Couple Aspies*2

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Couple Aspies*2

#46 Message par Anahata » mercredi 9 mai 2018 à 13:17

J'aime bien vos échanges à tous les deux. Tugdual et Artelise. Dans le sens que vous allez sans doute m'apporter la mystérieuse réponse qui me manque à ces propos que j'ai souvent entendus.. l'histoire de la connexion intellectuelle...
J'ai toujours vécu ce genre de classification comme dissection de la relation et donc une limitation et j'ai aussi pensé que je n'y avais rien compris :D
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22818
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Couple Aspies*2

#47 Message par Tugdual » mercredi 9 mai 2018 à 13:53

Artelise a écrit :Serais-tu en train de me dire que selon toi, puisque la gestion des émotions est une chose difficile, il vaut mieux les ignorer et ne mener sa vie que de manière raisonnée ?

Si oui, alors ne serait-ce pas là une manière d'ignorer une part de toi-même ?
Car ce n'est pas parce que tu as du mal à exprimer tes émotions et tes sentiments que tu ne les ressens pas, n'est-ce pas ?
Et chercher à refouler ces sentiments et émotions, ne serait-ce pas dangereux, in fine ?
Oui pour la première partie de la phrase, non pour la seconde.

Il ne s'agit donc pas d'ignorer ou de refouler les émotions, mais plutôt de
minimiser leur importance (vu qu'elles sont peu lisibles et trop changeantes), et
de mettre l'accent sur l'entente intellectuelle plutôt que l'entente émotionnelle ...
Artelise a écrit :Et j'avoue avoir du mal à comprendre la notion de "connexion intellectuelle" et que tu opposes à la "connexion émotionnelle".
Le sens que je vise par "connexion" est "bonne entente", ou encore "résonance" ...
Artelise a écrit :Si tu as envie que cette personne te comprennes et partage avec toi des choses que tu ne partagerais pas avec une autre personne... Et que c'est réciproque. Alors il me semble qu'il existe déjà forcément une connexion émotionnelle, non ?
Ça ne me paraît justement pas évident ...

Je ne dénie pas que la plupart des gens vivent cela (trop de témoignages, de productions
littéraires, artistiques ...) mais ça reste pour moi comme un genre d'expérience de pensée ...
Artelise a écrit :Si tu rencontres quelqu'un et que tu te mets à éprouver des sentiments pour cette personne. [...]
La difficulté est dès cette étape d'identifier ce ressenti (sentiment ?), et ensuite de ne pas
savoir qu'en faire car ce ressenti n'est ni clair ni constant dans le temps (journée, semaine) ...
Artelise a écrit :Si établir une connexion intellectuelle est pour toi une sorte de palliatif [...]
Anahata a écrit :J'ai toujours vécu ce genre de classification comme dissection de la relation et donc une limitation [...]
Mon interrogation, c'est : pourquoi une connexion intellectuelle n'est visiblement considérée
que comme un palliatif, une limitation, alors qu'on pourrait la voir comme une alternative ?
Spoiler :  : 
Artelise a écrit :Or, tu es Asperger, tu n'est pas sociopathe.
Note : ne je suis pas Aspie mais TCS.

Et merci pour la consistance de tes réponses ...
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Couple Aspies*2

#48 Message par Anahata » mercredi 9 mai 2018 à 14:25

Je ne vois pas pourquoi il y a besoin d'identifier les sentiments etc tout se vit au fur et à mesure. A-t-on envie de voir une personne ? Oui ou non.
Est on attiré par l'idée de se toucher ? Oui ou non. En gros est ce que ça vient à l'esprit avec de bonnes ondes.
Mais de toute façon quel intérêt de nommer les choses du moment qu'elles nous font du bien.
Et puis si on est pas sûr, on n'a qu'à essayer. (Toujours en prenant bien soin de savoir si l'autre est d'accord ou pas bien entendu) C'est un système d'essai-erreur en somme. À chaque jour suffit sa peine.
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4442
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Couple Aspies*2

