en ai profité pour prendre des vacances. :D Puis avant j'avais un emploi où je ne m'ennuiais pas, certes, mais je m'y suis épuisée, donc j'ai cherché exprès un poste où je pourrai me reposer un peu. Cela ne me gène pas tellement du coup. A l'avenir, il faudrait quand même que je trouve des pistes pour éviter à la fois l'ennui et l'épuisement, pas facile...
Je ne sais pas quel âge vous avez mais avez-vous pensé à partir à l’étranger ?
Pré-diagnostic effectué par mon psychiatre, 11/ 2019.
Diagnostic proposé par le CDEAA du Centre Hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris le 18 novembre 2019.
Diagnostiquée Aspie et HPI :bravo:

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4651
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#95 Message par Flower » vendredi 14 février 2020 à 16:36

Annao a écrit :
vendredi 14 février 2020 à 12:02
Flower a écrit :
mardi 11 février 2020 à 10:05
C'est un peu la même chose pour moi actuellement, j'ai changé de poste et je m'ennuie pas mal. Mais il y a eu une période de calme plat qui s'explique par un certain contexte, donc j'espère que ça va s'améliorer, et j'en ai profité pour prendre des vacances. :D Puis avant j'avais un emploi où je ne m'ennuiais pas, certes, mais je m'y suis épuisée, donc j'ai cherché exprès un poste où je pourrai me reposer un peu. Cela ne me gène pas tellement du coup. A l'avenir, il faudrait quand même que je trouve des pistes pour éviter à la fois l'ennui et l'épuisement, pas facile...
Je ne sais pas quel âge vous avez mais avez-vous pensé à partir à l’étranger ?
J'en reviens. Et j'étais à deux doigts du burn-out en rentrant. Il ne faut pas se faire trop d'illusions non plus, en tant qu'expatrié, il faut souvent travailler davantage et on se retrouve souvent avec un volet "représentation" en plus, après le travail. Et si on part définitivement, à moins peut-être d'aller quelque part où on détonnera physiquement (genre Afrique noire, Asie...) et sera donc toujours un étranger, au bout d'un moment les gens s'attendront à ce qu'on s'intègre complètement. J'ai fait les deux, n'étant pas française d'origine...
Je ne dis pas qu'il faut laisser tomber l'idée d'une expatriation, c'est très enrichissant, mais il faut être conscient que cela ne fera pas disparaître les difficultés liées à l'autisme. Ça les gommera au début, mais le plus important est surtout d'avoir dans son entourage des gens bienveillants.
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Nawak
Occasionnel
Messages : 24
Enregistré le : samedi 8 février 2020 à 11:58
Localisation : Gironde

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#96 Message par Nawak » vendredi 14 février 2020 à 18:35

Annao a écrit :
vendredi 14 février 2020 à 12:01

Le monde de l’entreprise est difficile pour nous. En ce moment, j’ai appris à être distante au sein de mon nouveau travail. Je suis là sans être là. Je lèche un peu les bottes, je dis bonjour à tout le monde (même si je déteste ça et que j’y vois aucun intérêt), d’en faire le moins possible, de pas demander de travail en supplément alors que sur 7h de travail, je travaille uniquement une seule...) c’est très dur à gérer, cela me demande beaucoup d’énergie.

Cependant, comme je l’ai indiqué, j’envisage de quitter la France et de découvrir de nouveaux horizons. Je prospecte le terrain, cela me fera le plus grand bien je pense.

Courage à nous :D
Oui , j'ai toujours eu de grandes difficultés dans les entreprises dans lesquelles je suis allée et n'ai jamais pu rester longtemps dans un poste .. J'aimerai avoir votre souplesse mais c'est plus fort que moi , je n'y arrive pas , je sais pourtant que c'est la solution à beaucoup de souci ..
L'expatriation est également la solution que je vais adopter dans quelques mois ( j'ai opté pour l'Asie car il me semble que je m'adapte assez bien aux codes sociaux en place vu ma petite expérience ) , j'ai cette envie depuis l'enfance , il est temps de mettre tout ça en pratique , pour le moment , c'est , boucler mon job de maman avant tout ( ma fille n'est pas encore prête à ce départ et elle est encore trop jeune) et préparation psychologique et matérielle du départ .. Ça prend du temps ! :wink:

Vive les grandes aventures ! ( bon .. D'accord.. Dans la vraie vie je fais moins la maligne) :lol: :lol:
Prediagnostic positif d'une psychologue spécialisée TSA: 2019
Diagnostic Autisme Asperger confirmé par Psychiatre spécialisé : juillet 2020
Dossier déposé au CRA ( en 2019) pour une évaluation prévue à partir de l'été 2021.
HPI confirmé .

