Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Message
Auteur
Avatar du membre
Herlock Martin
Forcené
Messages : 746
Enregistré le : lundi 11 août 2014 à 23:05

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#16 Message par Herlock Martin » dimanche 22 novembre 2020 à 23:42

Bonsoir,

en dehors du fait que je suis complètement d'accord avec la difficulté de travailler en "milieu ordinaire", même quand on est autiste "de haut niveau", je voulais intervenir au sujet de la rémunération que l'on peut attendre suite à une réduction d'activité...en termes de Pension d'Invalidité.

Je me doute que la généralisation de son versement n'est pas à faire, car il doit bien y avoir des critères à remplir et ils doivent donc exclure des situations professionnelles ou des profils ou des parcours...bref, je ne dis pas que tout le monde peut en bénéficier dans l'absolu.

Cependant, il faut se renseigner car la PI est un revenu de substitution, qui peut être versée à une personne qui a exercé une activité à temps plein, et qui ne peut plus maintenir un temps plein...en donnant les infos de sa dernière année à temps plein avant réduction des heures et du salaire, si le droit est ouvert et versé, la personne touche son salaire réduit et un complément en PI qui lui permet de maintenir sa rémunération, son train de vie...

Tout cela reste donc un principe de la Sécurité Sociale qui doit voir le cas individuel être étudié pour savoir si le droit peut se mettre en place, dire faites le parce que moi je l'ai fait est une grossière erreur, cependant ça vaut peut-être le coup de se renseigner pour savoir si ça peut se mettre en place.

Bon courage !
Prédiag TSA en 14...
Scores élevés sur WAIS en 14 et 16
Prédiag TSA bis en 16
TSA diagnostiqué en 17
3 ADOS, 1 ADI, 1 SQC, 1 M-CHAT, 2 WAIS, pour un atypique même dans l'autisme :mryellow:

Arcane
Passionné
Messages : 410
Enregistré le : jeudi 13 juin 2019 à 19:33

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#17 Message par Arcane » lundi 23 novembre 2020 à 6:47

PetitNuage a écrit :
dimanche 22 novembre 2020 à 22:57
Arcane a écrit :
dimanche 22 novembre 2020 à 21:47
Merci PetitNuage ☺️

Je m'étais régalée avec des ce1 en stage y'a 4 ans...
Mais c'était une école "normale", avec des parents "normaux". Et ça change bcp de choses.

Jspr pouvoir faire jouer la rqth l'an prochain pour quitter cette ville et me rapprocher...
Oui il est clair que selon les milieux, l'ambiance peut changer du tout au tout.
J'ai la chance d'être à la campagne
où la seule difficulté est le rythme de vie soutenu des enfants
du fait que les parents ne travaillent pas sur place.

Je te souhaite d'obtenir un poste où tu pourras t'épanouir l'an prochain ! :kiss:
Merci ☺️

Merci Herlock Martin pour ces renseignements...
TSA
HPI

Dehlynah
Forcené
Messages : 569
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#18 Message par Dehlynah » lundi 23 novembre 2020 à 10:21

Inimaginable pour moi de ne pas être salariée et d'avoir toute ma vie (parce que soyons claire même si je n'ai pas de gros besoins, plus d'argent c'est ta vie qui bascule très vite) qui est liée au marché, à la météo ou je ne sais quoi... rien que d'y penser, j'en ai des sueurs froides (et j'ai pas d'enfants à charge). En plus pour avoir des amies autoentrepreneuses, tu perds notamment beaucoup au niveau des mutuelles etc. Avce un handicap, et le fait que je suis de moins en moins jeune et frinagante , c'est trop stressant.
Ah mais je ne me sens pas non plus capable de me lancer dans un projet tel que tu le décris...Ni salariée ni auto...A la base j'avais imaginée être salariée à mi temps (dans l'EN) et faire mes trucs à côté tranquillou sans pression, et sans volonté de rentabilité surtout ( autour de moi aussi je connais des indépendants, c'est très compliqué)...Mais prof (de français en tout cas), même à mi temps, ça me bouffe trop...
Mon projet de devenir prof-doc me paraît parfois titanesque et c'est là dans les moments de découragement où je ne vois pas de porte pour moi...

