L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2461
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

#76 Message par olivierfh » lundi 28 janvier 2019 à 15:06

misty a écrit :
lundi 28 janvier 2019 à 12:45
une bonne partie des revendications "à thème sociologisant" liées à l'autisme et uniquement à l'autisme passent vraiment pour de l'élitisme
Merci, je vois mieux ton idée (je m'étais retenu de redemander :)).

ne peut pas rencontrer les critères
satisfaire aux critères (meet the criteria)
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3420
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

#77 Message par lulamae » lundi 28 janvier 2019 à 15:34

Misty a écrit :J'espère que mon absence de réponse à d'éventuelles nouvelles requêtes d'explications ne sera pas vécu comme du snobisme ou autre (sinon tant pis), mais là comme je le disais je sature complètement. J'ai voulu ré-essayer un coup (avec les illusions liées à la nouvelle année, peut-être...) et en fait ça confirme ce que je savais.


Pour moi en tout cas, je comprends mieux - comme quoi, au bout d'un moment ça entre quand même. :lol:
Merci pour cet éclairage et pour le lien sur le handicap psychique. J'ai eu ce type d'expérience différemment, en 2014, quand j'ai été hospitalisée un mois en clinique psy. Avant cela, j'avais terriblement peur d'"être folle", et j'ai découvert que je me sentais autant dans mon élément là qu'à l'extérieur.
J'ai un peu oblitéré cette expérience, mais ça me la rappelle. A vrai dire, je ne comprenais pas du tout tes interventions agacées comme ça - je comprenais que les gens qui s'identifiaient à l'autisme étaient suspects de chercher à se défiler par rapport à d'autres pathologies psychiques qui pouvaient avoir été diagnostiquées antérieurement, et je me sentais visée.
Je comprends que c'est une dimension qu'il me faut intégrer avec peut-être plus d'humilité que je n'en ai eu jusque-là, et que ce n'est pas forcément "menaçant" (si ce n'est que j'ai peur de ne pas être apte à éduquer correctement mes filles seule). :|
Diagnostic d'autisme.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1695
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

#78 Message par Siobhan » vendredi 28 juin 2019 à 1:13

Spoiler : 
misty a écrit :
lundi 28 janvier 2019 à 12:45
lulamae a écrit : Ici j'ai du mal à comprendre de quoi il est question, ne connaissant pas les dispositifs d'accompagnement.
C'est bien le problème, et tu n'es pas la seule. Pour (essayer de) résumer:
- ces dispositifs relèvent de l'agefiph ou structure apparentée,
=> cet (ces) organisme(s) concernent tous types de handicap,
=> il y a dorénavant des intervenants spécialisés handicap psychique, ce qui recoupe tous les troubles mentaux, IMC, séquelles de traumatismes crâniens, maladies neuro-dégénératives etc...
=> les TSA, jusque là "classés" avec les troubles mentaux, sont désormais (grâce à la pression exercée par les travailleurs sociaux) dans une catégorie à part nommée troubles coginitifs (c'est le cas dans la structure dont je dépends mais à priori c'est en voie de généralisation un peu partout),
=> même avec cette catégorie à part, il n'en reste pas moins que le TSA fait partie des handicaps psychiques, notamment parce que concrètement les besoins qui y sont liés recoupent les besoins liés aux autres troubles.
Unafam a écrit :Spécificité du handicap psychique
Définition : Le handicap psychique est caractérisé par un déficit relationnel, des difficultés de concentration, une grande variabilité dans la possibilité d'utilisation des capacités alors que la personne garde des facultés intellectuelles normales.
en détail: Spécificité du handicap psychique
Ce que ça donne dans la vie réelle de pour de vrai, c'est que quand des "Aspinets" familiers depuis des mois voire des années de la "jérémiade chorale en milieu web-pseudo-autistique fermé" se voient tout d'un coup confrontés au contexte du handicap psychique (et se frottent à des porteurs de pathologies extrêmement invalidantes et aussi à des autistes bien moins "fonctionnels" qu'eux), ils descendent de quelques marches sur l'échelle de la jérémiade.
Il y a des intervenants qui, repérant le souci d'autocentrisme rapidement, vont pousser la personne à assister à des ateliers en groupe (plus pour lui faire prendre conscience de l'environnement qu'autre chose), et d'autres qui au bout de 3 comme ça n'en peuvent plus et tout le monde trinquera derrière.

