Vie à deux

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Yazo
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : mercredi 20 mars 2019 à 19:02
Localisation : Cotes d'Armor

Vie à deux

#1 Message par Yazo » lundi 1 avril 2019 à 16:31

Bonjour, je ne suis pas (encore) diagnostiquée aspie mais j'ai un rdv pour fin avril et plus je fais des recherches sur le sujet plus j'en suis persuadée.

Ma question est : Vivez vous avec votre partenaire ? Si non pour quelles raisons ? Et si oui, est ce facile/possible pour vous deux ?

La situation que je vis actuellement est assez délicate. Mon compagnon a beaucoup de mal à comprendre ma fatigue (du au stress) avant et après chaque soirée passée avec des amis à lui. Surtout que j'ai parfaitement conscience de renvoyer une image de personne épanouie en société alors que je m'éclipse régulièrement aux toilettes pour souffler, ou me rapproche des animaux de la maison :love: (pas besoin de surjouer avec eux). Je suis certaine de passer pour une personne gentille, bienveillante, attentionnée voir marrante (ce que je pense être d'ailleurs) mais c'est épuisant et je ne suis absolument pas dans mon élément. C'est absolument l'inverse de ce qu'est pour moi "passer un bon moment" :innocent: . A chaque soirée j'ai l'impression d'attendre une éternité que ca se termine :yawn: . Je vous raconte pas l'angoisse quand finalement mon copain ayant trop bu (youpi) on doit finalement dormir sur place :shock:

Mon compagnon ne comprend pas non plus mes centres d'intérêts. Par exemple en ce moment, je suis trop contente car je me suis découvert une vrai passion pour tout le Mésozoïque et ses archosaures :love: Or il ne comprends ni mon enthousiasme (je trépigne littéralement) ni pourquoi je consacre autant de temps à apprendre sur le sujet. Et pourtant je freine autant que je peux pour ne pas le mettre lui trop à l'écart...
(A cause de ce genre de réaction, souvent je finis par laisser tomber mes passions en me persuadant que c'était stupide d'y consacrer autant d'énergie...)

Je vous raconte pas la frustration extrême quand l'on se rend chez des amis alors que je ne pense qu'à en savoir plus sur les premières extinctions des pseudosuchiens lors du Trias supérieur... :hotcry:

Il y a d'autres désagrément de cette vie de couple mais les deux principaux sont ceux ci. Et quand je dis "il ne comprends pas" ca veut dire qu'il le vit mal et que cela finit par m'être lourdement reprocher. C'est d'ailleurs après une énième crise sur le sujet que je me suis décidée à partager cette situation avec vous...

J'attends de lire vos témoignages avec impatience !
Merci de m'avoir lu :)
Avril 2019 : pré-diagnostiquée autiste asperger par psy spécialisé.

Georges-André
Passionné
Messages : 439
Enregistré le : samedi 8 août 2015 à 3:17

Re: Vie à deux

#2 Message par Georges-André » lundi 1 avril 2019 à 20:02

C'est un peu fâcheux... tu vis avec ton compagnon depuis longtemps ?

Moi je vis avec ma femme depuis plus de 15 ans; moi je suis passionné par un sujet; elle par d'autres sujets (elle change d'ailleurs de centre d'intérêt principal au bout de quelques années), je la laisse faire ce qu'elle veut et elle me laisse faire ce que je veux. Mais il semblerait qu'on soit tous les 2 aspies (moi j'ai été diagnostiqué; elle non mais elle en a tous les symptomes), donc c'est facile de tolérer nos bizarreries mutuelles.
Aucun de nous n'aime aller souvent chez des amis (de toutes façons on en a pas tant que ça par ici), ça nous fatigue aussi d'être en interaction avec des gens... bref on fonctionne pareil. La seule différence entre nous, c'est qu'elle est capable de discuter de tout et de rien avec les gens, alors que moi pas du tout. D'ailleurs tant mieux, comme ça quand on est chez qn, c'est elle qui parle, et moi je dis quasiment rien du tout.
diag SA avril 2013

Evie
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 17 mars 2019 à 12:54
Localisation : Aveyron

Re: Vie à deux

#3 Message par Evie » lundi 1 avril 2019 à 20:44

Vivez vous avec votre partenaire ?
Non.