Mais bon là je suis peut être dans une phase où je dois me concentrer sur ma santé et mes enfants et ensuite seulement je pourrai penser sérieusement au travail, disons à comment je vais faire pour pas être à la rue ... Je vois l'échéance de mon CLD approcher...
Et je me suis vite armé pour argumenter contre le syndrome d'épuisement, contre le surstress, pour le sommeil et les pauses.
Merci pour ton témoignage Freehost - oui voilà, c'est cela, ma vie tourne autour de ces évitements...Ma vie depuis un moment, tourne autour du sommeil(j'angoisse vraiment si je ne peux pas faire de sieste, très rare qu'une nuit soit reposante, exemple cette nuit, réveillée à 4h30, allergies, petite crise d'asthme, cogitations...Je vais aller me recoucher, et il FAUT que je dorme avant que l'éduc arrive, avant que je récupère ma fille...)
Je ne me vois pas non plus rester à la maison à rien faire...
Alors ça pour moi c'est pas un problème justement...Entre les enfants, la logistique, les siestes, le jardin, et mes occupations, je ne m'ennuie jamais (pas assez même)

28 petits...J'adore les 4-5 ans, j'ai passé mon stage BAFA avec des petits de cet âge dans un centre social dans un quartier un peu chaud ( des petits de 5 ans avec déjà des insultes bien assimilées)...Mais Insomnies pendant un mois, trop de stress, de responsabilités, j'ai jamais plus été animatrice...D'ailleurs le stage théorique c'était assez mal passé (j'ai retrouvé le compte rendu pendant mon diag, j'avais un vague souvenir et en effet " doit être plus à l'écoute pour travailler en équipe" :yawn:
Quant à faire du bénévolat, je ne sais pas car, comme je suis hypersensible, je crains que :
. cela ne me "bouffe" et me plonge dans un mal-être profond car je sais ne pas être en mesure de prendre du recul avec toute la misère du monde ;
. de tomber sur des "responsables" profiteurs et comme je ne me laisserai pas faire, éventuellement avec des réactions pouvant surprendre un neurotypique, cela créera inévitablement des tensions...
bah là c'est vraiment très très aléatoire, y a des endroits faut carrément postuler, t'engager, limite comme un salarié...sans salaire, et puis d'autres où ça peut être très cool ...

Merci Herlock Martin pour tes infos...Voilà l'idée pour moi pour l'instant c'est d'avoir un toit et de quoi manger pour mes enfants et moi...Parce que de toute façon le travail pour l'instant m'a rendue malade, physiquement, psychiquement...Même les bons moments, la gratification sociale, personnelle même (j'ai été vraiment heureuse d'apprendre à lire à un monsieur avec des difficultés énormes) ne font pas le poids avec le prix que je paye à travailler...Et à chaque fois je suis soulagée d'arrêter...Sans parler des trajets (même courts...)
Modifié en dernier par Dehlynah le lundi 23 novembre 2020 à 13:15, modifié 1 fois.
TSA (diagnostic en 2019 par psychiatre spécialisé) - troubles anxio-dépressifs

Mylie
Passionné
Messages : 463
Enregistré le : lundi 20 avril 2020 à 13:12

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#19 Message par Mylie » lundi 23 novembre 2020 à 10:56

Herlock Martin a écrit :
dimanche 22 novembre 2020 à 23:42
Bonsoir,

en dehors du fait que je suis complètement d'accord avec la difficulté de travailler en "milieu ordinaire", même quand on est autiste "de haut niveau", je voulais intervenir au sujet de la rémunération que l'on peut attendre suite à une réduction d'activité...en termes de Pension d'Invalidité.

Je me doute que la généralisation de son versement n'est pas à faire, car il doit bien y avoir des critères à remplir et ils doivent donc exclure des situations professionnelles ou des profils ou des parcours...bref, je ne dis pas que tout le monde peut en bénéficier dans l'absolu.

Cependant, il faut se renseigner car la PI est un revenu de substitution, qui peut être versée à une personne qui a exercé une activité à temps plein, et qui ne peut plus maintenir un temps plein...en donnant les infos de sa dernière année à temps plein avant réduction des heures et du salaire, si le droit est ouvert et versé, la personne touche son salaire réduit et un complément en PI qui lui permet de maintenir sa rémunération, son train de vie...

Tout cela reste donc un principe de la Sécurité Sociale qui doit voir le cas individuel être étudié pour savoir si le droit peut se mettre en place, dire faites le parce que moi je l'ai fait est une grossière erreur, cependant ça vaut peut-être le coup de se renseigner pour savoir si ça peut se mettre en place.