Malgré l'aspect "conscience professionnelle", je peux comprendre les gens qui perdent patience car ce sont avant tout des humains. Et moi-même quand j'entends la manière dont certains diagnostiqués ou en cours de diag (sous certaines conditions, on peut accéder à ces dispositifs en étant en cours de diag) évoquent leur "autisme de haut niveau" ou leur "différence qui n'est pas un handicap mais leur donne des compétences exceptionnelles (par rapport à qui, à quoi?)", j'ai beaucoup de mal à ne pas leur taper dessus. Je suis tout à fait sérieuse et sincère là-dessus.
Heureusement, les intervenants gèrent mieux leurs pulsions d'agressivité que moi, mais émotionnellement ils doivent être très impactés aussi.

Ce qu'on ne peut pas mesurer quand on est dans des débats théoriques sur l'aspect sociologique de l'autisme sans connaître le terrain concret, c'est qu'une bonne partie des revendications "à thème sociologisant" liées à l'autisme et uniquement à l'autisme passent vraiment pour de l'élitisme, ou pour une sorte de "bourgeoisie du handicap psychique". Tous ces discours à la "oui mais nous c'est pas pareil blablabla..." sont à la fois absurdes (comment savoir que "c'est pas pareil" sans rien savoir des autres handicaps psychiques?) et méprisants.

C'est sans doute lié à un vécu perso et aussi à mon caractère, mais autant je n'ai aucun problème à dire (si on me pose la question) que j'ai un trouble mental (factuellement c'est vrai, le TSA étant dans le DSM), autant j'ai vraiment honte de dire que je suis diagnostiquée autiste. Et ce à cause de cette "bourgeoisie du handicap psychique" qui est à la fois très palpable et très insupportable quand on est immergé dans l'aspect concret du handicap psychique en général.
C'est difficile de ne pas être en colère quand des personnes disent à notre place "nous on est pas pareils", alors que sur le terrain et concernant les aspects concrets, aucun handicapé psychique n'échappe aux difficultés sociales, liées à l'hygiène de vie/organisation, émotionnelles, et encore moins à la stigmatisation. De fait, d'un point de vue sociologique SI, ON EST PAREILS.

La seule chose qui diffère dans l'autisme ce sont les enjeux de prise en charge précoce (comme pour tous les troubles développementaux), et ça, ça n'a rien à voir avec la popote qui revient sans arrêt.
Carapa a écrit :Je ne vois pas en quoi c'est un non-sens absolu, les deux critères principaux étant 1) les intérêts restreints, et 2) les troubles des interactions sociales, qui a priori peuvent avoir beaucoup d'autres raisons qu'un problème de compréhension verbale.
Si on est dans la vulgarisation et l'interprétation ouverte oui, si on est dans une définition cadrée non. Pour commencer, le DSM ne parle pas de trouble des interactions sociales (qui avec un terme si ouvert concerne à peu près l'ensemble du DSM), mais de Déficits persistants dans la communication sociale et les interactions sociales dans de multiples contextes.
Il faut considérer déjà que les définitions du DSM sont faites par des pros pour des pros, et que derrière un même terme il peut y avoir des concepts différents selon qu'on est spécialiste ou profane (il y a en plus les approximations de traductions, l'anglais étant de base bien plus nuancé et relatif que le français).
Derrière le terme "communication sociale", il y a une notion importante qui est celle de "pragmatique du langage"; d'ailleurs une bonne partie des tests standardisés porte sur cette "pragmatique du langage" (implicites, second degré...). Quelqu'un qui a des compétences suffisantes pour scorer à ces tests ne peut pas rencontrer les critères diagnostiques de l'autisme, et donc même si par ailleurs il présente d'autres "symptomes" il sera écarté du diagnostic, c'est mathématique (question de seuils).

