Témoignage concernant la vie professionnelle

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
cléa
Passionné
Messages : 417
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Témoignage concernant la vie professionnelle

#1 Message par cléa » samedi 20 juillet 2019 à 2:27

De retour sur ce forum après une longue absence ( 2017 ) je voulais vous faire part de mes impressions après quelques pérégrinations.

Aujourd'hui je vous présente le volet professionnel.

Après m'être séparée de mon conjoint, j'ai commencé a chercher un emploi. Été employée trois fois en grande/moyenne surface et magasinier.

Je n'étais pas particulièrement stressée par ces postes et félicitée pour mon travail minutieux mais tout autant coaché pour ma lenteur qui m'a valu d'être renvoyée de ces postes faciles mais nécessitant un rythme soutenu.

J'ai trouvé cette expérience enrichissante par ce qu'avant de postuler, je doutais qu'on veuille m'employer. Mais cela m'a également permis de mieux cerner mes limites. Je savais déjà que je mettais plus de temps que d'autres a effectuer des tâches simples mais après cette expérience, je sais d'avance qu'il me faudra éviter un rythme de travail même ordinaire.

L'essentiel, ce que je retiens, c'est que j'ai fait peu d'erreurs.

Je me suis également aperçue que je met des obstacles sur mon chemin professionnel !
J'ai écrit plusieurs histoires pour tout petits que je compte illustrer.
Mais : Confier a un correcteur, une maison d'édition etc me bloque.
Alors que je sais pertinemment que ni mon niveau d'orthographe ni mon niveau financier ne me permettent l'auto édition qui demeure comme une bouteille à la mer, même chez les auteurs accomplis.

J'ai une sorte d'utopie ou je pourrais tout réaliser de moi-même dans le domaine professionnel pour lequel j'opterai alors que je n'ignore pas que la vie est un travail d'équipe de loin ou de près et que toute réalisation est un fruit collectif..

C'est par dessus tout le coté "paperasse administrative" formalités.. que je vois comme un mur alors que d'autres les comprennent à la première lecture.

Mon envie d'activités artistiques polyvalentes se heurte a ce que pour chaque type d'art, les régimes et formalités ne sont pas les mêmes.

Alors je vois comme un dédale ce qui n'est certainement pas si complexe, il faudra que je démarre pour que passe ce mur virtuel mais bien présent que j'ai construit. :D

Le regard des autres a été ambivalent.
Certains proches ayant appris que j'avais travaillé ont manifesté leur surprise ( alors qu'ils faisaient partie de ceux qui disaient ne pas voir en moi quelque un de différent )
Pensants que jamais je ne songerai le chemin de l'emploi.

J'ai été blâmée par d'autres pour avoir réalisé une sorte de documentaire ou j'avais obtenu l'accord des participants pour exposer leurs propos et images ( mais en ayant omis de recueillir leurs signatures pour ce faire! )
J'ai tout de même reconnu qu'il s'agissait d'une faille saillante et "bête" et donc abandonné ce projet ( non commercial ) Je suis tout de même assez satisfaite de ce travail qui m'a procuré matière à penser, à m'organiser, a savoir ce que je peux faire, a entreprendre.

Mon ex conjoint qui s'occupait de ma fille pendant mes heures a été le plus objectif.
Il est le seul qui n'ait pas été surpris de ma démarche vers l'emploi et aussi le seul a ne pas avoir été surpris de mes échecs, me disant même qu'ils étaient prévisibles !
C'est moi qui étais surprise de sa perspicacité car pour une fois quelque un y voyait plus clair que moi me concernant.
Il m'a aussi suggéré de pratiquer des activités qui renforceront ma vigilance et mes réflexes
malgré mon renvoi de ces postes faciles et accessibles a tous ou presque.
J'ai trouvé plaisant son honnêteté sur son pressentiment et qu'il me dise que bien que j'ai perdu mes emplois, ce n'est pas un échec et qu'il faut toujours prendre en compte qu'en travaillant après une longue absence professionnelle, chacun ou presque est "rouillé" qu'il soit ou non particulier.
C'est aussi lui qui m'a dit que jamais je ne devais me forcer a travailler et que l'idée que je bénéficie un jour d'une allocation handicap plutôt que d'un salaire ne dérange pas.

