Le rapport aux rêves

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Dehlynah
Passionné
Messages : 415
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Le rapport aux rêves

#1 Message par Dehlynah » vendredi 12 juin 2020 à 10:33

Voilà, je me pose des questions sur mon rapport aux rêves, car j'en parle rarement, très rarement à des personnes, mais à chaque fois, elle semblent trouver ça très très spécial...
A priori petite, d'après mes parents, et je m'en rappelle aussi, j'avais un sommeil très agité, je parlais ( et encore!), le matin je me réveillais avec des images très précises dans la tête et je leur racontais.
A un moments j'écrivais mes rêves.
En tout cas ils ont une intensité et une place très forte, comme une vie à part entière.
J'ai des lieux récurrents et c'est comme si je me déplaçais dans mes rêves, à travers mes rêves, j'ai une sorte de "mémoire onirique" : dans mes rêves, je me rappelle d'autres rêves.
Mais dans la réalité aussi, dans la journée je veux dire, j'ai comme des flashs qui me viennent, comme des souvenirs, mais ce sont des rêves, mêmes anciens. Sans parler de ceux de la nuit qui me reviennent, je déroule parfois une bobine, dès qu'un élément me revient, souvent suscité par un élément de la réalité.
J'en ai parlé à mon psychiatre, son seul souci était de savoir si je distinguais bien la réalité du rêve. Oui je crois. Mais leur réalité, leur intensité est quasi identique et ma vie onirique je dirais prend sa place dans ma vie réelle.

J'aimerais savoir si d'autres personnes partagent ces expériences.

Du coup j'ai aussi un sommeil très très léger, peu reposant. Et ce depuis l'enfance. Souvent je me réveille à la fin d'un rêve très intense, et je n'arrive pas à me rendormir. Comme si un chapitre était clos.
Sans parler des pires cauchemars, j'avais lu que le cerveau censurait des trucs horribles, chez moi non. C'est très angoissant, voire insupportable.
Je prends des somnifères en ce moment, et les cauchemars sont encore plus intenses il me semble.
Mais au moins je ne cogite pas et je peux me rendormir. Mon sommeil est plus lourd et profond. Au moins je suis plus reposée. Parce que c'est comme si je n'avais pas de répit, mon cerveau est quasi sans cesse en activité.
Bref autant dire que cette question du sommeil, des rêves est présente dans ma vie depuis trèèès longtemps.
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Space
Fidèle
Messages : 133
Enregistré le : samedi 26 janvier 2019 à 10:54

Re: Le rapport aux rêves

#2 Message par Space » vendredi 12 juin 2020 à 23:42

J’ai un rapport aux rêves assez semblable au tien.

Je rêve quasiment toutes les nuits et peux les raconter au matin. Il m’arrive de reprendre un rêve et d’en faire une suite la nuit suivante ou plusieurs jours ou mois après, comme une série. Ils sont parfois très bien construits, en lien total ou partiel avec l’actualité, les inquiétudes du moment ou autre, et comparables à des films. Parfois ils ont du sens et je me demande bien où je peux aller chercher tout ça. Je pense que le fait de beaucoup regarder la télévision aide mais je ne suis pas sure que cela explique tout. Cela m’avait amené à demander à un spécialiste si le cerveau humain était capable de créer des images. La réponse est oui, à priori, même si j’ai du mal à le croire. D’ailleurs, comment rêvent les personnes qui ne voient aucune images mentales (je me souviens plus du nom mais je crois qu’il poste à été ouvert à ce sujet sur le forum) ?

J’ai aussi remarqué que je ne rêvais jamais de ma famille, notamment mes parents ou alors de manière très sporadique. Et petite je faisais toujours le même pour m’endormir et m’en souviens très bien également. J’ai aussi eu une période assez récente où ils ressemblaient tellement à la réalité que je ne savais pas toujours faire la différence une fois réveillée. Je comprends donc l’interrogation de ton psychiatre.
Femme (T)HQI-Asperger

10/2019 : diagnostic TSA-Asperger (psychiatre)
09/2019 : pré-diagnoctic syndrome Asperger (psychologue)
12/2016 : diagnostic (T)HQI

Dehlynah
Passionné
Messages : 415
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: Le rapport aux rêves

