Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Autrey
Forcené
Messages : 1286
Enregistré le : mardi 27 décembre 2016 à 15:20

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#91 Message par Autrey » mercredi 16 octobre 2019 à 23:06

Un autiste un peu dépité devant ces boites soi-disant d'insertion d'autistes dans le monde du travail....
Fichiers joints
ECUk3mnXkAM95_v.jpg
ECUk3mnXkAM95_v.jpg (33.72 Kio) Vu 520 fois
Diagnostiquée récemment, à la quarantaine passé. :geek:
Bénévole

oreo64
Habitué
Messages : 99
Enregistré le : mardi 30 avril 2019 à 17:19

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#92 Message par oreo64 » jeudi 17 octobre 2019 à 14:30

Madame,

La fondatrice d'Asperteam a arrêté son activité pour des raisons personnelles.
Je le sais de source sûr puisque j'ai rencontré une militante très connue dans le monde de l'autisme samedi dernier à Saint Quentin en Yvelines.J'ai fait part de tous les dysfonctionnements que j'ai vus dans ces structures surtout à Talent d'As .Par défaut , tu peux aller à l'Autisme Emploi Asperger .Au moins,le suivi est gratuit.En tout cas ,j'ai coupé les ponts avec le milieu associatif autiste et je me tourne vers les associations de travailleurs handicapés généralistes ou les associations d'insertion pour les jeunes diplômés.
Diagnostiqué Asperger en 2010

Avatar du membre
Autrey
Forcené
Messages : 1286
Enregistré le : mardi 27 décembre 2016 à 15:20

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#93 Message par Autrey » jeudi 17 octobre 2019 à 15:17

oreo64 a écrit :
jeudi 17 octobre 2019 à 14:30
Madame,

La fondatrice d'Asperteam a arrêté son activité pour des raisons personnelles.
Je le sais de source sûr puisque j'ai rencontré une militante très connue dans le monde de l'autisme samedi dernier à Saint Quentin en Yvelines.J'ai fait part de tous les dysfonctionnements que j'ai vus dans ces structures surtout à Talent d'As .Par défaut , tu peux aller à l'Autisme Emploi Asperger .Au moins,le suivi est gratuit.En tout cas ,j'ai coupé les ponts avec le milieu associatif autiste et je me tourne vers les associations de travailleurs handicapés généralistes ou les associations d'insertion pour les jeunes diplômés.
Pour Asperteam il aurait fallu le dire avant je n'aurai pas fait de trait d'humour ! :) :innocent:

Ceci dit il n'y'a aucune information sur leur site Asperteam le précisant, c'est dommage on ne sait pas à quoi s'en tenir.

Je crois qu'après "la mode" médiatique sur le phénomène autistes aspergers depuis les années 2000 (et qui continue avec des séries genre Good Doctors ou Astrid), le soufflet semble retomber.....
C'est dû à l'effet de mode lui-même, au fait que les autistes aspergers ne sont pas comme dans les séries dans la vraie vie, qu'ils ne sont pas tous des Einstein qui demain révolutionneront la théorie de la relativité, que l'autisme étant un spectre les gens plaquent sur tous les autistes une sorte d'autiste asperger "idéalisé" n'existant pas dans les faits puisque pour chaque autiste la réalité est différente malgré des traits communs, qu'un autiste au quotidien c'est pas forcément aussi amusant que dans Big Bang Theory,etc...

Les entreprises qui se sont intéressées aux autistes ont plaqué un modèle d'autistes sur des personnes ayant un autisme different selon chaque individu, selon l'âge, le contexte social,etc...
Donc au final on en arrive pour les autistes à une certaine inefficacité au niveau structures d'insertion des autistes dans un monde professionnel qui lui-même considère par exemple Greta Thunberg comme un modèle autistique, normal vu que les gens dans leur vie ne croisent pas forcément des autistes.
Il ne faut pas en vouloir aux entreprises "standards" ni aux gens car l'autisme est peu connu mais par contre je suis plus critique vis à vis des entreprises spécialisées dans l'autisme, on se demande si elles sont empreintes de sincérité ou si pour certaines l'autisme est juste un business comme un autre.
Diagnostiquée récemment, à la quarantaine passé. :geek:
Bénévole

oreo64
Habitué
Messages : 99
Enregistré le : mardi 30 avril 2019 à 17:19

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#94 Message par oreo64 » jeudi 17 octobre 2019 à 20:43

Bonsoir;

