Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

Je suis autiste ou Asperger, j'aimerais partager mon expérience. Je ne suis ni autiste ni Asperger, mais j'aimerais comprendre comment ils fonctionnent en le leur demandant.
Répondre
Message
Auteur
Avatar du membre
Morgane26
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : vendredi 24 avril 2020 à 11:28
Localisation : Nouvelle aquitaine

Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#1 Message par Morgane26 » vendredi 4 décembre 2020 à 21:01

Bonsoir à tous,
En ce jour, je viens d avoir un bilan mi stage et malheureusement, il y a + de points négatif que de point positifs donc je suis un peu abasourdie car j'y met tout mon coeur et énergie à prendre soin des autres lors de mon stage actuel en ehpad.
Points positifs: volontaire, respecte l'autonomie du patient et sa pudeur, prend qq initiatives, motivée
Points négatifs: organisation(j'ai beaucoup de mal à gérer tout en meme temps et en particulier par inattention), ponctualité(je suis tout le temps à l'heure sauf cas aujourd'hui où je n'étais pas aux transmissions en raison de troubles digestifs donc j'étais changé mais pas encore montée à l'étage des transmissions. peut être que j'aurai dû monter avant...), hygiène(j'ai fait qq erreurs mais pas volontairement car en plus, selon les AS, on ne me montre pas la même chose), manque de confiance en moi, ne reste pas à sa place d'élève, n'accepte pas les remarques.
Je me sens déprimée, incapable de se faire confiance et m'interroge si je dois poursuivre dans cette voie jusqu'au diplome ou pas et malgré ma bonne volonté.

Exemple: les AS étaient en train de rigoler en faisant une bataille d'eau et j'ai voulu arroser un de mes collègues pour suivre le groupe et là, on me dit que j'ai pas à m'incruster dans la conversation hein???? on discutait pas. j'ai voulu juste faire comme elles. c passé pour un manque de respect.
Autre exemple: je devais mettre des bas de contentions à un patient x et je n'ai pas tout de suite réussi car ce fut la première fois que je mettais ca et ma collègue m'a dit "mais t'es sure que tu as fait attention à ce que j'ai montré? tu comprends rien". Etant dyspraxique, j'ai énormément de difficultés à coordonner mon cerveau et mes mains en meme temps.
Cela m'aggace.

Ma mère, en arrêt maladie pour une bronchite asthmatiforme, doit se reposer mais comme tout le monde la demande pour des papiers etc, elle en peut plus. je souhaitais passer un week end chez elle pour l'aider mais elle m'a dit que "je ne te veut pas, apprends à rester seule". Ca se dit pas!
D'autant que depuis que je me suis fortement et physiquement engueulé avec ma soeur, ma mère ne me voit plus de la même façon.
Que faire dans ces conditions? Dois je vraiment faire encore + efforts mais ma dyspraxie et mon impulsivité me gênent pour m'intégrer en stage sachant que y a des actes daide soignant dans le futur que je n'arriverai pas à faire ou dois je laisser tomber ma formation? Je suis d'humeur morose et tendue ce soir.... raz le bol de toutes ces merdes! les gens ont que ça à faire, critiquer.
Je ne me sens plus du tout d'entrain et j'espère que je vais pouvoir corriger mes erreurs car ma formation est importante pour moi et ma famille mais je suis complètement démotivée. PLus envie de rien!!!!
Marre que les gens prennent tout de travers comme quoi je me "trouve toujours une excuse". NOn! je tente d'expliquer.
:evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :evil: :cry: :cry: :cry: :cry: :cry: :hotcry: :hotcry: :hotcry: :hotcry:
Diagnostiquée:- Autiste Asperger- en Juillet 2019 + HPI, par le CRA de Limoges.
-Epileptique

Poursuite d'études: BTS SP3S en attente de place en CRP

Ogam
Fidèle
Messages : 150
Enregistré le : lundi 11 mars 2019 à 11:15

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#2 Message par Ogam » samedi 5 décembre 2020 à 1:30

Bonsoir Morgane26,
ce n'est pas faute d'essayer au maximum de s'intégrer dans des équipes lors des stages (j'en sais quelque chose) mais il y a des fois où rien ne va. On dit d'ailleurs que "de toute façon, les merdes volent en escadrille" (comme l'aurait dit un ancien président de la république). Moi-même, j'ai eu énormément de mal à me faire intégrer lorsque j'ai fait mon stage à l'Anses, il y a de cela quelques années. En effet, j'essayais de m'intégrer comme je pouvais mais cela ne se passait pas toujours (voire pas du tout) comme je le voulais.

