en parler à un proche

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
squirell
Occasionnel
Messages : 25
Enregistré le : samedi 28 juillet 2018 à 0:48

en parler à un proche

#1 Message par squirell » lundi 1 juillet 2019 à 2:23

Bonjour,
M'interrogeant par intermittence sur le sa (interrogations interrompues par les "amis" me disant autiste toi? noooonn, les psys qui en gros me disent que je ne suis pas "assez" autiste pour être autiste, et mes propres réserves car souvent je me dis que je dois exagérer mon ressenti, que je cherche des excuses à mon mal-être), je n'en ai encore jamais parlé à des membres de ma famille (famille dont je ne suis pas très proche autant géographiquement qu'affectivement parlant). J'aimerais cependant avoir l'avis de quelqu'un qui m'a connu enfant car j'ai la sensation que mes symptômes se sont peut être atténués avec l'âge. Mon frère étant peut être un peu plus ouvert d'esprit que mes parents, j'ai songé à lui faire lire quelque chose qui décrirait les symptômes du sa, pour voir ce qu'il en pense. Est ce que l'un ou l'une d'entre vous a déjà fait cette démarche avec un proche? Y a t'il d'après vous un texte qui serait particulièrement adapté à cet usage?
merci par avance pour votre lecture et vos réponses (et désolée si le sujet a déjà été abordé)
Non diagnostiquée/ en questionnement

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 2322
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: en parler à un proche

#2 Message par olivierfh » lundi 1 juillet 2019 à 8:08

squirell a écrit :
lundi 1 juillet 2019 à 2:23
quelque chose qui décrirait les symptômes du sa
Comme documents courts il y a notamment ceux-ci.
Ma présentation - HQI (11/2016), TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, aucun diagnostic lancé.

Mlle-Qui
Régulier
Messages : 50
Enregistré le : samedi 15 juin 2019 à 11:22

Re: en parler à un proche

#3 Message par Mlle-Qui » lundi 1 juillet 2019 à 9:25

Bonjour Squirelle

Je suis dans le même cas que toi. Bien que je sois plus proche de ma famille (affectivement parlant) je ne sais comment aborder le sujet. J'ai tellement peur des réflexions du style "toi autiste ? n'importe quoi..." que je m'abstiens !!
Mais j'ai trouvé quand même une personne avec qui échanger, personne avec qui j'ai partagé tellement de choses dans ma vie...ma grande soeur !!
Et contrairement à ce que je redoutais, elle a été à l'écoute. Et me dit un petit oui, un peut être éventuellement, ça expliquerait des choses...
Je lui ai parlé de l'Aspie quiz, bien qu'il ne soit pas reconnu par les professionnels, mes résultats étaient tellement étonnants ! elle m'a dit qu'elle le fera quand elle sera prête, au cas ou.
Mais je suis d'avis de trouver le texte adéquate !!!
Profil atypique HPI
Suspicion TSA (démarche auprès de ma psy)

squirell
Occasionnel
Messages : 25
Enregistré le : samedi 28 juillet 2018 à 0:48

Re: en parler à un proche

#4 Message par squirell » jeudi 4 juillet 2019 à 11:51

Merci à vous deux pour vos réponses!
Melle-Qui je suis encore hésitante mais ton expérience me fait penser que la démarche est peut-être bonne! (j'hésite notamment sur la manière dont je pourrais lancer le sujet: un mail avec les textes en pièce jointe risque peut-être d'être mal perçu, sinon profiter d'un moment ou on se voit mais le plus souvent y'a nos parents, l'appeler pour lui dire que je voudrais qu'il lise un texte?)
Non diagnostiquée/ en questionnement

Avatar du membre
Zebra3
Fidèle
Messages : 109
Enregistré le : samedi 31 décembre 2016 à 18:57

Re: en parler à un proche

#5 Message par Zebra3 » vendredi 5 juillet 2019 à 3:45

Tu peux peut-être juste faire 2 étapes :
D'abord un mail où tu fais part de tes questionnements et où tu demandes s'il est ok pour en parler, et si oui, quelles modalités il préfère (par mail ou en personne) et alors s'il est ok tu envoies le mail avec les textes ou bien vous vous voyez.

