Imagination et TSA

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Ailurine
Fidèle
Messages : 136
Enregistré le : jeudi 21 mars 2019 à 21:19

Imagination et TSA

#1 Message par Ailurine » samedi 23 mars 2019 à 14:29

Au cours de mes recherches sur les TSA, j'ai vu dans les particularités principales le manque d'imagination. Or, c'est l'un des trois points qui me font douter sur un éventuel TSA pour moi (particularités que je ne pense pas avoir : les stéréotypies, les intérêts restreints, et le manque d'imagination).

En effet, je ne crois pas manquer d'imagination, ce serait même plutôt le contraire. Je passe mon temps dans l'imaginaire, dans les histoires, quel que soit le biais (lecture, écriture de romans, jeux, films, mangas, anime etc...). Je passe le plus clair de mon temps dans l'imaginaire, à imaginer des scénarios (si je dis ça à telle personne, il va se passer ça ; si je fais tel truc, il va se passer ça...) ce qui me semble aller "contre" les particularités des TSA.

Bref, pour vous qu'en est-il ? :oops:
Atteinte d'un syndrome d'ehlers danlos, en plein questionnement sur les TSA.

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26324
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Imagination et TSA

#2 Message par freeshost » samedi 23 mars 2019 à 14:46

Vindju ! Ya des gens qui s'imaginent que nous manquons d'imagination ! À se demander s'ils débordent trop d'imagination ou s'ils en manquent ! Non, mais imagine ! :lol:

Voyons... Fantasio, fantasme, fantastique, Histoire sans fin, fantasmagorique, fantaisie, enfantasie... heu... non, j'ai imaginé un néologisme... pourtant existent les Enfantastiques... :mrgreen: Imagine... à Sion ! Imagine all the people ! C'est Fantastique avec les Denis Drolets ! :mryellow:

L'aphantasie est une fantaisie pour beaucoup de personnes. :mrgreen:
Modifié en dernier par freeshost le samedi 23 mars 2019 à 21:30, modifié 1 fois.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Ailurine
Fidèle
Messages : 136
Enregistré le : jeudi 21 mars 2019 à 21:19

Re: Imagination et TSA

#3 Message par Ailurine » samedi 23 mars 2019 à 14:51

freeshost a écrit :
samedi 23 mars 2019 à 14:46
Imagine all the people ! :mryellow:
Ah non, non, non ! ça devrait être interdit par la loi ! Je veux pas avoir une chanson dans la tête toute la journééééééééée :hotcry:

C'est de l'ordre du cliché, du coup ? Comme l'idée de ne pas pouvoir mentir ?
Atteinte d'un syndrome d'ehlers danlos, en plein questionnement sur les TSA.

Evie
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 17 mars 2019 à 12:54
Localisation : Aveyron

Re: Imagination et TSA

#4 Message par Evie » samedi 23 mars 2019 à 14:58

Je ne peux parler qu'en tant que non diagnostiquée donc je ne sais pas si ça peut servir, en tout cas si le manque d'imagination ou le manque d'intérêt pour l'imaginaire peut être une particularité propre aux TSA, tout comme toi ça me fait douter.

J'ai toujours baigné dans l'imaginaire, la création, inventé des histoires que ce soit par l'écriture, le dessin, la musique, le jeu vidéo, le jeu de rôle, et vivre dedans a toujours été intense et permanent.
La fiction a même toujours primé sur le réel pour moi, je la comprends mieux que la réalité, je trouve ça plus logique, plus cohérent, et je m'y retrouve mieux, j'y suis tellement plus attachée; pour moi, le monde extérieur est juste une mascarade absurde et il en va presque toujours autrement dans la fiction (il y a des exceptions aussi, ça dépend de l'univers et de ce qui est dépeint).

Donc pareil que toi, je ne sais pas, c'est très intéressant de s'interroger (je vais guetter les futures réponses, donc :) )

(Euh oui par contre le 'imagine ..' c'était vraiment obligé ? )
Non diagnostiquée. En questionnement, suspicions.
Choses sur lesquelles les psychiatres sont d'accord: phobie sociale, personnalité évitante.