Il y a d'ailleurs un trouble nommé Trouble pragmatique du langage (ou Syndrome sémantique pragmatique) qui a été détaché de l'autisme à la suite de pressions de spécialistes, dont Mottron. A l'origine il servait à ne pas poser un diagnostic d'autisme chez un non-déficient intellectuel, autrement dit il recoupe totalement et sans ambigüité le TSA SDI; et dorénavant il ne peut être posé que si le TSA est formellement exclu.

Dans la plupart des ouvrages, il est précisé que (en particulier concernant l'autisme infantile) si des caractéristiques isolées peuvent apparaître chez absolument tous les enfants, un profil qui rentre dans les critères diagnostiques c'est un profil qui accumule un nombre important de caractéristiques et surtout qui les présente de façon figée. C'est une nuance capitale.

Autre chose au sujet de la compréhension verbale qui est automatiquement associé (plus ou moins consciemment) chez les pros et pas du tout chez les non-pros, c'est tout l'aspect sensoriel. Le défaut de filtrage de la voix humaine est à lui seul une donnée importante (difficile de s'étonner qu'un enfant/adulte qui ne réagit pas à son prénom et/ou ne se rend pas compte qu'on lui parle aie des difficultés de compréhension verbale). Et si les aspects sensoriels ne font pas partie du diagnostic (malgré des volontés explicites), c'est visiblement avant tout parce qu'elles constituent un implicite évident dans le tableau clinique existant. Ce point se retrouve quasiment dans toute la littérature dispo sur le sujet.

De manière générale, l'autisme est tellement complexe que sans une étude approfondie d'ouvrages de spécialistes il est illusoire de penser pouvoir y piger quoi que ce soit. Je sais bien que c'est une littérature dense et que picorer ça et là des infos sur le net est plus accessible, mais c'est aussi la mobilisation importante des capacités cognitives qui permet la compréhension de notions ou nuances, donc on ne peut pas attendre le même résultat suite à un effort de lecture important ou à 5 minutes de picorage sur le net. Bien sûr, ce n'est pas simple de se concentrer et de focaliser son attention (moi-même soit j'y arrive à fond soit c'est complètement insurmontable, je n'ai pas de médiane), je suis consciente aussi des problématiques liées aux TDA, dépression ou même fatigue importante, mais bon il n'en reste pas moins qu'y voir plus clair implique énormément de facteurs.
Je ne dis pas ça que pour toi Carapa, mais il est impossible d'avancer sans étudier sérieusement une littérature complexe, sur un sujet lui même extrêmement complexe et aux ressorts finalement assez méconnus.

J'espère que mon absence de réponse à d'éventuelles nouvelles requêtes d'explications ne sera pas vécu comme du snobisme ou autre (sinon tant pis), mais là comme je le disais je sature complètement. J'ai voulu ré-essayer un coup (avec les illusions liées à la nouvelle année, peut-être...) et en fait ça confirme ce que je savais.
Si vraiment quelqu'un a une question très concrète et indispensable pour lui il peut me l'envoyer par mp, en s'attendant à un délai proche de l'incertitude quantique ça devrait pouvoir se faire. :mryellow:
Merci pour ce post Misty
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4379
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