#49 Message par Flower » mercredi 9 mai 2018 à 16:22

Hm, quand j'ai eu une connexion intellectuelle forte avec une personne, j'ai toujours aussi eu une connexion émotionnelle - et inversement je ne vois pas de connexion émotionnelle sans une connexion intellectuelle. Dans le sens où pour me sentir bien avec quelqu'un, il faut que je puisse avoir des échanges intellectuels de qualité, plus une forme de compréhension mutuelle. Et si j'ai des échanges de qualité avec une personne, je vais me sentir à l'aise dans sa présence et développer de l'attachement, qui peut aller jusqu'au sentiment amoureux (si en plus je suis attirée physiquement par cette personne et que je ne suis pas fatiguée de sa présence au bout d'un moment).
D'ailleurs il y a une corrélation assez forte chez moi entre sentiment amoureux et caractère "atypique" - je ne suis sortie qu'avec des hommes testés ou au moins soupçonnés (T)HQI. Même la seule fois où j'ai testé un site de rencontre j'ai réussi à tomber sur un comme ça. Comme si dans un environnement "normal", j'étais quasi invisible.
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Artelise
Fidèle
Messages : 176
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 16:13
Localisation : Graz, autriche.
Contact :

Re: Couple Aspies*2

#50 Message par Artelise » mercredi 9 mai 2018 à 17:46

Tugdual a écrit :
Artelise a écrit :Si tu rencontres quelqu'un et que tu te mets à éprouver des sentiments pour cette personne. [...]
La difficulté est dès cette étape d'identifier ce ressenti (sentiment ?), et ensuite de ne pas
savoir qu'en faire car ce ressenti n'est ni clair ni constant dans le temps (journée, semaine) ...
Je n'ai guère le temps de reprendre notre discussion point par point, mais cet argument en particulier m'interpelle et j'ai envie de rebondir dessus (pas littéralement, hein, un argument n'est pas un trampoline... :wink: )

Il est impossible, évidemment, de parler au nom de tout le monde. Et je ne voudrais pas tomber dans le piège de la généralisation, mais il me semble bien que le sentiment amoureux ou pour le moins l'affection que l'on porte à une personne est forcément une émotion / un sentiment fluctuant. Je pense honnêtement que l'idée selon laquelle deux individus amoureux éprouvent une passion mutuelle permanente est une sorte de mythe. Il y a forcément des moments ou l'intensité des sentiments est moindre ou (c'est quoi le contraire de moindre ??) "supérieure" (?). Enfin bref, des fois c'est fort et des fois c'est moins fort. En fonction de l'humeur, de l'état de fatigue, du moment de la journée, de la présence ou absence de l'autre, de l'activité... etc.
Il ne faut pas se fier à ce que l'on voit dans les séries télé et les films. Ou à ce qu'on peut lire dans les romans. Même lorsqu'il s'agit d’œuvres qui se veulent réalistes, il y a toujours des ellipses et rares sont les auteurs / scénaristes qui iront s’appesantir ou seulement s'intéresser suffisamment aux moments de "flottement" des sentiments pour les intégrer dans leurs histoires.

Par ailleurs, les sentiments et les émotions ce sont des choses qui ne sont jamais très clairs.
Et rares sont les personnes pour qui les choses sont immédiatement claires et précises. Et la plupart des gens passent par une période de doutes et de questionnement au cours de laquelle ils vont chercher à se comprendre et à comprendre ce qu'ils ressentent. Il y a même des gens (et là, les séries télé adorent ces situations) où les gens vont éprouver des sentiments pour une autre et mettre une éternité à en prendre conscience, au point, parfois que l'entourage va s'en rendre compte bien avant la / les personne(s) concernées.

Il est normal que le sentiment amoureux soit une notion floue, d'autant que chaque expérience pourra être différente de la ou des précédente(s).
Et il est normal que toi, avec ton TCS éprouve des difficultés plus grande encore à cerner tes propres sentiments et ceux des autres.