Cosmic
Occasionnel
Messages : 27
Enregistré le : samedi 2 mars 2019 à 22:39
Localisation : 78

Re: Imagination et TSA

#5 Message par Cosmic » samedi 23 mars 2019 à 20:04

De mon côté j’ai plutôt lu qu’un Aspie était plutôt imaginatif, dans son monde, surtout dans la bible d’ Attwood où il disait que souvent les Aspies étaient de supers auteurs de fantastiques.
Puis comme je l’ai lu dans la bible, soit c’est imagination au max, soit presque le néant (degrés 1-2 ou degrés 9-10), juste avec cette petite mesure on comprends bien la définition d’un Asperger, savent pas faire dans la demi-mesure ^^ .
Suspicion Syndrome Asperger.
Test de personnalité et diagnostique en cours.
Rdv psychologue passé.
Affaire à suivre...

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2322
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Imagination et TSA

#6 Message par olivierfh » samedi 23 mars 2019 à 20:51

Ailurine a écrit :
samedi 23 mars 2019 à 14:29
trois points qui me font douter sur un éventuel TSA pour moi (particularités que je ne pense pas avoir : les stéréotypies, les intérêts restreints, et le manque d'imagination).
Dans le DSM-5 (voir par exemple ce guide):
- il y a bien "B. Restricted, repetitive patterns of behavior, interests, or activities" (Comportements, intérêts ou activités restreints ou répétitifs) incluant parmi les possibilités (2 nécessaires sur 4) "B1. Stereotyped or repetitive speech, motor movements, or use of objects",
- par contre il y a seulement sous A3 "Difficulties in sharing imaginative play", donc il ne s'agit pas de jouer seul un rôle ou un jeu d'imagination (et d'y avoir des déficiences ou peu d'habileté), mais plutôt de partager un tel jeu avec d'autres enfants ou de jouer avec eux à un rôle social.
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Imagination et TSA

#7 Message par Benoit » samedi 23 mars 2019 à 21:44

Je relie le manque d'imagination sociale (cf. sharing) à l'incapacité d'anticiper, d'imaginer ce qui va suivre une situation neurotypique.

L'important là dedans c'est la référence, d'imaginer suivant un certain cadre. Etre en capacité d'imaginer mais "mal" (par rapport à ce qui est attendu de la majorité) est une forme de manque d'imagination.

On peut être très imaginatif (au sens de l'OP) et tout à fait incapable d'anticiper l'avenir. C'est ce dernier point qui est invalidant.

Un bon post de blog (anglophone) :
https://faithmummy.wordpress.com/2017/0 ... may-think/
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Geogaddi
Fidèle
Messages : 108
Enregistré le : lundi 5 novembre 2018 à 1:42

Re: Imagination et TSA

#8 Message par Geogaddi » dimanche 24 mars 2019 à 3:52

Effectivement l'imagination est surtout je crois vue par le prisme du social ici. Il a notamment été écrit dans mon bilan que je manquais d'imagination pour les jeux en groupes, et c'était ce sur quoi insistait la psy, pas sur l'imagination dans le sens créativité artistique (je ne sais pas si je suis claire).

Concernant les stéréotypies et intérêts restreints en revanche effectivement il me semble qu'à part dans le cas d'autisme atypique (donc pas Asperger, je crois) il faut bien avoir AU MOINS intérêts restreints OU stéréotypies, sachant qu'on a souvent les deux. Sans un de ces deux-là, pas Asperger.

Après, peut-être que tu n'as pas conscience d'en avoir? C'était le cas pour un pote diag récemment, il pensait ne pas être Asperger car il disait ne pas avoir de comportement restreint ou stéréotypé et en fait: intérêts restreints si, il avait des passions, mais il n'avait lui-même pas mesuré l'ampleur que ça prenait dans son quotidien, il pensait que "tout le monde avait des passions un peu prenantes". Stéréotypies pareil, persuadé de pas avoir et en fait il avait appris petit à tout le temps bouger ses jambes au lieu de ses mains en cas d'émotion ou stress pour que ce soit moins visible.