Tiens le coup car il ne reste que deux semaines à tenir (si ton stage ne continue pas durant les vacances de Noël) et cela te laissera ensuite le temps de recharger tes batteries. Vu que tu as de gros doutes sur la poursuite des études d'aide soignante (sachant que tu apprécies malgré tout ce que tu fais), je te conseillerais de voir une conseillère en orientation pour que tu puisses avoir un plan de secours dans le cas où le métier d'aide soignante ne t'intéresse plus par rapport aux contraintes du métier ( entre les contraintes physique du métier et celles liées notamment au travail en équipe). Ce plan B te permettrait de rebondir en faisant une réorientation que tu aurais choisi toi-même (et non dans la contrainte et la précipitation) et non une réorientation par défaut.

Enfin, pour ta mère, je peux comprendre que cela soit extrêmement vexant. Quand ma mère était très fatiguée (il y a quelques années de cela), elle pouvait être extrêmement méchante car elle trouvait qu'on n'en faisait jamais assez (ou au contraire, qu'on était trop présent). Je pense après coup que c'était lié à la fatigue et à la maladie (ma mère a une maladie neuromusculaire). J'aurai tendance à te dire, prends un peu de recul (c'est toujours plus simple à dire qu'à faire) avec ta famille. Dernière chose : pour certaines personnes, même si tu as beau faire des efforts ce ne sera jamais assez car ils considèrent que c'est un dû.

Dans tous les cas, essaie d'échanger avec des amis proches ou sur le forum pour te remonter le moral et également, explorer d'autres pistes.
Diagnostic TSA + HPI (obtenu à l'âge de 34 ans) posé en septembre 2020 par un chef de service en psychiatrie.

Space
Fidèle
Messages : 172
Enregistré le : samedi 26 janvier 2019 à 10:54

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#3 Message par Space » lundi 7 décembre 2020 à 13:21

Morgane26 a écrit :
vendredi 4 décembre 2020 à 21:01
En ce jour, je viens d avoir un bilan mi stage et malheureusement, il y a + de points négatif que de point positifs donc je suis un peu abasourdie car j'y met tout mon coeur et énergie à prendre soin des autres lors de mon stage actuel en ehpad.
Les stages ont toujours été un enfer pour moi, encore plus que mes expériences professionnelles passées. Pour d'autres raisons : manque de reconnaissance, ennui, frustration, faux-pas, etc. J'y mettais aussi tout mon cœur et toute mon énergie, avec du recul maintenant je dirais : "même trop". Je finissais épuisée.

Morgane26 a écrit :
vendredi 4 décembre 2020 à 21:01
Points positifs: volontaire, respecte l'autonomie du patient et sa pudeur, prend qq initiatives, motivée.
Il n'y a visiblement pas que du négatif dans ce stage, garde-ça en tête !

Morgane26 a écrit :
vendredi 4 décembre 2020 à 21:01
Points négatifs: organisation(j'ai beaucoup de mal à gérer tout en meme temps et en particulier par inattention), ponctualité(je suis tout le temps à l'heure sauf cas aujourd'hui où je n'étais pas aux transmissions en raison de troubles digestifs donc j'étais changé mais pas encore montée à l'étage des transmissions. peut être que j'aurai dû monter avant...), hygiène(j'ai fait qq erreurs mais pas volontairement car en plus, selon les AS, on ne me montre pas la même chose), manque de confiance en moi, ne reste pas à sa place d'élève, n'accepte pas les remarques.
Prends chaque point un par un et vois comment tu peux les corriger, si tu en as réellement envie et à quel point cela va te couter en énergie. Ça te donnera des éléments de réponses pour la suite.

Morgane26 a écrit :
vendredi 4 décembre 2020 à 21:01
Ma collègue m'a dit "mais t'es sure que tu as fait attention à ce que j'ai montré ? tu comprends rien".
Elle n'a pas à te parler comme ça !
Est-ce que l'équipe connait tes particularités ? Autisme, dyspraxie...

Morgane26 a écrit :
vendredi 4 décembre 2020 à 21:01
Ma mère, en arrêt maladie pour une bronchite asthmatiforme, doit se reposer mais comme tout le monde la demande pour des papiers etc, elle en peut plus. je souhaitais passer un week end chez elle pour l'aider mais elle m'a dit que "je ne te veut pas, apprends à rester seule". Ca se dit pas!
D'autant que depuis que je me suis fortement et physiquement engueulé avec ma soeur, ma mère ne me voit plus de la même façon.
Pourquoi ne pas lui en parler ?

