Aspergers travaillant dans l'enseignement

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 481
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Aspergers travaillant dans l'enseignement

#211 Message par Controleur » dimanche 27 septembre 2020 à 6:14

Antigone a écrit :
jeudi 24 septembre 2020 à 8:08
Kimagine a écrit :Oui, tu as raison. J'essaye de faire ça, mais ça me paraît difficile. J'ai 30 élèves dans ma classe. Toustes ont des niveaux différents, iels me posent tout le temps énormément de questions et si je ne réponds pas rapidement commencent à se poser les questions entre elleux, ce qui génère du bruit.
C'est toujours très difficile, les ados/enfants aujourd'hui sont tellement envahis de bruits (télé, téléphones, pubs, voitures etc) qu'ils ne savent pas à quoi ressemble le silence.
La classe peut aussi être aménagée pour qu'ils échangent moins (tables espacées les uns des autres).
Et le problème de l'immédiateté (tu ne leur répond pas dans la minute et ils sont perdus) c'est aussi un autre problème de générations : on est habitué à avoir tout tout de suite dans notre société, les parents agissent pareil avec les enfants... ils se sentent obligés d'être toujours disponible dans la minute. En fait non. Il ne faut pas. La partie du cerveau qui contrôle les inhibitions est atrophiée... il faut absolument qu'ils travaillent dessus (avec les grandes sections le truc tout simple : mettre deux ou trois jouets sur une table. Dis je reviens dans deux minutes, ne touchez à rien. Tu peux être sûre qu'ils y auront tous touchés. Si à la fin de l'année, je suis parvenue à les faire patienter calmement pendant 5 minutes ça aura été déjà un gros boulot) .
J'ai vu ces ouvrages que j'ai bien envie d'essayer : https://enseignants.nathan.fr/catalogue ... 47243.html

POur éviter les madame madame il y a ceci aussi :
http://ww2.ac-poitiers.fr/svt/spip.php?article844 On impose aux élèves de ne plus lever la main. On tourne le tétra-aide et on ATTEND. C'est comme ça c'est la vie, ils ne sont pas le centre du monde. A toi après d'avoir les yeux "partout"
restent les bruits dans les couloirs entre les heures de cours, tous les bruits générés par l'écriture, les feuilles que les élèves tournent, les multiples interactions entre eux et moi ou quand je les mets en activité orale... Et tout ça est vraiment épuisant (pour moi).
Pour ça ce seront les bouchons d'oreilles avec filtres. Pour répondre à ta question, non ce n''est pas remboursé en tout cas pas par ma mutuelle. Mais voit avec la tienne...C'est un investissement d'environ 150 euros je crois, chez un un audioprothésiste. Pour moi ça les vaudra largement si ça peut m'éviter l'épuisement. Il faut juste que je me lance dans les démarches...
Et peux être imposer à cette génération quelque chose de frustrant: celui que l'adulte ne doit pas se plier au diktat de l'immédiateté.

Et d'ailleurs avec moi quand malgré mes précautions les élèves disaient que je perturbais la classe, j'ai été mis en quarantaine, à part du U des élèves en face du prof. Quinze jours en cours d'histoire-géographie ou j'étais en sursis de lever la main. j'étais en classe de quatrième au collège, dans une classe qui voulait de leur aveux que je disparaisse,je le précise.

Solution que je te recommande si les têtes de piafs veulent jouer avec tes nerfs: tu met en quarantaines les meneurs pendant quinze jours et tu leur notifie sur le cahier de texte . Et un travail à faire sur le respect de l'adulte .
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Dehlynah
Forcené
Messages : 572
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: Aspergers travaillant dans l'enseignement

