Comment vivez-vous les reproches ?

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Cjay
Fidèle
Messages : 103
Enregistré le : lundi 26 février 2018 à 20:46

Comment vivez-vous les reproches ?

#1 Message par Cjay » vendredi 3 août 2018 à 16:05

Comment vivez-vous les petits reproches qu'on peut vous faire quotidiennement dans la vie professionnelle et personnelle?
En Psychologie spécialisée TSA: ADI-R passé, et diagnostic TSA posé selon DSM + comorbidités.
Il me reste à confirmer ce diagnostic auprès d'un psychiatre (CRA? Libéral, à voir)...

pédeuceu
Passionné
Messages : 306
Enregistré le : lundi 28 août 2017 à 10:22

Re: Comment vivez-vous les reproches ?

#2 Message par pédeuceu » samedi 4 août 2018 à 12:42

pokjhgtfrdesdefgt
Modifié en dernier par pédeuceu le mercredi 31 octobre 2018 à 21:09, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Liloë
Fidèle
Messages : 101
Enregistré le : dimanche 22 juillet 2018 à 12:53
Localisation : Paris, 21 ème arrondissement

Re: Comment vivez-vous les reproches ?

#3 Message par Liloë » dimanche 5 août 2018 à 7:42

Généralement, si la personne ne peut pas apporter d'explications qui me paraissent censées, je le prends assez mal, et ça tourne dans ma tête des jours durant. Typiquement ce sont les "t'es bizarre", "t'es gênante", "tu sors jamais", "tu n'as pas de coeur", "t'es impolie"...

Parfois, je peux parfaitement comprendre les reproches qu'on me fait, comme par rapport à certains propos qui peuvent être blessants ou mon aspect capricieux d'un point de vue extérieur.
Suspicion de TSA. Lettre du psychiatre envoyée. Attend l'appel du centre de diagnostique.

Déesse de la raclette auto-proclamée.

Raven
Régulier
Messages : 39
Enregistré le : dimanche 27 mai 2018 à 19:17

Re: Comment vivez-vous les reproches ?

#4 Message par Raven » dimanche 5 août 2018 à 10:12

J'aime cette question, déjà, merci. Si vous répondez "mal. Très mal. Très très mal." je me sentirais moins seule et c'est effectivement quelque chose que je me demande. Selon moi, je pense que la plupart des gens me sont similaires, dans ce sens où ils n'aiment pas du tout la critique pour peu qu'elle ne soit pas fondée.
Ceci dit, on me dit toujours que je prends tout trop à coeur et je ne sais jamais quoi répondre exactement. J'ai pourtant l'impression qu'on est tous comme ça!

Dans les faits, quand on me fait un reproche, je me sens attaquée dans moi, je ne sais pas si vous saisissez.
Cela dit comme dit plus haut fondé, avec une raison valable je veux bien reconnaître mes erreurs ou mes débordements.
Mais si c'est juste pour me foutre la tête dans l'eau en général, je le prends mal et râle. ..ça c'est très souvent quand on attaque mon intelligence. Genre "mais vraiment t'es conne je te jure", parce que je n'ai pas compris un second sens, ou parce que simplement on me fait entrer trop d'infos à la fois dans les oreilles. Comme j'arrive pas à me concentrer sur tout en même temps je ne fais qu'une seule chose quand on m'en a demandé deux, et vient le reproche ou la remarque désobligeante. Je veux bien, moi, faire des efforts pour coopérer, mais j'attends qu'on en fasse aussi en face en retour. C'est logique, non? Partage des tâches et acceptation des différences de chacun. Moi je fais l'effort de tenter de faire plus de choses à la fois et j'attends des autres un peu d'indulgence dans mes premiers essais parce que ce n'est pas quelque chose d'inné.