Bon courage !
Merci pour ces informations c'est intéressant ! J'ai la possibilité, à mon travail, de renoncer au paiement de primes pour les mettre en CET, puis, quand il y a assez dessus, de financer mon temps partiel (je bosse à 80% mais je suis payée à 100%); l'avantage étant de cotiser à 100% (pour la retraite notamment). Je me demandais si cela vaudrait le coup, étant donné que je risque de ne jamais la connaitre, la retraite (vu mon espérance de vie et ma santé à l'heure actuelle). Mais si la PI est calculée sur les derniers revenus perçus à 100%, alors cela peut être clairement utile (surtout qu'en début de carrière le salaire augmente beaucoup à mon travail). Accessoirement, cela peut être une très bonne info à donner pour les passages d'échelons (qui se font théoriquement au mérite, mais en réalité c'est bien à la tête du client là où je suis).

Edit: je rappelle que je participe en tant qu'handi (et pas en tant que potentiellement TSA)
Modifié en dernier par Mylie le mardi 24 novembre 2020 à 15:23, modifié 1 fois.
Rdv psychiatre 09/20: signes pouvant évoquer un syndrome asperger, bien compensé, nécessité de tests plus poussés.
Réorientation du dossier au CRA - 9 mois d attente annoncé (min: 02 ou 03/2021)

(J'ai une maladie pulmonaire depuis toujours)

Dehlynah
Forcené
Messages : 569
Enregistré le : vendredi 22 juin 2018 à 19:45

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#20 Message par Dehlynah » mardi 24 novembre 2020 à 11:15

Ben voilà la phrase qui tue je l'ai entendue ce matin et je m'en serais passé : " Il serait temps que tu gagnes ta vie."
Comme si j'avais pas essayé...
Là je me suis sentie stigmatisée et dévalorisée. Va falloir que je lui explique.
la vie "professionnelle" (puis kossé ça signifie ce mot-là ?) n'est pas un but en soi pour moi. Je ne suis pas au service du dôme fantôme de l'économie
Si, ça PEUT signifier quelque chose, j'ai perçu des possibilités d'épanouissement dans un boulot où je me sentais utile - et où il y a eu de vrais échanges humains...MAIS dans un contexte de fatigue chronique, de handicap, d'épuisement...Où ma santé, celle de mes enfants, me prennent toute mon énergie, ça n'a plus trop de sens justement. En mode survie, je vis au jour le jour.Chaque jour suffit sa peine donc. Et je n'arrive plus à me projeter dans cette vie de "travail" où on doit externaliser une énergie qui me fait déjà autant défaut.
TSA (diagnostic en 2019 par psychiatre spécialisé) - troubles anxio-dépressifs

Avatar du membre
Tugdual
Modérateur
Messages : 29472
Enregistré le : jeudi 15 novembre 2012 à 0:13
Localisation : Nord-44
Contact :

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#21 Message par Tugdual » mardi 24 novembre 2020 à 14:06

Modération (Tugdual) : 
Rappel : la section "Espace TSA", comme son sous-titre le précise, est dédiée aux témoignages des personnes diagnostiquées (voir les détails ici et la synthèse ).
TCS = trouble de la communication sociale (24/09/2014).

Avatar du membre
Jolteon
Fidèle
Messages : 121
Enregistré le : mardi 19 septembre 2017 à 20:13

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#22 Message par Jolteon » mardi 24 novembre 2020 à 20:53

Dehlynah a écrit :
mardi 24 novembre 2020 à 11:15
Ben voilà la phrase qui tue je l'ai entendue ce matin et je m'en serais passé : " Il serait temps que tu gagnes ta vie."
Comme si j'avais pas essayé...
Là je me suis sentie stigmatisée et dévalorisée. Va falloir que je lui explique.
Je ne connais pas les détails de ton historique de travail, mais personnellement à plusieurs reprises en lisant des témoignages comme le tien de personnes autistes qui ont réussi à travailler pendant plusieurs mois voire années quasi normalement, je me suis senti très nulle. Je n'ai jamais réussi à travailler, pourtant j'ai essayé pendant des années... Des années de souffrance. Certaines expériences le temps que j'ai tenu se compte en jours... Je me suis rendue compte que le monde du travail n'est pas fait pour moi. Pourtant à écouter certaines personnes même des professionnels de la santé "une personne autiste peut travailler car il y en a qui y arrivent".

