TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 707
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#106 Message par daphnée » lundi 11 novembre 2019 à 16:38

chill out a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 10:21
Depuis plus de 10 jours, mes TCA ne refont plus surface...
J'ai modifié les horaires et le nombre de prises alimentaires et je prépare la veille au soir tout ce que je vais manger le lendemain.
Résultat : Budget alimentaire réduit d'un tiers, poids stabilisé, Niveau de stress en baisse constante, esprit en, paix...
Je trouve ça intéressant. Mais pour ma part, il n'y a pas que l'aspect "préparer à l'avance" (qui est pourtant très utile vu l'énorme manque d'énergie pour faire à manger)… mais l'aspect appétit. Ce que j'ai pu prévoir la veille risque de ne pas coller avec mes envies du jour… Et je ne parle même pas des horaires.

Bref, bravo si tu as trouvé ton équilibre.
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

chill out
Adepte
Messages : 233
Enregistré le : dimanche 9 septembre 2018 à 17:23

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#107 Message par chill out » lundi 11 novembre 2019 à 18:07

Dans la préparation de la veille pour le lendemain, cela consiste simplement à poser sur le plan de travail, les aliments devant être préparés le lendemain.
Pas de cuisson ou de découpe.
Et peu importe que cela me fasse envie ou pas le jour J, je mange uniquement ce que j'ai prévu la veille. (parfois un peu moins mais jamais plus)
Je prends le temps de la réflexion avant la préparation car plus de changement possible le lendemain...
Pour les horaires, cela permet de ne pas ressentir la faim et ainsi éviter les phases de stress et tout ce qui va avec.

EnHans
Forcené
Messages : 1789
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 à 9:43

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#108 Message par EnHans » lundi 11 novembre 2019 à 18:24

Idem, je dissocie souvent la phase de préparation à la phase de réalisation. Pas toujours... et justement, j'ai noté que c'est plus agréable et le résultat est nettement meilleur, lorsque tout est préparé/sorti/dosé en amont. Cette attitude peut être transposée au travail en général et les sorties aussi.
début d'une démarche diag pour moi
un enfant diag en 2012

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4106
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#109 Message par lulamae » lundi 11 novembre 2019 à 18:52

Je ne peux pas parler d'autisme pour ma fille qui a un TCA (anorexie), puisque le diagnostic d'autisme n'est pas fait. J'ai remarqué en tout cas que plus elle sait ce qu'on va manger à l'avance, mieux ça se passe. Elle demande même juste avant le repas, et elle est beaucoup plus rassurée quand je prépare tôt, quitte à faire réchauffer ensuite (surtout si on sort avant de manger).
C'est la même chose le lundi où elle pique-nique avec une copine : c'est beaucoup plus simple que je lui prépare sa boîte le soir et la lui mette au frigo pour la nuit.
Quand je dis "être rassurée", c'est plutôt de l'ordre "sécurité vitale".

Elle arrive mieux à manger aussi depuis que le CHU a donné des consignes de portions à prendre (après l'hospitalisation) - pour elle, ça dépassionne l'alimentation, ça devient un truc fonctionnel et ça passe mieux. Pour l'instant, elle n'est pas du tout capable de gérer le désir en alimentation. Hier, elle avait envie au ciné pour le goûter de pop-corn, mais elle a renoncé et a préféré emporter son goûter habituel. C'est ingérable pour elle l'envie de manger, ça ne marche que très ponctuellement, et seulement si ça cadre avec l'autorisation du CHU. Ex : sushis à un repas.

Une autre chose qui l'a bien aidée quand elle doit manger à l'extérieur, c'est ce type de boîte repas :
boite-de-conservation-3-compartiments-11l.jpg
Le fait que l'entrée, viande et légumes soit séparées, ça l'aide aussi. Il y a vraiment une dimension habitudes et repères + identification des différentes portions qui entre en ligne de compte. Et encore une fois, je ne parle que du versant TCA.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 707
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#110 Message par daphnée » lundi 11 novembre 2019 à 19:01

chill out a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 18:07
Dans la préparation de la veille pour le lendemain, cela consiste simplement à poser sur le plan de travail, les aliments devant être préparés le lendemain.
Pas de cuisson ou de découpe.
Et peu importe que cela me fasse envie ou pas le jour J, je mange uniquement ce que j'ai prévu la veille. (parfois un peu moins mais jamais plus)
Je prends le temps de la réflexion avant la préparation car plus de changement possible le lendemain...
Pour les horaires, cela permet de ne pas ressentir la faim et ainsi éviter les phases de stress et tout ce qui va avec.
De très bonnes idées là-dedans… tout est plannifié.
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 707
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#111 Message par daphnée » lundi 11 novembre 2019 à 19:03