#79 Message par misty » vendredi 28 juin 2019 à 20:47

Siobhan a écrit :
vendredi 28 juin 2019 à 1:13
Spoiler : 
misty a écrit :
lundi 28 janvier 2019 à 12:45
lulamae a écrit : Ici j'ai du mal à comprendre de quoi il est question, ne connaissant pas les dispositifs d'accompagnement.
C'est bien le problème, et tu n'es pas la seule. Pour (essayer de) résumer:
- ces dispositifs relèvent de l'agefiph ou structure apparentée,
=> cet (ces) organisme(s) concernent tous types de handicap,
=> il y a dorénavant des intervenants spécialisés handicap psychique, ce qui recoupe tous les troubles mentaux, IMC, séquelles de traumatismes crâniens, maladies neuro-dégénératives etc...
=> les TSA, jusque là "classés" avec les troubles mentaux, sont désormais (grâce à la pression exercée par les travailleurs sociaux) dans une catégorie à part nommée troubles coginitifs (c'est le cas dans la structure dont je dépends mais à priori c'est en voie de généralisation un peu partout),
=> même avec cette catégorie à part, il n'en reste pas moins que le TSA fait partie des handicaps psychiques, notamment parce que concrètement les besoins qui y sont liés recoupent les besoins liés aux autres troubles.
Unafam a écrit :Spécificité du handicap psychique
Définition : Le handicap psychique est caractérisé par un déficit relationnel, des difficultés de concentration, une grande variabilité dans la possibilité d'utilisation des capacités alors que la personne garde des facultés intellectuelles normales.
en détail: Spécificité du handicap psychique
Ce que ça donne dans la vie réelle de pour de vrai, c'est que quand des "Aspinets" familiers depuis des mois voire des années de la "jérémiade chorale en milieu web-pseudo-autistique fermé" se voient tout d'un coup confrontés au contexte du handicap psychique (et se frottent à des porteurs de pathologies extrêmement invalidantes et aussi à des autistes bien moins "fonctionnels" qu'eux), ils descendent de quelques marches sur l'échelle de la jérémiade.
Il y a des intervenants qui, repérant le souci d'autocentrisme rapidement, vont pousser la personne à assister à des ateliers en groupe (plus pour lui faire prendre conscience de l'environnement qu'autre chose), et d'autres qui au bout de 3 comme ça n'en peuvent plus et tout le monde trinquera derrière.

Malgré l'aspect "conscience professionnelle", je peux comprendre les gens qui perdent patience car ce sont avant tout des humains. Et moi-même quand j'entends la manière dont certains diagnostiqués ou en cours de diag (sous certaines conditions, on peut accéder à ces dispositifs en étant en cours de diag) évoquent leur "autisme de haut niveau" ou leur "différence qui n'est pas un handicap mais leur donne des compétences exceptionnelles (par rapport à qui, à quoi?)", j'ai beaucoup de mal à ne pas leur taper dessus. Je suis tout à fait sérieuse et sincère là-dessus.
Heureusement, les intervenants gèrent mieux leurs pulsions d'agressivité que moi, mais émotionnellement ils doivent être très impactés aussi.

Ce qu'on ne peut pas mesurer quand on est dans des débats théoriques sur l'aspect sociologique de l'autisme sans connaître le terrain concret, c'est qu'une bonne partie des revendications "à thème sociologisant" liées à l'autisme et uniquement à l'autisme passent vraiment pour de l'élitisme, ou pour une sorte de "bourgeoisie du handicap psychique". Tous ces discours à la "oui mais nous c'est pas pareil blablabla..." sont à la fois absurdes (comment savoir que "c'est pas pareil" sans rien savoir des autres handicaps psychiques?) et méprisants.

C'est sans doute lié à un vécu perso et aussi à mon caractère, mais autant je n'ai aucun problème à dire (si on me pose la question) que j'ai un trouble mental (factuellement c'est vrai, le TSA étant dans le DSM), autant j'ai vraiment honte de dire que je suis diagnostiquée autiste. Et ce à cause de cette "bourgeoisie du handicap psychique" qui est à la fois très palpable et très insupportable quand on est immergé dans l'aspect concret du handicap psychique en général.
C'est difficile de ne pas être en colère quand des personnes disent à notre place "nous on est pas pareils", alors que sur le terrain et concernant les aspects concrets, aucun handicapé psychique n'échappe aux difficultés sociales, liées à l'hygiène de vie/organisation, émotionnelles, et encore moins à la stigmatisation. De fait, d'un point de vue sociologique SI, ON EST PAREILS.

