Inclusion scolaire / Loi de la confiance

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Ogam
Fidèle
Messages : 150
Enregistré le : lundi 11 mars 2019 à 11:15

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#31 Message par Ogam » lundi 7 octobre 2019 à 23:48

par hazufel » lundi 7 octobre 2019 à 22:49
Ogam, je sais tout ce que tu cites et j’admire le courage exemplaire d’enseignants comme toi.
Je lis des exemples un peu partout et en suis consternée chaque jour.
Je suis révoltée qu’on vous laisse vous éreinter jusqu’à un point de non retour qui n’est plus tolérable.

Je ne me bats pas contre l’école mais contre ceux qui la dirigent mais ne connaissent absolument rien du quotidien des enseignants, des élèves et du personnel des écoles.

Courage.
Merci hazufel,
je ne me sens pas exemplaire.
Si je souhaitais faire ce métier et devenir enseignant, c'était de permettre aux enfants que j'avais en charge, de ne pas se retrouver sur le carreau par la machinerie éducative comme cela a failli être le cas pour moi dans les années 90 (car non-verbal jusqu'à l'âge de six ans alors que j'ai appris tout seul à lire, écrire et compter avant l'âge de 6 ans), on voulait m'envoyer en SEGPA dès l'âge de 5 ans et m'orienter ainsi dans une voie de garage. J'ai pu éviter cette voie de garage qui aurait eu des répercussions énormes sur mon avenir, sur mes études. Je voulais montrer que ce manque de confiance dans la réussite scolaire d'un enfant différent était pour le système éducatif français, un aveux d'échec.

L'expérience, la hargne de se battre pour s'en sortir et de sortir des sentiers qu'on veut préalablement te tracer (et qui m'aurait empêcher d'obtenir 3 masters en 5 ans). Je voulais aussi transmettre d'autres valeurs comme la curiosité culturelle et scientifique, le respect de l'autre et donner confiance aux élèves en difficulté pour qu'ils puissent réussir.

Cependant, l'environnement et les conditions de travail ainsi que : la trahison de collègues auprès de l'inspecteur de l'Education Nationale, le harcèlement moral de ce même inspecteur de l'Education Nationale ainsi que des formateurs de l'ESPE devenu aujourd'hui INSPE, l'individualisme des binômes avec qui tu cogères la classe et surtout la nécessité quand tu es stagiaire de penser à ta situation personnelle avec l'obtention de la titularisation au détriment de la réussite des élèves ... .

Tout cela a failli me coûter cher mais aujourd'hui, j'ai une reconnaissance RQTH et la reconnaissance de la nécessité d'une réorientation professionnelle (grâce à la MDPH) au sein de l'Education Nationale (dans un bureau) ou ailleurs
Diagnostic TSA + HPI (obtenu à l'âge de 34 ans) posé en septembre 2020 par un chef de service en psychiatrie.

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 4451
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#32 Message par hazufel » mardi 8 octobre 2019 à 8:11

Je comprends combien ton combat a été valeureux mais aussi destructeur.
Mais tu as aidé des élèves. C’est à cela qu’il faut penser.
J’ai plusieurs enseignants de tous niveaux dans mon entourage. Ceux qui ont vécu / vivent l’enseignement comme toi sont en souffrance, désespérément :? Les autres sont davantage sociables / animés pas des motivations plus carriéristes qu’éducatives.
J’espère comme toi que ça peut changer, mais j’ai de moins en moins confiance dans la République aujourd’hui qui n’a plus de sens pour ceux qui gouvernent...
TSA et SAMA (Syndrome Activation Mastocytaire)
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Arcane
Passionné
Messages : 410
Enregistré le : jeudi 13 juin 2019 à 19:33

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#33 Message par Arcane » mardi 8 octobre 2019 à 8:37

hazufel a écrit :
lundi 7 octobre 2019 à 22:49
Ogam, je sais tout ce que tu cites et j’admire le courage exemplaire d’enseignants comme toi.
Je lis des exemples un peu partout et en suis consternée chaque jour.
Je suis révoltée qu’on vous laisse vous éreinter jusqu’à un point de non retour qui n’est plus tolérable.

Je ne me bats pas contre l’école mais contre ceux qui la dirigent mais ne connaissent absolument rien du quotidien des enseignants, des élèves et du personnel des écoles.

Courage.