Le fait que tu aies réussi à travailler jusqu’à maintenant, franchement c'est bien! Tu devrais être fière de toi d'avoir tenu aussi longtemps malgré l'épuisement, les burn-out, le bruit etc... C'est honteux cette personne qui dit ça comme si tu n'avais encore jamais eu un seul salaire. Le fait que tu n'en peux plus, c'est compréhensible. Si tu n'es plus capable d'exercer ton métier de professeur de français même à mi-temps, tu devrais avoir droit à l'AAH. Il faudra sûrement que tu adaptes ton mode de vie (financièrement), surtout avec deux filles.
Diagnostiquée TSA.

EnHans
Forcené
Messages : 2241
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 à 9:43

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#23 Message par EnHans » mardi 24 novembre 2020 à 22:23

J'espère qu'on arrivera à orienter notre fils dans une voie qui lui permettra de trouver un travail le plus zen possible, sans trop de responsabilités, trop de contacts, pas des horaires de dingue...
Et c'est dommage, car il est largement capable de faire un travail difficile comme pompier, infirmier... mais la pression "hiérarchique" actuellement est tellement oppressante que c'est inenvisageable malheureusement... (quoique j'en discutais avec une personne âgée qui me racontait que la rentabilité était déjà un point essentiel en 1970... mais bon je pense qu'actuellement, c'est pire)
Un enfant diag en 2012

Avatar du membre
Alpha
Passionné
Messages : 361
Enregistré le : mardi 14 mai 2019 à 8:35

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#24 Message par Alpha » jeudi 26 novembre 2020 à 20:47

J'en rêve franchement. Pouvoir m'adonner à des activités qui ne rapportent pas. Du bénévolat pour des causes qui m'importent, lire, passer du temps avec mon chat, adopter un chien...
Je compense tellement et j'essaie de tout faire en parallèle et au final ça m'amène à des périodes de déprime/dépression/TCA ... C'est d'ailleurs comme ça que j'ai été diagnostiquée.
Mais bon c'est tellement utopique ce monde là. Outre le regard des autres.
En plus, dans ma boite on fait tout un laïus sur prendre des personnalités qui sortent de l'ordinaire, l'inclusion, la diversité. Mais en fait tout est du blabla et les préjugés sont identiques. "On cherche quelqu'un d'un peu different mais pas trop." :shock:
C'est un peu comme le greenwashing. Ca fait du bien à l'image de l'entreprise mais par contre pour la planète...que dalle.
Diag TSA

azerty
Nouveau
Messages : 8
Enregistré le : vendredi 14 septembre 2018 à 5:03

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#25 Message par azerty » vendredi 27 novembre 2020 à 5:37

Bonjour,

Je ressens comme une forme de fatalisme dans les différents propos des intervenants.
Le fait qu’un sujet soit ouvert sur le forum et qu’il vise à interpeller le plus grand nombre, conforte mon ressentiment.

De mon point de vue si le fatalisme est sous-jacent au renoncement alors, ce choix de s’exclure du monde professionnel, est voué à l’échec.
J’entends par "échec ", déprime.
Diagnostiqué Autiste Asperger

Avatar du membre
piedsboueux
Forcené
Messages : 946
Enregistré le : mardi 3 mai 2016 à 16:35
Localisation : CILAOS
Contact :

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#26 Message par piedsboueux » vendredi 27 novembre 2020 à 7:55

Si la société donne une issue pour s'extraire d'un monde du travail trop toxique c'est à prendre, et d'ailleurs, ce n'est pas un choix quand on ne peut pas.
Cela signifie être Libéré de cette obligation de travail par des aides sociales, en tant que "parasite de la société"?
Culpabiliser n'est qu'un poison de plus pour gâcher l’opportunité de vivre plutôt que survivre alors offerte. On n'est pas parasite de la société on y joue un autre rôle, souvent plus important que le rôle qu'on aurait joué en se trouvant mal au travail, en souffrant et faisant du coup souffrir les autres...
Diagnostiqué Asperger vers 37 ans (2007)
Intérêt plutôt spécial: les câlins!