lulamae a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 18:52
Je ne peux pas parler d'autisme pour ma fille qui a un TCA (anorexie), puisque le diagnostic d'autisme n'est pas fait. J'ai remarqué en tout cas que plus elle sait ce qu'on va manger à l'avance, mieux ça se passe. Elle demande même juste avant le repas, et elle est beaucoup plus rassurée quand je prépare tôt, quitte à faire réchauffer ensuite (surtout si on sort avant de manger).
C'est la même chose le lundi où elle pique-nique avec une copine : c'est beaucoup plus simple que je lui prépare sa boîte le soir et la lui mette au frigo pour la nuit.
Quand je dis "être rassurée", c'est plutôt de l'ordre "sécurité vitale".

Elle arrive mieux à manger aussi depuis que le CHU a donné des consignes de portions à prendre (après l'hospitalisation) - pour elle, ça dépassionne l'alimentation, ça devient un truc fonctionnel et ça passe mieux. Pour l'instant, elle n'est pas du tout capable de gérer le désir en alimentation. Hier, elle avait envie au ciné pour le goûter de pop-corn, mais elle a renoncé et a préféré emporter son goûter habituel. C'est ingérable pour elle l'envie de manger, ça ne marche que très ponctuellement, et seulement si ça cadre avec l'autorisation du CHU. Ex : sushis à un repas.

Une autre chose qui l'a bien aidée quand elle doit manger à l'extérieur, c'est ce type de boîte repas :
boite-de-conservation-3-compartiments-11l.jpg

Le fait que l'entrée, viande et légumes soit séparées, ça l'aide aussi. Il y a vraiment une dimension habitudes et repères + identification des différentes portions qui entre en ligne de compte. Et encore une fois, je ne parle que du versant TCA.
Très intéressant aussi. Pour ma part je stresse aussi avec les catégories d'aliments et les quantités, c'est pas une notion simple pour moi.
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4106
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#112 Message par lulamae » lundi 11 novembre 2019 à 19:18

daphnée a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:03
Très intéressant aussi. Pour ma part je stresse aussi avec les catégories d'aliments et les quantités, c'est pas une notion simple pour moi.
Dans ce cas précis, il s'agissait de réalimenter une gamine de 14 ans hospitalisée 3 mois dont 2 avec sonde et en fauteuil roulant. On n'avait pas le choix, et c'est encore sur la corde raide pour le poids d'équilibre. Ca va mieux quand elle est longtemps à la maison dans ses habitudes, mais dès que son environnement est modifié ou perturbé c'est la catastrophe.

Ce qui peut t'aider, c'est de savoir la part d'aliments (en terme de quantités) nécessaire pour un repas suffisant ; les besoins en féculents par exemple. Ce que je peux te dire aussi, c'est que préparer des plats simples où les différents types d'aliments sont cuisinés séparément c'est encore le plus facile. Pour des raisons obscures, la viande et les légumes cuits ensemble, ça fonctionne, mais les féculents c'est mieux à part.

Ce qui favorise aussi l'acceptation de l'alimentation, c'est de cuisiner le moins raffiné possible : j'ai acheté beaucoup plus bio et/ou complet pour ce qui est céréales par exemple. Du coup, j'épluche et cuisine beaucoup le soir et aux repas de midi, mais heureusement, j'aime ça, et j'ai bien accepté la tâche, surtout je pense parce que ça l'aide, et ça me permet de contribuer à sa guérison.
C'est une sorte de défi de cuisiner simple et que ça reste bon, et j'ai découvert beaucoup d'aliments et varié plus l'alimentation depuis que je dois faire ça (testé des épices par exemple, parce que les sauces, ce n'est pas trop possible, etc...).
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
Alpha
Passionné
Messages : 316
Enregistré le : mardi 14 mai 2019 à 8:35

