Ras le bol des professionnels ?

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
lulamae
Forcené
Messages : 3562
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Ras le bol des professionnels ?

#61 Message par lulamae » jeudi 17 octobre 2019 à 22:20

misty a écrit :
jeudi 17 octobre 2019 à 22:06
Spoiler : 
Des professionnels m'ont expliqué que comme je ne parlais jamais de rien d'autre que de choses que je maîtrise plutôt très bien, et que je ne m'exprime vraiment sur un sujet qu'à condition d'avoir accumulé un nombre monstrueux de recherches et données (plutôt rigoureuses à cause de mon gros penchant pour la rigueur), ben j'ai effectivement tendance à paraître péremptoire. C'est un peu le noyau de la communication autistique, selon ces mêmes personnes: si t'es pas méga bien informé tu vois pas pourquoi t'en parlerais (ni pourquoi tu parlerais tout court), et du coup quand t'en parles on sent que t'es bien informé. C'est un concept pas toujours simple avec les non-autistes, c'est sûr, et si j'essaie vraiment au max de ne pas me vautrer dans cette "explication" je ne nie pas cet état de fait non plus. Je travaille donc dessus mais sans être au point de m'attendre à l'eau changée en vin.
Spoiler : 
En gras : voilà, et maintenant je n'arrive plus à parler à tort et à travers, et cette légèreté me manque. :lol:
Je n'ai plus le temps de m'informer à fond sur la plupart des sujets, et j'ai l'impression que ce que j'ai à dire n'est pas très intéressant.
Souligné, : tu es plutôt binaire comme fille - c'est soit de l'eau soit du vin ?... Mais on peut aussi mettre de l'eau dans son vin (à part le tinto verano, rouge limonade, je n'aime pas ça au sens propre). :)
Spoiler : 
Misty a écrit : Pour info par contre, ma manière de m'exprimer que tu lis ici est encadrée par des "règles de communication" que m'avaient apprises des membres d'un forum que je fréquentais il y a une dizaine d'années (bien avant toute hypothèse autistique). Ces personnes avaient remarqué mes manières un peu abruptes sans être malveillantes dans l'intention et sentant venir le carnage total m'ont inculqué des réflexes très rigides de rédaction que j'applique encore à la lettre aujourd'hui, qui me demandent beaucoup d'efforts et des relectures souvent limite obsessionnelles.
C'est juste pour que tu puisses t'imaginer un minimum ce que ça donnerait si je n'avais pas trouvé sur mon chemin ces bonnes âmes si efficaces et futées, et si je n'appliquais pas ces règles strictes et rébarbatives sans doute invisibles pour la plupart des gens qui lisent, voire tous... :geek:
Pour le coup je me demande ce qu'elles peuvent être ces règles de communication. C'est par rapport à l'aspect rédactionnel proprement dit ou au contenu ?
Pour connaître la différence, il faudrait voir un jour où tu ne fais pas cet effort...
Si on ne craint pas que ça pique très fort les yeux. :mrgreen:
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
misty
Forcené
Messages : 4460
Enregistré le : vendredi 23 janvier 2015 à 18:16

Re: Ras le bol des professionnels ?

#62 Message par misty » vendredi 18 octobre 2019 à 18:56

Spoiler : @Nicolas83 : 
Ce n'est pas dans ce sens là que j'en ai parlé (mais + pour expliquer à quoi les lecteurs échappent), et je trouve complètement normal de faire ça vu la situation. Si je cours à côté d'un gars qui mesure 2m10 je vais avoir plus de foulées à faire que lui pour parcourir la même distance, par contre s'il s'agit de conduire une Smart je serais nettement plus à l'aise que lui.
Spoiler : @lulamae : 
C'est par rapport à l'aspect rédactionnel proprement dit ou au contenu ?
Règles de formulation et rédaction.
Pour connaître la différence, il faudrait voir un jour où tu ne fais pas cet effort...
Depuis le temps que je suis ici à propager le chaos et la destruction sur ordre de Satan-mon-maître, c'est arrivé 1 ou 2 fois où j'ai été bien trop impulsive pour arriver à appliquer ces règles. Je ne dirais certainement pas où et quand. :mrgreen:
*Diag TSA*


“Though my soul may set in darkness, it will rise in perfect light;
I have loved the stars too fondly to be fearful of the night.”

