Neuro atypie

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Miriel
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : jeudi 20 décembre 2018 à 15:12

Neuro atypie

#1 Message par Miriel » mardi 1 janvier 2019 à 14:08

Bonjour, je suis en pleine recherche sur moi et j’ai entamé un suivi.

Je souffre d’anxiété sociale mais en enquêtant dans le passé (dossiers cmp, questions à ma famille etc) j’ai toujours eu des problèmes de socialisation avec les autres, depuis dès mon entrée en maternelle. Je n’ai jamais su détecter à quoi étaient du ces problèmes. Il est aussi mentionné que j’avais des problèmes avec l’autorité, que j’étais dans ma bulle, j’ai toujours eu des obsessions envahissantes par rapport à des sujets précis. Je me suis demandé si je n’étais pas aspi car j’étais suspectée enfant par ma famille mais je n’ai jamais eu de diagnostique ni de tests là-desssus, mais bon la plupart des gens ne s’y connaissent rien là-dedans.
Si je l’ai mal pris pendant longtemps, j’ai fini un jour par me renseigner, mais plus j’en lis moins je pense en faire partie. Par exemple par le ton je sais que quelqu’un est en colère quand cette personne hausse la voix, pour la tristesse je pense avoir plus de mal à moins que la personne ne pleure mais la encore je n’en suis pas sure donc je ne vais pas dire n’importe quoi. Mais je pense m’adapter en fonction du ton qu’emploie la personne en face. Je suis capable de regarder dans les yeux par contre j’ai du mal à maintenir le regard, je m’en suis rendu compte il y a quelques années que ça me demandait un effort. Je pense que c’est du à l’anxiété social, je n’ai aucun souvenirs pour dans l’enfance mais dans mon dossier cmp, il est inscrit à un endroit que je ne maintiens pas le regard, alors est-ce car j’etais simplement distraite ? Je n’en sais rien, à l’inverse il m’arrive de fixer dans le vide en étant dans mes pensées, il m’est déjà donc arrivé de fixer quelqu’un sans même voir cette personne et on me l’a reproché ensuite. Ça c’est plus le fait d’être dans ma bulle.

Est-il possible d’être simplement neuro atypique sans « pathologies » particulières ?

Je suis par contre sûre d’avoir eu un TDAH enfant et d’avoir un TDA sans H adulte. Est-ce que certaines pathologies qui peuvent faire penser à l’autisme peuvent être dues également à un TDA? Par exemple un TDA peut il aussi avoir des ir, être dans sa bulle et avoir des problèmes relationnels ?

C’est mes problèmes de socialisation qui m’ont causé cette anxiété sociale et non l’inverse. Ça et puis une personne toxique pendant l’adolescence.

Le problème c’est que je ne me rends pas compte moi-même à quoi sont dû ces problèmes de socialisation que j’ai depuis toujours. Enfant je ne m’intéressait pas aux autres, je préférais jouer seule, je refusais de jouer avec et j’avais des comportements inappropriés il parait. À l’adolescence j’ai essayé de m'intégrer mais cela n’a jamais fonctionné et je n’ai jamais compris pourquoi. Adulte je suis inapte à m’adapter en milieu professionnel et je n’ai jamais travaillé.

Il est très dur de s’analyser soi-même.
Pas de diagnostique, en questionnement.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 24988
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Neuro atypie

#2 Message par freeshost » mardi 1 janvier 2019 à 19:20

Bienvenue ! Miriel !

Si tu veux en savoir plus sur le spectre autistique, dévore ici. :P
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Grisha
Fidèle
Messages : 169
Enregistré le : lundi 13 août 2018 à 19:10
Localisation : Lyon

Re: Neuro atypie

#3 Message par Grisha » mercredi 2 janvier 2019 à 1:07

Les informations dont tu disposes sur ton enfance me paraissent éloquentes : des traits autistiques significatifs étaient présents. Alors après, « je suis capable de regarder dans les yeux » et « je peux dire si une personne est en colère par le ton qu’elle emploie », cela me semble assez secondaire. Intellectualisation des codes sociaux et stratégie du caméléon sont à prendre en compte, ainsi que les efforts que tu dois fournir pour produire tel comportement. De plus, bien d’autres particularités peuvent exister et à divers degrés d’intensité.