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#113 Message par Alpha » lundi 11 novembre 2019 à 19:28

lulamae a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:18
Pour des raisons obscures, la viande et les légumes cuits ensemble, ça fonctionne, mais les féculents c'est mieux à part.
En ce qui me concerne la réintroduction des féculents a été la plus compliqué. Je pense que c'est le cas pour beaucoup d'anorexiques. Dans mon cas je pense que je faisais une fixette sur le fait que x grammes/cuillères de féculents (x étant la quantité du protocole) ingérés m'eloignaient du spectre de la SNG (que je ne voulais surtout plus revoir). Du coup la moindre incartade m'était impossible. En plus comme en moins du reste.
J'espère que ta fille va passer ce cap compliqué.
Bon courage :kiss:
Diag TSA

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4106
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#114 Message par lulamae » lundi 11 novembre 2019 à 19:45

Alpha a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:28
lulamae a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:18
Pour des raisons obscures, la viande et les légumes cuits ensemble, ça fonctionne, mais les féculents c'est mieux à part.
En ce qui me concerne la réintroduction des féculents a été la plus compliqué. Je pense que c'est le cas pour beaucoup d'anorexiques. Dans mon cas je pense que je faisais une fixette sur le fait que x grammes/cuillères de féculents (x étant la quantité du protocole) ingérés m'eloignaient du spectre de la SNG (que je ne voulais surtout plus revoir). Du coup la moindre incartade m'était impossible. En plus comme en moins du reste.
J'espère que ta fille va passer ce cap compliqué.
Bon courage :kiss:
Je sèche sur le sigle SNG ( :?: ), mais en tout cas on est en plein dedans depuis la 2e semaine des vacances de Toussaint, où elle a failli être réhospitalisée. Elle a échappé de justesse à la ré-hospitalisation (moins de 42 kg), mais pour ce qui est de reprendre le poids de 44 kg, on en est bien loin.
Parfois, si je lui mets une portion de n'importe quoi (petits pois, on va dire) et que j'en rajoute 1 ou 2, elle est capable de les remettre dans le plat. Certains jours, elle laisse de sa part. Il faut que je prenne sur moi pour ne rien dire, ne pas commenter, idem quand elle trie tout (systématiquement dans un plat composé). Je suis de bonne composition mais c'est dur. Non de ne pas la "gronder", mais de ne pas exprimer mon inquiétude.

Et récemment, elle m'a expliqué que mentalement, certains poids passent, mais d'autres non, par exemple 43 ça va, mais pas 44. Sans doute que tous les "comptes ronds" donnés par le CHU sont pairs, du coup elle focalise sur des poids acceptables impairs. C'est aussi une manière adolescente de s'opposer.
Spoiler : 
Ce qui me fait mal, c'est la part importante de mal-être avec les autres et d'incompréhension des situations sociales et de l'implicite que je retrouve chez elle. Elle fait des efforts immenses en ce moment pour chercher son stage, demander, et les quelques fois où je l'accompagne, je me rends compte qu'elle est tellement timide que peu de gens l'accueillent favorablement. C'est pour décembre, et elle n'a pas encore trouvé. J'essaie de l'aider, de l'encourager, mais elle veut faire seule, et je comprends aussi.
Elle m'a avoué aussi pendant les vacances qu'elle avait envisagé de perdre trop de poids pour repartir à l'hôpital, parce qu'elle n'en peut plus au collège, c'est trop dur (elle n'est pas harcelée, mais elle se sent mal en permanence). Je lui ai dit que s'il le fallait, on pouvait demander à la ré-hospitaliser sans qu'elle se remette en danger. Pour l'instant, ça va un peu mieux, mais on est sur la corde raide...
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 707
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#115 Message par daphnée » lundi 11 novembre 2019 à 19:47

lulamae a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:18
daphnée a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:03
Très intéressant aussi. Pour ma part je stresse aussi avec les catégories d'aliments et les quantités, c'est pas une notion simple pour moi.
Dans ce cas précis, il s'agissait de réalimenter une gamine de 14 ans hospitalisée 3 mois dont 2 avec sonde et en fauteuil roulant. On n'avait pas le choix, et c'est encore sur la corde raide pour le poids d'équilibre. Ca va mieux quand elle est longtemps à la maison dans ses habitudes, mais dès que son environnement est modifié ou perturbé c'est la catastrophe.

Ce qui peut t'aider, c'est de savoir la part d'aliments (en terme de quantités) nécessaire pour un repas suffisant ; les besoins en féculents par exemple. Ce que je peux te dire aussi, c'est que préparer des plats simples où les différents types d'aliments sont cuisinés séparément c'est encore le plus facile. Pour des raisons obscures, la viande et les légumes cuits ensemble, ça fonctionne, mais les féculents c'est mieux à part.