Sarah Williams

Avatar du membre
Nicolas83
Fidèle
Messages : 191
Enregistré le : vendredi 16 août 2019 à 22:01

Re: Ras le bol des professionnels ?

#63 Message par Nicolas83 » vendredi 18 octobre 2019 à 20:52

Spoiler : 
Oui, j'avais compris, je crois, pourquoi tu en parles. J'ai souvent du mal à te suivre mais, parfois, j'y arrive, je pense.
Père de 3 enfants, dont l'aîné a possiblement un léger TSA de haut niveau. Me posant parfois des questions sur moi également.

lulamae
Forcené
Messages : 3562
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Ras le bol des professionnels ?

#64 Message par lulamae » vendredi 18 octobre 2019 à 23:59

misty a écrit :
vendredi 18 octobre 2019 à 18:56
Spoiler : @lulamae : 
C'est par rapport à l'aspect rédactionnel proprement dit ou au contenu ?
Règles de formulation et rédaction.
Pour connaître la différence, il faudrait voir un jour où tu ne fais pas cet effort...
Depuis le temps que je suis ici à propager le chaos et la destruction sur ordre de Satan-mon-maître, c'est arrivé 1 ou 2 fois où j'ai été bien trop impulsive pour arriver à appliquer ces règles. Je ne dirais certainement pas où et quand. :mrgreen:
Spoiler : 
Si ce n'est qu'une ou deux fois ça va - on l'a échappé belle ! N'empêche, tu as la destruction méthodique et le chaos stylé. Je ne sais pas si ça console toujours de se faire engueuler (ou pas, mais de trouver que ça y ressemble vraiment) avec brio, mais le reste du temps, on ne s'ennuie pas en te lisant.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

laniakea
Fidèle
Messages : 125
Enregistré le : mercredi 17 février 2016 à 18:31
Localisation : Saint Brieuc
Contact :

Re: Ras le bol des professionnels ?

#65 Message par laniakea » samedi 19 octobre 2019 à 22:16

Bonjour,
Cas identique.
En 2017, ce même centre expert m’a diagnostiquée tcs et Hpi avec centres d’intérêts envahissants et pas de TSA.
Cette année un psy très connu pour son expertise m’a clairement identifiée TSA.
De plus, il y avait une erreur de calcul de mes résultats au Wais ( THPI et non Hpi ) du centre expert.

Je précise que j’ai envoyé un mail à ce centre en leur demandant :

- combien de femmes asperger ils avaient diagnostiqué ?
- combien de femme HPI + TSA ils avaient diagnostiqué?

No réponse...

La psychiatrie n’est pas une science exacte.
Et ça bouge.
Questions épistémologiques.

De plus, le diagnostic des femmes au bord du spectre + Hpi est compliqué.
Dans le centre expert je n’ai vu aucune ergothérapeute alors j’en ai pris une moi-même qui m’a conseillé ce psy à Paris ( qui a donc confirmé) et j’ai revu une neuropsy spécialisée qui a confirmé les TSA.

D’apres les dernières études ( de Doctorante ) c’est vraiment plus complexe pour les filles d’après ce que j’ai vu de la conférence de Pauline Duret/ Cazalis sur YouTube.

C’est vrai que tout cela est troublant.

Quoi qu’il en soit, le «  savoir-vivre-ensemble et avec soi » sera de mise...TCC ?
Diag TSA ( de type Asperger) + HPI

laniakea
Fidèle
Messages : 125
Enregistré le : mercredi 17 février 2016 à 18:31
Localisation : Saint Brieuc
Contact :

Re: Ras le bol des professionnels ?

#66 Message par laniakea » jeudi 13 février 2020 à 4:28

laniakea a écrit :
samedi 19 octobre 2019 à 22:16
Bonjour,
Cas identique.
En 2017, ce même centre expert m’a diagnostiquée tcs et Hpi avec centres d’intérêts envahissants et pas de TSA.
Cette année un psy très connu pour son expertise m’a clairement identifiée TSA.
De plus, il y avait une erreur de calcul de mes résultats au Wais ( THPI et non Hpi ; de plus les résultats deviennent du coup hétérogènes ) du centre expert.

Je précise que j’ai envoyé un mail à ce centre en leur demandant :

- combien de femmes asperger ils avaient diagnostiqué ?
- combien de femme HPI + TSA ils avaient diagnostiqué?

No réponse...