La seule chose qui diffère dans l'autisme ce sont les enjeux de prise en charge précoce (comme pour tous les troubles développementaux), et ça, ça n'a rien à voir avec la popote qui revient sans arrêt.
Carapa a écrit :Je ne vois pas en quoi c'est un non-sens absolu, les deux critères principaux étant 1) les intérêts restreints, et 2) les troubles des interactions sociales, qui a priori peuvent avoir beaucoup d'autres raisons qu'un problème de compréhension verbale.
Si on est dans la vulgarisation et l'interprétation ouverte oui, si on est dans une définition cadrée non. Pour commencer, le DSM ne parle pas de trouble des interactions sociales (qui avec un terme si ouvert concerne à peu près l'ensemble du DSM), mais de Déficits persistants dans la communication sociale et les interactions sociales dans de multiples contextes.
Il faut considérer déjà que les définitions du DSM sont faites par des pros pour des pros, et que derrière un même terme il peut y avoir des concepts différents selon qu'on est spécialiste ou profane (il y a en plus les approximations de traductions, l'anglais étant de base bien plus nuancé et relatif que le français).
Derrière le terme "communication sociale", il y a une notion importante qui est celle de "pragmatique du langage"; d'ailleurs une bonne partie des tests standardisés porte sur cette "pragmatique du langage" (implicites, second degré...). Quelqu'un qui a des compétences suffisantes pour scorer à ces tests ne peut pas rencontrer les critères diagnostiques de l'autisme, et donc même si par ailleurs il présente d'autres "symptomes" il sera écarté du diagnostic, c'est mathématique (question de seuils).

Il y a d'ailleurs un trouble nommé Trouble pragmatique du langage (ou Syndrome sémantique pragmatique) qui a été détaché de l'autisme à la suite de pressions de spécialistes, dont Mottron. A l'origine il servait à ne pas poser un diagnostic d'autisme chez un non-déficient intellectuel, autrement dit il recoupe totalement et sans ambigüité le TSA SDI; et dorénavant il ne peut être posé que si le TSA est formellement exclu.

Dans la plupart des ouvrages, il est précisé que (en particulier concernant l'autisme infantile) si des caractéristiques isolées peuvent apparaître chez absolument tous les enfants, un profil qui rentre dans les critères diagnostiques c'est un profil qui accumule un nombre important de caractéristiques et surtout qui les présente de façon figée. C'est une nuance capitale.

Autre chose au sujet de la compréhension verbale qui est automatiquement associé (plus ou moins consciemment) chez les pros et pas du tout chez les non-pros, c'est tout l'aspect sensoriel. Le défaut de filtrage de la voix humaine est à lui seul une donnée importante (difficile de s'étonner qu'un enfant/adulte qui ne réagit pas à son prénom et/ou ne se rend pas compte qu'on lui parle aie des difficultés de compréhension verbale). Et si les aspects sensoriels ne font pas partie du diagnostic (malgré des volontés explicites), c'est visiblement avant tout parce qu'elles constituent un implicite évident dans le tableau clinique existant. Ce point se retrouve quasiment dans toute la littérature dispo sur le sujet.

De manière générale, l'autisme est tellement complexe que sans une étude approfondie d'ouvrages de spécialistes il est illusoire de penser pouvoir y piger quoi que ce soit. Je sais bien que c'est une littérature dense et que picorer ça et là des infos sur le net est plus accessible, mais c'est aussi la mobilisation importante des capacités cognitives qui permet la compréhension de notions ou nuances, donc on ne peut pas attendre le même résultat suite à un effort de lecture important ou à 5 minutes de picorage sur le net. Bien sûr, ce n'est pas simple de se concentrer et de focaliser son attention (moi-même soit j'y arrive à fond soit c'est complètement insurmontable, je n'ai pas de médiane), je suis consciente aussi des problématiques liées aux TDA, dépression ou même fatigue importante, mais bon il n'en reste pas moins qu'y voir plus clair implique énormément de facteurs.
Je ne dis pas ça que pour toi Carapa, mais il est impossible d'avancer sans étudier sérieusement une littérature complexe, sur un sujet lui même extrêmement complexe et aux ressorts finalement assez méconnus.