Globalement ,j'ai discuté avec une militante associative très connue qui m'a confirmé qu'il y a en ce moment beaucoup de dérives dans les associations autistes et de rivalité entre eux.Elle m'a aussi dit qu'il y a des gens incompétents qui ne maîtrisent pas leur sujet.Je suis écœuré par leur ego surdimensionné ,leur malhonnêteté et par leur volonté de ne faire que de la pub à leurs associations et leurs recherches à tout prix de donateurs .
Beaucoup de dépenses me paraissent superflues .Il n'y a qu' à voir la vidéo de la présidente de l'association Asperger Amitié qui a les milieux de se payer un intervenant pour la boxe ,un autre pour le théâtre,un intervenant pour le yoga, des sorties bowlings , des dépenses pour une radio associative.C'est la même qui viendra se plaindre qu'elle n'a pas d'argent pour son association pour l'insertion professionnelle et va dire qu'elle ne touche pas de subventions publiques (devenir une association d'intérêt publique) .Il y a un malheureux atelier entreprise pour les former au monde professionnel.Autre association:Asperger Aide France qui finance des interventions avec des gentils toutous pour développer la sensibilité des jeunes autistes Asperger .Je n'ai pas envie de verser un centime car elles n'ont pas compris que les associations devraient avoir 3 buts:le diagnostic ,la scolarisation avec la formation des auxiliaires de vie solaire et l'insertion dans le monde professionnel.Ces 3 objectifs ne sont pas hiérarchisés dans les associations.Je considère que les associations autistes Asperger n'ont pas vocation à être des centres aérés mais des lieux pour améliorer la qualité des autistes Asperger.
La rare relation que j'ai encore cette militante est le seul lien qui me relie avec le monde associatif.
Après le maintien dans l'emploi avec Asperteam ,je ne peux pas t'en parler car je n'ai pas gardé de contact avec les autistes qui étaient dans le dispositif de Pole Emploi Saint Quentin en Yvelines.J'ai juste pu discuter avec un autiste qui a trouvé une formation de développeur grâce à Apserteam.
Tu as eu des échos autour de toi de personnes qui ont été contentes du dispositif?
Diagnostiqué Asperger en 2010

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 363
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#95 Message par Controleur » vendredi 18 octobre 2019 à 7:44

Autrey a écrit :
jeudi 17 octobre 2019 à 15:17
oreo64 a écrit :
jeudi 17 octobre 2019 à 14:30
Madame,

La fondatrice d'Asperteam a arrêté son activité pour des raisons personnelles.
Je le sais de source sûr puisque j'ai rencontré une militante très connue dans le monde de l'autisme samedi dernier à Saint Quentin en Yvelines.J'ai fait part de tous les dysfonctionnements que j'ai vus dans ces structures surtout à Talent d'As .Par défaut , tu peux aller à l'Autisme Emploi Asperger .Au moins,le suivi est gratuit.En tout cas ,j'ai coupé les ponts avec le milieu associatif autiste et je me tourne vers les associations de travailleurs handicapés généralistes ou les associations d'insertion pour les jeunes diplômés.
Pour Asperteam il aurait fallu le dire avant je n'aurai pas fait de trait d'humour ! :) :innocent:

Ceci dit il n'y'a aucune information sur leur site Asperteam le précisant, c'est dommage on ne sait pas à quoi s'en tenir.

Je crois qu'après "la mode" médiatique sur le phénomène autistes aspergers depuis les années 2000 (et qui continue avec des séries genre Good Doctors ou Astrid), le soufflet semble retomber.....
C'est dû à l'effet de mode lui-même, au fait que les autistes aspergers ne sont pas comme dans les séries dans la vraie vie, qu'ils ne sont pas tous des Einstein qui demain révolutionneront la théorie de la relativité, que l'autisme étant un spectre les gens plaquent sur tous les autistes une sorte d'autiste asperger "idéalisé" n'existant pas dans les faits puisque pour chaque autiste la réalité est différente malgré des traits communs, qu'un autiste au quotidien c'est pas forcément aussi amusant que dans Big Bang Theory,etc...

Les entreprises qui se sont intéressées aux autistes ont plaqué un modèle d'autistes sur des personnes ayant un autisme different selon chaque individu, selon l'âge, le contexte social,etc...
Donc au final on en arrive pour les autistes à une certaine inefficacité au niveau structures d'insertion des autistes dans un monde professionnel qui lui-même considère par exemple Greta Thunberg comme un modèle autistique, normal vu que les gens dans leur vie ne croisent pas forcément des autistes.
Il ne faut pas en vouloir aux entreprises "standards" ni aux gens car l'autisme est peu connu mais par contre je suis plus critique vis à vis des entreprises spécialisées dans l'autisme, on se demande si elles sont empreintes de sincérité ou si pour certaines l'autisme est juste un business comme un autre.
J'aurais bien voulu savoir de quelle mode on parle parce que justement dans le début des années 2000, presque personne en France n'allait au delà du supposé établie qu'un autiste ne pouvait pas autre chose qu'un enfant instable, bizzare,agité,bruyant, pleurnichard pour tout. Les autistes qui passaient entre les mailles du fillet étaient priés de ne pas trop la ramener et de s'agréger avec les normos pensants, qu'importait que cela sucité fatigue supplémentaire, inconfort, frustrations, incompréhensions.