Ce qui favorise aussi l'acceptation de l'alimentation, c'est de cuisiner le moins raffiné possible : j'ai acheté beaucoup plus bio et/ou complet pour ce qui est céréales par exemple. Du coup, j'épluche et cuisine beaucoup le soir et aux repas de midi, mais heureusement, j'aime ça, et j'ai bien accepté la tâche, surtout je pense parce que ça l'aide, et ça me permet de contribuer à sa guérison.
C'est une sorte de défi de cuisiner simple et que ça reste bon, et j'ai découvert beaucoup d'aliments et varié plus l'alimentation depuis que je dois faire ça (testé des épices par exemple, parce que les sauces, ce n'est pas trop possible, etc...).
Merci beaucoup pour tous ces conseils… :kiss:

L'idée de cuisiner les féculents à part semble assez logique... surtout que les féculents "absorbent"...
Effectivement les besoins par repas c'est important, chose que je ne respecte pas DU TOUT malheureusement.
Je te suis totalement sur le fait de manger sain (non raffiné, bio).
Je suis comme légèrement comme ta fille: en dehors d'un cadre serein, mon alimentation devient chaotique, c'est comme si je m'auto-détruisais ou n'avais plus de bon sens... Un contexte de gros changement, être débordée, être contrariée par une histoire d'amour, tout ça peut ruiner mon alimentation. Et je pense que c'est à un degré vraiment supérieur à la normale... C'est pas juste le manque d'appétit qu'une personne X pourrait rencontrer en cas de stress / contrariété ... C'est tout un problème. Fin j'ai du mal à expliquer.
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4106
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#116 Message par lulamae » lundi 11 novembre 2019 à 19:52

daphnée a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:47
Je suis comme légèrement comme ta fille: en dehors d'un cadre serein, mon alimentation devient chaotique, c'est comme si je m'auto-détruisais ou n'avais plus de bon sens... Un contexte de gros changement, être débordée, être contrariée par une histoire d'amour, tout ça peut ruiner mon alimentation. Et je pense que c'est à un degré vraiment supérieur à la normale... C'est pas juste le manque d'appétit qu'une personne X pourrait rencontrer en cas de stress / contrariété ... C'est tout un problème. Fin j'ai du mal à expliquer.
Non, je comprends, j'ai été comme ça aussi, jusqu'à presque 30 ans. Je mangeais une fois par jour, et presque rien. Je buvais du café toute la journée pour combler le vide. Ca m'est resté, même si maintenant je mange normalement.
J'avais aussi un problème de dysmorphophobie, je me voyais toujours plus grosse que je ne l'étais. Et, nous en avons parlé avec ma fille, elle a le même problème, une volonté de ne pas avoir de formes féminines, de rester androgyne (ou enfant ?). Voire rester invisible.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 707
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#117 Message par daphnée » lundi 11 novembre 2019 à 20:15

lulamae a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:52
daphnée a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 19:47
Je suis comme légèrement comme ta fille: en dehors d'un cadre serein, mon alimentation devient chaotique, c'est comme si je m'auto-détruisais ou n'avais plus de bon sens... Un contexte de gros changement, être débordée, être contrariée par une histoire d'amour, tout ça peut ruiner mon alimentation. Et je pense que c'est à un degré vraiment supérieur à la normale... C'est pas juste le manque d'appétit qu'une personne X pourrait rencontrer en cas de stress / contrariété ... C'est tout un problème. Fin j'ai du mal à expliquer.
Non, je comprends, j'ai été comme ça aussi, jusqu'à presque 30 ans. Je mangeais une fois par jour, et presque rien. Je buvais du café toute la journée pour combler le vide. Ca m'est resté, même si maintenant je mange normalement.
J'avais aussi un problème de dysmorphophobie, je me voyais toujours plus grosse que je ne l'étais. Et, nous en avons parlé avec ma fille, elle a le même problème, une volonté de ne pas avoir de formes féminines, de rester androgyne (ou enfant ?). Voire rester invisible.
Ah :?
Mince alors... et ça n'a pas eu trop de répercussions sur ta santé ? sans vouloir être trop indiscrète...
Car moi je sens que ça commence à en avoir...
Par contre, je ne souffre pas de dysmorphophobie. Je suis juste en sous-poids et j'essaie constamment de ne pas l'être. Sauf quand je vais pas bien, comme en ce moment, où c'est l'anarchie totale...
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4106
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#118 Message par lulamae » lundi 11 novembre 2019 à 20:41