Je ne sais pas si c'est ton cas, mais observe toi bien, peut-être que tu as en as sans le savoir (ou peut-être pas!)
Femme, 24 ans, IDF. Diagnostiquée autiste en février 2019.

Evie
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 17 mars 2019 à 12:54
Localisation : Aveyron

Re: Imagination et TSA

#9 Message par Evie » dimanche 24 mars 2019 à 10:43

Geogaddi a écrit :
dimanche 24 mars 2019 à 3:52

Concernant les stéréotypies et intérêts restreints en revanche effectivement il me semble qu'à part dans le cas d'autisme atypique (donc pas Asperger, je crois) il faut bien avoir AU MOINS intérêts restreints OU stéréotypies, sachant qu'on a souvent les deux. Sans un de ces deux-là, pas Asperger.
C'est un point que j'ignorais; je viens de chercher ce qu'était une stéréotypie, ce terme n'a jamais été évoqué dans le cadre d'interrogations sur l'autisme avec des psychiatres ou médecins, ça semble pourtant décisif.


"Social imagination allows us to understand and predict the behaviour of other people. It also helps us to make sense of abstract ideas, and to imagine situations outside our immediate daily routine."
- Hum ça par contre j'ai l'impression que personne n'est ainsi.

"Lack of social imagining means they need support to face new situations. Going to new places, meeting new people, even road diversions all require our brain to be adaptable and without the ability to ‘imagine’ that everything will work itself out you can see why so many people with autism will struggle."
- Ce point-là ne me semble pas spécialement lié à l'autisme, ça peut parfaitement être le cas si on manque énormément de confiance en soi.

"Social imagination is the ability to watch others and work out their intentions, their thoughts and interpret what they may do next"
-Ça, pareil, je n'ai pas l'impression que c'est à associer à l'autisme, je trouve ça normal d'être comme ça dans le sens où le contraire serait vraiment très délicat (à moins d'être un manipulateur habile ou de se trouver dans des situations de contrôle, d'emprise, de violence etc), ensuite je trouve que d'y prétendre en temps normal serait un petit peu vaniteux (le terme peut sembler abrupt :s)

"Lack of social imagination is also why my daughter has no concept when others are bored listening to her talk on and on about her latest fixation."
- Oh ça par contre, oui, complètement, là je comprends.

"Lack of social imagination means they can not foresee what might happen next. This is why those with autism can not see danger: they simply can not imagine anything happening that has never happened before. They have never drowned before so how could that happen? They have never been knocked over by a car so how could that happen? Even if they have had some danger happen like an injury that only happened in one place in one particular chain of events so to them it will not ever happen again. This makes lack of social imagining dangerous."
- Oui, ça aussi ça me parle.



(C'est juste des impressions, je peux me tromper)
Non diagnostiquée. En questionnement, suspicions.
Choses sur lesquelles les psychiatres sont d'accord: phobie sociale, personnalité évitante.

Avatar du membre
Ailurine
Fidèle
Messages : 136
Enregistré le : jeudi 21 mars 2019 à 21:19

Re: Imagination et TSA

#10 Message par Ailurine » dimanche 24 mars 2019 à 17:29

Merci pour vos réponses, c'est vrai que je n'avais pas envisagé l'idée sous cet angle social, je vais pouvoir y réfléchir en ce sens, du coup^^ Par rapport à des témoignages que j'ai lus dans le coin, c'est vrai que c'est plus logique.

J'ai cependant un peu de mal à me voir là-dedans pour le moment. Parce que dans toute situation, j'imagine TOUJOURS le pire. Ma mère marche sans regarder devant elle : elle va forcément tomber et se casser une jambe ; je dois demander un jour de congé ? on va forcément m'engueuler ; je dois faire une confidence : on va forcément se moquer de moi et me dire que je suis idiote ; il y a de l'orage ? on va forcément tous mourir électrocutés etc...
Par contre, je n'arrive jamais à voir le moment où je commence à souler les gens quand je leur parle de mon chat, du coup dans le doute, je laisse les gens parler^^ De façon générale, je déteste être surprise, qu'on insinue quelque chose (parce que je mouline, je mouline), un changement dans mon programme... et quand on fait une sortie, j'aime bien que tout soit planifié (et du coup je le fais). Mais je trouve que c'est plus un excès d'imagination qu'un manque, du coup.

