"attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 717
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#31 Message par daphnée » samedi 25 avril 2020 à 20:42

J'imagine.

Ok... je verrai pour la Suisse.

J'ai quasiment tout le temps la pression, même toute seule :lol:
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28306
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#32 Message par freeshost » samedi 25 avril 2020 à 20:44

Attention à ne pas compenser trop de pression par une dépression. :mrgreen:

Dès que je peux, je reprends les transports publics pour visiter la Suisse, et ses alentours (dont l'Alsace). :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 717
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#33 Message par daphnée » samedi 25 avril 2020 à 20:51

Ben là je suis en pleine dépression... :|
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28306
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#34 Message par freeshost » samedi 25 avril 2020 à 21:16

Alors ne te mets pas sous pression. Continue de discuter avec nous et ta psychologue. :P

Rappel : le droit à l'indisponibilité inclut, entre autres, le droit de ne rien faire, le droit de ne pas être sollicité, le droit de ne pas être harcelé, le droit de se reposer, le droit de faire des choses (légales, éthiques et sans trop de danger) au moment où on veut les faire (et pas sur demande), etc.
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 717
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#35 Message par daphnée » samedi 25 avril 2020 à 21:23

J'avoue que je vous embête beaucoup car j'ai besoin d'être comprise par des personnes qui connaissent le TSA. :oops:

Or, la seule personne qui me comprenait vraiment bien était ma neuropsychologue... dont les honoraires sont élevés...

Il y a eu aussi un psychiatre (faudrait que je vois s'il consulte à distance :?: ).

Mais la neuropsy me manque. Elle me comprenait dans des subtilités que personne ne comprenait...

Merci concernant le droit à l'indisponibilité. Je pense qu'avoir un diagnostic me permettrait de mieux m'autoriser ce droit.
Alors qu'en fait, c'est le droit de tout le monde. :innocent:
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28306
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#36 Message par freeshost » samedi 25 avril 2020 à 21:31

Repose-toi. Dors. Dis NON. :mrgreen:

Profite des discussions avec des personnes spectro-autistes sur ce forum et en face-à-face. C'est moins cher qu'en séance avec psychologue et psychiatre. :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 717
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#37 Message par daphnée » samedi 25 avril 2020 à 21:41

:lol: j'espère ne pas déranger les autres en tout cas...

L'avantage c'est qu'étant passé d'un smartphone à un téléphone ancestral je serai certainement moins sollicitée :lol:
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28306
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#38 Message par freeshost » samedi 25 avril 2020 à 21:56

Parcours le forum et pose tes questions dans chaque discussion adéquate. Nous avons créée de nombreuses discussions ! :mrgreen:
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 717
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#39 Message par daphnée » samedi 25 avril 2020 à 22:03

J'avoue qu'étant dans une période difficile de ma vie (dont j'ai du mal à voir le bout...), je suis assez dans la recherche de solutions.
Mais j'imagine que si un jour les choses vont un peu mieux et que j'ai un diagnostic, je serai certainement plus posée et ouverte à discuter sur des sujets plus relaxants ou intellectuels... Je crois que tout ça se réfère à la pyramide des besoins.

Tiens, Freeshost, j'ai un pote canadien (en fait, pas canadien, mais français s'étant installé au Canada :lol: ) que j'aime beaucoup, et qui m'a dit la chose suivante:
"Dans la vie, y'a vraiment des hauts, et des bas. Si dans ma vie rien ne va, que je suis vraiment au plus bas... je me dis que bientôt ça va aller super bien ! Et c'est souvent ça".
J'y repense parfois. Car j'ai pu le vérifier une fois.
Mais bon, je pense que ce n'est pas toujours vrai. Je ne vois pas pourquoi ce serait une règle si évidente.
Je suis un peu croyante quand même...
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Avatar du membre
freeshost
Forcené
Messages : 28306
Enregistré le : lundi 15 juillet 2013 à 15:09
Localisation : CH

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#40 Message par freeshost » samedi 25 avril 2020 à 22:52

Ben ouais, y a des hauts et des bas, déos et débats.

Si tu te retrouves plus bas qu'avant, et que tu croyais que tu étais déjà au plus bas, c'est que tu avais sous-estimé la situation. :mrgreen:

Tu comprends maintenant l'expression "remonter la pente". :P
Pardon, humilité, humour, hasard, confiance, humanisme, partage, curiosité et diversité sont des gros piliers de la liberté et de la sérénité.

