Page 1 sur 1

Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : jeudi 10 juin 2021 à 22:01
par Lilyrose
Bonjour,

J'ai été diagnostiquée Aspie en 2020, après 10 ans de questionnements et d'interrogations faisant suite à des difficultés rencontrées lorsque je suis entrée dans le monde professionnel. Ces difficultés se traduisent par des blocages importants dès lors que je dois prendre la parole et n'ont fait que s'accroitre au fil des ans en même temps que le niveau de responsabilités auquel je dois faire face dans le cadre professionnel.
Je travaille dans une unité de police spécialisée, j'assure des fonctions de management et je suis amenée à travailler régulièrement en équipe avec des personnes que je connais peu ou pas. Autant dire que la communication orale est un enfer pour moi au quotidien. En particulier les réunions de travail.
Lorsque je dois parler, je pense en permanence aux mots que j'emploie et à la tournure de mes phrases. Le langage oral ne me vient pas naturellement comme il semble que ce soit le cas pour le reste du monde. Je me focalise en permanence sur le choix des mots et des expressions, ce qui suscite évidemment une montée de stress très importante car je suis toujours obsédée par la crainte de ne pas trouver le mot juste, permettant de retranscrire parfaitement ma pensée. J'ai sans cesse l'impression d'avoir un vocabulaire très pauvre et de mal m'exprimer. Le stress me fait perdre mes mots, bégayer parfois et il m'arrive régulièrement de devoir m'arrêter en cours de phrase, bloquée, et recommencer avec une autre tournure. J'en suis souvent réduite à devoir utiliser des phrases simples, bancales parfois, et un vocabulaire approximatif, et j'ai horreur de ça. Toute conversation orale s'apparente pour moi à une lutte contre moi-même et m'épuise. C'est également extrêmement frustrant car j'ai sans cesse l'impression de ne pas réussir à exprimer clairement ma pensée.
Ces difficultés m'ont tout d'abord fait penser à une dysphasie. Je suis donc allée consulter une super orthophoniste qui m'a énormément aidée et guidée dans mon parcours et m'a permis d'aller jusqu'au diagnostic du SA. Lors de ce parcours j'ai passé plusieurs bilans qui ont permis d'évaluer mon niveau de langage oral et à chaque fois, à ma grande surprise, on m'a dit que j'avais un très bon niveau langagier. Mes proches me disent également n'avoir rien remarqué d'anormal et je n'ai jamais eu de remarque non plus dans le cadre professionnel.

Je suis suivie par une psy depuis 6 mois dans le cadre d'une TCC afin de travailler sur ce problème. Selon elle c'est le stress et le manque de confiance en moi qui génèrent ces difficultés. Il est vrai que je doute énormément de moi et clairement je suis sur un syndrome de l'imposteur. Cependant, au bout de 6 mois, je constate peu d'améliorations. Je suis moins stressée et je gère mieux, il est vrai, les interactions sociales de "routine", mais dès que je sors de ce cadre c'est la panique totale. Malgré mes années d'expérience il m'est toujours aussi insupportable de devoir prendre la parole devant un groupe important. J'arrive à assez bien donner le change visiblement, mais intérieurement je me liquéfie, ma tête se vide de toute pensée intelligente et me retrouve à dire des banalités sans intérêt.
Ma psy semble penser que le fait que je sois Asperger n'a rien à voir dans ces difficultés et au début je l'ai cru aussi (mes troubles sont assez légers comparés à d'autres personnes et je suis plutôt bien intégrée socialement et professionnellement). Mais le manque de progrès m'amène à réellement douter et j'en viens à me demander si j'arriverai un jour à pouvoir m'exprimer oralement avec un minimum de confiance et de sérénité :hotcry: .
Je ne parviens pas à déterminer si c'est mon manque de confiance en moi et l'anxiété qui m'ont conduite à développer cette focalisation sur mon langage ou si au contraire c'est cette tendance naturelle qui me fait perdre mes moyens et paniquer :?: .
Le psychiatre qui a posé mon diagnostic m'avait dit que la recherche du mot juste était un trait qu'il rencontrait assez souvent chez les Asperger...