daphnée a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 20:15
Ah :?
Mince alors... et ça n'a pas eu trop de répercussions sur ta santé ? sans vouloir être trop indiscrète...
Car moi je sens que ça commence à en avoir...
Par contre, je ne souffre pas de dysmorphophobie. Je suis juste en sous-poids et j'essaie constamment de ne pas l'être. Sauf quand je vais pas bien, comme en ce moment, où c'est l'anarchie totale...
Non, je n'ai pas été diagnostiquée TCA, j'étais seulement limite (47 kg pour 1,68 m - ça me faisait un IMC à 17, donc juste).
Si tu penses que ça a des répercussions sur ta santé, il faut en parler à ton médecin, ou consulter un nutritionniste pour te recadrer le temps que ça aille mieux. J'ai été effarée de voir chez ma fille comme les incidences physiologiques sont rapides et graves : engelures (elle avait toujours froid) et jusqu'à son cœur qui en a pris un coup + problème de densité osseuse (et elle a déjà une scoliose)… Ne joue pas avec ça, prends soin de toi.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 707
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#119 Message par daphnée » lundi 11 novembre 2019 à 21:58

lulamae a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 20:41
daphnée a écrit :
lundi 11 novembre 2019 à 20:15
Ah :?
Mince alors... et ça n'a pas eu trop de répercussions sur ta santé ? sans vouloir être trop indiscrète...
Car moi je sens que ça commence à en avoir...
Par contre, je ne souffre pas de dysmorphophobie. Je suis juste en sous-poids et j'essaie constamment de ne pas l'être. Sauf quand je vais pas bien, comme en ce moment, où c'est l'anarchie totale...
Non, je n'ai pas été diagnostiquée TCA, j'étais seulement limite (47 kg pour 1,68 m - ça me faisait un IMC à 17, donc juste).
Si tu penses que ça a des répercussions sur ta santé, il faut en parler à ton médecin, ou consulter un nutritionniste pour te recadrer le temps que ça aille mieux. J'ai été effarée de voir chez ma fille comme les incidences physiologiques sont rapides et graves : engelures (elle avait toujours froid) et jusqu'à son cœur qui en a pris un coup + problème de densité osseuse (et elle a déjà une scoliose)… Ne joue pas avec ça, prends soin de toi.
Ah d'accord… En effet ça m'inquiète aussi… Merci :kiss:
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
cléa
Forcené
Messages : 918
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Re: TSA et Troubles du Comportement Alimentaire (TCA)

#120 Message par cléa » lundi 11 novembre 2019 à 22:18

Bonjour. Manger 1 fois jour peut convenir si on a la santé et que ce repas est équilibré. (couvre les besoins de la journée) et bonne hydratation.

Pendant quasi toute l'adolescence, je ne mangeait pas le matin sans problèmes.
Aujourd'hui j'ai appris que ça à un nom : le fasting et que c'est recommandé dans certains cas.

Aujourd'hui, je suis en train de ré apprendre à mâcher mes aliments que j'avalais "tout rond" depuis des années. L'idée était de prendre plus de poids mais ça pourrait bien agir sur la santé entière.

Je pense que lorsque on a des particularités alimentaires, il est bon de faire un bilan régulièrement et voir un nutritionniste comme dit @lulamae.
Avoir un bon livre pour connaître les nutriments / calories nécessaires.

La micro nutrition aussi ça semble passionnant.

Ça peut aussi être intéressant de voir si on a des intolérances alimentaires. Elles ne sont parfois pas flagrantes.

@lulamae ça me parle lorsque tu parles de froid / engelures : Si mes pieds se refroidissent, ils mettent 30 min à se réchauffer dans le sac de couchage.
Bilan médical normal.
Alors je me demande si ça vient de ce que je mange.

Pour le moment, j'essaie de mâcher le plus possible. + je vais faire un test pour voir si assez d'acide chlorhydrique.
Modifié en dernier par cléa le lundi 11 novembre 2019 à 22:26, modifié 1 fois.
En route pour savoir quel est le type exact d'autisme de ma fille.
Je trouve ici un échange instructif et cordial

Répondre