Si non pour quelles raisons ?
Parce que je n'en ai pas, et ...

Et si oui, est ce facile/possible pour vous deux?
... MAIS j'ai déjà eu des partenaires par contre, j'ai déjà vécu en couple par le passé et donc je peux répondre: ce n'était pas toujours facile ni même possible car précisément j'avais (et j'ai toujours) des passions intenses, prenantes et épanouissantes.
Et à chaque fois, ils n'appréciaient pas du tout, soit ils se sentaient relégués au second plan, soit ils avaient le même centre d'intérêt que moi et me faisaient plus ou moins comprendre que c'était 'leur' domaine et pas le mien, et que je ferais mieux d'arrêter parce que de toute manière, ils étaient bien meilleurs que moi selon eux.
Je me souviens que l'un d'eux m'a même dit 'tes passions me font du mal' (rapport au fait que je ne m'occupais pas assez de lui à son gout et il m'en faisait très souvent le reproche).
J'ai finalement décidé que personne ne valait la peine que je modère mes inclinations et encore moins que je tire un trait dessus, de toute manière la vie de couple a toujours été très castratrice pour moi donc finalement j'ai arrêté ces choses-là et je préfère être à 100% dans mes passions. Depuis, je suis beaucoup plus heureuse (voir même heureuse tout court).

Sinon, ce que tu décris m'a été familier par le passé, je comprends.
Non diagnostiquée. En questionnement, suspicions.
Choses sur lesquelles les psychiatres sont d'accord: phobie sociale, personnalité évitante.

Avatar du membre
Yazo
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : mercredi 20 mars 2019 à 19:02
Localisation : Cotes d'Armor

Re: Vie à deux

#4 Message par Yazo » mardi 2 avril 2019 à 11:41

Merci beaucoup de m'avoir répondu !

Georges André oui je vis depuis 2ans avec lui et l'on se connaît depuis beaucoup plus. C'est vrai que s'il avait lui aussi des passions prenantes ca serait plus facile à vivre.

Evie oui je pense aussi que je n'ai pas à me soumettre (encore) à sa volonté. C'est tellement surprenant quand la personne qu'on aime nous renvoie une image de nous négative. Mon attitude passionnée est interprété comme immature, futile et blessante... Rien que ça :|
Avril 2019 : pré-diagnostiquée autiste asperger par psy spécialisé.

Evie
Habitué
Messages : 89
Enregistré le : dimanche 17 mars 2019 à 12:54
Localisation : Aveyron

Re: Vie à deux

#5 Message par Evie » mardi 2 avril 2019 à 12:21

Oui j'ai connu des gens qui ont eu la même attitude, ex ou non, donc je vois le truc :/

Après, je ne suis pas une spécialiste de 'comment bien se comporter' mais nul n'a à juger les passions et centres d'intérêt de qui que ce soit, et surtout pas une personne censée nous aimer/nous apprécier. Si quelqu'un nous renvoie une image de nous négative et qu'on en pâtit, c'est que cette personne n'est pas bonne pour nous, tout simplement (ça parait idiot dit comme ça mais c'est juste de la logique).
De toute manière, si on doit se changer pour complaire à quelqu'un ou s'arranger selon les désirs d'autrui, c'est qu'il y a un souci, surtout si ça nous dérange.
Enfin, je ne vois pas du tout le problème avec tes centres d'intérêt, c'est génial au contraire d'avoir des passions aussi ciblées, c'est même formidable! Tu as surement du accumuler des connaissances, du savoir (je ne sais pas grand chose du Mésozoïque donc j'admire les gens qui s'y plongent, c'est d'ailleurs fascinant de se pencher sur un passé si lointain), imagine un peu ce que tu pourrais faire en t'y consacrant à ton gré, quand je vois tous ces vulgaristateurs qui partagent des blogs, des vidéos, et qui arrivent à transmettre du contenu riche et instructif, c'est tellement précieux tout ça ! Il devrait être fier de toi au contraire, et apprendre de toi :)
En tout cas, personne n'a à te juger là-dessus ou à te freiner, personne. Si ça ne lui convient pas, c'est son problème à lui, pas le tient (toi tu aimes ton centre d'intérêt donc c'est impeccable, c'est justement le principe ^^) donc je dirais: à lui de gérer ça, il n'y a absolument aucun souci de ton coté.
Non diagnostiquée. En questionnement, suspicions.
Choses sur lesquelles les psychiatres sont d'accord: phobie sociale, personnalité évitante.

