Autisme et pistes contre la solitude

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
HellBreaker666
Nouveau
Messages : 2
Enregistré le : lundi 12 mars 2018 à 22:11

Autisme et pistes contre la solitude

#1 Message par HellBreaker666 » samedi 23 mai 2020 à 22:22

Bonjour ! :D

Ici je vous parle de mon expérience et appelle à vos idées et pistes pour ceux expérimentant une situation similaire.

Je me présente : J'ai 18 ans et je suis lycéen de terminale STI2D (et futur étudiant de classe prépa). Je suis autiste Asperger (diagnostiqué dans un CRA).

Disons que j'ai toujours été dans mon coin avec mes particularités. À travers les années, j'ai pu faire des progrès socialement. Malgré ça j'aimerais pouvoir trouver des personnes intéressantes avec lesquelles tout simplement passer de bons moments. À vrai dire, j'ai certes des intérêts, que ce soit dans les jeux vidéos, la programmation, la géographie ou bien les langues mais ma motivation à m'y adonner s'effiloche peu à peu tant bien que j'essaye de les maintenir afin d'éviter de passer mes journées "cataleptique", face à mon écran.
D'ailleurs, en ce moment, j'apprends lentement le chinois et compte me mettre au japonais :idea: .

Je n'aime plus passer mes journées face à un écran ou tout seul. Je ne trouve plus mon compte, j'ai l'impression de perdre mon temps et de ne rencontrer que des personnes condescendantes et immatures.

Et quand je suis au lycée, c'est toujours la même chose. Des gens immatures à mon goût qui sont absorbés par leurs téléphones et les courants "mainstream" à outrance, c'est que de la surface, rien de profond.

Je fais du vélo de temps à autres mais c'est un peu lassant.

De plus, j'ai l'impression que mon caractère introverti s'est lentement mis à muer vers un caractère extraverti "hybride" car aller vers les autres est devenu de plus en facile au fil du temps.

Voili voilou.
Si vous avez des pistes ou des expériences pour sortir de la solitude et trouver des personnes avec qui s'entendre, partagez-les donc ! :bravo:
TSA de type Asperger (diagnostic dans un CRA), Dysgraphie
Π

Avatar du membre
mathieu frank
Adepte
Messages : 202
Enregistré le : samedi 29 septembre 2018 à 12:06
Localisation : landes

Re: Autisme et pistes contre la solitude

#2 Message par mathieu frank » dimanche 24 mai 2020 à 11:52

tu as bien de la chance :lol:
j ai eu une période aussi vers 18ans mais c etait plus l attrait de le sexualité et l aide de cannabis aussi, attention c est pas un conseil :naugty:

si tu a moins d effet négatifs a côtoyer les gens c est bien
je penserais a des clubs ou associations
diagnostiqué aspi

lucius
Adepte
Messages : 223
Enregistré le : lundi 27 mars 2017 à 17:14

Re: Autisme et pistes contre la solitude

#3 Message par lucius » dimanche 24 mai 2020 à 13:28

Pour certains qui veulent sortir de la solitude: ils s’inscrivent à des clubs ou des associations (culturels, artistiques, sportifs, caritatifs...). C'est un moyen de rencontrer et de communiquer des gens autour d'un intérêt commun.

Quelques uns font du théâtre ou de l’improvisation pour être moins introvertis.
Ayant une maladie et des soucis en plus, on m'a pré-diagnostiqué Asperger et j'ai eu une confirmation assez incertaine depuis. Résultat, je continue de douter.

Mylie
Adepte
Messages : 216
Enregistré le : lundi 20 avril 2020 à 13:12

Re: Autisme et pistes contre la solitude

#4 Message par Mylie » dimanche 24 mai 2020 à 15:30

Petit disclaimer préalable, comme sur le peu de post que je fais dans cette partie du forum: je ne suis pas diag, et donc peut être que je ne suis pas du tout autiste, ce qui fait que ce que je vais dire peut être totalement à côté de la plaque.

Quand j'ai changé de ville, j'ai fini par ressentir cette solitude, et surtout remarquer que si mon mari s'était fait très rapidement des amis, moi je m'isolais de plus en plus (les amis d'école qui sont loin, le fait que je ne pense pas à prendre des nouvelles etc..). Je jouais à Pokémon Go depuis la sortie du jeu, et j'ai commencé à me dire qu'en fait, vu que mon mari me disait clairement que je l'ennuyais à en parler tout le temps, et que je voyais bien qu'en parler au travail n'était pas vraiment bien vu (enfin c'est surtout parce que j'ai entendu des collègues se moquer par derrière, en fait), j'ai commencé à chercher des joueurs dans ma ville. Il s'est avéré qu'un groupe facebook existait, et un serveur sur discord. Comme je suis très à l'aise à l'écrit, surtout en ligne, je me suis super vite intégrée, si bien que quand on a fait des rencontres "en vrai", les joueurs étaient toujours étonnés quand je disais mon pseudo, parce que je parais très extravertie en ligne, et tout l'inverse en vrai.
Ce jeu suppose de se rencontrer en vrai pour attaquer et attraper les "bêtes" les plus fortes du jeu. Même si je n'aime pas cette partie du jeu, cela m'a forcée à sociabiliser encore plus, et finalement je me suis fait des véritables amis grâce à lui.
Ce n'est pas une solution qui conviendra à tout le monde, mais je trouve que le concept même du jeu peut vraiment aider (et personnellement ça cumul mon amour de toujours pour la licence Pokémon, l'aspect collection, et je m'en sers comme GPS; je connais quasi par cœur tous les points d'intérêts de ma ville grâce au jeu, alors qu'avant je me perdais tout le temps, même pour les trajets du quotidien.. maintenant je réfléchi juste par quels points je dois passer pour arriver à ma destination).
Au delà de ce jeu là, il en existe d'autres dans le même genre (dont un basé sur l'univers Harry Potter), sinon je plussoie l'idée des clubs et associations !
En questionnement - début de parcours au CRA
(J'ai une maladie pulmonaire depuis toujours)

Avatar du membre
Autrey
Forcené
Messages : 1371
Enregistré le : mardi 27 décembre 2016 à 15:20

Re: Autisme et pistes contre la solitude

#5 Message par Autrey » dimanche 24 mai 2020 à 16:05

Je crois - et cela a été mon cas pendant longtemps - que certains autistes culpabilisent car ils veulent tellement être comme tout le monde qu'ils veulent absolument avoir des amis.
Finalement j'ai des eu des amis, donc souvent des problèmes, des contraintes, des faux-amis, des hypocrites, des intéressés...et parfois des vrais amis....
Mais ma conclusion est qu'un écran ça permet d'avoir du recul, de réfléchir, de ne pas être dans l'instant, de ne pas être obligé de fréquenter un café alors qu'au fond de soi on n'en n'a pas vraiment envie, d'être dans une forme de stress qui consiste à être obligé de téléphoner, s'enquérir de la santé ou des problèmes professionnels de tel ou tel, et que ses interets dits restreints permettent un accompagnement souvent plus fiable et réconfortant qu'un shopping mal vécu avec X ou une balade avec Y qui saoule de paroles....
Diagnostique TSA - la cinquantaine mais jeune dans la tête

Répondre