J'espère que mon absence de réponse à d'éventuelles nouvelles requêtes d'explications ne sera pas vécu comme du snobisme ou autre (sinon tant pis), mais là comme je le disais je sature complètement. J'ai voulu ré-essayer un coup (avec les illusions liées à la nouvelle année, peut-être...) et en fait ça confirme ce que je savais.
Si vraiment quelqu'un a une question très concrète et indispensable pour lui il peut me l'envoyer par mp, en s'attendant à un délai proche de l'incertitude quantique ça devrait pouvoir se faire. :mryellow:
Merci pour ce post Misty
Spoiler : 
Ben dis donc je ne sais pas où tu habites mais l'ADSL chez toi ça doit être quelque chose... :shock: :mrgreen:
*Diag TSA*


"You, sent out beyond your recall,
go to the limits of your longing.
Embody me.
Flare up like a flame
and make big shadows I can move in.
Let everything happen to you: beauty and terror.
Just keep going. No feeling is final..."

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1695
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

#80 Message par Siobhan » vendredi 28 juin 2019 à 22:09

misty a écrit :
vendredi 28 juin 2019 à 20:47
Siobhan a écrit :
vendredi 28 juin 2019 à 1:13
Spoiler : 
misty a écrit :
lundi 28 janvier 2019 à 12:45

C'est bien le problème, et tu n'es pas la seule. Pour (essayer de) résumer:
- ces dispositifs relèvent de l'agefiph ou structure apparentée,
=> cet (ces) organisme(s) concernent tous types de handicap,
=> il y a dorénavant des intervenants spécialisés handicap psychique, ce qui recoupe tous les troubles mentaux, IMC, séquelles de traumatismes crâniens, maladies neuro-dégénératives etc...
=> les TSA, jusque là "classés" avec les troubles mentaux, sont désormais (grâce à la pression exercée par les travailleurs sociaux) dans une catégorie à part nommée troubles coginitifs (c'est le cas dans la structure dont je dépends mais à priori c'est en voie de généralisation un peu partout),
=> même avec cette catégorie à part, il n'en reste pas moins que le TSA fait partie des handicaps psychiques, notamment parce que concrètement les besoins qui y sont liés recoupent les besoins liés aux autres troubles.



Ce que ça donne dans la vie réelle de pour de vrai, c'est que quand des "Aspinets" familiers depuis des mois voire des années de la "jérémiade chorale en milieu web-pseudo-autistique fermé" se voient tout d'un coup confrontés au contexte du handicap psychique (et se frottent à des porteurs de pathologies extrêmement invalidantes et aussi à des autistes bien moins "fonctionnels" qu'eux), ils descendent de quelques marches sur l'échelle de la jérémiade.
Il y a des intervenants qui, repérant le souci d'autocentrisme rapidement, vont pousser la personne à assister à des ateliers en groupe (plus pour lui faire prendre conscience de l'environnement qu'autre chose), et d'autres qui au bout de 3 comme ça n'en peuvent plus et tout le monde trinquera derrière.

Malgré l'aspect "conscience professionnelle", je peux comprendre les gens qui perdent patience car ce sont avant tout des humains. Et moi-même quand j'entends la manière dont certains diagnostiqués ou en cours de diag (sous certaines conditions, on peut accéder à ces dispositifs en étant en cours de diag) évoquent leur "autisme de haut niveau" ou leur "différence qui n'est pas un handicap mais leur donne des compétences exceptionnelles (par rapport à qui, à quoi?)", j'ai beaucoup de mal à ne pas leur taper dessus. Je suis tout à fait sérieuse et sincère là-dessus.
Heureusement, les intervenants gèrent mieux leurs pulsions d'agressivité que moi, mais émotionnellement ils doivent être très impactés aussi.