Difficile de conseiller là dessus, la perception des "problèmes psys" étant différente dans chaque famille et chaque personne. Pour moi (et la plupart du forum j'imagine) on en vient à se dire qu'on devrait pouvoir en parler aussi simplement que de la couleur des cheveux.
Statut : Proche d'éventuel(s) aspie(s) et/ou TDA/H. Personnellement, probable tendance TDA, doué, zébré :mryellow: éventuellement tendance aspie. Je vais peut-être faire un bilan neuropsy...

Eleo97
Occasionnel
Messages : 23
Enregistré le : jeudi 18 juillet 2019 à 13:04

Re: en parler à un proche

#6 Message par Eleo97 » vendredi 19 juillet 2019 à 10:19

Bonjour squirell, je te conseille de leur en parler par message. Je n'ai jamais voulu en parler à qui que ce soit, c'est déjà très dur avec le psychiatre ou mon conjoint, ça me fait fondre en larme, et comme mon conjoint m'y poussait je viens d'en parler à ma mère par message. Sa réaction ? Tu n'es pas autiste. Je lui en ait parlé plus en détails et là elle a compris. Car les gens sont plein de clichés sur l'autisme, il faut leur expliquer, leur faire lire des articles, tu peux leur faire voir des vidéos aussi. Donc au final, ils le comprennent très bien, c'est un soulagement, ma mère se demande si elle ne le serait pas aussi et elle va se documenter plus précisément quand elle en aura le temps (mais ça lui fait peur).
Mon père n'est pas du tout autiste, il ne se ressent dans rien, il n'a aucune difficulté lui qui n'est pas très bavard, tant mieux ! Mais là où je pense que ça a été très bénéfique, c'est pour ma petite sœur.
Je ne me suis jamais dit qu'elle pouvait l'être car elle a beaucoup d'amis, je l'ai toujours enviée par rapport à ça, à son anniversaire, plein de copines viennent !! Mais elle ne nous parle pas beaucoup. Elle me parle plus par message, mais c'est à moi de faire l'effort d'aller lui parler. Et finalement, elle s'y retrouve énormément ! Elle se documente, a regardé plein de vidéos, et m'a fait la liste de ce en quoi elle se retrouvait (beaucoup, beaucoup de choses) et surtout beaucoup de choses que je n'avais jamais remarqué chez elle !!! Elle a fait des tests en ligne aussi, ok ils ne veulent pas dire grand chose mais dans tous ils lui disent qu'elle est autiste, et vu tout ce qu'elle me dit que j'ignorais chez elle, elle me semble bien l'être aussi... Finalement elle me ressemble bien plus que je ne le pensais... Elle arrive juste mieux à cacher ses failles en fait. Elle va sans doute aller voir un psychiatre aussi, de toute façon ça ne lui coûte rien et c'est que du bénéfice, si elle ne l'est pas, c'est réglé, si elle l'est, ça pourra l'aider de le savoir et de savoir les faux pas etc !
J'ai de forts doutes sur mon frère qu'il fallait forcer pour qu'il aille se laver une fois par semaine, ne parlait pas beaucoup, n'avait pas beaucoup d'amis, n'a pas pu faire d'études, vit reclus avec sa petite famille, a déscolarisé ses enfants, vit dans les jeux-vidéos, n'est pas capable de prendre un rdv chez un médecin par téléphone, d'ailleurs ne va jamais chez aucun médecin, n'arrive pas à s'intégrer à un village où qu'il habite...
En conclusion, en parler à ta famille, c'est très dur, mais tu le fais pour deux raisons. La première, pour toi, car ils te comprendront mieux, votre relation ne pourra que s'en améliorer. Et la seconde, pour eux, car ils pourraient ne jamais l'avoir remarqué chez toi car eux aussi le sont et n'en ont jamais entendu parler donc l'ignore !
24 ans, mère au foyer qui ne s'ennuie jamais en attente de diagnostic.

Répondre