Avatar du membre
Flower
Modérateur
Messages : 4214
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Vie à deux

#6 Message par Flower » mardi 2 avril 2019 à 16:28

Je suis en couple mais nous ne vivons pas au même endroit (pour le moment). Du coup nous ne nous voyons qu'assez rarement et pendant ces moments, nous sommes assez "collants". C'est à la fois agréable et un peu fatigant parfois... Je pense que si on habitait ensemble, ce serait différent, nous serions beaucoup plus chacun dans son coin. Il faut dire que mon copain et moi avons des intérêts en commun (histoire, archéologie, dessin, psychologie) et nous sommes aussi relativement ouverts aux intérêts de l'autre - mon copain s'intéresse aux jeux vidéo alors quand il veut me montrer quelque chose, je regarde. Et lui essaie de m'écouter quand je lui parle de mon cheval alors que ça ne l'intéresse pas du tout. ;) Après mon copain et moi avons un fonctionnement assez proche, ça facilite beaucoup les choses.

Je pense que dans une relation saine, il doit y avoir un échange, donc c'est aux deux de faire des "efforts" pour comprendre l'autre et partager un minimum ce qui l'intéresse. Dans ton cas, on dirait que c'est à sens unique... Ton copain ne doit nécessairement s'intéresser à la paléontologie, mais s'il veut t'empêcher de te consacrer à ton intérêt, ça donne l'impression qu'il veut te contrôler ou en tout cas qu'il ne t'accepte pas comme tu es. Je ne suis pas convaincue que ce soit prometteur pour l'avenir du couple. Après tu peux toujours essayer de discuter de cela avec lui...
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Liloë
Habitué
Messages : 82
Enregistré le : dimanche 22 juillet 2018 à 12:53
Localisation : Paris, 21 ème arrondissement

Re: Vie à deux

#7 Message par Liloë » mercredi 3 avril 2019 à 8:11

Je suis en couple, et pour moi vivre ensemble est impensable. A vrai dire, même au bout de 10 ans de couple, je ne suis même pas sûre que l'idée me viendra à l'esprit. Ce que vous dites plus haut reflète mes inquiétudes: l'autre se sentira délaissé, car mes passions et mon besoin de solitude prendront le pas sur cette personne. Je vais avoir besoin de ma pièce séparée, mon "territoire" dans lequel nul n'a le droit d'entrer. Je ne pourrais pas supporter d'être sollicitée trop souvent, et par conséquent, j'ai peur de finir par envoyer balader l'autre personne.

Auteur du topic: Je serai ravie d'avoir une discussion avec toi sur le mesozoique, étant également passionnée de zoologie/paléontologie ^^ En ce moment je suis plutôt sur les oiseaux mais j'ai eu ma grosse période dinosaures (en particulier ceux du crétacé supérieur, très loin de tes archosaures du trias donc) et le sujet m'intéresse toujours. Je me suis récemment procuré un livre qui parle de ta période fétiche: la terre avant les dinosaures. Tu l'as lu? Si oui tu en as pensé quoi?
En début de processus de diagnostique, suspectée SA.