Sans rentrer dans un débat politique..
J'aurais tendance à dire que ton commentaire est valable pour tous nos dirigeants...



Merci Ogam d'avoir mis des mots sur ce que je peux également vivre au sein de l'EN...
TSA
HPI

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 4451
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#34 Message par hazufel » mardi 8 octobre 2019 à 8:42

Arcane a écrit :
mardi 8 octobre 2019 à 8:37
Sans rentrer dans un débat politique..
J'aurais tendance à dire que ton commentaire est valable pour tous nos dirigeants...
Bien sûr, je suis d’accord.
Il n’y a qu’à voir les conditions de travail dans les hôpitaux, les autres institutions et la plupart des grandes entreprises... :?
TSA et SAMA (Syndrome Activation Mastocytaire)
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Arcane
Passionné
Messages : 410
Enregistré le : jeudi 13 juin 2019 à 19:33

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#35 Message par Arcane » mardi 8 octobre 2019 à 8:44

Oui...

Ca y est, ça me déprime :(
TSA
HPI

Ogam
Fidèle
Messages : 150
Enregistré le : lundi 11 mars 2019 à 11:15

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#36 Message par Ogam » mardi 8 octobre 2019 à 10:20

Bonjour et merci hazufel et Arcane pour vos messages car ça me touche beaucoup.
Je suis content que mes messages vous aient intéressé(e)s. J'espère aussi, pour les personnes qui ont une vision plus ou moins succincte du monde éducatif et du professorat en France,que mes messages puissent permettre ainsi d'obtenir les billes pour mieux comprendre l'état actuel du système éducatif français et de l'inclusion au sein de l'école.
Diagnostic TSA + HPI (obtenu à l'âge de 34 ans) posé en septembre 2020 par un chef de service en psychiatrie.

Avatar du membre
hazufel
Forcené
Messages : 4451
Enregistré le : vendredi 17 mars 2017 à 15:06

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#37 Message par hazufel » dimanche 1 mars 2020 à 18:11

Une étude française sur l’inclusion scolaire :
comprendre l’autisme - inclusion
TSA et SAMA (Syndrome Activation Mastocytaire)
3 fils dont des jumeaux diagnostiqués TSA, dyspraxiques, dysgraphiques, dysexécutifs.

Ogam
Fidèle
Messages : 150
Enregistré le : lundi 11 mars 2019 à 11:15

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#38 Message par Ogam » samedi 7 novembre 2020 à 23:41

Dans les Côtes d'Armor, un article est passé dans le télégramme d'hier ( Des élèves en manque d'accompagnants scolaires ) pour présenter deux exemples d'enfants autistes se retrouvant sans AESH à la rentrée de Septembre (lors de l'affichage de la page, pensez à cliquer sur la croix dans la barre d'adresse du navigateur pour stopper le chargement de la page et lire ainsi, la totalité de l'article) :
  • Théo, jeune enfant autiste de 10 ans dont l'AESH est en arrêt-maladie depuis Septembre pour une opération chirurgicale en Novembre. Cette assistante de vie scolaire n'est pas remplacée par l'inspection académique.
  • Rowan, jeune autiste de 12 ans, est rentré en 5ème sans AESH alors qu'il est poly-dys (dysorthographique, dyspraxique et dyslexique).
Le point commun entre ces deux enfants serait l'absence de moyens financiers de l'Inspection Académique pour permettre à ces deux enfants d'avoir une AESH. On retrouve clairement dans ces exemples, les moyens que met le ministre (et le ministère) de l'Education Nationale pour permettre la meilleure inclusion possible des élèves en situation de handicap au sein de l'Ecole de la République.
Modifié en dernier par Ogam le vendredi 13 novembre 2020 à 1:08, modifié 1 fois.
Diagnostic TSA + HPI (obtenu à l'âge de 34 ans) posé en septembre 2020 par un chef de service en psychiatrie.

