Infantilisation

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26511
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Infantilisation

#16 Message par freeshost » mercredi 24 juillet 2019 à 9:50

Ouais, même les personnes spectro-allistes devraient faire l'expérience de vivre seules. Quand tu vis seul, ça ne tient qu'à toi. Faire le ménage, cuisiner, etc.

Chaque personne peut faire ses propres listes de savoirs-faires, puis cocher les bonnes colonnes (chus capable de le faire et je n'oublie pas de le faire ; chus capable de le faire et j'oublie régulièrement de le faire ; chus moyennement capable de le faire ; chus pas capable pantoute [du tout] de le faire).

Puis se faire un calendrier - au rythme à chaque jour suffit sa peine - d'apprentissages et chercher des personnes adéquates et des ressources didactiques pour l'aider à acquérir ces savoirs-faires.

Dans l'idéal, guider soi-même ses apprentissages, être soi-même le moteur de sa motivation, vouloir acquérir à court puis long terme ces savoirs-faires.

C'est plus facile si on se connaît soi-même, par exemple si on connaît le spectre autistique, si on connaît ses difficultés de communication, ses particularités sensorielles, etc.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

camille-madeleine
Fidèle
Messages : 154
Enregistré le : mardi 2 janvier 2018 à 13:48
Localisation : Herault 34

Re: Infantilisation

#17 Message par camille-madeleine » mercredi 24 juillet 2019 à 11:32

J'aime bien ton idée de listes mais le passage compliqué c'est la mise en pratique du calendrier. Je n'arrive déjà pas à ouvrir mes mails et encore moins à y répondre.
La canicule a bon dos ! :D
Adulte (68 ans) suspectée Aspie, non diagnostiquée

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26511
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Infantilisation

#18 Message par freeshost » mercredi 24 juillet 2019 à 12:11

Ja, après, ya toute l'organisation. Celle-ci peut aussi s'apprendre. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
cléa
Passionné
Messages : 417
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Re: Infantilisation

#19 Message par cléa » mercredi 24 juillet 2019 à 13:56

Bonjour Freeshost.Bonjour a tous.De même je pense qu'il est toujours possible d'améliorer ses compétences en organisation.

Avoir un tableau magnétique ou des post it sur une porte permet d'avoir son programme de la semaine sous les yeux.

( j'ai tendance à oublier dans mes tiroirs tout ce que je ne vois pas et n'ai aucune notion du temps, j'imagine que beaucoup ont aussi ce souci )

Faire un programme avec les tâches de chaque jour et surligner celles qui sont urgentes et inhabituelles par exemple.

Cela libère un peu l'esprit au lieu d'oublier ou de penser inutilement a ce qu'il est necessaire de faire.

Avec plutôt une échéance qu'un instant "pile" vu que couper l'activité en cours peut-être compliqué ou stressant.

Depuis que j'ai ce programme sur ma porte ou le bloc notes de mon téléphone, j'ai moins de peine à m'organiser.

Comme l'autisme donne des difficultés a gérer des tâches que es neuro typiques effectuent souvent simultanément, rapidement et sans efforts, il peut-être nécessaire d'épurer son logement de choses superflues et opter pour des meubles plus fonctionnels.

Il est possible d'avoir besoin de davantage de rangements que la plupart des gens pour ne pas être débordé.

Je dois apprendre des méthodes de rangement qui sont semble-t-il naturelles aux neuro typiques.

Y a-t-il des gens qui comme moi peinent à ranger les objets obstacles de leur logement, pénible de devoir interchanger la place d'un matériel ou qui ne peuvent effectuer leur travail que dans un espace dédié ou chaque chose a sa place ? :mryellow:

Faire un tri éclaire son logement c'est vraiment une liberté lorsque on est oppressé par un décor ou un surplus envahissant qui nous surcharge.

La moitié des objets m'encombrant étaient des dons ou des cadeaux. Il peut-être nécessaire d'expliquer quand on a besoin de vivre dans un cadre minimaliste.

Je pense que l'orsque on est vraiment débordé ou rebuté par certaines tâches, les confier à un autre peut vraiment être une "respiration". Il ne faut pas se sentir empêtré dans son quotidien.

Mais évidemment, il faut pour cela ne pas ressentir le service comme une intrusion dans son univers et aussi en avoir les moyens financiers.
Parent d'enfant diagnostiqué TED.
Aspie

Avatar du membre
cléa
Passionné
Messages : 417
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Re: Infantilisation

#20 Message par cléa » mercredi 24 juillet 2019 à 15:21

En revenant sur ce sujet, j'ai remonté le temps.