#3 Message par Dehlynah » mardi 16 juin 2020 à 23:42

Cela m’avait amené à demander à un spécialiste si le cerveau humain était capable de créer des images
pourquoi le cerveau humain ne serait-il pas capable de créer des images? Il me semble que c'est le propre de l'art d'ailleurs...
J'ai fait un rêve bizarre il y a peu, d'un insecte vert assez immonde, dans la journée, son image m'a obsédée , puis j'ai réalisé que cet insecte ressemblait aux haricots et petits pois que je fais pousser et qui me fascinent.
J'avais eu une discussion avec des élèves, car on a travaillé en français sur les rêves et le surréalisme, et l'art...On parlait de personnes qu'on ne connaissait pas et qui apparaissaient dans les rêves, une élève avait dit que le cerveau ne pouvait créer des visages de personnes , que c'était forcément des personnes qu'on avait croisées - c'est possible aussi qu'on enregistre tout et que certains enregistrements ressurgissent en rêves seulement.
Je me demande si la mémoire onirique est liée à la mémoire tout court, du fait d'avoir une mémoire assez, voire sur développée, est-ce que ça ne joue pas?
Et puis il y a des constructions à partir du vécu, comme une sorte de montage, de collages (comme mon insecte).
J’ai aussi eu une période assez récente où ils ressemblaient tellement à la réalité que je ne savais pas toujours faire la différence une fois réveillée. Je comprends donc l’interrogation de ton psychiatre.
Oui pour moi c'est leur intensité qui leur donne leur réalité, comme une forme de tangibilité, et puis leur récurrence dans ma journée puis au cours des semaines, mois, années et même dans mes rêves...Et c'est vrai que parfois quand je me souviens de certains rêves dans la journée, j'ai toujours un moment de flottement avant de me dire que c'est un rêve, puisque le rêve est aussi une forme de vécu et d'expérience non?

Sur ce, fais de beaux rêves Space
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Mlle-Qui
Adepte
Messages : 237
Enregistré le : samedi 15 juin 2019 à 11:22

Re: Le rapport aux rêves

#4 Message par Mlle-Qui » mercredi 17 juin 2020 à 14:00

Très intéressants vos témoignages !!
Je ne peux pas participer à la conversation mais je vous comprend à 100% :bravo:
Pré-diagnostiquée TSA (avril 2020)
RDV avec psychiatre spécialisé le 23 avril

Mylie
Adepte
Messages : 229
Enregistré le : lundi 20 avril 2020 à 13:12

Re: Le rapport aux rêves

#5 Message par Mylie » mercredi 17 juin 2020 à 14:11

Mlle-Qui a écrit :
mercredi 17 juin 2020 à 14:00
Très intéressants vos témoignages !!
Je ne peux pas participer à la conversation mais je vous comprend à 100% :bravo:
Idem, je me retiens fort de ne pas participer, en tout cas, je pense que je n apprécierais pas autant dormir si je ne faisais pas de rêve !
En questionnement - début de parcours au CRA
(J'ai une maladie pulmonaire depuis toujours)

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4108
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Le rapport aux rêves