J'y ai pensé, du moins le temps que je me fixe un nouvel objectif professionnel, toutefois je bute sur cette allocation dont je craindrais qu'elle me vaille des soucis avec ma condition de parent entre autres.

J'ai aussi réalisé que je pouvais apprendre le code, même si j'hésite pour la conduite. Je suis convaincue que même si une personne manque des réflexes, de repères spatiaux et de la réactivité nécessaires pour un jour espérer être conducteur, il est nécessaire d'apprendre à toute personne capable de se diriger. Il est possible qu'on ait besoin de ces acquis dans une situation exceptionnelle, malgré les nombreux transports en commun. Et il y a aussi ceux qui seront des conducteurs comme les autres mais qui en doutent encore.

Aujourd'hui, alors que quelques contraintes du quotidien m'ont fait ranger l'option emploi, c'est ma fille autiste qui m'a rappelée vers l'emploi et a mon -pourquoi? elle m'a répondu avec spontanéité -Pour que tu m'achete ce qui me manque, parfois je m'ennuie.

Alors je me suis rappelée de tous les projets que j'espérais voir un jour réalisés et en même temps des conceptions de mon esprit qui m'empêchent de les démarrer.

Aussi, je crois que le foisonnement d'idées et le savoir que seules certaines se réaliseront m'est aussi un obstacle! Alors que d'autres arriveront à faire une sélection de leurs projets.

Je me demande si cela fait aussi partie des caractéristiques de l'autisme/asperger.

J'ai aussi été conseillée pour la future orientation de ma fille. A l'école on m'a suggéré l'im pro.

Je trouve bien que l'apprentissage des autistes soit favorisé dans les im pro. Mais il est regrettable que les choix y soient si limités ou inadaptés ( contact clients etc ) et je pense qu'il est toujours possible de dénicher une activité qui se rapproche des goûts, intérêts et capacités de chaque personne qui souhaite travailler et en a la capacité. ( même assistée )

L'essentiel c'est de se rapprocher ce a quoi on aspire, qu'on ait ou non un métier.
Que ceux qui souhaitant travailler disposent du soutien nécessaire. Que ceux qui ont des capacités évidentes ne soient pas blâmés s'ils ne travaillent pas car souvent ils rencontrent des difficultés invisibles.
Parent d'enfant diagnostiqué TED.
Aspie

Avatar du membre
WinstonWolfe
Modérateur
Messages : 3925
Enregistré le : dimanche 8 décembre 2013 à 17:40
Localisation : Deuxième étage
Contact :

Re: Témoignage concernant la vie professionnelle

#2 Message par WinstonWolfe » samedi 20 juillet 2019 à 8:31

cléa a écrit :
samedi 20 juillet 2019 à 2:27
Aussi, je crois que le foisonnement d'idées et le savoir que seules certaines se réaliseront m'est aussi un obstacle! Alors que d'autres arriveront à faire une sélection de leurs projets.

Je me demande si cela fait aussi partie des caractéristiques de l'autisme/asperger.
C'est lié aux fonctions exécutives, dont le déficit est courant dans les TSA.
(Diagnostiqué aspie en 2013, à 40 ans)

Je sème des cailloux, ils m'échappent des doigts,
Mais je prends bien garde qu'ils ne mènent à moi.

Gianna
Fidèle
Messages : 110
Enregistré le : jeudi 31 août 2017 à 23:43

Re: Témoignage concernant la vie professionnelle

#3 Message par Gianna » samedi 20 juillet 2019 à 11:03

Merci pour ce témoignage très éclairant.