Me concernant, j'étais peu autonome bien qu'étant moralement indépendante.
Mes frères et soeur neuro typiques étaient très tôt débrouillards et soutenus par nos parents dans cette évolution. Dès l'adolescence, capables de se charger des contraintes du quotidien.

L'un m'a un jour fait la remarque que notre mère m'avait comme "couvée" et était convaincu que je devais cela a ma place de benjamine.

(sans diagnostic ni suspicion d'autisme ou autre particularité a l'époque)

Mais :

Je pense qu'une grande part de l'autonomie de l'enfant se forge à partir de son naturel mimétique par lequel il acquiert les gestes pratiques et sociaux nécessaires à se prendre en charge.

Mais aussi sa volonté de suivre des modèles et de surpasser ses pairs.

Les motivations des autistes sont souvent bien différentes.

Comme les interactions sociales forment la base des motivations neuro typique, il est possible que le comportement des enfants impacte sur le comportement de leurs parents.
Je pense que la qualité de cette interaction influe sur leur réponse éducative ( Même si on attendrait d'un parent qu'il y veille sans conditions ) cela se ferait inconsciemment. Il y aurait une sorte de synergie dynamique qui se joue entre neuro typiques, aidant à la l'émancipation des jeunes.

Il est aussi certain que les parents face à " l'étrangeté " de leur enfant craigne pour sa sécurité physique matérielle ou morale.
( parfois avec raison / parfois par méconnaissance de ce qu'il est )

Ou qu'ils soient tout simplement habitués à servir un enfant qui n'a jamais montré sa volonté de se prendre en charge!

Aussi, il y a bien des cas ou un enfant blâmé pour sa fainéantise ou sa désorganisation ( involontaire ) ne sait plus agir et que ce blocage persiste à l'âge adulte.

Concernant la réciprocité des interactions parents/enfants :
Ceci est juste une supposition mais elle se base sur ce que j'ai vécu et vis encore aujourd'hui :

J'ai pu constater que mon comportement conditionne celui des neuro typiques dont j'ai partagé le toit. Notamment celui de mon ex.

L'expression ou plutôt inexpression faciale.
Le fait de ne pas partager un film.
Celui d'être plongée dans une collecte d'informations diverses (considéré comme de l'inaction ou une fermeture face au monde)
Le peu d'activités domestiques. (perçu comme de la staticité et de la négligence)
Les soirées allongées dans la méridienne.
Le fait de ne pas avoir de relations et vie sociale enjouée et mobile.
Être ravie de visiter un petit village et revenir épuisée de la grande ville qui stimule tant l'autre.
Les intérêts incompris et perçus comme temps perdu.
Le temps casanier (qui déprime les autres qui le perçoivent comme un synonyme de cloître )
Le peu de temps accordé au soin de soi.
Ou encore de ne pas avoir de but déterminé et tout simplement une vision du monde singulière..

Etc... Cela a un impact évident sur les relations amicales comme sentimentales, interactions avec un monde neuro typique. Surtout ceux avec lesquels nous cohabitons. ( Et réciproquement bien-sûr )

C'est ce qui me laisse penser que c'est également le cas dans les liens parents/enfants.
Parent d'enfant diagnostiqué TED.
Aspie

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26511
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Infantilisation

#21 Message par freeshost » mercredi 24 juillet 2019 à 15:37

cléa a écrit :
mercredi 24 juillet 2019 à 13:56
Avoir un tableau magnétique ou des post it sur une porte permet d'avoir son programme de la semaine sous les yeux.
J'en ai un. Pour plus de détails, voir la discussion Comment gérez-vous votre temps.

Mais quelle que soit la méthode, une des difficultés est de s'y tenir, d'y rester attentif, de garder le contrôle, de ne pas se laisser aller tel un chien de Pavlov simplement ballotté par les stimulus.

Les hypersensorialités, dont j'ai la chance d'être relativement épargné, n'aident pas à garder ce contrôle de soi et de sa pensée.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

AlexKain
Fidèle
Messages : 186
Enregistré le : mardi 7 mai 2019 à 16:40

Re: Infantilisation

#22 Message par AlexKain » mercredi 24 juillet 2019 à 23:28

Cardamome a écrit :
mardi 23 juillet 2019 à 21:12
AlexKain a écrit :
mardi 23 juillet 2019 à 19:10
C'est exactement ce que je fais, à 33 ans...
Tu sens que ça te pèse parfois...
Mais tu ne te sens pas prêt à assumer ce que ton entourage t'aide à faire, je suppose sinon tu le ferais ?
Ou peut être que ta famille te "coupe" tous moyens de tenter de faire les choses par toi même. Il peut y avoir de ça aussi.
Et c'est difficile, j'imagine, de leur faire comprendre que tu as besoin d'eux, mais que ça te pèse qu'ils t'infantilisent...
Il faudrait que tu puisses leur dire sans qu'ils ne s'offusquent...
Il faut trouver un compromis pour toi et les tiens.