La psychiatrie n’est pas une science exacte.
Et ça bouge.
Questions épistémologiques.

De plus, le diagnostic des femmes au bord du spectre + Hpi est compliqué.
Dans le centre expert je n’ai vu aucune ergothérapeute alors j’en ai pris une moi-même qui m’a conseillé ce psy à Paris ( qui a donc confirmé) et j’ai revu une neuropsy spécialisée qui a confirmé les TSA.

D’apres les dernières études ( de Doctorante ) c’est vraiment plus complexe pour les filles d’après ce que j’ai vu de la conférence de Pauline Duret/ Cazalis sur YouTube.

C’est vrai que tout cela est troublant.

Quoi qu’il en soit, le «  savoir-vivre-ensemble et avec soi » sera de mise...TCC ?
Diag TSA ( de type Asperger) + HPI

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 363
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Ras le bol des professionnels ?

#67 Message par Controleur » jeudi 13 février 2020 à 6:03

Si j'en crois ma propre experience, j'étais tombé en 2009 dans les mains d'une équipe qui m'avait fait passé une échelle d'évaluation australienne et un test de qi waith 3.0. D'avoir passé par le CRA de Limoges était un gage de sérieux et c'était du temps ou l'ars du limousin n'était pas sous pression pour refuser de diagnostiquer des gens ( aujourd'hui, le centre expert refuse 300 personne pour cause de restrictions budgétaires à cause de bureaucrates basés à Bordeaux qui n'ont rien voulu entendre des mises en garde) . Ensuite je suis passé dans les mains d'autres organismes libéraux pour les comorbidités de troubles de l'attention et dyspraxie. On va me refaire faire un bilan cognitif.

Nous étions à l'époque en plein plan autisme 2 et les forces politiques de l'époque n'avaient pas pour priorité quelque chose de cohérent ou on se soucierait du devenir de l'autisme à tous les âges de la vie:60 millions d"euros il me semble. Par contre quand il s'agit d'argent, de pétrole, d'armement,alors là y'a des moyens (cf guerre en lybie et syrie).

Médiatiquement les adultes autistes n'étaient pas vraiment autant médiatisés, il fallait se cacher pour réussir ses études, sa vie professionnelle et familiale.

En parallèle au problème de la coordination technocratique et politique, s'est greffé dans l'opinion publique une fausse conscience et une fausse représentation du spectre autistique auprès d'un corps médical qui n'a pas mis à jour ses propres considérations. Et l'affaire fillon, les remarques scandaleuses d'associations et de députés n'arrangent rien ( je leur paye un aller simple dans le donbass pour qu'ils voient dans quels conditions vivent les autistes las bas quoique c'est tellement le merdier géopolitique et militaire que je doute qu'un journaliste occidental veuille s'y rende.)

Les adultes autistes nés avant les années 1990, très peu ont réussi à sortir des écrans de brouillage, beaucoup ont compris que fallait vivre heureux et cachés.Un comble dans un pays qui appelle au respect des traités internationaux alors qu'il viole lui même les traités et se comporte en faucon de guerre sur désirata des cartels de l'armement et de la finance.

Refuser de diagnostiquer les adultes autistes sur le tard signifie trois choses:

-On accrédite toujours l'idée que l'autisme disparaît dès l'enfance et l'adolescence et que la seule politique possible c'est la mise au pas à marche forçé sans tenir compte des besoins de la personne.

-On scie une branche et on créé un terreau idéal pour de futurs déstabilisations à venir . Je n'ai eu de cesse de prévenir des instances influentes sur ce risque mais peu de gens me prennent au sérieux. Oui et donc le séparatisme ça n'existe pas?

-On se prive de compétences clés. or historiquement, je me permet de tenter un parallèle historique quand Louis XIV a faire renvoyer les protestants de France qui étaient pourtant riches, il a amorcé quelque part le déclin économique de la France pour le profit des états allemands et de notre enemmi de jadis: la prusse de fréderic le grand.

Quand un pays se prive de compétences clés, c'est un signe évident de déclin. Empêcher les autistes de se voir reconnaître la pôssibilité de grandir et de respecter leurs besoins, c'est quelque part pas seulement une déclaration de guerre mais aussi le signe évident que la société française est plus qu'en train de mourir.
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Avatar du membre
Kalevipoeg
Habitué
Messages : 94
Enregistré le : mardi 1 août 2017 à 7:29
Localisation : Nordiste émigré

Re: Ras le bol des professionnels ?