Antigone
Adepte
Messages : 258
Enregistré le : samedi 26 octobre 2019 à 10:04

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#39 Message par Antigone » dimanche 8 novembre 2020 à 8:59

En tant qu'enseignante, je ne suis malheureusement pas surprise.
Les raisons sont aussi qu('il n'y a pas assez d'AVS/AESH car c'est un métier mal payé, avec quasiment aucune possibilité de temps plein et aucune considération de la part de l'éducation nationale. Du coup, au problème du manque d'AESH s'ajoute le problème d'AESH mal formés, et finalement parfois qui ne sont d'aucune utilité.
En plus de cela, il est impossible pour un enfant d'avoir une AESH 24h (bah on sait tous que le handicap est mis en pause 12h par semaine, et pile sur les horaires imposés par l'éducation nationale). Pour certains élèves, c'est une bonne chose ça facilite leur intégration et ça leur permet d'avoir une pause. ..mais j'ai un élève qui a (ENFIN au bout de 2 mois) sont AESH 12h00 par semaine. Ca lui fait du bien, et moi aussi. Sauf que lorsqu'elle n'est pas là il refuse de travailler, il ne comprend pas et il est encore plus infernal que d'habitude.
Après les AESH c'est presque la partie émergée de l'iceberg : beaucoup d'enfants devraient avoir une AESH et n'en ont pas, mais il y a aussi des élèves (comme le mien) qui ont une AESH mais dont on sait qu'elle ne fera pas de miracle. Ils n'ont pas leur place dans le système "classique" ils ont besoin de classes adaptées, avec des effectifs minimum et des enseignants formés. Mais ça c'est encore plus cher que de payer à la louche des AESH donc on n'est pas prêt de les voir. Pourtant ça libérerait des AESH pour des enfants à qui elles permettraient vraiment une inclusion...

En tout cas, moi en tant qu'enseignante, je n'ai pas le droit de le dire aux parents mais si vous en connaissez, vous en faites partie, il ne faut pas hésiter à leur dire de faire des courriers à l'inspection en leur rappelant que l'inclusion scolaire est devenu un droit. Donc si ce droit n'est pas respecté il faut porter plainte . A mon avis, il n'y a que si les mises en demeure se multiplient que les choses évolueront...
https://toupi.fr/rentree-2019-que-faire ... -son-aesh/

Bon courage aux enfants qui attendent toujours, à leurs parents et leurs enseignants...
Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Vous dites que cest si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre." Anhouil

TSA depuis octobre 2019 - QI hétérogène

Cardamome
Forcené
Messages : 1081
Enregistré le : samedi 4 février 2017 à 20:07

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#40 Message par Cardamome » dimanche 8 novembre 2020 à 10:23

Antigone a écrit :
dimanche 8 novembre 2020 à 8:59
En plus de cela, il est impossible pour un enfant d'avoir une AESH 24h (bah on sait tous que le handicap est mis en pause 12h par semaine, et pile sur les horaires imposés par l'éducation nationale).
C'est un constat... Mais est ce juste une conséquence de décisions prises "localement" (ça semble plutôt assez répandu malheureusement) par certaines MDPH ou y a t'il un texte de loi ?
Parce que j'ai l'impression que parfois des habitudes font force de loi alors que la loi permet autre chose... C'est navrant pour l'élève et pour l'enseignant...
Tout comme on entend souvent dire que pour le collège ce sera 10h (12 ... Enfin un chiffre inférieur aux besoins réels)/semaine d'AESH.
Voire il n'y a plus d'argent donc malgré une notification, pas d'AESH.
C'est triste.
maman d'un ado diagnostiqué avec TSA.

"Caminante, no hay camino, se hace camino al andar."
Antonio Machado

Antigone
Adepte
Messages : 258
Enregistré le : samedi 26 octobre 2019 à 10:04

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#41 Message par Antigone » dimanche 8 novembre 2020 à 11:06

