Imagination et TSA

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
nouvo
Forcené
Messages : 1316
Enregistré le : dimanche 19 avril 2015 à 19:17

Re: Imagination et TSA

#16 Message par nouvo » lundi 25 mars 2019 à 9:08

hazufel a écrit :
lundi 25 mars 2019 à 7:12
Geogaddi a écrit :
dimanche 24 mars 2019 à 3:52
Concernant les stéréotypies et intérêts restreints en revanche effectivement il me semble qu'à part dans le cas d'autisme atypique (donc pas Asperger, je crois) il faut bien avoir AU MOINS intérêts restreints OU stéréotypies, sachant qu'on a souvent les deux. Sans un de ces deux-là, pas Asperger.
Non, dans la partie B de la dyade autistique, il faut au moins 2 points sur les 4 qui sont intérêts restreints, stéréotypies, difficultés aux changements, particularités sensorielles.
critères diagnostiques TSA
Geogaddi a à mon sens raison dans son référentiel où elle évoque Asperger. Asperger n'existant plus dans les tables diagnostiques actualisées comme ici le DSM5. L'évolution des connaissances scientifiques a entrainé l'éviction de ce "syndrome" et avec, ses critères diagnostiques et certaines considérations afférentes.
La transition, de toute part, mettra encore un peu de temps à s'opérer sans doute.


Critères diagnostiques du syndrome d’Asperger (F84.5)
[extrait partie C:]
C. Caractère inhabituellement intense et limité des intérêts ou caractère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements, des intérêts et des activités (mêmes critères que pour l’autisme, mais les maniérismes moteurs ou les préoccupations pour certaines parties d’un objet ou pour des éléments non fonctionnels de matériels de jeu sont moins fréquents).

Seul son emploi de "autisme atypique" devrait être possiblement "autisme" et dans les référencements de classification se reporter aux critères de " autisme infantile " (F 84.0)

https://www.has-sante.fr/portail/upload ... -_memo.pdf
diagnostiqué asperger en 2015, à 38 ans

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3433
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Imagination et TSA

#17 Message par hazufel » lundi 25 mars 2019 à 9:53

Ok mais en l’occurrence, les critères diagnostiques sont aujourd'hui basés sur le DSM 5 et la CIM 11, et les bilans s'appuient sur la dyade autistique et les 2 points de la partie B depuis la sortie du DSM 5, soit 2013. Après l'observation lors du bilan psy et l'étude des autres bilans transmis peut aider à poser le diagnostic, mais il est préférable, à mon sens, de rappeler les critères actuels en vigueur.

De plus dans la description de l'autisme infantile donné, c'est aussi 1 critère...
"3) Caractère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements, des intérêts et des activités, manifeste dans au moins un des domaines suivants : a) Préoccupation marquée pour un ou plusieurs centres d’intérêt stéréotypés et restreints, anormaux par leur contenu ou leur focalisation ; ou présence d’un ou de plusieurs intérêts qui sont anormaux par leur intensité ou leur caractère limité, mais non par leur contenu ou leur focalisation, b) Adhésion apparemment compulsive à des habitudes ou à des rituels spécifiques, non fonctionnels, c) Maniérismes moteurs stéréotypés et répétitifs (par exemple, battements ou torsions des mains ou des doigts, ou mouvements complexes de tout le corps), d) Préoccupation par certaines parties d’un objet ou par des éléments non fonctionnels de matériels de jeux(par exemple, leur odeur, la sensation de leur surface, le bruit ou les vibrations qu’ils produisent). "
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

nouvo
Forcené
Messages : 1316
Enregistré le : dimanche 19 avril 2015 à 19:17

Re: Imagination et TSA

#18 Message par nouvo » lundi 25 mars 2019 à 10:43

hazufel a écrit :Ok mais en l’occurrence, les critères diagnostiques sont aujourd'hui basés sur le DSM 5 et la CIM 11, et les bilans s'appuient sur la dyade autistique et les 2 points de la partie B depuis la sortie du DSM 5, soit 2013.
quand est sortie la CIM 11 ?
certainement pas en 2013
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié, le 18 juin 2018, sa 11e édition de la « Classification internationale des maladies » (CIM-11). Pour la première fois, elle est complètement électronique, et présentée sous un format plus convivial.