Déesse de la raclette auto-proclamée.

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 2087
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Vie à deux

#8 Message par lulamae » mercredi 3 avril 2019 à 9:48

Je ne suis pas diagnostiquée encore (autiste ou autre chose), mais je réponds parce que ce sujet me parle. Au mot près, j'aurais pu dire exactement la même chose que le post qui précède ; j'ai lentement pris conscience du fait que la vie de couple en habitant ensemble n'est pas du tout pour moi. Ca me peine, et j'ai du mal à faire le deuil de rencontrer une personne avec qui je pourrais m'entendre là-dessus. J'ai de plus une vie compliquée avec les problèmes de santé de mes filles, et je n'ai pas envie de mêler une personne extérieure à ça. Toutefois, cela me manque parfois de partager des activités et discussions d'adulte, avec une personne avec qui je me sentirais bien. J'ai l'impression d'être toujours seule sur le front, dans un no man's land entre deux tranchées, et j'ai beau entendre qu'il me faut penser à moi, de fait, mon temps personnel est limité, et c'est difficile de me changer les idées du quotidien.
Heureusement que j'ai des ami(e)s avec qui partager des moments de détente, et avec qui m'amuser et délirer un peu ! :) Peut-être que ça suffit finalement, mais j'ai l'impression d'avoir été conditionnée à tout miser sur le couple, c'est difficile de m'extirper de ce schéma de pensée !
Spoiler : 
Ca va paraître exagérément méfiant, mais j'ai peur aussi des intentions d'hommes par rapport à mes filles adolescentes. Je suis extrêmement naïve en amour, et j'ai eu des relations néfastes (y compris leur père), et je ne veux pas que mes erreurs se répercutent sur elles.
Par ailleurs, je fais un gros travail là-dessus avec la psychiatre de l'hôpital en pédiatrie, et cela m'a amenée à participer à un groupe de parole sur les violences conjugales. Bref, c'est une période très dure !
@Yazo : je trouve que tu fournis un énorme travail d'adaptation pour ne pas mécontenter ton copain. Il est normal que vous cherchiez un compromis entre le temps à deux et tes passions, mais il serait juste qu'il en fasse autant pour toi.
Ne pourrait-il pas, par exemple, voir de temps en temps ses copains seul, sans toi ? C'est une source d'angoisse pour toi de te retrouver ainsi, à passer tes soirées, voire à dormir chez des gens, j'espère que tu vas arriver à le lui faire comprendre !
Je ne partage pas particulièrement cette passion pour les "bestioles" préhistoriques ( :wink: ), mais je comprends que tu aies envie d'en parler, et ton côté enthousiaste me paraît plutôt mignon. :bravo:
Diagnostic TSA en cours à l'hôpital Sainte-Anne depuis juillet 2018 ; recherches génétiques à l'hôpital Necker (éventuel SED) ; HPI en 2016.

"We're all in the gutter, but some of us look at the stars." Oscar Wilde.

Avatar du membre
elpanacho
Régulier
Messages : 42
Enregistré le : mardi 5 mars 2019 à 13:09

Re: Vie à deux

#9 Message par elpanacho » mercredi 3 avril 2019 à 12:35

Je suis en couple depuis 10 ans, et il y a eu des haut et des bas. Nous n'avions, pendant la majorité de ce temps, aucune connaissance des TSA ou du syndrome d'Asperger. (Mais mon coté asociale et différent était quand même présent, elle me pressentait d’ailleurs à sa famille et ses amis comme son "autiste"). Je mettais la plupart de mes difficulté sur les lacune de mon éducation et ma famille à "problème".

Nous avions beaucoup de points communs, une certaine synergie intellectuelle, une vie sexuelle intéressante, un vision similaire sur comment on construit sa vie ou sa famille et tout ce passais bien la plupart du temps.