Quand bien même on a commençé à médiatisé l'autisme, l'engouement professionnel n'est pas venu tout de suite, il a commencé à venir après la diffusion du film le cerveau d'huguo ,quand les journalistes se sont pris en pleine tronche que oui un autiste pouvait travaillait mais que les préjugés à son encontre dans le monde du travail plus la nécessité de travailler les codes pour l'entretien, savoir se mettre en avant dans le cv et accrocher celui qui recrute dans la lettre, ça empêchait beaucoup de monde de travailler tout en le voulant.

Les séries télévisés comme the big bang theory, docteur housse ne captivaient pas encore le public et gretta thunberg n'était pas encore ce qu'elle est aujourd'hui.

Il y'a eut peux être comme réponse trouvé l'idée que des boîtes ou les autistes seraient entre eux, ça réduirait le chômage et ça éviterait aux entreprises à se fatiguer de revoir des process de recrutement qu'elles ne voulaient pas vraiment envisager de faire évoluer.

Mais cette générale idée, ça ne marche pas parce que tous les autistes n'ont pas envie de travailler dans des endroits ou ils sont infantilisés, traités comme du bataille.

Je ne crois pas que Gretta Thunberg soit présenté comme un modèle, non les échos que j'ai dans des milieux influents sont beaucoup moins enjolivateurs pour cette jeune fille, il y'a même des gens qui trouvent à rire (le rire moqueur et méprisant qui te fait comprendre que cette personne trouve Gretta aussi méprisable que ses propres déjections).
oreo64 a écrit :
jeudi 17 octobre 2019 à 20:43
Bonsoir;

Globalement ,j'ai discuté avec une militante associative très connue qui m'a confirmé qu'il y a en ce moment beaucoup de dérives dans les associations autistes et de rivalité entre eux.Elle m'a aussi dit qu'il y a des gens incompétents qui ne maîtrisent pas leur sujet.Je suis écœuré par leur ego surdimensionné ,leur malhonnêteté et par leur volonté de ne faire que de la pub à leurs associations et leurs recherches à tout prix de donateurs .
Beaucoup de dépenses me paraissent superflues .Il n'y a qu' à voir la vidéo de la présidente de l'association Asperger Amitié qui a les milieux de se payer un intervenant pour la boxe ,un autre pour le théâtre,un intervenant pour le yoga, des sorties bowlings , des dépenses pour une radio associative.C'est la même qui viendra se plaindre qu'elle n'a pas d'argent pour son association pour l'insertion professionnelle et va dire qu'elle ne touche pas de subventions publiques (devenir une association d'intérêt publique) .Il y a un malheureux atelier entreprise pour les former au monde professionnel.Autre association:Asperger Aide France qui finance des interventions avec des gentils toutous pour développer la sensibilité des jeunes autistes Asperger .Je n'ai pas envie de verser un centime car elles n'ont pas compris que les associations devraient avoir 3 buts:le diagnostic ,la scolarisation avec la formation des auxiliaires de vie solaire et l'insertion dans le monde professionnel.Ces 3 objectifs ne sont pas hiérarchisés dans les associations.Je considère que les associations autistes Asperger n'ont pas vocation à être des centres aérés mais des lieux pour améliorer la qualité des autistes Asperger.
La rare relation que j'ai encore cette militante est le seul lien qui me relie avec le monde associatif.
Après le maintien dans l'emploi avec Asperteam ,je ne peux pas t'en parler car je n'ai pas gardé de contact avec les autistes qui étaient dans le dispositif de Pole Emploi Saint Quentin en Yvelines.J'ai juste pu discuter avec un autiste qui a trouvé une formation de développeur grâce à Apserteam.
Tu as eu des échos autour de toi de personnes qui ont été contentes du dispositif?
Comme association qui tient la route, t'a satedi. Ceux qui la gèrent ne sont pas dans la comm et vont vraiment aider les gens. J'ai apporté ma pierre à l'édifice pendant plusieurs années puis je suis partit . Je pense aussi comme toi que le boulot d'une association dont l'objet est d'aider les personnes autistes devraient éviter cette dérive de l'infantilisation de ses membres et que l'argent qui est dépensé dans toutes sortes d'activités lucratives ,on pourrait le réinvestir pour du concret. Je pense même que quand on veux servir sur le terrain, l'idée c'est d'éviter autant que possible que cet impératif soit parasité par le pouët poüet et tout ça. Au passage, je ne vois toujours pas de débouchés de la présence aux côtés de monica belluci, d'un ambassadeur associatif à cannes. C'est comme si un jour le président de la république ou même un jour mon ministre de tutelle voulait me faire venir pour qu'on parle de l'autisme et que ce soit filmé, j'aurais la sensation du vent et j'aurais fais le coup de la chaise vide.

Et à juste titre, le serfa à Limoges est l'exception qui confirme la règle pour 20 personnes.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Hokusai
Régulier
Messages : 48
Enregistré le : mardi 27 novembre 2018 à 12:26

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#96 Message par Hokusai » vendredi 18 octobre 2019 à 13:10

Autrey a écrit :
mardi 15 octobre 2019 à 15:25
Tout simplement ils te jugent non par rapport à ton CV ou à ta personnalité mais en fonction de tes réactions et des résultats de la semaine de recrutement.
Pour la semaine de recrutement voir les posts que j'ai envoyé sur ce que je pensais de ce process inédit qu'on ne trouve dans aucune entreprise tellement c'est énorme et qui demande des efforts à des autistes déjà discriminés, fatigués, pour qui le monde du travail est compliqué.