Morgane26 a écrit :
vendredi 4 décembre 2020 à 21:01
Que faire dans ces conditions? Dois je vraiment faire encore + efforts mais ma dyspraxie et mon impulsivité me gênent pour m'intégrer en stage sachant que y a des actes daide soignant dans le futur que je n'arriverai pas à faire ou dois je laisser tomber ma formation? Je suis d'humeur morose et tendue ce soir.... raz le bol de toutes ces merdes! les gens ont que ça à faire, critiquer.
Les critiques sont utiles si elles sont constructives.
Es-tu suivie par une psychologue et/ou une psychiatre ? Tu peux en parler avec quelqu'un de ces interrogations ?

J'ai fait des études scientifiques passionnantes, puis un métier ennuyant, frustrant et inintéressant au possible, dans un environnement qui ne me convenait pas du tout parce qu'il était tellement éloigné de ce que je suis et de mes besoins que m'y adapter me coutait très cher et m'épuisait. Heureusement que j'ai changé de voie car je découvre des domaines auxquels je n'aurais jamais pensé et dans lesquels je me sens bien mieux.

Si j'ai un conseil à te donner c'est de ne pas t'obstiner dans une métier qui te demanderait trop d'adaptation, mais là il n'y a que toi qui peux juger/connaitre tes limites.

Morgane26 a écrit :
vendredi 4 décembre 2020 à 21:01
Je ne me sens plus du tout d'entrain et j'espère que je vais pouvoir corriger mes erreurs car ma formation est importante pour moi et ma famille mais je suis complètement démotivée.
Pourquoi est-elle importante pour ta famille ?
Une formation on la fait pour soi...
Femme (T)HQI-Asperger

10/2019 : diagnostic TSA-Asperger (psychiatre)
09/2019 : pré-diagnoctic syndrome Asperger (psychologue)
12/2016 : diagnostic (T)HQI

Avatar du membre
Alpha
Passionné
Messages : 361
Enregistré le : mardi 14 mai 2019 à 8:35

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#4 Message par Alpha » mercredi 9 décembre 2020 à 8:57

Désolée de m'incruster dans la conversation mais pour moi tout dépend de combien d'années/mois il te reste à faire pour achever cette formation. Je trouve important de finir ce qu'on a commencé. Si il te reste peu de temps pour obtenir ton diplôme, je ne m'arrêterai pas sur ce stage avec un groupe de mégères qui te critiquent.
Une connaissance infirmière très sociable et complètement neurotypique a beaucoup souffert de certains stages. Alors j'imagine que pour des personnes neuro atypiques ça peut-être encore plus difficile.
A titre personnel j'ai fait des études longues et moi aussi les stages m'ont toujours épuisés car je voulais donner le meilleur de moi-même tout le temps. Au final, dans le travail, même si cela est épuisant, ce n'est pas la même fatigue. Je me fiche de ce que pense mes collègues si je ne vais pas au café avec eux ou si je ne suis pas bien intégrée. Enfin j'en souffre un peu, mais du moment que mon travail est bien fait ça me convient. J'essaie de faire illusion qq fois ou avec qq personnes mais c'est tout.
Si c'est un métier qui te plaît, je ne m'arrêterai pas là. J'irai au moins jusqu'au diplôme histoire d'avoir un diplôme pour exercer et surtout sur lequel tu peux t'appuyer pour rebondir. J'imagine qu'il y a des passerelles pour aller dans d'autres métiers sans tout recommencer depuis le début.
Bon courage. Même si ces remarques sont blessantes ne t'arrête pas à ça. Tu sais que tout ce que tu as fait pour en arriver là alors tu peux en être fière.
Diag TSA

Avatar du membre
olivierfh
Forcené
Messages : 3104
Enregistré le : mercredi 23 novembre 2016 à 21:00
Localisation : Toulouse

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#5 Message par olivierfh » mercredi 9 décembre 2020 à 9:16

Alpha a écrit :
mercredi 9 décembre 2020 à 8:57
Une connaissance infirmière très sociable et complètement neurotypique a beaucoup souffert de certains stages.
Même expérience dans ma famille.
TSA de type syndrome d'Asperger (03/2017) + HQI (11/2016).
4 grands enfants avec quelques traits me ressemblant, les 2 cadets en début de parcours de diagnostic.