Annao
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 16 décembre 2019 à 10:54

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#97 Message par Annao » samedi 15 février 2020 à 11:02

Flower a écrit :
vendredi 14 février 2020 à 16:36
Annao a écrit :
vendredi 14 février 2020 à 12:02
Flower a écrit :
mardi 11 février 2020 à 10:05
C'est un peu la même chose pour moi actuellement, j'ai changé de poste et je m'ennuie pas mal. Mais il y a eu une période de calme plat qui s'explique par un certain contexte, donc j'espère que ça va s'améliorer, et j'en ai profité pour prendre des vacances. :D Puis avant j'avais un emploi où je ne m'ennuiais pas, certes, mais je m'y suis épuisée, donc j'ai cherché exprès un poste où je pourrai me reposer un peu. Cela ne me gène pas tellement du coup. A l'avenir, il faudrait quand même que je trouve des pistes pour éviter à la fois l'ennui et l'épuisement, pas facile...
Je ne sais pas quel âge vous avez mais avez-vous pensé à partir à l’étranger ?
J'en reviens. Et j'étais à deux doigts du burn-out en rentrant. Il ne faut pas se faire trop d'illusions non plus, en tant qu'expatrié, il faut souvent travailler davantage et on se retrouve souvent avec un volet "représentation" en plus, après le travail. Et si on part définitivement, à moins peut-être d'aller quelque part où on détonnera physiquement (genre Afrique noire, Asie...) et sera donc toujours un étranger, au bout d'un moment les gens s'attendront à ce qu'on s'intègre complètement. J'ai fait les deux, n'étant pas française d'origine...
Je ne dis pas qu'il faut laisser tomber l'idée d'une expatriation, c'est très enrichissant, mais il faut être conscient que cela ne fera pas disparaître les difficultés liées à l'autisme. Ça les gommera au début, mais le plus important est surtout d'avoir dans son entourage des gens bienveillants.
Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il faut être entouré de personnes bienveillantes au sein de notre entourage.

Pour moi, pas facile. Je vis avec une mère dépressive et bipolaire qui ne fait rien de ses journées... et mon père commence à être un peu dépressif aussi...

J’habite dans la capitale, se loger est extrêmement dur. C’est très cher même en banlieue. J’ai fais une demande de logement sociale, je vais voir une assistante sociale bientôt.

C’est pour cela que je souhaite partir. Je suis allée en Chine pendant 1 mois en études, ça a été le plus beau et reposant voyage de toute ma vie. J’ai appris le chinois à l’âge de 13 ans en langue vivante numéro 2 au collège que j’ai poursuivi jusqu’en terminale au lycée. J’avais choisi chinois à l’époque car comme j’avais du mal avec autrui, il y avait seulement 3 personnes qui avaient choisi chinois :mryellow:

J’ai senti de la bienveillance en Chine de la part des autochtones, j’ai été harcelée à cette époque pendant plusieurs années. Lorsque j’étais sur place, j’ai découvert cette culture qui me ressemblait beaucoup. J’étais apaisée, aucun stress. C’était génial.

Après, y habiter en ce moment, ce n’est peut être pas le bon moment haha.

Néanmoins, j’ai discuté avec mon psychiatre le fait d’aller travailler au sein d’un pays chaud et où la culture me paraît accessible et non stressante. Affaire à suivre.

J’espère que tu t’es reposé depuis en tout cas.
Pré-diagnostic effectué par mon psychiatre, 11/ 2019.
Diagnostic proposé par le CDEAA du Centre Hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris le 18 novembre 2019.
Diagnostiquée Aspie et HPI :bravo:

Annao
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 16 décembre 2019 à 10:54

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#98 Message par Annao » samedi 15 février 2020 à 11:06

Nawak a écrit :
vendredi 14 février 2020 à 18:35
Annao a écrit :
vendredi 14 février 2020 à 12:01

Le monde de l’entreprise est difficile pour nous. En ce moment, j’ai appris à être distante au sein de mon nouveau travail. Je suis là sans être là. Je lèche un peu les bottes, je dis bonjour à tout le monde (même si je déteste ça et que j’y vois aucun intérêt), d’en faire le moins possible, de pas demander de travail en supplément alors que sur 7h de travail, je travaille uniquement une seule...) c’est très dur à gérer, cela me demande beaucoup d’énergie.