Elle sera présentée à l’Assemblée mondiale de la Santé, en mai 2019, pour adoption par les États Membres, et entrera en vigueur le 1er janvier 2022.
http://www.psychomedia.qc.ca/sante/2018 ... ion-cim-11

Aussi, je ne sais si j'ai lu qq extrait de cette CIM 11 sur le volet TSA (me semblait ou alors du retour d'info), en tout cas, et je lirai entièrement ultérieurement l'article d'un certain Jean Vinçot :mrgreen: à ce sujet : https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... ccupations

Aussi, n'y a-t-il, il me semble, aucune obligation actuelle de ne pas utiliser la CIM 10 (pour qui utiliserait en France la CIM vis à vis d'une autre version américaine : DSM) dès lors que la version CIM11 est en voie, en transition, d'adoption et publication.

Il est en revanche bienvenu de rappeler les critères actuels, ainsi que de prendre qq distances sans doute dès lors avec certains éléments de considération passés et plus valides concernant ce que la science a invalidé, à savoir : le syndrome d'Asperger.
diagnostiqué asperger en 2015, à 38 ans

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3433
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Imagination et TSA

#19 Message par hazufel » lundi 25 mars 2019 à 10:54

Même avant la sortie de la CIM 11 en 2018, les bilans étaient basés sur la dyade autistique et la plupart du temps, et depuis plusieurs années, la référence est aux TSA, même si on est en France.
Les médecins sont, il me semble tenus, de poser des diagnostics selon les nomenclatures en vigueur. Dans le cas présent, la 10 et la 11 étant conjointes, j'imagine que les médecins peuvent utiliser les deux, mais tous les diagnostics posés depuis plusieurs années mentionnent les TSA.

Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, mais pour nos trois diagnostics, il est indiqué la référence au DSM 5 pour TSA.
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

nouvo
Forcené
Messages : 1316
Enregistré le : dimanche 19 avril 2015 à 19:17

Re: Imagination et TSA

#20 Message par nouvo » lundi 25 mars 2019 à 11:17

hazufel a écrit :
lundi 25 mars 2019 à 10:54
Même avant la sortie de la CIM 11 en 2018, les bilans étaient basés sur la dyade autistique et la plupart du temps, et depuis plusieurs années, la référence est aux TSA, même si on est en France.
Tu as accès à tous les bilans et diagnostiques de France ??
Les médecins sont, il me semble tenus, de poser des diagnostics selon les nomenclatures en vigueur. Dans le cas présent, la 10 et la 11 étant conjointes, j'imagine que les médecins peuvent utiliser les deux, mais tous les diagnostics posés depuis plusieurs années mentionnent les TSA.
L'histoire est que comme figurant précédemment, la CIM11 n'a été présentée en version bêta qu'en juin 2018..
Je ne sais pas ce qu'il en est pour toi, mais pour nos trois diagnostics, il est indiqué la référence au DSM 5 pour TSA.
en 2015, pour moi c'était CIM10 (par la référente du CRA en charge des adultes, chef de service d'une clinique autisme au sein d'un hôpital public psy)

Sur ces dernières années, disons depuis 2015 (le DSM5 n'étant paru qu'en mai 2013), la transition est lente - a une période intermédiaire, le double référencement, par exemple : TSA de type Asperger se fait, mais de plus en plus la bascule se fait pour la mention unique TSA - et quand la CIM11 sera effective, cela devrait se généraliser, et la mention "Asperger" finira tout simplement par disparaitre.
diagnostiqué asperger en 2015, à 38 ans

Avatar du membre
hazufel
Modératrice
Messages : 3433
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Imagination et TSA