Avatar du membre
Morgane26
Habitué
Messages : 77
Enregistré le : vendredi 24 avril 2020 à 11:28
Localisation : Nouvelle aquitaine

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#6 Message par Morgane26 » samedi 26 décembre 2020 à 17:09

Bonsoir à tous,
Mon stage s'étant achevé plus tôt que prévu(jeudi au lieu de vendredi 18 décembre), j'en sors pleine de colère et en larmes face à une formatrice incompréhensive face à mon handicap et malgré les efforts faits, elles m'ont mis un 0. Ils n'ont meme pas tenue compte de mes progrès réalisés dans l'aéppréciation et se sont contenté de mettre que je n'avais aucune conscience de l'équipe et de la hiérarchie mais pas que....
Le médecin du travail m'a donc mis en arrêt maladie jusqu'au 4 Janvier pour reprendre les cours.

Ma formatrice a sorti des mots qu'elle n'aurait pas dû exprimer à un élève qui a des difficultés: "que quand on a une pathologie comme telle, on ne choisit pas une voie des services à la personne o y a 100% de relationnel", "que mon handicap est incompatible et c'est comme si on demandait à un aveugle de faire chauffeur de bus" "que je n'avais aucun savoir être", "que je n'aurai meme pas dû avoir un bac pro ASSP en lien avec la santé".

Quand je lui ai posé la question "si j'avais écouté tous ceux qui ..., je n'en serai pas là où j'en suis et serai en ESAT ou FAM", elle me répondit que "votre place est peut être là bas". Qui est elle ma formatrice pour dire ce genre de conneries? elle est conseillère insertion? :hotcry:
Ce n'est pas en 1 mois que on juge un élève si il doit rien à foutre dans cette formation, arre^ter ou pas! Sérieux, faut attendre min un trimestre. C fou, le monde ne tourne pas rond.
:twisted: :twisted: :twisted:

D'autant plus qu'elle est au courant de mon Autisme et de ma dyspraxie...
On dirait qu'elle fait tout pour me faire partir de la formation.
En stage, ayant eu un bac assp, il faut savoir tout faire avant d'aller en stage selon ma formatrice. Ouai mais y a eu le confinement, en bac on n'a pas pu pratiquer. c normal. Il me faut + de temps.
Je ne pensais pas devoir faire face à de telles mentalités dans ce secteur de la santé en particuier avec des aide soiignant, infirmier.

En ESAT? ils me voudront pas car je ne suis pas assez handicapé ou déficiente, en EA? j'ai fait un stage en logistique, je suis trop lente. Mais où est ma place??
Le RDV avec le médecin du travail sera déterminant car c'est lui qui me dira si je suis apte à finir ma formation ou Inapte total et devrais tout arrêter, chose que je ne veux pas..
Que faire face à des formateurs comme tel censé aider les élèves qui sont fermé d'esprit?
Diagnostiquée:- Autiste Asperger- en Juillet 2019 + HPI, par le CRA de Limoges.
-Epileptique

Poursuite d'études: BTS SP3S en attente de place en CRP

oreo64
Fidèle
Messages : 129
Enregistré le : mardi 30 avril 2019 à 17:19

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#7 Message par oreo64 » mercredi 30 décembre 2020 à 20:28

Ton histoire ne m'étonne pas.
Pour avoir de la famille dans le domaine de la santé ,j'ai eu deux membres de ma famille qui ont fait des burn-out dont ma tante qui travaillait dans un hôpital provincial. Elle est médecin militaire et a été réquisitionnée pour traiter les patients malades du Covid -19.Elle bossait de 5 heures du matin à 22 heures et elle est remerciée comme une merde par l'état.
Comme je te l'ai déjà dit sur un précédent post, les cadences sont dures dans les maisons de retraite. Le métier est mal payé. De plus, les maisons de retraite adossées à des grands groupes privés (dépendant de fonds d'investissement ) recherchent le maximum de profit en recherchant à faire des économies sur le personnel et le matériel , ce qui a un impact sur la qualité de soin sur les résidents.
Le personnel soignant a peu d'empathie pour les stagiaires car ils sont eux-mêmes sous pression.
Le monde hospitalier n'est pas réputée pour sa bienveillance.
Le personnel hospitalier ne bénéficie pas forcément de reconnaissance professionnelle. Beaucoup d'intérimaires dans la santé n'ont même pas touché de prime Covid contrairement aux titulaires.
De nombreux cas d'harcèlement ont été constatés sur les internes en médecins et les élèves infirmiers (insultes forte agressivité des chefs de service hospitalier, cas d'agressions physiques, voire parfois agressions sexuelles).
Tu n'es donc pas la seule à en avoir bavé.
Après, je pense que tu es tombée sur une personne qui a dû en baver comme toi et qui démontre peu d'écoute à ton égard.
Enfin ,elle ne connaît pas bien le syndrome d'Asperger, d'où des jugements biaisés sur toi.
Diagnostiqué Asperger en 2010