Concernant les bas, cela c'est toujours fais à cause de même raisons: trop dans mon coin, pas assez attentif a elle, physiquement distant (sauf pour les choses intime, la je n'ai aucun soucis). Tout cela était très épisodiques, mais particulièrement amplifié pendant les périodes ou la fatigue s’accumulait.

Nous avions des modes de fonctionnements différents: Quand je rentre du boulot, j'ai besoin d’être isolée et d’être tranquille, elle à besoin de parler et d’échanger.

Cela nous à souvent poser problème. Et nous avons, pendant 9 ans, essayé de travailler à me normaliser(oui parce que j'avais conscience que me barrer en plein milieu d'une conversation pour faire autre chose n’était pas normal, mais c'est mon esprit qui fonctionnait ainsi, presque toujours ailleurs que dans le moment présent).
J'ai beaucoup pris sur moi, j'ai joué le jeu, j'ai fais semblant, mais a plusieurs reprise, je me suis dit que cela serait plus facile tout seul (mais il était pour moi hors de question d'aller vers cette facilité, qui aurais sonné comme un d’échec, surtout qu'une petite fille est arrivé en cours de route). Tout cela été très épisodique, une a 2 fois par ans, durant quelques jours de prise de bec, mais c’était intense et marquant pour notre couple.
Rien d'insurmontable dans l'absolue.

Et puis j'ai découvert les TSA et le syndrome d'asperger (aout 2018, c'est assez récent). Cela a été une révélation pour moi, je lui en ai parler. Nous avons revue notre relation et mon comportement par ce prisme (Le pre-diag ou le diag étaient devenue une formalité, tellement cette découverte rentrait parfaitement dans les cases), et depuis les choses sont beaucoup plus apaisé, je n'ai plus cette quête de la normalité (que je poursuit de plus bien plus longtemps que la rencontre avec ma femme), nous avons mis des choses au points et des règles basé sur mes spécificités, et nous ne perdront plus notre énergie à essayer de faire rentrer des cube dans des trous rond. La découverte de mon (très probable) autisme été la clé qu'il nous manquait pour construire quelque chose de solide dans la durées.

En espérant que cette expérience puisse profiter à quelqu’un
ElPanacho Pre-diagnostique SA-HPI (janvier 2019)
En attente de RDV Psychiatre
Accessoirement dysorthographique et légèrement dyslexique

Avatar du membre
Yazo
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : mercredi 20 mars 2019 à 19:02
Localisation : Cotes d'Armor

Re: Vie à deux

#10 Message par Yazo » jeudi 4 avril 2019 à 17:40

Alors vraiment merci pour tout vos temoignages et vos conseils.

J'essaie du mieux que je peux de ne pas avoir honte de mes passions (pace que oui j'en suis là).
J'ai osé ce matin même, bosser une heure entière sur ce qui m'intéresse et ca m'a fait un bien fou. Il a respecté ça. Et il n'y a pas eu de soucis. Ca me manquait vraiment de pouvoir m'adonner a ce qui me plaît sans avoir à me cacher, à le faire en coup de vent pour ne pas déranger (c'est totalement stupide j'en convient).

Je pense aussi qu'être diagnostiquée pourrait aider à la compréhension. Bien que j'ai conscience que n'importe quel neurotypique qui aime faire quelque chose ne devrait pas se l'interdire sous prétexte qu'une autre personne ne le comprend pas.
Rdv fin avril on verra.

Merci encore, vous avoir lu m'a bcp aidé.


(Liloë, je débute tout juste et non je ne connais pas ce livre. Je chercherai ça ! Merci !)
Avril 2019 : pré-diagnostiquée autiste asperger par psy spécialisé.

Avatar du membre
Flower
Modérateur
Messages : 4214
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Un peu à l'Est (géographiquement parlant)

Re: Vie à deux

#11 Message par Flower » jeudi 4 avril 2019 à 18:33

Il ne faut jamais avoir honte de vouloir apprendre de nouvelles choses!