Cette semaine est à la rigueur supportable pour leur coeur de cible à savoir des BAC+3 en informatique et baignant dans ce secteur.

En plus ils t'observent durant cette semaine comme aucun recruteur ne le ferai dans un cadre de travail normal.
Si vous voulez trouver des défauts ou des particularités à des gens autistes ou pas vous en trouvez forcément dans ces conditions....

Au final ce process est rigide et obligatoire : pas de recrutement sans cette semaine, je le trouve un peu ridicule dans le sens où on a l'impression qu'ils ont toujours peur de se tromper, de ne pas trouver la bonne personne.

Ils devraient être plus souples, bienveillants, ouverts, on a l'impression qu'ils ont dû mal à recruter mais dans ces conditions on comprend pourquoi ils ont tant de difficultés.
Je comprends bien ta réponse. Pour les avoir observés de l'intérieur pendant un bon moment, j'ai ma propre idée sur le sujet. A mon époque, c'était essentiellement des tests de logique. Je ne suis pas forcément un bon témoin, parce que j'avais des raisons de les trouver supportables. J'ai grandi dans un milieu scolaire très exigeant et ça m'a entrainé à supporter ce genre d'exercices. A l'époque, ils pensaient pouvoir caser chez des clients sans trop de difficultés des personnes répondant simplement bien à leurs tests, en tant que testeurs notamment, même des gens sans formation. L'idée que l'informatique demande un temps d'apprentissage potentiellement long leur a toujours été étrangère. Pour eux, c'est un boulot à faible temps d'apprentissage, qui nécessite juste des personnes correspondant (dans leurs constructions) au cliché de l'Asperger surdoué qui devient un expert en 2 semaines. Les tests jouaient à l'époque le rôle de les repérer.
Quant à l'idée que l'informatique est une branche des mathématiques, et qu'on y reconvertit fréquemment des ingénieurs justement parce qu'ils ont au moins 6-7 ans de spécialisation dans les sciences et une formation très longue en maths/logique, ça les dépassait.

Si, actuellement, ils sont bien plus méfiants pour embaucher des gens sans cursus scientifique, il ne faut pas se leurrer sur les raisons. Dans les brèves discussions que j'ai eues avec eux sur le sujet, ils sortaient que les clients demandaient du bac+3 grand minimum maintenant. Mais ce qui semblait se dégager de leur discours (ça paraissait clair) était que les clients demandaient plus une certification et un parcours avec un tampon officiel. L'idée que c'était juste parce qu'un type ayant passé des milliers d'heure de travail à étudier l'informatique, y compris dans ces fondements théoriques (qui sont indispensables) avait un tout autre niveau qu'un débutant est quelque chose qu'ils rejetaient.

Exemple, j'ai entendu à une table de cantine le directeur de la boite tenir des propos surréalistes, en parlant d'une personne fraichement embauchée venant de l'ENS informatique, qui s'était, texto "formée au machine learning". Déjà, c'est une branche de l'IA qui est très fortement liée aux mathématiques, donc dire qu'elle s'est formée ne veut rien dire, c'est comme si on disait que moi même (bac+4 en Histoire) me suis formé à l'histoire d'une période que je n'ai jamais étudiée dans mon cursus (par exemple l'Indonésie médiévale ou une civilisation précolombienne), sauf que je dispose d'une tonne de cadres d'analyse, d'éléments de comparaisons et de principes théoriques, problématiques et méthodologiques que n'a pas quelqu'un qui n'a pas fait ce genre d'études. Donc l'idée que l'IA n'a rien à voir avec les maths (comment peut on sortir sérieusement des choses pareilles, et sans contradiction autour ?)....
Ensuite, évidemment, un élève de Normale Sup informatique qui n'a fait que l'informatique déterministe (avec tous les cas de figure envisagés par le programmeur), sortant de formation dans les années 2010 sans (gros) fondamentaux dans la programmation non déterministe (un programme ayant une autonomie de décision au moins partielle), est aussi vraisemblable que croiser un troupeau d'éléphants au Pôle Sud. Même mon chien sait ça.

Je vois ça de manière lointaine d'un certain point de vue. Le fonds de tout ceci est un grand manque d'humilité devant la connaissance, qui est un chemin long et ardu. C'est tellement plus facile de se forcer à croire que tout est facile et relève du moindre effort dans la vie en général....

