Travailler dans le social en étant Asperger ?

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
ブノワ
Adepte
Messages : 285
Enregistré le : jeudi 16 mai 2019 à 18:42

Re: Travailler dans le social en étant Asperger ?

#46 Message par ブノワ » mercredi 24 juin 2020 à 0:07

freeshost a écrit :
mardi 23 juin 2020 à 23:17
Oui, en fait, dans son émotion forte (positive comme négative), l'autre personne* attend :

- qu'on écoute,
- qu'on montre qu'on a écouté,
- qu'on comprenne,
- qu'on reste dans le ressenti et pas qu'on cherche des solutions** (ou des gâche-joie ; cf. le casseux d'party = le rabat-joie).
La plupart du temps, une personne attend qu'on la croie.
Un personne professionnelle de l'écoute doit justement s'en retenir mais fournir de l'écoute.

Une personne autiste se fout qu'on l'a croie ou non, mais effectivement recherche des réponses et des solutions, et pas des conneries basées sur les relations sociales.

Contre exemple de "la bonne façon d'écouter"; vécu par ma pomme aujourd'hui (j'ai la video pour ceux qui voudraient):
"Votre employeur fait des choses illégales contre vous, mais c'est votre faute de faire appel dans ce cas au défenseur des droits, ça les perturbe." (les pauvres choux).
Identifié Aspie (広島, 08/10/31) Diagnostiqué (CRA MP 2009/12/18)

話したい誰かがいるってしあわせだ

Être Aspie, c'est soit une mauvaise herbe à éradiquer, soit une plante médicinale à qui il faut permettre de fleurir et essaimer.

Avatar du membre
Loner
Forcené
Messages : 921
Enregistré le : jeudi 20 octobre 2011 à 21:03

Re: Travailler dans le social en étant Asperger ?

#47 Message par Loner » mercredi 24 juin 2020 à 0:16

freeshost a écrit :
mardi 23 juin 2020 à 23:17
Oui, en fait, dans son émotion forte (positive comme négative), l'autre personne* attend :

- qu'on écoute,
- qu'on montre qu'on a écouté,
- qu'on comprenne,
- qu'on reste dans le ressenti et pas qu'on cherche des solutions** (ou des gâche-joie ; cf. le casseux d'party = le rabat-joie).

* Je pense à des personnes spectro-allistes. Mais est-ce aussi le cas pour les personnes spectro-autistes ? Autant ? Plus ? Moins ? Quand vous êtes dans des forts ressentis (négatifs surtout), les exprimez-vous ? Attendez-vous de l'autre personne qu'elle exprime de l'empathie ou qu'elle vous propose des solutions ? Qu'attendez-vous ? Rien ?

** C'est souvent comme ça chez les personnes spectro-autistes qui ne connaissent pas cela (voire qui ne connaissent pas encore le spectre autistique, ce fonctionnement différent).

Remarquez que... tout cela, je ne le savais pas non plus... et il faut m'entraîner à le pratiquer. :mrgreen:
Ben tu vois, j'ai longtemps cru que j'étais un bon empathe parceque je trouvais des solutions ^^ et je suis vraiment tombé de haut lorsque j'ai compris que ce n'était pas ça la finalité de la démarche empathique..d'autant que je transmettais cette approche là à mes étudiants, soutenant mordicus qu'on ne ressent rien mais qu'on intellectualise...

Bref, un jour la psychologue du CRA m'a dit que ce n'était pas ce qu'on nomme empathie.. J'ai vérifié autour de moi, glané témoignages et ...suis tombé dans un mini burn out de quelques jours en mesurant mon erreur.

C'est sans doute ma plus grosse claque dans le processus de conscientisation de mon fonctionnement autistique..Et je n'exagère pas en disant cela. C'est ce moment-là qui m'a convaincu que je devais aller jusqu'au diagnostic.

Tu fais bien de questionner en filigrane cevque l'autiste attend lorsque c'est lui qui narre ses émois.
Pour ma part, je reconnais apprécier qu'on m'écoute mais suis plutôt sensible aux conseils concrets. Donc je suis cohérent.
Je veux que les autres soient avec moi, empathique de la manière dont je crois l'être ^^

Comme dit ma collègue psychologue, j'ai ma manière à moi d'être empathique.:)
HQI, Dyspraxique.
Autiste Asperger
Épileptique

Répondre