Après, je me sais susceptible et particulièrement dotée d'un caractère de cochon quand je veux, donc je peux aussi comprendre les reproches que l'on me fait, qui au final sont souvent les mêmes.
Je lis ici qu'on argumente, ça m'arrive mais on me prends rarement au sérieux. ..Faut dire que je suis d'habitude quelqu'un qui met du temps à se dévoiler comme elle est, donc mes interlocuteurs ne sont que rarement habitués à ce que je l'ouvre quand on me fait une remarque.
Inscrite pour des questionnements et un doute... :innocent:

camille-madeleine
Fidèle
Messages : 132
Enregistré le : mardi 2 janvier 2018 à 13:48
Localisation : Herault 34

Re: Comment vivez-vous les reproches ?

#5 Message par camille-madeleine » dimanche 5 août 2018 à 18:53

Raven a écrit :J'aime cette question, déjà, merci. Si vous répondez "mal. Très mal. Très très mal." je me sentirais moins seule et c'est effectivement quelque chose que je me demande. Selon moi, je pense que la plupart des gens me sont similaires, dans ce sens où ils n'aiment pas du tout la critique pour peu qu'elle ne soit pas fondée.
Ceci dit, on me dit toujours que je prends tout trop à coeur et je ne sais jamais quoi répondre exactement. J'ai pourtant l'impression qu'on est tous comme ça!

Dans les faits, quand on me fait un reproche, je me sens attaquée dans moi, je ne sais pas si vous saisissez.
Cela dit comme dit plus haut fondé, avec une raison valable je veux bien reconnaître mes erreurs ou mes débordements.
Mais si c'est juste pour me foutre la tête dans l'eau en général, je le prends mal et râle. ..ça c'est très souvent quand on attaque mon intelligence. Genre "mais vraiment t'es conne je te jure", parce que je n'ai pas compris un second sens, ou parce que simplement on me fait entrer trop d'infos à la fois dans les oreilles. Comme j'arrive pas à me concentrer sur tout en même temps je ne fais qu'une seule chose quand on m'en a demandé deux, et vient le reproche ou la remarque désobligeante. Je veux bien, moi, faire des efforts pour coopérer, mais j'attends qu'on en fasse aussi en face en retour. C'est logique, non? Partage des tâches et acceptation des différences de chacun. Moi je fais l'effort de tenter de faire plus de choses à la fois et j'attends des autres un peu d'indulgence dans mes premiers essais parce que ce n'est pas quelque chose d'inné.

Après, je me sais susceptible et particulièrement dotée d'un caractère de cochon quand je veux, donc je peux aussi comprendre les reproches que l'on me fait, qui au final sont souvent les mêmes.
Je lis ici qu'on argumente, ça m'arrive mais on me prends rarement au sérieux. ..Faut dire que je suis d'habitude quelqu'un qui met du temps à se dévoiler comme elle est, donc mes interlocuteurs ne sont que rarement habitués à ce que je l'ouvre quand on me fait une remarque.
J'aurais tout à fait pu écrire ce commentaire ... mais surement moins bien
Adulte (67 ans) suspectée Aspie, non diagnostiquée

Avatar du membre
Grisha
Adepte
Messages : 287
Enregistré le : lundi 13 août 2018 à 19:10
Localisation : Lyon

Re: Comment vivez-vous les reproches ?