Je suis heureuse de te lire lorsque tu dis que tu n'envisages pas une connexion intellectuelle comme un palliatif. Je n'envisage pas cela non plus ainsi. (je faisais simplement pas de mes craintes à ce sujet, ayant l'impression que tu voyais les choses ainsi) (tu me suis toujours ? :crazy: )

Mais même en considérant cette connexion intellectuelle comme une alternative, il me semble malgré tout que ça n'exclue pas la connexion émotionnelle.

A ce stade de la conversation toutefois, il me semble important de préciser ce que j'entends par connexion émotionnelle.
Les notions que je place derrière ces deux mots sont celles-ci :
- le plaisir (plus ou moins intense) que l'on peut éprouver à être en présence d'une autre personne ;
- l'envie (plus ou moins intense) que l'on éprouve de se retrouver auprès d'une autre personne - envie qui ne doit pas forcément être permanente ni toujours de même intensité ;
- ce réflexe de pensée qui fait que, plus ou moins fréquemment on se demande comment va l'autre ou ce qu'il fait en ce moment ; réflexe de pensée et qui va générer de manière plus ou moins intense l'envie de prendre des nouvelles ;
- ce réflexe de pensée qui fait que, au moment de vivre un évènement que l'on souhaite partager (aller au cinéma, manger au restaurant, aller voir un spectacle, aller se promener... etc. Liste non exhaustive, évidemment) on pense d'abord à cette personne et pas forcément à une autre. Réflexe de pensée qui fait qu'on sera heureux si l'autre accepte l'invitation ou triste / déçu si elle décline (sentiments de joie ou de déception que l'on éprouvera pas forcément ou plus modérément s'il s'était agit d'un "simple" ami / connaissance / pote).

Et il y a connexion émotionnelle lorsque ces sentiments sont partagés.

Maintenant, pour moi, derrière la notion de connexion intellectuelle, il me semble que différentes notions peuvent se cacher :
- partager des points de vues similaires dans certains domaines précis (la politique, l'alimentation, l'écologie, l'éducation des enfants :wink: ... )
- aimer les même loisirs, apprécier les même styles de films, lire les mêmes styles de livres et aimer en parler.

Quel est ton point de vue sur la question ? Est-ce que ce que tu entends par Connexion intellectuelle recouvre pour toi l'une de ces deux notions ? S'agit-il d'un mélange des deux ou bien encore quelque chose à laquelle je ne parviens pas à penser ?

Je te remercie de ne pas t'offusquer de mes questions, note bien que je le fais toujours dans l'espoir de comprendre ton point de vue et la façon dont tu perçois les choses et les difficultés auxquelles tu es confronté. ça me permet de m'ouvrir au monde et, je l'espère humblement, t'aider un peu.

cordialement, :D
---------------------------------------
Maman "Asperger" d'un petit garçon et d'une petite fille tout deux diagnostiqués "Asperger".
:roll:

Avatar du membre
Artelise
Fidèle
Messages : 176
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 16:13
Localisation : Graz, autriche.
Contact :

Re: Couple Aspies*2

#51 Message par Artelise » mercredi 9 mai 2018 à 17:51

Flower a écrit : D'ailleurs il y a une corrélation assez forte chez moi entre sentiment amoureux et caractère "atypique" - je ne suis sortie qu'avec des hommes testés ou au moins soupçonnés (T)HQI. Même la seule fois où j'ai testé un site de rencontre j'ai réussi à tomber sur un comme ça. Comme si dans un environnement "normal", j'étais quasi invisible.
ça peut paraitre étrange, en effet ! :lol:
Mais ça me semble mieux que d'avoir tendance à toujours se retrouver attirée par des malfrats. :mryellow:

:kiss:
---------------------------------------
Maman "Asperger" d'un petit garçon et d'une petite fille tout deux diagnostiqués "Asperger".
:roll:

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3433
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Couple Aspies*2

#52 Message par hazufel » mercredi 9 mai 2018 à 17:58

Être (T)HPI n’exclut pas d’être malfrat...
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