#6 Message par lulamae » dimanche 21 juin 2020 à 9:08

Dehlynah a écrit : A priori petite, d'après mes parents, et je m'en rappelle aussi, j'avais un sommeil très agité, je parlais ( et encore!), le matin je me réveillais avec des images très précises dans la tête et je leur racontais.
A un moments j'écrivais mes rêves.
En tout cas ils ont une intensité et une place très forte, comme une vie à part entière.
J'ai des lieux récurrents et c'est comme si je me déplaçais dans mes rêves, à travers mes rêves, j'ai une sorte de "mémoire onirique" : dans mes rêves, je me rappelle d'autres rêves.
Mais dans la réalité aussi, dans la journée je veux dire, j'ai comme des flashs qui me viennent, comme des souvenirs, mais ce sont des rêves, mêmes anciens. Sans parler de ceux de la nuit qui me reviennent, je déroule parfois une bobine, dès qu'un élément me revient, souvent suscité par un élément de la réalité.
Ca fait un moment que je veux répondre à ce sujet, mais sur le moment, je ne savais pas comment expliquer la place de mes rêves dans ma vie.
- Petite, et adolescente, j'avais des nuits très agitées, je parlais aussi dans mon sommeil, et j'étais somnambule, je me levais endormie et traversais la maison dans l'obscurité.
- J'ai longtemps écrit mes rêves, mais j'ai décidé de ne plus chercher à les analyser, de garder avec eux un rapport "brut". Il est vrai que j'ai à une époque essayé la psychanalyse quand je me cherchais, donc c'était assez logique d'écrire mes rêves dans ce cadre.
- J'ai aussi des flashes, ou encore, mes rêves donnent à mes journées une couleur particulière : il arrive que l'impression vive d'un rêve au réveil perdure au moins la matinée.
- J'ai aussi des rêves récurrents : généralement, il s'agit de lieux, parfois des lieux où je suis peu allée, mais c'est comme si je me perdais dans la ville entière. J'ai aussi un monde souterrain dans lequel je retourne souvent. C'est un peu comme le Seigneur des Anneaux ou Faërie sous terre. Je fais des rêves feuilletons, je retourne dans un rêve une nuit à un point où j'étais restée la fois précédente. Les motifs aussi y sont récurrents : par exemple, il y a souvent une menace qui prend la même forme durant une période : il y a eu la baleine géante, le tsunami, la guerre dans l'espace (avec des explosions dans le ciel), la dictature où on est enfermés dans des camps...
- Mes rêves sont visuellement réalistes : souvent, je suis un chemin, en voiture sur des routes (je vois les panneaux indicateurs et des directions), ou à pied dans une ville créée de toute pièces, en fuyant ou en essayant de retrouver quelqu'un (souvent mes filles, que je dois protéger), parfois même, dans un rêve que j'adore, de maison en maison par des toits et des arrière-cours... J'aimerais beaucoup pouvoir les filmer et les revisiter éveillée.
- Last, but not least : je fais (rarement) des rêves prémonitoires. J'ai rêvé de la maladie de mon père un mois avant qu'on ne lui diagnostique un cancer. Dans mon rêve, il mourait - heureusement, il a eu une rémission de 4 ans. Les personnes qui me sont très chères et sont mortes reviennent assez régulièrement dans mes rêves m'aider à traverser une situation difficiles, et me guident. Je ne suis pas trop à l'aise avec cet aspect de mes rêves, et je n'ai pas envie d'y porter crédit, mais ça m'amène à penser à mes rêves comme à autre chose que l'expression de l'inconscient : plutôt comme à une sagesse primitive, peut-être comme une forme d'inconscient collectif. Je ne suis pas loin de les voir comme des voyages chamaniques, où je serais vraiment moi dans ce monde, et non seulement une image ou une projection de moi.
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Avatar du membre
pimpoline
Forcené
Messages : 701
Enregistré le : lundi 1 mai 2017 à 20:51

Re: Le rapport aux rêves

#7 Message par pimpoline » dimanche 21 juin 2020 à 17:48

Mes rêves font partie intégrante de ma vie.
Comme vous, j'ai une vie nocturne très active en rêves.
Il y a des périodes pourtant, où je suis très calme, et où le mental ne construit pas de scénario.
Je m'en rappelle, très nettement, au point où je suis capable de nommer les moindres détails. Ce sont de vrais films, avec énormément de couleurs, de détails, où chacun de mes sens est développé et mis en action. Beaucoup de mes rêves sont bien plus riches que ma réalité...
Je les note aussi, du moins ceux qui me font impression et qui semblent inédits.
Certains sont récurrents, j'ai repéré les raisons de cette mise en scène en faisant le lien avec mes états émotionnels des journées alentour.
Mes rêves m'aident énormément, à comprendre de quoi j'ai fondamentalement envie, quels sont les schémas que je répète sans m'en apercevoir dans mes relations, quels sont mes besoins à différents niveaux. Dernièrement par exemple, j'ai fait deux rêves symboliquement très parlants pour moi (psycho de comptoir mais le premier degré marche bien parfois) et qui m'ont permis de comprendre que j'avais passé un cap.
sans étiquette, personne ne saura qui je suis.
It’s about dreams and poetry.
Thinking that dreams should only embody poetry.
Thinking too much and forgetting how much poetry is life, life is poetry.
No cheesy reverie, no tedious minds.
But be.

Avatar du membre
MlleHulotte
Forcené
Messages : 559
Enregistré le : samedi 1 octobre 2016 à 16:30

Re: Le rapport aux rêves

#8 Message par MlleHulotte » dimanche 21 juin 2020 à 19:41

lulamae a écrit :
dimanche 21 juin 2020 à 9:08
- Last, but not least : je fais (rarement) des rêves prémonitoires. J'ai rêvé de la maladie de mon père un mois avant qu'on ne lui diagnostique un cancer. Dans mon rêve, il mourait - heureusement, il a eu une rémission de 4 ans.
Se peut-il que tu aies perçu sans en être consciente une haleine particulière de ton père (conscientisé dans ton rêve) ? C'est un symptôme de certains cancers (estomac, pancréas).
C'est juste une hypothèse à laquelle j'ai pensé en te lisant.
diagnostiquée autiste - fibromyalgie - TDA - TCA

Avatar du membre
lulamae
Forcené
Messages : 4108
Enregistré le : dimanche 25 février 2018 à 15:10
Localisation : Nantes (44)