EnHans
Forcené
Messages : 2241
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 à 9:43

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#27 Message par EnHans » vendredi 27 novembre 2020 à 9:09

piedsboueux a écrit :
vendredi 27 novembre 2020 à 7:55
Si la société donne une issue pour s'extraire d'un monde du travail trop toxique c'est à prendre, et d'ailleurs, ce n'est pas un choix quand on ne peut pas.
Cela signifie être Libéré de cette obligation de travail par des aides sociales, en tant que "parasite de la société"?
Culpabiliser n'est qu'un poison de plus pour gâcher l’opportunité de vivre plutôt que survivre alors offerte. On n'est pas parasite de la société on y joue un autre rôle, souvent plus important que le rôle qu'on aurait joué en se trouvant mal au travail, en souffrant et faisant du coup souffrir les autres...
Tu as verbalisé ma pensée.
Un enfant diag en 2012

Avatar du membre
NatachaT
Adepte
Messages : 282
Enregistré le : mercredi 16 septembre 2020 à 11:07
Localisation : Nord

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#28 Message par NatachaT » vendredi 27 novembre 2020 à 9:44

Oui, c'est une manière de voir les choses très positive et inspirante. Merci piedsboueux.
Pré-diagnostic TSA (Asperger) (attente validation psychiatre) + THQI à 47 ans de vie sans cohérence
Maman de 2 enfants (S, en démarche diagnostic et A, HP)

Avatar du membre
Flower
Forcené
Messages : 4720
Enregistré le : mercredi 8 avril 2015 à 13:13
Localisation : Au pied des Pyrénées

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#29 Message par Flower » vendredi 27 novembre 2020 à 16:26

Je me suis orientée vers un domaine qui me passionne. J'y ai travaillé une dizaine d'années et je suis tout à fait capable de faire du bon, voire du très bon boulet. Sauf que ça m'épuise, au point de perdre la motivation, au point de ne pas pouvoir tenir ni psychologiquement ni physiquement. Du coup, l'année dernière j'ai changé vers un poste totalement différent. Et c'est vrai que c'est plus calme sur les horaires et les délais, et un peu moins difficile niveau interactions sociales. Mais ça m'ennuie, et on me demande plus de faire de l'encadrement, que je ne sais pas vraiment faire (y compris faute de formation).

Donc je me sens coincée. Soit j'essaie de rester sur un truc un peu moins fatiguant mais ennuyeux, soit je ne vis que pour travailler et en plus ce sera compliqué quand même. Renoncer à cette carrière initiale est un crève-cœur, c'est un travail qui a énormément de sens pour moi, mais si je reprends, même en adapté, je finirai par en crever.

Si l'argent n'était pas en problème, je m'installerais à la campagne avec des chevaux pour écrire des romans. Mais comme ça ne paie pas, que je suis fonctionnaire titulaire et que j'ai un crédit immobilier, ce serait de la folie...

Je te comprends, mais je n'ai pas de solution. Juste la même douleur de ne pas vraiment arriver à faire ce que j'aimerais faire. Le TSA, même de "haut niveau", même quand on a des compétences, à la fin reste un handicap.

:(
Détectée HQI dans l'enfance, diagnostiquée TSA de type syndrome d'Asperger en juillet 2015.

Clovis
Forcené
Messages : 900
Enregistré le : samedi 2 mai 2009 à 20:36
Localisation : Ouest

Re: Renoncer à une vie professionnelle/ imaginer une autre forme de vie

#30 Message par Clovis » vendredi 27 novembre 2020 à 17:03

Avant mes 26 ans mon expérience du monde du travail se limitait à un mois à travailler l'été pour le petit village de mes parents et un mois dans un supermarché...

Même si j'ai la chance d'avoir appris un métier en lien avec ma principale passion et qui permet de trouver des postes qui sont relativement compatibles avec mon fonctionnement je sais que chaque jour est une victoire. Je le savais bien avant de savoir autiste. Il y a encore dix ans de ça je n'aurais jamais cru pouvoir intégrer le monde du travail.

Même si je sais bien que mon anormalité ne passe pas inaperçue et que pour certaines personnes je dois passer pour un idiot,bvoir être l'objet de moqueries, j'estime avoir toujours eu la grande chance de ne pas être la cible de malveillance manifeste dans le cadre professionnel (ceci étant je sais que je suis parfois incapable de détecter la malveillance ce que je vois plutôt comme une chance : ce que j'ignore ne me blesse pas ou moins).

Je rêve de sortir du travail salarié, ou d'un poste qui serait très adapté à mes besoins.
Diagnostiqué TSA.

Répondre