C'est pour ça que j'écrivais qu'en tant que maman, je me demande très souvent pour mon fils, surtout que je suis plutôt du style à ne pas le couver mais qu'en même temps l'entourage ne comprend pas certaines de mes décisions et me reproche de trop le couver.
Des fois, ça me pèse, mais la plupart du temps non.
Car oui, j'aime cette situation, en tout cas pour le moment. Mais je me dis que ça risque de continuer tant que rien ne forcera à changer.
Après oui, ma mère m'aide certainement trop également, donc ça joue sur ce que j'ai à faire ou ce que je peux faire.
Mais elle le fait aussi pour mes 2 soeurs quand elles sont à la maison. Mêmes elles en rigolent des fois, sur des trucs tout basique où ma mère va le faire immédiatement. Donc en fait, on a pas le temps de se décider à le faire que ce sera déjà fait. Donc moi, bah ça me va. Mais je doute que ma mère modifie son comportement.
Et puis si je lui dis, c'est un peu comme l'histoire de frapper à la porte de la chambre dont on parlait dans un autre sujet, elle consentira à changer 3 ou 4 jours (donc frappera à la porte ou me laissera faire telle ou telle chose, même si c'est à mon rythme et au moment que j'aurais choisi), et ensuite bah elle fera à nouveau comme avant...

Ma soeur me dit toujours de fermer ma porte à clé par exemple, ça montrerait clairement que je ne veux pas qu'elle entre n'importe comment. Mais ça me met mal à l'aise de le faire, j'aime pas ce qu'elle peut s'imaginer que je fais la porte fermée, ça me forcerait à me lever pour lui ouvrir quand elle veut venir me voir, etc... donc je la ferme jamais à clé.
TSA/syndrome d'Asperger + trouble anxieux (diagnostiqué par psychiatre en juin 2019)

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26511
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Infantilisation

#23 Message par freeshost » mercredi 24 juillet 2019 à 23:40

Moi, j'veux pas être dérangé donc j'vis seul.

En cohabitation, c'est difficile. :naugty:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
Elinounette
Fidèle
Messages : 115
Enregistré le : dimanche 14 avril 2019 à 11:41

Re: Infantilisation

#24 Message par Elinounette » jeudi 25 juillet 2019 à 8:11

J'ai été couvée et infantilisée longtemps par ma mère. J'ai emménagé dans mon chez moi à 30 ans en ne sachant pas du tout comment s'occuper d'un chez soi. Ma mère faisait tout à la maison. Elle râlait que personne ne l'aidait mais elle faisait tout sans jamais rien demander. J'avais donc beaucoup de mal à savoir ce qu'elle voulait que je fasse.
Et le fait qu'on ne s'entendait pas du tout à l'époque ne me motivait pas non plus à l'aider parce que j'évitais tout contact avec elle en restant le plus possible dans ma chambre. Elle me faisait toujours des remarques désobligeantes. Une fois, j'ai voulu faire cuire un truc seule, j'avais 20 ans passé et je n'arrivais pas à faire bouillir mon eau sur la cuisinière. J'avais utilisé le plaque électrique au lieu de celle à gaz. Elle m'a pris le truc des mains en disant "quand on ne sait pas faire, on ne fait pas". J'ai trouvé ça vraiment con parce que, pour moi, c'est en essayant qu'on apprend.
Avec le recul, je pense qu'elle faisait tout à la place des autres, d'une part parce que c'est comme ça qu'elle avait été éduquée (elle ne sait pas remettre en question son éducation, ce qui explique qu'elle était violente avec moi comme sa mère l'a été avec elle), et d'autre part pour se sentir utile.

En tout cas, le fait de rentrer dans ma chambre sa frapper, de m'obliger à partir en vacances avec elle jusqu'à mes 25 ans alors que je détestais ça, m'a "forcé" à me bouger pour ne pas rester dans le confort et avoir mon propre chez moi.
Maintenant, c'est un peu l'inverse. C'est moi qui est tendance à l'infantiliser parce que je me rends compte qu'elle est souvent illogique dans sa façon de penser et de faire les choses.
Pré-diag TSA par ma psychiatre le 09/05/19
Hypersensorielle, troubles anxieux, phobie sociale, défaut d'affirmation de soi
Entretien pré-tests à la Salpêtrière le 10/10/19
-----------------------------------
Ghost plus vite que son ombre

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 26511
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: Infantilisation

#25 Message par freeshost » jeudi 25 juillet 2019 à 8:32

Personne n'est parfait.