- Ah ! j'ai été diagnostiqué Asperger Haut Potentiel à Cery (CH) en l'été 2014, mais tu le savais. :)

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 717
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#41 Message par daphnée » samedi 25 avril 2020 à 23:03

"Si tu te retrouves plus bas qu'avant, et que tu croyais que tu étais déjà au plus bas, c'est que tu avais sous-estimé la situation. :mrgreen: "

:lol: :lol: :lol:
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Dehlynah
Passionné
Messages : 415
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#42 Message par Dehlynah » dimanche 26 avril 2020 à 22:57

Il me semble aussi qu'il y a une attirance entre personnes atypiques au moins...
Je dirais que pour ma part, c'est une question d'intensité, une façon d'être au monde (s'émerveiller, s'interroger sans cesse), je sens quelque chose, une vibration - après je me suis aussi beaucoup fourvoyée (notamment avec des personnes qui partageaient des mêmes intérêts, mais ça ne suffit pas, la sensibilité finalement est tout aussi importante, voire plus.)
Je fonctionne au flash, au coup de foudre, amical, amoureux, je m'entiche (la personne devient mon centre d'intérêt), et quelque fois ça accroche d'emblée, et c'est pour la vie -et pour le coup je suis toujours en contact régulier avec une amie de collège, puis de lycée, et enfin ma grande grande amie, mon âme soeur - avec laquelle on est câblée quasi pareil au niveau spirituel (on s'est rencontrées dans ce cadre là -d'ailleurs elle m'avait laissé un message sur mon répondeur, me demandant de la rappeler, elle a dit quelques mots, sa voix était si enthousiaste, si fraîche, c'était lumineux, et je ne sais pas ce qui s'est passé, j'allais repartir bosser, jamais je n'aurais rappelé à ce moment là, mais j'ai eu l'impulsion de la rappeler IMMEDIATEMENT, et quelque chose s'est passé au tél, 10 mn de discussion directement en profondeur, la première rencontre a confirmé notre proximité et voilà), artistique, émotionnel, sensoriel, intellectuel, même si on a fait des études très différentes, je dirais qu'on va loin dans nos échanges, on "cherche" , on est complètement électrisées, j'adore, on se soutient mutuellement aussi, on a toutes les deux de grosses difficultés , notre santé vacillante, une fatigue chronique (du coup on se vexe pas quand on décommande) on se comprend, elle a des traits TSA vraiment très marqués ( elle est pire que moi dans le genre monologue sur un IR, un jour on a fait un trajet en train, elle a parlé non stop 1h sur le fonctionnement de la thyroïde , un de ses dada...) bref je ne sais pas si ces amies sont aspies, atypiques certainement, une autre aussi, rencontrée en HP (on déconnait vraiment, dans le sens où oui on perdait les pédales mais on riait, on a toujours un sens de l'auto-dérision ensemble, dans les pire moment - bon son aîné est aspie, il a eu un diag il y a 3 ans déjà...Et je me posais justement des questions sur elle)

Après, le fait qu'on soit les deux jeunes de moins de 30 ans du service aide aussi beaucoup (les autres ont la cinquantaine minimum).
euh pour ma part, l'attirance ne se fait sur aucun critère d'apparence, d'âge, de sexe, d 'origine ou je ne sais quoi, j'ai flashé sur des personnes plus jeunes (j'ai sympathisé avec une étudiante à qui j'avais fait passé un examen, elle avait fait un exposé brillantissime, on avait eu l'occasion de discuter plus tard, puis on avait gardé le contact par mails, elle vivait à l'étranger, il s'avère qu'elle était la risée de sa classe, et avait de gros problèmes de communication - elle s'était pas mal confiée, du coup, oui les gens ont tendance à se confier, car je peux comprendre ce qu'ils traversent quand ils sont décalés, étrangers au groupe, du coup c'est comme si deux extraterrestres originaires de la même planète avait été catapulté sur une planète au milieu d'étrangers et se retrouvaient, se reconnaissaient enfin...)
Ou bien des personnes beaucoup plus âgées, en amour comme en amitié.
Lors d'une année de fac (ce fut ma meilleure année d'études, dans une petite ville, dans un autre cursus,plus pro, avec des personnes de tout bord, qui avait pas mal baroudé, des étudiants étrangers aussi, j'avais sympathisé avec une algérienne, on se baladait dans la campagne environnante, elle m'avait dit un jour " t'es pas française toi" ...Avec le recul j'ai mieux compris ce qu'elle avait voulu dire - j'ai souvent sympathisé avec les étrangers d'un groupe, pas un hasard je pense...)
j'ai immédiatement sympathisé aussi avec une fille de plus de 20 ans que moi, j'aimais beaucoup ses enfants d'ailleurs, très très spéciaux aussi, elle m'a dit plus tard qu'elle pensait que j'étais comme elle " HPI", ça me parlait pas trop, mais je sentais quelque chose, c'était très intense dans nos échanges intellectuels... Bon, on s'est brouillées par la suite... Souvent je tombe sur des personnalités compliquées, difficiles, susceptibles (ce que je suis aussi sans doute).
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
daphnée
Forcené
Messages : 717
Enregistré le : lundi 28 octobre 2019 à 20:29

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#43 Message par daphnée » lundi 27 avril 2020 à 0:19

Dehlynah
Passionnant ton témoignage :D
J'imaginais un peu ça comme ça, en effet.
TSA suspecté par neuropsychologue et psychiatre.
Avis contraire d'un centre autisme adulte (diagnostic dont la forme et le contenu ne m'ont pas du tout convaincue). Témoignage sur la petite enfance ayant pu aussi induire en erreur...