#21 Message par hazufel » lundi 25 mars 2019 à 11:21

nouvo a écrit :
lundi 25 mars 2019 à 11:17
Tu as accès à tous les bilans et diagnostiques de France ??
évidement non, mais je vois ceux d'ici et d'ailleurs de tous les cas que je lis, et ce que je trouve dans les ouvrages scientifiques sur l'autisme...
Sur ces dernières années, disons depuis 2015 (le DSM5 n'étant paru qu'en mai 2013), la transition est lente - a une période intermédiaire, le double référencement, par exemple : TSA de type Asperger se fait, mais de plus en plus la bascule se fait pour la mention unique TSA - et quand la CIM11 sera effective, cela devrait se généraliser, et la mention "Asperger" finira tout simplement par disparaitre.
Je suis d'accord.
Diagnostiquée TSA type Asperger,
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA type Asperger.

nouvo
Forcené
Messages : 1316
Enregistré le : dimanche 19 avril 2015 à 19:17

Re: Imagination et TSA

#22 Message par nouvo » lundi 25 mars 2019 à 17:09

Après le petit écart de sujet, qq mots sur l'imagination, et sans rentrer sur « l'imagination sociale » mais sur l'imagination.

Perso, en partant sur l'écriture, j'ai bcp de mal à créer des situations mentales longues et complexes : typiquement écrire des nouvelles, avec plusieurs personnages et une histoire. Je m'y suis déjà essayé en exercice partagé et c'était éprouvant pour ne sortir qq peut-être 2 pages d'histoire. Le volume supérieur, je m'y étais essayé mais là encore, ce fut bien difficile (et arrêté). En revanche, sur format court (poésie et poème même parfois un peu long) cela me convenait.

Sur ce qui a trait à l'imagination, je pense en avoir relativement peu quantitativement s'il s'agit de la construire mais que d'extérieur je peux ou surtout ai pu passer comme imaginatif et créatif. Le décalage peut se trouver dans le fait que quasi tout passe par de l'image, dès que je réfléchis à des choses, ce ne sont quasi que des images ou support visuel mouvant : des bases de schémas, des liens entre des sortes de bulles qui se font, liens qui s'étirent, s'étendent et grandissent. Quand j'écrivais (poésie) je me contentais dans l'ensemble d'écrire ce que je voyais, dans la vue interne surtout mais aussi la vue externe, cela additionné de ressentis et émotions – et de sonorités.
Une modulation que j'avais en accès était un curseur d'émotion ; cad que je pouvais augmenter volontairement mon niveau émotionnel pour que cela se traduise dans l'expression – mais je n'ai pas bcp besoin mais il m'est arrivé et cela m'est possible.

Voilà, une direction de réponse vis à vis de « imagination » est que des images apparaissent (ou des choses visuelles se forment – j'ai d'ailleurs fait pas mal de poèmes visuels, sans même savoir que ça existait ou avait pu exister mais parce que cela venait naturellement) et je les transcris dans une autre forme, en l'occurrence écrite.
Par ailleurs et c'est sans doute dû à ce bcp d'imagerie, c'est plutôt difficile de produire et construire de l'imaginaire.
diagnostiqué asperger en 2015, à 38 ans

Avatar du membre
Ailurine
Fidèle
Messages : 136
Enregistré le : jeudi 21 mars 2019 à 21:19

Re: Imagination et TSA

#23 Message par Ailurine » lundi 25 mars 2019 à 17:19

(Je suis avec intérêt vos échanges, mais je ne connais pas assez le sujet pour me risquer à participer plus avant^^ Mais merci pour vos coms :) )
Après le petit écart de sujet, qq mots sur l'imagination, et sans rentrer sur « l'imagination sociale » mais sur l'imagination.

Perso, en partant sur l'écriture, j'ai bcp de mal à créer des situations mentales longues et complexes : typiquement écrire des nouvelles, avec plusieurs personnages et une histoire. Je m'y suis déjà essayé en exercice partagé et c'était éprouvant pour ne sortir qq peut-être 2 pages d'histoire. Le volume supérieur, je m'y étais essayé mais là encore, ce fut bien difficile (et arrêté). En revanche, sur format court (poésie et poème même parfois un peu long) cela me convenait.
[...]

