Relations dans la fratrie

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Aliocha1
Régulier
Messages : 51
Enregistré le : mercredi 13 mai 2020 à 12:38

Relations dans la fratrie

#1 Message par Aliocha1 » dimanche 19 juillet 2020 à 20:19

Bonjour,

Je ne sais pas trop comment aborder ce sujet... En fait, depuis que j'ai entrepris une démarche de diagnostic, je retrace un peu mon parcours et il y a beaucoup de choses de mon enfance (petite enfance et maternelle pour être précis) que j'avais complètement oublié (ou refoulé peut-être...), notamment vis-à-vis de ma relation avec mes frères.

En fait, j'ai toujours été très proche d'un de mes petits frères, mais je ne savais pas quelle proportion cela avait pu prendre vis-à-vis de certains aspects. Je me souviens bien sûr que nous étions toujours fourrés ensemble mais selon ma mère cela relevait presque de la nécessité pour moi, ce que j’ignorais jusqu’à présent. Par exemple, à l'école ou chez des amis, j'étais complètement refermé sur moi-même et silencieux, mais quand mon frère était là je devenais beaucoup plus présent et expressif. J'ai aussi presque toujours fréquenté son groupe d'amis car c'était beaucoup plus simple ainsi...

Je me suis souvent dit que mon frère m'avait été d'une aide indispensable pour affronter la vie (et surtout la vie "sociale") mais jusqu'à maintenant je n'avais jamais songé à quel point cela avait pu être une sorte de fardeau pour lui (sans qu'il l'ait forcément vécu de cette manière, quoique je pense qu'il a toujours eu conscience de ma différence, quelle qu'elle soit, ainsi que de mes difficultés).

Par ailleurs, j'ai une relation complètement différente avec un autre de mes frères, plus âgé, avec lequel le courant n'est jamais vraiment passé, au point où j'ai j'ai les mêmes difficultés à interagir avec lui qu'avec les personnes que je ne connais pas très bien...

Comment cela s'est passé dans votre enfance, pour ceux d'entre vous qui ont des frères ou des sœurs ? Est-ce que le fait d'être entouré par des frères ou sœurs "neurotypiques" a pu vous aider dans l'apprentissage des relations sociales avec les autres ? Aussi, est-ce que le sentiment de votre différence vis-à-vis d'eux était très présent ?
En questionnement.

apache
Habitué
Messages : 79
Enregistré le : jeudi 30 novembre 2017 à 15:12

Re: Relations dans la fratrie

#2 Message par apache » lundi 20 juillet 2020 à 18:37

Mon frère a 10 mois d’écart avec moi (nous sommes nés la même année). Dans l’enfance, je ne me mélangeais pas à ses amis, car je n’avais pas les mêmes centres d’intérêts, mais à la maison on s’entendait bien.
Par contre, mon frère m’a beaucoup aidée quand nous avons quitté la maison familiale. Il m’a appris à faire les courses, prendre les transports en commun, gérer les tâches ménagères… Il m’avait même donné un double de sa clé d’appartement pour que je puisse aller et venir.
Par contre n’ai pas d’autres frères ou sœurs, donc je n’ai pas d’élément de comparaison.
TSA de type syndrome Asperger

Avatar du membre
Loner
Forcené
Messages : 1009
Enregistré le : jeudi 20 octobre 2011 à 21:03

Re: Relations dans la fratrie

#3 Message par Loner » lundi 20 juillet 2020 à 23:11

2 frères (4 ans et 5 ans d eccart avec moi. Je suis au milieu).
Aucun lien.
Aucune manifestation affective ni intérêt et élan vers l'autre.
Pas de partage de quoi que ce soit. Je suppose que c'est réciproque.
Je me considère comme fils unique. Voir orphelin aussi.
HQI, Dyspraxique.
Autiste Asperger
Épileptique

Avatar du membre
RedMacbeth
Fidèle
Messages : 180
Enregistré le : jeudi 8 février 2018 à 20:42

Re: Relations dans la fratrie

#4 Message par RedMacbeth » samedi 25 juillet 2020 à 22:08

J'ai deux petits frères.