(Pour les 2 autres points, c'est assez difficile à évaluer, en fait :\ J'ai donc demandé un peu à mon entourage, l'air de rien : apparemment, je joue tout le temps avec mes cheveux, j'arrête pas de tordre mes doigts, et quand je suis debout je "joue" avec mes jambes. Mais bon, je pense que tout le monde a ses petites manies, donc je ne pense pas que ça signifie grand chose^^ Quant aux intérêts restreints, c'est sûr que je ne m'intéresse pas à la même chose que les gens que je suis amenée à côtoyer, du coup je peux pas discuter avec eux, de là à dire qu'ils sont restreints... (de mon point de vue, c'est eux qui ne s'intéressent pas à grand chose :mrgreen: )).
Atteinte d'un syndrome d'ehlers danlos, en plein questionnement sur les TSA.

Geogaddi
Fidèle
Messages : 108
Enregistré le : lundi 5 novembre 2018 à 1:42

Re: Imagination et TSA

#11 Message par Geogaddi » dimanche 24 mars 2019 à 18:24

Pour t'expliquer plus en détails car manquer d'imagination ne veut pas dire ne pas savoir faire de scénarios catastrophes (j'ai bien l'impression que beaucoup d'autistes sont champions dans ce domaine) :

La psy a noté un déficit d'imagination de ma part alors que je suis comme toi, j'imagine toujours 15 000 scénarios et toujours le pire. Elle a insisté sur le côté social. Par exemple, arrivais-tu à jouer avec les autres enfants petite, au papa/maman, au docteur, à la maîtresse? Arrivais-tu à inventer des histoires pour faire avancer le jeu, à faire semblant?

J'y arrivais, mais avec la psy on s'est rendus compte que je n'inventais jamais rien, je me basais toujours sur quelque chose de la réalité ou sur un truc qui m'obsédait: papa/maman je jouais la maman qui avait pour métier son intérêt restreint (ça me permettait de parler de ça durant le jeu, donnant l'illusion que je jouais), docteur je ne faisais que répéter les dialogues que j'avais vu dans les séries télé, et globalement pour les jeux de faire semblant, même si ça ne devait pas se voir pour les autres, je ne faisais que répéter des scènes de dessins animés ou des dialogues pour faire avancer le jeu, je n'arrivais pas à inventer une histoire de toute pièce par moi-même pour jouer en groupe.

Chaque personne est différente mais je fais partie de ceux qui ont du mal à se mettre à la place d'autrui, donc je ne peux que parler de mon expérience: avoir de l'imagination pour anticiper des actions n'est pas la même chose qu'imaginer spontanément une histoire pour sociabiliser.
Femme, 24 ans, IDF. Diagnostiquée autiste en février 2019.

Avatar du membre
Ailurine
Fidèle
Messages : 136
Enregistré le : jeudi 21 mars 2019 à 21:19

Re: Imagination et TSA

#12 Message par Ailurine » dimanche 24 mars 2019 à 18:44

Par exemple, arrivais-tu à jouer avec les autres enfants petite, au papa/maman, au docteur, à la maîtresse? Arrivais-tu à inventer des histoires pour faire avancer le jeu, à faire semblant?
Difficile à dire, je n'ai jamais eu trop d'amis, et je ne me souviens pas vraiment de mon enfance. A priori en maternelle ça se passait assez mal, et on m'a même changé d'école, mais je n'ai presque pas de souvenirs jusqu'au collège. :\

S'il y avait des enfants qui "m'intéressaient" pour X raisons (parce qu'ils aimaient eux aussi les Pokémon, par exemple, ou Harry Potter), j'avais tellement peur qu'on m'abandonne que j'étais plutôt dans une optique de suiveuse même si ça ne me plaisait pas. De façon générale, je n'ai jamais trop participé aux jeux, aux danses etc... Soit je suivais, soit je restais dans mon coin. Mais je ne crois pas que c'était dû à un manque d'imagination, je voulais juste essayer de m'intégrer.