#68 Message par Kalevipoeg » jeudi 13 février 2020 à 8:14

Oui, et si on ouvre la porte des entreprises aux autistes, à la différence, la société et les citoyens deviendront de plus en plus tolérants aussi. Monsieur Mac..., pas besoin de grand discours sur la tolérance, l'inclusion, la meilleur chose pour convaincre nos concitoyens, c'est de mettre en acte l'inclusion professionnelle des personnes autistes.
Et à force de côtoyer des autistes, et aussi des personnes porteuses d'autres handicaps, les gens se rendront compte que nous sommes des personnes comme tout le monde, avec un fonctionnement particulier, mais qu'on peut aussi contribuer à la société, payer des impôts etc.
J'en ai marre des beaux discours de Macron , je veux des actes, des moyens et du volontarisme politique !

Perso, je n'ai pas galéré avec les professionnels pour mon diagnostic. Le médecin n'a pas hésité. Tous les tests que j'ai passés ont été effectués avec des professionnels compétents et sympa.

Par contre, il y a aussi des professionnels des structures médico-sociales qui manquent de compétences et ça m'énerve. L'infantilisation n'a pas seulement lieu en psychiatrie, c'est ancré dans la mentalité médico-sociale française, j'ai l'impression. Je ne généralise pas à tous les professionnels, mais je pense à un SAMSAH fréquenté quelques mois seulement où l'on me parlait comme à une enfant et où on me considérait comme quelqu'un d'irresponsable (ou comme une personne mineure). Les décisions étaient prises sans me consulter.
Et ça n'avançait pas, je n'ai progressé dans aucun de mes besoins (vie sociale, travail), il ne se passait rien en fait.
De plus, quand je donnais des infos à un professionnel,je le revoyais 1 mois plus tard et il avait oublié ce que je lui avais dit, alors en terme de suivi et de progrès, c'est pas top. Et il fallait aussi répéter les infos à ses collègues parce qu'ils n'étaient pas mis au courant. Donc je répétais tout le temps les mêmes choses, comme un perroquet.
Pour moi, ces structures sont trop lourdes, coûtent trop cher. Elles ne sont pas adaptées pour beaucoup d'aspies.
Il faut des gens compétents, formés à l'autisme et aussi à l'autisme féminin, des professionnels qui parlent à la personne d'égal à égal, et il faut fixer des objectifs concrets en terme de vie sociale ou de travail ou de projet. Dans ce SAMSAH, on ne me parlait jamais d'objectif, de progrès, je ne savais pas ce que je foutais là. Je stagnais, un peu comme en psychiatrie (en moins pire quand même...).
Quand j'ai arrêté, j'étais vénèr' parce que je trouvais que c'était des milliers d'euros d'argent public gaspillés.
Mais le pire, c'est bel et bien l'infantilisation, le fait qu'on me prenne pour une gamine irresponsable, ça c'est terriblement humiliant.

Je ne suis pas pour la multiplication de ce genre de structures, je préfèrerais des structures moins lourdes, parfois, un seul accompagnant (compétent, dynamique et impliqué) est suffisant.
A quoi sert un psychiatre ? A quoi sert un psychologue qu'on voit une fois par trimestre ou tous les 2 mois et qui ne fait pas de thérapie ?
A quoi sert un éduc' qui ne connaît pas le monde de l'entreprise ni les aménagements possibles pour un autiste ?
A quoi servait l'infirmière ?
Born again in Summer 2017, when God told me I was an aspie.

TSA - type Asperger

Avatar du membre
Controleur
Passionné
Messages : 363
Enregistré le : samedi 27 août 2016 à 18:09
Localisation : France(mobile)

Re: Ras le bol des professionnels ?

#69 Message par Controleur » vendredi 14 février 2020 à 7:22

Kalevipoeg a écrit :
jeudi 13 février 2020 à 8:14
Oui, et si on ouvre la porte des entreprises aux autistes, à la différence, la société et les citoyens deviendront de plus en plus tolérants aussi. Monsieur Mac..., pas besoin de grand discours sur la tolérance, l'inclusion, la meilleur chose pour convaincre nos concitoyens, c'est de mettre en acte l'inclusion professionnelle des personnes autistes.
Et à force de côtoyer des autistes, et aussi des personnes porteuses d'autres handicaps, les gens se rendront compte que nous sommes des personnes comme tout le monde, avec un fonctionnement particulier, mais qu'on peut aussi contribuer à la société, payer des impôts etc.
J'en ai marre des beaux discours de Macron , je veux des actes, des moyens et du volontarisme politique !