Cependant, comme je l’ai indiqué, j’envisage de quitter la France et de découvrir de nouveaux horizons. Je prospecte le terrain, cela me fera le plus grand bien je pense.

Courage à nous :D
Oui , j'ai toujours eu de grandes difficultés dans les entreprises dans lesquelles je suis allée et n'ai jamais pu rester longtemps dans un poste .. J'aimerai avoir votre souplesse mais c'est plus fort que moi , je n'y arrive pas , je sais pourtant que c'est la solution à beaucoup de souci ..
L'expatriation est également la solution que je vais adopter dans quelques mois ( j'ai opté pour l'Asie car il me semble que je m'adapte assez bien aux codes sociaux en place vu ma petite expérience ) , j'ai cette envie depuis l'enfance , il est temps de mettre tout ça en pratique , pour le moment , c'est , boucler mon job de maman avant tout ( ma fille n'est pas encore prête à ce départ et elle est encore trop jeune) et préparation psychologique et matérielle du départ .. Ça prend du temps ! :wink:

Vive les grandes aventures ! ( bon .. D'accord.. Dans la vraie vie je fais moins la maligne) :lol: :lol:
Cette souplesse est difficile à mettre en œuvre au quotidien. Ces derniers jours, j’ai commencé à me lâcher un peu quand même :mrgreen: :mrgreen: mais il faut que je fasse attention.

Elle fatigue au quotidien, si je pouvais m’en passer... et je sais très bien qu’un jour, je ne pourrais plus la mettre en pratique, le naturel revient toujours au galop !

Oh c’est super ! Où exactement en Asie ? Comme je l’ai évoqué au sein de mon précédent message, je suis allée en Chine et également en Corée du Sud ! Je vous soutiens dans votre projet, vous avez raison de prendre votre temps. Surtout pour votre fille, ce n’est pas facile ayant vécu beaucoup de déménagement à la suite d’un père fonctionnaire.

Néanmoins, si c’est votre rêve (comme moi) je vous souhaite de partir :mryellow:
Pré-diagnostic effectué par mon psychiatre, 11/ 2019.
Diagnostic proposé par le CDEAA du Centre Hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris le 18 novembre 2019.
Diagnostiquée Aspie et HPI :bravo:

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4651
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#99 Message par Flower » samedi 15 février 2020 à 11:21

Chacun ses goûts, perso vu le système politique, mais aussi la pollution en Chine (dans les grandes villes au moins), clairement ce n'est pas un pays où j'ai envie de vivre... Et vivre dans un pays au long cours n'est pas la même chose que d'y passer quelques semaines ou mois. Pour l'Asie, je pense à la culture du travail par exemple, le droit local est je crois souvent bien plus défavorable qu'en Europe.
Bref, il faut être conscient que partir ne résout pas tout et bien préparer une expatriation - y compris comment gérer un échec.
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Annao
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 16 décembre 2019 à 10:54

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#100 Message par Annao » samedi 15 février 2020 à 13:25

Flower a écrit :
samedi 15 février 2020 à 11:21
Chacun ses goûts, perso vu le système politique, mais aussi la pollution en Chine (dans les grandes villes au moins), clairement ce n'est pas un pays où j'ai envie de vivre... Et vivre dans un pays au long cours n'est pas la même chose que d'y passer quelques semaines ou mois. Pour l'Asie, je pense à la culture du travail par exemple, le droit local est je crois souvent bien plus défavorable qu'en Europe.
Bref, il faut être conscient que partir ne résout pas tout et bien préparer une expatriation - y compris comment gérer un échec.
Ah mais je suis complètement d’accord ! Par exemple, en Corée du Sud c’est du 45h par semaine voir plus...

Il est plus confortable de partir avec un contrat d’expatrié au sein d’une entreprise française.

J’avais le rêve de travailler en Chine mais plus maintenant.
J’ai des soucis respiratoires, asthme et compagnie donc ce n’est pas la peine.
Je vise plus l’Amérique du Nord ou bien un pays chaud et sec.