Avatar du membre
Artelise
Fidèle
Messages : 176
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 16:13
Localisation : Graz, autriche.
Contact :

Re: Couple Aspies*2

#53 Message par Artelise » mercredi 9 mai 2018 à 18:06

hazufel a écrit :Être (T)HPI n’exclut pas d’être malfrat...
C'est pas faux ! :twisted:
:lol: :lol:
---------------------------------------
Maman "Asperger" d'un petit garçon et d'une petite fille tout deux diagnostiqués "Asperger".
:roll:

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Couple Aspies*2

#54 Message par Anahata » mercredi 9 mai 2018 à 20:39

Loooool
J'imagine un aspie + hqi + malfrat. Faudrait vraiment pas être chanceux sur le plan des probabilités
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Couple Aspies*2

#55 Message par Anahata » mercredi 9 mai 2018 à 21:18

Ce que j'observe souvent c'est qu'entre aspies, ça se fuit.
Ça se fuit beaucoup. Certains diraient que c'est un genre de 'je t'aime moi non plus' mais ce n'est pas ça.
C'est hyper dur d'encaisser quelqu'un qui dit : ne m'écris plus.
Alors qu'avant on avait partagé de jolies choses.
Je ne comprends pas pourquoi un aspie a besoin de fuir quand il n'y a rien à fuir. Si c'est un pb d'angoisses liées à de prétendues attentes de ma part, j'en ai pas. Tout ce que je voudrais pouvoir me dire une bonne fois dans ma vie c'est : je peux l'appeler. Je peux le voir. Mais même cette pensee, elle m'est enlevée.

Apparemment, c'est compliqué pour un homme aspie d'être remué par une jeune femme. Ce qui le conduit à fuir. Certains disent que c'est la déchéance assurée, la souffrance, la mort de l'âme etc etc e
En gros, horrible quoi. Alors c'est sûr, qu'on ne peut que fuir dans ce type de considérations irréalistes et incompréhensibles pour ma part.

Voilà. Perso, je laisse tomber, tout tomber. Je n'y arrive plus, de toute manière. Je me suis démenée pour trouver le bon langage, la bonne attitude, pour me gérer etc. Mais ça arrive toujours, toujours à la même conclusion, la même chute. Alors, je tire ma révérence pour ce genre de recherche.
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1591
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: Couple Aspies*2

#56 Message par Siobhan » mercredi 9 mai 2018 à 22:20

Anahata a écrit :Ce que j'observe souvent c'est qu'entre aspies, ça se fuit.
Ça se fuit beaucoup. Certains diraient que c'est un genre de 'je t'aime moi non plus' mais ce n'est pas ça.
C'est hyper dur d'encaisser quelqu'un qui dit : ne m'écris plus.
Alors qu'avant on avait partagé de jolies choses.
Je ne comprends pas pourquoi un aspie a besoin de fuir quand il n'y a rien à fuir. Si c'est un pb d'angoisses liées à de prétendues attentes de ma part, j'en ai pas. Tout ce que je voudrais pouvoir me dire une bonne fois dans ma vie c'est : je peux l'appeler. Je peux le voir. Mais même cette pensee, elle m'est enlevée.

Apparemment, c'est compliqué pour un homme aspie d'être remué par une jeune femme. Ce qui le conduit à fuir. Certains disent que c'est la déchéance assurée, la souffrance, la mort de l'âme etc etc e
En gros, horrible quoi. Alors c'est sûr, qu'on ne peut que fuir dans ce type de considérations irréalistes et incompréhensibles pour ma part.

Voilà. Perso, je laisse tomber, tout tomber. Je n'y arrive plus, de toute manière. Je me suis démenée pour trouver le bon langage, la bonne attitude, pour me gérer etc. Mais ça arrive toujours, toujours à la même conclusion, la même chute. Alors, je tire ma révérence pour ce genre de recherche.