Voilà, une direction de réponse vis à vis de « imagination » est que des images apparaissent (ou des choses visuelles se forment – j'ai d'ailleurs fait pas mal de poèmes visuels, sans même savoir que ça existait ou avait pu exister mais parce que cela venait naturellement) et je les transcris dans une autre forme, en l'occurrence écrite.
Par ailleurs et c'est sans doute dû à ce bcp d'imagerie, c'est plutôt difficile de produire et construire de l'imaginaire.
J'ai beaucoup de mal à écrire des nouvelles, surtout quand il s'agit de thèmes imposés. ça finit inévitablement par rejoindre mon cycle en cours, que je construis depuis 14 ans. Je n'arrive pas du tout à m'en détacher pour écrire autre chose. J'ai beaucoup aimé découvrir cet univers, que je continue à découvrir un peu, en revanche l'écriture est pour le moins... pénible :lol: ( ce qui cause beaucoup de perplexité chez les écrivants, d'ailleurs, qui ne comprennent pas pourquoi je persiste, du coup^^ Je ne le comprends pas moi-même, en fait, mais dès que j'essaie d'abandonner cet univers, mon cerveau ne peux plus du tout fonctionner. Ce n'est pas tout à fait un plaisir, mais voilà, c'est juste pas possible pour moi de ne pas aller le visiter tous les jours^^ )
Atteinte d'un syndrome d'ehlers danlos, en plein questionnement sur les TSA.

Avatar du membre
Benoit
Forcené
Messages : 8888
Enregistré le : lundi 28 septembre 2009 à 13:55
Localisation : オルセー
Contact :

Re: Imagination et TSA

#24 Message par Benoit » lundi 25 mars 2019 à 17:32

La capacité de prévoir l'issue d'une situation sociale et celle d'anticiper l'avenir me semblent en réalité des compétences tout à fait différentes - la première étant relativement répandue, la seconde plutôt rare. Si tous les habitués des salons étaient des visionnaires, ça se saurait.
La question est ici d'anticiper des relations sociales. Et cette capacité est plutôt développé chez les neurotypiques d'un même background culturel. Par exemple au cours d'une conversation.

Prévoir des évènements de façon excessive, c'est un trait autistique. Ca peut tout de même être fait correctement.
Prévoir des situations sociales peut être un trait autistique. Le faire correctement risque fort de sortir la personne du spectre.
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

nouvo
Forcené
Messages : 1316
Enregistré le : dimanche 19 avril 2015 à 19:17

Re: Imagination et TSA

#25 Message par nouvo » lundi 25 mars 2019 à 19:58

Ailurine a écrit :J'ai beaucoup de mal à écrire des nouvelles, surtout quand il s'agit de thèmes imposés. ça finit inévitablement par rejoindre mon cycle en cours, que je construis depuis 14 ans. Je n'arrive pas du tout à m'en détacher pour écrire autre chose. J'ai beaucoup aimé découvrir cet univers, que je continue à découvrir un peu, en revanche l'écriture est pour le moins... pénible  ( ce qui cause beaucoup de perplexité chez les écrivants, d'ailleurs, qui ne comprennent pas pourquoi je persiste, du coup^^ Je ne le comprends pas moi-même, en fait, mais dès que j'essaie d'abandonner cet univers, mon cerveau ne peux plus du tout fonctionner. Ce n'est pas tout à fait un plaisir, mais voilà, c'est juste pas possible pour moi de ne pas aller le visiter tous les jours^^ )
Tu en retires très certainement pas mal de bénéfices même si ce ne serait pas tout à fait un plaisir entier actuellement. Il y a le faire, le partager, les découvertes.
Dans la poésie cela a duré environ 4 ans : le faire, le partager, les découvertes et j'y étais bien à ma place : je pouvais être moi, dire (et exprimer) mais de préférence écrire ! ce que je voulais (et pas que des choses douces aux oreilles ^),
et j'ai fini par arrêter d'écrire pour diverses raisons : les difficultés à me mettre en public, les difficultés (à l'impossibilité) de faire « vivre » mon texte ^ , un changement de salle mal insonorisée , et un mode d'expression devenu éprouvant et sollicitant, surtout niveau émotionnel car il peut me falloir des heures à jour pour retomber d'une montée d'émotion, la gestion du partage loin d'être évidente notamment sur le net ^ mais aussi irl et vers la fin, en souhaitant à l'époque essayer d'évoluer vers pourquoi pas chanson/guitare, certaines difficultés renouvelées à jouer, apprendre la guitare (une médiocre mémoire court-terme et une coordination fine pas au top entre la tête et les doigts ont eu raison de mes qq velléités d'époque) – après, avec un prof, cela aurait pu être plus positif comme évolution sans doute/peut-être.
diagnostiqué asperger en 2015, à 38 ans