J'aurais donc souhaité avoir des avis sur la question ainsi que des témoignages/retours d'expérience de personnes qui se reconnaitraient dans ces difficultés et éventuellement des pistes pour pouvoir enfin mettre fin à ce calvaire.
Merci de m'avoir lue :)

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : jeudi 10 juin 2021 à 23:07
par Curiouser
Bienvenue ici, Lilyrose,
Spoiler : 
Il y avait une coquille dans ton titre, je me suis autorisée à la corriger :)
Je constate chez moi ce que tu évoques quand je suis particulièrement fatiguée.
Peut-être que ces difficultés que tu rencontres sont là de façon régulières parce que ton quotidien te demande beaucoup (trop ?) d'énergie et de compensations ?

N'hésite pas à faire une petite présentation dans la section dédiée, en tout cas !

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : jeudi 10 juin 2021 à 23:29
par freeshost
Bienvenue ! Lilyrose !

Pour en savoir plus le spectre autistique, il est possible de dévorer ici. :P

Tu pourrais aider la police à communiquer de manière adaptée face aux personnes sur le spectre autistique. :)

J'ai téléversé ici (=> TSA => Outils => Outils_Pour_Police) des fichiers, que des personnes du forum avaient traduits en français.

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : jeudi 10 juin 2021 à 23:39
par Curiouser
Spoiler : 
freeshost a écrit :
jeudi 10 juin 2021 à 23:29
Tu pourrais aider la police à communiquer de manière adaptée face aux personnes sur le spectre autistique. :)

J'ai téléversé ici (=> TSA => Outils => Outils_Pour_Police) des fichiers, que des personnes du forum avaient traduits en français.
On s'éloigne quelque peu du sujet, mais, en français, il y a ce guide pour la police que lulamae et moi avions traduit
- et que Jean avait publié, en plusieurs parties, sur son blog -.
Edit : arf, tu viens de l'ajouter à ton dossier... :mryellow:

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : jeudi 10 juin 2021 à 23:41
par freeshost
Spoiler : Il y est. Il y reste. : 
Oui, je viens de le rajouter dans le lien, croyant l'y avoir déjà mis. :mrgreen:

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : vendredi 11 juin 2021 à 0:02
par freeshost
Ah ! Le mot juste, on l'a parfois sur le bout de la langue. Et ça nous la démange quand on doit répondre rapidement, oralement en face-à-face. :P

Pour ma part, je m'aide en me disant que nous pouvons faire du langage un espace de liberté et de créativité, et pas seulement un espace de conformisme, de coercition. Je m'accorde donc, sans me justifier, des libertés langagières et linguistiques, le droit de faire des jeux de mots, le droit de remplacer un outil par un outil synonyme (destiné à un même usage dans une même situation). La montagne et l'étagère, je ne les monte pas, je gravis la première puis hisse la deuxième. Bon, par écrit, et sans la pression, c'est plus facile que répondre du tac au tac en face à face, surtout quand on ne voit pas à quoi ça sert (du remplissage, du bullshit, parler pour ne rien dire, écrire pour remplir la niaise-laitière (newsletter ; néologisme à la freeshost) chaque semaine, etc.). Et je ne parle pas des bullshit jobs expliqués par David Graeber.

À côté de ça, le langage non verbal est souvent moins aisé chez les personnes sur le spectre autistique. Or, il occupe la grande partie de la communication chez les personnes non autistes en général.

Le syndrome d'imposture est lié, entre autres, à l'effet Dunning-Kruger.

Porter un masque extérieur pour donner le change est une stratégie de camouflage épuisante à la longue, et facteur de syndrome d'épuisement, mais dont on se défait difficilement (on y est habitué, et ça a ses avantages).

Car beaucoup de processus (notamment en ce qui concerne la sélection des information et la communication) ne sont pas automatiques chez les personnes. C'est un facteur supplémentaire de surfatigabilité chez les personnes autistes.

D'ailleurs, tu pourras lire divers témoignages sur ce forum, entre autres dans la section des présentations. :P

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : vendredi 11 juin 2021 à 0:08
par lucius
Bienvenue Lilyrose.