#212 Message par Dehlynah » mardi 29 septembre 2020 à 21:38

je suis d'accord sur l'immédiateté - avec mon tuteur on échangeait beaucoup là dessus - il me disait " ils sont champions pour te faire perdre le fil, parce que des questions leur viennent, et hop...HS hein,et moi au début je me laissais embarquer, détourner, vu que je suis moi-même la reine de la ...digression- dans tous les cas on est pas SOMMés de répondre à tout et tout de suite, on dirige le fil, on se tient à CE fil, trouver des sortes de mots clefs style " stop hors sujet je réponds pas" - euh Antigone, on peut pas avoir des yeux partout justement ( si? Avec 36 secondes... :hotcry: )
Je connaissais pas le tétra aide MERCI c'est vraiment pas mal du tout (mmm d'emblée j'imagine certains élèves entamer une bataille avec :crazy: ) , parce que c'est réflexif, ça permet d'identifier son besoin, or justement cette espèce d'immédiateté dans laquelle vivent les enfants-ados ( là je vais m'atteler à "grandir connectés" d'A. Cordier) c'est tout sauf ça, on parle sans réfléchir, c'est le culte de la "spontanéité" (alors quand on bosse sur le surréalisme, ça peut être très bien...Sinon...).
TSA (diagnostic en 2019 par psychiatre spécialisé) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 481
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Aspergers travaillant dans l'enseignement

#213 Message par Controleur » mercredi 30 septembre 2020 à 6:30

Dehlynah a écrit :
mardi 29 septembre 2020 à 21:38
je suis d'accord sur l'immédiateté - avec mon tuteur on échangeait beaucoup là dessus - il me disait " ils sont champions pour te faire perdre le fil, parce que des questions leur viennent, et hop...HS hein,et moi au début je me laissais embarquer, détourner, vu que je suis moi-même la reine de la ...digression- dans tous les cas on est pas SOMMés de répondre à tout et tout de suite, on dirige le fil, on se tient à CE fil, trouver des sortes de mots clefs style " stop hors sujet je réponds pas" - euh Antigone, on peut pas avoir des yeux partout justement ( si? Avec 36 secondes... :hotcry: )
Je connaissais pas le tétra aide MERCI c'est vraiment pas mal du tout (mmm d'emblée j'imagine certains élèves entamer une bataille avec :crazy: ) , parce que c'est réflexif, ça permet d'identifier son besoin, or justement cette espèce d'immédiateté dans laquelle vivent les enfants-ados ( là je vais m'atteler à "grandir connectés" d'A. Cordier) c'est tout sauf ça, on parle sans réfléchir, c'est le culte de la "spontanéité" (alors quand on bosse sur le surréalisme, ça peut être très bien...Sinon...).
Ce n'est pas l'immédiateté qui construit. C'est un leur des temps modernes qui évite d'avoir à se confronter au temps et donc à soi même et aux autres.

Et aussi tu fait un rappel collectif au réglement .
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Antigone
Adepte
Messages : 258
Enregistré le : samedi 26 octobre 2019 à 10:04

Re: Aspergers travaillant dans l'enseignement

#214 Message par Antigone » dimanche 4 octobre 2020 à 20:59

Dehlynah a écrit :mm d'emblée j'imagine certains élèves entamer une bataille avec
je vois que tu as la même propension que moi à tout de suite imaginer ce qui va mal se passer... Ma PEMF me disait que je devais avoir plus confiance en mes élèves, et que forcément en étant si négative d'emblée je risquais de me priver de moments sympas. Bon évidemment, elle n'avais pas compris que je ne contrôle pas ces angoisses et je ne choisis pas de rester toute la nuit avec le cerveau qui tourne à cent à l'heure en imaginant les pires scénarios. Cependant, je pense qu'elle avait raison : il faut se donner le droit que ça tourne mal. (enfin sans que ça finisse en bain de sang quand même...). Je ne le fais pas très souvent parce que c'est coûteux en énergie mais quand une idée me tient à coeur, je me lance et je me dis "si ça se passe mal tant pis, j'essaierai d'arranger ça après." C'est loin d'être facile mais quand on y arrive c'est un sacré coup de boost pour le moral...
Dehlynah a écrit : Antigone, on peut pas avoir des yeux partout justement
J'y arrive assez bien mais aussi parce que j'ai passé beaucoup de temps à bouger mes tables et choisir ma place pour qu'elle me permette de voir tout l'espace(y a jamais personne dans mon dos sauf si l'atsem prend le relai). Aucun recoin où se cacher Bon évidemment, je ne vois pas tout tout le temps si je travaille avec un groupe c'est eux que j'essaie de regarder mais comme je peux balayer la classe d'un coup d'oeil, les élèves ont l'impression que je vois tout :D (leur tête quand je les appelle alors qu'ils se pensaient bien tranquilles pour faire leurs âneries" :D )
Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Vous dites que cest si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre." Anhouil

