Anciens intérêts

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Miriel
Régulier
Messages : 40
Enregistré le : jeudi 20 décembre 2018 à 15:12

Anciens intérêts

#1 Message par Miriel » mardi 19 février 2019 à 10:26

Avez vous eu des obsessions ou aimer des choses durant l’adolescence dont vous ne parlez pas et dont vous avez honte maintenant a l’âge adulte ?
Depuis toujours à chaque fois que je me découvre un intérêt pour quelque chose cela m’immerge complètement, comme si je vivais à travers cela. Quand j’étais adolescente et que j’appréciais quelque chose, toute la classe était au courant alors que nous n’étions pas amis.
Je ne sais pas si c’est caractéristique mais je ne savais pas où poser le sujet alors je viens sur ce forum.
A l’adolescence j’ai eu un grand intérêt pour un pays, et je me suis mis à m’intéresser a tout ce qui tournait autour dont quelque chose dont j’ai honte maintenant.
Est-ce que ça vous ai déjà arrivé ?
Pré diag en faveur d’un éventuel tsa, en attente d’examens complémentaires pour plus de réponses, se reconnaît davantage dans les tda.

Geogaddi
Fidèle
Messages : 108
Enregistré le : lundi 5 novembre 2018 à 1:42

Re: Anciens intérêts

#2 Message par Geogaddi » mardi 19 février 2019 à 17:44

Oui, pareil. J'ai eu ma phase anatomie, ma phase aquariophilie et comme toi, une passion dévorante pour plusieurs pays successivement (Allemagne, Corée du Nord et Japon) et à part pour le dernier où j'étais assez mature pour me rendre compte que je soulais les autres, effectivement c'était comme toi. Quand je me remémore mes interactions durant l'adolescence, je suis effectivement mal à l'aise car je me rends compte maintenant à quel point les interactions ne tournaient QUE sur mes intérêts et à quel point je ne réalisais pas du tout que je monopolisais tout, j'ai honte pour ça effectivement, je me demande même comment j'ai pu avoir des amis pendant cette période-là, surtout qu'ils s'en plaignaient. Cependant je ne comprends pas trop ta question, j'ai honte dans le sens où je regrette d'avoir été si égocentrique à ce moment-là, mais en revanche je n'ai pas honte de la nature de ces intérêts-là, ça me faisait du bien de m'y intéresser.

Le seul intérêt dont j'ai vraiment honte ça a été une fascination que j'ai eu pour une star à un moment donné (je manquais d'affection et de confiance et je me suis retrouvée dans l'image publique de cette personne-là) et pareil je ne parlais que de ça, je soulais tout le monde avec ça, à un point vraiment fanatique c'était très soulant, limite inquiétant. L'intérêt pour cette personne a disparu quand j'ai eu plus d'amis et donc meilleure confiance en moi, mais j'ai honte d'avoir soulé tout le monde surtout qu'au final je n'aime pas du tout ce qu'il fait et n'ai jamais aimé, du coup en en parlant j'aurais "peur" qu'on ait une image erronée de moi et de mes goûts. Mais c'est le seul intérêt pour lequel j'ai vraiment "honte", le reste c'est surtout mon comportement qui posait problème.

Je ne sais pas trop quoi te conseiller, te dire "mais non n'aies pas honte" c'est difficile, mais essaye de te concentrer sur le bien-être que ça t'a procuré et la richesse intellectuelle que tu en as tirée. Quant à la gêne que tu as pu donner aux autres... Essaye d'analyser tes comportements à cette époque-là et de réfléchir de sorte à ce que les interactions soient moins unilatérales, si ce n'est pas déjà fait.
Femme, 24 ans, IDF. Diagnostiquée autiste en février 2019.

Miriel
Régulier
Messages : 40
Enregistré le : jeudi 20 décembre 2018 à 15:12

Re: Anciens intérêts

#3 Message par Miriel » mardi 19 février 2019 à 18:13

Je me retrouve dans ce que tu dis, c’était effectivement mon cas également, je soûlais tout le monde avec cet intérêt sans me rendre compte que cela devenait lourd pour les autres. J’avais besoin de partager absolument mes intérêts avec les autres et d’ailleurs c’est toujours le cas puisque adulte j’ai tendance à m’intéresser aux autres si ils partagent les mêmes intérêts que moi, sinon ça ne m’intéresse pas de faire la conversation ni même quoi que ce soit. Mais pour cela c’est peut-être pour tout le monde pareil ? Maintenant j’arrive mieux à m’abstenir d’en parler quand je sais que la personne n’apprecie pas forcément. Par contre, quand quelque chose me tiens à cœur notamment la cause environnementale, je ne peux pas m’empêcher d’en parler et de soûler mon entourage avec ça, de répéter toujours les mêmes choses et de ramener tout à ça. Même si je le sais car on m’a déjà fait la remarque, j’ai beaucoup de mal à me contenir c’est plus fort que moi.

Ce dont j’ai honte, ce n’est pas d’avoir apprécié le pays en lui-même mais plutôt d’un certain style de musique que j’ai pu écouter durant un certain temps, lié à ce pays, et si j’en ai honte c’est car maintenant, moi qui suis pourtant musicalement ouverte, je n’aime plus du tout ce genre de choses beaucoup trop commercial et niait à mon goût (tout ce que je fuies actuellement). J’aime toujours la langue mais j’ai évolué et j’ai disons des goûts plus « mûrs » (sans jugements de valeurs bien-sûr). Comme tu dis si bien, j’ai repris contact avec des amies que j’ai eu à l’époque et j’ai peur qu’ils se méprennent sur mes goûts à cause de cela. Cela peut paraître complètement idiot et immature mais j’accorde une grande importance à mes intérêts.
Par contre j’aime toujours le pays en question et comme la personne qui partage ma vie actuellement est de l’origine de ce pays, cela passe inaperçu puisque je peux partager avec elle mes connaissances et ce que j’apprecie sans que ça paraisse bizarre.
Pré diag en faveur d’un éventuel tsa, en attente d’examens complémentaires pour plus de réponses, se reconnaît davantage dans les tda.

Répondre