De toute façon, à chaque fois que j'allais à un anniversaire, mes parents devaient me chercher parce que j'étais malade XD Puis au collège je me suis rendue compte que mes "amis" restaient avec moi parce que je leur donnait les réponses des exercices quand ils n'avaient "pas eu le temps". Du coup après, j'ai juste préféré rester dans mon coin, surtout que je me retrouvais de moins en moins avec les intérêts des personnes de mon âge. J'étais trop gamine. Je continuais à jouer à Pokémon, à regarder des dessins animés, alors qu'eux flirtaient dans les couloirs. Mes amis ont été par la suite des personnes elles aussi "à la marge".

Du coup je jouais surtout toute seule, principalement aux playmobiles (j'aimais bien reconstruire des maisons, surtout qu'on avait un carrelage bien pratique pour faire les différentes pièces^^), soit avec les chevaux de barbies (des chevaux magiques qui devaient sauver le monde, un truc du genre. ça me soulait que les jambes des chevaux ne soient pas articulés, parce que ça faisait pas réalise ><). Mais je crois que j'ai assez peu joué à des jeux "physiques", même si j'ai mis des années à accepter qu'on dégage les chevaux de ma chambre, je me suis vite tournée vers les jeux vidéo et la lecture.

EDIT : j'ai fait un peu de RP en ligne à une époque. J'écrivais déjà mes romans à ce moment là, et j'avais tendance à suivre "mon scénario" (celui de mes livres, je veux dire) plutôt que d'aller dans le sens des autres. Je ne sais pas trop comment analyser ça, mais je viens juste d'y penser, donc voilà^^
Atteinte d'un syndrome d'ehlers danlos, en plein questionnement sur les TSA.

Carapa
Adepte
Messages : 207
Enregistré le : dimanche 22 mars 2015 à 20:45

Re: Imagination et TSA

#13 Message par Carapa » dimanche 24 mars 2019 à 22:06

Benoit a écrit :
samedi 23 mars 2019 à 21:44
Je relie le manque d'imagination sociale (cf. sharing) à l'incapacité d'anticiper, d'imaginer ce qui va suivre une situation neurotypique.

L'important là dedans c'est la référence, d'imaginer suivant un certain cadre. Etre en capacité d'imaginer mais "mal" (par rapport à ce qui est attendu de la majorité) est une forme de manque d'imagination.