Ayant vécu une "fuite" similaire de la part d'une jeune femme aspie que je commençais à fréquenter et avec qui le courant commençait il me semble à passer très bien (l'impression de "connexion intellectuelle qui a été décrite plus haut en quelque sorte), je peux te dire que ce n'est pas que les hommes aspies qui fuient.

J'aurais même envie de dire que ce n'est même pas une question d'autisme, les sentiments amoureux je pense que c'est effrayant pour à peu près tous les êtres humains... à mon avis ça doit toucher des aires du cerveaux qui génèrent aussi les sentiments je dirais "mystiques".

Mais j'ai aussi fuis de nombreuses fois :
À un moment de ma vie , vivant des sentiments amoureux très forts et réciproques, j'ai commencé à ressentir une sensation de "Dieu est grand" mais lié à la fille avec laquelle je sortais, à me mettre malgré par exemple à faire des plans sur cinquante ans à l'avance avec elle, et là de me dire en quelque sorte "mais merde il m'arrive quoi là ?", et j'ai fuis.

J'ai mis beaucoup de temps à comprendre que des sentiment plutôt "doux" et diffus (mais complètement envahissant aussi) d'amour correspondaient probablement beaucoup plus à un sentiment amoureux caractéristique d'une relation pérenne, alors que j'ai longtemps pensé que le sentiment amoureux ne se déclinait que sous le registre de la passion et de la souffrance.



Donc je me dis que peut-être que le jeune homme dont tu parles ne comprends pas les sentiments qui lui tombent dessus, et que ça lui fait très peur, même si ce sont en fait des sentiments positifs envers toi.
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

Avatar du membre
Flower
Modératrice
Messages : 4442
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Couple Aspies*2

#57 Message par Flower » jeudi 10 mai 2018 à 10:03

hazufel a écrit :Être (T)HPI n’exclut pas d’être malfrat...
Certes, mais j'ai eu la chance de ne pas tomber sur cette combinaison. :D

A lire les derniers messages sur ce fil, je me dis qu'il faudrait que je les fasse lire à mon copain qui a toujours tendance à douter de ses sentiments parce qu'il n'est pas dans l'euphorie amoureuse constante. (Ce qui ne lui avait de toute façon pas réussi...)
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 22818
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Couple Aspies*2

#58 Message par Tugdual » jeudi 10 mai 2018 à 10:56

Artelise a écrit :A ce stade de la conversation toutefois, il me semble important de préciser ce que j'entends par connexion émotionnelle.
Les notions que je place derrière ces deux mots sont celles-ci :
- le plaisir (plus ou moins intense) que l'on peut éprouver à être en présence d'une autre personne ;
- l'envie (plus ou moins intense) que l'on éprouve de se retrouver auprès d'une autre personne - envie qui ne doit pas forcément être permanente ni toujours de même intensité ;
- ce réflexe de pensée qui fait que, plus ou moins fréquemment on se demande comment va l'autre ou ce qu'il fait en ce moment ; réflexe de pensée et qui va générer de manière plus ou moins intense l'envie de prendre des nouvelles ;
- ce réflexe de pensée qui fait que, au moment de vivre un évènement que l'on souhaite partager (aller au cinéma, manger au restaurant, aller voir un spectacle, aller se promener... etc. Liste non exhaustive, évidemment) on pense d'abord à cette personne et pas forcément à une autre. Réflexe de pensée qui fait qu'on sera heureux si l'autre accepte l'invitation ou triste / déçu si elle décline (sentiments de joie ou de déception que l'on éprouvera pas forcément ou plus modérément s'il s'était agit d'un "simple" ami / connaissance / pote).

Et il y a connexion émotionnelle lorsque ces sentiments sont partagés.
À première vue, ce genre de plaisir, d'envie, de réflexe de pensée, ne peut
en ce qui me concerne qu'être subordonnés à une complicité intellectuelle.

Mais c'est intéressant, je vais y réfléchir ...
Artelise a écrit :Maintenant, pour moi, derrière la notion de connexion intellectuelle, il me semble que différentes notions peuvent se cacher :
- partager des points de vues similaires dans certains domaines précis (la politique, l'alimentation, l'écologie, l'éducation des enfants :wink: ... )
- aimer les même loisirs, apprécier les même styles de films, lire les mêmes styles de livres et aimer en parler.