Dori
Forcené
Messages : 1128
Enregistré le : mercredi 11 décembre 2019 à 22:11

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#44 Message par Dori » lundi 27 avril 2020 à 12:06

Oui ! Super partage Dehlynah ! Merci.
TSA

Avatar du membre
pikaia
Habitué
Messages : 81
Enregistré le : dimanche 13 janvier 2019 à 23:52

Re: "attirance" (dans le sens reconnaissance) entre autistes

#45 Message par pikaia » mercredi 29 avril 2020 à 19:15

Pour moi c’est à nuancer.

Il y a, certes, des aspects qui peuvent favoriser les liens entre autistes. Cet article (il est aussi présent dans le topic "Recherches sur l'autisme" de ce forum :) ) ouvre d’ailleurs des pistes d’explication intéressantes là-dessus. Selon les dires des participant.e.s (je souligne quand même que l'échantillon reste assez restreint et peu diversifié) on peut y relever :
1) Le fait de se sentir mieux compris par des gens aux difficultés similaires, et une tolérance peut-être plus grande vis-à-vis des comportements autistiques de l’interlocuteur quand on l’est soi-même.
2) Une communication peut-être plus fluide du fait qu’elle soit souvent plus « directe » (moins d’implicites, d’ironie, absence de filtres...)
3) Le détachement d’un cadre relationnel normé qui n’est pas toujours adapté à nos besoins (ex : activités dans des lieux trop animés, bruyants) vers un autre cadre plus approprié.

Mais de là à parler de « connexion quasi-instantanée et systématique », ça me paraît caricatural...
Je pense qu’il faut faire attention avec ce type d’affirmations, qui pour moi s’apparentent de plus en plus à un écran de fumée. Comme si ça s’appliquait à tous les autistes, comme si on allait forcément se comprendre et qu’on venait tous du même « monde » (si on veut filer la métaphore, perso de ce que j’ai constaté c’est plutôt : certains viennent de Mars, d’autres de Mercure, de Pluton, de 51Peg-b, de PSRB1257+12 c, voire de je ne sais quel astéroïde éloigné… :lol: ). C’est pas parce qu’on est en présence d’autres « neuro-atypiques » qu’on est garantis de voir disparaître nos difficultés sociales, ni même qu’on aura des revendications identiques. C’est normal : le spectre de l’autisme est très large, et on ne peut pas généraliser « les autistes » au travers des seuls autistes qu’on remarque et qu’on connaît. Et je suis d’avis que, si on considère ces allégations sous un autre angle, on pourrait aussi invoquer d’autres hypothèses pour les expliquer :