On peut être très imaginatif (au sens de l'OP) et tout à fait incapable d'anticiper l'avenir. C'est ce dernier point qui est invalidant.
La capacité de prévoir l'issue d'une situation sociale et celle d'anticiper l'avenir me semblent en réalité des compétences tout à fait différentes - la première étant relativement répandue, la seconde plutôt rare. Si tous les habitués des salons étaient des visionnaires, ça se saurait.
Lack of social imagining means they need support to face new situations. Going to new places, meeting new people, even road diversions all require our brain to be adaptable and without the ability to ‘imagine’ that everything will work itself out you can see why so many people with autism will struggle.
Lack of social imagination means they can not foresee what might happen next. This is why those with autism can not see danger: they simply can not imagine anything happening that has never happened before. They have never drowned before so how could that happen? They have never been knocked over by a car so how could that happen? Even if they have had some danger happen like an injury that only happened in one place in one particular chain of events so to them it will not ever happen again. This makes lack of social imagining dangerous."
A vrai dire aucun de ces aspects-là n'est présent chez moi. Je suis plusieurs fois parti seul en voyage dans des pays que je n'avais jamais visités, et ça s'est plutôt bien passé. D'ailleurs une partie de mon travail consiste à visiter des endroits où pas grand-monde n'est allé auparavant, ce qui nécessite un minimum d'anticipation. Globalement j'anticiperais plutôt trop que pas assez.
Geogaddi a écrit :
dimanche 24 mars 2019 à 18:24
J'y arrivais, mais avec la psy on s'est rendus compte que je n'inventais jamais rien, je me basais toujours sur quelque chose de la réalité ou sur un truc qui m'obsédait: papa/maman je jouais la maman qui avait pour métier son intérêt restreint (ça me permettait de parler de ça durant le jeu, donnant l'illusion que je jouais), docteur je ne faisais que répéter les dialogues que j'avais vu dans les séries télé, et globalement pour les jeux de faire semblant, même si ça ne devait pas se voir pour les autres, je ne faisais que répéter des scènes de dessins animés ou des dialogues pour faire avancer le jeu, je n'arrivais pas à inventer une histoire de toute pièce par moi-même pour jouer en groupe.
Je trouve cet argument plutôt spécieux étant donné que tous les scénarios fictifs ont un lien plus ou moins lointain avec la réalité, et que dans les jeux type papa/maman il est excessivement fréquent que les enfants reproduisent la profession des parents ou répètent des phrases déjà entendues. Si c'était un critère d'autisme, le diagnostic serait beaucoup plus répandu...
Diagnostiqué SA (septembre 2016).

Geogaddi
Fidèle
Messages : 108
Enregistré le : lundi 5 novembre 2018 à 1:42

Re: Imagination et TSA

#14 Message par Geogaddi » dimanche 24 mars 2019 à 23:43

Carapa a écrit :
dimanche 24 mars 2019 à 22:06
Je trouve cet argument plutôt spécieux étant donné que tous les scénarios fictifs ont un lien plus ou moins lointain avec la réalité, et que dans les jeux type papa/maman il est excessivement fréquent que les enfants reproduisent la profession des parents ou répètent des phrases déjà entendues. Si c'était un critère d'autisme, le diagnostic serait beaucoup plus répandu...
Le manque d'imagination n'est pas un critère sine qua non pour diagnostiquer l'autisme, c'est juste que ça peut être fréquent. J'ai tenu exactement ce discours à la psy, en lui disant que rien ne se créée, tout se transforme et donc que l'imagination piochait forcément sur une part de réalité, elle m'a soutenue que c'est l'intensité le plus important ici. Beaucoup d'enfants imitent les paroles entendues ou les films certes, mais le fait que j'ai été incapable d'agir sans une base très répétitive (c'était souvent les mêmes dialogues ou jeux puisque j'avais aussi des goûts restreints, donc un panel limité) est pour elle assez caractéristique. D'ailleurs, dès que le jeu prenait une tournure dans laquelle je ne pouvais pas caser mon IR ou me baser par rapport à mes dialogues, je quittais le jeu pour aller jouer dans mon coin, car je ne savais pas faire autrement (et ça ne m'a jamais attristée, c'était juste "comme ça").
Femme, 24 ans, IDF. Diagnostiquée autiste en février 2019.

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3139
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Imagination et TSA

#15 Message par hazufel » lundi 25 mars 2019 à 7:12

Geogaddi a écrit :
dimanche 24 mars 2019 à 3:52
Concernant les stéréotypies et intérêts restreints en revanche effectivement il me semble qu'à part dans le cas d'autisme atypique (donc pas Asperger, je crois) il faut bien avoir AU MOINS intérêts restreints OU stéréotypies, sachant qu'on a souvent les deux. Sans un de ces deux-là, pas Asperger.
Non, dans la partie B de la dyade autistique, il faut au moins 2 points sur les 4 qui sont intérêts restreints, stéréotypies, difficultés aux changements, particularités sensorielles.
critères diagnostiques TSA

Quant à l’imagination (entendre par là la capacité à s’évader dans l’imaginaire), elle est l’un des 4 modes de compensation décrits par Tony Attwood dans son guide complet du SA (les autres étant la dépression, le déni/arrogance, l’imitation).
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

Répondre