Ce qu'on ne peut pas mesurer quand on est dans des débats théoriques sur l'aspect sociologique de l'autisme sans connaître le terrain concret, c'est qu'une bonne partie des revendications "à thème sociologisant" liées à l'autisme et uniquement à l'autisme passent vraiment pour de l'élitisme, ou pour une sorte de "bourgeoisie du handicap psychique". Tous ces discours à la "oui mais nous c'est pas pareil blablabla..." sont à la fois absurdes (comment savoir que "c'est pas pareil" sans rien savoir des autres handicaps psychiques?) et méprisants.

C'est sans doute lié à un vécu perso et aussi à mon caractère, mais autant je n'ai aucun problème à dire (si on me pose la question) que j'ai un trouble mental (factuellement c'est vrai, le TSA étant dans le DSM), autant j'ai vraiment honte de dire que je suis diagnostiquée autiste. Et ce à cause de cette "bourgeoisie du handicap psychique" qui est à la fois très palpable et très insupportable quand on est immergé dans l'aspect concret du handicap psychique en général.
C'est difficile de ne pas être en colère quand des personnes disent à notre place "nous on est pas pareils", alors que sur le terrain et concernant les aspects concrets, aucun handicapé psychique n'échappe aux difficultés sociales, liées à l'hygiène de vie/organisation, émotionnelles, et encore moins à la stigmatisation. De fait, d'un point de vue sociologique SI, ON EST PAREILS.

La seule chose qui diffère dans l'autisme ce sont les enjeux de prise en charge précoce (comme pour tous les troubles développementaux), et ça, ça n'a rien à voir avec la popote qui revient sans arrêt.


Si on est dans la vulgarisation et l'interprétation ouverte oui, si on est dans une définition cadrée non. Pour commencer, le DSM ne parle pas de trouble des interactions sociales (qui avec un terme si ouvert concerne à peu près l'ensemble du DSM), mais de Déficits persistants dans la communication sociale et les interactions sociales dans de multiples contextes.
Il faut considérer déjà que les définitions du DSM sont faites par des pros pour des pros, et que derrière un même terme il peut y avoir des concepts différents selon qu'on est spécialiste ou profane (il y a en plus les approximations de traductions, l'anglais étant de base bien plus nuancé et relatif que le français).
Derrière le terme "communication sociale", il y a une notion importante qui est celle de "pragmatique du langage"; d'ailleurs une bonne partie des tests standardisés porte sur cette "pragmatique du langage" (implicites, second degré...). Quelqu'un qui a des compétences suffisantes pour scorer à ces tests ne peut pas rencontrer les critères diagnostiques de l'autisme, et donc même si par ailleurs il présente d'autres "symptomes" il sera écarté du diagnostic, c'est mathématique (question de seuils).

Il y a d'ailleurs un trouble nommé Trouble pragmatique du langage (ou Syndrome sémantique pragmatique) qui a été détaché de l'autisme à la suite de pressions de spécialistes, dont Mottron. A l'origine il servait à ne pas poser un diagnostic d'autisme chez un non-déficient intellectuel, autrement dit il recoupe totalement et sans ambigüité le TSA SDI; et dorénavant il ne peut être posé que si le TSA est formellement exclu.

Dans la plupart des ouvrages, il est précisé que (en particulier concernant l'autisme infantile) si des caractéristiques isolées peuvent apparaître chez absolument tous les enfants, un profil qui rentre dans les critères diagnostiques c'est un profil qui accumule un nombre important de caractéristiques et surtout qui les présente de façon figée. C'est une nuance capitale.

Autre chose au sujet de la compréhension verbale qui est automatiquement associé (plus ou moins consciemment) chez les pros et pas du tout chez les non-pros, c'est tout l'aspect sensoriel. Le défaut de filtrage de la voix humaine est à lui seul une donnée importante (difficile de s'étonner qu'un enfant/adulte qui ne réagit pas à son prénom et/ou ne se rend pas compte qu'on lui parle aie des difficultés de compréhension verbale). Et si les aspects sensoriels ne font pas partie du diagnostic (malgré des volontés explicites), c'est visiblement avant tout parce qu'elles constituent un implicite évident dans le tableau clinique existant. Ce point se retrouve quasiment dans toute la littérature dispo sur le sujet.