4) Déjà, concernant certains points évoqués plus haut ce n’est peut-être pas tant une question d’autisme que de « sensibilisation à la différence ». Dans mon cercle amical, même les non-autistes sont plutôt « atypiques », ont souvent subi des choses qui nous ont donné une expérience commune (rejet, moqueries, harcèlement…) et sont peu enclins à préjuger. Je pense que cet aspect-là joue beaucoup à mon avis.
5) Cette impression de « meilleure synergie entre autistes qu’avec les NT » tiendrait aussi au fait qu’on voit peut-être surtout ce type de discours sur les réseaux sociaux ; sauf qu’on ne retrouvera là-bas que ceux qui ont l’envie et les capacités de s’y exprimer, soit des profils très spécifiques qui seront alors beaucoup plus à même de trouver des similitudes entre eux (c’est entre autres pour ça que je ne comprends pas trop pourquoi on y parle de « communauté autiste » ; Internet, ce n’est pas représentatif de tous les autistes !)
6) Enfin, je me demande si nos interactions avec les autres ne dépendraient pas beaucoup de… ce qu’on a envie d’y voir, tout simplement. Je m’explique  : la première image qu’on a d’une personne ou d’une catégorie d’une personne peut s’avérer déterminante dans les interactions qu’on aura avec. Or, dans le cas de l’autisme, j’ai justement l’impression que pas mal de gens "projettent" leurs ressentis sur nous à partir du moment où ils se sentent atypiques et seuls (parce qu’ils supposent d’emblée qu’on est comme eux, qu’on va + facilement les comprendre...). Du coup forcément ils sont + susceptibles de développer cet « a priori » de bonne entente vis-à-vis d’une personne autiste « censée leur ressembler » plutôt qu’avec quelqu’un d’autre. Bref c’est pas forcément conscient mais le fait de s’identifier tellement à l’autisme « théorique » (c’est-à-dire les définitions, les symptômes) sans avoir réellement rencontré de personne autiste peut amener à nous mettre un peu « dans le même sac » et à surestimer les ressemblances, pour ne finalement retenir qu’en majorité cette idée. Désolée je ne sais pas si c’est hyper clair ce que je dis, mais pour moi c’est un peu comme un de biais de confirmation ; à partir du moment ou cette image positive du "relationnel entre atypiques" se met déjà en place, ça peut influencer le reste, y compris dans le cadre d’une première rencontre…
Et du coup entre autistes je me dis qu’il pourrait s’agir d’un mécanisme similaire. Entre ça, et le fait de se focaliser énormément sur quelques points communs en oubliant ce qui nous distingue, cumulé au fait d’attribuer parfois à l’autisme des trucs en réalité complètement « normaux » (à tel point que ce qu’on prend pour du "relationnel autistique" aurait peut-être très bien pu marcher avec quelqu’un d’autre :innocent: )… au final c’est pas étonnant que la sociabilisation « entre autistes » paraisse si fédératrice !
Spoiler : 
À ce propos, j’ai d’ailleurs un ami diagnostiqué qui, à mon avis, voit peut-être parfois un peu trop les choses sous un prisme TSA, quitte à faire régulièrement des généralités un peu manichéennes du style « les aspies sont ceci, alors que les neurotypiques sont cela... ». Parfois il suffit que je fasse un petit truc insignifiant et VLAN tout de suite il me sort « Ah je suis comme toi ! C’est parce qu’on a une logique particulière, tu vois on a encore un point commun, c’est normal on est autiste  :kiss: ». D’un côté je ne lui en veux pas, car je sais que chercher toutes ces justifications lui fait du bien et lui permet de se rassurer ; mais quand bien même on se ressemble effectivement sur pas mal d’aspects, je lui rappelle régulièrement que NON tel ou tel truc n’a pas forcément grand-chose à voir avec les TSA... Une autre amie concernée est pareille, le moindre petit geste de ma part est de suite interprété comme fruit de mon autisme. Je ne sais pas si c’est du déni ou une incapacité de ma part à distinguer « ce qui sort de la norme » ou pas mais ce genre de rengaines m’étonne à chaque fois. Surtout qu’à l’inverse, il nous arrive pour le coup de nous prendre la tête à cause de traits purement autistiques (franchise très « brute » VS hypersensibilité de l’interlocuteur), mais là bizarrement personne ne le relève...
Spoiler : 
C’est un peu HS mais des fois je crains que mes amis basent uniquement leur affection sur cette image qu’ils pourraient me coller à cause d’un simple diagnostic en commun. Eux semblent construire toute leur identité là-dessus, mais je ne le fais pas. J’ai la crainte qu’on m’arrache ma personnalité, voire ma vie, pour n’en faire qu’une sorte de symptôme géant et qu’on me rejette le jour où je ne colle plus à leur « idéal » (ou du moins, le jour où une autre grille de lecture est adoptée)…
Sinon, dans les quelques rencontres inter-autistes où j’ai pu aller, il y a effectivement des freins qui ont pu être levés (pas de sensorialité mise à rude épreuve par exemple !) ; Mais je voyais aussi des différences flagrantes entre chacun d’entre nous, et si certains se sentaient à l’aise d’autres restaient quand même très en marge du groupe - moi-même j’admets malheureusement faire plus souvent partie des seconds que des premiers… Même mon ami autiste (que j’ai mentionné plus haut) me dit souvent s’y sentir isolé à cause de ses difficultés verbales et de la divergence de centres d’intérêts. C’est aussi pour ça que j’encourage à nuancer sur tout ce qu’on lit/voit/entend sur cette fameuse « cohésion miracle inter-autistes », parce que c’est typiquement le genre de situation où l’on y laisse des plumes : à force d’« idéaliser » un cadre relationnel on peut tomber de haut en découvrant que ce n’est pas toujours ce à quoi on s’attendait.
Et je suis moi-même tombée dans cet écueil quand je venais d’avoir mon diagnostic. Je lisais partout des témoignages d’autistes qui « avaient enfin trouvé leur planète », « se sentaient à leur place parmi les autres autistes » & autres idées de « communauté »… J’avais intégré tous ces sons de cloche identiques en croyant qu’il s’agissait d’une norme, et ça me faisait culpabiliser quand je n’y arrivais pas :?


Pardon, j’ai l’impression d’être une rabat-joie piétinant un massif de fleurs avec des après-skis (et de ne pas avoir été très claire, il y a beaucoup de choses que j’ai du mal à formuler là-dedans :oops: ).
TSA (diagnostiquée au CRA de ma région)

Répondre