PS : par contre, Auticonsult m'a exposé (avec deux autres personnes), délibérément et en toute connaissance de cause, à une forme de maltraitance, chez Simplon (une "formation" au bidouillage informatique,aux faibles résultats), chez qui la violence psychologique est un parti pris pédagogique. Mais c'est extérieur au sujet alors fin de l'aparté.
Diagnostiqué Asperger en 2007

Hokusai
Régulier
Messages : 48
Enregistré le : mardi 27 novembre 2018 à 12:26

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#97 Message par Hokusai » vendredi 18 octobre 2019 à 13:17

Autrey a écrit :
mercredi 16 octobre 2019 à 23:04
Pour Asperteam il y'a toujours de l'activité (relais d'articles, etc) sur Twitter, plus rien sur Facebook depuis mars 2019...
Cette société est lauréate Handitech : Elle a dû être récompensée pour sa communication....
D'après plusieurs pas de réponses à des emails ou envois de CVs...
Une entreprise de placement pour autistes devrait peut-être avoir moins de médailles mais plus d'efficacité...
Auticonsult a toujours procédé de la même manière. Pour ça ils avaient du temps et de l'énergie à dépenser....
https://www.rotarybordeaux.org/presentation-auticonsult

Par contre, quand il s'est agi de réfléchir sérieusement à un processus de formation interne (alors qu'ils ont été en relation avec des non qualifiés en informatique pendant au moins trois ans), là il n'y avait plus personne (on m'a toujours mené en bateau, moi et au moins deux autres à un degré moindre). Le Rotary club est visiblement plus flatteur....
Diagnostiqué Asperger en 2007

oreo64
Habitué
Messages : 99
Enregistré le : mardi 30 avril 2019 à 17:19

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#98 Message par oreo64 » vendredi 18 octobre 2019 à 13:40

Bonjour,

Je ne sais pas vraiment ce qui s'y passe à Auticonsult mais le fait que Talent d'As ( association proposant des services payants sur Paris :60 euros contre une prétendue aide à la recherche d'emploi et au maintien à l'emploi) soit partenaire d'Auticonsult n'a rien de rassurant si les faits sont confirmés sur ce qui se passe chez Auticonsult,entre bras cassés,tout ce qui se ressemble s'assemble.
Diagnostiqué Asperger en 2010

Hokusai
Régulier
Messages : 48
Enregistré le : mardi 27 novembre 2018 à 12:26

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#99 Message par Hokusai » vendredi 18 octobre 2019 à 16:17

oreo64 a écrit :
vendredi 18 octobre 2019 à 13:40
Bonjour,

Je ne sais pas vraiment ce qui s'y passe à Auticonsult mais le fait que Talent d'As ( association proposant des services payants sur Paris :60 euros contre une prétendue aide à la recherche d'emploi et au maintien à l'emploi) soit partenaire d'Auticonsult n'a rien de rassurant si les faits sont confirmés sur ce qui se passe chez Auticonsult,entre bras cassés,tout ce qui se ressemble s'assemble.
Bonjour,

Je n'étais pas au courant pour l'association entre les deux entités. En tout cas rien dans ton message ne m'étonne. Une pseudo-aide ? Typique de tellement de structures liées à l'insertion professionnelle dans notre pays, et pas que pour les handicapés. Des discussions qui ne mènent à rien et finissent dans les sables mouvants.

Sur "qui se ressemble s'assemble" ? Les commentaires comme les tiens (je pense à d'autres) montrent pas mal de récurrences dans ce type de structures. C'était pareil entre Auticonsult et Simplon. Manque de légitimité scolaire/académique (entre les psys de ces structures et les médecins des CRA, ou les neuroscientifiques spécialisés dans l'autisme, deux populations où le ticket d'entrée est le doctorat, c'est un gouffre), anti-intellectualisme, assumé et justifié de leur point de vue (Simplon en est un cas) ou pas, goût pour le bricolage, la com à deux francs, les effets d'annonce sans rien de concret. Même type de parcours scolaire souvent des encadrants (études niveau premier cycle, mais loin du niveau d'exigences et de fondamentaux des vraies bonnes filières, type prépa, médecine, ou la fac prise vraiment sérieusement).

Le dernier jour où je suis à Auticonsult, on m'a carrément conseillé les formations de Pole Emploi... On croit rêver, celles dont tout le monde sait, du simple pékin à la cour des comptes, que 90% est bon à jeter. Je rapporte le propos à un proche, qui me répond "Que veux tu, ils se mettent dans le même sac". Tout est dit.