TSA depuis octobre 2019 - QI hétérogène

Dehlynah
Forcené
Messages : 572
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: Aspergers travaillant dans l'enseignement

#215 Message par Dehlynah » lundi 5 octobre 2020 à 18:20

je vois que tu as la même propension que moi à tout de suite imaginer ce qui va mal se passer... Ma PEMF me disait que je devais avoir plus confiance en mes élèves, et que forcément en étant si négative d'emblée je risquais de me priver de moments sympas. Bon évidemment, elle n'avais pas compris que je ne contrôle pas ces angoisses et je ne choisis pas de rester toute la nuit avec le cerveau qui tourne à cent à l'heure en imaginant les pires scénarios.
C'est ça, je suis la pro des scénarios négatifs, dans ma vie en général ( avec mes enfants par exemple...Du coup forcément suis toujours à cran), un peu traumatisée la fille aussi - mais je reste optimiste, et je suis d'accord que si on essaie pas, on peut pas savoir si ça marche ou pas ! Et on se prive de quelque chose qui peut être bien. Bref faut risquer...Tiens je recite Beckett " essayer. Rater. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux." Enfin quand on est un peu traumatisée vaut mieux essayer de pas trop se planter...Et puis en effet l'anticipation négative crée une angoisse insoutenable parfois...
Dans le secondaire, changer la disposition de la classe c'est compliqué parfois ( selon le nombre, la classe même...), mais dans tous les cas ce système ( dispositif même) me plaît bien, à adapter selon les âges, la configuration d'une classe...
TSA (diagnostic en 2019 par psychiatre spécialisé) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 481
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Aspergers travaillant dans l'enseignement

#216 Message par Controleur » jeudi 8 octobre 2020 à 7:10

Dehlynah a écrit :
lundi 5 octobre 2020 à 18:20
je vois que tu as la même propension que moi à tout de suite imaginer ce qui va mal se passer... Ma PEMF me disait que je devais avoir plus confiance en mes élèves, et que forcément en étant si négative d'emblée je risquais de me priver de moments sympas. Bon évidemment, elle n'avais pas compris que je ne contrôle pas ces angoisses et je ne choisis pas de rester toute la nuit avec le cerveau qui tourne à cent à l'heure en imaginant les pires scénarios.
C'est ça, je suis la pro des scénarios négatifs, dans ma vie en général ( avec mes enfants par exemple...Du coup forcément suis toujours à cran), un peu traumatisée la fille aussi - mais je reste optimiste, et je suis d'accord que si on essaie pas, on peut pas savoir si ça marche ou pas ! Et on se prive de quelque chose qui peut être bien. Bref faut risquer...Tiens je recite Beckett " essayer. Rater. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux." Enfin quand on est un peu traumatisée vaut mieux essayer de pas trop se planter...Et puis en effet l'anticipation négative crée une angoisse insoutenable parfois...
Dans le secondaire, changer la disposition de la classe c'est compliqué parfois ( selon le nombre, la classe même...), mais dans tous les cas ce système ( dispositif même) me plaît bien, à adapter selon les âges, la configuration d'une classe...
Je voulais te poser une question: si jamais tu devais gérer une voyage d'échange et que tu apprenais qu'un de tes élèves participants est en fait toujours en position de celui qui va vers les autres mais que les mêmes autres l'excluent, ne veulent pas se soucier de ses besoins à lui alors qu'ils savent qu'il est autiste. Es ce que c'est un cas d'ostracisme sous fond d'handiphobie? Tu le rapatrie ou tu le pousse à rester jusqu'au bout?
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Antigone
Adepte
Messages : 258
Enregistré le : samedi 26 octobre 2019 à 10:04