Re: Le rapport aux rêves

#9 Message par lulamae » dimanche 21 juin 2020 à 19:49

MlleHulotte a écrit :
dimanche 21 juin 2020 à 19:41
lulamae a écrit :
dimanche 21 juin 2020 à 9:08
- Last, but not least : je fais (rarement) des rêves prémonitoires. J'ai rêvé de la maladie de mon père un mois avant qu'on ne lui diagnostique un cancer. Dans mon rêve, il mourait - heureusement, il a eu une rémission de 4 ans.
Se peut-il que tu aies perçu sans en être consciente une haleine particulière de ton père (conscientisé dans ton rêve) ? C'est un symptôme de certains cancers (estomac, pancréas).
C'est juste une hypothèse à laquelle j'ai pensé en te lisant.
C'est possible, j'ai un bon odorat, mais je n'en ai pas le souvenir. Par ailleurs, il avait un cancer de la moelle osseuse, je ne sais pas si ça peut avoir une incidence sur la digestion.
Je sais qu'il voyait depuis quelque temps un ostéopathe pour une douleur persistante aux cervicales, et ce dernier ne comprenait pas pourquoi ça ne partait pas. Peut-être aussi que j'ai perçu une fatigue inhabituelle chez lui...
Diagnostic d'autisme juillet 2019.

Dehlynah
Passionné
Messages : 415
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: Le rapport aux rêves

#10 Message par Dehlynah » mercredi 1 juillet 2020 à 21:52

Merci pour vos retours,
j'ai fait dernièrement un rêve que je DOIS retranscrire, tellement il était d'une intensité sensorielle et émotionnelle

Je me rends compte à quel point ils sont envahissants, et pénètrent ou interpénètrent ma réalité quotidienne

https://www.franceculture.fr/emissions/ ... nvisible-0

A un moment il est question des rêves dans cette émission passionnante, de la puissance de l'imaginaire
Un truc qui m'a toujours étonnée, quand je racontais mes rêves le matin à mes parents, sempiternellement mon père disait " Pfff tu as une de ces imaginations..." Or le rêvs pour moi n'est pas une création consciente, donc ce n'est pas vraiment une forme d'imagination, vous voyez?
C'est juste mon cerveau qui travaille tout seul à partir de tout ce qu'il enregistre, pense. Comme une forme de remodélisation du réel quasi spontanée dans une autre dimension.

Les personnes qui me sont très chères et sont mortes reviennent assez régulièrement dans mes rêves
idem par contre je ne sais pas si elles me guident, et dans mes rêves je suis parfois dans les deux réalités : Je SAIS qu'elles sont mortes, mais je les vois vivre et parfois j'ai même une sorte de réaction d'étonnement de leur réapparition, par exemple mon ami qui est décédé, c'est comme si j'avais CRU qu'il était mort mais qu'en réalité il avait juste disparu et qu'il revenait.

Tous ces rêves me travaillent énormément, ils sont tellement présents dans mon quotidien.
TSA (prédiagnostic : printemps 2018 - confirmation par psychiatre spécialisé : été 2019) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Lilette
Forcené
Messages : 10931
Enregistré le : mardi 29 juillet 2014 à 11:15

Re: Le rapport aux rêves

#11 Message par Lilette » dimanche 5 juillet 2020 à 0:57

Les rêves ne sont rien de plus que la somme des situations expériences vécues les jours précédents, le cerveau qui fait une sorte de reset, il ne faut pas chercher d'explication psychanalytique là où il n'y en a pas.
TSA.

IrwenRed
Fidèle
Messages : 152
Enregistré le : mardi 20 février 2018 à 13:55

Re: Le rapport aux rêves

#12 Message par IrwenRed » dimanche 5 juillet 2020 à 1:29

Je réponds pour plusieurs raisons.
La première c'est que j'ai aussi un monde imaginaire dans mes rêves dans lequel je retourne depuis que je suis petite il se passe pleins de choses dedans mais j'ai pas forcément envie d'en parler. Perso je me pose pas trop la question du pourquoi du comment je rêve et puis voilà.

Ensuite pour les cauchemards personnellement je prends un anti depresseur pour le soir qui m'a été prescrit suite ) un stress post traumatique aigu il m'évite les cauchemars. Aujourd'hui même sans je ne revis plus mon agression mais je fais des rêves qui me stressent et je me reveille en crise de panique ou des cauchemars simple donc je m'y suis habituée et peut-être que ça pourrait t'aider aussi.

Diagnostique par psychiatre : TSA avec HPI et trouble anxio-depressif chronique
Le 15/04/2019
Pré diagnostiquée TSA sans HPI le 24/05/2018

Répondre