Moi je travaille à temps plein depuis 4 ans et j'ai de plus la chance de bosser sur un de mes intérêts spécifiques, mais malgré ça je me demande souvent comment j'arrive à tenir le coup, et je suis constamment en danger de burn out.

Lorsque je suis dans l'action sur le terrain je fonce et je ne pense à rien d'autre, mais dès qu'il faut faire des paperasses, répondre à mes mails, prendre des contacts, etc, je suis perdue... et lorsque je rentre chez moi je m'écroule et je comate.

Je pense surtout que à partir de 40 ans on n'attend plus seulement de toi d'être un bon technicien, mais tu es sensé avoir plus d'initiative et prendre plus de responsabilités et c'est là que ça se complique, car les démarches administratives et les interactions sociales deviennent de plus en plus fréquentes et de plus en plus inévitables.
Diagnostiquée TSA

Avatar du membre
cléa
Passionné
Messages : 417
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Re: Témoignage concernant la vie professionnelle

#4 Message par cléa » samedi 20 juillet 2019 à 11:10

Bonjour. Merci pour votre réponse. Je vais en lire davantage a ce sujet. Le terme fonctions executives me parle car lorsque je pense à faire quelque chose, que ce soit un projet plus ou moins complexe ou une tâche quotidienne banale, tout est clair dans mon esprit, étape par étape.

Mais cela se complique au moment de le concrétiser. De plus, du temps passé à penser, envahi par d'autres idées qui s'y connectent ( un sujet se relie a un autre, puis un autre.. Etc ) la lenteur dans l'action et aussi du temps "perdu" sans même que je comprenne comment.
Parent d'enfant diagnostiqué TED.
Aspie

Avatar du membre
cléa
Passionné
Messages : 417
Enregistré le : samedi 11 juillet 2015 à 14:55

Re: Témoignage concernant la vie professionnelle

#5 Message par cléa » samedi 20 juillet 2019 à 11:56

Bonjour Gianna. A propos de burn out ça me rappelle en avoir vécu un a l'adolescence alors que je n'étais certainement pas prête a prendre un emploi exigé par ma famille.

C'était une véritable implosion alors que j'étais plongée dans un environnement ou je n'avais aucun repères, peu d'intérêt et aussi que j'étais en plein dilemme depuis l'enfance entre la nécessité de prendre un jour en charge mes dépenses et une certaine aversion pour l'argent que je ressentait comme une erreur, un piège a cause de tous les maux qui y sont liés.

Je me demande aussi si c'est un sentiment partagé par d'autres autistes/asperger.

Alors que "chacun" se serait contenté d'y aller en grimaçant, le peu de temps que j'ai tenu m'a été nocif. Mais cela n'a pas eu que de mauvais côtés.

Je me suis aperçue qu'entre 20 et 30 ans, j'ai acquis des capacités qui s'acquièrent habituellement naturellement par l'observation entre l'âge de 10 à 20 ans.

C'était certainement pour cela que certains avaient en ma présence l'impression d'être en présence d'une ado ou encore de la baby sitter de ma fille.
Alors qu'a cette époque, je n'avais pas ou peu conscience de l'écart entre moi et "le monde" et ma famille encore moins, vu qu'ils ne me voyaient que dans un contexte limité.

Je pense que dans cette longue plage sans emploi et au contact de neuro typiques très neuro typiques dont mon ex, j'ai pu acquérir de quoi composer avec le monde social et professionnel, même si ça ne m'est pas naturel mais plutôt théâtral. Je suis quand même plus "en armure" aujourd'hui et peux effectuer des gestes auparavant tetanisants ou codes sociaux que j'ignorais. ( bien que j'ai toujours déficit en ce domaine et en suis consciente )

C'est bien que tu aies trouvé a travailler avec un de tes centres d'intérêt. J'espère qu'un jour les autistes/asperger en mesure de travailler pouront être accompagnés par des centres d'orientation qui connaissent bien les tsa et sauront leur proposer une voie en harmonie avec leurs projets et particularités.
Parent d'enfant diagnostiqué TED.
Aspie

Répondre