Re: Aspergers travaillant dans l'enseignement

#217 Message par Antigone » samedi 10 octobre 2020 à 10:30

Controleur a écrit : si jamais tu devais gérer une voyage d'échange et que tu apprenais qu'un de tes élèves participants est en fait toujours en position de celui qui va vers les autres mais que les mêmes autres l'excluent, ne veulent pas se soucier de ses besoins à lui alors qu'ils savent qu'il est autiste. Es ce que c'est un cas d'ostracisme sous fond d'handiphobie? Tu le rapatrie ou tu le pousse à rester jusqu'au bout?
Et bien déjà, je pense qu'il est un peu prématuré de parler d'héndicapophobie pour des enfants/ados. Ils ont beaucoup de défaut mais en général concernant ce sujet,; ils sont beaucoup plus ouverts d'esprit que leurs parents. Avant de les "cataloguer" il faudrait parler avec eux des raisons qui les poussent à repousser cet élève... Malheureusement il y a des élèves exclus dans toutes les écoles du monde, sans que ce ne soit lié à un handicap et des élèves en situation de handicap parfaitement intégrés. En général, les élèves que l'on met à l'écart sont ceux qui ont des centres d'intérêts très divergents des enfants de leurs âges, il y a donc une grosse incompréhension entre eux. Ou ceux dans le comportement est inadapté (j'ai une élève de Grende section qui ne sait pas communiquer avec les autres autrement qu'en les embrassant sur la bouche OU en les tapant, et les poussant... résultat ils ne veulent pas d'elle. et un élève mlavoyant, avec de nombreuses malformation qui a toujours une bande de copains autour de lui pour l'aider. C'est pas une question de handicap.).
ne veulent pas se soucier de ses besoins à lui alors qu'ils savent qu'il est autiste
Ca me parait un peu fort comme jugement. Ils ne "veulent pas" : mais es-tu sûr qu'ils les connaissent au moins ces fameux besoins ? est-ce qu'on leur a expliqué clairement pourquoi leur camarade agit ainsi (pas un brief de 5 minutes par le prof de bio avec une affiche), ce qu'il ressent ? Ils ne vont pas le deviner tout seuls. Et n'oublions pas que ce ne sont que des ados/enfants, leur maturité affective est encore en cours de développement... pour certains ce n''est pas qu'ils ne VEULENT pas c'est juste qu'ils ne PEUVENT pas pour le moment. Sans compter qu'ils grandissent dans une société très individualiste où on oublie rapidement son prochain.

En tant qu'enseignante, c'est là que se situe mon rôle justement. Jouer les médiateurs entre eux pour voir pourquoi les deux parties agissent ainsi (et pas condamner directement les NT en disant qu'ils sont méchants avec le pauvre handicapé - les ados sont cruels entre eux, c'est ainsi ça fait partie de leur développement mais c'est aussi à l'école de les aider à travailler ça). Voir comment remédier aux incompréhensions des deux côtés et leur donner les clés pour vivre ensemble.
Tu le rapatrie ou tu le pousse à rester jusqu'au bout?
La c'est à lui de décider. Soit les activités, le lieu lui plaisent alors il n'y a pas de raison de le punir et il reste. Là je réfléchis à une façon de lui faciliter le quotidien (en legardant avec moi je pense, et avec un petit groupe d'élèves plus "responsables" entre lesquels je joue les médiateurs). Si rien ne lui plaît, qu'il est malheureux qu'il veut rentrer ...il rentre. ET là j'en profite (mais sans condamnation hâtive) pour faire le point avec le reste de la classe. En tout cas, dans l'urgence il faut lui rappeller que c'est son bien être qui compte et qu'il est libre de décider... et que quelque soit le choix, on l'aidera
Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Vous dites que cest si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre." Anhouil

TSA depuis octobre 2019 - QI hétérogène

Répondre