De manière générale, l'autisme est tellement complexe que sans une étude approfondie d'ouvrages de spécialistes il est illusoire de penser pouvoir y piger quoi que ce soit. Je sais bien que c'est une littérature dense et que picorer ça et là des infos sur le net est plus accessible, mais c'est aussi la mobilisation importante des capacités cognitives qui permet la compréhension de notions ou nuances, donc on ne peut pas attendre le même résultat suite à un effort de lecture important ou à 5 minutes de picorage sur le net. Bien sûr, ce n'est pas simple de se concentrer et de focaliser son attention (moi-même soit j'y arrive à fond soit c'est complètement insurmontable, je n'ai pas de médiane), je suis consciente aussi des problématiques liées aux TDA, dépression ou même fatigue importante, mais bon il n'en reste pas moins qu'y voir plus clair implique énormément de facteurs.
Je ne dis pas ça que pour toi Carapa, mais il est impossible d'avancer sans étudier sérieusement une littérature complexe, sur un sujet lui même extrêmement complexe et aux ressorts finalement assez méconnus.

J'espère que mon absence de réponse à d'éventuelles nouvelles requêtes d'explications ne sera pas vécu comme du snobisme ou autre (sinon tant pis), mais là comme je le disais je sature complètement. J'ai voulu ré-essayer un coup (avec les illusions liées à la nouvelle année, peut-être...) et en fait ça confirme ce que je savais.
Si vraiment quelqu'un a une question très concrète et indispensable pour lui il peut me l'envoyer par mp, en s'attendant à un délai proche de l'incertitude quantique ça devrait pouvoir se faire. :mryellow:
Merci pour ce post Misty
Spoiler : 
Ben dis donc je ne sais pas où tu habites mais l'ADSL chez toi ça doit être quelque chose... :shock: :mrgreen:
:lol: :lol: :lol:

Je pense que le problème se situe plutôt "entre le siège et le clavier".


Je n'avais pas vu que ton post datait de janvier... mais cela reste, je trouve, un texte de qualité, j'insiste ! :mrgreen: :lol:

edit précision : J'habite en région Île de France :mrgreen:
Modifié en dernier par Siobhan le vendredi 28 juin 2019 à 22:15, modifié 1 fois.
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

Dehlynah
Fidèle
Messages : 184
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

#81 Message par Dehlynah » vendredi 28 juin 2019 à 22:14

idem, Misty , j'ai lu ton post avec une sorte d'avidité ! Limite en transe...Merci
TSA ( prédiagnostic - printemps 2018, confirmation par psychiatre spécialisé - été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3420
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

#82 Message par lulamae » vendredi 28 juin 2019 à 22:54

Dehlynah a écrit :
vendredi 28 juin 2019 à 22:14
idem, Misty , j'ai lu ton post avec une sorte d'avidité ! Limite en transe...Merci
Ca fait cet effet-là des fois… :geek: :lol:
Diagnostic d'autisme.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
Siobhan
Forcené
Messages : 1695
Enregistré le : mardi 20 mars 2018 à 23:54

Re: L'autisme autrement: l'approche psychosociale de Julie Dachez

#83 Message par Siobhan » vendredi 28 juin 2019 à 22:57

lulamae a écrit :
vendredi 28 juin 2019 à 22:54
Dehlynah a écrit :
vendredi 28 juin 2019 à 22:14
idem, Misty , j'ai lu ton post avec une sorte d'avidité ! Limite en transe...Merci
Ca fait cet effet-là des fois… :geek: :lol:
Attention aux dérives sectaires ! :mrgreen: :lol:
(ex-MudBloodKnowItAll)

TSA

Répondre