Rompre une amitié avec un autiste

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
LoonyKata
Occasionnel
Messages : 15
Enregistré le : vendredi 30 décembre 2016 à 0:30

Rompre une amitié avec un autiste

#1 Message par LoonyKata » dimanche 12 mai 2019 à 0:41

Bonjour,

Je suis une femme autiste introvertie et solitaire : je sors très peu souvent avec des amis, car cela me coûte trop cher en énergie. Il y a quelques années, j'ai rencontré une autre personne autiste dans mon club d'activité. Au début, je ne la voyais que dans le cadre de ce club. Au fil du temps, on a commencé à se faire un resto/ciné de temps en temps (une fois tous les 4-5 mois). Problème : cette personne est très extravertie et veut tout le temps faire des sorties. A chaque fois qu'on sort du resto/ciné, elle demande toujours à prolonger le moment, demande si on peut se revoir la semaine prochaine, etc. Et à chaque fois, je lui dis très clairement "Non, cela me fatigue trop. Tu sais, il ne faut pas compter sur moi pour être la pote avec qui tu vas sortir souvent, je ne fonctionne pas comme toi"... Sauf que cette personne n'a jamais intégré l'information, elle semble nourrir l'espoir qu'un beau jour je vais changer et répondre à ses sollicitations. Au début je pensais que ça allait lui passer. Mais quand je lui ai annoncé que je déménageais, elle m'a tenue la jambe (au sens figuré, je précise) et là j'ai réalisé qu'elle s'était fait des films sur notre relation, quand bien même j'ai été très claire sur mes intentions. Pour elle, on a une relation très forte et ça va forcément se concrétiser. Elle m'intègre dans ses projets artistiques, elle me propose souvent de lui confier mes problèmes, essaye de m'aider sur des trucs : je lui dis "Non, j'ai des personnes plus proches de moi pour s'occuper de moi", mais rien n'y fait, elle continue d'essayer d'approfondir nos liens de force. Elle a pourtant d'autres potes, qui eux aiment sortir ! La voir est devenu pénible, car j'ai l'impression qu'elle ne va jamais être capable de renoncer à pénétrer dans mon espace vital. Je ne me sens pas respectée dans mon fonctionnement. Cette relation ne m'apporte plus rien de positif, je ne fais que toujours répéter les mêmes choses qui ne sont jamais prises en compte : elle est autiste, ok, mais moi aussi, et dans une relation saine les efforts viennent des deux côtés.

Une amie autiste m'a dit que c'était possible que cette personne m'ait prise comme un intérêt spécifique (ce qui explique qu'elle se fiche de mes explications, parce qu'elle considère que je suis à sa disposition). Sachant que ses meltdowns sont très violents (elle ne contrôle pas du tout sa colère, elle est capable d'agresser physiquement les gens si elle se sent blessée), j'ai très peur de lui dire en face que je ne veux plus la revoir. Et aussi, même si elle sera forcément blessée, je veux essayer de la blesser le moins possible, parce qu'après tout elle n'a aucune méchanceté, on est juste pas compatibles.

Auriez-vous des conseils pour gérer ce genre de situation ?

Merci
Septembre 2015 : diagnostic de haut potentiel intellectuel.
Mai 2018 : Diagnostic de TSA du type syndrome d'Asperger en clinique libérale.

Avatar du membre
hazufel
Modérateur
Messages : 2760
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Rompre une amitié avec un autiste

#2 Message par hazufel » dimanche 12 mai 2019 à 8:41

Tu peux peut-être écrire ton ressenti par rapport à cette relation et lui envoyer.
Dire que ça t’ennuie si ça te blesse mais que tu n’aimes pas ce que devient votre relation.
Ce n’est pas parce qu’on est autistes qu’on s’entend, les fonctionnements sont différents d’un autiste à l’autre.
Diagnostiquée TSA Asperger.
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA de type Asperger.

Avatar du membre
LoonyKata
Occasionnel
Messages : 15
Enregistré le : vendredi 30 décembre 2016 à 0:30

Re: Rompre une amitié avec un autiste

#3 Message par LoonyKata » dimanche 12 mai 2019 à 13:00

Je devrais peut-être le faire par écrit, en effet... En face à face, trop de risque que ça se passe mal. Je ne voudrais pas que cette personne fasse un gros meltdown en public et qu'éventuellement ça lui attire des ennuis, où qu'elle le fasse chez moi et que mes meubles ou mes animaux le subissent... Au moins si elle est chez elle, elle a son environnement familier qui l'aidera à gérer. Merci du conseil ! C'est vrai que c'est pas parce qu'on est deux autistes qu'on peut forcément devenir proches.
Septembre 2015 : diagnostic de haut potentiel intellectuel.
Mai 2018 : Diagnostic de TSA du type syndrome d'Asperger en clinique libérale.

Répondre