Si je suis content de quelque chose, c'est que j'ai l'impression d'y voir un peu plus clair, en voyant un phénomène global et qui se répète de structure en structure (hélas) avec des schémas récurrents. Tout ce qu'il faut, c'est que les CRA et autres structures vraiment bienveillantes, soient bien informées du caractère récurrent des dérives et sachent à quoi s'en tenir dans leurs actions.
Diagnostiqué Asperger en 2007

oreo64
Habitué
Messages : 99
Enregistré le : mardi 30 avril 2019 à 17:19

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#100 Message par oreo64 » vendredi 18 octobre 2019 à 19:55

Salut,

Pour te raconter mon parcours actuel,ma conseillère d'insertion professionnelle me prépare mon dossier pour bénéficier du dispositif de l'emploi accompagné en île de France.C'est une vraie usine à gaz de la loi el-Khomeri .Peu de personnes peuvent en bénéficier du dispositif car le budget est dérisoire (7,5 millions d'euros).L'état a fait appel d'offres sans que l'association retenue remplisse des critères de compétence ,c'est à dire que les jobcoachs aient la moindre qualification dans le domaine du handicap.En voyant les CV des jobcoachs sur Linkedin , je ne suis pas rassuré.Sans compter que confier le secteur médico -social est une vraie connerie quand je vois comment la MDPH a traité mon dossier pour les tiers-temps.En plus pour traiter les dossiers, il faut compter entre 3 et 6 mois.De plus,chaque association fixe sa politique de handicap d'où des dérives possibles.
Le vrai problème c'est que tous les gouvernements successifs depuis 30 ans confient aux associations des missions qui relèvent de l'état.
Je vais digresser par rapport aux structures d’insertion professionnelle.J'ai regardé un rapport mardi dernier de l'inspection générale des affaires sociales sur la gestion de Vaincre l'autisme .Le président de l'association affirme que l'autisme est "une maladie neurobiologique " qui peut être guérie.
Déjà ,l'autisme n'est pas une maladie mais un trouble neurobiologique qui entraîne des difficultés d’interaction sociale.De plus ,je n'ai jamais entendu que l'on pourrait guérir de l'autisme .C'est un trouble que l'on a à vie. Cette association bénéficie de la reconnaissance d'association d'utilité publique (subventions publiques de l'état ).De plus ,j'ai lu que des salariés sont allés aux prud'hommes et qu'il y avait des soupçons de détournements de fonds au sein de l'association .Le pire dans l'histoire ,c'est que l’association de ce charlatan forme les auxiliaires de vie scolaire.
C'est pareil pour les échos que j'ai eus sur les diagnostics qui seraient surfacturés dans certaines associations.Quand l'était confie ces 3 missions suivantes :les diagnostics,la scolarisation des enfants et l'insertion professionnelle aux associations ,des dérives dangereuses existent.
Pareil pour le métier de jobcoach qui n'est pas réglementé.Aux Pays -Bas,pour être jobcoach ,il faut être minimum bac +3 ainsi qu'avoir un diplôme dans le domaine du handicap pour exercer ce métier.en France ,c'est la loi de la jungle.

Pour raconter quelques anecdotes par rapport à Apserteam.Au mois de mars et d'avril 2019,j'ai dû passer par un salarié de la structure pour avoir la fondatrice comme si son boulot était de faire du secrétariat car elle ne répondait pas à mes e-mails et à mes messages téléphoniques.A la fin de mai 2019,je n'étais même pas au courant que l’entreprise avait déposé le bilan.
Autre anecdote ,à l'Autisme Emploi Asperger j'appelle 2 jours avant mon entrée en stage l'association.De plus,j'ai transféré à la présidente l'e-mail de confirmation de mon stage un mois avant le début de mon stage.La présidente de l'association me dit qu'elle est débordée par l'afflux de nouveaux candidats autistes et qu'elle des déplacements prévus en province.J'admets qu'elle ne puisse pas appeler 72 heures après mon entrée en poste mais pas plus car les difficultés peuvent survenir dès le début du stage et entraîner sa rupture.Il a fallu une semaine pour qu'elle veuille appeler le cabinet d'expertise-comptable.Elle finit par le manager du pôle professionnel au bout d'une douzaine de jours,soit un tiers du stage.
Pas de visite d'entreprise pour raconter les managers,pas appel hebdomadaire pour faire le point sur ma situation.Juste un coup de fil de 2 minutes pour faire le point sur ma situation avec ma tutrice du pôle social.J'ai écrit un e-mail incendiaire à la fondatrice pour lui faire part de la légèreté du suivi.Elle s'est vexée ,c'est son problème.Le ponpon c'est qu'elle me reproche de ne pas être reconnaissant avec elle alors qu'elle m'a juste accompagné pour le premier stage et qu'elle m'a consacrée une demi-heure pour apprendre à me connaître.Super!!!De,plus elle me dit par e-mail que l'association cherche à favoriser l'autonomie des personnes autistes en poste.Il y a une différence entre apprendre à être autonome et se débrouiller tout seul (être indépendant ) ,sinon cela ne sert à rien de créer des dispositifs d'insertion professionnelle.enfin,j'ai eu une proposition pour la revoir dans un mois.Si c'est pour avoir un entretien mensuel et faire deux heures aller et deux heures retour pour ça ,je préfère arrêter l'accompagnement .Seul avantage :le dispositif est gratuit.Enfin, les fondations d'entreprise ont lâché financièrement l"association depuis 3 ans.L'association ne survit que grâce aux dons de la famille de la fondatrice.Quand je vois le suivi dans le dispositif ,je comprends que les fondations les lâchent.
Mais les pires sur Paris ,c'est Talent d'As avec une psychologue soi-disant co-fondatrice d'Asperger Amitié à seulement 21 ans encore étudiante en psychologie (source Linkedin.De plus ,elle indique qu'elle a 10 longues années d'expérience professionnelle à seulement 28 ans !!! Je n'ai pas encore entendu que la formation de psychologue se faisait en alternance en France.Le ponpon où j'ai découvert qu'elle se présente comme consultante experte à peine 30 ans ,j'ai failli m'étrangler devant tant d'arrogance.
Sans compter que lors de la séance de présentation ,aucun devis ne m'a été présenté ,de plus le fameux joboach ne possède aucune certification de jobcoach ni de certification autisme vu Linkedin après mon départ de l'association.Méthodologie bancale ( on me disait (presque ordonnait de postuler en grand groupe alors que je voulais postuler en PME ,pareil pour postuler pour Monster alors que je sais que les cabinets de recrutement chassent sur le site et non les entreprises.)La liste est longue .De plus,il a fallu que je passe par la psychologue pour que l'association envoie ma candidature aux entreprises partenaires.Eh bien sûr,il faut payer 60 euros la séance car le jobcoach ne m'a jamais proposé d'envoyer ma candidature à leurs entreprises;De plus ,lors d'une de mes ruptures de période d'essai ,le jobcaoch est arrivé en urgence en entreprise et bien sûr tout déplacement était facturé 60 euros à ma charge alors que je n'étais même pas prévenu qu'il allait venir en entreprise.Je suis maintenant soulagé de les avoir quitté.J'ai su plus tard par une militante associative assez connue dans le monde de l'autisme que l'association exploiterait la détresse des candidats autistes dans le dispositif pour se faire un maximum d'argent.En même temps,elle avait aussi des comptes à régler avec la psychologue.
Diagnostiqué Asperger en 2010