Évidemment, tu peux être atypique, bizarre, différente sans être autiste. Tu peux te renseigner sur le trouble de la communication sociale. Mais si tu penses avoir « des modes restreints, répétitifs de comportements, d’intérêts ou d’activités », pourquoi ne pas continuer sur la piste de l’autisme ?

Un dysfonctionnement social peut résulter du T. D. A. H. Mais encore une fois, l’autisme présente d’autres signes.
19 ans. INTP.
Pas de diagnostic, en questionnement sur : autisme Asperger, anxiété sociale, douance. Actuellement en quête de courage pour contacter un psy. :lol:

Miriel
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : jeudi 20 décembre 2018 à 15:12

Re: Neuro atypie

#4 Message par Miriel » mercredi 2 janvier 2019 à 1:43

Je cherche à mieux me comprendre et à savoir d'où viennent les difficultés, je vois une psychologue qui est formée là-dessus donc j’ai un suivie et je garde cette piste de côté mais je cherche également à en explorer d’autres qui pourraient être également des causes potentielles.
J’ai subit une lourde opération peu après la naissance, j’ai été coupée à mes parents et ma mère a ensuite eu un baby blues pensez-vous que cela peut créer une atypie ?

Pour le reste il est très dur de se rendre compte soi-même, par exemple le mécanisme de compréhension ou non d’autrui se fait de manière inconsciente, mais j’ai beaucoup de doutes. Pour le tda par contre je suis presque sûre d’en avoir un, avec h enfant et sans h adulte, je me demandais si les deux pouvaient avoir des « pathologies » communes.

J’ai des sensibilités seulement au toucher mais seulement certaines matières (papier, certains textiles etc) mais ce sont des choses courantes. J’ai des sensibilités à certaines odeurs atypiques et un odorat trop développé (heureusement je suis sans arrêt enrhumée donc parfois ça me sauve un peu lol), à la lumière mais ça je ne sais pas si c’est depuis toujours car je m’en suis rendue compte après des crises d’hypocondrie, par exemple les feux et éclairages trop forts m’eblouissent, je baisse la luminosité sur téléphone, je dois voir un ophtalmo mais j’ai une peur bleue des ophtalmo alors je procrastine, à savoir que j’ai un problème thyroïdien, bien que pris en charge cela pourrait donc peut-être en être la cause.
Pas de diagnostique, en questionnement.

Avatar du membre
Grisha
Fidèle
Messages : 169
Enregistré le : lundi 13 août 2018 à 19:10
Localisation : Lyon

Re: Neuro atypie

#5 Message par Grisha » mercredi 2 janvier 2019 à 2:05

Tout ce que je peux te dire, c’est que l’enfance est vraiment un élément clef. :innocent: Parle donc de ces perturbations à ta psychologue. Créer des atypies, pourquoi pas ; simuler une triade autistique, ça m’étonnerait.
Spoiler : 
Moi aussi, odorat ultrasensible. :mryellow:
19 ans. INTP.
Pas de diagnostic, en questionnement sur : autisme Asperger, anxiété sociale, douance. Actuellement en quête de courage pour contacter un psy. :lol:

Miriel
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : jeudi 20 décembre 2018 à 15:12

Re: Neuro atypie

#6 Message par Miriel » mercredi 2 janvier 2019 à 2:10

Pour les ir j’ai toujours eu des obsessions, il suffit que je découvre un truc pour que mon cerveau fasse une fixation dessus, je veux tout savoir sur le sujet, ça peut durer des années, quand j’en ai fait le tour je passe à autre chose qui devient à son tour une obsession mais j’aime toujours le reste. Parfois des anciens ir peuvent revenir aussi surtout les plus grands que je garde de côté. En fait moi-même je ne me rends pas compte de quelle est la différence avec une passion comme beaucoup en ont, mais on m’a fait remarqué que c’était assez obsessionnel chez moi il parait.

Pour le social en ce moment j’ai ma famille chez moi je les vois rarement et ils comptent énormément, ils sont mon entourage exclusif et pourtant je n’arrive pas à passer autant de temps avec eux que je voudrais car toujours ce besoin de m’isoler c’est très frustrant.
Pas de diagnostique, en questionnement.

Répondre