Quel est ton point de vue sur la question ? Est-ce que ce que tu entends par Connexion intellectuelle recouvre pour toi l'une de ces deux notions ? S'agit-il d'un mélange des deux ou bien encore quelque chose à laquelle je ne parviens pas à penser ?
Pour moi, la connexion intellectuelle n'est pas tant ce genre de partages
(points de vues et activités) qu'un même positionnement face au monde
ainsi qu'une similarité de raisonnement, ce qui ouvre la porte aux débats,
aux interrogations sur nos propres idées, à des évolutions possibles ...

De cela peut découler des partages de points de vue ou d'activités ...
Bilan le 24/09/2014 : TCS = trouble de la communication sociale.

Avatar du membre
Artelise
Fidèle
Messages : 176
Enregistré le : jeudi 22 mars 2018 à 16:13
Localisation : Graz, autriche.
Contact :

Re: Couple Aspies*2

#59 Message par Artelise » jeudi 10 mai 2018 à 11:53

Rapidement, car il est l'heure d'aller faire à manger à ma petite famille.

Note que pour moi une connexion n'empêche pas l'autre et qu'une connexion émotionnelle peut très bien découler d'une connexion intellectuelle !!
C'est d'ailleurs ce qui s'est un peu produit pour moi. J'ai d'abord été intriguée / intéressée par les propos que tenait Zhom sur un forum de discussion que nous fréquentions tous les deux. J'aimais sa manière de partager ses connaissances, de poser des questions pour comprendre les choses, son intérêt pour les domaines variés même si ce n'était sa spécialité ou son domaine de prédilection... etc. Et, à cause de cet intérêt intellectuel, je me suis intéressée au reste de sa personne et, lorsque nous en avons eu l'occasion (enfin à la troisième fois que j'en ai eu l'occasion... il m'a fallut du temps pour trouver le courage de lui parler), je lui ai fait part de mon intérêt pour lui. Ensuite, et seulement ensuite, une vraie connexion émotionnelle s'est établie avec le plaisir simple de partager des moments ensemble qui n'avaient pas forcément de rapport avec l'intellect. Toutefois, le partage et les discussions de type '"intellectuelles" continuent de constituer un ciment fort dans notre couple.
---------------------------------------
Maman "Asperger" d'un petit garçon et d'une petite fille tout deux diagnostiqués "Asperger".
:roll:

Avatar du membre
Anahata
Forcené
Messages : 1386
Enregistré le : mercredi 26 juillet 2017 à 17:51

Re: Couple Aspies*2

#60 Message par Anahata » jeudi 10 mai 2018 à 14:51

Merci :) pour le soutien que vous m'apportez.

C'est important d'avoir des explications 'masculines'. Ça permet de voir que ce n'est pas lié pour autant à une affaire de genre.

Et c'est rassurant.

Merci pour l'analyse que tu nous partages, M....All (désolée j'arrive pas à suivre toutes les lettres)

Moi je kifferais de vivre des sentiments mystiques à deux !(lol)
Mais je comprends les débordements dont tu parles. Ça fait perdre la tête. Et aussi je note le terme d'envahissement des sentiments. En effet, si l'on se sent incapable de contenir tout ça, ça doit faire peur.

Le jeune homme n'est pas si jeune. C'est pourquoi je m'attendais à une gestion plus avertie de la chose (ne dit-on pas que l'expérience rend plus fort ?) Et bien il semble que ce ne soit pas comme je me l'étais figuré. Pour ma part, je suis dans le sentiment pérenne vis-à-vis de lui, si je devais réutiliser tes termes. Et je crains qu'il ne soit dans le mystique qui déborde pour sa part.

Merci !
:arrow: Diagnostiquée sur le Spectre de l'Autisme :shock: :D :? :cry: :innocent: :wink: :geek: :arrow:

Répondre