L’hiver et le froid me fait totalement déprimer chaque année.
Pré-diagnostic effectué par mon psychiatre, 11/ 2019.
Diagnostic proposé par le CDEAA du Centre Hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris le 18 novembre 2019.
Diagnostiquée Aspie et HPI :bravo:

Annao
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 16 décembre 2019 à 10:54

Re: Emploi - Je m’ennuie vite, remise en question

#101 Message par Annao » vendredi 6 mars 2020 à 21:14

Bonjour à tous et à toutes,

Je me permets de revenir vers vous afin de vous donner quelques nouvelles.

Il y’a deux semaines, j’ai craqué. Je ne suis pas retournée au travail. C’était trop dur. Le matin, j’avais la boule au ventre, je ne me sentais pas bien. C’était trop difficile de tenir.

Par conséquent, je vais me retrouver au chômage. Mais d’un côté, je me sens un peu mieux. Stressée d’avoir abandonné, déçue de moi-même mais au moins, j’ai eu le mérite d’avoir essayé.

Je vais subir une intervention chirurgicale des yeux le 15 mai 2020 (opération du strabisme, ça se voit pas beaucoup mais j’ai décidé après 10 ans de réflexion de me lancer).

Ainsi, je pense aller voir mes grands-parents dans le sud de la France quelques jours et voir également ma grand-mère dans le sud-ouest afin de me reposer et de me ressourcer loin de Paris.

De plus, je viens de recevoir mon passeport. Enfin ! Je vais sûrement me réserver quelques semaines de vacances à l’étranger.

Désormais, je pense à moi et de mes envies. Mon problème est que je m’ennuie très vite dans ce que j’entreprends au sein d’ un emploi. Mon psychiatre m’a indiqué de penser à l’instant présent, de chercher autre chose professionnellement parlant.

Bien que j’ai toujours du mal avec autrui, le seul emploi pour lequel j’étais épanouie était personnel au sol au sein d’une compagnie aérienne à l’aéroport. Un peu antinomique en étant aspie :mryellow: :mryellow: mais j’aimais beaucoup aider les gens, leur rendre service, porter l’uniforme. C’était très carré et même si les horaires décalés et le rythme assez intense, j’étais épanouie.

Pour terminer donc, il faut que je sois patiente désormais avant de me lancer dans un projet professionnel. J’ai déjà ma petite idée qui ne m’a jamais quitté depuis l’adolescence. Je vais me lancer dans ce projet. Quitte à attendre plusieurs mois sans travailler, je me dis que ça en vaudra la chandelle.

Bien amicalement

Annao


Modération (Tugdual) : Fusion de sujets (fin).
Pré-diagnostic effectué par mon psychiatre, 11/ 2019.
Diagnostic proposé par le CDEAA du Centre Hospitalier Pitié-Salpêtrière à Paris le 18 novembre 2019.
Diagnostiquée Aspie et HPI :bravo:

Avatar du membre
Morgane26
Régulier
Messages : 56
Enregistré le : vendredi 24 avril 2020 à 11:28
Localisation : Nouvelle aquitaine

Re: Conseils et ressources pour l'emploi

#102 Message par Morgane26 » samedi 25 avril 2020 à 9:51

Bonjour,
Je tiens à apporter ma petite expérience de début de construction de projet professionnel.
Ayant comme vous le savez repris mes études en filière ASSP et attente des résultats du bac pro en juillet, j'ai réalisé plusieurs stages dont certains d'immersion en clinique vétérinaire, ehpad, hôpital etc.
J'ai donc depuis 6 ans, une reconnaissance de qualité de travailleur handicapé par la MDPH(RQTH) et depuis 2 ans, je bénéficie d'une aide dans la construction de mon projet compatible avec mon handicap et personnalisé grâce à ma conseillère d'insertion-emploi accompagné du dispositif IN'EA de ma région dépendant de l'association APAJH corrèze.

Elle m'aide à trouver un projet cohérent, démarches d'emploi pour l'été, conseils sur l'orientation et les structures type CRP ou ESAT existants, reprendre confiance en moi.

Cela m'a permis, depuis que j'en bénéficie avec 11 autres bénéficiaires, de reprendre un cursus scolaire; avoir confiance en moi; trouver une voie professionnelle et surtout prendre conscience de l'impact de mon SA quant aux choix de ma poursuite d'études qui n'est pas aisé quand on est différent. On a parfois tendance à vouloir faire "l'impossible" de ce qui est réalisable et ne pas terminer ce que j'ai commencé.
Grâce à ce dispositif, je sais enfin vers quoi me tourner: le paramédical, social ou les animaux. Tout dépendra de l'obtention du bac pro et des affectations pour septembre.