Je passerai rapidement sur le second, qui sera plus proche en âge de mes enfants que de moi-même et que je n'ai pas eu le droit d'apprendre à aimer. (Situation de famille recomposée très délicate, avec ma belle-mère qui refusait que je le prenne dans les bras, ou que je construise un lien avec lui).

En revanche, mon petit frère, celui auquel je pense systématiquement quand on me demande si j'ai des frères et soeurs et moi avons un lien intéressant.
Enfants, nous jouiions tout le temps ensemble, ou simplement côte à côte. Même quand il savait à peine parler, on avait déjà de super jeux où on montait dans des fusées pour conquérir l'espace !
A l'école, nous avions chacun notre groupe d'amis, mais il a été un réel soutient vers l'adolescence ou dans les réunions de famille, lorsque nous n'avions que l'autre. Nous étions ensemble, envers et contre tout. Il a partagé mes intérêts restreints simplement pour me faire plaisir (quand je pense qu'il a regardé tous ces documentaires sur Laurent Ruquier à l'époque de mon obsession pour lui, juste pour être avec moi...).
Je n'étais pas diagnostiquée autiste, personne ne pensait quoi que ce soit de moi à part le fait que j'étais une adolescente déprimée et difficile, alors je ne dirai pas qu'il m'a aidée socialement, même inconsciemment. Simplement, il m'a permis de ne pas avoir de contact social sans être seule, et c'est précieux.

Après... Eh bien après, il a eu ses propres problèmes. Il est passé par une violente crise d'ado qui se termine à peine, et il a commencé à ne plus supporter mes "bizarreries", mes rituels, le fait que je sois ostensiblement différent-e sans rien pouvoir y faire. Il pensait que je le faisait exprès.
Il voulait se fondre dans la masse, et je l'en empêchais. Le rejet a été très violent, surtout vu le lien très fort que nous avions. Il ne supporte toujours pas mon autisme, mais la crise d'adolescence passe, il commence enfin à se trouver lui-même, et il commence à pouvoir supporter ma différence.

Je crois que c'est là toute la difficulté qu'il y a eu entre nous : avant de pouvoir m'accepter, il a dû s'accepter, accepter d'être différent et parcourir son propre chemin. Il se réconcilie doucement avec le passé, et j'essaie d'accepter son caractère très différent de ce à quoi j'étais habitué-e et ses points de vues.

C'est mon frère. C'est mon petit frère, et même si personne ne se serait jamais risqué à l'embêter, j'aurais pu me battre pour lui, malgré ma frêle carrure. J'ai une relation d'aînée typique avec lui.
Officiellement diagnostiquée avec un Trouble du Spectre Autistique.
Trouble Anxieux
Soupçon de dyspraxie.

Aliocha1
Régulier
Messages : 51
Enregistré le : mercredi 13 mai 2020 à 12:38

Re: Relations dans la fratrie

#5 Message par Aliocha1 » dimanche 26 juillet 2020 à 13:06

(Pardon si je ne réponds pas mais je vous remercie pour vos témoignages, vraiment !)
En questionnement.

Avatar du membre
Jean
Modérateur
Messages : 20681
Enregistré le : lundi 24 octobre 2005 à 22:39
Localisation : Finistère

Re: Relations dans la fratrie

#6 Message par Jean » lundi 27 juillet 2020 à 11:43

Comment l'autisme façonne les relations entre frères et sœurs

23 juil. 2020

spectrumnews.org Traduction de "How autism shapes sibling relationships | Spectrum | Autism Research News" par Emily Laber-Warren / 22 juillet 2020

https://blogs.mediapart.fr/jean-vincot/ ... -et-soeurs
père d'une fille autiste "Asperger" de 37 ans

EnHans
Forcené
Messages : 1810
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 à 9:43

Re: Relations dans la fratrie

#7 Message par EnHans » mardi 28 juillet 2020 à 8:31

J'ai 2 garçons, un autiste et un nt très sensible. On a eu un dilemme hier soir... ils sont en vacances chez mes beaux parents et le plus jeune laisse la chambre à son frère autiste depuis qu'ils y vont (c'est le 7 ème été). Lui, dort sur le pallier, il n'y a pas assez de chambres... c'est moins sympa c'est sûr mais il ne s'est jamais plaint jusqu'à maintenant. Il supporte d'entendre mon beau père regarder la tv jusqu'à très tard...