Cardamone a écrit :Mais est ce juste une conséquence de décisions prises "localement" (ça semble plutôt assez répandu malheureusement) par certaines MDPH ou y a t'il un texte de loi ?
A ma connaissance il n'y a aucune loi qui définisse un maximum d'heures d'AVS. Il existe des élèves ayant une AVS 24h, mais c'est souvent un handicap physique qui nécessite une personne pour tout déplacement ou des élèves demandant des soins médicaux (et encore j'ai un collègue enseignant qui a eu une élève dont il devait changer la poche à urine 2 fois par jour, et zéro AVS). Là, il est impossible de "négocier". Pour les autres types de handicap, la réponse est que avoir une AVS 24h empêche "l'inclusion" en stigmatisant l'élève, et que l'enseignant doit aussi adapter son travail à l'élève...
Le plus hallucinant (et ça colle bien avec nos actuelles missions de baby sitter) c'est que les adaptations d'emploi du temps sont par contre interdites. Par exemple, en maternelle on pourrait imaginer que si l'enfant n'a l'AVS que douze heures semaine, il ne vienne pas certains après-midi (l’après-midi en maternelle c'est très light le programme jusqu'à la GS). Mais ça c'est permis sur le papier... par contre dans la réalité c'est quasiment toujours refusé. Pourquoi ? on sait très bien que c'est pour que papa maman puissent aller travailler et non pas pour "aider" l'élève. (mon élève par exemple est hyper fatigable, la journée et la semaine de 4,5 jours c'est beaucoup trop long pour lui. Mais ça l'IEN s'en moque).
Cardamone a écrit :Voire il n'y a plus d'argent donc malgré une notification, pas d'AESH.
C'est triste.
De l'argent il y en a quand il s'agit d'organiser des JO, de surpayer certains ou de les exonérer d'impôts. par contre ils ne veulent pas le "mettre" dans l'éducation, et encore moins dans l'éducation "inclusive". Et ce n'est pas triste de refuser une AVS lorsqu'il y a une notification, c'est illégal. C'est pour ça qu'il faut faire valoir ses droits. Même si je comprends que les parents de ses enfants ont déjà beaucoup de choses à régler, et pas forcément le temps ou les capacités (c'est très complexe toutes ses démarches). ..
Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Vous dites que cest si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre." Anhouil

TSA depuis octobre 2019 - QI hétérogène

Ogam
Fidèle
Messages : 150
Enregistré le : lundi 11 mars 2019 à 11:15

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#42 Message par Ogam » dimanche 8 novembre 2020 à 12:36

par Antigone » dimanche 8 novembre 2020 à 8:59
Après les AESH c'est presque la partie émergée de l'iceberg : beaucoup d'enfants devraient avoir une AESH et n'en ont pas, mais il y a aussi des élèves (comme le mien) qui ont une AESH mais dont on sait qu'elle ne fera pas de miracle. Ils n'ont pas leur place dans le système "classique" ils ont besoin de classes adaptées, avec des effectifs minimum et des enseignants formés. Mais ça c'est encore plus cher que de payer à la louche des AESH donc on n'est pas prêt de les voir. Pourtant ça libérerait des AESH pour des enfants à qui elles permettraient vraiment une inclusion...
Je suis d'accord avec toi Antigone, pour avoir une école inclusive digne de ce nom, il faut avoir des structures adaptées dans sa globalité et cela demande des moyens, beaucoup de moyens (financiers, humains, matériels ...). On entend toujours le grand exemple de l'Italie qui a vraiment une école inclusive digne de ce nom sachant que cette politique inclusive a commencé à être développée depuis les années 70, alors que la loi "pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées" en France, n'a été promulguée qu'en 2005.

Je repense à ce que tu dis sur les enfants pour lesquels la classe ordinaire n'est pas adaptée (avoir des classes adaptées, des effectifs minimum et des enseignants formés). Mais cela ne devrait-il pas être déjà le cas pour les classes ordinaires ? Comment veut-on faire de l'inclusion digne de ce nom dans des classes à 25, 28 ou 30 élèves avec des élèves qui peuvent avoir des handicaps (moteur et/ou psychologique) extrêmement lourds avec l'enseignant qui se retrouve seul(e) à les gérer (car pas d'AESH ou de places libres en IME ou ULIS). C'est une torture pour les enfants handicapés eux-mêmes, pour les autres élèves de la classe qui en payent les pots cassés et pour l'enseignant(e) (expérimenté(e) ou non) qui doit essayer de faire avancer sa barque avec des branches (car on ne lui a pas donné(e) les moyens d'avoir des pagaies dignes de ce nom).
Diagnostic TSA + HPI (obtenu à l'âge de 34 ans) posé en septembre 2020 par un chef de service en psychiatrie.