Je pense que ce dispositif est vraiment adapté pour les personnes qui souhaitent avec leur handicap, s'insérer dans le milieu ordinaire du travail ou reprendre un projet d'études.

En cas de réel difficultés à être dans le milieu ordinaire, la personne ressource qui s'occupe de mon cas, orientera vers des professionnels plus adéquats en partenariat.
Et vous, qu'en pensez vous de ce dispositif? Y en a t-il parmi vous qui ont repris des études avec leur SA ou travaillent en milieu ordinaire? Quelles professions ou filières selon vous sont incompatibles avec nos difficultés?


Modération (Tugdual) : Déplacement de message faisant suite à ceci (début).

Attention : la section "À propos de l'autisme et du S.A." n'est pas appropriée pour les témoignages.
Diagnostiquée Autiste Asperger- en Juillet 2019 + HPI, par le CRA de Limoges.
Epileptique
Dyspraxique(trouble développemental coordination)
Poursuite d'études: IFAS(institut de formation d'aide soignant)

Mylie
Passionné
Messages : 355
Enregistré le : lundi 20 avril 2020 à 13:12

Re: Autisme et emploi

#103 Message par Mylie » jeudi 14 mai 2020 à 13:34

J ai une question sur le fonctionnement autistique en lien avec le travail, j espère que c est le bon endroit:

Je me suis rendue compte que, quand on chef bouleverse ma journée en me demandant une tâche urgente, ou en changeant mes priorités, je me retrouve comme "bloquée", est ce un trait autistique ? Ou est ce que ça arrive aussi aux neurotypiques ?

Pour situer ce qui me fait me poser la question: j avais mon plan pour la journée, avec ma liste des choses à faire, je ne m étais pas établi d ordres, mais en règle général en établissant ma to do list je sais plus où moins comment je vais m y prendre. Et premier problème: réunion de service annoncée à 8h15 pour 10h, avancée finalement à 9h, puis décalée à 9h15. Déjà ça m a perdue (et course pour être presentable puisqu en visio). Ensuite mon chef m annonce que je dois faire des relances téléphoniques (beurk.. Je hais le téléphone..). Ce n était pas dans ma liste.. Et depuis la fin de la réunion, je procrastine, j ai l'impression de ne pas avancer, de ne pas être motivé, le moindre truc me "sort" du boulot.. Et je me rends compte, en y réfléchissant, que ça m'arrive tout le temps..

Bref, ça vous arrive aussi ? Ça me perd un peu.. (jusqu'à novembre 2018 j étais dans un autre service et je gérais ma journée absolument comme je le voulais, j avais toutes les cartes, rarement d urgences impromptues.. Donc mis à part l ennui, je n avais pas de soucis d organisation, c est assez nouveau pour moi, et déstabilisant).
Suspicions psychiatre spécialisé - Réorientation CRA pour tests plus poussés
(J'ai une maladie pulmonaire depuis toujours)

Space
Fidèle
Messages : 145
Enregistré le : samedi 26 janvier 2019 à 10:54

Re: Autisme et emploi

#104 Message par Space » mardi 1 septembre 2020 à 19:03

J’en peux plus...

Je suis épuisée de me battre pour décrocher un emploi qui me soit supportable, en vain.
Je suis épuisée de compter les heures dès que j’embauche pour des raisons que j’ignore alors qu’à la maison je peux travailler des heures et des heures sans broncher.
Je suis épuisée de ne jamais arrêter de penser même en étant occupée (qu’ils sont loin très loins ces moments de vide où la notion de temps n’était plus).
Je suis épuisée d’avoir des connaissances et compétences dans divers domaines sans pouvoir les exploiter.
Je suis épuisée d’essayer et de me planter encore et encore (pourtant il parait qu’à force de se planter, un jour on devient une fleure...).

:hotcry: :hotcry: :hotcry:
Femme (T)HQI-Asperger

10/2019 : diagnostic TSA-Asperger (psychiatre)
09/2019 : pré-diagnoctic syndrome Asperger (psychologue)
12/2016 : diagnostic (T)HQI

Répondre