Cette crainte de mal se faire comprendre, de trouver le mot adéquat, de faire attention à la formulation de chacune de ses phrases pour tenter au restituer de manière intelligible sa pensée..., on est sans doute nombreux à le ressentir au quotidien.

Je le vis chaque jour.

Trouver le mot juste, la bonne formulation... voir de simplifier ce que l'on veut exprimer est un effort permanent pour beaucoup car on la crainte de ne pas bien se faire comprendre.

Lorsque l'on veut se faire comprendre et que l'on doit s'y reprendre plusieurs fois, cela coupe un peu nos moyens. Surtout si on constate que l'autre n'avait pas compris la première fois.
Cela provoque aussi un peu de doute en soi.

Mais au final j'ai compris qu'une partie du temps que c'est les autres qui sont incapables de comprendre.
La raison selon moi: ils entendent nos propos mais ils n'écoutent pas (différence entre entendre et écouter). Des fois, je me dis que si mes phrases sortaient de la bouche d'un autre, certains feraient l'effort de l'écouter.

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : vendredi 11 juin 2021 à 6:46
par piedsboueux
La montagne et l'étagère, je ne les monte pas
Oui en effet, c'est c'est Bauf (Bœuf), de "monter" la montagne et l'étagère comme on le ferait pour une vache, et encore, même pas pour un "résultat" puisqu'en tant que Bœuf on est censé être castré...
Porter un masque extérieur pour donner le change est une stratégie de camouflage épuisante à la longue
Et en plus c'est devenu obligatoire dans la rue, mais je ne supporte pas le masque et a tendance tout le temps de sourire ce qui vexe les gens, et depuis que le masque est obligatoire, jaloux que je ne le porte pas (avec dérogation à montrer au flics), du coup, la seule stratégie viable est de traverser vite fait la ville à vélo.

plaisanteries à part, je connais cette difficulté du mot juste et j'ai beaucoup du mal avec toute la partie du vocabulaire associée à des notions affectives et émotives qui a été falsifiée par la névrose, "névrose" au sens technique du texte car ce mot là est bien falsifié (en dépassant la pollution freudienne de ce mot qui le focalise sur le seul détournement de la sexualité), en sens que névrose = aiguillage mental implanté et utilisé par réflexe de survie sociale consistant à nier ses besoins essentiels alors secrets-honteux (honte, ressenti complexe provenant de cette "couche" de mental dans lequel on s'"incarne", je crois un autiste profond n'a pas de quoi "vivre" ce ressenti, qui sera seulement de la peur). Tout ce qui se connecte à la redécouverte et partage de ce besoin et totalement interdit d'expression, ne serait ce qu'au sein d'un tribunal intérieur construit autour du MOI gérant les pensées verbales alors en conflit avec le SOI plus profond mais incarné (qui dépend aussi du corps, et des perceptions et qui vit par là des besoins vitaux, l'enjeu n'étant pas de se détacher de la vie pour se libérer du matériel, mais de vivre cette vie en état incarné).

Nier le SOI pour "porter le masque" mène à se détourner vers une compensation, comédie, apparence et cumul de bénéfice secondaire ainsi acquis malhonnêtement vis à vis de SOI ne répondant pas hélas au besoin du SOI, avec une falsification du langage pour l'isoler des émotions ou couper les liens avec ce qui est vraiment SOI, en allant du plus honnête (fuir par isolation mentale, dévier du sujet), au plus "mature": le refoulement (et avec falsification et mensonge sur le sens des mots, mais à force, falsification collective du langage)

De la malhonnêteté sur soi résulte un état de demande non avouée grandissant, une cumulation de la frustration, colère-tristesse, un MAUVAIS en "soi" résultant de cette attente non honorée par "les autres" de droit de vivre: il ne reste que a le cacher, et à la place afficher un masque de séduction maquillé, parfumé, et avec des "effets" (vêtements), pour exister socialement convenablement aux attentes de la société avec en "soi' un fire-wall anti-amitiié qui veille à "surtout ne pas en parler" qui sabote aussi subtilement que possible l'aboutissement à tout engagement réel dans l'attachement et l'affectif qui ferait risquer de cracher le morceau=> attitude de déviance et de mensonge, falsification du langage, généralisé à la société et attitude Shrékienne "ne veut pas le savoir"...