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 481
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#43 Message par Controleur » jeudi 12 novembre 2020 à 13:37

Ogam a écrit :
dimanche 8 novembre 2020 à 12:36
par Antigone » dimanche 8 novembre 2020 à 8:59
Après les AESH c'est presque la partie émergée de l'iceberg : beaucoup d'enfants devraient avoir une AESH et n'en ont pas, mais il y a aussi des élèves (comme le mien) qui ont une AESH mais dont on sait qu'elle ne fera pas de miracle. Ils n'ont pas leur place dans le système "classique" ils ont besoin de classes adaptées, avec des effectifs minimum et des enseignants formés. Mais ça c'est encore plus cher que de payer à la louche des AESH donc on n'est pas prêt de les voir. Pourtant ça libérerait des AESH pour des enfants à qui elles permettraient vraiment une inclusion...
Je suis d'accord avec toi Antigone, pour avoir une école inclusive digne de ce nom, il faut avoir des structures adaptées dans sa globalité et cela demande des moyens, beaucoup de moyens (financiers, humains, matériels ...). On entend toujours le grand exemple de l'Italie qui a vraiment une école inclusive digne de ce nom sachant que cette politique inclusive a commencé à être développée depuis les années 70, alors que la loi "pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées" en France, n'a été promulguée qu'en 2005.

Je repense à ce que tu dis sur les enfants pour lesquels la classe ordinaire n'est pas adaptée (avoir des classes adaptées, des effectifs minimum et des enseignants formés). Mais cela ne devrait-il pas être déjà le cas pour les classes ordinaires ? Comment veut-on faire de l'inclusion digne de ce nom dans des classes à 25, 28 ou 30 élèves avec des élèves qui peuvent avoir des handicaps (moteur et/ou psychologique) extrêmement lourds avec l'enseignant qui se retrouve seul(e) à les gérer (car pas d'AESH ou de places libres en IME ou ULIS). C'est une torture pour les enfants handicapés eux-mêmes, pour les autres élèves de la classe qui en payent les pots cassés et pour l'enseignant(e) (expérimenté(e) ou non) qui doit essayer de faire avancer sa barque avec des branches (car on ne lui a pas donné(e) les moyens d'avoir des pagaies dignes de ce nom).
Pas d'inclusion possible dans des classes surchargés ou alors une intégration à marche forcé comme au bon vieux temps des années 1990-2000 avec tout les risques de mise à l'écart et de révoltes possibles ( moi et ma soeur nous avons été des précursseurs dans cette guerre justement, on a pas attendu la promulgation de la loi contre le terrorisme...). Et la suppression de l'école à domicile va forcer les parents désireux de liberté pédagogique à s'exiler hors de france (tient tient un certain louis xiv a chassé les huguenots protestants ce qui a appauvrit le royaume de france...) et les écoles libres vont pulluler en étant toujours plus inaccessibles aux moins dotés financièrement et culturellement...

On voudrait asservir le petit peuple de france à une oligarchisation à marche forcée on ne s'y prendrait pas autrement.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Antigone
Adepte
Messages : 258
Enregistré le : samedi 26 octobre 2019 à 10:04

Re: Inclusion scolaire / Loi de la confiance

#44 Message par Antigone » jeudi 12 novembre 2020 à 14:46

Contrôleur a écrit :Et la suppression de l'école à domicile va forcer les parents désireux de liberté pédagogique à s'exiler hors de france
Alors ça ça m'étonnerait beaucoup. Souvent au moins un des parents sur deux a un emploi et ne peut pas le quitter comme ça. Donc à moins d'habiter à une frontière, je doute qu'on assiste à un exil des parents en quête de liberté pédagogique...Ils iront vers d'autres structures tout simplement, si ils veulent vraiment éviter l'Education nationale. De plus, en cas de handicap, l'IEF est toujours possible. Ce sont souvent les enfants en souffrance à l'école qui sont en IEF, ceux là auront des certificats médicaux et ils pourront poursuivre leur scolarité.
Controleur a écrit : les écoles libres vont pulluler en étant toujours plus inaccessibles aux moins dotés financièrement et culturellement...
Le risque est en effet important. Je n'ai rien contre l'ouverture d'école hors contrat, mais il faut absolument que l'Etat encadre un minimum leur fonctionnement pour éviter les dérives (sinon on aura les mêmes risques que ceux soit disant entraîné par les IEF) .. Cela dit, on en revient à la discussion plus haut : si l'état arrêtait de vouloir couper le budget de l'éducation nationale, qu'on avait suffisamment de structures qu'on puisse adapter aux besoins de chacun, ces problèmes n'existeraient pas.
Je veux savoir comment je m'y prendrais, moi aussi, pour être heureuse. Vous dites que cest si beau, la vie. Je veux savoir comment je m'y prendrai pour vivre." Anhouil

TSA depuis octobre 2019 - QI hétérogène

Répondre