Avatar du membre
Autrey
Forcené
Messages : 1286
Enregistré le : mardi 27 décembre 2016 à 15:20

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#101 Message par Autrey » vendredi 18 octobre 2019 à 21:12

Le creneau pour ces entreprises s'occupant d'autistes doit être celui d'un autiste capable d'evoluer dans le monde du travail mais avec difficulté.
Hors ces boites ne s'occupent que du très leger asperger ayant des dons en informatique. Ces autistes leger peuvent trouver a la limite sans ces boites...

En fait elles profitent du mot autiste, il n'y'a pas d'empathie, pas d'ecoute, pas de volonté d'aider. Elles essaient de coller aux desiderata des entreprises hors ce n'est pas leur rôle.

Pour les assocs Asperger Amitié est notoirement connu pour être une pompe à fric ! 490 € pour un atelier informatique alors que beaucoup d'autistes n'ont pas d'argent ! La dirigeante est décriée et il ya de quoi : perso j'ai été une fois à leur café asperger : pas de bonjour, pas de présentation aux autres autistes, en fait au troquet du coin on serait mieux reçu ! Je pense qu'elle choisit ses autistes, horrible.
C'est une assoc championne de la com' alors qu'on la preferait championne de la solidarité !

A l'Action pour l'Autisme Asperger une psy est vraiment sympa mais je ne connais pas les autres.

A signaler chez Auticonsult cette "coach" présentée comme telle, déjà ça ne fait pas serieux comme terme, ça ne veut rien dire, la coach aussi chez Talent d'As etait avant dans la finance donc pas psy....ensuite elle me disait bonjour comme si j'etais un enfant : elle ne connait pas l'autisme, elle ne sait pas que c'est humiliant pour un autiste d'etre infantilise. Cette coach est typique d'Auticonsult, superficielle, pas dans la bienveillance, pas dans la profondeur, pas professionnelle.
Diagnostiquée récemment, à la quarantaine passé. :geek:
Bénévole

oreo64
Habitué
Messages : 99
Enregistré le : mardi 30 avril 2019 à 17:19

#102 Message par oreo64 » samedi 19 octobre 2019 à 18:03

Bonjour,

Je ne connais pas Asperger Amitié donc je ne rentrerai pas dans les détails mais je trouve que l'argent m'a l'air très mal géré vu la vidéo de promotion de l'association .Ils dénoncent les agissements d'autres associations dont Asperger Aide France mais je pense qu'ils ne sont pas meilleurs que les autres.
De plus,j'ai regardé les CV des psychologues d’Asperger Amitié,la plupart n'ont aucune formation initiale en autisme.Une des raisons pour lesquelles je ne revoie pas mon parrain c'est qu'il est un ami proche de la présidente d'Asperger Aide France et me redirigerait vers elle.Hors ,cette femme ne m'a jamais inspiré confiance.De plus, j'ai entendu parler de conflits au sein de l’association il y a plusieurs années.D'ailleurs ,Asperger Aide France n'est qu'une scission d'Asperger Aide France (personnes ayant été déçus de la précédente association).J'ai participé à un café Asperger en 2010 avec mes parents et j'ai été mal à l'aise.J'ai eu droit à un discours promotionnel de l'association et à des interventions d'autistes suivis dont on a mâché ce qu'ils devaient dire.Je pense boycotter ces associations car ces dirigeants sont comme les politiques tous pourris!!!
Diagnostiqué Asperger en 2010