Avatar du membre
Ailurine
Fidèle
Messages : 136
Enregistré le : jeudi 21 mars 2019 à 21:19

Re: Imagination et TSA

#26 Message par Ailurine » lundi 25 mars 2019 à 20:12

Oh, c'est dommage que tu n'aies pas pu continuer :\

En fait, j'ai un peu l'impression d'être une spéléologue : l'histoire, les personnages, l'univers... tout ça existait déjà avant moi et je ne fais que les découvrir (et ça, c'est vraiment chouette comme sensation). Et la seule façon de faire découvrir à d'autres cet univers... c'est de l'écrire (j'aime moins cet aspect, qui est vraiment, vraiment difficile, mais j'ai l'impression que le seul moyen pour que l'histoire me fiche la paix, c'est de la transmettre à d'autres... un peu comme la cassette du film "The Ring"^^).
Atteinte d'un syndrome d'ehlers danlos, en plein questionnement sur les TSA.

nouvo
Forcené
Messages : 1316
Enregistré le : dimanche 19 avril 2015 à 19:17

Re: Imagination et TSA

#27 Message par nouvo » mardi 26 mars 2019 à 9:16

Ailurine a écrit :
lundi 25 mars 2019 à 20:12
En fait, j'ai un peu l'impression d'être une spéléologue : l'histoire, les personnages, l'univers... tout ça existait déjà avant moi et je ne fais que les découvrir (et ça, c'est vraiment chouette comme sensation). Et la seule façon de faire découvrir à d'autres cet univers... c'est de l'écrire (j'aime moins cet aspect, qui est vraiment, vraiment difficile, mais j'ai l'impression que le seul moyen pour que l'histoire me fiche la paix, c'est de la transmettre à d'autres... un peu comme la cassette du film "The Ring"^^).
je me retrouve aussi dans ces facettes de temps et d'espace - et vis à vis de "l'imagination" et de ce bcp d'imagerie évoquée précédemment, je mets un poème qui illustre assez cela.
L'écriture fut aussi un moyen de me comprendre et comprendre de mon fonctionnement, de ce que je pouvais penser, ressentir - car jusqu'à mes 29-30 ans je ne m'y comprenais pas grand chose, ni même trop ce que je pensais sur pas mal de choses, sujets - hors qq voies de conviction, d'intérêts et qq sujets particuliers.

Spoiler : 
Image
Image
là, sur ce poème et dans l'imagination (les vues) je passe d'images du centre de la Terre (vraiment) à un passage au fin fond de l'univers (vraiment) - et sur un laps court et tout l'écrit est un empilement (suite) d'images qui se forment (se font) sur les mots et dans les cheminements. S'y expriment des choses aussi (que j'ignore par avant, il n'y a pas d'intention préalable de dire telle ou telle chose - et souvent n'avais même pas de thème, sujet par avant - c'est juste ce qui venait et se faisait - avec qq cadres de la métrique et sonorités). Aussi, tellement ai-je d'images et ne suis basé quasi que là-dessus, mon écriture a tendance à être moyenne fluide, à peu fluide - par la suite je m'essayais à mettre plus de fluidité dans les enchainements, ce qui revêtait aussi un intérêt de ressenti.
diagnostiqué asperger en 2015, à 38 ans

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3079
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Imagination et TSA