Avatar du membre
Herlock Martin
Forcené
Messages : 746
Enregistré le : lundi 11 août 2014 à 23:05

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#8 Message par Herlock Martin » jeudi 31 décembre 2020 à 23:13

Bonjour,

ne lâche pas l'affaire !
Une personne, ou un service te donne une mauvaise note...soit. Ce n'est pas là l'ensemble de ta formation.
Je ne sais pas par quelle voie tu as réussi à accéder la formation d'aide-soignant, mais par la voie classique du concours ce n'est pas évident...tu y es, c'est ça que je note.

Les autistes doivent continuer à surprendre, c'est essentiel.
Après, AHN, aspies, TSA sans DI, peu importe le "label", ce n'est pas une directrice de stage qui va aller contre la réalité des faits, les personnes autistes font de bons professionnels de santé, d'éducation, de service, les compétences attendues ne se manifesteront sans doute pas comme chez une personne alliste, mais elles seront présente, et comme pour tout un chacun quelques faiblesses ici, ne gâchent pas de grandes forces par ailleurs.

Oui, il y a du handicap chez les TSA sans DI, mais il y a aussi de grandes qualités, et cette personne ne le sait pas...juste dommage qu'on lui confie la tâche de t'accompagner sur ton stage...

Après, dans le domaine de la santé il n'y a pas que des gens avec une belle auréole, il y a des validistes, des sexistes, des racistes, etc... ce sont des français de tous bords, laissons ceux-là, il ya de quoi faire avec les autres.

Bon courage, n'oublie pas de t'écouter, de croire en toi et en tes appuis.
Prédiag TSA en 14...
Scores élevés sur WAIS en 14 et 16
Prédiag TSA bis en 16
TSA diagnostiqué en 17
3 ADOS, 1 ADI, 1 SQC, 1 M-CHAT, 2 WAIS, pour un atypique même dans l'autisme :mryellow:

oreo64
Fidèle
Messages : 129
Enregistré le : mardi 30 avril 2019 à 17:19

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#9 Message par oreo64 » vendredi 1 janvier 2021 à 18:16

Je pense que tu arrives aussi dans un contexte particulier lié au Covid 19.
Malheureusement, tu ne vas pas faire changer les mentalités à toi seul.
Le meilleur moyen de savoir si tu es fait pour le métier ,c'est de faire une formation en alternance d'aide-soignante .Un stage d'un mois est trop court pour se faire une idée du métier sur le terrain .Je sais que la formation d'aide-soignante dure 10 mois .Il est même envisagé de raccourcir la durée du cursus à 15 jours .C'est un raisonnement stupide car on n'apprend pas en 15 jours les règles d'hygiène et du service rendu au patient en aussi peu de temps.
Malheureusement ,ce que je crains pour toi ,c'est que tu trouves le même type de comportement très dur dans d'autres établissements de santé.
Diagnostiqué Asperger en 2010

Avatar du membre
Alpha
Passionné
Messages : 361
Enregistré le : mardi 14 mai 2019 à 8:35

Re: Déprime, interrogations sur la filière professionnelle et familiale

#10 Message par Alpha » mardi 5 janvier 2021 à 19:16

Ca me désole ce que tu ai pu entendre lors de cet entretien. Je suis désolée pour toi.
Je rejoins les autres. Si c'est ça que tu veux faire, vas y. N'écoute pas cette imbécile et fais ce que tu penses bien pour toi.
Si ton TSA devait t'exclure de cette voix professionnelle, sa méchanceté à ton égard ne devrait pas de facto l'en exclure aussi ? Un peu comme si un psychiatre dit à un patient dépressif "secoue toi un peu ca ira mieux". :roll:
Repose toi et n'hésites pas à en discuter avec le médecin du travail.
Bon courage
Diag TSA

Répondre