Ce qui devait arriver arriva : Il m'a demandé s'il pouvait dormir dans la chambre au moins cette nuit... Du coup, j'ai obligé mon fils autiste à faire l'effort au moins la nuit dernière... Il récupérera sa chambre dès ce soir. Il m'a dit qu'il ne dormirait pas... Tant pis, il y a pire (dormir sous la pluie par ex). Ça ne pouvait pas se faire autrement...

Ce serait totalement injuste de dire à son frère qu'il n'a pas le droit lui aussi de dormir dans la chambre sous prétexte de "la force de l'habitude". Je pense qu'il est capable de se plier en 4 pour son frère à condition où le jour où il a une demande particulière qui piétine le bien être de son frère, on se doit d'y répondre positivement.
début d'une démarche diag pour moi
un enfant diag en 2012

Avatar du membre
Morgane26
Régulier
Messages : 46
Enregistré le : vendredi 24 avril 2020 à 11:28
Localisation : Nouvelle aquitaine

Re: Relations dans la fratrie

#8 Message par Morgane26 » lundi 3 août 2020 à 14:14

Bonjour à tous,
Au niveau des relations avec mon frère et soeur de 14 ans jumeaux, c'est très très très compliqué et dur à vivre.
En effet, mon frère est fan voir addict aux jeux vidéos sur ps4 et dès que je commence une conversation avec ma mère il se met à dire "humm... ca recommence. elle saoule celle là l'handicapé toujours elle...". Il est tout le temps en train de me critiquer malgré qu'il soit très intelligent(18 de moyenne, 19 en chimie).

Ma soeur, c'est aussi compliqué! Ex: hier, je vais aider mon cousin propriétaire d'un centre équestre dans ses papiers administratifs puis sa copine m'invite à boire l'apéritif avec eux. Je me sens un peu offusquée mais bon, c'est ma famille donc je vois pas en quoi ça causera souci et accepte l'invitation.

Je rentre à la maison. Là, ce midi, ma soeur m'a dit "ma copine m'a raconté que tu t'es encore incrustée et tu as raconté ta life, tu saoules et tu ne sers à rien. Un parasite". Franchement, en quoi cela la regarde t-il? J'ai été invité et alors?! Elle m'énerve à me surveiller dès que je sors me promener voir la famille car elle est cavalière de haut niveau et elle m'a dit "ouai! tu es un parasite! oui c'est ça. Moi je lui ai rétorqué "mais en quoi cela te concerne? j'ai été invité. Je n'allais pas décliner l'invitation car je les vois pas souvent. Tu es énervante à écouter les ragots des uns et des autres car ce n'est pas parce que tu es ma soeur que tu me connais par coeur" Elle me dit "mais si je te connais! tu es comme ça, tu sers à rien".

J'ai l'impression d'être vraiment discréminée par rapport à ma différence et être inutile dans la famille à causer des problèmes partout. si je n'étais pas là, ca serait comment? J'ai aussi une étrange impression d'invisibilité et que je me dois de passer inapperçu pour ne pas "géner". Cette situation m'exaspère et c'est un dialogue de sourd auquel je fais face. Je ne sais plus comment je dois me situer sachant que ma mère se positionne du côté de ma soeur en disant que je n'ai pas à accepter l'invitation quand il y a des gens. J'étais pas censée savoir qu'il y aurait d'autres personnes. :naugty: :evil: :evil:
Qu'en pensez vous? avez vous déjà vécu cette situation similaire? si oui, comment puis je améliorer cela? Je déprime d'être ce que je suis au point de ne plus vouloir faire partie de la famille, de vouloir partir à mon appartement et vivre sans eux plus jamais. :hotcry:
Diagnostiquée Autiste Asperger- en Juillet 2019 + HPI, par le CRA de Limoges.
Epileptique
Dyspraxique(trouble développemental coordination)
Poursuite d'études: IFAS(institut de formation d'aide soignant)

Répondre