#28 Message par lulamae » mardi 26 mars 2019 à 10:11

nouvo a écrit :
mardi 26 mars 2019 à 9:16
là, sur ce poème et dans l'imagination (les vues) je passe d'images du centre de la Terre (vraiment) à un passage au fin fond de l'univers (vraiment) - et sur un laps court et tout l'écrit est un empilement (suite) d'images qui se forment (se font) sur les mots et dans les cheminements. S'y expriment des choses aussi (que j'ignore par avant, il n'y a pas d'intention préalable de dire telle ou telle chose - et souvent n'avais même pas de thème, sujet par avant - c'est juste ce qui venait et se faisait - avec qq cadres de la métrique et sonorités). Aussi, tellement ai-je d'images et ne suis basé quasi que là-dessus, mon écriture a tendance à être moyenne fluide, à peu fluide - par la suite je m'essayais à mettre plus de fluidité dans les enchainements, ce qui revêtait aussi un intérêt de ressenti.
A peu de choses près, je pourrais dire exactement la même chose que toi concernant l'écriture et ses diverses formes, narrative et poétique.
La poésie est la forme d'écriture la plus spontanée qui me vienne : sous forme de vers libres, il m'est arrivé de "sortir" des choses que j'ignorais, et de beaucoup mieux comprendre ce qui se passait en moi, grâce aux images qui émergent sans que j'aie eu conscience de les "voir". Des images également découlent naturellement les sonorités, comme si cela permettait une synthèse de mes perceptions sensorielles et émotionnelles ; dans ce genre de poème je retouche assez peu. J'aime toutefois me fixer des contraintes avec des formes fixes (peut-être cela s'apparente-t-il à ce que tu faisais avec les poèmes visuels ?) - ayant été littéraire et prof de français, j'ai tendance à recourir aux formes fixes (sonnet, rondeau, haïku). Le fait de compter les syllabes m'aide à recomposer, à modeler le matériau "sauvage", cela fait du bien aussi.
Lors d'ateliers d'écriture, il m'est arrivé d'écrire des textes de type nouvelles, mais je ne peux m'empêcher de sortir du cadre, généralement ce sont des sortes de contes avec un sens psychologique ou philosophique, ou des fables.
Je traîne de vieux projets d'écriture longue (des dystopies), mais cela me paraît vraiment difficile, je ne voudrais pas renoncer, mais honnêtement je pense que je n'y arriverai pas. L'invention des personnages et composition me paraît vraiment inaccessible, bien que j'aie écrit quelques chapitres isolés.

Le caractère personnel de l'imaginaire qui transparaît dans mes poèmes me rend difficile le fait de faire lire l'ensemble, sinon à des pairs ou à des personnes proches en qui j'ai confiance, et tout autant de franchir le pas de publier. Je trouve courageux de ta part de l'avoir fait, mais peut-être était-ce possible par le caractère codé de tes poèmes ? J'entends "codé" dans le sens où tu n'y parles pas directement de toi, mais à travers des images et perceptions de la nature.
Diagnostic au C3RP (Sainte Anne) le 31/07/2019 : indication d'autisme de haut niveau.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

nouvo
Forcené
Messages : 1316
Enregistré le : dimanche 19 avril 2015 à 19:17

Re: Imagination et TSA

#29 Message par nouvo » mardi 26 mars 2019 à 12:28

lulamae a écrit :J'aime toutefois me fixer des contraintes avec des formes fixes (peut-être cela s'apparente-t-il à ce que tu faisais avec les poèmes visuels ?)
Le poème précédent rentre dans ceux à caractère visuel par sa forme. A force d'avoir le mot « rail » (et son image) cela s'est retrouvé matérialisé par les ajouts des barres, et l'ensemble forme un écrit posé sur des rails de chemin de fer. Le plus souvent cela venait en cours ou à la fin de l'écriture.
Vis à vis des contraintes, déjà j'ai largement écrit (au plus, environ 1an et demi) et celui précédemment en fait partie, sans m'avancer sur ce qui se faisait et comment cela marchait. Cela pour être au moins influencé. Là, pour peu j'hésitais encore à savoir si un alexandrin était 12 ou 11 pieds. Aussi ai eu tendance à faire toutes sortes de constructions mais dans un cadre, au moins relatif que je faisais (ou qui se faisait) et suivais dans l'ensemble. Par exemple précédemment, outre le début plutôt sur 7 pieds parlés, la tendance est à 6 pieds parlés dans l'ensemble.