La seule voie de sortie de ce langage falsifié est plus ou moins l'art, la métaphore, l'humour, et certains rituels... enfin, je crois, si il y a autre chose il est interdit d'en parler, il est impossible de le partager avec autrui, et les mots manquent.
-----------------------------------------

- Tu rêves, l'âne... Il y'a pas de NOUS qui tienne, pas de NOUS pas de NOTRE
Il n'y a que MOI et MON marais que j'aime.
Et La première chose que je vais faire c'est bâtir une muraille autour de mes terres! Hum!
Image

- Tu me fais beaucoup de peine Shrek, là tu m'as miné, pour des siècles.

Shrek?! Tu sais ce que je crois? Je crois que c'est surtout pour que personne ne voit ce qu'il y a derrière, ton histoire de muraille.


- Non, tu crois ?


- T'as quelque chose à cacher ?


- Laisse tomber! l'âne..



Image
Ha, j'ai compris... c'est encore le coup de l'Oignon... c'est ça?


- Non, tu te trompes, c'est le coup de "lâches moi je veux pioncer tranquille"..

- Pourquoi tu t'obstines? tu ne veux pas en parler?

- Et pourquoi tu t'obstines? JE veux pas en parler...

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : mercredi 16 juin 2021 à 12:37
par propane42
Moi je me concentre sur l aspect "information". Quant je m exprime, je tente principalement de communiquer une information. Dans ce contexte le langage n est qu un support, un outil. L essentiel avec le vocabulaire c est de communiquer l information et parfois un mot juste ne suffit pas. Réduire l information a un mot juste n est pas toujours le plus efficace pour transmettre l information. Parce que dans ce cas l information dépend directement du sens que l interlocteur donne à ce mot. Et ça vous ne le contrôlez pas. Vous ne savez pas si la personne connait ce mot. Et plus on utilise de mot précis et rechercher, plus il y a de chance que l interlocuteur ne le connaisse pas.

Je pense que quand on bute sur ce genre de problème d'expression, il faut s inspirer de ce qu on fait quant on parle une langue étrangère. Si on ne connait pas un mot, vaut mieux tenter d expliquer autrement l idee que de ne rien dire.

Si je connais pas le mot "house" en anglais, je peux exprimer l idee en parlant d un bâtiment dans lequel on vit tout seule a une famille. Le sens est identique mais ce qu on dis est différent. Au final l information est passé et c est ca qui est essentiel.

En fait c est la même problématique qu en vulgarisation. Par définition quant il vulgarise on ne peut pas utiliser un vocabulaire spécialisé sans prendre le temps de définir les termes. Et définir c est utiliser une phrase pour décrire ce terme donc c est forcement composé de mots différents.

Pour moi le plus difficile c est d'identifier les mots que j estime être connu, et ceux que je dois définir. C est un point de vue un peu arrogant et élitiste mais c est essentiel pour gagner du temps sur l expression. Aucun intérêt à perdre 5sec à penser au bon mot si le mot n est pas connu de l interlocteur. Autant prendre 10ses pour penser comment définir ce terme.


Aucun intérêt de parler de "défragmentation" en informatique si l interlocteur n est pas informaticien. Autant parler de "réorganisation des fichiers", même si c est un peu moins précis. L'idée communiquée est la même (les fichiers bougent, d ou les lenteurs par exemple). Ou alors de décrire que "les fichiers sont découper en petit morceaux (fragment) et disperser sur le disque dans des petits espace de stockage fixe (qu on appel cluster), et cette action consiste à réarranger ces fragments (a les déplacer de cluster) sur le disque selon leur ordre pour améliorer le stockage et les temps d'accès". En 1 mot : défragmenter :)

Bref, parfois utiliser la définition plutôt que le mot est plus efficace :)

Re: Difficultés expression orale / stress / obsession du mot juste

Posté : mercredi 16 juin 2021 à 15:48
par piedsboueux
Aurelien Barrau a, indéniablement, l'obsession du mot juste, et en cela je l'adore (et c'est tellement plus juste que quand il parle de trous noirs!)