Personne n'est omniscient.

Personne n'est omnipotent.

:mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

AlexKain
Fidèle
Messages : 186
Enregistré le : mardi 7 mai 2019 à 16:40

Re: Infantilisation

#26 Message par AlexKain » vendredi 26 juillet 2019 à 18:48

Elinounette a écrit :
jeudi 25 juillet 2019 à 8:11
Ma mère faisait tout à la maison. Elle râlait que personne ne l'aidait mais elle faisait tout sans jamais rien demander. J'avais donc beaucoup de mal à savoir ce qu'elle voulait que je fasse.
C'est exactement ce qui se passe chez moi.
Même quand mes soeurs étaient encore là, c'était déjà comme ça, et ça avait le don de les énerver car elles avaient rien le temps de faire vraiment que notre mère avait déjà fait les choses. Donc elles se plaignaient que ma mère râle de ne pas être aidé vu qu'elles ne pouvaient pas vraiment (ou rarement) le faire, ce qui offrait de sacrés discussions...
Moi si on me demande pas quelque chose, je ne le fais pas, surtout si je considère qu'il n'y a pas besoin de faire cette chose. (que je considère propre, normal, intact, etc) Après, elle même ne fait pas grand chose en vérité et a un peu le même comportement que moi. C'est surtout la petite soeur, hyper active et qui semble aimer faire des dizaines de reproches, qui n'arrête pas de le dire lors de ses nombreuses visites. "faut faire ça, faut faire ci, c'est sale, tu pourrais passer l'aspirateur plus souvent, tu pourrais ranger ça, trier ci" etc... (elle dit tout ça à ma mère, pas à moi, je précise, ça parait pas clair en relisant)

Par contre pas trop de problème avec ma mère me concernant, même si on est dans une relation assez neutre. (y a pas d'engueulade et s'entend assez bien, mais on est pas très proche l'un de l'autre et on l'a jamais été)
TSA/syndrome d'Asperger + trouble anxieux (diagnostiqué par psychiatre en juin 2019)

Avatar du membre
cléa
Passionné
Messages : 417
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Re: Infantilisation

#27 Message par cléa » samedi 27 juillet 2019 à 1:26

Bonjour AlexKain. Il semble que se plaindre de ce que l'autre n'a pas fait ( alors qu'on a rien demandé ) soit une attitude commune à beaucoup de gens.

C'est une cause de conflits et d'accusations récurrente. Bien des gens vivent dans l'attente que l'autre agisse comme ils l'imaginent, et parfois accusent l'autre de n'avoir pas été présent. ( Alors qu'ils n'ont jamais exprimé leurs besoins )

Dans tous les domaines mais surtout familiaux et sentimentaux.

Ma mère procède de même que pour toi et Elinounette.

D'une part elle avait des attentes mais je pense qu'en même temps elle avait un certain contrôle sur la tenue de sa maison.

Même mon père n'y faisait guère autre chose que la cuisine du week-end.
J'ai souvenir que ma chambre était toujours propre aérée et rangée à mon retour de classe.
Cependant, je n'y avais jamais pensé à l'époque ! Il aurait fallu qu'on me parle pour que j'imagine qu'elle y soit passée..
J'ignore si c'était le cas pour mes frères et soeurs.
Mais, il semble qu'on leur ait inculqué plus d'autonomie et qu'ils aient naturellement pris des habitudes d'entretien.

Elle reproche souvent a un fils l'énergie que lui à coûté la tenue de son apparemment.
Ce lorsque il lui rend visite, je trouve cela intolérable.
Et, entend se mêler aujourd'hui de sa poussière, ses sols, sa peinture, son frigo, sa tenue a grands cris .
Elle se dit victime d'un fils qui la contraint à demeurer sa femme de ménage.
Lui reproche de n'avoir pas suivi son modèle.
Et pourtant, il ne demande rien et reçoit dans une salle, toujours loin de ce petit désordre personnel.

Elle l'apprécie pourtant. Mais il est clair qu'elle a peu insisté sur le soin par soi-même dans la fratrie.

Elle critique également régulièrement ma façon d'entretenir mais en de moindres proportions. Souvent, elle ouvre les portes sans souci et j'y ai posé des verrous, comme le suggèrent aussi certains membres.

Je me demande si dans le fond, les personnes qui font ce genre de reproches les font en fait a eux-mêmes. Pallier à un échec de façon indirecte.
Parent d'enfant diagnostiqué TED.
Aspie

Répondre