Avatar du membre
Autrey
Forcené
Messages : 1286
Enregistré le : mardi 27 décembre 2016 à 15:20

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#103 Message par Autrey » samedi 19 octobre 2019 à 20:42

On attend juste le minimum d'une assoc hors souvent ce minimum n'y'est pas.
Il y'a des assocs sincères mais comme elles sont masquées par les "mastodontes" genre Asperger Aide ou Asperger Amitié on ne sait simplement pas qu'elles existent.
L'autiste est parfois naïf ces assocs jouent aussi sur cela au lieu au contraire d'être gentilles, protectrices.
Il faudrait un bon coup de balai du gouvernement, lequel doit exiger à ces assocs en échange de subventions de ne pas faire de com' mais de réellement s'occuper des autistes.
Fichiers joints
ob_7ce136_ob-4a09d6-2647548522-1.png
ob_7ce136_ob-4a09d6-2647548522-1.png (42.32 Kio) Vu 363 fois
Diagnostiquée récemment, à la quarantaine passé. :geek:
Bénévole

oreo64
Habitué
Messages : 99
Enregistré le : mardi 30 avril 2019 à 17:19

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#104 Message par oreo64 » dimanche 20 octobre 2019 à 14:24

Bonjour,

Je partage le même point de vue .Le problème c'est de savoir laquelle ?Actuellement,si j'ai voulu couper les ponts avec le monde associatif ,c'est que je vois que leur combat n'est pas sincère pour améliorer la qualité de vie des autistes.J'ai quitté IAC Académie basé à Montigny le Bretonneux depuis dissoute car l'association généraliste trop généraliste ne prenait assez en compte l'intégration professionnelle des autistes Asperger et ne comprenait pas bien le mode de fonctionnement du monde de l'entreprise à travers les ateliers proposés.Ironie de l'histoire ,j'ai repris contact 6 ans plus tard avec l'ancienne présidente de l’association car je suis parti écœuré de ce j'ai vu dans les dispositifs d'insertion professionnelle.
Diagnostiqué Asperger en 2010

Hokusai
Régulier
Messages : 48
Enregistré le : mardi 27 novembre 2018 à 12:26

Re: Rupture conventionnelle forcée ou licenciement

#105 Message par Hokusai » mercredi 23 octobre 2019 à 13:03

oreo64 a écrit :
dimanche 20 octobre 2019 à 14:24
Bonjour,

Je partage le même point de vue .Le problème c'est de savoir laquelle ?Actuellement,si j'ai voulu couper les ponts avec le monde associatif ,c'est que je vois que leur combat n'est pas sincère pour améliorer la qualité de vie des autistes.J'ai quitté IAC Académie basé à Montigny le Bretonneux depuis dissoute car l'association généraliste trop généraliste ne prenait assez en compte l'intégration professionnelle des autistes Asperger et ne comprenait pas bien le mode de fonctionnement du monde de l'entreprise à travers les ateliers proposés.Ironie de l'histoire ,j'ai repris contact 6 ans plus tard avec l'ancienne présidente de l’association car je suis parti écœuré de ce j'ai vu dans les dispositifs d'insertion professionnelle.
Bonjour,

Il y a une réalité assez crue, qui est que la principale cause du chômage est le manque de qualifications.
Dans mon propre cas, j'avais des qualifications pour faire professeur de lettres et d'Histoire géo (diplômes de fac et concours de l'éducation nationale), mais je ne pouvais médicalement pas enseigner (l'année de professeur stagiaire post concours l'a montré) et je n'avais rien à vendre sur le marché du travail en dehors.
La solution pour moi aurait été de reprendre les choses à zéro. C'est à dire repartir dans un cursus de formation sur de la longue durée. Et je pense que mon cas peut être généralisé à pas mal d'autres personnes TSA.
Mais ce genre de conclusions n'est pas trop dans la logique des associations ou des structures de type Cap Emploi ou Pôle Emploi. Eux croient dans les rustines de type "formation" accélérée, formation par les mises en situation professionnelles directes, mais la réalité ne fonctionne pas comme ça. Déjà, l'insertion professionnelle de ce genre ne fonctionne pas bien avec des personnes non TSA.

Quant aux emplois non qualifiés, la plupart sont usants nerveusement, requièrent souvent des habiletés manuelles, ou des qualités relationnelles assez fortes (les employés de bureau standard, les métiers de services), et ça ne peut pas être des débouchés importants pour une personne TSA.
Pour moi la clef de l'employabilité pour une personne Asperger est d'avoir des skills techniques on ne peut plus concrètes, que ce soit de savoir construire un mur proprement, de pouvoir utiliser une machine outil ou d'écrire un programme informatique.
Diagnostiqué Asperger en 2007

Répondre