Je trouve courageux de ta part de l'avoir fait, mais peut-être était-ce possible par le caractère codé de tes poèmes ? J'entends "codé" dans le sens où tu n'y parles pas directement de toi, mais à travers des images et perceptions de la nature.
Si je l'ai fait c'est sur une tendance que cela me rapprochait des gens et que j'avais qqchose à partager avec eux. Que j'avais des retours et des encouragements à poursuivre et à m'exprimer de la sorte, et surtout « dans la vraie vie » mais aussi via le net. Que j'étais accepté et apprécié tel que j'étais, et que le fait de me pointer et d'être toujours tout seul et un peu aux écarts rentrait dans la case « artiste » et poète solitaire et pas comme le peu social qu'on jugerait mal. Aussi, ma différence, même si elle ne portait à cette époque le nom d'autiste, je ne la vivais à cette époque et sous certains égards pas trop mal. Après, je rentrais chez moi rincé des intéractions (même peu) que j'avais eu et des environnements parfois bruyants, mais il y avait du positif cependant.

Sur le fait « de ne pas parler directement de moi », est à rapprocher de ce que j'ai écrit précédemment :

« L'écriture fut aussi un moyen de me comprendre et comprendre de mon fonctionnement, de ce que je pouvais penser, ressentir - car jusqu'à mes 29-30 ans je ne m'y comprenais pas grand chose, ni même trop ce que je pensais sur pas mal de choses, sujets - hors qq voies de conviction, d'intérêts et qq sujets particuliers. »
et cette phrase est à relier à mon autisme sous la forme de « déficit de théorie de l'esprit » en ce qui concerne le versant du « moi ».

Après, il est précédemment des expressions très personnelles : « Dans ce profond intérieur, aux fins fonds de ses peurs » et d'autres par la suite.
Après, possiblement trouverait-on du moitié-moitié (ou 1/3 2/3 ??) entre l'orientation de parler de soi et de transmettre de ce qui environne : les éléments de la nature, les Hommes, la société en général. Là, est que je suis dans l'ensemble plus concerné et intéressé par ce qui environne que par le moi.
Aussi, vis à vis du moi, ai-je écrit pendant environ 1 an via un pseudo - cela m'aida à m'exprimer plus en avant. Je me souviens aussi avoir ressenti un certain soulagement, un peu « une sorte de pallier personnel » le jour où j'ai écrit et ai pu écrire pareillement avec mon nom vrai et entier. Je n'en ai à l'instant tout ou part des explications qui doivent se rapprocher des difficultés avec l'identité – raccroché notamment à l'autisme.
diagnostiqué asperger en 2015, à 38 ans

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 3079
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Imagination et TSA

#30 Message par lulamae » mardi 26 mars 2019 à 16:43

Merci pour ces précisions éclairantes. :)
Spoiler : 
nouvo a écrit :
mardi 26 mars 2019 à 12:28
Sur le fait « de ne pas parler directement de moi », est à rapprocher de ce que j'ai écrit précédemment :

Aussi, vis à vis du moi, ai-je écrit pendant environ 1 an via un pseudo - cela m'aida à m'exprimer plus en avant. Je me souviens aussi avoir ressenti un certain soulagement, un peu « une sorte de pallier personnel » le jour où j'ai écrit et ai pu écrire pareillement avec mon nom vrai et entier. Je n'en ai à l'instant tout ou part des explications qui doivent se rapprocher des difficultés avec l'identité – raccroché notamment à l'autisme.
C'est une idée qui pourrait m'aider, je trouve ça judicieux.
Diagnostic au C3RP (Sainte Anne) le 31/07/2019 : indication d'autisme de haut niveau.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Répondre