On a parfaitement le droit de ne pas s'intéresser à quelque chose, mais ceux que ça intéresse ont tout autant le droit de le faire. Qu'ils soient neurotypiques, autistes ou chimpanzés. :P Donc je pense que le plus important chez vous, c'est un recadrage sur ce point, et sur le fait que même en couple, on reste un individu avec des besoins qu'il faut respecter le plus possible, en trouvant des compromis si nécessaire. (Genre tu accompagnes ton copain à une soirée, mais vous rentrez à temps, ou vous prévoyez un temps dans la journée où chacun fait ce qu'il a envie dans son coin - que ce soit la paléontologie, la course à pied, le visionnage d'une série ou se tourner les pouces en regardant le mur.)
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Avatar du membre
Yazo
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : mercredi 20 mars 2019 à 19:02
Localisation : Cotes d'Armor

Re: Vie à deux

#12 Message par Yazo » jeudi 4 avril 2019 à 18:54

Je suis entièrement d'accord avec toi Flower.
Merci
Avril 2019 : pré-diagnostiquée autiste asperger par psy spécialisé.

Babù
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 1 avril 2019 à 15:39
Localisation : Toulouse

Re: Vie à deux

#13 Message par Babù » jeudi 4 avril 2019 à 20:44

Bonsoir.

J'ai lu le post de l'auteure de ce topic. Je souhaite également répondre.

J'ai été en couple qu'une seule fois, à un âge que la société juge "tardif". Cela n'a durée que quelques mois et malheureusement elle n'a pas voulu donner suite (bien que je lui ai donné un an pour ce décider :crazy:) (M'envoyer un MP pour plus de détail).

Cette relation a lieu 2 ans avant que le diagnostic par mon psychiatre ne soit posé.

Nous avions des centres d'intérêts différents mais c'était instructif dans l'ensemble, sauf pour un seul qui pour le coup, selon elle, tenait plus d'une forme d'obsession qu'autre chose, à force de trop en parler. De mon côté, je ne le ressentais pas comme cela.

Après on se disait tout aussi. On n'avait énormément de points en commun, et même si la vision de la vie en couple était différente, il y a certains points inclus dans ce type de vie qui étaient communs.

Nous nous sommes séparés "brutalement" selon moi et pas de la manière que j'aurais voulu.

Par la suite, je n'ai pas rencontré d'autres femmes et avec le diagnostic posé, je me demande encore plus si je suis fait pour être en couple ou pour être célibataire.
Trouble du Spectre Autistique de type Asperger diagnostiqué par mon psychiatre à 32 ans en Décembre 2018.

Avatar du membre
Yazo
Occasionnel
Messages : 12
Enregistré le : mercredi 20 mars 2019 à 19:02
Localisation : Cotes d'Armor

Re: Vie à deux

#14 Message par Yazo » dimanche 7 avril 2019 à 19:10

Oui je comprends que tu te poses cette question. J'ai deja vécu seul et il m'arrivait deja d'être fatiguée au point de passer plusieurs jours au lit. Pourtant seule donc sans diverses contraintes, c'aurait du etre simple. En fait c'était juste moins compliqué quand couple...
Avril 2019 : pré-diagnostiquée autiste asperger par psy spécialisé.

Babù
Occasionnel
Messages : 18
Enregistré le : lundi 1 avril 2019 à 15:39
Localisation : Toulouse

Re: Vie à deux

#15 Message par Babù » lundi 8 avril 2019 à 11:45

Oui je comprends que tu te poses cette question.
Je te remercie de ta compréhension. Ce n'est pas facile de savoir. En plus, cette femme a été ma première copine, elle m'a appris beaucoup de choses... et moi de même... Malgré nos points communs, la base sur laquelle s'est construite notre relation (l'intellect/intelligence) Mais nous n'étions pas destinés à être ensemble :innocent:

De ton côté, tu as trouvé la réponse?
Trouble du Spectre Autistique de type Asperger diagnostiqué par mon psychiatre à 32 ans en Décembre 2018.

Répondre