Perso, je n'ai pas galéré avec les professionnels pour mon diagnostic. Le médecin n'a pas hésité. Tous les tests que j'ai passés ont été effectués avec des professionnels compétents et sympa.

Par contre, il y a aussi des professionnels des structures médico-sociales qui manquent de compétences et ça m'énerve. L'infantilisation n'a pas seulement lieu en psychiatrie, c'est ancré dans la mentalité médico-sociale française, j'ai l'impression. Je ne généralise pas à tous les professionnels, mais je pense à un SAMSAH fréquenté quelques mois seulement où l'on me parlait comme à une enfant et où on me considérait comme quelqu'un d'irresponsable (ou comme une personne mineure). Les décisions étaient prises sans me consulter.
Et ça n'avançait pas, je n'ai progressé dans aucun de mes besoins (vie sociale, travail), il ne se passait rien en fait.
De plus, quand je donnais des infos à un professionnel,je le revoyais 1 mois plus tard et il avait oublié ce que je lui avais dit, alors en terme de suivi et de progrès, c'est pas top. Et il fallait aussi répéter les infos à ses collègues parce qu'ils n'étaient pas mis au courant. Donc je répétais tout le temps les mêmes choses, comme un perroquet.
Pour moi, ces structures sont trop lourdes, coûtent trop cher. Elles ne sont pas adaptées pour beaucoup d'aspies.
Il faut des gens compétents, formés à l'autisme et aussi à l'autisme féminin, des professionnels qui parlent à la personne d'égal à égal, et il faut fixer des objectifs concrets en terme de vie sociale ou de travail ou de projet. Dans ce SAMSAH, on ne me parlait jamais d'objectif, de progrès, je ne savais pas ce que je foutais là. Je stagnais, un peu comme en psychiatrie (en moins pire quand même...).
Quand j'ai arrêté, j'étais vénèr' parce que je trouvais que c'était des milliers d'euros d'argent public gaspillés.
Mais le pire, c'est bel et bien l'infantilisation, le fait qu'on me prenne pour une gamine irresponsable, ça c'est terriblement humiliant.

Je ne suis pas pour la multiplication de ce genre de structures, je préfèrerais des structures moins lourdes, parfois, un seul accompagnant (compétent, dynamique et impliqué) est suffisant.
A quoi sert un psychiatre ? A quoi sert un psychologue qu'on voit une fois par trimestre ou tous les 2 mois et qui ne fait pas de thérapie ?
A quoi sert un éduc' qui ne connaît pas le monde de l'entreprise ni les aménagements possibles pour un autiste ?
A quoi servait l'infirmière ?
La majorité des structures existantes ont été pensé avant tout pour des personnes médicalement suffisament invalides et pas pour des gens ayant des besoins de suivi de vie pour la vie quotidienne, le couple, le travail. L'infantilisation des personnes handicapés est la pièce maîtresse du système français dans son ensemble et pas seulement par que les gens payés par l'état mais aussi de puissantes associations gestionnaires qui ont toujours fermé les yeux sur cette aspect en échange de subventions. Mais ce que ces braves gens ignorent, c'est la perfidie de Macron: pendant que l'attention de tout le monde est détourné sur le problème des assistantes de vie sexuelle, lui préparent depuis longtemps la restriction généralisée des droits pour que la pch, l'aah soit accordé à moins de monde possible, faisant des économies sur un réseau des mdph qui a déjà été sous doté en moyens humains. Et avec le soutien silencieux de la commission européenne vers les grandes politiques d'orientation économiques.

Lorgnez sur ce qui est arrivé en grèce : maintenant les enfants autistes n'ayant pas la chance de vivre dans des familles riches sont pauvres, enfermés dans des cages au point de décrier la chronique du courrier international.

:arrow: Camouflet pour la macronie

https://www.lemonde.fr/politique/articl ... 1581621275
Diagnostique autiste par le CRA en mars 2009

Si vi pacem, para bellum

Traduction Latine: Si tu veux la paix, prépare la guerre

Contrôleur des finances publiques 2ème classe en trésorerie municipale.

Adepte de la médecine chinoise.

Répondre