#6 Message par Grisha » mardi 4 septembre 2018 à 15:19

Pour la vie professionnelle, je ne sais pas encore... :mryellow: Mais généralement, quand ma famille me fait un reproche, ça m’énerve froidement. Parce qu’ils ne me reprochent jamais des trucs sensés ! C’est toujours : « tu ne sors jamais », « tu n’as jamais envie de faire quelque chose », « tu n’invites jamais d’amis à la maison »... Traduction : « tu es aspie », « tu es aspie, « tu es aspie ». :lol: Je veux bien qu’on me reproche de ne pas penser à mettre la table, c’est parfaitement légitime. Mais sinon, faut me laisser m’épanouir ! La majorité des reproches qui m’ont été faits depuis que je suis ado concerne mon mode de vie, qui au demeurant me satisfait pleinement et ne gêne personne. Du coup, ce sont les bêtises d’une idéologie sociale plutôt que des remarques dont je devrais tenir compte. Ces reproches me faisaient beaucoup de mal auparavant ; aujourd’hui, je sais comment y répondre. 8)
Si je dis un truc déplacé, en revanche, j’apprécierai le signalement, histoire de ne pas réitérer la gaffe. Mais encore une fois, j’ai besoin que ça fasse sens. J’attache beaucoup d’importance à la politesse simple mais j’ai horreur des cérémonies. Exemple : dire coucou le matin, je veux bien ; mais faire la bise, franchement ?
Pas de diagnostic.
25/03 : entretien d’anamnèse.
10/05 : évaluation de l’efficience intellectuelle.
27/05 : restitution du bilan psy → H. P. I. et « ensemble d’éléments indiquant la présence associée d’un possible T. S. A. ».

Avatar du membre
PetitNuage
Passionné
Messages : 343
Enregistré le : samedi 28 avril 2018 à 16:37

Re: Comment vivez-vous les reproches ?

#7 Message par PetitNuage » mardi 4 septembre 2018 à 22:58

Je les vis très mal lorsqu'ils me semblent injustes ! :(

J'essaie de rester neutre face à ceux qui me font des reproches.
Mais intérieurement, je ressasse leurs paroles pour tenter de comprendre si les reproches sont fondés ou pas...

(et souvent je me demande si ces personnes
s'adresseraient de la même façon à quelqu'un d'autre que moi.
J'ai souvent l'impression que les gens se permettent des réflexions déplaisantes envers moi
parce que qu'ils me jugent immature, différente ... )

Ma psy pense, depuis qu'elle a découvert le syndrome d'Asperger, que je pourrais être Aspie.
Dossier envoyé au CRA. Délai d'attente annoncé 2 ans :roll: .

Avatar du membre
Plieur Fou
Passionné
Messages : 354
Enregistré le : lundi 4 juin 2018 à 10:17
Localisation : Planète Zorg/Repli interstellaire en Normandie
Contact :

Re: Comment vivez-vous les reproches ?

#8 Message par Plieur Fou » mercredi 5 septembre 2018 à 9:32

Dans un cas général , je vais demander une argumentation et ci celle ci n'est pas à la hauteur de mes attentes , le char d'assaut se met en marche car mon argumentation est déjà rodée , huilée pour faire front , faire face et ne laisser aucune chance à l'autre de pouvoir contredire quoi que ce soit , d'ailleurs mon flot est intarissable , inarretable et j'aurais le dernier mot ... J'irais chercher le dico s'il le faut , l'encyclopédie aussi :!: Et je finirais donc seul , monologue , en colère intérieure , un volcan ...

Vie de couple ... j'ai eu l' occasion d'écrire ceci sur le sujet :
"Mes colères lors des disputes sont intenses et agressives. Je ne peux aisément me contenir, et ne supporte absolument pas d’être interrompu et ce afin de contrôler la situation. Je me dois de reconnaître que j’utilise une forme de chantage affectif qui va de pair avec le besoin d’être rassuré. J’utilise l’intellectualisation de la dispute avec rigidité afin de montrer à l’autre ses erreurs et ainsi, ne pas admettre les miennes."
J'ai 40 ans cette année alors j'ai pris du recul , je n'aurais certainement pas écrit une telle chose il y a encore 10 ans. (J'ai toujours raison... ou bien est ce les autres qui ont toujours tord :?: )

Cela rejoint le fait de prendre les choses trop à cœur , l' hypersensibilité, et une possible incompréhension dans l' idée d’être à nouveau rabaissé
Trouble du Spectre de l'Autisme sans déficit intellectuel ni altération du langage.

Répondre